archive-fr.com » FR » E » EDUCATIONETDEVENIR.FR

Total: 1108

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • l' évaluation scolaire, une question de valeurs politiques ? - [Education et Devenir]
    Contributions Actualité éducative et pédagogique Contributions L actualité vue par E D Les courriers mensuels d E D Les éditoriaux d E D REFONDATION de l ECOLE Les Ressources Appel à contribution Cahiers disponibles à la vente E D Formations Sélection d articles des anciens cahiers Partenaires AEDE Association européenne de l Education Autres partenaires CAPE Collectif des Associations Partenaires de l Ecole Eduveille Ifé FCPE l AFAE La ligue de l enseignement Le CRAP Cahiers pédagogiques OZP ToutEduc ACCUEIL Actualités et Contributions l évaluation scolaire une question de valeurs politiques lundi 13 avril 2015 Lou Aisenberg IFE éduveille L évaluation scolaire une question de valeurs politiques 25 juillet 2014 Par Lou Aisenberg L actualité médiatique et politique appelle des réactions instantanées des réactions chaudes qui font appel à des raccourcis procéduraux heuristics en anglais Pólya 1945 Ces raccourcis intellectuels nous permettent de prendre des décisions rapides et logiques en puisant dans le répertoire de ressources et argumentations préconstruites disponibles dans notre cerveau que notre mémoire a accumulé au cours de nos histoires personnelles De facto ce type de rapport aux sujets d actualités nous amène rarement à prendre du recul et ce tant sur le plan temporel que réflexif

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article1403 (2015-12-30)
    Open archived version from archive


  • Maurice BOUCHARD :le pouvoir des enseignants - [Education et Devenir]
    moyenne supérieure détentrice d une part du pouvoir symbolique et en classe moyenne inférieure en voie de déclassement craignant de rejoindre une troisième strate dite couches populaires Si comme le pense Thomas Piketti le Trente Glorieuses n ont été qu un accident de l histoire économique il faut s attendre si rien ne change à l accélération du déclassement de la classe moyenne perceptible depuis quelques années et que le même Louis Chauvel constate dans ses différents écrits Les classes dirigeantes et les classes moyennes supérieures n ont pas de problème avec le système scolaire Détentrices d un important capital intellectuel et culturel elles n utilisent pas le système scolaire comme le moyen principal mais plutôt comme une aide à l instruction et à l éducation de leurs enfants pour la plupart scolarisés dans des établissements réputés sélectifs publics ou privés en France ou à l étranger ce que leur permettent leurs revenus importants La valeur d usage et la valeur d échange des connaissances sont pour leurs enfants en adéquation Pour eux la méritocratie endogène a du sens Il est à craindre que les couches populaires aient largement perdu confiance en l Ecole dont elles saisissent d autant moins les exigences que pour elles les connaissances transmises par le système scolaire n ont pas ou peu de valeur d usage et que la valeur d échange s avère à peu près nulle Egalité des chances méritocratie ne leur sont plus perceptibles Or il semble que tous les raisonnements au sujet du système éducatif ne prennent en compte que la question de la classe moyenne qui elle est encore habitée par l espoir d ascension sociale par la réussite scolaire de ses enfants tout en étant de plus en plus souvent déçue et frustrée l adéquation entre valeur d usage et valeur d échange des savoirs n étant pas toujours au rendez vous en raison de la situation de l emploi En effet l école est toujours perçue comme une agence de sélection et de recrutement essentielle pour les nouvelles classes moyennes mettant en jeu avant tout les critères d une gestion bureaucratisée des carrières selon une représentation du mérite se voulant objective et permettant une prévisibilité maximale des trajectoires Louis Chauvel Mais du fait de l inadéquation entre la progression démographique des classes moyennes et la faible croissance du nombre d emplois l ascenseur social se charge de moins en moins de passagers et le système scolaire n y peut rien car ce n est pas lui qui crée les emplois L égalité des chances pose question la méritocratie apparaît comme une voie particulièrement étroite où l on commence à se demander quelle est la source du mérite Les enseignants Quant aux enseignants nous ne sommes plus conscients que ce corps social est apparu assez récemment Alors qu autrefois l enseignement des enfants des classes dirigeantes était exercé par des personnels n appartenant pas à ces catégories sociales