archive-fr.com » FR » A » AVIGNON.FR

Total: 907

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Histoire : XIXe et XXe siècles
    du XIXe s pour relier directement la gare nouvelle au coeur de la ville Une période économique faste s ouvrait alors imposant le percement de brèches dans les remparts la construction de halles la création de nouvelles voies bordées de beaux immeubles et d hôtels particuliers De cette époque datent également la synagogue et la caserne Hautpoul aujourd hui cité administrative La mairie Dès 1447 l ancienne livrée du cardinal évêque d Albano était transformée en maison commune C est sur cet emplacement qu a été édifiée l actuelle mairie inaugurée en 1852 par le prince Louis Napoléon alors Président de la République On a conservé le vieux beffroi animé par un couple de jaquemards c est la tour de l Horloge ou du Jacquemard Le théâtre Après l incendie de 1846 un nouveau bâtiment était immédiatement mis en oeuvre sur des plans proposés par deux architectes Léon Feuchères et Théodore Charpentier En partie inachevé il ouvrait ses portes dès l année suivante La ville sort timidement de ses remparts dans l entre deux guerres En 1948 Jean Vilar crée dans le Palais des Papes le Festival d Avignon appelé à devenir le plus important festival de théâtre du monde L activité économique de l après guerre basée sur le commerce et le tourisme participe à l essor de la ville qui devient une véritable métropole régionale Extra muros les quartiers modernes s édifient les équipements se multiplient tandis que dans le centre une importante campagne de restauration des monuments permet leur affectation et leur participation à la vie économique ou collective musées bibliothèques palais des congrès université etc L église Saint Joseph travailleur Conçue par Guillaume Gillet membre de l Institut et grand prix de Rome pour le quartier entre Champfleury et Monclar elle a été réalisée en 1969

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/histoire/vingt.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Les armoiries d'Avignon
    l avènement du Pape Clément VI lequel ayant acheté cette ville en 1348 voulut en changer le blason et remplaça l aigle par trois clefs d or sur un champ de gueules Il choisit de préférence des clefs parce que ce symbole comme aujourd hui appartenait pour ainsi dire au Saint Siège deux clefs liées en sautoir et le nombre de trois parce qu il y avait alors pour gouverner la ville trois syndics que le Pape Sixte IV permit peu de temps après d appeler consuls Cependant les Avignonnais ne voulurent pas ainsi abandonner entièrement leur ancien écusson et surtout le gerfaut souvenir des empereurs germaniques qui leur auraient permis de s établir en République Ils réclamèrent auprès du Saint Siège qui les autorisa à prendre deux aigle s ou gerfauts pour support avec la devise UNGUIBUS ET ROSTRO Celle ci montre la volonté de tous de préserver les libertés municipales On a prétendu que les grelots attachés aux pieds des gerfauts voulaient signifier l attention et la surveillance que les consuls devaient avoir sur les intérêts de la ville et que leur bruit devait les tenir éveillés pour maintenir la tranquillité de leur cité et sauvegarder l indépendance avignonnaise 1 Le 11 novembre 1948 Avignon a reçu une citation à l ordre de la division Cette distinction comporte l attribution de la croix de guerre avec étoile d argent Depuis cette décoration figure sur les armoiries de la Ville L interprétation des trois clefs est un élément fort discuté par les archéologues et historiens Elles restent actuellement une énigme L interprétation officielle reste celle citée plus haut Cependant en 1883 Louis Blancard en proposait une autre Les trois clefs ne seraient que l addition de la clef que l on retrouve sur les anciennes monnaies de la Commune

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/histoire/blason.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Les remparts
    La transformation d Avignon en capitale de la Chrétienté à partir du XIVe siècle ne manqua pas de susciter d importants bouleversements urbanistiques L accroissement soudain de la population conduisit à déborder de l enceinte déjà mise à mal par son démantèlement du milieu du XIIIe siècle De nouveaux quartiers se développèrent grâce aux initiatives privées à l abord des portes et des couvents à l extérieur de la première enceinte Mais bientôt la sereine prospérité d Avignon laissa percer de nouvelles menaces Les routiers plongeaient la région dans l insécurité et leur présence décida les autorités à construire en 1355 1356 une muraille pour enclore les nouveaux quartiers sans défense Les travaux débutèrent sous Innocent VI en 1357 et durèrent près de dix ans consistant tout dabord en de simples creusements de fossés et l érection d une clôture sommaire et de portails de bois La nouvelle enceinte remplacée dès 1359 par des ouvrages de pierre engloba cependant plus de trois fois et demie la superficie de l ancienne cité Les travaux progressèrent simultanément en plusieurs points il y eut jusqu à douze chantiers concomitants en 1366 Cette nouvelle muraille fut partiellement financée par des subsides de la Chambre apostolique et des emprunts lancés par Innocent VI et Urbain V mais surtout par une gabelle des vins dès 1358 et une gabelle du sel et des marchandises en 1363 Ainsi citoyens et courtisans financèrent eux mêmes la construction de leur défense On constitua alors une troupe et on commanda de l armement à l étranger On fit encore venir nombre de spécialistes de la fortification et de l artillerie L enceinte était pratiquement achevée en 1372 mais le chantier semble néanmoins avoir perduré sous Clément VII et Benoît XIII Ces remparts longs de plus de quatre kilomètres et hauts

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/histoire/remparts.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le nom d'Avignon
