archive-fr.com » FR » E » EDUCATIONETDEVENIR.FR

Total: 1108

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Chronique de Nathalie MONS : Boule à facettes - [Education et Devenir]
    en est suivi une campagne qui pourrait constituer pour des étudiants en communication un excellent cas pratique ce que l on appelle dans le jargon technique la boule à facettes A l instar de ces luminaires de boîtes de nuit qui diffractent la lumière des spots la boule à facettes en politique consiste à communiquer sur une thématique forte auprès de l opinion publique pour occulter un point de conflit social Monopolisés par un effet d annonce les médias suivent l agenda gouvernemental au détriment de la communication des partenaires tiers parents d élèves ou syndicats Pour fabriquer une boule à facettes il faut d abord choisir un thème de campagne qui touche l opinion publique L apprentissage de l anglais à l école remplit pleinement cette fonction Confrontés à la globalisation les Français craignent que leur progéniture ne survive pas à la concurrence internationale sans une connaissance parfaite de l anglais Or longtemps attachée à la prédominance de la francophonie la France et donc son école peinent dans l apprentissage des langues Ce retard a fait les choux gras des écoles bilingues souvent privées et des organismes de voyages linguistiques Il laisse un avant goût de défaite aux classes défavorisées qui ne peuvent pas acheter ce bagage essentiel Fondé sur la peur de l avenir et de la compétition internationale le souci de l éducation des enfants le sentiment d inégalités sociales voilà donc un thème parfait pour sensibiliser l opinion Dossier noir Deuxième dimension de la boule à facettes la communication en elle même Il faut imposer le thème crescendo dans l agenda médiatique Là encore mission réussie pour Luc Chatel qui coup sur coup annonce un apprentissage généralisé de l anglais dès 3 ans et le lancement de cours gratuits de langue pendant les vacances Troisième dimension

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article427 (2015-12-30)
    Open archived version from archive


  • Claude THELOT : cinq conditions pour le succès de la réforme des lycées - [Education et Devenir]
    soit suivi d effets concrets dans les écoles primaires et les collèges les trois autres conditions ci dessous énoncées pour le lycée valent aussi pour l école obligatoire Deuxième condition il faut impérativement aider dès maintenant et former à moyen terme les enseignants à faire vivre dans leurs classes les priorités des réformes En particulier les choses les plus nouvelles notamment l apprentissage du socle pour tous école obligatoire et les deux heures d accompagnement lycée Ce sont des innovations pédagogiques qui ne vont pas de soi et qui requièrent pour être mises en œuvre de l aide des outils C est d ailleurs une remarque générale si l on est comme moi en faveur de la liberté pédagogique des enseignants énoncée de façon solennelle dans la loi d avril 2005 il faut nourrir cette liberté à l aide d outils à l aide des réussites des autres Rien ne serait plus grave que de laisser au nom de cette liberté les enseignants seuls démunis sans aide pour mettre en œuvre ces innovations Il doivent au contraire et c est en cela que réside la liberté pédagogique inventer à partir d outils et d exemples qu on leur fournira broder si l on veut à partir de canevas établis et transmis par d autres Le conseil pédagogique devrait dans l établissement être le lieu de ces partages d outils et d expériences Voilà de quoi relancer son intérêt Troisième condition c est aux inspecteurs territoriaux à aider les enseignants à leur fournir ces canevas à faire circuler les réussites des autres les expériences qui ont marché ailleurs et à évaluer les enseignants dans leur façon de mettre en œuvre la réforme Double responsabilité sur le terrain La seconde est classique la première sur laquelle il faut davantage mettre l accent