esclaves dans l antiquité puis plus tard religieux des ordres enseignants ou encore précepteurs et gouvernantes au statut proche de celui des domestiques au 19 e siècle les professeurs laïcs accèdent à la petite bourgeoisie à la fin du 19 e et au début du 20 e les instituteurs deviennent de petits notables A partir des années 1960 tous ces enseignants constituent ensemble une grande part de la classe moyenne Si la plupart d entre eux utilisent le pouvoir qui leur est délégué en conformité avec leur mission certains ont pu l utiliser pour souligner leur supériorité intellectuelle et culturelle d autres pour s affirmer contre une institution jugée trop pesante d autres enfin pour pratiquer une forme d enseignement coercitive à une époque pas si lointaine où les enfants étaient encore considérés comme de petites créatures destinées à être dressées plutôt qu éduquées Ce pouvoir est cependant encore perçu de manière sensible par la population les parents d élèves en premier ce qui n est pas toujours de nature à améliorer les relations entre les parties en cause Et bien que l enseignement soit le seul domaine de pouvoir symbolique restant strictement règlementé contrôlé et évalué les modalités de cette évaluation étant d ailleurs de plus en plus remises en question les enseignants paradoxalement sont eux mêmes de plus en plus contestés car les fondements de leur pouvoir sont devenus obsolètes et l autorité qu il leur conférait tend à s estomper Cette crise est accentuée par le développement du numérique la puissance des ordinateurs ne cesse d augmenter les données peuvent être mises en ligne en volume de plus en plus important et partagées de façon instantanée pour un coût modique voire nul les technologies existantes traitant les images et les sons télévision téléphones vidéo peuvent être combinées entre elles pour assembler des données et produire des multimédias accessibles facilement Les conditions d utilisation de ces technologies s en trouvent considérablement modifiées dans l espace et dans le temps télévision interactive smartphones par exemple Tous les domaines de la vie sont concernés l organisation du travail la production la hiérarchie dans les entreprises le commerce les relations avec les clients la médecine l environnement le commerce l alimentation les déplacements les transports et bien sûr l Education l Ecole Les connaissances sont maintenant à la disposition de tout le monde à tout moment et en tous lieux grâce aux tablettes et autres smartphones Mais les connaissances maintenant disponibles sans contraintes sont elles réellement accessibles Tout cela induit des changements importants dans nos manières de vivre de travailler de nous distraire de nous cultiver et sans doute à terme dans nos manières de penser Il serait absurde de vouloir s opposer à quelque chose qui apparaît comme inéluctable ou de l ignorer comme l ont fait une grande partie des enseignants vis à vis de l audiovisuel il y a quelques décennies ou de l informatique plus récemment Comment dans ces conditions les enseignants peuvent ils reconquérir ce pouvoir qui ne peut que leur échapper Et plus généralement comment restaurer

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article1363 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Pierre FRACKOWIAK : je plains les profs d'école ! - [Education et Devenir]
    animateurs après la classe Dans les années 60 il était fréquent de voir l instituteur débarrasser sa classe le soir ou le mercredi pour permettre aux amicales laïques de proposer des activités aux élèves aux jeunes aux amis de l école Les assemblées générales des amicales étaient encore présidées par l inspecteur primaire Tous les enseignants étaient présents Les rapports d activités des amicales de l UFOLEP et de l USEP étaient votés par l ensemble des parents amicalistes et les enseignants En dehors du cas particulier de l USEP toujours animée par les professeurs d école les liens historiques se sont progressivement distendus pour quasiment disparaître aujourd hui L éducation populaire a beaucoup perdu avec cette évolution qu il serait intéressant d analyser au moment où l on tente de créer des projets éducatifs de territoire L école aussi Les enseignants aussi En se libérant des tâches bénévoles assumées jusqu alors en concentrant leur action sur la classe en se coupant des contextes ils ont perdu de la qualité de vie professionnelle Il faut admettre que les tâches d enseignement se sont au fil du temps à partir des années 70 lourdement accrues et complexifiées ce qui peut expliquer en partie la distance et souvent la rupture Le travail de l enseignant est