archive-fr.com » FR » A » AUVERGNE-GROUPESOCIALISTE-REGION.FR

Total: 121

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Sans titre
    État qui paralysent toute action volontariste Ils ont conscience que lorsque l intérêt général passe après les ambitions personnelles l unité du pays est menacée Nos concitoyens veulent vivre dans une République unie tolérante ouverte à la diversité dans une communauté de droits et de devoirs qui bannit toutes les formes de xénophobie de racisme d antisémitisme et de populisme Pour ce qui concerne notre Région Auvergne Monsieur le Président les choix financiers seront difficiles à n en pas douter pour les années à venir Et parce que je crois à la nécessité de transparence et de vérité j avais lors de la dernière Session émis la crainte que l ensemble des engagements que nous avions pris en 2004 ne puisse être honoré compte tenu des charges nouvelles transférées par l État J avais aussi émis la crainte que la fiscalité soit appelée à évoluer sauf à refuser l effort collectif qui nous est imposé ou à amputer massivement les investissements prévus mais il faudra l assumer Je ne peux malheureusement que confirmer ces propos sans pour cela oublier notre volonté de conduire une politique régionale dont la finalité est la réduction des inégalités territoriales et des inégalités sociales C est dans ce contexte que l on nous demande de définir les orientations 2007 2013 que nous souhaiterions voir inscrites dans les contrats de projets c est à dire les anciens contrats de plan Nous sommes persuadés bien sûr en raison de la situation de la dette nationale et des déficits de l État que les enveloppes ne seront pas à la hauteur des contrats de plan 2000 2006 Nous ne pouvons accepter les critères sur lesquels le Gouvernement nous demande de nous prononcer puisqu il s agit d un véritable abandon du volet territorial au profit des investissements d envergure nationale critères retenus par l État C est à dire qu en quelque sorte on nous demande de nous substituer à l État pour des investissements nationaux au détriment de ce qui est urgent et indispensable à l échelle de notre région Accepter cela serait sans nul doute perdre toute capacité à influencer positivement le développement régional et se résumerait à accompagner financièrement les seuls choix faits par l État Ce serait la négation même de toute politique d aménagement du territoire ce d autant que le Gouvernement s autorise à contractualiser avec les collectivités locales autres que la Région ce qui conduira à l affaiblissement de toute ambition régionale et favorisera bien sûr le saupoudrage et l émiettement Oh combien Monsieur Raffarin avait raison lorsqu il souhaitait faire des Régions les chefs de file en matière de développement économique et d aménagement du territoire J ai dit combien je n approuvais pas que nous puissions céder aux Départements le développement de l artisanat et du commerce au nom de la proximité Et je dénonce avec force cette contractualisation de la proximité qui non seulement condamne le rôle de chef de file de la Région mais de plus réduit à néant une véritable ambition régionale car dès lors les choix perdront de la hauteur Je voudrais souligner pour finir quelques orientations fortes de notre projet de décision modificative n 1 Adhésion du Conseil régional au Syndicat mixte d action foncière préparée par Pierre Joël Bonté ce qui permettra l acquisition de réserves foncières régionales pour les mettre à disposition des entreprises Mais j ajoute que cette adhésion pourrait permettre à la Région de mettre des terrains à la disposition de bailleurs sociaux pour que ceux ci construisent des logements sociaux dans les communes où les élus refusent l application de la loi SRU À ce sujet Monsieur le Président il me serait agréable de savoir quelles communes Monsieur le Préfet a pénalisé selon la loi pour non respect de la loi SRU Redéploiements de crédits pour la création d emplois création ou reprise d entreprises fortement approuvée par le CESR Aide financière importante à l entreprise Riches Monts de Brioude pour favoriser l effet de levier et débloquer les aides européennes Nous aurions aimé la même attitude du Gouvernement pour ce qui concerne le zonage PAT Je dénonce en effet son caractère partial injuste inégalitaire et je regrette que pour les zones abandonnées il n y ait aucun effet de levier régional mais au contraire une pénalisation par l application de la règle de minimis Décision de faire rembourser les subventions aux entreprises ou aux particuliers bénéficiaires d aide régionale pour l acquisition d un bien immobilier dans l hypothèse d une vente avant 10 ans Cette mesure évitera et la spéculation et les chasseurs de prime Augmentation de l autofinancement régional et appel à l emprunt limité à 4 28 des recettes alors que le taux était à 10 98 Monsieur le Président j entendais tout à l heure Monsieur le Ministre conclure en disant qu il était inutile d avoir augmenté les impôts pour avoir baissé aujourd hui l emprunt Quelle imprudence de la part d un membre du Gouvernement qui a baissé les impôts pour dans le même temps augmenter le déficit budgétaire et la dette de l État mais les impôts des plus riches bien sûr Quelle imprudence et quelle incohérence pour un membre d un Gouvernement qui a supprimé les emplois aidés pour les rétablir quatre ans après Imprudence oui Monsieur le Président car je crois aujourd hui que le bilan favorable du compte administratif ne fait que démontrer non seulement notre volonté de rigueur mais aussi d Auvergne économe si chère à Monsieur Proriol Voilà Monsieur le Président mes chers collègues la situation Vous l aviez dit depuis si longtemps que je ne pouvais l oublier Voilà mes chers collègues Monsieur le Président la situation telle que je la vois pour notre région Inquiétude quant aux perspectives financières mais optimisme quant au volontarisme de notre majorité pour poursuivre dans le sens de la rigueur et du respect des engagements Monsieur le Président mes chers collègues je vous remercie et je vous fais remarquer que j ai été très économe en temps de parole Session du 27 juin 2006 Intervention de M René Souchon Président du Conseil régional d Auvergne Mesdames et Messieurs les Conseillers régionaux mes chers collègues en ce début de Session je souhaiterais que nous rendions un hommage public à Édouard Michelin Bien sûr la Région s est bien entendu associée au deuil en observant lors de la dernière Commission permanente une minute de silence également en envoyant une délégation aux obsèques composée d Yves Gueydon Jacques Mizoule et moi même Mais nous n avons pas rendu d hommage public Édouard Michelin était un grand capitaine d industrie qui malgré la mondialisation croissante avait confirmé l ancrage de la manufacture à Clermont Ferrand et en Auvergne On lui doit bien sûr la réfection du siège social qui contribue à améliorer l image de la ville Je l avais très longuement rencontré à l Hôtel de Région quelques semaines avant sa disparition Il m avait réaffirmé son souhait de contribuer au développement de l Auvergne et m avait fait part de ses grands projets sur les pistes de Cataroux en particulier Je vous propose donc mes chers collègues de respecter une minute de silence à la mémoire d Édouard Michelin et d avoir également une pensée pour son épouse et ses six enfants Les Conseillers régionaux se lèvent et observent une minute de silence e vous remercie Mes chers collègues les événements de ces dernières semaines montrent que notre région je crois est sur la bonne voie Ils montrent que l Auvergne que nous souhaitons commence à se dessiner Cette Auvergne que nous souhaitons c est une région qui accueille de grands évènements porteurs en matière d image et qui s ouvre sur le monde e t sur les dernières semaines je pense bien sûr à Europavox qui a bénéficié d une couverture presse remarquable en France avec des articles dans la presse nationale notamment Télérama Libération mais aussi dans de nombreux pays de l Europe des 25 Tous les médias ont insisté sur le caractère novateur de ce festival Nous avons bénéficié de titres tels que L Auvergne réinvente l Europe L Auvergne fait le choix de projets qui ont du sens Et je crois qu il faut se féliciter de ces appréciations Europavox n est pas un festival de plus avec les mêmes têtes d affiche Et même s il est largement perfectible je crois que ce festival peut se développer concerner davantage l ensemble de l Auvergne et s installer durablement parmi les grandes manifestations culturelles qui comptent en Europe manifestations à destination plus particulièrement de la jeunesse La jeunesse on a aussi beaucoup parlé dans les trois dernières semaines et on a beaucoup parlé de l Auvergne grâce au championnat du monde de rugby des moins de 21 ans que nous avons accueilli et qui s est terminé par une victoire de la France dimanche Outre les équipes leurs encadrements et la presse cette manifestation a aussi attiré et je le répète pendant trois semaines de nombreux touristes et supporters venant d Angleterre du Pays de Galles d Écosse d Italie d Argentine d Afrique du Sud ou de Nouvelle Zélande Il y a bien sûr les retombées immédiates d un tel évènement en termes de nuitées d activités touristiques mais au delà tous les présents sont repartis avec le sentiment d avoir découvert une belle région et ils seront autant d ambassadeurs pour l Auvergne Dimanche soir au banquet final à la Grande Halle les dirigeants de l International Board et les représentants de plusieurs ligues étrangères sont venus nous féliciter pour l organisation de cette manifestation Il est vrai que la Région Auvergne ès qualités a été très présente et globalement il y a eu un partenariat formidable Depuis que la coupe du monde existe il a été dit que c était la première fois qu elle était aussi bien organisée et le sens de l accueil des Auvergnats a été loué je tenais à vous le dire car cela contribue à notre image collective Europavox le championnat du monde de rugby deux évènements de nature à doper le tourisme deux évènements aussi de nature à changer l image de notre région deux manifestations qui ouvrent l Auvergne sur l extérieur et qui la font connaître Cette ouverture de l Auvergne sur l Europe et sur le monde nous la poursuivrons d ailleurs très prochainement avec le déplacement en Chine d une délégation auvergnate avec là des objectifs plus industriels commerciaux et surtout universitaires plus que culturels et touristiques Cette Auvergne que nous voulons dessiner c est aussi une Région qui se donne les moyens d attirer et d accueillir Vous le savez le Conseil régional et l Agence régionale de développement des territoires d Auvergne organisent cette semaine la première Université européenne de l accueil les 28 29 et 30 juin à la Grande Halle d Auvergne Nous avons aujourd hui 620 inscrits à cette manifestation C est un chiffre significatif L objectif de ce colloque dédié aux professionnels de l accueil aux élus aux représentants nationaux ou européens en charge des politiques d aménagement du territoire aux universitaires aux chercheurs est de repositionner l Auvergne dans le cercle des régions particulièrement dynamiques en la matière Tous les territoires ambitionnent la même chose être attractifs séduire de nouveaux actifs L Auvergne est partie en retard mais en s affichant comme Laboratoire de construction des politiques d accueil elle va regagner du terrain et des habitants Le dire c est le faire consacrer trois jours à analyser les flux migratoires entre villes et campagnes à échanger nos méthodologies et tester nos aides à l installation à travailler sur la prospection de nouvelles populations à sensibiliser nos habitants cela nous oblige à le faire Et quand je dis nous je pense à tous les élus de la région et du Massif Central D ailleurs nous communiquerons à l occasion de ce colloque les résultats d une étude régionale particulièrement intéressante selon laquelle 62 des élus interrogés pensent qu il faut faire de l accueil un axe stratégique de l action municipale ou intercommunale Le message commence à passer Nous n aurions pas eu ces résultats il y a encore deux ans Par ailleurs je vous invite à visiter à nouveau le site Internet auvergne bienvenue com qui a été totalement refondu et qui est dédié lui aussi à la réussite de notre politique d accueil Cette Auvergne que nous construisons c est aussi une région qui place la solidarité au c ur de son action Là où le libéralisme ne parle que de concurrence de compétition nous souhaitons au contraire promouvoir la solidarité Solidarité pour les hommes nous avons institué des aides aux familles en instaurant la gratuité des manuels scolaires et du premier équipement professionnel pour l ensemble des lycéens d Auvergne Nous avons aidé les plus démunis à se déplacer à moindre coût en instaurant le billet SNCF à moins 75 Nous nous battons pour l accès de tous aux nouvelles technologies quel que soit le lieu où ils résident avec notamment les visio guichets en plein développement et nos efforts pour proposer un système plus performant de télé assistance à nos anciens Cette solidarité s exprime aussi en direction des territoires les Contrats régionaux de développement durable du territoire Contrats Auvergne aident davantage les territoires les moins avancés en matière de développement les plus en difficulté Les conventions de partenariat par ailleurs éléments nouveaux que j ai proposés aux Départements et qui sont en cours de négociation permettront aussi de moduler nos interventions notamment pour la mise en uvre du plan quinquennal de désenclavement routier vers Clermont Ferrand et vers les grands axes à 2 fois 2 voies en fonction de la situation réelle de chaque département Nous avons également fait de gros efforts pour la rénovation des quartiers en difficulté dans les agglomérations de Clermont Ferrand du Puy en Velay de Thiers Moulins Montluçon Cette région que nous construisons c est aussi une région qui est à l écoute et qui respecte ses concitoyens Il y a bien sûr la pierre angulaire qui est la démarche fondatrice avec les Assises territoriales Il y a eu la large concertation pour bâtir le schéma régional de développement économique Il y a en ce moment même le grand chantier du PRDF qui va aboutir à l automne Il y a eu le débat OGM dont je vais dire un mot Beaucoup d entre vous ont participé à l une ou l autre des réunions qui ont rassemblé plus de 1 700 Auvergnats sur ce sujet souvent très passionnel Quelles conclusions en tirer Un constat tout d abord sur la composition des salles avec une dichotomie entre militants pro ou anti OGM