    part entière appartenant au Saint Siège et gouverné par un vice légat jusqu en 1791 On résidait donc en Avignon comme on pouvait résider en Languedoc ou en Provence etc Seule autre exception en Arles puisque Arles fut royaume au IXe s Mais on n a jamais habité en Angers mais à Angers et en Anjou L usage a voulu que l on tolère de nos jours encore les expressions en Arles ou en Avignon pour désigner la région autour de la ville le pays formé par les environs sans limites administratives bien établies La formule appropriée est à Avignon lorsqu on parle de la ville stricto sensu comme l on fait pour à Aix à Albi ou à Amboise L historique du nom Avignon A partir de 500 avant JC la ville s étend considérablement autour du Rocher Elle est occupée par le peuple celto ligure des Cavares Le nom de la ville date de cette époque Aouen n ion un nom d origine cavare mais qui a deux interprétations ville du vent violent ou encore seigneur du fleuve selon que la traduction est faite à partir du celte ou du ligure Il semble néanmoins que la seconde interprétation

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/histoire/nom.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Les personnages célèbres d'Avignon
    municipale fut exemplaire moderne et entreprenante il crée un Bureau de Bienfaisance en 1800 des maisons d instruction primaire une Ecole de dessin en 1801 il fait paver les rues Surnommé le maire modèle par Napoléon qui lui décerne la Légion d Honneur Esprit REQUIEN 1788 1851 Illustre bienfaiteur du musée Calvet dont il fut administrateur pendant 34 ans il lègue ses collections au musée d histoire naturelle qui depuis porte son nom Dans sa maison natale sise rue Cassan c est la tannerie paternelle il reçoit son excellent ami Prosper Mérimée correspondance célèbre publiée en 1898 et artistes et écrivains de passage comme Horace Vernet Ampère ou Liszt Tombe au cimetière St Véran On doit à Esprit Requien et Prosper Mérimée la conservation des remparts destinés en 1846 à être en partie démolis au profit du passage de la voie ferrée François de ROYERS DE LA VALFENIERE 1575 1667 Architecte dont la notoriété dépasse les limites du Comtat Venaissin édifia la plupart des bâtiments de sa ville natale chapelle du collège des Jésuites actuel musée lapidaire chapelle de la Visitation Hôtel de Montaigu chapelle du couvent des Ursulines royales dans la Maison du roi René le Noviciat des Jésuites Hospice St Louis au couvent des Célestins la chapelle du Bienheureux Pierre de Luxembourg disparue à Villeneuve les Avignon la porte d entrée de la clôture de la Chartreuse Paul SAÏN 1853 1908 Peintre qui s illustra dans de nombreux salons 1879 1887 1889 1890 1892 Il peint les bords du Rhône la campagne normande Tombe au cimetière St Véran Joseph VERNET 1714 1789 Illustre peintre de marines Dynastie de peintres renommés de Antoine son père à Carle puis Horace ses fils et petits fils qui vinrent en personne inaugurer en 1826 la Galerie Vernet au musée Calvet Maison natale au 17 de la rue Bonneterie Agricol VIALA 1780 1793 Héros d un épisode tragique durant l insurrection girondine sur les bords de la Durance Avignon ayant pris parti pour la Convention les fédéralistes marseillais sont quelques temps tenus à distance grâce au sacrifice du jeune Viala qui tente de couper les câbles des pontons 6 juillet 1793 Dans une lettre à Robespierre son oncle le député Agricol Moureau relate les faits Plus près de nous AVIGNON est aussi la ville natale de Jean ALESI Pilote automobile Formule 1 123 Grands Prix une victoire vainqueur du Grand Prix du Canada en 1995 Yves BERGER Ecrivain récompensé par de nombreux prix littéraires Membre du Conseil Supérieur de la langue française 1994 directeur littéraire des éditions Grasset il sait conjuguer sa passion des grands espaces américains et des peuplades indiennes Le Sud Le fou d Amérique La pierre et le saguaro à sa vision d une nature enfin préservée Le Monde après la pluie Bernard KOUCHNER Médecin gastro entérologue co fondateur de Médecins sans frontières en 1971 puis Médecins du monde en 1980 Secrétaire d Etat à l Action humanitaire en 1988 à la Santé en 1992 et en 1997 Jean Claude MALGOIRE D abord instrumentiste soliste hautbois il devient chef d orchestre en 1974 Attiré par la musique baroque il crée l ensemble La Grande Ecurie et la Chambre du Roy il se tourne ensuite vers le répertoire classique et romantique Depuis 1981 il dirige l Atelier lyrique de Tourcoing région Nord Pas de Calais Mireille MATHIEU Artiste de variétés ambassadrice de la chanson française Avignon comme lieu de repos éternel Le maréchal BRUNE en 1815 Dramatique épisode de la Terreur Blanche Assassiné par des émeutiers le 2 août 1815 dans l Hôtel du Palais Royal au 21 de la place Crillon Son corps fut jeté dans les eaux du Rhône proche Le lendemain les troupes autrichiennes pénètrent dans le département Alain CHARTIER en 1449 Ecrivain et poète secrétaire du roi Charles VII qui lui confia quelques missions Il vint mourir en Avignon en 1449 Sa tombe dans l église de St Antoine a disparu Camille CLAUDEL en 1943 Sculpteur de talent soeur de Paul Claudel Elle est internée en 1913 à l asile de Montdevergues Montfavet où elle meurt le 19 octobre 1943 Sa tombe a disparu Pierre de COHORN en 1479 Noble suédois chambellan et chef des armées du roi Christian I Exilé à la suite d un duel il se réfugie dans la piété à Montfavet où il meurt en 1479 Sa tombe placée à l origine dans la chapelle du couvent des Dominicaines créé par le cardinal d Espagne en 1346 fut transférée dans l église de Montfavet où elle est toujours visible Nicolas FROMENT en 1483 Le peintre du roi René habite quelques temps de 1468 à 1472 une demeure sise place du Puits des Boeufs non loin de la place de l Horloge S il ne subsiste rien du décor peint à la demande du roi René pour sa demeure un combat des naves turquesques et chrestiennes des verrières on a retrouvé cependant en 1873 un plafond de bois peint du XV siècle orné d un bestiaire animalier et des blasons conjoints de René d Anjou et Jeanne de Laval sous la voûte de la chapelle des Ursulines royales postérieure Francesco LAURANA en 1502 Sculpteur et médailleur d origine dalmate qui travailla entre autres pour le roi René Ses oeuvres les plus connues sont le bas relief ornant la façade de l ancienne Maison commune et figurant une allégorie du Bon gouvernement disparu et surtout le retable du Portement de croix commandé par le roi René en 1478 pour orner le grand autel de l