archive-fr.com » FR » F » FECFO-ORG-AGRICOLES.FR

Total: 475

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Commission Nationale de Négociation du 22/09/05
    de financement qu auprès de l organisme à qui les caisses régionales versent leurs contributions sur l alternance c est à dire le GDFPE En l absence d accord d entreprise à Groupama et du fait l impossibilité de se fonder sur l Accord FFSA Le GDFPE a donc refusé d enregistrer les contrats de professionnalisation qui lui sont parvenus dès septembre Jouant les violons de l automne l UDSG a exhorté les syndicats à signer sur le siège cet accord dit technique tout en rassurant les signataires Ne soyez pas inquiets Les négociations sur la formation ne s arrêtent pas aujourd hui voyez nous avons insérer un article II qui vaut engagement de poursuivre les discussions jusqu au bout Une majorité de syndicats s est prononcée pour la signature de cet accord La CGT a demandé un délai La délégation Force Ouvrière a déclaré elle comprenait bien la problématique qui tourne essentiellement autour de l argent qui doit revenir aux Caisses qui ont embauché des jeunes en contrats de professionnalisation Cependant il ne faut pas confondre vitesse et précipitation Vu du coté des salariés tous les contrats signés sont sécurisés par l accord de branche et en tous les cas par le droit commun L article II valant engagement ne suffit pas à lever nos interrogations L UDSG a t elle la volonté et la capacité de négocier un accord sur la formation professionnelle qui améliorerait de manière significative l accord de la Branche Ce n est certainement pas en travaillant à partir de sa plateforme de négociations que notre vision du contenu de l accord s éclaircit Ce document qui était sensé faciliter la compréhension renvoie somme toute aux dispositions de la branche sans plus de progrès Il se cantonne à énumérer des objectifs sans ambition et parfois

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article16 (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Comité de Groupe du 27/09/05
    une confirmation de l inversion de tendance visant à augmenter les effectifs du réseau et à baisser ceux des autres fonctions L égalité des salariés devant la formation professionnelle dans les Caisses Régionales reste très aléatoire au global 4 8 de la masse salariale Groupe 5 2 avec des situations très disparates d une Caisse à l autre de 3 2 à 9 6 3 Caisses affichent des ratios sensiblement inférieurs aux autres Caisses OC 3 2 Grand Est 3 3 et Sud 3 4 Même situation pour les filiales du Gan Les opérations de regroupement des Caisses Régionales semblent terminées ou presque le groupe repose aujourd hui sur 11 Caisses Régionales Les rapprochements de Alsace Grand Est et Sud Alpes Méditerranée sont au point mort Ces regroupements s accompagnent de réorganisations avec des impacts sociaux importants Les principaux objectifs étaient un processus de décision simplifié et une rentabilité accrue Le premier objectif semble atteint en revanche la taille des nouvelles entités ne semble pas être un facteur déterminant dans la rentabilité ni dans le ratio de frais généraux Activité IARD Vie Banque Les comptes 2004 sont bons derrière ces quelques mots tant répétés par les dirigeants de nombreuses entités du groupe se cachent néanmoins des situations fort contrastées et parfois préoccupantes L analyse des comptes 2004 confirme indéniablement certains points positifs les résultats techniques s améliorent le GAN renoue avec la croissance en IARD et ses résultats se redressent hors informatique l international confirme son redressement la SCOR retrouve mi 2005 son rating de type A la rentabilité est supérieure aux objectifs la structure financière se consolide Mais ces communications volontairement optimistes ne doivent cependant pas occulter certains facteurs importants et pour le moins inquiétants d autant que l intensité concurrentielle continue à se renforcer En Vie les performances sont dégradées 1 6 en Vie individuelle dont Groupama Vie 0 7 et 3 8 en Collective dont Groupama Vie 3 6 En IARD les Caisses Régionales enregistrent des pertes de marché avec un recul du parc assurés 0 4 en automobile et 1 en habitation Nos experts avaient déjà attiré l attention sur ce qu ils estiment être un décrochage commercial des activités IARD en 2002 et 2003 En 2004 comme en 2003 la croissance des Caisses Régionales repose essentiellement sur l aliment tarifaire Ajoutons à cela l impact négatif pour les salariés des fusions réorganisations un déplacement du temps commercial vers les activités Banque le vieillissement du portefeuille Enfin les résultats Banque parlent d eux mêmes 49 de l objectif atteint 75 du stock est constitué de formule Astréa pour une prévision de 94 Pour toutes les Caisses Régionales la réalisation est très loin des prévisions et nous continuons à dire sans remettre en cause la stratégie Banque du groupe que l impact sur la chute du développement IARD est très important principalement du fait de l absence de moyens commerciaux Ouverture du Capital Le directeur général de Groupama SA Jean AZEMA l a rappelé lors de ce