qui ont une opinion bien arrêtée et qui le font savoir et ceux qui venaient pour s informer et qui souvent auront été un peu déstabilisés par les affirmations des uns et des autres Point positif on s est parlé on s est écouté Rappelons nous le contexte de l été dernier par rapport à ce dialogue les violences les insultes Là nous avons pu permettre un échange même si cela a été parfois difficile en particulier à Clermont Je retiendrai également des débats et du film enquête la grande réserve de nos concitoyens par rapport à la science et à la recherche en général Les scandales des vingt dernières années le nuage de Tchernobyl le sang contaminé la vache folle l amiante ont abouti à un doute à des craintes et pour certains à un rejet de la science ce qui est préoccupant Je vous propose que nous ayons un débat en septembre sur cette question des OGM lors de la Session des 11 et 12 septembre Avec la loi votée par le Parlement avec les productions d OGM qui se multiplient à nos portes en Espagne mais aussi dans le sud ouest de la France je crois que la mission du Conseil régional sera de tenter de faire perdurer l ébauche de dialogue qui a été initiée par notre débat Nous devrons aussi nous battre avec les autres Régions françaises et européennes déjà engagées sur ce terrain autour de la Charte de Florence pour que nos productions bio et de qualité ne soient pas remises en cause par la diffusion des plantes génétiquement modifiées Nous devrons enfin militer activement pour que les décisions sur les OGM soient prises par les acteurs locaux Je crains fort que si l on ne s entend pas par delà les textes par delà la loi nous soyons victimes d un mitage OGM en Auvergne ou tout au moins en Limagne un mitage qui pourrait mettre en péril tant notre agriculture conventionnelle que l agriculture biologique pour laquelle nous avons pris des engagements forts que nous entendons tenir Il est donc urgent de poursuivre le dialogue urgent aussi de ne pas aller trop vite Une étude est actuellement menée à l échelle européenne par l INRA sur les possibilités de coexistence et les risques de contamination Tant que nous n avons pas des résultats indéniables quant à l innocuité des OGM tant pour la biodiversité que pour la santé humaine il y a tout lieu d agir avec prudence et précaution Mais avant tout la clé pour moi réside dans l échange dans la prise de décision collective et concertée Ce sujet ne doit pas échapper aux acteurs locaux Aussi je proposerai lors du débat que nous aurons à l automne de réunir tous les acteurs concernés s ils le veulent bien au sein d un comité consultatif appelé à poursuivre dans la durée son travail de concertation Par ailleurs comme je m y étais engagé le débat que nous avons organisé dans les salles va se poursuivre sur Internet à partir du 1 er juillet Le site Internet est en cours d adaptation pour cela Une Auvergne ouverte sur le monde une Auvergne attirante une Auvergne solidaire

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%202006/INTERVENTIONS%2027%20JUIN%202006.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive


  • Sans titre
    pour accueillir des étudiants et des chercheurs étrangers Au moment où certains esprits chagrins voudraient dénoncer le pseudo désengagement de la Région vis à vis des Communes pourquoi ne pas souligner que nous allons bientôt assister à la signature du 84 ème Contrat de territoires et se réjouir de l explosion des crédits en faveur des collectivités De même pourquoi ne pas nous réjouir de l excellent bilan de l exploitation de la Grande Halle d Auvergne avec ses 221 jours d occupation en 2005 et souligner les résultats encourageants de Zénith avec 68 jours d occupation et un bilan équilibré sans oublier que ces deux structures elles paient régulièrement leur redevance Malheureusement le bilan d exploitation de Vulcania n est pas aussi flatteur et nous avons choisi de refuser les polémiques stériles et de nous approprier tous ensemble cet outil de promotion de la région Auvergne en le rendant plus attractif et plus ludique Je dis bien polémique stérile et je ne peux m empêcher de dire à mon collègue Jean Proriol que la polémique qu il a lancée avec le Maire d Issoire me semble déplacée Faut il rappeler que le Maire d Issoire a été le champion toutes catégories pour l obtention des aides de la Région dans le cadre de délocalisation d entreprises qui quittaient Clermont Sauxillanges Billom pour venir s installer à Issoire ce qui est totalement immoral quelquefois même de la Haute Loire Faut il rappeler les sommes faramineuses que la Région sous ses différentes gestions de droite ou de gauche a versé à l entreprise Voxan qui non seulement n en est pas toujours reconnaissante mais en demande encore Faut il tenir compte de cette lettre d un chef d entreprise de l aéronautique qui en demande encore plus sous peine de partir alors que j ai en ma possession et je vous la transmettrai Monsieur le Président une lettre de ce même chef d entreprise qui remercie la Région pour les aides qu elle a apportées sur une autre de ses entreprises Je connais ce chef d entreprise un grand chef d entreprise de grande qualité et je crains malheureusement qu on ne lui ait fait dire ce qu il n a jamais prononcé Oui vous l avez dit Monsieur Proriol le Maire d Issoire est un élu reconnu il est reconnu et tellement reconnu qu il a été systématiquement battu aux législatives battu au Conseil général battu dans sa Commune au point qu il s est senti humilié et s est retiré entre les deux tours Alors parce que je sais que vous savez tous ce que je viens de dire et parce que je ne veux pas accabler celui que vous avez cité je considère que vous n avez pas voulu une polémique stérile mais que vous avez choisi plutôt une provocation à mon égard et je ne vous en veux pas Nous avons je l ai dit fait le choix du refus de la polémique et puisque nous avons fait le choix d assumer nos responsabilités nous nous devons d assumer les conséquences financières sans arrière pensée et dans l espoir de faire de Vulcania ce produit d appel l emblème le logo qui identifie l Auvergne et au delà le Massif Central Ce choix volontariste et courageux ne doit pas nous empêcher de réfléchir sur la prudence que nous devons avoir désormais quant aux investissements que nous pourrions avoir à faire en matière de grands équipements J ai attiré votre attention ici même lors de la dernière session sur ces équipements surdimensionnés à la fréquentation bien inférieure aux prévisions et dont les bilans d exploitation sont catastrophiques Le Manoir de Veygoux où l on attendait 50 000 visiteurs en 2005 et qui n en a eu que 10 000 la Tour de l Horloge à Issoire qui présentait quant à elle un déficit voisin de 90 le Scénoparc Io dont les premiers résultats d exploitation ne sont pas des plus encourageants J ai pris des exemples à gauche et à droite chez tout le monde Tous ces équipements rappelons le ont bénéficié d aides régionales importantes Vous avez Monsieur le Président rappelé dans un entretien au journal La Montagne le 19 Août et je vous cite que ce ne sont pas des structures de ce type dont l Auvergne a besoin mais avant tout d un hébergement de qualité Vous avez même dit que tous ces équipements que l on a multiplié sur le territoire régional sont déficitaires précisant et je vous cite encore que les attentes de la clientèle ont changé que l évolution du pouvoir d achat ne permet plus raisonnablement à une famille d engager une dépense importante pour visiter ce type d équipement et que au final les contribuables ne peuvent systématiquement compenser indéfiniment les déficits de fonctionnement de ces structures Oui Monsieur le Président vous avez raison de dire votre prudence sur le projet Rhinopolis dans l Allier et nous nous devons désormais d analyser avec la plus grande rigueur les projets qui nous serons soumis projets de prestiges quelquefois projets imaginés comme indispensables au rayonnement régional Oui mes chers collègues je sais qu il en existe et je sais qu ils nous serons proposés demain alors que nous savons qu au lieu de participer à l essor du développement touristique de la région ils ne seront qu une charge supplémentaire pour le contribuable auvergnat qui n a pas vocation à payer les loisirs et les vacances des autres Oui Monsieur le Président sachons assumer nos responsabilités dans la gestion de ce qui existe mais sachons tenir compte de l expérience et désormais refuser de nous engager dans des projets incompatibles avec les exigences de rigueur financière que nous impose la gestion régionale Monsieur le Président mes chers collègues l ordre du jour de notre Session comme je le disais tout à l heure nous interpelle sur des éléments forts du désenclavement de notre région mais aussi sur des choix fondamentaux pour les générations à venir puisque ces dossiers permettront plus d égalité territoriale pour la population et plus d égalité citoyenne pour les lycéens et étudiants De telles propositions j en suis sûr conduiront à un débat de haute tenue et je souhaite que les auvergnats se retrouvent dans les décisions que nous aurons à prendre Je vous remercie Session du 12 septembre 2006 Intervention de M René Souchon Président du Conseil régional d Auvergne Mes chers collègues notre Session s ouvre aujourd hui dans un contexte international assez dramatique et troublé même si ce matin certains accords au Proche Orient semblent pouvoir dessiner un avenir meilleur Mais avec le conflit israélo libanais nous venons de vivre un été très meurtrier Avec un millier de civils tués du côté libanais une cinquantaine côté israélien des milliards de dollars de dégâts c est aussi un rêve d indépendance de liberté et de démocratie du peuple libanais qui a subi un rude coup Et donc nonobstant ce que je viens d évoquer l accord entre les deux factions rivales des palestiniens la situation au Proche Orient fait peser de lourdes menaces sur la paix dans le monde Alors notre rentrée politique débute dans un contexte international inquiétant même si nous pouvons espérer aujourd hui qu il va s améliorer Un contexte international auquel il convient d ajouter les difficultés internes à notre pays socio économiques des difficultés grandissantes difficultés pour se loger majeures chômage toujours élevé même si en Auvergne il est en baisse Mais il faut toujours se méfier de ce genre de chose Lorsque j étais sur les bancs de la minorité je rappelais régulièrement que la baisse du taux de chômage dans un pays où la démographie est vieillissante n était pas un indice significatif et je lisais hier dans le journal régional à propos du Cantal que vraiment c était formidable le département se portait très bien puisque le taux de chômage avait encore baissé Non il se porte très mal le problème est que quand il y a beaucoup de personnes âgées et peu de population active le taux de chômage baisse mécaniquement c était une parenthèse Dans les difficultés d aujourd hui il y a la hausse des tarifs publics l appauvrissement des salariés le creusement des inégalités et cette situation me paraît d autant plus préoccupante que malgré la croissance constatée au 2 ème trimestre 2006 il ne s agit vraisemblablement que d une queue de comète de la croissance mondiale sur laquelle je ne vais pas épiloguer ici ce n est pas le lieu Les Français sont assez moroses et le Premier Ministre tente de les rassurer en multipliant ses annonces en faveur de l emploi et du pouvoir d achat Chèque transport facultatif et soumis au bon vouloir des entreprises Augmentation de la prime pour l emploi limitée cependant en comparaison avec la baisse de l impôt sur le revenu prévue pour 2007 3 5 milliards d euros de baisse pour les plus aisés de nos concitoyens soit près de 15 fois plus que les mesures annoncées pour les Français modestes Allocation pour l installation étudiante qui ne concernerait que 80 000 étudiants sur 2 2 millions et serait limitée à la seule première installation Aucune de ces mesures ne parviendra à réduire efficacement et surtout durablement la fracture sociale française qui pour l instant ne cesse de s élargir tout comme d ailleurs la fracture territoriale Il n y a qu à interroger les salariés sur la progression du pouvoir d achat pour voir s ils partagent le sentiment du Premier Ministre Cette rentrée c est aussi celle des enfants étrangers scolarisés et parfaitement intégrés qui vivent avec l angoisse de l expulsion alors que l on voit se propager partout en France cette formidable vague de parrainages républicains qui leur permettront à certains peut être d éviter le retour dans un pays d origine qui en fait n a jamais été véritablement le leur Cette rentrée c est enfin l occasion de rappeler que l injustice elle ne prend pas de vacances et que si en 1936 grâce au Front Populaire des millions de français partaient en congés pour la première fois cette année ce sont 20 millions de français qui sont restés chez eux Une baisse des départs en vacances et une baisse du pouvoir d achat qui se sont d ailleurs ressenties sur la fréquentation touristique en Auvergne durant l été 2006 Nous n avons pas encore des chiffres très précis nous vous les livrerons dans quelques semaines mais les tendances sont marquées Alors c est l occasion pour moi de rappeler que le tourisme en Auvergne demeure une priorité économique pour la Région à condition de continuer nos efforts en faveur de l amélioration de la qualité de l offre et d une meilleure mise en marché de la destination La saison touristique 2006 démontre en effet que les valeurs de l Auvergne environnement paysage authenticité attirent une clientèle étrangère dont la progression en Auvergne mes chers collègues sur ces deux dernières années sera la plus importante de France Mais notre production touristique ne retient pas cette clientèle A l inverse notre région qui fût un des berceaux du tourisme social subit de plein fouet le recul rural d une clientèle française qui baisse du pouvoir d achat oblige limite de plus en plus son budget vacances et loisirs Pour tenir nos objectifs et soutenir la croissance de l économie touristique en Auvergne qui je le rappelle peut et doit créer plusieurs centaines d emplois par an je proposerai prochainement à nos partenaires Conseils généraux Chambres de commerce et Pays un séminaire de travail destiné à la préparation d une stratégie coordonnée de recherche et d accueil d investisseurs afin de développer notre production touristique Cette production touristique doit s accompagner d une charte du respect de l environnement qui doit être pour l Auvergne l élément de différentiation positive par rapport aux autres destinations