église des Célestins visible dans l église St Didier copie au Palais des papes Venu se fixer à Avignon il y meurt en 1502 Sa tombe dans la chapelle Notre Dame la Belle près des Augustins a disparu à la fin du XVI s Pierre de LUXEMBOURG en 1387 C est en 1387 que le jeune cardinal lorrain meurt en odeur de sainteté à dix neuf ans Enterré modestement et par humilité dans le petit cimetière de St Michel des miracles ne tardent pas à se produire sur sa tombe Le pape Clément VII demande alors la construction d un couvent dont la première pierre est posée en 1394 par le roi Charles VI accompagné de son frère le duc d Orléans et de ses oncles les ducs de Berry et de Bourgogne le couvent des Célestins est l un des plus beaux de la ville Dans l église St Pierre sont conservés la dalmatique et le chapeau cardinalice du Bienheureux Simone MARTINI vers 1344 L un des plus grands peintres siennois du XIV s appelé à Avignon par le cardinal Stefaneschi en 1339 Il décore le porche extérieur de la cathédrale Notre Dame des Doms peintures déposées au Palais des papes Il meurt vers 1344 Stuart MILL en 1873 Philosophe et économiste anglais venu s établir en France en 1858 afin de soigner la santé chancelante de son épouse Celle ci décédée et enterrée au cimetière St Véran il achète une maison sur la route du Pont des Deux Eaux et consacre la fin de sa vie au souvenir de son épouse qu il rejoint en 1873 Agathe MOTTET en 1853 Femme de chambre de la reine Marie Antoinette elle décède en 1853 Sur sa tombe visible au cimetière St Véran on peut lire la berceuse des enfants de France Dom PERNETY en 1796 Fonda la secte des Illuminés d Avignon où il se réfugie vers 1785 suivant les préceptes du suédois mystique Swedenborg Il meurt en 1796 dans la demeure d un de ses adeptes place des Trois Pilats Joseph ROUMANILLE en 1891 L un des fondateurs du Félibrige Surveillant à la pension Dupuy 7 rue Louis Pasteur en octobre 1845 il y rencontre le jeune élève Frédéric Mistral auquel une amitié fraternelle le liera jusqu à sa fin 24 mai 1891 Mademoiselle de SOMBREUIL en 1823 Epouse de Monsieur de Villelume commandant de la succursale des Invalides d Avignon Hospice St Louis Célèbre pour avoir bu un verre de sang afin de défendre son père Tombe au cimetière St Véran mais le coeur de cette héroïne de la Révolution repose dans une urne de la chapelle des Invalides de Paris dont son père fut gouverneur Avignon comme lieu de séjour ou de visite Jean ALTHEN 1709 1774 Johannes Althounian quitte son Arménie natale pour Marseille puis Avignon 1756 C est à cet agronome que l on doit la réintroduction de la culture de la garance dans le Comtat Venaissin à l origine d une industrie fructueuse Les Avignonnais en remerciement lui firent ériger une statue de bronze en 1847 au sommet du Rocher des Doms Fondue pendant la dernière guerre la statue a pu être réinstallée en 1988 grâce à une souscription nationale de la communauté arménienne Elisabeth BARBIER 1911 1996 De son vrai nom Renée Guérin épouse du médecin Raymond Barbier elle s installe à Avignon en 1936 au 22 rue Guillaume Puy où elle écrira une grande partie de son oeuvre devenue Elisabeth en 1947 Dès 1950 elle collabore avec Jean Vilar et pendant plus de 15 ans ses chroniques sur le Festival de théâtre d Avignon font merveille Parallèlement à son activité théâtrale son oeuvre romancée la plus connue Les gens de Mogador relate sur plusieurs générations la vie d une famille liée au domaine imaginaire de Mogador près d Avignon Membre du Prix Femina en 1958 elle est l amie d Isabelle Rivière soeur d Alain Fournier de Marguerite Yourcenar de Pierre Boulle autre illustre avignonnais Elle s éteint en 1996 dans sa belle demeure du 22 rue des Trois Colombes Maurice BARRES 1862 1923 L écrivain qui fréquente le palais du Roure et fait de fréquents séjours avignonnais aime à se promener dans le cimetière St Véran dont il admire les frondaisons et la paix naturelle Au bout d une petite avenue qu orne à l entrée un mûrier d Espagne j ai visité la tombe de Stuart Mill BONAPARTE 1769 1821 Le capitaine Bonaparte séjournera plusieurs fois à Avignon notamment au 21 de la rue Calade rue Joseph Vernet dans la Maison Bouchet En août 1793 il met à profit son repos forcé dû aux fièvres pour rédiger une brochure de propagande anti fédéraliste le Souper de Beaucaire En mai 1798 devenu général il fait étape à l Hôtel du Palais National 21 place Crillon avant de s embarquer vers l Egypte Dans ce même Hôtel redevenu Hôtel du Palais Royal se situera l assassinat du maréchal Brune Bien plus tard le 25 avril 1814 l Empereur déchu de passage vers l île d Elbe échappe de peu à la populace déchaînée porte St Lazare César BORGIA 1475 1507 Le fils du pape Alexandre VI fut reçu en grande pompe en 1498 par le cardinal Julien de la Rovère archevêque de la ville et futur pape Jules II dans son Petit Palais palais archiépiscopal Jean CADARD 1449 Médecin des enfants du roi Charles VI puis conseiller et premier physicien du roi Charles VII il vient s installer à Avignon en 1423 où il se fait construire une grande demeure dans le quartier des fusteries Il y accueille entre autres en 1441 Dunois bâtard d Orléans Sa chapelle érigée dans l église des Célestins était décorée par un retable Notre Dame de Miséricorde peint par Enguerrand Carton aujourd hui conservé au musée Condé de Chantilly La maison Cadard est visible rue St Etienne CHATEAUBRIAND 1768 1848 A la Toussaint 1802 l auteur des Mémoires d Outre tombe vient enquêter sur une contrefaçon de ses oeuvres Atala et Le Génie du Christianisme réalisée dans une imprimerie locale Reconnaissant son bâtard il le légitime par une seconde édition Louis Berton de CRILLON dit LE BRAVE 1541 1615 Valeureux militaire compagnon d armes du roi Henri IV auquel le lie une solide amitié il revient en 1602 couvert de gloire et de blessures à Avignon berceau de sa famille Son tombeau est visible dans la cathédrale Notre Dame des Doms Alphonse DAUDET 1840 1897 Son premier contact avec la cité avignonnaise a lieu en 1855 il a alors 15 ans En novembre 1861 avant son départ pour l Algérie il y revient avec Frédéric Mistral et rencontre les félibres qu il admire Laurence DURRELL 1912 1990 L écrivain fixé à Sommières