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article170 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Collège en faillite cherche modèle - [Education et Devenir]
    loi Fillon dans un rapport sans complaisance remis à l Elysée en octobre 2010 La situation ne semble pas prête de s améliorer avec 4 800 suppressions de postes prévues dans le secondaire à la rentrée sur un total de 16 000 postes supprimés au budget 2011 Comme si ce creuset où passe toute une génération pouvait être laissé à l abandon Le constat d échec n est pas nouveau rappelle le sociologue François Dubet L ambiguïté du collège est originelle ses difficultés et contradictions le sont tout autant Depuis la création du collège unique en 1975 par René Haby ministre du président Valéry Giscard d Estaing la question se pose de savoir comment transmettre une culture commune à tous les adolescents d origines et de niveaux très différents jusqu à 16 ans fin de la scolarité obligatoire tout en limitant l éviction de jeunes sans qualification Cela fait trente cinq ans que le collège est tiraillé entre grande école et petit lycée entre son modèle pédagogique d élite et son public Il a maintes fois été enterré et malgré tout il résiste J ai pensé même qu il est plus populaire aujourd hui qu il y a dix ans note le sociologue Pourtant les parents s en défient A en croire le sondage CSA publié le 5 avril pour La Croix et l APEL seules 51 des personnes interrogées estiment qu il fonctionne bien 72 des parents de collégiens plaident pour une remise en cause du collège unique Plus de 80 sont favorables à la création de parcours plus individualisés pour les élèves Il y a confusion savamment entretenue entre collège unique et collège uniforme explique l historien de l éducation Claude Lelièvre Les familles pensent que l enseignement au collège tend à un nivellement par le bas C est faux l objectif est d optimiser les compétences et les connaissances de tous Cela n est possible qu en passant par des voies multiples Il faut différencier les parcours pour tous et pas seulement pour les élèves en difficulté en vue d atteindre un objectif qui est lui commun Si confusion il y a c est aussi parce que le débat est bloqué A la différence de l école primaire qui a eu droit à sa réforme des programmes en 2008 et du lycée qui a entamé la sienne en 2010 les discussions sur le collège sont reportées à l après 2012 Sujet trop clivant au sein même de l UMP pour être facile à manier par un ministre La loi d orientation du 23 avril 2005 a pourtant abouti à la définition d un socle commun de connaissances et de compétences soit ce qu un adolescent en fin de 3 e ne saurait ignorer décliné en sept piliers de maîtrise de la langue française à autonomie et initiative Un outil le livret personnel de compétences LPC a été instauré pour l évaluer Mais bien peu l utilisent et le socle commun ne s impose pas comme une priorité

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article461 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Colloque 2012 : réflexions de Françoise CLERC - [Education et Devenir]
    pour définir les contenus d enseignement prendrait alors tout son sens il aurait une valeur indicative et non programmatique charge aux équipes pédagogiques d en concevoir la planification et aux établissements d en organiser les conditions et le cadre de travail Il serait ainsi plus facile de s interroger lucidement sur le sens et le rôle des savoirs dans notre société et de préparer les élèves à une citoyenneté éclairée André Giordan a rappelé un certain nombre d acquis de la psychologie de l apprentissage perdus de vue depuis quelque temps et qui permettent de trancher dans le nouveau faux procès sur la base de caricatures inadmissibles qui s instruit actuellement contre la pédagogie dans une curieuse connivence de personnalités de la droite dure et de la gauche radicale il ne suffit pas d être actif pour apprendre les connaissances se construisent avec et pourtant contre les représentations spontanées si le savoir est une construction alors il faut apprendre à apprendre Le travail de groupe ne se réduit pas à mettre les élèves en groupe il y faut une organisation susceptible de cadrer le travail des élèves il faut qu ils apprennent aussi à s organiser collectivement à confronter les points de vue à coopérer à argumenter à poser un problème Expérimenter ne consiste ni à appliquer une démarche toute faite ni à faire des essais et des erreurs au hasard il faut apprendre à observer et à élaborer des hypothèses ce qui suppose bien entendu des savoirs préalables Enfin il a esquissé une critique des conditions environnementales de l acte pédagogique le temps découpé haché tourni d urgences successives l espace cloisonné clos à la fois saturé et vide Cette question ne se pose à l évidence pas dans les mêmes termes de l école maternelle au collège Au lycée la relation à l espace se vit de manière très différente Il faut y prendre garde Nous avons construit de nouvelles façons d habiter l espace de développer des rapports à la technologie Nous devons en tirer les conséquences sur le plan pédagogique Je suis à titre personnel persuadée qu une part importante des incivilités des élèves de collège trouve sa source dans l archaïsme de l espace scolaire L éducation passe aussi de l enfance à la préadolescence par un apprentissage des postures et des gestes de l usage des lieux sociaux de l aménagement des espaces de vie Il aurait fallu avoir plus de temps pour prendre vraiment conscience des implications de l organisation taylorienne des établissements rappelée par José Fouque du cloisonnement des espaces évoqué par Philippe Joutard du sous emploi des ressources offertes par les techniques numériques Elles ne sont pas une panacée mais elles peuvent pas non plus se réduire au tableau numérique dont certains responsables locaux rêvent d équiper leur école ou leur collège au nom d une modernité dévoyée par la mode mais qui finalement ne change pas grand chose à la logique frontale du cours L école fondamentale est le lieu

