archive-fr.com » FR » B » BODYSCIENCE.FR

Total: 741

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • obésité - Bodyscience : toute la recherche scientifique sur le sport et le corps
    pour autant freinés et augmentent régulièrement Selon une étude publiée dans le Journal of Public lire la suite Les meilleurs exercices contre l obésité des jeunes 26 septembre 2014 Quels sont les exercices physiques qui peuvent lutter le plus efficacement contre cette épidémie d obésité qui touche les enfants et les adolescents D après une étude publiée dans le journal Pediatrics le plus efficace est d associer les exercices d endurance avec de la musculation Une étude intitulée Healthy Eating Aerobic Resistance Training lire la suite Il faut oublier tous ces mythes sur l obésité 25 juin 2014 Des chercheurs de l Université d Alabama déclarent qu il est temps d abandonner certains mythes populaires mais cependant faux concernant l obésité Dans un article publié dans la revue Critical Reviews in Food Science and Nutrition l équipe de recherche a présenté neuf mythes sur l obésité et 10 suppositions non prouvées tenues habituellement pour vrais lire la suite Une grande étude montre que l obésité dans le monde augmente dramatiquement 31 mai 2014 Une grande étude publiée dans The Lancet montre qu il y a une inquiétante augmentation des taux d obésité et de surpoids dans le monde chez les adultes 28 d augmentation et les enfants jusqu à 47 durant ces 33 dernières années avec un chiffre de personnes en surcharge pondérale et obèses qui est passé de 857 millions en 1980 à 2 1 milliard en 2013 lire la suite Le paradoxe de l obésité est un mythe 5 décembre 2013 Comparés à des individus de poids normal les gens les plus lourds ont un risque plus important de maladie Quand il s agit de la santé à long terme malheureusement il n est pas bon de se goinfrer de gâteaux Selon une recherche les suggestions récentes selon

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?+-obesite-+ (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Une pomme par jour n’éloignera pas le docteur
    alcool au delà des limites recommandées Les fruits et légumes sont une part importante d un régime alimentaire sain et une bonne source de nutriments Mais à ce jour les données ne prouvent pas que le fait de manger de grandes quantités de fruits et légumes offre plus de protection contre le cancer Il y a cependant des éléments de preuve scientifiques forts montrant qu après le tabagisme être trop gros et boire de l alcool sont les deux risques de cancer les plus importants Les personnes en surpoids produisent des niveaux plus élevés de certaines hormones que les individus qui sont de poids normal et ceci peut contribuer à augmenter le risque de cancer du sein Le fait d être en surpoids peut augmenter votre risque de cancers comme celui de l intestin et d autres formes plus difficiles à traiter comme les cancers du pancréas de l œsophage et des reins Quand l alcool est décomposé dans le corps il produit un élément chimique qui peut endommager les cellules ce qui augmente le risque de cancer de la bouche de la gorge du sein de l intestin et du foie Alors que l arrêt du tabac reste le meilleur moyen de réduire les chances de développer un cancer l importance de garder un poids de forme et de réduire voire supprimer l alcool ne doit pas être oublié Les vérités qui dé mangent Les Coups de gueule d une nutritionniste engagée Béatrice de Reynal Références 1 Fruit and vegetables and cancer risk British Journal of Cancer Nov 2010 Ces articles pourraient aussi vous intéresser Manger trop de viande transformée est mauvais à la santé Les mythes et les malentendus retardent les efforts pour éviter le cancer 2 Messages de forum Une pomme par jour n éloignera pas le

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Une-pomme-par-jour-n-eloignera-pas (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le paradoxe de l'obésité est un mythe
    1000 études sur le poids et ses conséquences sur la santé tout comme le statut métabolique des participants à ces études s ils étaient considérés comme étant en bonne santé ou s ils avaient des niveaux bons ou mauvais de cholestérol de résistance à l insuline des marqueurs d inflammation et d autres mesures connues pour augmenter le risque de maladie L investigation concernait le statut métabolique qui est l élément clé parce que les suggestions à propos d une obésité qui serait bénigne s articulent sur la théorie disant que tant que votre état métabolique reste sain le fait d être en surpoids n augmenterait pas vos chances d accidents cardiovasculaires ni de décès prématuré Lorsque les résultats sur la santé était suivis pendant suffisamment de temps le fait d être significativement en surcharge pondérale avec un état métabolique sain était quand même pire que d être de poids normal avec un statut métabolique sain Les individus obèses métaboliquement sains avaient un risque plus important d accidents comparés aux individus métaboliquement sains mais de poids normal lorsque des études de suivi sur 10 ans ou plus étaient prises en compte disent les chercheurs Cela vient probablement de ce que le fait d être en surpoids conduit à développer des facteurs de risque métaboliques et des dysfonctionnements vasculaires qui ne sont pas assez importants pour attirer immédiatement une attention médicale mais qu avec le temps cela peut avoir des conséquences terribles Leurs résultats suggèrent qu il n y pas de modèles sains d une prise de poids concluent les chercheurs Références 1 Metabolically Healthy Overweight and Obesity Benign Conditions A Systematic Review and Meta analysis Caroline K Kramer Bernard Zinman Ravi Retnakaran Annals of Internal Medicine Dec 2013 Vol 159 No 11 Ces articles pourraient aussi vous intéresser Non l

