archive-fr.com » FR » B » BODYSCIENCE.FR

Total: 741

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Tout ce qu'on mange cause le cancer... ou pas
    aliments sont proposés comme apportant des bénéfices ou des risques à la santé Schoenfeld et Ioannidis l ont fait 1 Ils ont sélectionné au hasard 50 ingrédients connus dans des livres de cuisine puis ils ont parcouru la littérature scientifique à la recherche d une association positive ou négative avec le cancer Ils ont trouvé que 80 des ingrédients avaient de telles études publiées Quarante ingrédients 80 avaient des articles qui évoquaient des risques de cancer Sur les 264 évaluations d étude 191 72 ont conclu que l aliment testé était associé à une augmentation ou à une réduction des risques 75 des risques estimés étaient faibles ou sans signification statistique Les résultats statistiquement significatifs étaient plus susceptibles que les non significatifs d être publiés dans les extraits des études que seulement dans le texte complet Les méta analyses présentaient des résultats plus traditionnels seuls 13 26 ont rapporté une augmentation ou une réduction des risques 6 étaient plus que faibles statistiquement Ces résultats veulent dire plusieurs choses Premièrement qu environ 60 de tous les ingrédients alimentaires vont soit augmenter soit réduire votre risque de cancer du moins si on peut croire les études de cette analyse Ce qui fait beaucoup d ingrédients à pister imaginez de devoir préparer vos repas à partir de cette information et il ne s agit ici que du cancer Cependant les méta analyses réduisent ce chiffre des deux tiers environ à 20 C est un peu plus gérable mais il reste un grand nombre d ingrédients Heureusement en fait ça dépend de votre point de vue vous pouvez certainement ignorer la plupart de ces données La plupart des études étaient des études à exemplaire unique et les 2 3 de celles qui ont été reproduites ne s en sont pas bien tiré d après les méta analyses En outre les réplications des études tendaient à diminuer la magnitude du risque relatif soit en l augmentant soit en le réduisant C est quelque chose qui a généralement été retrouvé dans la littérature y compris par Ioannidis lui même Les études préliminaires tendent à avoir des effets taille très larges qui diminuent quand on reproduit les études et quand elles sont plus rigoureuses Cet effet taille devient souvent nul Ce phénomène du déclin de l effet est connu et est au moins en partie dû au biais de publication 2 En général les études préliminaires tendent à avoir des biais positifs causés à la fois par un biais du chercheur et par un biais de publication ou les deux à la fois Avec la réplication et des études plus rigoureuses la plupart de ces résultats préliminaires et positifs s avèrent en fait être faux Ces effets qui survivent à la réplication tendent à diminuer en magnitude L explication la plus simple est la régression vers la moyenne qui est cette tendance pour tout résultat extrême qui sera certainement publié à revenir vers un résultat statistiquement plus moyen En outre les praticiens adoptent probablement trop rapidement ces

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Tout-ce-qu-on-mange-cause-le (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Tout est histoire de calories
    entre le poids du corps des enfants et leur participation à différents sports Une partie du problème vient d une profonde confusion sur les calories En général nous sommes plutôt perplexes à propos de ce que nous avons besoin de manger et sur le nombre de calories présentes dans les aliments que nous avalons Des études ont montré que les gens sous estiment le nombre de calories dans la nourriture de presque 100 Une étude Canadienne a trouvé que seul un canadien sur 10 estime correctement les calories présentes dans une salade typique d un déjeuner environ 1200 Deux personnes sur trois pensaient que cette salade contenait moins de 1000 calories Et presque une sur deux pensait que c était un bon choix faiblement calorique Une sur trois croyait que le fait de manger un repas comme ça tous les jours ferait perdre du poids Étant donné les messages contradictoires dont nous sommes bombardés à propos des calories et de la perte de poids il n est pas surprenant qu une telle confusion existe De gros titres comme la crème glacée et le bacon de nouveaux super aliments ou bien manger du chocolat peut vous faire maigrir n aident pas à y voir plus clair Pas plus que les histoires qui répètent ces mythes à propos des aliments et des compléments alimentaires qui auraient le pouvoir de faire perdre du poids sans restriction calorique Tout ce bruit populaire et cette désinformation alimentent la croyance selon laquelle le régime alimentaire est un domaine incroyablement complexe de la vie Bien que les emballages alimentaires affichent une information détaillée des calories du produit peu de monde est capable de calculer le nombre exact de calories dans une brique de soupe Malgré cette absence de compétence de calcul des calories la même recherche canadienne avait trouvé que 9 canadiens sur 10 pensent que les restaurants devraient délivrer plus d information nutritionnelle dont les calories disponible et clairement visible sur le lieu de vente Mais saura t on seulement quoi faire de ces chiffres Cela va t il avoir pour conséquence des modes de consommation plus raisonnables Ou le fait de se focaliser sur les calories va t il créer davantage de problèmes de santé comme de favoriser les troubles alimentaires Certaines personnes vont elles utiliser cette information de façon paradoxale en donnant une valeur fiduciaire aux calories Le plus important est d abord de simplifier le message Il faut favoriser une compréhension de la quantité de calories dont nous avons besoin Pour une personne moyenne c est environ 2000 calories par jour Bien entendu ce besoin varie en fonction de tout un ensemble de facteurs comme l âge le sexe la masse musculaire le niveau d activité physique et la génétique Mais en général nous n avons pas besoin de tous ce que les gens pensent ou du moins consomment Les enfants n ont pas besoin de boire de boissons sportives ou énergétique après 40 minutes de football Et un jogging matinal ne brûle

