archive-fr.com » FR » E » EDUCATIONETDEVENIR.FR

Total: 1108

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • pour une nouvelle gouvernance du service public de l'éducation nationale - [Education et Devenir]
    élèves les professeurs et les parents retrouveraient la fierté de leur lieu de vie de leur école La valorisation des compétences des enseignants devrait recouvrir des modalités motivantes pour l équipe pédagogique Elle s attacherait ainsi à donner plus de poids au mérite des enseignants et aux résultats à leur implication dans la gestion collective de l établissement qu à l ancienneté Le développement de postes d affectation sur profil ou le recrutement par cooptation pourrait être une piste intéressante à suivre dans les établissements confrontés aux plus grandes difficultés Dans le cadre d orientations fixées au niveau national les enseignants devront donner corps au projet éducatif adapter les programmes à partir du socle commun diversifier les méthodes déterminer les itinéraires pédagogiques choisir les rythmes L intérêt d un apprentissage par cycle permettant de juguler le redoublement inefficace n est plus à démontrer Encore faut il que cette politique soit appliquée au sein des établissements par des professeurs formés à ces rythmes d apprentissage différenciés De nouvelles modalités de formation devraient en conséquence être envisagées une formation continue non plus facultative mais obligatoire Si l école doit donner à tous un bagage commun elle doit aussi permettre à chacun de trouver la voie de sa réussite sociale et professionnelle Vouloir parvenir à l égalité en milieu scolaire condition de la mobilité sociale exige des politiques différenciées Elle requiert une inégalité des traitements au bénéfice des élèves et territoires les plus défavorisés consistant à identifier les différences existant entre les élèves et à y adapter les parcours et les méthodes d enseignement Les élèves les plus en difficulté doivent être aidés sur le temps scolaire de tous les élèves et dans le cadre normal des activités de la classe Notre principal objectif doit être de prévenir la rupture scolaire de ces élèves les plus fragiles en développant au sein du système éducatif les meilleures conditions possibles d apprentissage afin de leur permettre de sortir avec une orientation positive Pour de nombreuses familles issues des milieux sociaux défavorisés la scolarisation des enfants de 2 ans en maternelle est un élément déterminant pour la mise en place correcte des dispositifs cognitifs qui permettront ensuite la maîtrise de la langue et l acquisition de compétences fondamentales D autre part cette scolarisation précoce et adaptée sera aussi le moment privilégié pour renforcer les contacts et les liens avec les familles Quant à l échec de l école primaire il est insupportable lorsque l on constate que 40 des élèves sortent du CM2 avec des lacunes graves Y remédier devrait être une priorité d autant plus forte que tous reconnaissent que l acquisition des fondamentaux qui déterminent l avenir des jeunes se joue dès les premières années de l éducation primaire A chaque fin de cycle il peut y avoir des ruptures importantes Pour les préparer au mieux un dialogue constant entre les enseignants voire un travail conjoint entre les enseignants de grande section de maternelle et de CP entre ceux de CM2 et ceux du

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article262 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Pratiquer la sanction éducative - Bruno ROBBES - [Education et Devenir]
    de l élève dans le cadre d un dispositif prévu à cet effet et connu de tous les enseignants et personnels d éducation p 5 Un point engage les professeurs qui pourrait s avérer difficilement tenable en pratique Toute punition doit faire l objet d une information écrite du conseiller principal d éducation et du chef d établissement p 5 Enfin un rappel important concerne l interdiction de l usage de la note de zéro 17 pour sanctionner un comportement c est à dire la non confusion entre sanction du travail et sanction relative au comportement Les trois types d exclusion suivants sont intégrées à l échelle réglementaire des sanctions disciplinaires l exclusion temporaire de la classe l exclusion temporaire ou l exclusion définitive de l établissement p 6 L exclusion temporaire de la classe peut être prononcée si un élève perturbe plusieurs cours de façon répétitive Cela suppose une concertation en amont entre les différents membres de l équipe pédagogique et éducative Cette concertation est essentielle afin de garantir la portée éducative de la sanction L exclusion de la classe dont la durée maximale est de huit jours s applique à l ensemble des cours d une