devenu tellement lourd et chronophage qu il n a pas le temps de s engager ailleurs Les parents d élèves qui sont entrés non sans mal dans les écoles avec les conseils d école et la FCPE revendiquaient une coopération plus étroite avec les enseignants la coéducation Même si les rapports ont toujours été complexes et réservés un équilibre avait souvent été recherché et trouvé Au fil du temps la prise de conscience de l importance du rôle des parents s est accrue Pas une rentrée scolaire depuis les années 70 sans une circulaire ministérielle répétant la nécessité des relations avec incantations injonctions enquêtes Et pas une journée sans qu un enseignant ne signale qu il ne voit pas les parents qu il voudrait voir Pas une réunion depuis plus de 40 ans où l on ne cherche des solutions pour faire venir les parents à l école Apparemment on n a pas encore trouvé Par contre contrairement à ce qu indiquent les sondages la confiance régresse En 2005 tout le dispositif imaginé par le ministère pour imposer le b a ba dans les CP a été un signal dont on n a pas bien mesuré les conséquences Dans de nombreux endroits au nom du ministre de nombreux parents sont venus contester les pratiques des enseignants notamment les plus innovants et exiger l application des consignes Les dénonciations auprès des maires ou des inspecteurs se sont dangereusement multipliées décourageant tous les enseignants progressistes fatigués de devoir sans cesse essayer de convaincre Le ministre l avait dit à la télévision donc Depuis la situation ne cesse de se dégrader Le nombre d agressions verbales de contestations d exigences de plaintes auprès de l inspection augmente sans que cela puisse être comptabilisé Il s agit en fait d un climat général de défiance et la hiérarchie d une part cherche toujours à minimiser le phénomène d autre part a plutôt tendance à fuir en recommandant de la mansuétude qu à soutenir les enseignants Généralement les inspecteurs ne font pas remonter ces informations L effet pyramidal tuyaux d orgue parapluies à chaque étage fonctionne remarquablement Claude Thélot spécialiste de l évaluation disait on ne sait pas ce qui se passe dans les classes Il avait raison On ne sait pas non plus ce qui se passe dans les écoles On vit dans le règne de l apparence et donc souvent de l illusion L enfer des tâches Dans ce contexte morose on observe un désengagement croissant des enseignants faiblesse de la participation à toute réunion non obligatoire ou hors temps de travail désengagement de la vie des syndicats des associations partenaires de l école des mouvements Même les réunions syndicales autorisées sur le temps de travail ont vu le nombre de participants fondre au fil du temps L art de la résistance passive se peaufine L amertume se généralise et gangrène le corps Désabusé on ne croit plus à rien On peut toutefois encore trouver quelques raisons d espérer en entendant dans des relations de confiance non hiérarchique une grande majorité des enseignants dubitatifs sur les réformes et sur ce qu en fera leur hiérarchie déclarer Tout cela les réformes les textes illisibles la paperasse nous barbe pour ne pas écrire les mots réellement utilisés mais j ai encore du plaisir quand la porte se referme et que je travaille avec mes élèves Deux phénomènes importants atténuent mon constat et mon analyse et fournissent des alibis à mes contradicteurs qui prétendent que les enseignants ne sont pas malheureux 1 Pour une bonne proportion des enseignants le mal être n est que passager lié à l inspection un mauvais moment à préparer d autant qu avec une grande élégance et un immense respect la mode est d annoncer une inspection entre le 1 er ou le 15 du mois ou au cours du 4 e demi trimestre et un mauvais moment à passer 2 Les nouvelles générations d enseignants sortant des ESPE qui n ont jamais entendu parler de l histoire de l école de sociologie d anthropologie de prospective de pédagogie d éducation globale des enjeux de l école du futur qui reproduisent les modèles qu ils connaissent par expérience ne se posent pas de questions et ne se sentent pas malheureux sauf s ils sont chahutés ce qui est de plus en plus fréquent dès l école maternelle Le risque est immense pour l avenir de l Ecole de voir les uns et les autres se replier sur eux mêmes s enfermer dans leur classe ne plus vouloir entendre parler de rien subir l inspection quand elle arrive retrouver une certaine quiétude à l écart des réformes des tableaux de bord et des injonctions que l on fait semblant d appliquer quand c est nécessaire Normal Il faut d abord survivre Evidemment dans les bureaux des étages de la pyramide et