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article17 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Commission Nationale de Négociation du 06/07/05
    De manière à éliminer tout risque de fongibilité L article 21 est muet sur la procédure mise en place pour les entretiens individuels et sur leur périodicité Pour la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière une méthodologie devrait être nationale Sa déclinaison dans l entreprise doit faire l objet d une consultation des comités d entreprise Elle doit faire en outre l objet d un rapport à la commission formation Par ailleurs les entretiens doivent être achevés avant les arbitrages des augmentations de salaire Enfin les montants minima des augmentations individuelles dont nous avions cru comprendre qu ils seraient substantiellement majorés restent dérisoires La Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière revendique des montants de 60 pour les employés de 90 pour les cadres avec une indexation de ces montants à prévoir Sur les garanties collectives de revalorisation du salaire de fonction article 22 la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière revendique que l assiette des augmentations individuelles inclut toujours la rémunération variable et le salaire des cadres de direction Cette garantie resterait vaine sans l information sur le nombre d attributions par classe par ancienneté par sexe avec une situation détaillée pour les travailleurs souffrant d un handicap Sur l article 23 la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière observe que l U D S G se déjuge puisqu elle était convenu avec les organisations syndicales que les changements de classes n étaient pas alimentés par les primes de développement Il n y a pas lieu aujourd hui de revenir sur ce dispositif Les montants minima d augmentation individuelle doivent être alignés sur ceux de l article 21 Un délai de cinq ans pour bénéficier de la garantie d augmentation individuelle de rémunération est trop élevé article 24 La Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière demande qu il soit ramené à trois ans En outre l invocation de raison particulière est d une ambiguïté inacceptable Il convient de revenir à des motifs purement professionnels Sur l article 27 s agissant des salariés rattachés à une fonction commerciale nous demandons la modification suivante cette prime ne peut être inférieure à 10 de la rémunération individuelle totale du salarié concerné La Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière rappelle que les modalités d élaboration du plan d action commercial ainsi que les modalités de la rémunération variable doivent faire l objet d une consultation du C E Primes de diplôme article 28 la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière demande que la R M A soit remplacée par le salaire de fonction de base Allocation d éducation article 30 elle doit être revalorisée et portée à 4 du salaire de fonction de base de la classe III La Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière revendique une extension de la notion d enfants à charge aux enfants de moins de 25 ans restant demandeurs d emploi Sur la transposition La Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière rappelle que le différentiel de transposition n est pas

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article18 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Commission Nationale de Négociation du 24/11/05
    gazeuse C est un accord canada dry qui a l apparence d un accord collectif découlant d une convention de Branche mais qui sur le fond ne possède aucune de ses propriétés En effet selon le principe de la hiérarchie des normes l UDSG qui intervenait à un rang inférieur à l accord de Branche devait faire des propositions censées améliorer le statut du personnel Groupama Mais d amélioration il n en existe quasiment aucune Pas étonnant d ailleurs puisqu en guise de préliminaire l UDSG écrit que l accord Groupama vient préciser et adapter l accord de Branche On est quand même assez loin de l idée de rendre meilleur La réunion a commencé par la sempiternelle question du GDFPE et de la substitution des mandats point sur lequel le conseil d administration du GDFPE se prononcera le 16 décembre La délégation FO a présenté ses revendications en matière de Formation professionnelle Nous avons relevé tous les points du projet qui n apportaient rien de mieux et dénoncé avec véhémence les propositions qui se trouvaient en retrait par rapport aux dispositions de l accord de la branche Il nous faut traduire maintenant notre impression générale de cette CNN Quelque chose a changé dans les rangs des organisations syndicales Les signataires de l accord dit Technique de septembre 2005 éprouveraient ils la sensation d avoir été bernés Toujours est il que d aucuns sortent du consensus général dans lequel ils s étaient enfermés et abordent enfin les thèmes essentiels de la négociation collective En effet l accord d entreprise est une des sources du droit du travail il faut le replacer dans le domaine qui est le sien c est à dire le juridique Or depuis longtemps les employeurs veulent se dédouaner des règles du droit du travail Ils usent et abusent d une sémantique managériale qui déroute les salariés et leurs représentants La négociation sur la Formation Professionnelle est révélatrice de ce glissement terminologique L usage répété du mot employabilité est un des exemples flagrants de cette dérive puisque ce terme ne répond à aucun concept juridique connu C est une norme managériale non consacrée par le droit Dire qu à présent le salarié est acteur ou responsable de sa formation soutenir qu il a désormais l initiative tout cela est de la rhétorique Isolée mais déterminée la délégation FO a toujours combattu cette logique d individualisation des relations de travail car nous savons qu avec de telles notions dans un accord collectif il existe un risque de voir sanctionner juridiquement la carence d initiative du salarié La nouveauté dans cette CNN est donc venue d une certaine convergence des organisations syndicales puisqu elles sont toutes intervenues sur le registre de l employabilité pour bannir ce terme De même le terrain de la lutte contre la formation hors du temps de travail semble aujourd hui occupé par des organisations qui étaient restées jusqu alors très discrètes Avons nous assisté à une tentative de reprise en mains de la négociation