même classe Elle n est pas assimilable à l exclusion du cours qui relève quant à elle du régime des punitions Pendant l exclusion de la classe l élève est accueilli dans l établissement Remarquons la distinction claire entre exclusion de cours punition scolaire et exclusion de classe sanction disciplinaire pour l exclusion de classe la double obligation d accueil de l élève dans l établissement et de concertation préalable de l équipe pédagogique et éducative Il y a d une part l institutionnalisation d une pratique de certains établissements dénommée exclusion inclusion et d autre part un levier d action qui doit permettre au chef d établissement de réunir les personnels concernés autour de situations concrètes d élèves avec la visée explicite d aboutir à la mise en place d une sanction éducative L exclusion temporaire de l établissement ou de l un de ses services annexes qu elle ait été prononcée par le chef d établissement ou le conseil de discipline est désormais limitée à huit jours de façon à ne pas compromettre la scolarité de l élève L exercice du droit de sanction ne doit pas compromettre le droit à l éducation C est aussi ce principe qui justifie le fait que la circulaire ne recommande pas l exclusion définitive précisant qu elle peut avoir des conséquences préjudiciables à la scolarité de l élève et apporte rarement une solution durable au problème posé Pour les mêmes raisons le texte prévoit la possibilité d une mesure alternative aux sanctions dans l hypothèse d une exclusion temporaire de la classe ou d une exclusion temporaire de l établissement ou de l un de ses services annexes Cette mesure est proposée à l élève par le chef d établissement ou le conseil de discipline et doit recueillir son accord à condition que les sanctions aient fait l objet d une décision dûment actée La vigilance s impose ici quant au respect de la procédure et au risque de peine multiple La finalité de cette mesure alternative aux sanctions qui relève du régime juridique de la mesure de responsabilisation voir ci dessous répond bien à l exigence de sanction éducative elle doit permettre à l élève de manifester sa volonté de s amender à travers une action positive afin de développer chez lui le sens du civisme et de la responsabilité Soulignons toutefois l ambigüité et le risque de confusion à propos d une mesure considérée à la fois comme une sanction voir ci dessous et dans le décret l article R 511 13 I et II et comme une alternative à la sanction article R 511 13 III 18 2 La mesure de responsabilisation Il s agit là d une véritable nouveauté puisque cette mesure vise précisément à assurer la continuité de la fonction sociale de l école et de la mission des professeurs 19 tout en permettant à l élève de s engager dans un processus réflexif sur son acte Le texte indique les mesures de responsabilisation sont des sanctions de nature à éviter un processus de déscolarisation tout en permettant à l élève de témoigner de sa volonté de conduire une réflexion sur la portée de son acte tant à l égard de la victime éventuelle que de la communauté éducative p 2 Sa mise en œuvre est détaillée p 5 7 Elle consiste à participer en dehors des heures d enseignement à des activités de solidarité culturelles ou de formation ou à l exécution d une tâche à des fins éducatives pendant une durée qui ne peut excéder vingt heures Elle peut se dérouler au sein de l établissement Cependant dans l hypothèse où elle n est pas effectuée dans l établissement mais au sein d une association d une collectivité territoriale d un groupement rassemblant des personnes publiques ou d une administration de l État l accord de l élève et lorsqu il est mineur celui de son représentant légal doit être recueilli Le refus de l élève ne peut l exonérer de la sanction qui devra alors être exécutée au sein de l établissement p 5 Cette mesure étant basée sur le volontariat parce qu elle n est pas à proprement parler d intérêt scolaire des échanges auront donc lieu entre le chef d établissement et les parents des élèves mineurs Bien que délicats à conduire ils peuvent néanmoins être l occasion d un véritable dialogue à finalité éducative On peut faire l hypothèse que l une des causes possible d incompréhension tiendra à des divergences d interprétation de la dignité de certaines tâches jugées dégradantes par des familles mais qui pourraient entrer dans le cadre des mesures de responsabilisation ramassage de papiers dans la cour nettoyage de murs tagués balayage du réfectoire par exemple Les bases de l échange à propos de la mise en œuvre de la mesure s appuieront sur le régime juridique qu indique le texte Régime juridique de la mesure de responsabilisation p 5 7 Durée maximale de 20 heures Adéquation de la