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article651 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Colloque IREA : le conseil d'administration : un jeu d'acteurs - [Education et Devenir]
    dépendant nettement de cette autonomie se voient réduites à la portion congrue en particulier les questions budgétaires et financières déléguées au technicien qu est le gestionnaire ou l agent comptable De même pour l adoption des contrats et conventions Le temps et la qualité des temps de débat consacrés au projet d établissement sont des indicateurs puissants du caractère collectif de cette démarche implication des enseignants association à la démarche des parents et élèves Proposition 2 donner vie et sens au Conseil pédagogique Au delà d un meilleur partage des attributions entre commission permanente et conseil d administration la création du conseil pédagogique permet de rééquilibrer le dialogue direction enseignants Consacré aux questions essentielles d organisation pédagogique cette instance devrait permettre de présenter ces sujets au CA avec une préparation approfondie et d associer réellement à la réflexion un plus grand nombre d enseignants via les rôles confiés aux coordonnateurs de disciplines de niveaux ou aux porteurs de projets Je n ai pas parlé des personnels ATOSS suivant les cas alliés des enseignants ou otages de la direction Leur place est légitime mais leur parole est elle exprimée et entendue Les parents Longtemps enfermés dans le statut d alliés de telle ou telle des deux catégories dominantes le plus souvent alliés des enseignants pour la FCPE et de la direction pour la PEEP les représentants des parents d élèves renâclent de plus en plus devant cette limitation de leur rôle Ils entendent être reconnus dans leur rôle de co éducateur Cette légitimité ne va pas de soi Entre la représentation locale d une fédération nationale et la défense individuelle des intérêts de son enfant le spectre des postures est large L attitude de nombreux enseignants à cet égard est révélatrice accord pour une position institutionnelle référée à une appartenance associative méfiance vis à vis d expressions locales réputées consuméristes La place des parents reste à conquérir Elle se joue dans une double reconnaissance de légitimités droit à l information sur la scolarité mais aussi sur le fonctionnement de l établissement pour les parents élus reconnaissance de la légitimité professionnelle et de la liberté pédagogique des enseignants d autre part Les exemples de contributions pertinentes des parents d élèves dans les établissements sont multiples participation au groupe de travail chargé de l organisation des échanges et voyages expertise professionnelle au sein d un comité d hygiène et de sécurité participation à la réflexion sur les règlements intérieurs organisation de la découverte des métiers etc Toutes ces actions participent d une meilleure connaissance mutuelle Elles ne dispenseront pas les établissements d une réelle prise en charge des circulaires sur l accueil des parents dans les établissements Une organisation des rencontres parents professeurs plus efficace et plus respectueuse constituerait une bonne entrée en matière Proposition 3 reconnaître la légitimité des parents dans la contribution à un meilleur fonctionnement des établissements en les associant mieux aux instances qui les concernent Les élèves En CA les élèves sont supposés meilleurs connaisseurs des questions abordées que

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article616 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Communiqué de la conférence des directeurs d'IUFM sur les masters en alternance - [Education et Devenir]
    de proposition pour des modèles de masters en alternance Le 10 février 2011 Communiqué de presse La CDIUFM réaffirme son attachement au principe de l alternance principe qu elle a toujours défendu et qui caractérisait d ailleurs fortement la formation des enseignants du second degré depuis 1985 Ce principe implique cependant que soient réellement prises en compte les vertus de ce type de formation et tout particulièrement le fait que l alternance entre des périodes de formation théoriques et des stages ne suffit pas encore faut il que ces deux moments de formation se nourrissent l un l autre et permettent à l étudiant de donner du sens aussi bien à ces périodes de formation à l université qu à ses premières expériences sur les terrains de stage Comme l affirmait déjà Gérard Malglaive en 1975 seule l alternance intégrative garantit ces résultats De nouvelles modalités et de nouveaux parcours Il existe pour cela plusieurs modalités possibles l année de M2 seule peut être conçue en alternance par exemple à raison d une ou deux journées par semaine en établissement scolaire ou dans des lieux en lien avec le milieu éducatif l année de M2 peut aussi être envisagée d emblée sur deux années en permettant ainsi à l étudiant d étaler les périodes de formation et de consacrer plus de temps aux périodes d activité professionnelle mais c est aussi tout le cursus de master qui peut être conçu en alternance en impliquant les deux années du master voire la dernière année de la licence dans ce dispositif En réalité plus que de nouveaux masters il s agit bien de nouveaux parcours de masters qui n impliquent pas nécessairement l invention de nouvelles formules mais au minimum la mise en place de nouvelles conditions de formation associant l Université