dans les hauts conseils supérieurs de ceci et de cela on ne peut pas se représenter l accroissement des tâches et des exigences qui pèsent sur la vie des enseignants Pour tenter de faire comprendre le danger d exaspération et de saturation un rappel historique est nécessaire l instituteur des années 60 ne connaissait guère les programmes oubliés à la sortie de l Ecole Normale inscrits dans les BO jaunis et poussiéreux entassés dans l armoire du directeur Les outils de base étaient le sommaire des manuels découpés en tranches la répartition l emploi du temps le sacro saint cahier de prép les fiches pédagogiques de l Ecole Libératrice ou du Journal des instituteurs revues et adaptées Bien évidemment ces outils et cette organisation sommaire ne pouvaient résister à l usure du temps et aux exigences de l évolution de l école Pourtant elles ont perduré et perdurent toujours Au début des années 80 co auteur de manuels scolaires Activités scientifiques Sous la direction de l Inspecteur Général Guy Robillart avec l éditeur Istra nous avions constaté que si les manuels étaient achetés le fichier du maître avec ses fiches détachables directement utilisables très peu coûteux ne l était pas Inspecteur de 1978 à 2008 j ai toujours trouvé les outils classiques sur les bureaux dans les classes J avais pourtant fortement favorisé la recherche de nouveaux outils considérant qu il était impossible de faire l école du présent avec les outils du passé La loi d orientation de 1989 loi Jospin offrait de réelles possibilités de rompre avec des pratiques ancestrales Peu d enseignants se sont engagés dans cette voie D une part les habitudes et traditions sont tenaces D autre part dans une majorité de circonscriptions et dans les examens professionnels comme le CA de maître formateur CAFIPEMF on continue aujourd hui à exiger des fiches pédagogiques de jadis pour chaque séquence même quand les enseignants déclarent ne pas en avoir besoin En fait les tâches se sont toujours superposées celles d hier celles d aujourd hui et parfois celles de demain Cela ne serait peut être pas dramatique selon le point de vue si depuis une vingtaine d années les enseignants n avaient pas vu s ajouter à leurs tâches traditionnelles des tâches nouvelles cumulatives sans qu aucune des anciennes soit supprimée L un de mes amis inspecteur en retraite inquiet de l évolution tatillonne de l administration soulignait les dégâts causés par ce qu il avait nommé le tâchisme Le projet d école le socle les évaluations les enquêtes les contrôles les exigences technocratiques l aide personnalisée les éducations à à la citoyenneté au développement durable à la consommation à la santé etc ont apporté leur lot de charges supplémentaires Et cela reprend de plus belle Dans les discussions de cour de récréation car il n y a pas ou rarement de salle des professeurs dans les écoles on entend de plus en plus souvent des lamentations que des descriptions de petits bonheurs On ne peut plus faire l école on passe son temps à évaluer On est noyé dans la paperasse on n a plus le temps de penser pédagogie Cette impression se traduit d ailleurs de manière spectaculaire dans les notices préparatoires à l inspection document obligatoire qui peut comprendre 10 à 20 pages de renseignements Pour piloter il faut des tableaux de bord Même si l on n a pas de cap et de carburant le tableau de bord est indispensable On sait que l on finit par le remplir en fonction des attentes supposées du contrôleur on sait que le contrôleur n aura pas le temps de le lire mais il est exigé donc on obéit Le stress et l autoritarisme Avec le tâchisme sont venues s ajouter au malheur des enseignants du premier degré un développement sidéral de l autoritarisme qui a connu des sommets dans la période 2007 2012 mais qui contre toute attente s est poursuivi voire aggravé avec l alternance en 2012 Cette continuité réaffirmée publiquement par des DASEN dès la rentrée 2012 au nom d une forme de loyauté a produit des effets que l on n a pas mesurés ni dans les syndicats majoritaires embarrassés par ce mouvement qui les a contournés ni par l administration qui observe le terrain au prisme de la hiérarchie intermédiaire qui n est pas en situation de remonter des informations objectives sur les réalités Comme on a toujours attendu d elle qu elle encense les décisions du sommet de la pyramide on s habitue à l apparence On l a bien vu avec les programmes débiles de 2008 écrits par on ne sait toujours pas qui mais dont Brighelli la fabrique du crétin a revendiqué une part de paternité Ceux de 2002 ayant été balayés d un revers de main les enseignants étaient massivement