mesure à l âge de l élève et à ses capacités Toute activité ou tâche susceptible de porter atteinte à la santé et à la dignité de l élève est interdite Signature préalable d une convention de partenariat en cas d exécution à l extérieur de l établissement Cette convention entre l établissement et l organisme d accueil doit avoir été autorisée par le conseil d administration préalablement à l exécution de la mesure Elle permet de délimiter les responsabilités de l établissement par les limites fixées et qu il dispose d une garantie juridique sur le travail effectué par l élève Accord de l élève et de son représentant légal s il est mineur sur les modalités de réalisation de la mesure à l extérieur de l établissement Contrôle du chef d établissement sur le contenu des activités ou tâches réalisées par l élève afin de s assurer que la nature et les objectifs de la mesure de responsabilisation sont conformes à l objectif éducatif assigné à celle ci La portée symbolique et éducative de la démarche doit primer sur le souci de la réparation matérielle du dommage causé aux biens ou du préjudice causé à un autre élève Engagement écrit de l élève à la réaliser Retrait de la mention de la sanction initialement prononcée du dossier administratif de l élève lorsque celui ci a respecté son engagement Seule la mesure alternative à la sanction y figure En cas de refus d accomplir la mesure proposée la sanction initialement proposée et son inscription dans le dossier administratif de l élève deviennent exécutoires 3 La création d une commission éducative dans chaque établissement La sous partie indiquant en quoi consiste cette commission éducative est incluse dans la partie III du texte qui comprend les mesures de prévention confiscation d un objet dangereux engagement d un élève sur des objectifs précis en terme de comportement qui donne lieu à la rédaction d un document signé par l élève p 15 et d accompagnement p 16 Arrêtons nous un instant sur celles ci Conformément à l esprit général de la circulaire les mesures d accompagnement des sanctions ont pour finalités de garantir la continuité de la scolarité de l élève dans l hypothèse où sa scolarité est interrompue p 14 L objectif consiste explicitement à permettre la poursuite du travail scolaire afin d éviter la survenue du décrochage chez des élèves pouvant connaître des difficultés de comportement prévenir tout risque d échec scolaire et d aggravation d une situation souvent difficile à vivre pour l élève et sa famille et préparer la réintégration de l élève p 16 Prévues au règlement intérieur ces mesures doivent être mises en place en cas de sanction d exclusion temporaire de la classe et il est vivement recommandé qu il en soit de même en cas d exclusion temporaire de l établissement La circulaire met alors l accent sur le rôle de l équipe éducative dans la mise en place et le suivi de ces mesures sous la responsabilité du chef d établissement qui dispose là d une base légale pour la réunir Ainsi il appartient au chef d établissement de veiller à ce que l équipe éducative prenne toute disposition pour que cette période d exclusion soit utilement employée afin d éviter un retard préjudiciable au déroulement de la scolarité thèmes de cours à travailler conformes aux programmes officiels devoirs à remettre à échéance fixe etc Quant à l élève présent dans l établissement pendant le temps scolaire en cas d exclusion de classe il doit pouvoir rencontrer un membre de l équipe éducative afin d être placé en position de responsabilité 20 La commission éducative est d abord présentée p 15 comme une instance de régulation de conciliation et de médiation sauf si une procédure disciplinaire a déjà été engagée puisque sa réunion n est pas un préalable à l engagement de celle ci Sa composition est arrêtée par le conseil d administration et inscrite au règlement intérieur mais c est le chef d établissement qui en désigne les membres et la préside ou en son absence l adjoint qu il aura désigné Elle comprend au moins un représentant des parents d élèves 21 et des personnels de l établissement dont au moins un professeur De plus elle peut inviter toute personne qu elle juge nécessaire à la compréhension de la situation de l élève y compris un élève victime de l agissement de ses camarades Observons qu à l inverse du conseil de discipline cette commission ne comporte aucun représentant des élèves de droit même si l extrait ci dessus laisse ouverte la possibilité que le chef d établissement y invite des élèves Par contre chacun de ses membres est soumis à l obligation du secret en ce qui concerne tous les faits et documents dont ils ont connaissance La commission éducative a deux missions principales 1 La recherche d une réponse