françaises Mes chers collègues nous examinerons tout à l heure le bilan annuel d exécution 2005 du Contrat de plan État Région C est l occasion pour moi de rappeler que depuis 20 ans les contrats de plans ont été l occasion d un dialogue parfois laborieux mais toujours fructueux entre l État et les Collectivités même si l État n a jamais réussi à tenir totalement ses engagements sous aucun Gouvernement Le Conseil Économique et Social Régional d Auvergne vient d ailleurs de nous le rappeler Aujourd hui le Gouvernement rompt avec la logique passée réduit les possibilités de dialogue et tente d imposer sa vision aux Régions Diminution des moyens consacrés aux contrats de plans rebaptisés contrats de projets on passe de 22 milliards d euros en France pour la période actuelle à 10 milliards d euros C est une diminution de moitié au plan national Substitution de plus en plus évidente des crédits européens aux crédits nationaux 10 milliards d euros de l État pour les contrats de plan État Région contre 19 milliards d euros de l Union européenne pour les Programmes opérationnels sur la même période 2007 2013 un désengagement évident de l État en direction des Régions les plus fragiles Multiplication des niveaux de contractualisation au détriment de la cohérence du couple État Région Recentralisation massive des politiques publiques au mépris du mouvement de décentralisation qui gagne tous les pays européens et au mépris aussi de la concertation sans laquelle aucune réforme ne peut être légitimement engagée Ignorance enfin et c est pour nous un énorme problème de la dimension territoriale qui constitue pourtant la base de toute politique d aménagement du territoire digne de ce nom L Auvergne subit de plein fouet les effets négatifs de ce nouveau processus Un joli paquet C est selon notre collègue Hortefeux la somme dont nous allons bénéficier dans le cadre du contrat de plan État Région 2007 2013 Qualifier de joli paquet des dotations en forte diminution contribue à mes yeux à discréditer quelque peu le discours politique Ce joli paquet ne contient pas en tout cas le cadeau espéré et aucun tour de passe passe ne permettra de nier l évidence le désengagement croissant et constant de l État constaté par tous les Présidents de Région y compris le très modéré Adrien Zeller qui m a envoyé hier c est un hasard une de ses interventions un article ainsi qu un livre qu il a écrit en 2002 et qui tient exactement le même discours que nous Il ajoute même sur les ressources financières des collectivités que si elles ne sont pas revues nous allons tous à la faillite dans les régions Il appartient à la majorité nationale Les Auvergnats percevront très vite la réalité et sauront situer les responsabilités car la réalité pour notre région c est une baisse des crédits d État de 32 pour le contrat de projets État Région 2007 2013 Il y avait 426 7 millions d euros pour le contrat de plan 2000 2006 291 millions d euros si on enlève les routes il faut comparer ce qui est comparable et il faut comparer ces 291 millions d euros aux 233 5 millions annoncés pour la période 2007 2013 preuve que l Auvergne est une fois de plus méprisée sur la base d une logique d aménagement du territoire qui consiste à donner le moins à ceux qui ont le moins Quant au volet territorial il se résume à quelques lignes dans le mandat de négociation du Préfet et je le dis avec force il est hors de question de signer en l état car ce serait renier nos engagements à l égard des Auvergnats qui nous ont crié avec force durant les Assises territoriales leur volonté d un aménagement équilibré des territoires Concernant la méthode de préparation de la négociation de ce contrat de projets parce que même si nous ne sommes pas prêts à signer aujourd hui avec l État il faut discuter et nous sommes ouverts à cette discussion donc la préparation se fera de la façon suivante Conférence des territoires le 30 septembre c est à dire réunion ici des Départements Communautés d agglomération Parcs naturels Pays et ce sera l occasion de recenser les projets infrarégionaux qui s inscrivent dans notre stratégie de développement et d examiner les moyens que nous pourrions leur consacrer Je saisirai ensuite lors de la session d octobre notre Assemblée et le Conseil Économique et Social Régional sur un projet de mandat de négociation comme je m y étais engagé Bien entendu il sera précis sur les sommes que notre Assemblée pourra engager dans l hypothèse où un accord interviendrait entre l État et la Région autrement dit dans l hypothèse où l État répondrait aux demandes fortes qui sont les nôtres tant en termes de volume que de priorité et de volet territorial Par ailleurs présent au Conseil National de la Montagne à SALLANCHE ainsi que notre collègue Hortefeux j ai demandé au Premier Ministre de bien vouloir revoir l enveloppe budgétaire de l État actuellement prévue pour le Massif Central à hauteur de 44 8 millions d euros pour la future convention de Massif 2007 2013 Ce qui nous est proposé est une baisse significative de 15 5 millions d euros de la part de l État alors que les dotations de tous les autres massifs progressent Par exemple dans les Alpes c est 32 2 millions d euros L Auvergne est pourtant le c ur du Massif nous faisons 35 de sa superficie Et nous devons donc nous battre pour que la future convention de massif soit dotée de moyens suffisants pour l aménagement et le développement justes et équilibrés de tous les territoires J attends beaucoup de la réaction des six Présidents de Régions concernés et il y a une lettre en cours de signature que j ai préparée la semaine dernière et qui va être adressée cosignée par les six Présidents au Premier Ministre Je dois dire que j

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%202006/INTERVENTIONS%2012%20SEPTEMBRE%202006.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Sans titre
    risque d entraîner à terme l écroulement de tout un édifice pourtant patiemment construit Mieux lorsque l annonce est faite de revaloriser les retraites agricoles de 160 millions d euros encore faudrait t il préciser que chaque année 90 000 agriculteurs décèdent alors que 40 000 prennent leur retraite Le différentiel étant de 300 millions la revalorisation promise laissera 140 millions d excédent au gouvernement Encore faut t il rappeler que de 98 à 2002 le gouvernement de Lionel Jospin a revalorisé année après année les retraites agricoles d un montant 5 fois supérieur Enfin l annonce de l utilisation massive des bio carburants serait plus sérieuse si elle avait été précédée d une évaluation de son impact environnemental de sa pertinence économique et de la capacité du parc automobile à s adapter Espérons qu il ne s agira pas d un simple effet d annonce comme celui de Monsieur Thierry Breton inaugurant avec moult télévisions la première pompe à délivrer du bio carburant pompe qui n en a jamais fourni un seul litre J en viens à présent aux dossiers régionaux inscrits à l ordre du jour et que j évoquais au début de mon intervention Le premier d entre eux est le projet de mandat de négociation donné à notre Président pour engager les discussions avec l État sur ce qui jadis dénommé Contrat de Plan représentait le socle du développement des régions Voulu par le Général de Gaulle pour remettre la France sur la voie du redressement et du progrès cette planification a porté ses fruits Il lui fallut ensuite être au plus près des problématiques des régions dans toute la diversité de leurs territoires C est François Mitterrand qui ouvrit cette voie De Gaulle Mitterrand Deux personnalités certes bien différentes Deux conceptions certes bien distinctes aussi mais dont l action politique se refusait au court terme mais au contraire dans la définition de l intérêt du pays à moyen ou à long terme Malheureusement nous constatons aujourd hui que les lettres de mandat données au préfet par le gouvernement sont en net recul et ne permettent pas aux régions les moyens de leurs ambitions Malheureusement oui l Auvergne en fera les frais Ce sont des crédits d engagement de l Etat en large baisse par rapport au contrat de plan précédent J emprunterai une nouvelle fois à Monsieur Proriol ses propos du 29 mai 2000 Nous avions des attentes fortes et nous ne pouvons pas par conséquent nous satisfaire actuellement du contrat rédigé par le Préfet de Région au nom du gouvernement en se plaignant d être la vox clamantis in Arvernia deserto Malheureusement ses paroles demeurent d actualité lorsque l on constate la volonté de l État d exclure d emblée le volet territorial dont nous savons qu il est un des éléments fondamentaux de réductions des inégalités sociales et territoriales dans notre région C est la volonté de l Etat en appliquant les objectifs européens de Lisbonne de privilégier les zones et secteurs les plus compétitifs par l injection massive de crédits sur les régions les plus riches ce qui ne peut que creuser l écart vis à vis des plus faibles et éloigner toute notion de péréquation des ressources entre les régions Et comment ne pas s inquiéter d un contrat de projet construit sur la base d un rapport 60 euros Etat pour 40 euros Région quant à un an de l échéance du dernier contrat de plan la région Auvergne affiche un taux de réalisation de 116 alors que l Etat n en est qu à 64 Quant aux axes prioritaires figurant au projet de mandat de négociation notre groupe les approuve globalement ce d autant que les préalables que vous exigez nous semblent indispensables et je les rappelle augmentation des engagements financiers de l État pas de signature du Contrat avant l établissement d un volet territorial pas de financement régional pour toute contractualisation directe entre l État et une autre collectivité pas de signature régionale avant d avoir l assurance du respect par l État de l exécution pleine et entière de ses engagements dans le CPER qui s achève Les cinq axes du mandat de négociation que vous nous proposez Monsieur le Président me semblent par ailleurs conformes aux besoins de l Auvergne particulièrement en ce qui concerne le désenclavement et l objectif de développement durable dans lequel s inscriront nos politiques Cependant notre rôle de collectivité territoriale chef de file de l Aménagement du Territoire comme le disait Monsieur Raffarin nous oblige à quelques recommandations et obligations Notamment sur les grands projets qui fleuriraient çà et là et pour lesquels je crois nous devons assortir notre engagement d une très grande prudence issue de l expérience En effet nous savons combien les grands équipements existants génèrent malheureusement des déficits d exploitation systématiques que le contribuable doit ensuite combler J ai attiré votre attention ici même sur ces équipements surdimensionnés à la fréquentation bien inférieure aux prévisions et dont les bilans d exploitation sont catastrophiques Vulcania bien sûr et nous espérons que les investissements de Vulcania II s ils ne permettent pas l équilibre permettront une meilleure identification de l Auvergne Le Manoir de Veygoux où l on attendait 50 000 visiteurs en 2005 et qui n en a eu que 10 000 la Tour de l Horloge à Issoire qui présentait quant à elle un déficit voisin de 90 le Scénoparc Io dont les premiers résultats d exploitation ne sont pas des plus encourageants Et n oublions pas que tous ces équipements ont bénéficié d aides régionales importantes Vous avez rappelé Monsieur le président dans un entretien au journal La Montagne le 19 août que ce n est pas des structures de ce type dont l Auvergne à besoin mais avant tout d un hébergement de qualité Vous avez même dit que tous ces équipements que l on a multipliés sur le territoire régional sont déficitaires précisant et je vous cite que les attentes de la clientèle ont changé que l évolution du pouvoir d achat ne permet plus raisonnablement à une famille d engager une dépense importante pour visiter ce type d équipement et que au final les contribuables ne peuvent systématiquement compenser indéfiniment les déficits de fonctionnement de ces structures Oui Monsieur le Président vous avez raison de dire votre prudence sur les projets qui nous seront soumis projets de prestiges quelquefois projets imaginés comme indispensables au rayonnement de notre région Ce type de projets il en existe à foison Ils nous sont proposés alors que nous savons qu au lieu de participer à l essor touristique de la région ils ne seront qu une charge supplémentaire pour le contribuable auvergnat qui n a pas vocation à payer les loisirs et les vacances des autres Fort de nos expériences sachons assumer nos responsabilités dans la gestion de ce qui existe Et nous assumons les investissements nécessaires pour Vulcania même si l équilibre ne doit pas être au rendez vous mais sachons tenir compte de l expérience et désormais refuser de nous engager dans des projets incompatibles avec les exigences de rigueur financière que nous impose la gestion régionale A l évidence le mandat de négociation du futur Contrat de Projet doit prendre en compte la pertinence de votre analyse en la matière C est pourquoi vous comprendrez Monsieur le Président mes réticences sur le projet Grand Site du Puy de Dôme et son petit train Une estimation de coût à 80 millions d euros avec des recettes hypothétiques de 2 millions 500 000 euros en particulier avec 380 000 entrées programmées et 1 50 euros de recettes de boutiques par visiteur me laissent perplexe et quelque peu inquiet Pour ce qui me concerne j en resterai Monsieur le Président à votre interview du 19 août 2006 au journal La Montagne et à la très grande prudence à laquelle vous nous invitiez C est tout au moins la proposition que je formule Pour le reste le projet de mandat de négociation que vous nous soumettez répond aux besoins de l Auvergne et en grande partie aux aspirations des auvergnats exprimées lors des assises territoriales Et comment ne pas s associer à votre démarche d inscrire un volet territorial fort et équilibré avec la pleine application des lois Pasqua et Voynet pour des territoires de projet basé sur les Pays que vous définissez comme bon échelon de réflexion sur les bassins de vie pour la population Et comment ne pas souligner votre volonté de soutenir l ingénierie territoriale Il serait en effet souhaitable en la matière que tous les partenaires en fassent autant Je souhaite Monsieur le Président que tout en restant ferme sur les préalables à la négociation que vous avez définis nous sachions ensemble poursuivre le désenclavement de l Auvergne construire une nouvelle image de notre région avec l Effet Volcan accroître la compétitivité de nos territoires dans la