hostiles à la réforme brutale et immédiate L Inspection Générale avait du relier ces programmes a postériori artificiellement au socle car les auteurs ignoraient probablement l existence d un socle Ils avaient parcouru le territoire pour tenter de démontrer qu il n y avait guère de différences entre ceux de 2008 et ceux de 2002 que ceux de 2008 étaient plus simples Dans un rapport qui restera célèbre l inspection Générale expliquait que certes les enseignants étaient opposés à ces programmes mais que un an après les objections étaient levées et que les enseignants adhéraient à la réforme car ils avaient compris Le ministre pouvait être satisfait Même les quelques inspecteurs généraux connus pour être plutôt de gauche ont participé à la comédie Pouvaient ils faire autrement Dans ces jeux d apparence et de pouvoir ce sont toujours les enseignants de base qui sont les perdants La question des désobéisseurs ou résistants pédagogiques illustre bien la tendance Des enseignants qui s étaient opposés aux politiques éducatives sarkozistes notamment à l aide personnalisée telle qu elle avait été conçue stigmatisante et formelle ont été dénoncés poursuivis sanctionnés Salaires amputés promotions freinées pour des personnels qui effectuaient leur temps de présence normal mais qui exerçaient leur liberté pédagogique L espoir d une possible amnistie a plané au lendemain de l alternance politique il a très vite disparu dans les méandres de l oubli et de la frilosité Un ami proche du sommet me confiait à ce sujet l embarras du pouvoir Problème Et si on nous oppose un mouvement de désobéissance ou de résistance pour les politiques nouvelles que nous allons engager comment pourra t on se positionner si l on a cautionné la résistance à la politique précédente En conséquence de la fuite du pouvoir il ne fallait plus compter sur la confiance de ces enseignants courageux le plus souvent militants pédagogiques un grand nombre était à l ICEM Freinet pour qu ils se mobilisent pour la mise en œuvre de nouvelles politiques Ces épisodes ont créé un climat détestable dans les écoles un climat qui en 2015 n est toujours pas amélioré Personne ne s en est d ailleurs préoccupé La ouate institutionnelle pour rependre une expression de Philippe Meirieu a un pouvoir d absorption terrible et un pouvoir anesthésiant tout aussi terrible Pour trouver des raisons de se mobiliser dans un tel contexte il faudrait de l héroïsme Une remarque perfide parmi les pires chasseurs de désobéisseurs on en trouve un grand nombre qui ayant su retourner opportunément un quart de manche de veste se sont retrouvés dans les allées du pouvoir avec tous les honneurs Le pilotage par les résultats imposé avec la technocratie l administratisation l évaluationnite galopante ont rapidement déshumanisé le système Usines à cases à tout propos contrôles incessants enquêtes toujours à rendre pour la veille instructions descendantes alourdies à chaque étage Des pratiques parfaitement conformes à l idéologie ultra libérale autoritaire que j ai avec d autres fréquemment dénoncées Il faut bien dire qu elles ont été mises en œuvre avec une certaine délectation par un corps d IEN conscient que son avenir était menacé faute d évolution positive qui a cru trouer là un moyen de redorer son blason en fondant son action sur des faits objectivables les résultats apparents des élèves D où l obsession de l évaluation dont tous les spécialistes considèrent pourtant qu elle n en est pas qu elle n est que contrôle des acquis provisoires à court terme ce qui n est pas du tout la même chose Dans l incapacité d analyser sérieusement les rapports entre ces résultats et les pratiques qui les produisent au moins partiellement l action des pilotes est totalement vaine illusoire et quasiment inutile Elle est d autant plus traumatisante pour les acteurs du terrain Le déni de la pédagogie a fait son œuvre sous tous les prétextes par exemple sous le prétexte snob de renvoyer pédagogistes et républicains dos à dos La véritable raison est sans doute ailleurs Dans la vie politique on sait bien que ceux qui se prétendent neutres sont toujours du côté des conservateurs Il en est de même pour l école Le pilotage par les résultats culpabilise les enseignants sans leur donner les outils nécessaires Quand des petits chefs formatés donnent pour consigne à des subalternes l amélioration des résultats sans expliquer et sans montrer comment on peut faire ils démoralisent les enseignants et se déconsidèrent Ce management a fortement contribué à la souffrance des acteurs de base Et rien n a changé Le développement de la messagerie électronique qui pourrait