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Tout-est-histoire-de-calories (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Trois trucs très simples pour maigrir
    qui mangeaient moins souvent au restaurant le fait de manger à l extérieur à tous les repas était associé à une moindre perte de poids mais l association la plus forte a été observée avec le déjeuner Pour les individus qui essayent de maigrir le conseil numéro un tiré de cette étude serait de tenir un journal alimentaire à jour pour respecter ses objectifs quotidiens en terme de calories ingérées Il est difficile de modifier son alimentation si on ne porte pas attention à ce qu on mange déclare McTiernan Les participantes de l étude ont reçu les recommandations suivantes pour la tenue de leur journal soyez honnêtes enregistrez tout ce que vous mangez soyez précis mesurez les portions lisez les étiquettes des aliments soyez complets ajoutez des détails comme la façon dont le produit a été préparé et l ajout de toute garniture ou condiment soyez cohérents emportez toujours votre journal alimentaire avec vous ou utilisez une application idoine sur votre smartphone Tandis que l étude a fourni aux participants un agenda imprimé pour qu elles enregistrent leurs consommations d aliments et de boissons ce journal alimentaire n a pas besoin d être quelque chose de très élaboré dit McTiernan Tout carnet ou bloc note en papier facilement transportable ou un programme informatique accessible en tout temps via un smartphone ou un ordinateur suffit En plus de documenter chaque bouchée avalée une autre stratégie efficace pour maigrir est de manger à des intervalles réguliers et d éviter de sauter des repas Le mécanisme n est pas complètement clair mais nous pensons que le fait de sauter des repas ou de jeûner pourrait faire que vous réagissiez plus favorablement aux aliments très caloriques et au final mangiez plus de calories au total dit elle Nous pensons aussi que sauter des repas pourrait se confondre avec d autres comportements Par exemple le manque de temps et d efforts passés dans la planification et la préparation des repas pourrait conduire une personne à sauter des repas et ou à plus manger à l extérieur Le fait de souvent manger à l extérieur autre facteur associé à une moindre perte de poids pourrait être un obstacle à un choix alimentaire sain Manger souvent au restaurant signifie que l on contrôle moins bien les ingrédients que l on avale ainsi que les modes de préparation tout comme les portions notent les auteurs Leur analyse reposait sur les données provenant de 123 femmes en surpoids ou obèses sédentaires et âgées entre 50 et 75 ans qui ont été réparties au hasard dans l une des deux branches d une étude contrôlée et randomisée d un an visant à perdre du poids soit elles ne faisaient que régime soit un régime plus du sport Les participantes de l étude ont rempli un questionnaire pour évaluer leur consommation alimentaire leurs stratégies d alimentation pour contrôler leur poids leurs comportements d enregistrement de leurs repas Elles devaient aussi compléter un questionnaire pour évaluer leurs changements alimentaires du début

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Trois-trucs-tres-simples-pour (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Un grain de vérité à propos du blé et du gluten
    sur cinq qui bénéficierait d un retrait du blé de son alimentation à un certain degré Nombreux sont ceux qui disent y réfléchir Mais est il plausible que quelque chose qui est un élément de base de notre alimentation depuis des siècles puisse soudainement devenir si mauvais pour la santé de tant de gens Pour une poignée d individus la réponse est oui soit parce qu ils sont allergiques au blé soit parce qu ils souffrent d un trouble auto immunitaire appelé la maladie cœliaque Mais pour l immense majorité d entre nous les preuves sont très faibles Il existe des anecdotes à n en plus finir d exemples tous aussi différents les uns que les autres que ça marche pour moi Vous pouvez profiter d une réduction de votre consommation de blé mais sans doute pas parce que votre digestion est gênée par le gluten Le fait d être attentif à ce qu on mange et de manger moins de pain blanc de gâteau et de bière payera quelque soit votre alimentation Bien entendu tout le monde a le droit de manger ou de ne pas manger ce qu il veut Mais tout ce battage fait pour une alimentation sans gluten masque certaines considérations importantes Les personnes qui souffrent de la maladie cœliaque sont prévenues des risques provenant d une alimentation qui peut être carencée en nutriments essentiels Les aliments sans gluten sont souvent faibles en fibres et riches en sucre Et le fait de retirer complètement le gluten est compliqué peu pratique et souvent très cher En fin de compte les régimes sans gluten ressemblent à tous les autres types de régime à la mode Une fois cette mode passée une autre prendra la place parce que la popularité de tels régimes révèle plus de choses sur notre