solidarité et bien sûr nous battre pour qu un volet territorial fort et équilibré soit pris en compte et soit accompagné par l État C est ainsi que nous saurons répondre aux aspirations de nos concitoyens c est ainsi que nous saurons donner à l Auvergne les ambitions qu elle mérite et c est en raison de cette volonté d agir ensemble et de la crédibilité que nous donnerons à notre projet que l Etat saura répondre par un financement adapté à la nécessité de ne pas appauvrir encore plus les régions les plus faibles et à pratiquer une véritable péréquation régionale Je vous remercie de votre attention Session du 23 octobre 2006 Intervention de M René Souchon Président du Conseil régional d Auvergne Mesdames et Messieurs Mes cher e s collègues Cette séance je souhaiterais la placer sous le signe de notre action en faveur du développement durable des territoires auvergnats Cela fait en effet bientôt trois ans que nous définissons et que nous déclinons notre nouvelle politique régionale Cela fait aussi bientôt trois ans que nous analysons les facteurs spatiaux discriminants dont souffrent nos territoires pour introduire des principes de justice socio spatiale dans nos programmes d action Cette politique de rupture nous la concevons et nous la mettons en uvre toujours avec le double souci de répondre à la fois aux exigences fixées par le développement économique et à celles liées au progrès social et environnemental Cette politique de rupture nous la construisons au quotidien avec le double objectif de lutter contre la fracture sociale et de remédier à la fracture territoriale Alors bien sûr le risque lorsque l on parle de développement durable est de proférer un certain nombre de lieux communs un certain nombre d évidences mais je pense qu il est parfois nécessaire de le faire En un siècle l impact de l homme sur la nature a bouleversé son environnement Nous sommes la première génération à se poser cette question quelle planète allons nous léguer à nos enfants C est une question à laquelle la réponse ne peut plus tarder car le temps presse les évènements se bousculent et demain il sera trop tard Nous sommes 6 milliards d individus sur la planète Nous serons 9 milliards dans 20 ans Des Pays Continents accèdent enfin au développement mais aussi à la consommation de masse Les réserves naturelles sont surexploitées et nous sommes déjà dans l ère de l après pétrole Certes la prise de conscience en faveur du développement durable progresse mais elle est incontestablement insuffisante car l urgence de la situation fait que l on ne peut plus se satisfaire d une prise de conscience déclarée On ne peut plus se satisfaire d assister aux débats organisés sur ce thème confortablement assis dans son fauteuil devant son écran de télévision Il faut agir s engager se responsabiliser Alors on peut se poser la question comment agir nous ici nous Conseil Régional d Auvergne face à des enjeux qui sont par nature internationaux Je crois fondamentalement que chacun peut agir à son niveau le citoyen à son domicile au sein de son entreprise ou de sa commune l entreprise et nous bien évidemment en tant que collectivité locale Rappelez vous ces chiffres en 2002 les collectivités locales de France ont investi 21 milliards d euros dans des politiques de proximité qui s inscrivent dans le champ du développement durable C était presque autant que les 29 milliards d euros consacrés par l État à ces mêmes politiques Je rappelle aussi qu au sommet de la terre de Rio en 1992 les collectivités locales ont été identifiées essentielles au développement durable ce qui ne doit pas exonérer pour autant les autres acteurs et notamment les États parfois irresponsables Cela le Conseil Régional d Auvergne l a compris et l a parfaitement intégré en plaçant l équité sociale et l équilibre territorial au c ur de sa politique du développement durable Les Auvergnates et les Auvergnats quel que soit leur lieu de résidence demandent à avoir accès non pas précisément aux mêmes services mais au même avenir C est un des messages les plus forts qu ils ont émis lors des assises territoriales Le premier engagement à prendre à cet égard est donc de veiller à ce que l avenir soit ouvert partout et pour tous Pour nous l équité sociale et l équilibre territorial sont deux notions que nous avons voulu ériger en valeurs fondamentales Elles constituent le socle de notre politique de développement durable en faveur des territoires auvergnats Nous sommes aussi persuadés que l équité territoriale elle n existera que si d abord nous avons réussi à construire de manière durable le cadre de cette équité sociale Nous savons enfin que l alliance des sphères de l économie de l environnement et du social préconisé par le rapport BRUNTLAND ne peut se faire par le marché mais qu il y faut l intervention du politique Et c est parce que nous avons mis tout cela en uvre que la politique des Contrats Auvergne est un formidable succès que 90 Contrats Régionaux de Développement Durable des Territoires seront signés à la fin de l année 12 avec les pays 78 avec les EPCI Et c est parce que nous savons tout cela que nous serons les premiers à signer un Partenariat Public Privé en faveur du désenclavement numérique de tous nos territoires et de la promotion de l Internet citoyen c est à dire abordé sous l angle des problèmes d égalité que posent les modalités de sa diffusion dans le monde social et dans l espace Et c est parce que nous savons tout cela qu il vous sera proposé que la prise en compte des critères de développement durable dans le domaine de l habitat du sport ou encore du tourisme soit désormais un principe incontournable dans l attribution des aides Alors bien sûr le gouvernement s est aussi saisi de cette question notamment depuis les interventions de Jacques CHIRAC à JOHANNESBURG en août 2002 Il affiche un Secrétaire d État un Conseil National une Stratégie Nationale de Développement Durable mais peu de choses changent en profondeur Les Ministres en charge de ces dossiers ne disposent que de moyens sectoriels et sont totalement dépourvus d autorité transversale Les mesures sont ponctuelles et ne sont jamais inspirées par une vision globale des problèmes Le gouvernement en cherchant à s approprier le développement durable n a en fait préempté que le développementdurable com Nous vous proposons au contraire de faire du Développement Durable un axe majeur de rénovation de la politique régionale Cette volonté apparaît très nettement dans les deux dossiers majeurs qui sont aujourd hui à l ordre du jour de notre session Je veux bien sûr parler du lancement de notre Agenda 21 et de l adoption du contenu de mandat de négociation pour le futur Contrat de Projet Etat Région 2007 2013 La discussion d aujourd hui sur l agenda 21 répond ainsi aux engagements que nous avons pris devant les auvergnats lors des assises territoriales Cela permet d honorer le troisième point de la Charte pour l Auvergne les nouveaux modèles de développement économique durables et solidaires créateurs d emplois respectueux des hommes et des femmes se construisent ici C est aussi le moyen de répondre concrètement à notre souci fondamental d équilibre des territoires en plaçant l équité sociale et l équité territoriale équilibre urbain rural équilibre fonctionnel entre l économique le social et l environnemental au c ur de ce processus Nous serons l une des premières Régions à mener à bien cette démarche ambitieuse Un Agenda 21 est un plan d action qui vise à l application au niveau local des principes fixés au plan mondial par le sommet de la Terre de Rio en 1992 Il doit être établi avec pragmatisme et lisibilité pour une bonne appropriation par tous L Agenda 21 a pour objectif d être à la fois Ø un cadre de référence pour l élaboration des politiques régionales et l orientation des relations contractuelles avec les partenaires Ø un document opérationnel listant un certain nombre d opérations concrètes Ø un document de mise en cohérence des actions de développement durable de la Région L étude préalable à la rédaction de l Agenda 21 s est déroulée de décembre 2005 à juillet 2006 elle a permis d identifier 15 enjeux de développement durable propres à l Auvergne d analyser les politiques régionales et le fonctionnement interne du Conseil Régional au regard de ces enjeux et de proposer des axes directeurs pour la rédaction du futur agenda 21 Nous nous prononcerons donc aujourd hui sur la méthode et pas sur le contenu Une méthode basée sur la démocratie participative la transversalité et la culture de l évaluation 8 ateliers thématiques et transversaux placés sous la responsabilité de Nicole ROUAIRE Présidente de la Commission Développement Durable se réuniront d octobre 2006 à février 2007 Ils associeront les élus régionaux de référence les services de la Région les représentants du CESR de la DIREN des Conseils Généraux des Conseils de Développement des

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%202006/INTERVENTIONS%2023%20OCTOBRE%202006.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Sans titre
    et appauvrir les plus pauvres Ce Débat d Orientations Budgétaires nous le mesurons tous pose la question de la fiscalité et de l emprunt Nous avons certes supprimé de nombreuses interventions que nous savions inopérantes Il n en demeure pas moins qu il faudra assumer les contraintes qui nous sont imposées par l Etat et les ambitions que nous nous donnons pour la Région Il est vrai Monsieur le Président que face à ces choix certes difficiles mais ô combien courageux je m interroge pour savoir si nous avons eu raison de jouer la continuité républicaine à assumer les ardoises laissées par nos prédécesseurs Monsieur Proriol tout à l heure s interrogeait pour savoir si nous aurions la capacité financière à assumer nos ambitions Il est vrai que tout cela nous serait plus facile si nous n avions pas à payer les programmes engagés ou prévus par d autres et si nous les avions supprimés en arrivant D autres Régions ont fait ce choix et seul le peuple jury citoyen expert jugera de la justesse de ces choix Pour ce qui me concerne je ne regrette pas les choix que nous avons faits pour Vulcania II pour sortir d un gouffre financier dont nous ne mesurons peut être pas la réelle dimension Constater que seuls 5 intervenants privés ont répondu à l appel d offres de délégation de service public est déjà inquiétant Découvrir que seulement deux ont répondu est encore plus inquiétant Et se résoudre à ce qu un seul n ait soumis un dossier complet démontre la fragilité de l édifice les risques financiers que nous encourons et devrait nous servir de leçon pour les investissements à venir Monsieur le Président je ne regrette pas ce choix pour Vulcania mais il est vrai qu il m est insupportable de recevoir des leçons en matière de gestion de ceux qui nous ont imposés tant de dépenses que nous n avons pas choisies tant de dépenses qui déséquilibrent aujourd hui notre budget J ai cru comprendre que certains ici nous reprochaient l évolution de la TIPP Faut il leur rappeler que l Etat ayant pris conscience du financement partiel des compétences qu il nous a transférées a donné la possibilité aux régions de faire varier la TIPP c est à dire a fait le somptueux cadeau aux régions de pouvoir lever l impôt là où il n a pas eu le courage d assumer ses responsabilités Faut il leur rappeler contrairement à ce qu affirmait il y a un instant Monsieur Proriol que la région Alsace qu il nous cite si souvent en exemple a décidé une variation de TIPP bien supérieure à la nôtre Non Monsieur Proriol la Région Alsace n a pas fait varier la TIPP d une façon inférieure à l Auvergne bien au contraire 0 85 centime l hectolitre pour l Auvergne 1 6 centime pour l Alsace Et permettez moi de vous lire un passage d un excellent article d Adrien Zeller le 7 octobre 2006 au Journal Le Monde Aujourd hui tout est en place pour que le rôle stratégique de modernisation joué par la plupart des régions depuis dix ou quinze ans non pas s accroisse mais diminue faute de pouvoirs réels de compétences et de moyens D ici quatre ans au plus même en tenant compte des marges de 1 5 centime d euros par litre de carburant prévues en faveur des régions en matière de TIPP celles ci ne pourront plus faire face à leurs diverses missions d aménagement d équipement de transport de formation initiale et continue de recherche développement et d innovation d environnement et de développement économique et culturel régional On risque de réussir le tour de force de réduire à peu de chose une des plus jeunes et plus prometteuses institutions de notre pays naguère imaginée par le général de Gaulle et plus tard par Gaston Defferre conçue et mise en place pour relever progressivement quelques uns des défis les plus essentiels du pays De même vous avez cité Monsieur le Président Eric Doligé Sénateur UMP du Loiret qui dénonçait les transferts de compétences non compensés de l État Et connaissant bien cet élu puisque siégeant à la Conférence Nationale des SDIS à Paris je peux vous affirmer qu il sait là aussi dénoncer les dérives financières que doivent assumer les collectivités territoriales Alors il est difficile d accepter des leçons en matière de gestion financière de ceux qui nous imposent aujourd hui des intérêts d emprunt régionaux indexés sur le Franc suisse comme naguère ils avaient imposé à la Nation des emprunts indexés sur le cours de l or Chacun se reconnaîtra et j espère assumera ses choix Mes chers collègues notre région mérite beaucoup plus que des états d âmes mérite beaucoup plus que vos incantations et elle mérite que nous poursuivions loin des projets surdimensionnés et à la communication tapageuse un travail de fond permettant une vraie solidarité sur nos territoires en anticipant si possible par rapport aux autres régions et nous pouvons nous réjouir d être désormais leader en matière de désenclavement numérique Monsieur le Président nous nous reconnaissons dans la gestion rigoureuse initiée par Pierre Joël Bonté et que vous continuez J en veux pour preuve les deux décisions modificatives de cette année qui ne font varier que de 1 65 le budget initial que nous avons voté en janvier Mes chers collègues Il est certes plus difficile d annoncer la vérité et d assumer des choix budgétaires que de se contenter d effets d annonces et d engagements non financés mais je suis persuadé que les auvergnats se reconnaîtront dans cette méthode e vous remercie Session du 21 novembre 2006 Intervention de M René Souchon Président du Conseil régional d Auvergne Mes cher e s collègues Je souhaiterais commencer mon propos en figeant un instant le temps afin