en théorie être un facilitateur un économiseur de temps et d énergie est devenu un curieux instrument d oppression Dans beaucoup de circonscriptions qui n a pas consulté sa messagerie professionnelle la nuit le week end ou durant les vacances peut être durement interpellé le lendemain et cela ne choque personne On pourrait s indigner se révolter mais non la ouate et la démobilisation Les directeurs d école sont coincés dans un engrenage encore plus infernal Un directeur d école militant de l ICEM Freinet décrit remarquablement la situation sous le titre évocateur Vampirisation techno libérale du management d école En voici un extrait Être directeur d école a longtemps consisté à être un collègue parmi ses camarades chargé de la vie administrative et pédagogique de l école Le directeur était responsable du lien entre l école et ses partenaires les parents la hiérarchie de l Education Nationale la municipalité Il disposait d une liberté d initiative certaine si l école tournait et l information circulait Désormais plus rien n est comme avant Le projet Référentiel métier des directeurs d école primaire1 détaille les tâches multiples du directeur Lisse presque neutre ce répertoire énumère la liste accablante des responsabilités du directeur comme si elle avait pour mission de décourager les meilleures volontés à s engager dans ce sacerdoce Comme si son objectif était d amener à la conclusion que la fonction est devenue impossible dans un esprit de solidarité entre collègues unis sur un pied d égalité et travaillant ensemble dans l école pour le bien des enfants Le pendant technologique de cette métamorphose professionnelle prend forme dans une bureautique bureaucratique kafkaïenne La paperasse est virtualisée Les archives sont essentiellement stockées sur disque dur Les armoires débordant de BO poussiéreux ont cédé la place à l ordinateur Quelques archaïsmes persistent et surchargent le directeur d un double travail comme la saisie des effectifs sur Base élèves et la survivance du Registre matricule C est tant mieux pour les anciens élèves en quête de certificat de scolarité car la mémoire informatique est aléatoire et ne peut se substituer complètement à la trace manuscrite Clavier et écran trônent sur le bureau du directeur La saisie de données à toujours une nouvelle excroissance Base élèves évaluations CE CM B2I Anglais l APER le Projet d école et ses avenants les fiches action la sécurité l absentéisme le signalement d absences d enseignants et depuis peu une partie de la formation continue par FOAD

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article1379 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Prénoms et ségrégation scolaire - [Education et Devenir]
    et pédagogique Contributions L actualité vue par E D Les courriers mensuels d E D Les éditoriaux d E D REFONDATION de l ECOLE Les Ressources Appel à contribution Cahiers disponibles à la vente E D Formations Sélection d articles des anciens cahiers Partenaires AEDE Association européenne de l Education Autres partenaires CAPE Collectif des Associations Partenaires de l Ecole Eduveille Ifé FCPE l AFAE La ligue de l enseignement Le CRAP Cahiers pédagogiques OZP ToutEduc ACCUEIL Actualités et Contributions Prénoms et ségrégation scolaire mardi 2 avril 2013 café pédagogique du 2 avril 2013 L école ségrégative Mieux vaut s appeler Augustin Marin et Henri pour avoir le bac S Ou Sixtine Anouk et Capucine pour le bac ES Pou rle Bac STG Ahmed Amel Nadia ou Youssef suffisent C est la leçon qu afflige à l école Baptiste Coulmont docteur en sociologie et maître de conférence à Paris 8 Georges Felouzis et ses collègues Joëlle Perroton notamment ont bien analysé la ségrégation ethnique et le rôle qu elle joue dans la reproduction sociale il s est d ailleurs appuyé sur un codage des prénoms pour repérer l ethnicité revendiquée par les parents Ils s intéressaient aux collèges mais les

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article991 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Programmes et disciplines : le point de vue de Pierre FRACKOWIAK - [Education et Devenir]
