archive-fr.com » FR » B » BODYSCIENCE.FR

Total: 741

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Les équipes peuvent perdre d'avoir trop de bons joueurs
    pas à coordonner leurs actions Cette recherche indique que l effet trop de talents n apparait que dans les sports qui nécessitent un niveau élevé d interdépendance entre les joueurs Pour les sports plus individuels comme le baseball par exemple des niveaux très élevés de joueurs de talent ne semble pas entraver la performance Ainsi alors que la Coupe du Monde de football est lancée les spectateurs et passionnés de foot s attendent à voir de nombreuses feuilles de matches alignant des sélections impressionnantes avec les meilleurs joueurs du monde dit le chercheur Pourtant les entraineurs qui sélectionnent simplement leur équipe composée de superstars du foot pourraient contrairement à la croyance populaire être ceux qui vont quitter le plus rapidement la compétition Alors que les managers des équipes qui vont s affronter dans des compétitions comme la Coupe du Monde de foot le championnat de NBA ou les championnats nationaux devraient garder à l esprit les résultats de cette étude des leçons peuvent aussi être tirées des conseils d administration Comme pour les équipes de sport les équipes des organisations diffèrent dans leurs niveaux d interdépendance Quand la réussite d une équipe dépend seulement de l accumulation de performances individuelles comme par exemple dans les équipes de vente le fait de recruter les meilleurs est une bonne stratégie explique Swaab Cependant ces mêmes stratégies peuvent nuire à la volonté de se coordonner efficacement quand la réussite de l équipe exige d importants niveaux d interdépendance comme par exemple dans la stratégie des équipes Lorsque l interdépendance entre les membres d une équipe est élevée les organisations peuvent soit embaucher un meilleur mélange de personnes talentueuses et moins talentueuses et ou investir davantage dans des formations pour formaliser les rôles rangs et responsabilités de chacun Ce sont de bonnes leçons dit

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Les-equipes-peuvent-perdre-d-avoir (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Les footballeurs hommes et femmes, techniques ou physiques ?
    soulèvent néanmoins une autre question Si des valeurs absolues sont utilisées comme critère de référence quand on fait une comparaison nous pourrions commettre l erreur de sous estimer l effort réalisé par les femmes Si nous prenons comme référence les valeurs associées aux hommes pour comparer les deux sexes étant donné que les hommes sont plus rapides et ont plus d endurance nous pourrions être conduits à croire que les femmes ne donnent pas tout ce qu elles ont mais nous ne doutons pas que les femmes donnent leur maximum Ainsi si cela est rapporté aux valeurs actuelles de la population étudiée les résultats seraient différents concernant les exigences physiques impliquées dans le football féminin fait remarquer Castello Mais à ce jour il est virtuellement impossible de réaliser des études de ce genre On pourrait vouloir connaître la vitesse maximale et particulière et les seuils d endurance pour chaque joueuse Il s agit d information sensible que l équipe conserve précieusement pour ne pas donner d indices aux équipes concurrentes Ainsi malgré le fait que nous ayons cette première approche descriptive il faudra plus de recherches pour y ajouter de nouvelles variables en élargissant l échantillon et en adaptant les portées d intensité de la population étudiée tout en garantissant l égalité nous permettant de compléter la comparaison en ce qui concerne les demandes faites sur les deux sexes quand ils jouent un match de football Dans tous les cas selon Castellano cela peut être tiré à partir de l étude et le football féminin ne doit pas seulement être un miroir de la performance masculine au football et ne devrait de ce fait pas aspirer à rejoindre la vitesse l intensité ni le jeu des hommes Pour faire leur comparaison la technique du match moving a été utilisée il

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Les-footballeurs-hommes-et-femmes (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Etre supporter d'une équipe perdante est mauvais pour la santé
    les rapportant à d autres choses qui étaient importantes à leurs yeux avant de manger Les Dr Yann Cornil et le Professeur Pierre Chandon de l INSEAD qui ont publié leur étude dans le journal Psychological Science 1 ajoutent même si vous avez l habitude des défaites il y a une solution pour ne pas sombrer dans une alimentation de mauvaise qualité Après une défaite écrivez ce qui est réellement important pour vous dans la vie Dans nos études cette simple technique appelée l affirmation de soi éliminait complètement les effets des défaites Des recherches précédentes avaient montré que les défaites sportives pouvaient conduire à une augmentation des crimes des accidents de la route des violences domestiques et des crises cardiaques associés à une consommation d alcool chez les supporters Pour examiner si les habitudes alimentaires des gens étaient aussi affectées les chercheurs ont demandé à 726 personnes de tenir un carnet de leur alimentation les dimanches quand leur équipe préférée avait une rencontre et les deux jours suivants ce qui couvrait un total de 475 matches impliquant 30 équipes Le lundi après un match ceux des cités dont l équipe avait perdu mangeaient en moyenne 16 de graisses saturées en plus et ils ont avalé 10 de calories de plus de leur alimentation qu un lundi normal Au contraire les personnes dont les équipes fanions ont gagné ont mangé 9 de graisses saturées de moins et 5 de calories de moins que d habitude Les effets étaient plus importants dans les villes avec le plus de supporters passionnés où la consommation de graisses saturées a augmenté de 28 après une défaite et a diminué de 16 après une victoire Les matches entre deux équipes proches ont aussi exagéré les résultats comme l ont fait les défaites d un cheveu