de prendre la photographie objective du contexte général dans lequel s inscrit notre action politique Pour reprendre une formule de JAURES qui m est particulièrement chère je voudrais que nous nous arrêtions un instant pour comprendre le réel Nous sommes à la fin de l année 2006 cela fera bientôt 3 ans que la Région Auvergne a changé d orientation politique C est presque le temps du mi mandat Grâce à la concertation et au dialogue la Région Auvergne est devenue l interlocuteur incontournable de l ensemble des acteurs des territoires auvergnats Avec la mise en uvre de la territorialisation de notre politique régionale elle agit en chef d orchestre pour impulser fédérer coordonner en s appuyant sur des dispositifs transversaux de développement et en concentrant son action en direction des territoires les plus en difficulté en illustrant le slogan il faut donner plus à ceux qui ont moins L identité et la lisibilité de l action de l institution Régionale n étaient perçues jusqu en 2004 que de manière approximative par les Auvergnats la Région étant d abord considérée comme un guichet auquel on s adressait pour tout et parfois n importe quoi Les choses ont changé même s il reste beaucoup à faire ici ou là et la Région est aujourd hui plus que jamais au c ur de la vie quotidienne de nos concitoyens même lorsqu ils ne le savent pas A travers l ensemble de nos champs de compétences c est bien la solidarité active qui constitue le c ur de notre politique son fil rouge Nous avons en grande partie gagné notre pari de 2004 Celui des Assises Territoriales Comme les auvergnats nous l ont demandé nous sommes sur la voie d une Auvergne plus accueillante ouverte au Massif Central à la France à l Europe et au Monde I COMPRENDRE LE REEL Arrêtons nous un instant et prenons le temps de prendre cette photographie Qu y voit on Tout d abord on s aperçoit que depuis notre prise de responsabilité en mars 2004 le contexte national créé par la politique gouvernementale pèse de plus en plus sur l autonomie des collectivités locales La droite a terni l image de la décentralisation en substituant à une exigence de solidarité et de proximité une politique systématique de désengagement de l Etat obligeant les régions à faire davantage appel à la fiscalité régionale la plus injuste qui soit Le Conseil Economique et Social lui même reconnaît que cet appel à la fiscalité est inévitable Le divorce est désormais consommé entre l Etat et les collectivités locales qui se doivent d assumer des charges et des responsabilités croissantes alors que dans le même temps la politique ultra libérale mise en uvre par la droite remet en cause la libre administration fiscale et financière des Régions En transférant des compétences nouvelles sans les moyens budgétaires équivalents le Gouvernement fait ainsi la part belle à l esprit de revanche qui l anime depuis sa défaite aux élections régionales de 2004 Quoi que l on en dise en effet les transferts opérés dans le cadre de la loi du 13 août 2004 ne se font pas à l euro près et en dépit des affirmations du Gouvernement les surcoûts occasionnés atteignent volontairement des sommes exorbitantes qui plombent les budgets de l ensemble des Régions Comme il ne faut pas affirmer sans démontrer prenons quelques exemples précis en nous appuyant sur les dépenses liées à l application des nouvelles compétences non compensées par l Etat En 2007 nous devons faire ce que l Etat n a pas fait vis à vis des TOS assurer une visite médicale annuelle permettre la formation assurer des prestations sociales prévoir le remplacement de ces agents en cas de maladie Ce sont 2 120 000 euros de dépenses incontournables qui ne seront pas compensées 60 000 euros pour la médecine du travail 640 000 euros pour la formation 520 000 euros pour les uvres sociales 800 000 euros pour l organisation de la suppléance tout au long de l année 100 000 euros pour l adaptation de l outil informatique Le transfert de l aéroport au 1 er Janvier 2007 nous obligera à investir sur cet équipement majeur pour le développement économique et le désenclavement mais aussi sur le déficit de gestion sans aucune aide de l Etat Ce sont vraisemblablement 700 000 euros qui devront être budgétés à cet effet dont 200 000 euros pour le seul déficit Face à l absence d informations fiables il devient également très difficile d évaluer le surcoût réel occasionné par le transfert des formations sanitaires et sociales Aujourd hui et avant la réunion de la Commission Consultative d Evaluation des Charges nous savons qu elle coûtera au moins 100 000 euros en dépenses pour l informatisation et la saisie des bourses 70 000 euros ainsi que pour la procédure contradictoire d analyse des comptes financiers 30 000 euros Mais nous sommes très inquiets car nous savons que nous pouvons nous attendre au final et dans ce seul domaine à une différence comprise entre 2 et 3 millions d euros entre les besoins effectifs et les transferts financiers de l Etat selon l estimation de notre conseil le cabinet KPMG Au total si l on considère le transfert des agents des lycées de l aéroport du travail sur les bourses sanitaires et sociales nous estimons aujourd hui à 4 120 000 euros le montant réel des surcoûts non compensés qui incluent le coût salarial des 15 agents supplémentaires que nous avons dû ou devrons recruter pour mettre tout cela en musique Et ceci sans compter l incertitude de 2 à 3 millions d euros sur les formations sanitaires et sociales que j évoquais il y a un instant 4 120 000 euros mes cher e s collègues qu il faudra prévoir dans le Budget Primitif 2007 même si le risque existe que le différentiel final soit bien supérieur de l ordre de 7 millions d euros Un coup dur pour nos collectivités qui pousse même le sénateur UMP et Président du Conseil Général du Loiret Eric DOLIGE à s exprimer dans un article du Monde du 6 novembre dernier en parlant de bombe à retardement financière et en expliquant que la décentralisation a été très insuffisamment anticipée Il déclare même je cite que les dotations de compensation que l État a proposées ne couvrent aujourd hui que 85 des charges et que les collectivités seront donc forcées de remettre au pot à hauteur de plusieurs milliards d euros J entends aussi à droite et à gauche ou plutôt à droite et à droite que notre collègue Brice HORTEFEUX se plaindrait du manque de projets du Conseil Régional et expliquerait à tout va que les impôts augmentent sans qu il y en ait la nécessité ou encore que nous procéderions à de nouvelles hausses d impôts sauf la dernière année du mandat Article de la Montagne du 6 novembre dernier Il est en effet très facile d éluder publiquement et volontairement l étroitesse de la base des impôts régionaux de comparer les taux d augmentation de la fiscalité entre collectivités en ne faisant systématiquement jamais allusion à leur augmentation en valeur absolue Lorsque le taux de TP est au niveau régional de 2 86 il est de 11 33 dans l Allier Lorsque le taux du foncier bâti est de 3 63 pour la Région il est de 14 70 dans le Cantal Lorsque le département du Puy de Dôme reçoit 85 65 M de TP la Région n en reçoit que 57 70 M Même chose pour le foncier bâti lorsque le département du Puy de Dôme reçoit 63 39 M le Conseil Régional d Auvergne pour toute la région n en perçoit que 40 86 M J appelle donc notre collègue Hortefeux à plus d honnêteté et de modération dans ses critiques sur l impôt régional Il convient aussi de regarder les taux pratiqués par les Régions voisines comme le Limousin par exemple Les choses pourraient être très différentes si la fiscalité régionale était à la hauteur des compétences transférées La vérité est que la Région est la collectivité locale qui dispose du moins de ressources fiscales sur 100 euros d impôts locaux payés par le contribuable 70 euros reviennent à la Commune ou à la Structure Intercommunale 25 euros au Département 5 euros à la Région Dès lors la collectivité qui augmente le plus ses taux de fiscalité n est pas forcément celle qui recevra le plus d argent supplémentaire Avec le plafonnement de la Taxe Professionnelle décidé par le Gouvernement les Régions voient leurs bases plafonnées régresser au mépris de leur autonomie financière rendant ainsi les prévisions budgétaires pour 2007 pour le moins délicates En Auvergne ce sont entre 5 et 6 Millions d euros sur lesquels il ne faudra plus jamais compter et que nous devrons rembourser à l Etat en 2007 et les années suivantes à partir de l augmentation de la fiscalité de l année 2005 Un drame budgétaire qui abaisse le point d impôt régional de 250 000 euros pour le ramener à seulement 650 000 euros Eh oui Chaque fois que la fiscalité directe progresse de 1 la recette supplémentaire n est pour la Région que de 650 000 euros Les impôts comptaient déjà très peu sur l ensemble des ressources de la Région mais avec le plafonnement il faudra que nous jouions encore plus finement sur les deux leviers de la fiscalité locale et de l emprunt pour garder un bon rapport entre eux et ainsi ne pas léguer une Auvergne surendettée aux générations futures Les Régions sont véritablement étranglées par le Gouvernement Que voit on encore sur cette photographie que je vous propose Du côté de l Etat depuis 2002 tous les budgets se suivent et se ressemblent peu pour la croissance et l emploi rien pour le pouvoir d achat Comme chaque année depuis 4 ans le Gouvernement promet une nouvelle fois de faire pour l année à venir ce qu il n a pas réalisé depuis son retour au pouvoir Le budget 2007 de l État se singularise d ailleurs par un degré d injustice inégalé D un côté le Gouvernement opère un tour de vis général hausse des prélèvements de 17 milliards d euros augmentation sensible des tarifs publics déremboursement des médicaments privatisations De l autre il octroie des avantages aux plus riches avec près de 4 milliards de baisse liée à la refonte du barème de l impôt sur le revenu dont 30 iront à 1 des ménages les plus aisés alors que les 10 les plus pauvres ne recevront que 2 des gains et les classes populaires seulement 20 La non sincérité du budget 2007 de l État marque elle aussi les esprits Comment le Gouvernement peut il en effet honnêtement affirmer que la baisse de la dette est sa priorité alors qu elle est passée en quatre ans de 58 6 à 66 6 du PIB Comment le Gouvernement peut il en effet sincèrement déclarer que la dépense publique est contenue alors que les statistiques annexées au Projet de Loi de Finances indiquent qu elle est passée de 51 5 du PIB en 2001 à 53 9 en 2005 et cela sans compter les 10 milliards d euros d engagements annoncés mais restant à financer Qu y voit on aussi On y voit la fin d une période de contractualisation avec l État la fin également des anciens fonds européens 2000 2006 Et aussi le début d une ère nouvelle placée sous le signe de la compétitivité des territoires qui favorise les plus riches Malgré ce contexte politique très défavorable malgré la gangrène de la décentralisation Raffarin Chirac nous allons poursuivre la construction de l Auvergne du 21 ème siècle La photographie étant prise le temps ne s arrêtera pas et nous sommes plus que jamais déterminés à inscrire notre action dans la continuité des Assises Territoriales fidèles à nos 82 engagements pris envers les auvergnats Nous continuerons à inscrire dans l histoire l empreinte de notre stratégie politique de notre volonté de notre devoir même d

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%202006/INTERVENTIONS%2021%20NOVEMBRE%202006.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Sans titre
    d Estaing Alors Monsieur le Président tout démontre que l UMP UPA est véritablement mal placée pour nous donner les leçons de gestion qu elle prétend nous infliger Elle se montre certes experte pour transformer un débat en mensonges et hypocrisie faute d arguments crédibles mais cela bien sûr dans le seul but de masquer son embarras et sa totale responsabilité dans la situation financière régionale Ainsi l opposition de droite se montre fidèle à elle même partisane de l immobilisme alors que vous proposez Monsieur le Président une gestion volontariste pour sortir l Auvergne de l ornière des actions conformes à nos engagements électoraux et encore plus aux attentes que les Auvergnats nous ont manifestées au cours des Assises territoriales C est parce que nous refusons l immobilisme que nous soutenons les priorités que vous affichez et qui sont indispensables pour notre région Priorité pour l éducation et la formation qui reçoivent 24 millions d euros supplémentaires Priorité pour l application pleine et entière de la gratuité des manuels scolaires à partir de la prochaine rentrée Priorité à la création de l école de la deuxième chance Priorité à l ouverture de nos aides économiques sur l économie sociale et solidaire parallèlement à l élaboration d un schéma régional de développement économique résolument tourné vers la prospective Priorité à l aménagement du territoire par la contractualisation avec des critères qui conduiront enfin à donner plus à ceux qui ont moins Priorité à une véritable politique d accueil de populations nouvelles pour compenser une situation démographique difficile Priorité au développement touristique par la mise en place d un centre d appels touristique régional d une plate forme d envoi de documentations d une agence de commercialisation Priorité à la mise en place d une politique de la ville dans laquelle la Région sera enfin partie prenante Priorité à la création d emplois tremplins régionaux Priorité au désenclavement avec une tarification sociale ferroviaire pour les personnes à faibles ressources Priorité encore vers le désendettement progressif de la Région l équilibre général du budget étant trouvé avec un recours à l emprunt en baisse de 6 7 À l évidence nous pourrions nous étendre beaucoup plus longtemps sur ce projet de budget sur les mesures que nous maintenons quand nous les trouvons justes et efficaces sur celles que nous supprimons parce qu elles étaient coûteuses et démagogiques et sur celles que nous introduisons parce qu elles sont essentielles pour l Auvergne Nous aurions pu attendre de la minorité régionale un peu plus de sagesse et de discernement à l instar de ce qu exprimé le Conseil Économique et Social Régional dans son avis sur le projet de budget Je me contenterai de rapporter quelques éléments de l analyse de cette Assemblée dans laquelle nous le savons nous n avons pas que des amis Monsieur le Président mais qui résume bien la justesse des programmes que comporte le projet de budget 2005 Je cite La politique de stabilisation des recettes fiscales menée ces dernières