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Le-paradoxe-de-l-obesite-est-un (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Qu'est-ce qui provoque ces fringales du soir ?
    les individus manquent de sommeil Si vous restez éveillés plus tard pendant une période où vous avez faim d aliments riches en calories vous êtes plus susceptibles de manger pendant ce temps là dit Shea Vous stockez alors de l énergie et dormez moins deux facteurs qui contribuent à prendre du poids Si votre objectif est de maigrir il est probablement préférable de prendre des repas plus gros et plus riches plus tôt dans la journée dit Shea Le fait de savoir comment fonctionne votre corps vous aidera à faire de meilleurs choix Aller au lit plus tôt avoir suffisamment de sommeil et choisir des aliments moins riches en calories plutôt que des aliments caloriques le soir peut vous aider à perdre du poids Leur étude a examiné l appétit et la préférence alimentaire de 12 adultes en bonne santé et non obèses sur une période de 13 jours en laboratoire qui ont vécu sous une lumière très faible dans laquelle tous leurs comportements ont été enregistrés y compris leurs heures de repas et de sommeil L auteur de l étude explique qu à la fin de ce long protocole tous les repas et toutes les activités des participants ont été espacés de façon égale pendant le jour et la nuit ce qui a permis un examen des véritables effets circadiens internes sur l appétit tout en contrôlant d autres effets sur l appétit comme la quantité de nourriture dernièrement consommée Les chercheurs ont découvert que le système circadien interne régulait la faim avec des participants qui se sentaient le moins affamé le matin à 8 heures et le plus affamé le soir à 20 heures Des rythmes identiques ont été trouvés dans l appétit pour des types d aliments comme le sucre ceux riches en féculents et des aliments

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Qu-est-ce-qui-provoque-ces (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Perdre du poids sans y penser
    extra larges que ceux qui avalaient des popcorns frais Ils ne réalisent seulement pas ce qu ils font ajoute le chercheur Cette stratégie s applique aussi à ce que nous buvons Sa recherche a découvert que les gens versent environ 37 de liquide en plus dans des verres courts mais larges que dans des verres grands mais fins d un volume pourtant identique Même le bol de céréales d un enfant peut être un piège Une étude a montré que des enfants de poids différents auxquels on donnait un bol d une contenance de 450 grammes étaient plus susceptibles de se resservir une seconde fois autant de céréales que des enfants qui recevaient un bol de 230 grammes Un autre mythe selon Wansink est celui selon lequel les individus savent quand ils sont rassasiés et s arrêtent avant de trop manger Son laboratoire a testé cela en réalisant un bol sans fond Ils ont convié 60 personnes à un déjeuner gratuit et ont donné à la moitié des participants des bols de 620 grammes de soupe et à l autre moitié des bols de la même contenance mais qui étaient truqués et qui se remplissaient tout doucement par le fond sans qu ils le sachent Résultat les personnes avec les bols sans fond ont mangé 73 de plus que ceux avec les bols normaux pourtant quand on leur posait la question ils n avaient pas réalisé avoir mangé plus La leçon à tirer est que vous ne pouvez pas faire confiance en votre estomac pour vous dire quand vous êtes rassasié Il peut vous tromper dit il Le simple fait d être attentif à cela peut aider les gens à faire des choix plus sains tout spécialement ceux qui essayent déjà de mieux manger Une des études de Wansink a

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Perdre-du-poids-sans-y-penser (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • La consommation de substituts de sucre aide à contrôler son poids sur le long terme
    boissons artificiellement sucrées pourrait être une stratégie importante pour contrôler son poids pour ceux qui en ont perdu Les chercheurs déclaraient aussi que l étude suggère que ceux qui ont perdu du poids utilisent plus de stratégies alimentaires pour réaliser leur fonte corporelle y compris une plus grande restriction de consommation de graisses le recours à des aliments modifiés en gras et en sucres une consommation réduite de boissons caloriques et une consommation plus importante de boissons édulcorées Cette étude se fonde sur les résultats d une étude de 2002 publiée dans le Journal Américain de Nutrition Clinique qui avait trouvé que les consommateurs de substituts de sucre avaient vécu une perte plus importante de poids comparés aux participants qui n en consommaient pas Selon le Dr Adam Drewnowski les édulcorants faiblement caloriques et les produits réduits en calories ne sont pas des formules magiques ce qui signifie qu utiliser ces produits ne résultera pas automatiquement en une perte de poids Au lieu de cela les gens cherchant à perdre ou à maintenir leur poids peuvent utiliser des édulcorants en plus d autres outils comme un contrôle des portions de l exercice physique etc pour les aider à gérer leurs calories Le Dr Drewnowski est co auteur d une analyse scientifique sur les édulcorants publiée dans le Journal Européen de Nutrition Clinique qui a trouvé que les édulcorants faiblement caloriques et les produits qui les contiennent peuvent aider les gens à réduire leur consommation de calories et ont été associés à des pertes de poids modestes Références 1 Use of artificial sweeteners and fat modified foods in weight loss maintainers and always normal weight individuals Phelan S et al International Journal of Obesity Ces articles pourraient aussi vous intéresser Régime sans graisses ou régime sans sucres Quand vous perdez du