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Etre-supporter-d-une-equipe (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • football - Bodyscience : toute la recherche scientifique sur le sport et le corps
    qui ont été autorisés à jouer malgré des soupçons d état cardiovasculaire dangereux ceci d après une grande étude lire la suite Faire des têtes au foot rend il idiot 2 mars 2013 Dans une expérience avec une tablette des impacts à la tête sous le niveau du traumatisme modifient la performance des joueurs à certaines tâches Les blessures à la tête causées par les sports sont un sujet d inquiétude croissant et une nouvelle recherche suggère même que des actions moins puissantes comme les têtes avec un ballon de football lire la suite Est ce l endurance ou la rapidité le plus important dans des sports comme le football 25 novembre 2012 Pendant des années les scientifiques du sport ont focalisé leur attention sur deux extrémités situées à l opposé du spectre athlétique l endurance et la vitesse Mais les exigences de sports comme le football le rugby ou encore le basketball font qu ils ne peuvent pas être classés uniquement dans l une ou l autre de ces catégories Des études sur le lire la suite Des tests psychologiques peuvent prévoir la réussite du footballeur 8 juin 2012 Le fait de mesurer ce qui est connu comme étant des fonctions exécutives qui reflètent les aptitudes cognitives à traiter les problèmes qui se présentent soudainement pourrait permettre de prédire la façon dont un joueur de foot se comportera dans le futur sur un terrain Dans une étude de l Institut Karolinska des scientifiques pensent avoir lire la suite Regarder un match de foot augmente les niveaux d hormone 29 avril 2012 Les niveaux de testostérone et de cortisol des supporters espagnols ont augmenté pendant qu ils regardaient un match de la Coupe du Monde quand l Espagne a battu les Pays Bas en 2010 C est ce qu une

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?+-football-+&debut_articles=9 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • football - Bodyscience : toute la recherche scientifique sur le sport et le corps
    un joueur de football révèle si un tir de penalty ira à lire la suite Le football réduit les risques de chutes et de fractures 10 avril 2010 Un important projet d étude a étudié les effets du football sur la force musculaire l équilibre la densité minérale des os et les réponses réflexes à une chute soudaine chez les hommes et femmes adultes Cinq articles scientifiques ont été publiés dans le Journal of Medicine Science in Sports scandinave montrant que la participation régulière au lire la suite Le football améliore la santé la forme et les aptitudes sociales 7 avril 2010 Dirigé par les Professeurs Peter Krustrup et Jens Bangsbo du Département d Exercice et de Sciences du Sport de l Université de Copenhague le projet sur 3 ans a couvert plusieurs études d intervention impliquant à la fois des hommes des femmes et des enfants qui ont été divisés dans plusieurs groupes un groupe football un de course à pieds et un lire la suite Les joueurs de football qui prennent des stéroïdes se blessent plus 25 février 2009 Les stéroïdes pris pour augmenter les performances sportives sont des cadeaux empoisonnés même s ils peuvent aider à battre