    le monde enseignant attaché pourtant à l enseignement de l histoire en tant que discipline oublie très vite de tirer les leçons de l histoire pour changer réellement et fondamentalement l école et l inscrire résolument dans une vision prospective à 20 ou 30 ans On se garde en tout cas d expliquer à la Nation quels seront les savoirs et les compétences nécessaires à la vie personnelle professionnelle sociale dans 20 ans Les sept savoirs nécessaires à l éducation du futur d un Edgar Morin resteront au fond du tiroir au grand soulagement des conservateurs Le nouveau socle quant à lui présente de réelles avancées mais les décideurs et les hiérarques ignorent complètement qu il est impossible à un enseignant même s il passe une partie de ses nuits à travailler et à faire de la paperasse de tout mettre en œuvre sérieusement le socle les programmes les éducations à les parcours les journées de ceci et de cela Seuls resteront opérationnalisés les programmes avec la possibilité de détourner le petit temps ouvert à l interdisciplinaire faute de la formation nécessaire au changement Les cerises sur un gâteau qui ne change pas sont vite absorbées sans transformer les pratiques L envoi de missi dominici avec leurs instructions et injonctions ne pourra jamais résoudre le problème de la mobilisation de l intelligence collective des acteurs du terrain ni celui du besoin de confiance et d enthousiasme Les questions clés restent désespérément sans réponse dans un monde où la quantité de savoirs s accroit chaque jour de manière exponentielle et où leur diffusion et leur accessibilité n ont pas de limite Pourquoi ne mobilise t on pas la Nation toute entière pour réfléchir à l évolution des savoirs de l humanité et à leur place dans l éducation tout au long de la vie Pourquoi la refondation de l école n est elle pas l affaire du peuple Pourquoi donne t on l impression aux citoyens que le choix des disciplines scolaires est gravé dans un marbre éternel et universel Pourquoi la géographie l histoire les sciences de la vie et de la terre etc et pas l économie la santé la philosophie l écologie etc Pourquoi impose t on la loi du simple qui n existe pas au complexe qui nous entoure et pas l inverse qui est pourtant plus simple Pourquoi faut il apprendre être bête par exemple avec le b a ba ou les gesticulations avant d apprendre à devenir plus intelligent Pourquoi découpe t on la maîtrise de la langue en x sous disciplines grammaire conjugaison vocabulaire cloisonnées qui ne permettent pas d apprendre à penser à lire à écrire et à parler qui éloignent les apprentissages scolaires du sens et de l intelligence Pourquoi continuer à morceler découper dépecer le savoir comme le démontre Michel Serres avec l exemple du fleuve Petite Poucette Page 42 Croit on que l on va faire évoluer la situation avec les 10 ou 20 du temps qui resteront scolaires et

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article1404 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • " L'internat était pédagogique " - [Education et Devenir]
    les établissements secondaires publics 23 dans les écoles primaires supérieures et 9 dans les cours complémentaires Mais l internat n était pas qu une réponse à l éloignement C est aussi un dispositif pédagogique Au XIX e siècle les études secondaires reposent sur l écrit les instructions officielles prescrivent un devoir par jour versions latines et grecques thèmes et vers latins discours latin et français La classe est un relais entre deux devoirs elle dure deux heures commence par la reddition des copies et se termine par la dictée du prochain devoir Les études où l on fait les devoirs sont donc essentielles elles sont surveillées par des maîtres d études ou répétiteurs Au milieu du XIX e siècle pour quatre heures de cours par jour deux le matin et deux l après midi les internes ont sept heures et demie d études Après l allégement des horaires de 1890 les études durent encore de quatre à cinq heures par jour dans les premières classes et cinq à six heures dans les dernières Les études sont si importantes que sauf la plus matinale et la plus tardive les demi pensionnaires les suivent ainsi que beaucoup d externes dits surveillés Cette pratique se poursuivra très avant dans le XX e siècle Au lycée de Rennes par exemple on compte en 1931 pour 70 élèves de 1 re 33 internes 19 demi pensionnaires et externes surveillés et seulement 18 externes libres qui n assistent qu aux cours En 5 e et 6 e sur 199 élèves 58 sont pensionnaires et 65 demi pensionnaires ou externes surveillés les 76 externes libres sont minoritaires Dans les collèges confessionnels qui scolarisaient jusqu en 1940 la moitié des élèves du secondaire l internat était plus important encore A la fin du XIX e siècle il concernait

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article415 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • "A l'école élémentaire, les notes sont inutiles" - [Education et Devenir]