années concurremment à une stratégie de recours à l emprunt amène l exécutif régional à proposer une augmentation logique de la fiscalité Le CESR se réjouit du maintien des programmes d aide en faveur de la création et de la transmission reprise d entreprises note que la prime régionale à l emploi sera réservée aux seuls projets d implantations exogènes renouvelle tout son intérêt à la procédure d aide au recrutement de cadres note avec satisfaction la volonté de la Région de soutenir le tourisme à travers une politique plus ambitieuse et plus partenariale note avec intérêt l ouverture du dispositif d aide à l installation des jeunes agriculteurs à un public ne bénéficiant pas du dispositif État se satisfait de l abondement du plan national bâtiment par la Région souligne avec beaucoup d intérêt le nouveau programme d aide à l acquisition des manuels scolaires note avec intérêt la mise en uvre d un nouveau programme de formation pré qualifiante ou découvertes des métiers ainsi que l effort accentué d accompagnement des jeunes Le Conseil Économique et Social Régional enregistre aussi avec intérêt l augmentation des efforts en faveur de la recherche de l éducation et de l implication de la Région dans la politique de la ville se réjouit du lancement d un plan quinquennal de désenclavement de la poursuite du programme de soutien aux festivals emblématiques du programme des emplois tremplins Parallèlement le CESR déplore la précipitation de l État dans ces importants transferts nouveaux que constituent les formations sociales et paramédicales et la grande incertitude quant aux modalités de transfert des financements de l État pour tous les transferts de compétences actuels et à venir Il se fait d ailleurs l écho de notre Assemblée pour souhaiter une forte dotation compensatrice de l État au bénéfice des Régions à faible potentiel fiscal comme l Auvergne Voilà Monsieur le Président en quoi l avis du Conseil Économique et Social Régional doit avoir pour nous valeur d encouragement puisque les forces vives de notre région distinguent dans votre budget les raisons d espérer et nous ne pouvons que nous en féliciter J en terminerai Monsieur le Président par quelques considérations d ordre national car admettons le notre budget d un demi milliard d euros pèse bien peu pour colmater la casse sociale organisée par un Gouvernement qui aura créé en deux ans 197 000 chômeurs supplémentaires 248 500 allocataires du RMI supplémentaires et verra 20 ans après leur création les Restes du C ur enregistrer une très nette augmentation des repas servis chaque jour En somme la pauvreté et la précarité progressent tandis que la politique de baisse des impôts prive l État de 10 milliards d euros de recettes que 70 de ces baisses d impôts bénéficient à 10 des contribuables et que parallèlement on augmente les ponctions sociales sur les ménages de 3 4 milliards d euros réparties entre la CSG ou les prélèvements des retraites complémentaires des fonctionnaires Il y a décidément une grande hypocrisie de l UMP UPA à dire et réclamer sur le terrain plus d enseignants plus de policiers plus de chercheurs plus de services publics alors que dans le même temps ils encouragent le Gouvernement à privatiser à outrance pire même à accepter l inégalité territoriale au point Monsieur Proriol vous qui étiez rapporteur de la loi sur l aménagement des services postaux de ne pas avoir la capacité de pouvoir affirmer clair et net à l Assemblée nationale que l on maintiendrait le même prix du timbre sur l ensemble du territoire Voilà Monsieur le Président mes chers collègues quelques exemples du grand écart auquel se livrent aujourd hui les divers soutiens à un Gouvernement inspiré directement par les choix du Baron Ernest Antoine Seillière de La Borde Telle est aujourd hui la réalité que je me fais un devoir de rappeler pour éclairer la crédibilité des critiques que certains tentent de faire valoir à notre endroit Monsieur le Président j aurais souhaité m arrêter là Mais je ne peux pas vous dire que j ai apprécié que vous ayez commencé votre intervention en souhaitant un débat démocratique Nous sommes dans une Assemblée démocratique Vous avez souhaité que ces débats aient de la hauteur et du contenu et malheureusement les dérapages n ont pas manqué les mensonges et la diffamation vous ont atteint ce que je déplore Oui Monsieur le Président il faut le dire il n y a pas de hold up fiscal Il a deux conceptions de l impôt à droite on baisse l impôt et cela bénéficie à 10 de la population À gauche quand on augmente la fiscalité on ne touche que les propriétaires et c est pour l éducation la formation l agriculture les transports le développement économique et touristique Oui Monsieur le Président que l on ne nous dise pas que vous avez supprimé que vous avez enlevé qu il y a plus ici et moins ailleurs de crédits Non Monsieur le Président vous avez choisi de refuser le saupoudrage électoraliste qui comme dirait quelqu un que nous connaissons tous s il eut payé ne paye plus En mars 2004 les électeurs s en sont souvenus Monsieur le Président je souhaite que le débat dans cette Assemblée pendant deux jours soit à la hauteur des enjeux que notre région demande Je crois aujourd hui certains peut être je n irais pas jusqu à dire parce qu ils sont des has been mais peut être parce qu ils ont choisi de se discréditer avec la faiblesse de leurs arguments que nous ne jouons pas sur le même terrain nous n irons pas chercher nos arguments dans le caniveau Dieu sait si nous pourrions le faire en parlant des anniversaires des cadeaux de mariage et d autres choses Ce n est pas le lieu et ce n est pas notre méthode Alors Monsieur le Président nous sommes pour notre part au travail pour l avenir de l Auvergne Ce budget en est la preuve À chacun de prendre ses responsabilités Pour ce qui nous concerne nous le ferons Je vous remercie Monsieur le Président de votre écoute Session des 1er et 2 février 2005 Budget Primitif pour l exercice 2005 Intervention de M Pierre Joël Bont é Président du Conseil régional d Auvergne Mes chers collègues le quorum étant atteint nous allons pouvoir commencer nos travaux Je voudrais d abord en votre nom à tous saluer les élèves représentant le lycée Geneviève Vincent de Commentry qui sont dans notre tribune vous dire aussi qu en accord avec les Présidents de groupe nous terminerons cette matinée à 13 heures et nous la reprendrons à 14 heures 30 précises Nous démarrerons dès que le quorum sera atteint et à 18 heures 30 nous recevrons la confrérie des Talmeliers qui veulent nous honorer de leur présence en nous amenant les fameuses galettes que nous mangeons avec plaisir depuis début janvier que d autre part demain nous reprendrons à 9 heures précises pour être sûrs de terminer demain J attire votre attention sur le fait que le vote du budget n est plus acquis par le vote chapitre par chapitre mais que nous devrons avoir un vote global comme vous le connaissez soit dans les conseils généraux soit dans les conseils municipaux Nous devrons voter chapitre par chapitre mais en accord avec les Présidents de groupe nous considérerons sauf opposition de l un d entre vous que ce vote global vaudra vote chapitre par chapitre et que ce sera retranscrit dans le procès verbal Exceptionnellement nous commencerons par la Deuxième Commission en accord avec les Présidents de groupe suivie par la Troisième Commission parce que des membres de la Première Commission souhaitent assister aux obsèques de Monsieur Robert Pinard Président du comité régional de rugby dont tous ceux qui le connaissaient ont pu apprécier à la fois la gentillesse la rigueur et la droiture Je crois qu il a donné beaucoup et fait beaucoup pour le développement du rugby et du sport en général Je salue en votre nom aussi sa mémoire Mesdames Messieurs les élus mes chers collègues la Session qui débute constitue une étape importante puisque nous allons voter le premier budget de la nouvelle majorité régionale Les électeurs l ont souhaité en mars dernier c est une autre action politique qui se met en place une action basée sur la concertation l écoute la solidarité et le volontarisme Malheureusement avant de nous intéresser aux affaires régionales notre condition de citoyens du monde nous impose de revenir sur le drame qui a touché l Asie du Sud le 26 décembre dernier Petit à petit les projecteurs de l actualité s éteignent C est pourtant maintenant qu il faut reconstruire et penser à ceux qui ont survécu Nous voterons durant cette Session une aide d urgence de 50 000 euros en faveur des pays sinistrés Je souhaite que ce geste ne se fasse pas sous le coup de l émotion et pour solde de tout compte J ai pris l initiative de réunir le 28 février dans cette salle toutes les collectivités locales d Auvergne qui veulent s engager sur le long terme dans le soutien aux pays sinistrés À l élan du c ur et à l urgence doit succéder une véritable action de terrain Elle unira l Auvergne et une région du Sri Lanka ou d Indonésie dans le respect de chacun et dans le cadre d une coopération solidaire dénuée d arrières pensées En rassemblant nos forces et nos moyens je crois que nous pouvons être réellement efficaces pour que ceux qui ont échappé à la mort puissent reconstruire leurs vies Il nous faut aussi garder en tête que tous les ans 2 millions d enfants meurent parce qu ils n ont pas accès à une eau de bonne qualité Il n y a pas d images pas de décompte quotidien des victimes pas de stars qui témoignent Rien qu un chiffre Durant cette Session Jean Claude Mairal nous proposera de nous investir fortement dans la coopération décentralisée notamment avec le Mali Nous ne changerons pas le monde nous ne supprimerons pas la misère du monde mais si nous pouvons être un tant soit peu utile à l Humanité alors nous aurons je crois fait notre devoir Toujours dans l actualité mais plus près de chez nous le Préfet du Cantal a annoncé qu il allait autoriser l extension de la porcherie de Marchastel Il a assorti cette annonce d un commentaire assez ferme qui a été repris par la presse Il déclare notamment que la porcherie de Marchastel est l exemple de ce qu il ne faut pas faire dans le Cantal Le Préfet s inquiète de la compatibilité du projet avec l agriculture du 21eme siècle et le développement notamment touristique du Cantal Cette affaire suscite plusieurs commentaires de la part de l exécutif régional Premièrement comme Monsieur le Préfet du Cantal nous souhaitons que la justice suive son cours et que les agressions et dégradations qui ont entouré cette affaire soient punies Deuxièmement nous ne pouvons que nous interroger sur la place des Parcs naturels régionaux après cette décision On se rappelle que la Charte du Parc naturel régional des Volcans avait empêché l installation de l entreprise Amis et de 600 emplois à Manzat On constate aujourd hui que juridiquement elle ne peut pas empêcher les porcheries industrielles de se multiplier dans le Cantal et sur l espace du Parc Tout cela laisse perplexe Troisièmement nous devons prendre nos responsabilités et confirmer dans les actes les orientations validées par les électeurs en mars dernier Je vous annonce donc que nous avons décidé de suspendre les aides aux bâtiments d élevage porcin dans l attente des conclusions d une étude indépendante qui sera lancée dans les semaines qui viennent Cette étude devra nous permettre de distinguer d un côté les projets respectueux de l environnement s inscrivant dans une démarche de développement durable et de production de qualité garantissant des revenus satisfaisants aux agriculteurs et de l autre les projets véritablement industriels qui conjuguent nuisances pour l environnement et pour la population et dont les revenus sont incertains en raison de prix de vente toujours à la baisse Il est clair qu aujourd hui le Conseil régional d Auvergne se déconsidérerait en soutenant des projets reposant sur un modèle qui a montré toutes ses limites Nous ne rendrions service ni à l Auvergne ni à son agriculture si nous agissions ainsi Par la concertation par le dialogue nous devons inventer un modèle de production porcine adapté à notre environnement et aux besoins de notre économie notamment pour la branche salaisons qui manque cruellement de production locale Un mot sur la gestion des Fonds européens qui semble susciter bien des polémiques et des procès d intention Bien évidemment l approche du terme du 31 décembre 2006 fait que fort heureusement les programmations et pré programmations engagées d ailleurs bien avant les élections régionales ferment un certain nombre de mesures où les demandes dépassent largement les crédits disponibles À chaque comité de programmation un point précis a été fait et les orientations stratégiques arrêtées avec les représentants de l État et les 4 Conseils généraux Beaucoup de promesses pré électorales faites par l ancienne majorité régionale ne pourront être honorées Il est absurde dès lors de formuler des protestations surtout quand les dossiers n ont été ni annoncés en pré programmation ni déposés Notre objectif que j espère partagé reste de ne prendre en compte que les dossiers opérationnels réalisables sans risque dans les délais impartis et avec l objectivité indispensable à un aménagement des territoires harmonieux et solidaire Mes chers collègues au moment où les Régions les plus fragiles attendent de l État une plus grande solidarité et la mise en place d une véritable péréquation nous assistons au contraire à une réduction de ses interventions à ce que l on peut appeler un désengagement Le désengagement de l État c est plus de 55 millions d euros qui ne viendront pas soutenir le tramway de l agglomération clermontoise et une ardoise réglée pour partie par le Conseil régional à hauteur de 15 millions d euros et 20 millions d euros sur les Fonds européens Le désengagement de l État c est 47 millions annoncés sur le volet routier du Contrat de plan pour 2004 et au bout du compte ce sont seulement 18 millions d euros qui sont délégués Avec ses 2 exemples nous dépassons déjà le produit dégagé par l augmentation de notre fiscalité Désengagement sur le Contrat de plan État Région qui accumule les retards routiers et ferroviaires compromettant ainsi l attribution des Fonds européens pré programmes Où en est donc la promesse des 10 millions d euros pour Clermont Paris Le désengagement de l État c est aussi les aides aux entreprises qui sont suspendues faute de crédits Nous avons dû annuler le comité État Région de décembre en raison de la défaillance des crédits de l État Le

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%201%20ET%202%20FEVRIER%202005.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Sans titre