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Un-grain-de-verite-a-propos-du-ble (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Un petit-déjeuner riche en protéines réduit les fringales
    et à la récompense alimentaire Les chercheurs ont voulu cibler les adolescents qui sautent le petit déjeuner pour deux raisons dit Leidy Premièrement le fait de sauter le petit déjeuner a été fortement associé à des grignotages mauvais pour la santé à une surconsommation de nourriture surtout la nuit à une prise de poids et à l obésité Deuxièmement environ 60 des adolescents sautent le petit déjeuner quotidiennement Pendant trois semaines les ados ont soit continué à sauter leur petit déjeuner soit ont consommé des petits déjeuners de 500 calories contenant des céréales et du lait qui contiennent des quantités normales de protéines ou des petits déjeuners riches en protéines préparés sous forme de gaufres de sirops et de yaourts A la fin de chaque semaine les volontaires ont complété des questionnaires sur leur appétit et leur satiété Juste avant le déjeuner les volontaires subissaient un scanner cérébral via l IRMf pour identifier les réactions d activation cérébrales Par rapport au saut du petit déjeuner les repas pris ont provoqué la satiété et des réductions de fringale dans la matinée Les résultats de l IRM ont montré que l activation du cerveau dans les régions qui contrôlent l incitation à manger et la récompense alimentaire était diminuée avant le déjeuner lorsque le petit déjeuner était consommé le matin En outre les petits déjeuners riches en protéines provoquaient même de plus grandes modifications de l appétit de la satiété et des comportements de plaisir associés à l alimentation comparés aux petits déjeuners normaux Le fait d ajouter un petit déjeuner équilibré contenant des aliments riches en protéines peut être une stratégie simple pour rester plus longtemps sans avoir faim et de ce fait être moins enclin au grignotage dit Leidy Les gens s adonnent au grignotage pour satisfaire leur faim entre

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Un-petit-dejeuner-riche-en (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Un trop grand choix de nourriture cause de l'obésité ?
    qu elles sont insensibles à la réponse d accoutumance normale et ont ainsi besoin d être plus exposées à un aliment pour provoquer ce désintérêt Cependant il n y pas encore eu de recherche suffisamment rigoureuse pour étudier si des individus de poids normal et en surpoids avaient des réponses différentes à l accoutumance et on en sait peu sur les modèles d exposition à la nourriture qui sont les plus puissants pour provoquer l accoutumance Pour permettre de combler ces déficits de connaissance des chercheurs ont étudié l accoutumance à long terme chez des femmes obèses et non obèses Leurs résultats ont été publiés dans l American Journal of Clinical Nutrition 1 Seize femmes non obèses IMC 30 ont été réparties au hasard dans deux groupes le groupe de la semaine a participé à des séances expérimentales hebdomadaires d exposition à la nourriture pendant 5 semaines tandis que le groupe quotidien était étudié tous les jours pendant 5 jours consécutifs Pendant chaque séance expérimentale de 28 minutes chacune on demandait aux sujets de réaliser une série de tâches après quoi elles étaient récompensées en recevant une portion de macaronis au fromage de 125 Kcal Les participantes pouvaient travailler pour autant de nourriture qu elles le désiraient Les chercheurs ont alors évalué la consommation énergétique totale Alors que l exposition hebdomadaire augmentait la consommation calorique totale d environ 30kcal par jour l exposition quotidienne réduisait la consommation d énergie d environ 100 kcal par jour Cela confirme l accoutumance à long terme en termes de consommation calorique Très peu de différences ont été trouvées entre la façon dont les individus obèses et non obèses répondaient Les auteurs de conclure que le fait de réduire la variété des choix de nourriture pourrait représenter une importante stratégie pour ceux qui essayent de