éducative personnalisée chez l élève dont le comportement est inadapté aux règles de vie dans l établissement ou qui ne répond pas à ses obligations scolaires Elle s inscrit dans la perspective d une pratique de sanction éducative puisqu elle doit amener les élèves à s interroger sur le sens de leur conduite les conséquences de leurs actes pour eux mêmes et autrui Le texte insiste sur la nécessité d engager un dialogue précoce avec les parents de l élève mineur concerné 2 Elle est également consultée lorsque surviennent des incidents graves ou récurrents À ce titre elle peut participer en lien avec les personnels de santé et sociaux de l établissement à la mise en place d une politique claire de prévention d intervention et de sanctions pour lutter contre le harcèlement en milieu scolaire et toutes les discriminations Ici la commission éducative semble en partie empiéter sur les prérogatives des comités d éducation à la santé et à la citoyenneté 22 L examen de ses compétences situe clairement la commission éducative comme une alternative à la sanction par la recherche d un engagement de l élève sur des objectifs précis et évaluables en termes de comportement et de travail scolaire Ici l engagement peut être oral ou écrit signé ou non et il n est pas soumis à sanction au plan juridique Ceci peut vouloir dire que si l engagement de l élève s apparente à un marché il ne doit pas relever d un chantage qui s exercerait sur lui L établissement a cependant un devoir de mise en place d un suivi de l élève par un référent Plus généralement la commission éducative assure le suivi de l application des mesures de prévention d accompagnement et des mesures de responsabilisation ainsi que des mesures alternatives aux sanctions Cette importante compétence devrait constituer l objet principal de ses travaux Quant aux parents ils disposent de droits d informations le représentant légal est informé de la tenue de la commission entendu et associé et de rencontre d un responsable de l établissement Remarquons enfin que dispositif est ouvert permet l adaptation et l inventivité puisque le règlement intérieur de l établissement peut reconnaître à la commission éducative des compétences complémentaires Nouvelles mesures applicables dès la rentrée scolaire 2011 p 18 Sans qu une modification du règlement intérieur ne soit nécessaire aucune exclusion temporaire de plus de huit jours de l établissement ou de l un de ses services annexes ne pourra être prononcée La sanction d exclusion temporaire de la classe s applique La mesure de responsabilisation pourra être mise en place dès la rentrée scolaire si elle est exécutée au sein de l établissement En revanche son exécution à l extérieur de l établissement ne pourra être décidée par les autorités disciplinaires qu après autorisation du conseil d administration donnée au chef d établissement de signer des conventions selon le modèle prévu par arrêté Enfin Dès la rentrée scolaire le processus de modification du règlement intérieur doit être initié notamment la mise en place des mesures de responsabilisation et le fonctionnement de la commission éducative Un changement majeur dans les prérogatives du chef d établissement Cette circulaire serait une indiscutable avancée si un point ne venait semer la confusion dans sa cohérence d ensemble Dès son préambule elle affirme le caractère automatique c est à dire obligatoire de l engagement d une procédure disciplinaire en cas de violence verbale à l égard d un membre du personnel de l établissement ou en cas d acte grave à l égard d un membre du personnel ou d un élève 23 Il en est de même s agissant de la saisine automatique du conseil de discipline en cas de violence physique à l égard d un membre du personnel p 1 Désormais le chef d établissement sera dans l obligation de se soumettre à cette procédure Dans le cas contraire c est à dire 1 si un membre du personnel se considérant comme victime de violence verbale ou d un acte grave ou si un élève s estimant victime d un acte grave jugent qu il aurait dû engager une procédure disciplinaire ou 2 si un membre du personnel notamment un professeur se considérant comme victime de violence physique juge qu il aurait dû saisir le conseil de discipline le chef d établissement encourt une procédure disciplinaire interne pour faute professionnelle qui peut déboucher sur une sanction de sa hiérarchie 24 Ces modifications contredisent la philosophie générale de la circulaire sur plusieurs aspects Remarquons tout d abord que si le chef d établissement doit engager une procédure disciplinaire ou saisir le conseil de discipline dans les situations précitées ces démarches ne préjugent en rien du fait qu il y aura ou non sanction Cependant le