en 1957 fait de fréquents séjours dans la cité site parfait pour des aventures aberrantes qui devient le centre de sa seconde somme romantique le quintette d Avignon 1974 1983 Jean Henri FABRE 1823 1915 De 1866 à 1873 le célèbre entomologiste fut conservateur du Musée d histoire naturelle alors installé dans les dépendances de l ancien couvent de St Martial où il reçut entre autres la visite de Louis Pasteur FABRE D EGLANTINE 1750 1794 L homme politique et compositeur auteur de pièces de théâtre fut le directeur de la Comédie place Crillon en 1785 FRANCOIS I 1494 1547 Le roi de France honora la ville de sa présence à son retour de Marignan en février 1516 puis en septembre 1524 et en août 1533 se rendant à Marseille afin d y rencontrer le pape Clément VII il est alors l hôte du cardinal Hippolyte de Médicis au Petit Palais Durant son séjour il visite le couvent des Cordeliers et sur la tombe de Laure dépose quelques vers célébrant les amants célèbres En septembre 1536 lors de la seconde invasion de la Provence par les Impériaux son armée occupe la ville et les alentours En août 1542 il fait étape sur la route qui le mène à Narbonne Elzéar GENET 1470 1548 Musicien né à Carpentras Chanoine de Notre Dame des Doms puis doyen de la collégiale de St Agricol où il est enterré Sa voix suave et très habile le destine comme chantre de la chapelle pontificale à Rome puis avec Léon X comme maître de chapelle Son oeuvre musicale est redécouverte au XIX siècle et prend place dans la liturgie avignonnaise et comtadine Victor HUGO 1802 1885 Venant d Aix les Bains l illustre voyageur fait étape le 25 septembre 1839 en compagnie de Juliette Drouet et loge à l Hôtel d Europe place Crillon Un dessin du Palais des papes témoigne de sa visite JEANNE I de NAPLES 1326 1382 La Reine Jeanne accusée du meurtre de son premier époux André de Hongrie vient se réfugier en Provence C est pourtant en compagnie de son cousin et nouveau mari Louis de Tarente qu elle est accueillie par Clément VI dans le consistoire du Palais des Papes Au cours de son séjour à Avignon où elle réside près du couvent de St Martial elle vend la ville d Avignon au pape Clément VI le 21 juin 1348 pour 80 000 florins d or Athanase KIRCHER 1602 1680 Ce savant personnage d origine germanique enseigne l astronomie au collège des Jésuites fondé dans l ancienne livrée du cardinal Ceccano actuelle médiathèque Dans la tour médiévale qui subsiste le père jésuite avait installé un observatoire astronomique et fait peindre dans l escalier des projections uranographiques L un de ses élèves François de Tonduty seigneur de Saint Légier 1583 1669 y calcula la latitude d Avignon Franz LISZT 1811 1886 Le virtuose donne deux concerts dans la cité les 8 et 11 mai 1845 au cours desquels il joue des arrangements d opéra Norma les Puritains Guillaume Tell LOUIS XIV 1638 1715 En mars 1660 le roi vient passer les fêtes de Pâques à Avignon Dans la Grande Chapelle du Palais des Papes il assiste à l office des Ténèbres puis le lendemain à la messe du Jeudi Saint durant laquelle selon la coutume il lave les pieds de treize mendiants Sa suite nombreuse trouve à se loger en divers endroits la reine mère Anne d Autriche et le duc d Orléans au Petit Palais la Grande Mademoiselle à l Hôtel Berton de Crillon 7 rue du Roi René le prince et la princesse de Conti à l Hôtel d Ancezune 4 Plan de Lunel les quatre secrétaires d Etat à l Hôtel de Montaigu 37 rue du Four de la Terre Stéphane MALLARME 1842 1898 L écrivain effectue plusieurs séjours étés 1864 et 1866 où il se lie d amitié avec les félibres et plus particulièrement avec Théodore Aubanel En octobre 1867 il est chargé de cours d anglais au Lycée de garçons et demeure alors au 8 place du Portail Matheron Il reçoit plusieurs amis parisiens comme François Coppée Villiers de l Isle Adam et Catulle Mendès dont l épouse n est autre que la fille de Théophile Gautier Le père de Théophile Gautier marié à une avignonnaise habitait rue Henri Fabre C est à Avignon en août 1870 que se déroule la première lecture de son poème Igitur Cardinal de MAZARIN 1602 1661 Nommé vice légat d Avignon de 1634 à 1637 Durant son séjour il remarque le peintre Nicolas Mignard qu il fait venir à Paris Prosper MERIMEE 1803 1870 Récemment nommé Inspecteur des Monuments historiques il visite en septembre 1834 Avignon et ses richesses patrimoniales qu il contribue à faire connaître Notes d un voyage dans le Midi de la France Il entretient une correspondance assidue avec Esprit Requien chez lequel il est reçu avec amitié Dans la chapelle St Martial du Palais des papes apparaît sa célèbre signature sous forme de graffiti Nicolas MIGNARD 1606 1668 Le peintre troyen grand ami de Molière épouse une avignonnaise et effectue une partie de sa carrière à Avignon décorant plafonds d hôtels particuliers et réalisant des portraits ou tableaux religieux ornant églises et chapelles Sa demeure avait été construite non loin du jeu de paume de son beau père rue des Masses rue de la Bouquerie Frédéric MISTRAL 1830 1914 D abord au pensionnat Millet rue Pétramale puis à la pension Dupuy rue Louis Pasteur où il se lie d amitié avec Anselme Mathieu et l un des surveillants Joseph Roumanille futurs félibres MOLIERE 1622 1673 Le comédien en route vers Pézenas s arrête à Avignon en octobre 1655 puis de

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/histoire/celebre.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Promenade des Doms