    prépare avant tout les enfants à l apprentissage et non à la compétition On n a pas besoin de classer et de hiérarchiser pour apprendre L essentiel de ce qu on a appris dans la vie que ce soit la cuisine ou le vélo ce n était pas par des notes mais par des conseils Ce conseil peut s exprimer par une évaluation à base de couleurs vert pour l acquis rouge pour le non acquis Alors qu avec une note globale l élève ne sait pas sur quoi il doit centrer ses efforts L enfant fait il vraiment la différence entre des mauvaises notes au stylo rouge et des points rouges non acquis sur sa fiche d évaluation Avec les points de couleur c est différent pour l enfant et l enseignant car les compétences non acquises sont spécifiées Avec les autres formes d évaluation on n a pas d indication Et puis les enfants ne vont pas aller compter les points verts et les points rouges entre eux Tandis qu avec une note l élève est classé dans une hiérarchie qui va du plus fort au plus faible Certains professeurs rendent les copies en les triant de la meilleure note à la plus mauvaise Que penser de ce genre de méthode Il s agit de pratiques très humiliantes qui montrent bien la hiérarchie entre la valorisation des meilleurs et le rabaissement des plus faibles Certains professeurs vont jusqu à mettre la plus mauvaise copie à la poubelle où l élève doit aller la récupérer Associer la mauvaise note à la poubelle c est associer l élève à la poubelle Des études psychologiques ont montré que le jugement négatif sur soi avait un effet très délétère sur l apprentissage Alors que faire pour noter intelligemment Il faudrait développer les notations thérapeutiques c est à dire donner des notes qui visent à ne pas décourager Par exemple des notes au dessus de 7 La plupart des professeurs expérimentés savent qu il faut faire des contrôles progressifs avec des premières questions faciles et quelques unes plus difficiles à la fin Mais la formation des professeurs en matière d évaluation et de construction des contrôles est un domaine très ignoré A cela s ajoutent des biais sociaux d évaluation plus ou moins conscients Des études ont par exemple montré qu à compétence égale les redoublants et les garçons en général étaient moins bien notés De même quand on vient de corriger une très bonne copie on va noter la suivante plus sévèrement Ne peut on pas imaginer un système d anonymat des copies Une bonne solution est celle de la mutualisation faire corriger les copies de ses élèves par un collègue Les élèves apprécient beaucoup Parfois ils ont l impression d être sacqués et ils n ont pas tort de fait ils sont sacqués La notation constitue t elle une pression pour les professeurs Tout à fait car il y a des normes de notation qui relèvent de traditions disciplinaires En philo

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article474 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • "cessons la guerre aux porteuses de foulard !" - [Education et Devenir]
    interdiction du foulard ne s applique pas aux parents d élèves le ministre de l éducation nationale Luc Chatel a annoncé son intention d instaurer par décret cette nouvelle discrimination La proposition vient d être reprise dans le programme de l UMP pour 2012 parmi 26 propositions tout aussi inquiétantes légalisant notamment la discrimination à l embauche contre les femmes portant le foulard y compris dans le secteur privé Ces mesures obéissent à une même logique de stigmatisation et d exclusion en rupture complète avec les principes laïques tels qu ils ont été fixés par la loi de 1905 et les lois Ferry Goblet sur l école Nous refusons ce détournement de la laïcité qui s inscrit dans une série interminable d offensives loi anti foulard loi anti niqab débat sur l identité nationale stigmatisation des prières de rue des minarets et des menus halal invectives de Nicolas Sarkozy sur l égorgement du mouton et de Claude Guéant sur le trop grand nombre de musulmans débat sur l islam rebaptisé débat sur la laïcité appels à généraliser l interdiction du foulard aux usagers des services publics Nous refusons cette logique de guerre et de mise au ban qui désigne les femmes portant le foulard comme des pestiférées tend à les disqualifier aux yeux de leurs propres enfants et leur adresse ce message implicite Restez dans vos cuisines Parce que l école publique ne doit pas choisir son public parce qu elle doit être un lieu de rencontre et non d exclusion parce qu elle doit promouvoir le droit à la différence et non le mépris de l autre parce que nous tenons au principe de laïcité aux libertés individuelles et à l égalité de traitement parce qu un Etat démocratique n a pas à imposer à ses citoyens leur manière

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article491 (2015-12-30)
    Open archived version from archive