principe d individualisation de la réponse disciplinaire peut sembler fragilisé Le rédacteur ne s y trompe pas lorsqu il estime nécessaire de rappeler qu il demeure p 1 2 Ensuite ces dispositions contreviennent à l usage d appréciation de la gravité de la situation par le chef d établissement qui avait cours jusque là On perçoit bien l analogie de ces mesures avec des modifications récentes du code pénal instaurant une automaticité des peines voire des peines plancher et limitant le pouvoir d appréciation du juge même si répétons le la sanction n est jamais certaine Il reste ici que le pouvoir d appréciation des situations violentes ou graves par le chef d établissement se trouve de fait lui aussi amoindri au profit de celui des personnels 25 ou des familles d élèves victimes sans trancher pour autant la question d une définition indiscutable de la violence verbale physique ou de l acte grave C est d ailleurs impossible car la violence comporte une dimension irréductiblement subjective mais aussi culturelle et idéologique 26 Ces mesures font mine de régler définitivement les questions de définition des faits et du pouvoir d appréciation de leur gravité à la place des protagonistes alors que dans une société régie par des valeurs démocratiques comme la nôtre celles ci doivent pouvoir donner lieu dans une certaine mesure à des débats contradictoires prenant en compte des faits singuliers situés dans leur contexte Quelques incidents qui se sont produits dans des établissements depuis la rentrée et dont nous avons eu connaissance donnent un aperçu des difficultés qui attendent les personnels de direction Ainsi cette collégienne faisant l objet d un conseil de discipline après avoir bousculée une assistante d éducation qui devant le portail du collège à quelques mètres de la sortie réclamait qu elle lui donne immédiatement son téléphone mobile Traitant cet incident banal en apparence le principal nouvellement nommé dans l établissement après s être informé des circonstances de l altercation et échangé avec plusieurs personnels dont l assistante d éducation victime le CPE et l assistante sociale avait convoqué l élève et lui avait infligé une sanction

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article599 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Pratiques de classe et autorité - [Education et Devenir]
    mauvaise réputation du prof Car le bon prof lui a de l autorité C est cette denrée rare qui était l objet le 10 mars 2010 de la 6 e conférence de consensus organisée par l IUFM de Créteil Devant un public composé de jeunes enseignants stagiaires et de formateurs l IUFM avait convoqué les auteurs faisant autorité en la matière Bernard Rey Jacques Pain Jean Houssaye Erick Prairat Christine Passerieux et Dominique Ottavi ont pu présenter leur conception de l autorité Le Café en rend compte dans un copieux dossier que nous vous invitons à consulter Pour Jacques Houssaye l autoritas est fondée sur l attestation d une forme de supériorité et non sur la puissance de contrainte Mais voilà les préoccupations des professeurs et des élèves ne sont pas les mêmes Le prof attend de la participation et de l engagement l élève attend un bon cours qui va être pris en note et limitera le travail personnel Voilà qui remet en question l autoritas Pour Erick Prairat ce qui fonde l autorité magistrale c est la culture les œuvres le monde déjà là Le professeur introduit le nouveau venu doucement dans l antériorité de la culture rend la scène du monde signifiante On ne s autorise jamais seul à être responsable y compris de soi Toute relation d autorité se joue donc à trois l enseignant l élève le monde et ses savoirs Quand ces derniers sont menacés c est la relation qui est menacée Et celle ci s érode sous des pressions à la fois sociologiques et anthropologiques La culture des pères cède le pas devant le culte des pairs Pour lui il reste une voie qui noue attitude individuelle organisation collective et affirmation politique il n y a d autorité du professeur que dans l

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article175 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Présidentielles 2012 : le statut des enseignants au cœur du débat - [Education et Devenir]