    deux autels l un parallélépipédique orné d une frise sculptée dans le ch ur l autre tabulaire première chapelle nord et une rare chaire épiscopale en marbre blanc le lion de saint Marc et le taureau de saint Luc taillés en bas relief occupent tout le champ des côtés du siège La fin du Moyen Age est représentée par différentes peintures murales situées dans le porche dessins préparatoires directement sur la pierre par Simone Martini v 1340 Christ bénissant et Vierge d humilité dans le narthex Allégorie de la mort v 1320 Baptême du Christ v 1425 dans le local adjacent Travaux des saisons et dans le tambour de la coupole Vierge assise v 1410 Du XVIe siècle on retiendra surtout deux sculptures un Christ aux outrages en pierre polychrome et un Christ bénissant en pied Peintre en vue dans l Avignon du milieu du XVIIe siècle Nicolas Mignard a signé cinq des tableaux de la cathédrale la dynastie des Parrocel active au siècle suivant est également présente Le XIXe siècle a légué le décor de la chapelle du Saint Sacrement dû à Devéria commencé selon la technique de la peinture murale à la cire il fut terminé à la suite de la maladie de l artiste par de grandes toiles réalisées en atelier Trésor de la cathédrale La chapelle construite par le pape Jean XXII pour y placer son tombeau abrite un trésor riche de nombreux ornements liturgiques et de vases sacrés Les orfèvres avignonnais et provençaux des XVIIe et XVIIIe siècles parisiens et lyonnais du XIXe siècle sont bien représentés tandis qu un rare ensemble d orfévrerie espagnole du XVe au XVIIIe siècle provient d une donation récente A l occasion de cet aménagement le tombeau à baldaquin de Jean XXII exécuté par un lapicide anglais vers 1320 a été nettoyé et remis à son emplacement d origine Dans la sacristie contiguë de nombreux reliquaires surmontent les placards Ces derniers sont l uvre d un menuisier puis homme politique comtadin Agricol Perdiguier rendu célèbre par ses Mémoires d un compagnon 1854 de même que le grand chapier armoire où l on renferme les chapes articulé encore en fonction Sur l esplanade à l entrée du jardin du Rocher des Doms se trouve le monument aux morts de la ville réalisé par le dignois Louis Bottinelli en 1924 Nous redescendons sur la place par les allées du jardin pour nous rendre au Petit Palais Devant le Petit Palais en contrebas de la place du Palais la rue Vieille Juiverie évoque le souvenir de l ancienne Carrière des Juifs transférée en 1221 dans la paroisse Saint Pierre Nous revenons à la pittoresque rue Pente Rapide au bas de laquelle à l angle de la rue du Puits de la Reille se situe la maison de Jean Sudre édifiée par François de Royers de la Valfenière et Jean d Elbène en 1661 Au sortir du passage couvert la Maison du Pagadour mot provençal désignant le payeur de la légation d Avignon

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/visites/visite1.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Promenade Joseph Vernet
    édifice de part et d autre du grand escalier deux grandes statues figurant Molière et Corneille assis dans un fauteuil sont les seules uvres dues à des sculpteurs locaux les frères Brian Les originaux aujourd hui au Thor ont été remplacés au début du XXe siècle par des copies réalisées par le sculpteur avignonnais Jean Pierre Gras A L intérieur la salle est à l italienne avec un parterre et quatre séries de galeries Le plafond très soigneusement décoré par des artistes parisiens spécialistes réputés des opéras Diéterles Séchan Desplechin évoque par une suite de tableaux les principaux poètes et musiciens du XVIIIe siècle et du début XIXe En juillet durant le Festival il est un des lieux de représentation les plus prisés En contournant l Hôtel de ville nous rejoignons le chevet de l église Saint Agricol Les vestiges en contrebas sont les soubassements d importants édifices romains bordant le forum mis au jour en 1977 lors des terrassements nécessaires à la construction de l annexe de la mairie Nous revenons sur la place de l Horloge Au bas à droite s ouvre la rue Saint Agricol au début de laquelle nous empruntons la petite rue Emile Espérandieu pour nous rendre au Palais du Roure Nous rejoignons la place de la Préfecture par la rue Collège du Roure Hôtel Forbin de Sainte Croix et Hôtel Desmarets de Montdevergues Depuis 1822 la préfecture de Vaucluse est installée dans l hôtel de Forbin de Sainte Croix Sur cet emplacement à la fin du XVe s le cardinal Julien de la Rovere futur Jules II avait fondé dans l ancienne livrée de Poitiers le collège du Roure réuni en 1709 au collège d Annecy L hôtel est élevé à partir de 1718 par l architecte J B Franque On remarque la belle porte à double vantaux réalisée par Thomas Lainée et les ferronneries d origine à l étage noble En vis à vis se trouve l hôtel Desmarets de Montdevergues qui abrite depuis la fin du XIXe s le conseil général de Vaucluse L immeuble édifié en 1710 par F et J B Franque a vu sa façade refaite en 1755 par François II Franque Le décor du grand fronton triangulaire présente des oiseaux des marais armes parlantes des Desmarets de Montdevergues propriétaires en 1785 Une incursion dans la rue Dorée à gauche de l hôtel du Département nous permet d aller voir l hôtel de Sade Hôtel de Sade L hôtel de Sade du nom de ses premiers propriétaires est rebâti par Thomas de Gadagne en 1536 et 1537 Il revient à la famille de Sade entre 1741 et 1766 Abusivement restauré au XIXe s et au XXe s il abrite divers services municipaux avant d être remplacés par ceux du Conseil général En face le Département a fait réaliser en 2000 par Agnès Saint Gal de Pons un décor peint monumental évoquant les papes d Avignon d après des tableaux d Henri Serrur exécutés en 1839 Clément V s installe à Avignon en 1309 Jean XXII réaménage le palais épiscopal Benoît XII édifie le Palais Vieux et Clément VI qui achète la ville à la reine Jeanne de Naples en 1348 le Palais Neuf Innocent VI et Urbain V élèvent les remparts Grégoire XI ramène la papauté à Rome en 1376 Clément VII et Benoît XIII se succèdent encore à Avignon lors du Grand Schisme Revenu sur la place de la Préfecture nous prenons au bas à gauche la rue Bouquerie pour parvenir au Plan de Lunel Au n 1 nous rouvons le très bel hôtel de Laurens dont la modernisation de la façade et le magnifique escalier furent réalisés entre 1678 et 1683 vraisemblablement par Louis François de la Valfenière au n 4 l hôtel d Ancezune fondatrice du Noviciat des Jésuites La rue Petite Calade où nous nous engageons porte encore le nom du pavage en galets du Rhône la calade employé depuis le XIIIe siècle à Avignon Notre parcours se poursuit en prenant à droite la rue Félix Gras Nous longeons bientôt le mur de la chapelle des religieuses dominicaines de Sainte Praxède édifiée en 1430 Au bout de la rue nous parvenons à l église Saint Agricol Collégiale Saint Agricol Agricol fils de saint Magne évêque d Avignon entre 650 et 660 lui succéde sur le trône épiscopal de 660 à 700 Ce saint