    Gouvernement 4 5 milliards d euros supplémentaires alors même que nous savons que la croissance n est pas au rendez vous et que les estimations du budget de l État ne seront pas respectées avec pour corollaire une aggravation de tous les déficits publics Monsieur le Président critiquer votre gestion vouloir accabler la Région n est ce pas une ficelle un peu grosse quelques jours après la déclaration de politique générale du Premier Ministre pour masquer le constat sans appel que Monsieur de Villepin a dressé du bilan de son prédécesseur et de la droite depuis trois ans au pouvoir situation dramatique qui inquiète même les parlementaires de la majorité et la population française N est ce pas une ficelle un peu grosse que de vouloir masquer l inquiétude la désespérance des Françaises et des Français face à un Président de la République sourd et incapable de répondre à leur appel ni au désarroi de sa majorité qui a assisté mercredi à l Assemblée nationale fataliste désabusée comme l a souligné la presse à la prestation de son Premier Ministre Qu en est il de cette déclaration Le message de la France des salariés des sans emplois des désespérés de la crise économique et des victimes du libéralisme a t il été entendu Le message du monde rural qui voit disparaître un à un ses services publics et qui s inquiète à juste titre de son devenir a t il été compris J en doute mais je constate aussi que la majorité des Français en doute Je lisais hier que François Fillon déclarait le malaise national que nous n avons pas réussi à guérir en trois ans Lui même constatait l échec On attendait une rupture salutaire une prise en compte des attentes des Français On attendait la réponse d un régime à bout de souffle et l on voit poindre que demain sera comme hier et que la précarité s ajoutera à la précarité Nous avions connu il y a bien longtemps avec le Président Giscard d Estaing le changement dans la continuité qui n avait d ailleurs pas changé grand chose puisque les Français l ont remercié avant que les Auvergnats n en fassent autant Nous sommes à présent dans la continuité sans le changement et dans des promesses qui en elles mêmes contiennent la critique de la gestion des trois ans Chirac Raffarin On nous promet des grands travaux sur le rail et la route on nous promet de faire convoquer dans l année tous les jeunes à l ANPE et de trouver une solution à leurs problèmes d emplois Mais pourquoi ne pas l avoir fait dans les trois dernières années si tout cela est aujourd hui devenu possible Alors pourquoi ces promesses qui ne sont que l expression d une condamnation que l on retrouve bien évidemment dans le vote du 29 mai L on entendait ça et là que les Français se désintéressaient de la politique et que les jeunes s en tenaient à l écart Et bien quels qu aient été nos choix réjouissons nous de cette participation massive et particulièrement de la participation des jeunes Alors qu il y a dans ce message des exigences démocratiques le Gouvernement nous propose de légiférer par ordonnances c est à dire sans le moindre débat au Parlement Bien sûr certains nous dirons que c est l urgence qui impose les ordonnances Mais quelle urgence Celle qui impose de corriger la politique de Chirac et Raffarin celle que la droite soutient depuis trois ans S agit il de la même urgence qui vous avait fait choisir l article 49 3 de la Constitution pour imposer la loi de décentralisation dont nous mesurons aujourd hui la totale impréparation et les conséquences non maîtrisées sur les finances des collectivités territoriales La seule urgence que nous retiendrons c est que dans moins de 100 jours il faudra rendre des comptes La formule était bien imprudente mais sachez bien qu aucune man uvre médiatique ne pourra se substituer aux exigences que le peuple français a manifestées L enjeu vous le connaissez c est le chômage la précarité la baisse du pouvoir d achat le logement le déficit social et démocratique À l évidence malheureusement l analyse de la société française que l on voudrait nous faire entendre n est pas celle que les Français constatent chaque jour dette écrasante déficit des comptes sociaux chômage au delà des 10 Faut il rappeler qu après Chirac Juppé le chômage était à 12 6 et qu il est passé sous les 10 9 4 en 2000 après trois ans de gestion Jospin Faut il rappeler que depuis le retour de la droite aux affaires le chômage n a fait que s aggraver passant au dessus des 10 avec un jeune sur quatre sur la touche et une aggravation dramatique du chômage de longue durée Et dans le même temps les bénéfices des sociétés du CAC 40 n ont jamais été aussi forts les revenus des dirigeants n ont jamais autant évolué et les rentes de situation qu ils s octroient sont une insulte au peuple qui souffre 2800 années de SMIC pour l ancien PDG de Carrefour quelle indécence Est ce pour cela que Monsieur de Villepin a décidé une pause dans la baisse de l impôt des riches La réalité pour les Français est pourtant bien plus grave 2 500 000 personnes sont officiellement recensées comme demandeurs d emploi dits de catégorie 1 À cela on doit ajouter ceux qui prennent en compte les formes plus ou moins diffuses de chômage soit 700 000 autres demandeurs d emploi dits de catégorie 6 7 et 8 ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois et qui n apparaissent jamais évidemment dans les statistiques À ceux là ajoutons encore 750 000 personnes à la recherche d un contrat à durée déterminée ou d un emploi à temps partiel et qui n entrent pas eux non plus dans les statistiques officielles du chômage Nous voilà donc à 4 millions de personnes auxquelles il convient d ajouter pour être exhaustif 600 000 salariés âgés chômeurs dispensés de recherche d emploi ou bénéficiaires d une forme ou d une autre de préretraite non comptabilisés dans les statistiques bien sûr Rappelons aussi les 1 200 000 bénéficiaires du RMI le RMI ayant progressé de plus de 200 000 en moins de trois ans Mais ces chiffres sont hélas loin d être complets si l on substitue à l analyse toute la strate des salariés en précarité en sous emploi chronique 360 000 pour l intérim 1 600 000 en contrat à durée déterminée 1 200 000 pour les temps partiels généralement d ailleurs en temps partiel non choisi Au total nous indique Jacques Rigaudiat seul expert à se livrer à un diagnostic complet de la situation sociale de notre pays durant les dernières années sur quatre nouveaux actifs un est chômeur un est salarié précaire et deux autres seulement occupent des emplois jusqu alors jugés statutairement normaux Oui le monde salarié est aujourd hui non seulement hanté par la peur du chômage il l est aussi par la peur de la pauvreté Oui l émergence d une catégorie de travailleurs pauvres est aujourd hui une réalité quand un tiers des salariés perçoit un salaire inférieur à 1 3 SMIC victimes qu ils sont eux aussi d un système qui favorise les profits exceptionnels des groupes côtés gonfle les dividendes servis aux actionnaires rémunère astronomiquement les dirigeants dans un vaste champ d inégalités qui désormais frise l indécence Oui la situation est grave Très grave même 7 millions de personnes pauvres ou en voie de paupérisation 10 millions de précaires ou exclus de la sphère du travail Voilà malheureusement dressé l état des lieux de la situation sociale de notre pays Cela veut dire entre un quart et un tiers de nos compatriotes touchés par le fléau Où est passé le temps ou chacun pouvait croire pour ses enfants à une situation meilleure que la sienne alors que personne ne peut dire si demain sa propre situation ne sera pas plus dure que celle d aujourd hui Devant cela devant un tel constat les solutions ne sont pas dans la déclaration de Monsieur Galouzeau de Villepin Ce n est pas en donnant l illusion d un CDI pour tous avec une période d essai de deux ans et en parallèle une possibilité de licencier à tout moment et une suppression de l indemnité compensatrice de précarité que l on redonnera espoir Ce n est pas non plus en exonérant les charges sur les bas salaires que l on augmentera le pouvoir d achat et la consommation mais au contraire cela nous conduira à une généralisation du SMIC et une aggravation des déficits des organismes sociaux Ce n est pas non plus en s attaquant au Droit social et au Code du travail que l on sortira le pays de l ornière J entendais il y a quelques jours des élus nationaux de l UDF dire sur les médias ne pas être en phase avec cette mascarade Alors comment le peuple pourrait il y croire alors que des élus de la majorité encore que selon les uns ou les autres ils sont dedans à côté ou pas tout à fait dedans n y croient pas Mes chers collègues certains considéreront peut être que mes propos de politique générale sont quelque peu éloignés de la politique de la Région Auvergne Ils se trompent car nous avons connu un Président de Région qui se réjouissait d un taux de chômage régional inférieur de quelques dixièmes au taux de chômage national lorsque l Auvergne reculait Nous avons connu aussi les propos dithyrambiques sur la fréquentation et les recettes de Vulcania et nous sommes aujourd hui en face d une réalité bien différente Nous devons aux Auvergnats la vérité parce que nous devons parler le même langage que le leur Nous devons persister dans un fonctionnement démocratique comme nous essayons de le faire depuis quinze mois Nous devons honorer chacun des engagements pris devant les électeurs pour rester crédibles Et même si les 500 millions d euros de notre budget régional pèsent bien peu face à la situation de notre pays et au désengagement de l État dans les contrats de plan nous devons tenir bon et respecter nos engagements Les Assises territoriales nous ont donné une feuille de route cela se traduit par 82 engagements pour l Auvergne Chacune de nos Sessions se doit désormais d être tournée vers le seul souci de respecter ces engagements Aujourd hui cette décision modificative en est l illustration puisqu elle contient nombre de décisions qui sont la traduction du respect de ces engagements Permettez moi donc de dresser un premier bilan après quinze mois d exercice Outre l apurement d un passif que nous avons assumé parfois je dois le dire sans enthousiasme au nom de la continuité républicaine j ai recensé déjà vingt deux engagements respectés ou en voie de l être sur les quatre vingt deux engagements pris à l issue des Assises territoriales L engagement n 47 sur la gratuité des manuels scolaires L engagement n 48 sur la tarification sociale des transports ferroviaires pour les personnes en difficulté et que la minorité régionale bien sûr n a pas voté L engagement n 80 sur la mise en place de comités de ligne pour les transports ferroviaires L engagement n 69 de soutien aux lignes aériennes Aurillac Paris véritable manifestation de la solidarité entre les territoires L engagement n 67 sur la mise en place du plan quinquennal de désenclavement routier ferroviaire et numérique Les engagements n 48 49 et 50 qui visent aux rattrapages quantitatifs et qualitatifs en matière de formation initiale L engagement n 39 établissant des conventions triennales avec les associations et institutions culturelles L engagement n 30 dit Agenda 21 et qui consiste en la mise en place d un développement durable et responsable en Auvergne Les engagements n 27 et 28 relatifs au développement du tourisme dont le schéma vous est présenté aujourd hui et assoit les bases cohérentes qui manquaient jusque là pour assurer le développement de cette activité prometteuse pour l Auvergne schéma approuvé par les quatre Conseils généraux et par l ensemble du conseil d administration du CRDTA L engagement n 25 de doubler le budget régional consacré à l agriculture biologique L engagement n 22 de création d emplois tremplins régionaux Les engagements n 10 et 75 qui visent à la création d antennes à Bruxelles pour mieux défendre les intérêts de l Auvergne et d antennes à Moulins au Puy et à Aurillac Les engagements n 11 et 15 relatifs aux échanges internationaux aux actions de coopération à l international L engagement n 9 qui préfigure l engagement n 8 pour asseoir dans les faits la coopération interrégionale Les engagements n 1 2 et 3 relatifs à un programme décennal de prospection et d accueil de nouvelles populations Je n aurai garde d oublier toute l importance des schémas d orientations que nous lançons et qui préfigurent l Auvergne de demain schéma régional de formation professionnelle schéma interrégional du développement du Massif Central schéma de développement économique qui devra conduire à une répartition des fonds régionaux mieux ciblés sur l emploi pour se substituer à une politique de guichet souvent injuste et improductive enfin le schéma d organisation touristique dont la qualité du rapport présenté en DM1 dont la pertinence et la précision permettent d envisager sereinement le développement en la matière et les créations d emplois induites Face à ce bilan de nos quinze premiers mois d exercices les critiques de l opposition paraissent donc bien déplacées et désuètes À ces critiques infondées nous opposons notre pratique de la proximité que nous devons à nos concitoyens À ces critiques infondées nous opposons aussi notre volonté d information et notre souci de respecter intégralement nos engagements Notre méthode n a rien à voir avec celle qui consiste pour exercer le pouvoir à dénoncer la fracture sociale pour mieux l accentuer ensuite Notre méthode n a rien à voir non plus avec celle qui consiste pour conserver ce même pouvoir à jouer sur les peurs des Français puis comme l a déclaré Jacques Chirac à se sentir tenu par une responsabilité pour mieux accroître ensuite les inégalités entre les Français Notre méthode est celle de la clarté de la vérité et du respect de la parole donnée C est ainsi et sur ces bases que les Auvergnats jugeront Je vous remercie Monsieur le Président Session du 14 juin 2005 Décision Modificative N 1 Intervention de M Pierre Joël Bont é Président du Conseil régional d Auvergne Mesdames Messieurs les Conseillers régionaux chers collègues en début de Session je voudrais tout d abord en votre nom à tous et en mon nom adresser nos sincères félicitations à notre collègue Brice Hortefeux qui fait son entrée dans le Gouvernement de Dominique de Villepin Applaudissements nourris Brice Hortefeux est en charge des collectivités locales Je sais que nous aurons l occasion de nous rencontrer assez fréquemment au moins dans le cadre de mes fonctions au sein de l ARF Je souhaite qu il soit un ministre qui soutienne les collectivités locales qui regarde en face leurs problèmes et non le