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Un-trop-grand-choix-de-nourriture (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Une calorie n'est pas qu'une calorie
    pour prévenir le diabète mais les effets de ces régimes pendant la période de perte de poids n avaient pas été correctement étudiés La recherche a montré que seule une personne en surpoids sur six gardera seulement 10 du bénéfice de sa perte de poids à long terme L étude suggère qu un régime faiblement glycémique est plus efficace que les approches conventionnelles pour ce qui est de brûler des calories et conserver la dépense énergétique à un niveau élevé après avoir perdu du poids Nous avons découvert que contrairement au dogme nutritionnel toutes les calories ne sont pas créées égales dit Ludwig Le total des calories brûlées plonge de 300 calories dans les régimes faibles en graisse comparés aux régimes faibles en sucres ce qui serait égal au nombre de calories typiquement brûlées en une heure d activité physique d intensité modérée dit il Chacun des 21 participants de l étude âgés entre 18 et 40 ans devait d abord perdre de 10 à 15 de son poids de corps et après avoir stabilisé leur poids ils devaient respecter les trois régimes alimentaires dans un ordre aléatoire chacun pendant une durée de quatre semaines à la fois La méthodologie randomisée et croisée a permis une observation rigoureuse de chacun des régimes affectés à tous les participants quelque soit l ordre dans lequel ils ont été consommés Il y avait un régime faible en graisse qui diminue les graisses alimentaires et met l accent sur les produits à base de céréales complètes les fruits et les légumes comprenant 60 des calories quotidiennes venant des glucides 20 des lipides et 20 des protéines Un régime avec un index glycémique réduit fait de céréales les moins transformées possibles de légumes de bonnes graisses et de fruits avec 40 des calories quotidiennes venant des sucres 40 des graisses et 20 des protéines Les hydrates de carbone avec un index glycémique réduit se digèrent plus lentement ce qui permet de conserver un taux de sucre constant dans le sang et d hormones stables après le repas Une alimentation faible en sucres de type régime Atkins comprenant 10 des calories journalières venant des hydrates de carbone 60 des lipides et 30 des protéines L étude a eu recours à des méthodes dans les règles de l art comme des isotopes stables pour mesurer la dépense d énergie totale des participants pendant qu ils suivaient chaque régime Chacun des trois régimes alimentaires sont tombés dans l éventail normal des 10 à 35 de calories quotidiennes provenant des protéines Le régime très faible en sucres a produit les plus grandes améliorations du métabolisme mais avec une alerte importante ce régime a augmenté le taux de cortisol des participants ce qui peut conduire à une résistance à l insuline et aux maladies cardiovasculaires Ce régime a aussi augmenté les niveaux de protéine C réactive ce qui peut aussi augmenter le risque de maladie cardiovasculaire Bien qu un régime faible en graisses soit traditionnellement recommandé par les autorités sanitaires

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Une-calorie-n-est-pas-qu-une (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Une consommation prolongée de fructose n'augmente pas la tension
    le cœur est relaxé entre les contractions chez les gens qui avaient consommé du fructose pendant une période de temps prolongée Beaucoup de problèmes ont été soulevés à propos du fructose en tant que facteur de risque alimentaire pour l hypertension qui peut conduire à une attaque à des maladies cardiovasculaires maladies rénales voire la mort dit Vanessa Ha auteure de l article Cependant nous voulions déterminer si le fructose en soi augmentait la tension artérielle ou si le danger apparent attribué au fructose venait simplement de ce que ces mêmes individus ingéraient trop de calories Par exemple nous savons que les gens consomment plus de boissons sucrées sans alcool mais est ce le fructose les calories supplémentaires ou d autres facteurs possibles qui s ajoutent à leur maladie demande t elle L étude a analysé les effets de toutes les sources de fructose naturelles comme cristallines Les fruits sont la principale source de fructose naturel et la molécule de fructose que l on trouve dans les fruits et les légumes est le même fructose que l on retrouve dans les sirops aux céréales Le fructose cristallin est une forme transformée à laquelle on a ajouté de l eau et des minéraux Dans la revue systématique et la méta analyse Ha et ses collègues ont rassemblé les résultats de 13 études alimentaires contrôlées qui ont étudié les effets du fructose sur la tension artérielle chez les individus qui ont ingéré du fructose pendant plus de sept jours Les 352 participants inclus dans leur analyse avaient mangé une moyenne de 78 5g de fructose tous les jours pendant environ quatre semaines La moyenne aux États Unis étant estimée à 49g par jour Références 1 Effect of Fructose on Blood Pressure A Systematic Review and Meta Analysis of Controlled Feeding Trials Hypertension

    Original URL path: http://www.bodyscience.fr/?Une-consommation-prolongee-de (2015-11-09)
    Open archived version from archive