    Royal avait préconisé au cours d une table ronde organisée lors de la dernière campagne présidentielle que les enseignants restent 35 heures sur leur lieu de travail J ai été mal comprise à l époque Je proposais cette approche pour qu on améliore leurs conditions de travail Je vais d ailleurs demander aux départements et aux régions de leur offrir les moyens de travailler sur place rappelle t elle aujourd hui REPENSER LE MÉTIER Deux autres candidats à la primaire socialiste Manuel Valls et Arnaud Montebourg se montrent un peu plus explicites Le maire d Evry propose un nouveau contrat avec les enseignants Etre de gauche explique t il c est lutter en permanence contre la reproduction des inégalités Pour y parvenir aujourd hui il faut changer le métier de professeur Il ne faut pas leur raconter d histoires Il faudra repenser leur métier Il faudra qu ils passent plus de temps dans l établissement certes Mais il faudra aussi les revaloriser et reconnaître qu ils ne font pas le même métier à Neuilly et à Evry Pour arrêter d envoyer à Evry des jeunes qui n y sont pas préparés Dans sa brochure intitulée Mon projet pour l école accessible sur son site à compter du er data scaytid 21 1 er septembre d Arnaud Montebourg propose aussi de réaménager le service des professeurs pour intégrer de nouvelles tâches En une phrase le président du conseil général de Saône et Loire éclaire toute la gêne de la gauche à toucher à ce sujet Qu on ne s y trompe pas On est dans une approche bienveillante du métier Aujourd hui les enseignants assurent beaucoup de tâches qu on ne rémunère pas Ils sont nombreux à vouloir qu on reconnaisse toutes ces facettes du métier Les esprits ont beau avoir évolué le terrain reste ultrasensible A peine élu en 2007 Nicolas Sarkozy avait tenté de s attaquer au sujet sans y parvenir Dans la lettre de mission de Xavier Darcos son ministre de l éducation entre 2007 et 2009 il avait écrit Nous souhaitons que le mérite soit reconnu tant au niveau individuel que collectif C est possible tout en étant objectif Il nous semble naturel que chaque enseignant puisse maîtriser par son travail l évolution de sa carrière et de ses revenus en s investissant comme il le souhaite dans son métier principal et dans des activités complémentaires Les obligations de service des enseignants devront tenir compte de cette nouvelle liberté qui leur est offerte Dans la foulée en septembre 2007 Nicolas Sarkozy avait nommé une commission sur l évolution du métier d enseignant présidée par le conseiller d Etat Marcel Pochard Ce dernier avait remis au ministre de l éducation en février 2008 son livre vert appelant à repenser le métier Face aux premières protestations l affaire avait été enterrée ECHEC DU SYSTÈME ÉDUCATIF Aujourd hui Luc Chatel pousse de nouveau le dossier pour l après 2012 Ce n est plus un sujet tabou mais il reste sensible

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article535 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Prime à la casse - Chronique de Nathalie Mons - [Education et Devenir]
    intéressés financièrement aux performances de leur école comme aujourd hui de nombreux cadres dans le secteur privé La semaine dernière Luc Chatel ministre de l éducation a lancé cette petite bombe L idée paraît de bon sens portée par la vague d individualisation des rémunérations dans les secteurs privé et public et le courant intellectuel de la personnel economics mû par la perspective de gains financiers le cadre serait davantage motivé pour atteindre les résultats assignés entraînant son équipe dans un élan dynamisateur Concernant l éducation cette thèse théorique ne fait pas l objet malheureusement d un consensus scientifique Confrontés à un fort turnover des personnels les Etats Unis ont expérimenté dans les années 1990 la distribution de bonus aux enseignants méritants et aux chefs d établissement qui risquaient l aventure des écoles ghettoïsées de centre ville Cette politique dispendieuse n a pas atteint ses objectifs Le lien entre intéressement financier et résultats des personnels de l enseignement n est pas mécanique Les chercheurs se sont alors penchés sur le cas de ce secteur rétif aux récompenses financières Qu ont ils découvert Les personnels de l éducation ne sont pas mus prioritairement par l appât du gain sinon ils se seraient engagés dans un autre secteur Effets pervers En fait ce sont les incitations non financières qui motivent davantage ces personnels de bons emplois du temps pour les enseignants des propositions de formation continue des fonds supplémentaires pour gérer leurs projets scolaires Autre difficulté relevée par la recherche la mesure des performances en éducation Si le commercial peut se voir opposer des objectifs quantitatifs simples l acte d éducation est plus difficile à enfermer dans quelques résultats chiffrés objectifs L intéressement souvent fondé sur des performances quantitatives aurait de plus des effets pervers Résultat les pays qui pratiquent l intéressement

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article386 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Propositions de JL AUDUC sur la formation des maîtres - [Education et Devenir]