évêque qui aurait donné sa maison pour établir une église en ce lieu est élu comme l un des patrons de la ville en 1647 Le pape Jean XXII fait reconstruire l édifice et l érige en 1322 en collégiale A la fin du XVe s une importante campagne de travaux voit la reprise des voûtes et l adjonction d une travée La nouvelle façade ornée d un gable en accolade typique du gothique provençal est agrémentée d une Visitation statues réalisées par le sculpteur lorrain Ferrier Bernard L intérieur abrite un grand retable de style renaissant sculpté par Imbert Boachon en 1525 pour les Doni une belle chapelle réalisée par J B Péru en 1703 pour les Brantes et divers tableaux des meilleurs peintres d Avignon Chapelle des Templiers A deux pas de l ancienne librairie Roumanille fondée par le félibre Joseph Roumanille se trouve la chapelle des Templiers seul vestige de la commanderie des chevaliers de l Ordre du Temple qui se sont établis à Avignon à la fin du XIIe s Cette chapelle édifiée en 1273 est composée d une nef unique sur quatre travées d ogives Elle est considérée comme le plus ancien édifice gothique du Midi de la France Après la dissolution de l Ordre par Clément V en 1312 l ensemble des bâtiments est attribué aux hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem Au XIXe siècle l ancienne commanderie devenue l hôtel du Louvre appartient au félibre Anselme Mathieu Le Félibrige fondé en 1854 par un groupe de poètes provençaux ralliés autour de Frédéric Mistral pour le maintien de la langue et des traditions du pays d Oc y organise de mémorables banquets La rue Petite Fusterie où nous pénétrons possède de nombreux hôtels particuliers Au n 3 l hôtel Isnard au n 2 l hôtel de Brantes de la fin des années 1680 et qui pourrait être de Pierre II Mignard Aux n 17 19 l hôtel de Tonduty Lescarène et au n 21 l hôtel de Saint Priest édifié après 1760 par Jean Baptiste II Péru Dans la Rue Saint Etienne où nous arrivons se dresse face à nous la maison du notaire Cairanne réalisée en 1748 par Jean Baptiste et Jean Pierre Franque De l autre côté de la Rue au n 17 s élève l hôtel de Pertuis de Montfaucon érigé en 1784 Le n 18 est occupé par l originale maison aux ballons dans laquelle Joseph de Montgolfier aurait conçu l idée de l aérostat en faisant sécher sa chemise sur un feu Quelques mètres plus loin une façade gothique signale la maison des Forli édifiée dans la seconde moitié du XVIème s Nous prenons à droite la rue de la Grande Fusterie Aux n 8 10 l hôtel de Tertulle bâti au XVème s par un ami du roi René fut reconstruit en partie par Jean Baptiste Franque en 1740 Au n 29 nous remarquons la façade gothique de l ancienne hôtellerie du Chapeau Rouge connue au XIVème s Nous tournons deux fois à gauche en prenant la rue Limasset puis la rue du Limas lat Limaceus boueux Ce quartier s est édifié dans l ancien lit du Rhône au pied des remparts très tôt s y installèrent les fustiers qui y débitaient le bois de construction et de charpente arrivant à Avignon par flottaison La place Crillon où nous arrivons est dédiée à un héros avignonnais le brave Crillon Elle a également porté le nom de Place de la Comédie Elle s ouvre sur le Rhône par une brèche qui a remplacé en 1900 la porte de l Oulle réédifiée par Jean Baptiste Franque en 1785 C est dans l hôtel du Palais Royal actuel n 21 que fut assassiné en 1815 le maréchal Brune Comédie place Crillon Jusqu au XVIIIe s Avignon n a pas de théâtre et les représentations sont habituellement données dans des jeux de paume Celui qui a appartenu au peintre Nicolas Mignard s effondre en 1732 Aussitôt une société par actions se forme afin de construire une véritable salle de spectacle Elle acquiert l ancien jeu du Mail fréquenté par Louis XIV lors de sa venue à Avignon en 1660 et confie à Thomas Lainée le soin d en établir les plans La façade seule subsiste Elle se compose de deux avant corps à l origine aveugles et décorés de grands tableaux sculptés campés de puissants pilastres qui soutiennent un fronton sans base La porte est surmontée d un entablement ondé et d une gloire rayonnante Première salle à l italienne d Avignon elle est utilisée jusqu à l édification d un nouveau théâtre place de l Horloge en 1825 Par la rue Folco de Baroncelli nous rejoignons la rue Joseph Vernet L angle est marqué par une demi tour ronde portant un il de b uf de style Renaissance Cette rue des XVIIème et XVIIIème s épouse le tracé de l enceinte des XIIème et XIIème et occupe les lices ménagées entre deux lignes de remparts Elle présente un nombre considérable de demeure aristocratiques Aux n 7 9 et 11 nous admirons la seconde façade toute d équilibre de l hôtel de Tonduty Lescarène Datée des années 1680 elle peut être attribuée à Pierre II Mignard Nous nous arrêtons ensuite aux n 21 23 à la maison Bouchet Bonaparte y résida en 1793 et y écrivit le célèbre Souper de Beaucaire pour servir la propagande jacobine Chapelle de l Oratoire 32 rue Joseph Vernet On ignore tout du concepteur de la nouvelle chapelle des Oratoriens dont les travaux commencés en 1713 s arrêtent en 1718 Par la suite plusieurs architectes se succédent F Delamonce J A Brun J B Péru père et fils Le chantier est achevé par le père Léonard et l église consacrée en 1750 La nef elliptique est couverte d une immense coupole de même plan dont les pénétrations sont percées alternativement de fenêtres et d oculi L entablement repose sur des pilastres corinthiens décorés de faux marbre Autour entre les contreforts rayonnent le ch ur le vestibule et des chapelles Après avoir été club patriotique pendant la Révolution dépôt de poudre propriété du ministère de la Guerre l église est rendue au culte en 1825 Elle est aujourd hui la chapelle de l aumônerie du lycée Frédéric Mistral Au n 34 de la rue Joseph Vernet se trouve l hôtel de Suarez d Aulan transformé en collège Les n 33 et 35 édifiés pour le comte de Rochefort en 1774 portent l empreinte de Jean Pierre Franque La rue Victor Hugo dans laquelle nous nous engageons sur la gauche occupe avec les rues adjacentes l emplacement de l ancien couvent des Dominicains Cette rue abrite le musée Louis Vouland Au bout de la rue nous tournons à gauche afin de retourner par la rue d Annanelle dans la rue Joseph