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article393 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Conférence de consensus à l'IFE sur la formation des enseignants - [Education et Devenir]
    les années 1960 il évoque la logique organisationnelle qui peut reposer sur une logique bureaucratique la hiérarchie est primordiale chacun réalise sa tâche sans vision globale ou sur une logique professionnelle basée sur la confiance du travail de chacun Au niveau de l établissement scolaire il cite Tardif et Lessard et parle d une structure cellulaire dans laquelle chaque enseignant est comme dans une bulle avec des blocs de savoirs à transmettre aux élèves et sans que ses collègues soient informés de son travail Ce serait cette structure qui favorise un certain individualisme des enseignants et qui serait le frein à un travail collectif réel Paradoxalement cette structure fait émerger les innovations locales basées sur quelques enseignants volontaires mais empêche surtout la diffusion de ces innovations bloquées par le fait que certains enseignants ne sont pas motivés pour ces changements On comprend bien dans ce type de contexte que le travail collectif ne passe pas le cap de la prescription Quelques exemples internationaux sont donnés par Dupriez qui insiste sur la prise en compte du contexte institutionnel dans l observation du travail en équipe en Australie pas moins de 8h sont consacrées par semaine et par enseignant au travail en équipe disciplinaire en équipe pédagogique ou à de la recherche action en Belgique 2h de concertation par semaine et par équipe sont prévues mais ne sont pas du tout appliquées Pour finir il propose quelques pistes réalistes pour que les enseignants partagent davantage leurs activités avec leurs collègues et rendent visible leur travail condition préalable à un apprentissage commun faire des observations dans les classes des collègues fabriquer des objets communs d enseignement et surtout partager ensuite les productions d élèves pour poursuivre la réflexion commune Caroline Letor également chercheuse à l Université catholique de Louvain a réalisé une revue de littérature sur des travaux de recherche portant sur la question A quelles logiques répond le travail collaboratif en établissement scolaire Elle présente une vue d ensemble de la manière dont elle a abordé cette question les bénéfices attendus du travail collaboratif sont ils au niveau individuel collectif ou organisationnel Quel est le contexte institutionnel notamment au niveau de la décentralisation de la reddition des comptes de la professionnalisation des enseignants des pédagogies centrées sur les apprentissages Elle constate que le travail collaboratif fonctionne mieux dans les établissements scolaires mobilisés avec une équipe mobilisée un rôle fort de la direction supervision ou animation porteuse d un projet d établissement construit l établissement semble un réel échelon d action pour le travail collectif Sa revue de littérature l amène à distinguer l ampleur les modalités et l intensité du travail collaboratif présenté dans les travaux de recherche A première vue le travail collaboratif semble superficiel et ne concerner qu un faible pourcentage d enseignants elle avance le nombre de 10 d enseignants investis dans des projets mais beaucoup d entre eux disent collaborer souvent Encore faut il définir la nature et l intensité de cette collaboration Elle évoque ainsi ses recherches

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article1146 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • CONSEQUENCES DE LA DECENTRALISATION SUR L'ELEVE, DANS LA CLASSE - [Education et Devenir]
    élève individu carte région crédits sorties etc que peuvent elles apporter à l élève via le système éducatif La décentralisation implique un travail avec les collectivités territoriales Chaque institution analyse la décentralisation Ceci crée une rivalité institutionnelle donc des blocages Quid de l autonomie des établissements quelles possibilités quelles limites Comment envisager l apprentissage de l autonomie par l élève dans un système qui ne se reconnaît pas de l autonomie Comment pédagogiquement peut on agir sur l autonomie de l établissement donc sur l autonomie de l élève Quelle représentation chaque acteur a t il de l autonomie de l établissement L EPLE en jouit il peut on la définir Cette autonomie permet elle de venir en aide très vite aux besoins de l élève Il existe une succession de barrières Les différents échelons hiérarchiques qui craignent les risques que leurs inférieurs pourraient leur faire prendre Les postes les statuts L autonomie est actuellement périscolaire Quelle autonomie dans la classe La DHG les modules l AI la constitution des classes les options etc relèvent de cette autonomie Or très vite il y a blocage l EDT le temps mobile d Aniko Husti n a touché que peu d établissement et l expérience s est vite arrêtée alors que l acte d apprendre se décline par rapport à une notion d espace de temps de groupe les m 2 des salles de classes le bâti une architecture non modulaire les classes à effectif constant même si les textes prévoient que la composition du groupe doit évoluer en fonction des besoins de l élève les rigidités liées aux habitudes pédagogiques les détournements des textes module cours par exemple Avons nous tous la même visée L autonomie de l établissement est faite pour atteindre cette visée commune Tous les établissements doivent garder

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article85 (2015-12-30)
    Open archived version from archive