    de la république s en est ému lors de ses vœux le 19 janvier 2011 en appelant à la réouverture du chantier de la formation des enseignants Il faut dire que ce chantier conçu exclusivement par une approche des coûts financiers et non par des approches centrées par rapport aux besoins des élèves manifeste crûment le grand écart entre le dire du discours officiel et le faire des réalités et des décisions Un seul exemple l enseignement des langues vivantes à l école élémentaire Le ministre de l éducation nationale multiplie les interventions pour dire l importance de l enseignement d une langue vivante à l école élémentaire qu il veut même démarrer au début de l école maternelle Qu est devenue la place des langues à l occasion de la mastérisation dans le concours de recrutement des professeurs des écoles Pour faire des économies on a supprimé l épreuve orale de langue vivante qui existait auparavant dans le concours de recrutement Pour la remplacer on a prévu l obligation d une certification universitaire pour se présenter au concours mais comme les universités ont annoncé ne pas avoir les moyens de la financer celle ci a été annulée pour le concours 2011 qui verra les nouveaux professeurs des écoles ne pas avoir eu la moindre vérification de leur niveau en langue vivante étrangère qu ils sont censés enseigner Quelles solutions Il ne s agit pas de se lamenter sur le système antérieur mais de voir que les IUFM ne méritent ni l excès d honneur que leur attribue certains ni l indignité dont on les affuble souvent Il faut se rappeler que c est dès leur création que les IUFM avaient été vilipendés et en juillet 1993 on avait pu entendre François Fillon alors ministre de l enseignement supérieur déclarer lors de la remise du Rapport Kaspi Pour l année de stage plutôt que d insister sur connaissances psychopédagogiques il vaudrait mieux renforcer la formation disciplinaire Il faut dépasser ce vieux débat français qui refuse de conjuguer ensemble savoir et conditions de la transmission des savoirs Il faut sortir de ce faux débat Comme le dit Alain Beitone dans un texte circulant sur le net 1 Conteste t on les injonctions à la transversalité aux compétences et à la pédagogie inductive de certains responsables de l éducation et l on est aussitôt étiqueté comme réactionnaire élitiste et nostalgique du cours magistral Critique t on l illusion passéiste et l élitisme de certains républicains et l on est aussitôt qualifié de pédagogiste de démagogue laxiste et de partisan de l ignorance Dans tout cela on passe à côté de l essentiel comment assurer la démocratisation de l accès au savoir Comment favoriser l enrichissement croisé des recherches en éducation et des pratiques des enseignants Comment refonder la confiance dans l école et dans le caractère émancipateur de l accès au savoir Comment résister aux logiques ségrégatives et concurrentielles qui sapent progressivement le service public d éducation Il est indispensable qu existe

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article381 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Propositions de Montebourg sur l’Ecole - [Education et Devenir]
    aux élections notamment s efforcent davantage de représenter cette diversité d être son miroir que d entraîner la société vers un but ou de la transformer Quant à l éducation que devient elle dans ce nouveau contexte idéologique Pour fonctionner l idéologie néolibérale ne s appuie pas que sur le droit et l économie mais table aussi sur l éducation Education libérale et économie libérale partagent en effet le même grand principe le rejet des attaches collectives et de toute forme d autorité et notamment le rejet du politique comme instance de normativité ou de régulation collective Economie libérale et éducation libérale vont de pair et se confortent Il faut y être attentif on ne peut comme certains aimer l une et détester l autre et repousser l une sans rejeter l autre Car c est l enfant délié de toute attache collective éduqué dans la légitimité absolue de ses choix individuels auto construit qui devenu adulte peut croire se réaliser en contractant librement pour accomplir ses aspirations et défendre ses intérêts Pour les néolibéraux la vie consiste à la fois à se réaliser soimême d où l éducation à l auto construction de soi et la pédagogie de l auto construction des savoirs et à réaliser ses aspirations d où l économie de la liberté absolue d entreprendre et de consommer La mise en œuvre de ce projet rencontre cependant de nombreux obstacles D abord elle s oppose à la tradition française d une éducation nationale d une école publique davantage tournée vers l édification et la consolidation d une nation ellemême conçue comme fondement de la cohésion sociale que destinée à répondre