Vernet où sont établis côte à côte le musée Calvet et le musée Requien Musée Louis Vouland Hôtel de Villeneuve Esclapon La Révolution et les années qui suivent ont raison du vaste couvent des Dominicains qui occupait tout ce quartier A partir de 1840 sur les terrains dégagés nobles et bourgeois édifient de spacieux hôtels particuliers Le musée Vouland occupe pour sa part l hôtel de Villeneuve d Esclapon édifié vers 1885 dont la plus élégante façade domine un agréable jardin au midi En 1927 l hôtel est acheté par un riche industriel de l alimentation Louis Vouland pour en faire sa résidence principale Cet amateur éclairé rassemble une riche collection de meubles et d objets privilégiant les XVIIe et XVIIIe s A sa mort en 1973 suivant ses volontés un musée géré par une fondation portant son nom est installé dans sa demeure afin de rendre ses collections accessibles au public rare ensemble d arts décoratifs dans le sud de la France Musée Calvet Hôtel de Villeneuve Martignan En 1741 Joseph Ignace de Villeneuve Martignan confie à J B Franque et à son fils François le soin de rebâtir la demeure familiale souhaitant en faire le plus bel hôtel seigneurial d Avignon La construction est presque achevée en 1753 et le résultat grandiose une cour d entrée une galerie puis un jardin sur lequel se développe la somptueuse façade du bâtiment principal toute d harmonie En 1833 l hôtel acheté par la ville est affecté au Musée Calvet Cet établissement public fondé par testament sur les collections et la fortune d Esprit Calvet 1728 1810 auquel on a réuni en 1826 le premier musée de la ville formé par les saisies révolutionnaires constitue aujourd hui l un des principaux musées de province français En cours de réhabilitation on peut voir actuellement l ensemble des peintures et les exceptionnelles donations de Marcel Puech Musée Requien Hôtel Raphaëlis de Soissans Le Musée d histoire naturelle d Avignon est installé depuis 1940 dans l hôtel de Raphaëlis de Soissans dont seule la façade présente encore quelque intérêt patrimonia l Esprit Requien 1788 1851 mécène actif doté d un esprit universel est considéré comme le second fondateur du Musée Calvet Cet éminent savant botaniste et paléontologue en rapport avec le monde entier constitue des collections de référence qui composent la base du musée Constamment enrichi par de nouveaux apports il forme aujourd hui un véritable établissement scientifique Aux galeries permanentes présentant la géologie l évolution de la vie et la faune du département s ajoutent de fréquentes expositions temporaires à thème Une bibliothèque riche de dix huit mille volumes et une équipe compétente sont à la disposition des chercheurs et des curieux En face des musées Calvet et Requien nous remarquons au n 58 l hôtel de Bassinet dont la façade présente des panoplies d armes puis au n 64 l élégante maison du chanoine Rougier datant de la seconde moitié du XVIIIème s L immense façade qui se développe sur l autre trottoir au delà de la rue Joseph Vernet a été réalisée en 1856 par Jean Baptiste Reboul pour le négociant Joseph Vernet Le fronton triangulaire qui coiffe l avant corps central porte dans un écusson au milieu de la rue Saint Charles un vestige des anciens remparts a été conservé Chapelle Saint Charles Il ne reste rien des bâtiments conventuels du grand séminaire Saint Charles de la Croix qui avaient été édifiés par Jean Baptiste Franque entre 1718 et 1728 Toutefois le grand portail d entrée donne accès à un cloître inachevé et à la chapelle constructions réalisées par François Franque à partir de 1749 La chapelle consacrée en 1758 attire l attention par ses couvrements de la voûte plate de la tribune à celle en arc de cloître du ch ur à la stéréotomie art de tailler et de poser les pierres particulièrement soignée Transformé en caserne à la Révolution redevenu séminaire diocésain de 1824 à 1901 puis centre administratif du département Saint Charles est en grande partie détruit en 1955 pour faire place à une gendarmerie Les éléments conservés ont été affectés dans les années 1980 au Service départemental d archéologie Au bout de la rue Saint Charles nous trouvons à gauche compris entre la rue Violette et le boulevard Raspail l hôtel de Caumont où est installé la Collection Lambert et l hôtel de Galéans Gadagne Hôtels de Caumont et de Galéans Gadagne L hôtel édifié pour J de Seytres marquis de Caumont entre 1720 et 1733 est dû à l architecte J B Franque Seul exemple avignonnais dhôtel à la parisienne entre cour et jardin il présente encore deux belles façades sobres Les aménagements intérieurs ont été détruits par les utilisations postérieures école normale caserne en 1899 université en 1970 En 1999 l édifice offert par le département à la ville est aménagé pour accueillir la très riche collection d art contemporain d Yvon Lambert Plus modeste à son côté l hôtel de Galéans Gadagne a été construit en 1751 sur les plans du même J B Franque La façade est dominée par un fronton triangulaire et s ouvre sur le jardin par deux belles portes rejetées près des angles Après avoir accueilli la faculté des lettres le bâtiment abrite aujourd hui l école d art d Avignon Avant d atteindre le cours Jean Jaurès nous prenons à droite la rue du Portail Boquier Noviciat des Jésuites Saint Louis Grâce aux libéralités de Louise d Ancezune la construction du noviciat des Jésuites peut commencer en 1601 La chapelle attribuable au frère Marlellange est consacrée en 1611 sous le vocable de Saint Louis Ce petit édifice en forme de croix grecque est la première manifestation du nouveau style dans une ville encore toute gothique et présente la première coupole en deçà des Alpes Les bâtiments disposés en quadrilatère autour d un vaste préau entouré de portiques ont été réalisés à partir de 1623 par F Royers de La Valfenière puis par J et J B Péru constructions échelonnées sur plus d un siècle Après la Révolution l établissement devient succursale des Invalides de Paris puis hospice municipal à partir de 1852 En 1987 il est en partie affecté à un hôtel de prestige le reste étant réservé à des activités culturelles Nous remontons ensuite à gauche le cours Jean Jaurès Au feu rouge nous prenons à gauche pour un rapide aller retour dans la rue Joseph Vernet Nos yeux se porteront tout d abord sur la Caisse d épargne qui occupe l ancien hôtel Montillet de 1880 auquel on a rajouté une rotonde en 1925 Collège Saint Nicolas d Annecy Egalement nommé Grand Collège ce collège est fondé en 1426 par Jean Allarmet cardinal de Brogny dans l ancien couvent de Notre Dame des Fours Après deux