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?+-football-+&debut_articles=18 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Les super-goûteurs n'ont pas plus de papilles sur la langue
    êtes sensibles à ces goûts Plus de 3000 visiteurs du Laboratoire de la Génétique du Goût se sont portés volontaires pour tirer la langue afin de procéder au comptage de leurs papilles et pour mesurer leur sensibilité au phénylthiocarbamide et au propylthiouracile Ce sont au total 394 sujets qui ont été inclus dans cette analyse Des échantillons de cellules ont été prélevés sur les volontaires pour déterminer leur séquence ADN pour le TAS2R38 Les résultats ont confirmé que certaines variations du TAS2R38 rendaient plus probables la sensibilité des individus au goût amer mais a aussi démontré que le nombre de papilles gustatives sur la langue n affectait pas l augmentation de la sensibilité au goût Quelque soit la façon dont nous avons analysé les données nous ne pouvions pas reproduire ni confirmer cette hypothèse de longue date selon laquelle un nombre élevé de papilles gustatives déterminait la sensibilité d un super goûteur dit la chercheuse Les auteurs s élèvent d ailleurs contre cet usage impropre du terme de super goûteur et sont pour l utilisation du terme plus objectif d hypergueusie la sensibilité anormale au goût pour décrire les gens qui sont sensibles à tous les goûts et sensations provenant des aliments Ce que nous savons et comprenons à propos du fonctionnement de nos corps s améliore grandement quand nous remettons en question certains dogmes de notre connaissance C est la nature de la science ajoute Garneau En même temps que les techniques se modernisent notre capacité à faire de la science s améliore et nous découvrons que ce que nous avions accepté comme vrai il y a 20 30 ou 100 ans est remplacé par de meilleures théories en rassemblant plus de données nouvelles ce qui fait avancer la science Dans le cas qui nous intéresse ici nous avons

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Les-super-gouteurs-n-ont-pas-plus (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Comment le gras influence notre perception du goût
    devaient gouter tout en passant sous un IRM Les quatre échantillons avaient la même apparence viscosité et étaient aussi sucrés mais l un d entre eux avait un goût sans graisse alors que les trois autres contenaient des graisses avec différents parfums La recherche a trouvé que les aires des cerveaux des participants qui sont responsables de la perception du goût comme le cortex somato sensoriel et l insula antérieur moyen et postérieur étaient significativement plus activés quand les échantillons non gras étaient testés comparés aux émulsions grasses malgré le fait qu elles avaient la même saveur Il faut noter que l activation plus importante dans ces aires cérébrales n avait pas obligatoirement pour résultat une augmentation de la perception du goût ou du plaisir Le Dr Joanne Hort de l Université de Nottingham déclare cette étude qui a évalué l effet du gras sur le traitement de la perception du goût soulève des questions sur la façon dont les émulsions avec de la graisse suppriment la réponse corticale dans les aires du cerveau associées au traitement du goût et du plaisir Il reste à déterminer quelles sont les implications de cet effet suppresseur sur le sentiment de faim de satiété et de plaisir Johanneke Busch chercheur en science de l alimentation ajoute Le plaisir alimentaire des gens ne se borne pas au goût du produit il y aussi sa saveur sa texture et s il comble la faim Ainsi il est très important de mieux comprendre comment innover et fabriquer des produits alimentaires plus sain que les gens achèteront Références 1 Eldeghaidy S et al 2012 Does fat alter the cortical response to flavour Chemosensory Perception 10 1007 s12078 012 9130 z Ces articles pourraient aussi vous intéresser La personnalité joue un rôle dans la gestion de son poids

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Comment-le-gras-influence-notre (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le goût change selon la température de l'aliment
    de la population connue comme étant des goûteurs thermiques le fait de chauffer ou de refroidir des petites aires de la langue fait ressortir une sensation de goût sans la présence d aliment ni de boisson Pour certains individus la température seule peut susciter des sensations de goût Ces individus semblent être plus sensibles aux goûts en général Ce que montrent nos travaux c est qu en plus de ces individus sensibles la température d un goût spécifique peut affecter l intensité de ce goût rapportent les auteurs Sur trois séances 74 participants une combinaison de goûteurs thermiques de super goûteurs i e ceux qui sont particulièrement sensibles aux goûts en général et de goûteurs normaux ont goûté des solutions sucrées acides amères et astringentes à 5 et à 35 Celsius On leur a ensuite demandé d évaluer l intensité des goûts sur une période de temps donnée Pour les trois types de goûteurs la température a influencé l intensité des solutions astringentes amères et acides mais pas les solutions sucrées L astringence et l aigreur étaient plus intenses quand la solution était chaude et l intensité de la saveur durait plus longtemps avec la solution chaude qu avec la froide D un autre côté l amertume était plus intense avec la solution froide et l intensité de la saveur déclinait plus vite avec la solution froide qu avec la chaude Étonnamment il n y avait pas de différence de perception du sucré entre les solutions sucrées froides et chaudes mais cela prenait plus de temps à la solution froide sucrée pour atteindre son intensité de saveur maximale Références 1 Bajec MR Pickering GJ DeCourville N 2012 Influence of stimulus temperature on orosensory perception and variation with taste phenotype Chemosensory Perception DOI 10 1007 s12078 012 9129 5 Ces articles

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Le-gout-change-selon-la (2015-11-09)
    Open archived version from archive