ministre chargé d affaiblir les collectivités particulièrement celles de gauche notamment les Régions Le désengagement de l État une décentralisation hâtive mal préparée et sans vrai sens font que les collectivités locales sont aujourd hui dans le doute Et ceci dépasse les frontières politiques il n est qu à relire les propos du Président du Conseil général du Cantal ou du Président du Conseil régional d Alsace pour s en convaincre Dès lors j espère que Monsieur Brice Hortefeux fera remonter le message et saura influer en faveur d un retour de l État dans les financements et d une pause dans cette pseudo décentralisation néfaste à tous et en tout cas mal comprise Je souhaiterais également vous présenter en ce début de Session notre Directrice générale adjointe Catherine Damesin qui vient seconder dans sa tâche Philippe Gazagnes et Monsieur Daniel Delassalle qui est responsable de la Direction de la formation professionnelle Je vous remercie ils ont été élus par le seul Président du Conseil régional C est un vote un peu truqué Mes chers collègues le 29 mai les Français se sont exprimés clairement en rejetant à près de 55 le projet de constitution européenne qui leur était soumis Ce scrutin a été marqué par une participation de 70 et durant des semaines le débat a fait rage dans notre pays Il faut s en féliciter Certes les Français sont mécontents certes l extrême droite reste forte Pour autant les Français n oublient pas le chemin des urnes et leur colère passe par les urnes Ils avaient déjà voté en masse lors des élections régionales L Auvergne comme la France restent des terres où les citoyens sont acteurs de leur futur et ont envie de peser sur lui Il faut tous nous en réjouir Si la réponse au référendum a été claire les conséquences de cette réponse le sont tout autant La constitution qui pouvait renforcer l Europe politique et jeter les bases de l Europe sociale est arrêtée Nous en resterons donc je l espère provisoirement au traité purement économique de Nice Dont acte Devant ce non de mécontentement ce non d avertissement quelle réponse apporter Du côté du Président de la République il n y a pas de réponse d envergure mais faut il s en étonner Un nouveau Gouvernement avec pour l essentiel les mêmes hommes sauf notre collègue pour lequel nous nous réjouissons encore une fois avec pour l essentiel les mêmes hommes dans un subtil jeu de chaises musicales et le retour de Nicolas Sarkozy qui en moins de 18 mois a été Ministre de l Intérieur Ministre de l Économie a quitté le Ministère de l Économie pour la

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%2014%20JUIN%202005.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Sans titre
    décentralisation solidaire La future responsabilité régionale de l AFPA et le service régional de l inventaire complètent cette série de transferts qu on nous impose Dans ce domaine là transfert à l euro près il y avait quatorze personnes il y a deux ans il y en a douze aujourd hui Bien sûr douze seulement seront compensées Que dire du transfert des formations et des bourses étudiantes du secteur social lorsque l on sait qu il y aura demain davantage d élèves à aider sans compensation supplémentaire de l État Nous savons tous que dans le domaine social les ressources affectées par l État sont loin de couvrir les besoins six écoles agréées quatre compensées ce qui nous promet vraisemblablement des réajustements financiers douloureux Oui mes chers collègues la décentralisation vue par la droite ne peut qu amplifier nos craintes quant à la paralysie budgétaire future de nos Régions Il va de soi qu avec cette décentralisation sont désormais menacés de paralysie un certain nombre de nos investissements futurs Les masques étant tombés il est facile de comprendre pourquoi la droite a choisi d utiliser l article 49 3 pour faire passer cette réforme injuste aux conséquences très lourdes pour les finances régionales interdisant tout débat tout amendement et toute modification éventuelle des conditions de transfert Je pose solennellement aujourd hui la question Comment dans de telles conditions pourrons nous maintenir la fiscalité régionale en l état Il n y aura que deux solutions augmentation des impôts ou diminution du champ d interventions de la Région Je le dis par avance et nous le répéterons toutes les incidences d augmentations fiscales que connaîtra notre Région seront de la responsabilité de ceux qui ont soutenu le texte Raffarin qui ont cautionné cette décentralisation bâclée mal conduite et dont le seul but était de décharger l État Oui Messieurs de la minorité les augmentations fiscales futures induites par votre réforme seront de votre responsabilité et il vous faudra les assumer Cette décentralisation je le crains préfigure aussi l abandon à terme d un grand nombre de prérogatives régionales que nous assumions jusque là En effet si nous voulons maintenir une fiscalité constante il nous faudra renoncer à des interventions en faveur de secteurs d activités sur lesquels nous sommes déjà des acteurs importants De tels désengagements Messieurs de la minorité seraient aussi de votre responsabilité et il vous faudra les assumer J ajouterai que la dette gigantesque que vous nous avez laissée en héritage n arrangera malheureusement pas la situation Une vérité s impose d elle même la Région ne pourra pas répondre favorablement à toutes les demandes en raison des nouvelles obligations que l État nous impose Et pourquoi ne pas dire clairement que pour la droite le transfert des déficits permettra au Gouvernement d alléger les impôts des plus riches Il s agit bien d un choix idéologique mes chers collègues Il suffit pour s en convaincre d examiner la politique du Gouvernement actuel Villepin était à vous entendre chers collègues de la minorité en rupture avec Raffarin Ce devait être en 100 jours le retour à la confiance de tous les Français Jamais le moral n a été aussi bas Pour ce qui concerne les affaires régionales la certitude c est que Monsieur de Villepin n est pas revenu sur la décentralisation Raffarin Il la cautionne donc Monsieur le Président mes chers collègues comment ne pas partager le pessimisme de tous les Français lorsqu on constate l état actuel de notre pays Taux de croissance au plus bas Consommation des ménages qui s effondre obérant toute perspective de maintien de la croissance Baisse des investissements de nos entreprises dont nous mesurerons demain les conséquences en matière d emplois Dégradation sans précédent de la balance commerciale et le pétrole n est pas le seul responsable d autant qu on oublie de dire que l euro fort a compensé partiellement cette hausse Flambée des prix du carburant qu accentué un refus du Gouvernement de revenir sur la TIPP flottante qui permettait de limiter la hausse du prix à la pompe par un blocage de l évolution des taxes Quant à l emploi et malgré des radiations massives qui permettent aux chiffres actuels d afficher une légère baisse du chômage nous savons que celle ci est due principalement à la mise en place d une politique d emplois aidés Quelle démonstration de l incohérence gouvernementale qui après avoir supprimé les postes d aides éducateurs les réintroduit en fournissant une explication inverse de celle qui justifiait la suppression Oui l emploi demeure la préoccupation principale de tous les Français Tous les élus ici le savent bien La situation de notre pays est préoccupante et ce que l on nous annonce pour demain laisse sceptique quant à l efficacité des mesures à venir Car demain mes chers collègues c est la réforme de l impôt sur la fortune pour satisfaire une clientèle de privilégiés au détriment de l intérêt du plus grand nombre Demain c est le démantèlement du service public avec la suppression des liaisons ferroviaires non rentables même si cela est partiellement démenti Il s agit de rumeur Rumeur peut être aussi mais ce Gouvernement puisqu il ne gouverne pas à vue doit gouverner par la rumeur Et bien c est aussi demain le bradage du patrimoine public avec la privatisation de l énergie et même des autoroutes alors que le maintien de celles ci dans le giron de l État pourrait rapporter au budget des ressources conséquentes Demain avec la mise en place du Contrat nouvelles embauches nous mesurons déjà la précarité qu instaurera l invention de ce contrat dit à durée indéterminée d une durée limitée dans le temps et qui permet d instaurer l autorisation non administrative de licenciement à tout moment Oui mes chers collègues 100 jours se sont écoulés depuis la nomination de Monsieur de Villepin 100 jours qui devaient tout transformer 100 jours qui n ont fait que confirmer la politique inégalitaire et destructrice de la

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%2012%20SEPTEMBRE%202005.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Sans titre
    d insertion Pourquoi avoir baissé les crédits de la politique de la ville de 13 6 Pourquoi enfin ne pas avoir appliqué la loi SRU obligeant à un minimum de 20 de logements sociaux dans les villes O ui mes chers collègues je salue l arrivée du Ministre le pire est à craindre lorsque la désespérance est poussée à l extrême lorsque dans notre pays un jeune sur quatre est au chômage trois sur quatre le plus souvent résident dans les cités Nous ne pouvons que condamner la violence et le désordre public mais notre réponse c est avant tout celle de la République À nous élus de veiller au respect de ses valeurs La République c est l ordre républicain seul garant de la liberté La République c est une obligation sociale assumée collectivement et sans laquelle il ne peut y avoir d égalité Les écoles les centres sociaux les bâtiments publics et leurs personnels constituent le bien commun que nous avons construit dans le cadre de la République Ils doivent être respectés L ordre républicain est la règle de vie qui nous permet de surmonter nos différences de quelques ordres qu elles soient La République il y a un siècle a promu la laïcité c est à dire la liberté de conscience et le refus d un communautarisme que l on voit aujourd hui grandissant et sur lequel malheureusement certains s appuient pour des raisons bassement électorales sans mesurer combien ils fragilisent la République Il est vrai qu il est plus facile de jouer les gros bras derrière les rangs de policiers à qui d ailleurs nous devons rendre hommage et de promouvoir contre les violences de banlieues les chefs religieux et les grands frères plutôt que de s attaquer aux véritables causes qui ont conduit à de tels débordements Oui mes chers collègues ce constat nous oblige à reconnaître que la seule urgence c est l urgence sociale et que l on ne répondra pas à la désespérance en manipulant la peur et l angoisse même si celles ci sont souvent justifiées Oui mes chers collègues il y a une réelle urgence sociale pour les banlieues mais cette urgence sociale vaut pour l ensemble de notre pays lorsque le nombre de RMIstes ne cesse de croître lorsqu un tiers de ces mêmes Rmistes le sont depuis plus de cinq ans lorsque la consommation des ménages baisse lorsque l immobilier et les loyers flambent lorsque l augmentation du prix du pétrole n est plus atténuée par le mécanisme régulateur de la TIPP flottante mise en place par la gauche et que le Gouvernement actuel refuse de rétablir alors que l on sait que nombre de Français ne pourront se chauffer cette année pas même avec une aide symbolique à la cuve qui paraît dérisoire Cette urgence sociale le Gouvernement en prend conscience bien tardivement et pour y répondre préconise l inverse de ce qu il a fait depuis trois ans D abord il a procédé à des coupes sombres dans les emplois aidés emplois jeunes CES CEC et aujourd hui il tente de réintroduire ceux ci sous diverses formes Ensuite ce Gouvernement a taillé dans les crédits de la politique de la ville dans les aides aux associations pourtant oh combien utiles puis aujourd hui il réintroduit une partie de ces aides financières à ces mêmes associations avec application dès janvier 2006 Dans la même ligne suppression hier de la police de proximité et réintroduction aujourd hui d une police de terrain Hier encore refus de soutenir la proposition de loi déposée par le groupe Socialiste pour la création d un service civil et aujourd hui annonce de la création de 50 000 postes de service civil volontaire Toujours ces mêmes contradictions lorsque la droite vote contre la loi SRU et contre les pénalités aux communes n ayant pas 20 de logements sociaux et aujourd hui incitation par le Président de la République à l application stricte de cette loi par le biais de l autorité des Préfets Il est vrai que je n avais pas eu connaissance jusqu à ce jour d un rappel à l ordre adressé au Maire de Neuilly pour ses 2 6 de logements sociaux ni d un rappel à l ordre au Maire de Chamalières pour ses 5 7 et je serais heureux de connaître si cette démarche est désormais mise en route par le Préfet puisque le Ministre l a demandée Il y a Messieurs une certaine contradiction dans les propos qui ont été tenus par le représentant de la droite Contradictions sur les OGM en oubliant que dans cet hémicycle Monsieur le Président vous nous avez proposé un véritable débat contradictoire sur les OGM Pour qu il soit de qualité il vaut peut être mieux attendre De la même façon vous avez demandé la transparence et cette transparence oui nous voulons la connaître Lorsque le journal Le Figaro qui est un journal de gauche comme chacun le sait dans son édition du 6 septembre reprise par Le Monde le jeudi 8 septembre déclarait ce qui n a jamais été infirmé qu il y avait près de 1 000 hectares de maïs transgéniques qui ont été exploités sans aucune autorisation et qu aucun responsable dans notre région dans le domaine agricole ne peut nous affirmer que ce problème ne s est pas posé Et Christian Ménard Député UMP du Finistère rapporteur de la mission parlementaire dont faisait partie notre collègue Proriol déclarait dans le même journal et recommandait en avril une pause dans les essais OGM indiquant qu il n avait aucune connaissance de ces 1 000 hectares de cultures non autorisées Il faut la plus grande transparence sinon on n arrivera à rien Contradictions sur le secteur autoroutier pourquoi ne pas rappeler que nous avons demandé la construction l édification du barreau de Balbigny dans un v u du 20 décembre 2004 adressé à Monsieur Barrot et que vos amis libéraux européens ont considéré qu il n avait aucun intérêt

    Original URL path: http://www.auvergne-groupesocialiste-region.fr/MES%20ELEMENTS/INTERVENTIONS/INTERVENTIONS%2024%20et%2025%20NOVEMBRE%202005.htm (2015-10-11)
    Open archived version from archive