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/visites/visite2.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Promenade des Teinturiers
    au cours d une restauration Nous arrivons dans la rue de la Banasterie Hôtel de Madon de Châteaublanc Cet hôtel édifié en 1687 par l architecte Pierre Mignard dit le chevalier Mignard est sans nul doute son chef d uvre en matière de construction privée De plan général en U les ailes latérales se referment sur la rue par une quatrième aile plus basse en partie aveugle sur l extérieur qui isole une cour intérieure pourvue d une très belle mosaïque en galets due à Henri Barrelet Cette petite aile forme l élément central de la façade Celle ci bien équilibrée s ouvre par une porte sommée d un portique ionique encadrant une baie le tout coiffé d un fronton triangulaire Les pavillons latéraux sont surélevés par un attique Au rez de chaussée les fenêtres en arcs segmentaires portent des mascarons aux agrafes tandis qu à l étage noble elles sont surmontées de tables sculptées de guirlandes d oiseaux et de motifs divers Nous revenons vers le centre ville en traversant la petite place Henri Manguin où le peintre fauve avait eu un atelier puis plus loin la place du Cloître Saint Pierre ou place des Chataîgnes Après avoir contournée le chevet de l église Saint Pierre nous traversons la place carnot A l angle de la rue des Marchands nous remarquons une maison à encorbellement et colombages Datable de la fin du XVème s elle est le seul témoin d un type de maison fort répandu à Avignon au Moyen Age Elle est souvent dite à tort maison de Rascas du fait que sur son emplacement Bernard de Rascas fondateur de l hôpital Sainte Marthe aurait possédé une maison au XIVème s Nous nous engageons dans la rue des Fourbisseurs L angle de la rue du Vieux Sextier est occupé par un grand hôtel du XVIème s encore entièrement gothique l hôtel de Belli Il porte dans une niche d angle flamboyante une belle Vierge de la même époque Nous prenons à gauche dans la rue du Vieux Sextier percée en 1754 par Jean Baptiste et Jean Pierre Franque qui y amenèrent proche du marché de la place Pie les bâtiments de la boucherie de la triperie et de la poissonnerie Il s agissait de bâtiments formés d arcades à refend ornées aux clefs de têtes de bétail et d instruments propres aux métiers de l abattage et de la boucherie que l on peut encore observer derrière les aménagements des commerces Une de ces arcades ouverte sur la gauche donne accès à la place Jérusalem Ce passage constituait au XVIIIème s l une des trois portes de la Carrière des Juifs Cantonnés dans le quartier depuis le déplacement de la Juiverie au XIIIème s les Juifs étaient contraints d habiter ce ghetto largement détruit par les travaux d urbanisme du XIXème s Synagogue L ancien quartier juif était situé au nord ouest de l actuelle place du Palais En 1221 la juiverie est transférée dans la paroisse Saint Pierre autour de l actuelle place Jérusalem Cette carrière était fermée par trois portes dont seul reste le portalet de la Calandre Ses habitants bénéficiaient de la protection du pape Supprimée à la Révolution la plupart des maisons ont été détruites au XIXe siècle La synagogue dite escole comportait le temple et les salles utiles à la vie de la communauté réunions mariages boucherie boulangerie Rebâtie entre 1765 et 1767 par Franque et somptueusement décorée elle a totalement brûlé en 1845 Immédiatement reconstruite par les soins de la municipalité sur les plans de l architecte J A Jeoffroy l intérieur présente de manière inattendue une rotonde néo classique couverte d une coupole De la place Jérusalem nous passons à droite à la place Saint Jean le Vieux puis nous traversons la place Pie pour rejoindre la rue Thiers percée rectiligne réalisée entre 1869 et 1878 Au deuxième carrefour à droite nous prenons la rue Four de la Terre Au n 37 une belle porte signale l hôtel de Montaigu édifié en 1668 par Louis François de la Valfenière et Jean Rochas L escalier dit à l impériale est grandiose L immeuble propriété municipale a été confié aux Compagnons qui y transmettent les métiers du bâtiment A l extrémité de la rue nous tournons à gauche dans la rue Bonneterie pour aller faire une visite aller retour dans la rue des Teinturiers Rue des teinturiers Sans doute l une des rues les plus pittoresques de la ville la rue des teinturiers suit le cours de la Sorgue provenant de la fontaine de Vaucluse et qui alimentait autrefois les douves de l ancien rempart du XIIème s rue des Lices à partir de laquelle le canal est à nouveau couvert Dénommée rue du Cheval Blanc au XVème s du nom d une hôtellerie elle était au XVIIème s plantée de mûriers grâce aux libéralités de la confrérie Notre Dame du Salut L eau était utilisée au XVIIIème s pour les besoins des fabriques d indienne industrie particulièrement prospère à cette époque réactivée au XIXème s elle périclita pour laisser place à d autres ateliers utilisant la force motrice de la Sorgue au moyen de grandes roues à aubes A l angle de la rue Guillaume Puy se trouve une très belle maison gothique dite du Quatre de Chiffre A l opposé au carrefour de la rue des Lices on aperçoit l unique vestige de l ancien couvent des Cordeliers une chapelle absidiale de l église qui était l une des plus vastes d Avignon A mi parcours de la rue des Teinturiers se dresse la chapelle des Pénitents gris seule confrérie encore en activité et la plus ancienne d Avignon C est là qu en 1433 s est produit un fameux miracle lors de grandes inondations le Rhône et la Sorgue ayant débordé les eaux sont cependant restées suspendues à droite et à gauche le long des parois de la chapelle afin de laisser un passage aux confrères venus sauver le Saint

    Original URL path: http://www.avignon.fr/fr/culture/visites/visite3.php (2015-11-09)
    Open archived version from archive