aux seules ambitions des individus et des familles Ensuite ce projet se heurte aux apories qu il engendre l atomisation sociale et l apologie de la liberté individuelle ne font pas bon ménage avec l idée même d école et avec les contraintes de toute vie scolaire l anomie sociale et morale des jeunes et le développement de la violence qui en résulte provoquent en retour une nouvelle demande d autorité de réglementation et de protection de la part des parents et notamment de ceux des classes populaires le développement des affirmations identitaires et des revendications religieuses a pour effet un renouveau de l exigence laïque à l école De ces contradictions émerge progressivement l idée que l école doit re devenir l institution fondatrice du vivre ensemble qu elle doit bien sûr transmettre des connaissances mais aussi former des compétences cognitives et sociales faire partager des valeurs politiques et morales promouvoir des attitudes civiques éduquer des comportements responsables Les tenants de l éducation libérale se heurtent également à un obstacle difficilement surmontable l existence du savoir comme principe universel d autorité Le savoir n est en effet pas libéral et ne peut pas le devenir Aussi est il faux de dire voire de professer comme on l entend souvent que chaque élève construit son savoir Le savoir nous surplombe deux et deux font quatre c

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article532 (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Quand des sénateurs discutent Privatisation de l'éducation - [Education et Devenir]
    élus au point qu elles pourraient prochainement être posées dans votre établissement Mardi 8 mars alignés le long d une grande table ovale presque tous les syndicats d enseignants de chefs d établissement et d inspecteurs avaient répondu à l appel de la Mission d information du Sénat sur l organisation territoriale du système éducatif et sur l évaluation des expérimentations locales en matière d éducation Quatre questions étaient au programme La première portait sur les expérimentations Hors du Snalc qui estime qu il y a un recours excessif au changement les autres syndicats n y sont pas opposés mais veulent les encadrer Pour le Snes représenté par Fabienne Bellin elles servent surtout à contourner par le local ce que les professeurs refusent et à déréglementer Pierre Garnier Snuipp déclare que les expérimentations servent de paravent à une politique éducative qui privilégie l immobilisme A chaque problème on expérimente mais rien ne change Philippe Tournier secrétaire général du Snpden principal syndicat de chefs d établissement croit savoir pourquoi une expérimentation qui va jusqu au bout c est 4 ans Un ministre en moyenne 1 an et 9 mois Pour Patrick Roumagnac secrétaire général du Sien Unsa les recueils de bonnes pratiques font partie du quotidien des inspecteurs Mais elles ne sont pas bonnes par nature mais par l engagement des équipes Imposer des expérimentations au contraire implique des résistances Mais c est Jean François Le Borgne président du SNIA IPR qui révèle que dans l éducation nationale on expérimente toujours avec les mêmes et quand on généralise les établissements ne savent pas faire Il donne en exemple la généralisation de l accompagnement personnalisé en lycée dès novembre on savait que la voiture est allée au fossé Trente ministères de l éducation nationale Comment concilier autonomie des établissements et renforcement des rectorats interrogent les sénateurs Pour Michel Gonnet secrétaire général du SNPI FSU l autonomie est surtout utilisée comme une variable d ajustement pour la réduction des moyens Dans les relations avec les rectorats peu à peu on abandonne le droit commun au profit d accords entre individus Il y a là un piège à dénoncer Pour Philippe Tournier Snpden la France est un pays qui compte 30 ministères de l éducation nationale On assiste à un déversement du rectorat à qui on donne le soin de gérer le réel et à la fonte du pilotage national depuis une quinzaine d années Une tendance qui s accélère puisque même les suppressions de postes sont maintenant confiées aux recteurs Résultat qui s occupe de quoi Tout le monde Contre attaque syndicale Et c est Christian Chevalier Se Unsa qui sort la réunion du ronron poli Vous nous parlez d autonomie et de Pisa mais les politiques ne se soucient pas de ses enseignements Le fait que la France soit le pays où les inégalités sociales prédisent le plus la réussite ou l échec scolaire semble vous laisser indifférents Il va bien falloir apporter des réponses Jean Claude Carle s offusque et pose

    Original URL path: http://www.educationetdevenir.fr/spip.php?article423 (2015-12-30)
    Open archived version from archive