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?La-consommation-de-substituts-de (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Il faut oublier tous ces mythes sur l'obésité
    mieux perdre de poids Les cours d éducation physique tels qu établis actuellement jouent un rôle important dans la prévalence de l obésité infantile Les enfants allaités au sein sont mieux protégés contre l obésité La fait de se peser tous les jours est contreproductif pour maigrir Les gènes ne contribuent pas à l épidémie d obésité La première année à l université est associée à une forte prise de poids Les déserts alimentaires i e les régions avec peu ou pas d accès à de la nourriture comme des produits frais et bons pour la santé augmentent la fréquence de l obésité Les 10 présomptions sont définies comme étant des croyances qui n ont pas d études définitives pour les confirmer et les scientifiques déclarent qu il faudrait que des études soient faites pour les confirmer ou les infirmer Ces présomptions sont souvent une force qui dirige des décisions pour des traitements contre l obésité pour la mise en place de politiques de santé de recommandations ou de recherches futures dit Casazza Nous devons produire des éléments de preuve dans ces domaines dans lesquels les preuves manquent Pour de nombreuses croyances présentées les études randomisées et contrôlées ne seraient pas trop difficiles ni trop chères à réaliser et pourtant elles n ont jamais été faites Ces présomptions suppositions sont Prendre régulièrement un petit déjeuner contre le fait de le sauter protège contre l obésité Manger avant d aller au lit fait grossir Manger plus de fruits et légumes fera maigrir ou fera moins grossir et ce quelques soient les changements réalisés dans son comportement ou son environnement qu ils soient intentionnels ou non Faire du yo yo avec son poids maigrir puis grossir puis maigrir etc augmente le taux de mortalité Les grignotages ou les encas font grossir et causent l obésité L environnement urbain en termes de rues piétonnes de passages piétons de voies cyclistes ou de parcs influence l obésité Réduire le temps passé devant un écran diminuera l obésité chez les enfants Diminuer la taille des portions servies conduit à manger moins sans qu il soit besoin d obliger les gens à réduire leur consommation de nourriture et sans qu ils en soient conscients même si la quantité de nourriture disponible est illimitée Le fait de prendre des repas en famille réduit l obésité Boire plus d eau va réduire la consommation d énergie et fera perdre du poids ou moins grossir quelques soient les changements opérés dans son comportement ou son environnement directs Les chercheurs d ajouter que l acceptation partagée des mythes et présomptions sur l obésité soulève la question du pourquoi nous croyons si souvent à des choses qui n existent pas Les auteurs ont identifié plusieurs facteurs qui semblent contribuer à ce phénomène L un d eux est ce que les psychologues nomment l effet d exposition le fait de répéter assez souvent une idée fait que les gens sont plus enclins à l accepter Un autre facteur est que les gens

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Il-faut-oublier-tous-ces-mythes (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Les régimes faibles en sucres peuvent affecter les capacités intellectuelles
    l American Dietetic Association Neuf femmes ont choisi le régime faible en hydrates de carbone et dix celui faible en calories Bien que l étude ait été faite sur un échantillon modeste les résultats ont montré une différence claire dans les performances cognitives en fonction du régime dit Taylor Les 19 sujets à la diète ont complété 5 séances de tests qui évaluaient leurs capacités cognitives comprenant l attention la mémoire à court et long terme l attention visuelle et la mémoire spatiale La première session a été réalisée avant que les participants ne commencent leur régime les deux sessions suivantes ont eu lieu la première semaine du régime ce qui correspond à la semaine où ceux suivant le régime faible en hydrates de carbone ont éliminé les hydrates de carbone Les deux sessions finales ont eu lieu pendant les semaines 2 et 3 du régime après que les hydrates de carbone aient été réintroduits pour ceux qui les avaient supprimés Les données suggèrent qu après une semaine de sévère restriction d hydrates de carbone la performance de la mémoire et plus spécialement pour les tâches difficiles était affaiblie explique Taylor Celles qui suivaient le régime faible en hydrates de carbone ont montré une diminution graduelle des tâches associées à la mémoire comparées à celles ayant suivi le régime hypocalorique Le temps de réaction pour le groupe au régime sans sucres était plus lent et leur mémoire spatio visuelle n était pas aussi bonne que les autres Cependant ce groupe répondait mieux que le groupe hypocalorique pendant les tâches d attention vigilance Les chercheurs ont noté que les études passées avaient montré que les régimes riches en protéines ou en graisses pouvaient améliorer l attention d une personne sur le court terme ce qui est compatible avec les résultats de

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Les-regimes-faibles-en-sucres (2015-11-09)
    Open archived version from archive