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article34 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Compte-rendu de la rencontre bilatérale du 15/12/05
    le DRH Groupe nous a provoqué en expliquant qu il n est pas certain d être suivi par les organisations syndicales pour concentrer les efforts de rémunérations sur les classes les plus élevées La délégation FO n a pas manqué de réagir en renvoyant le DRH du groupe à ses propres contradictions Il faut en effet une bonne dose de cynisme pour douter de la participation des syndicats à l évolution des rémunérations des cadres supérieurs alors qu il y a quelques temps l UDSG nous a fait tout un laïus pour refuser d assortir la classe 7 d un Salaire de Fonction de Base excluant de facto cette catégorie du champ de la négociation salariale Quant aux prétendues difficultés de recrutement de cadres Force Ouvrière une fois encore a rappelé que sans réelle politique de promotion sociale interne par le biais de la formation continue Groupama a fait le choix de ne pas investir sur son potentiel humain pour préparer l avenir Ses lamentations d aujourd hui ont quelque chose de pathétique Enfin Force Ouvrière a voulu montrer qu elle ne se laissera pas duper dans les négociations salariales collectives par des annonces sur des ratios de frais généraux atypiques car les économies réalisées à court et moyen terme avec d une part la disparition des niveaux de qualification et d autre part les départs massifs de salariés expérimentés lui laissent désormais une marge de manœuvre suffisante pour garantir aux salariés non seulement un maintien mais une progression de leur pouvoir d achat A ce titre Force Ouvrière a d ores et déjà prévenu l UDSG que nous attendions des prochaines négociations une réponse sonnante et trébuchante s agissant du rattrapage des exercices antérieurs avec la prise en compte des conséquences de la dernière flambée des prix sur les produits pétroliers sur les loyers et l immobilier Pour Pascal ALEXANDRE ce sont les ratios de frais généraux actuels qui guident la politique salariale des caisses régionales et du groupe Or pour le moment GROUPAMA n est pas dans les critères de la profession A cela il y aurait deux raisons profondes D abord un problème lié à la nature du portefeuille composé pour moitié des risques agricoles exploitants et retraités qui s érodent inéluctablement Ensuite une situation particulière de la pyramide des âges avec un vieillissement des effectifs Pour remédier à ces écarts GROUPAMA compte sur le déploiement de son projet Schéma Relationnel Client qui est testé depuis fin 2005 sur deux régions pilotes GCA et GRAA Par ailleurs d ici 2 à 3 ans les cessations d activités des générations du baby boom devraient ramener ses frais généraux dans les ratios de la profession et de nos concurrents les plus actifs Sur le projet SRC la délégation FO a confirmé les regrets qu elle avait exprimés lors de la CEFC du 8 décembre concernant l absence de concertation nationale et préalable du projet SRC Le président CHEREAU nous a répondu que l UDSG avait compris le sens de

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article62 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Commission Nationale de Négociation du 26/01/06
    éléments qui donnaient à l UDSG de nouvelles marges de manœuvre pour offrir en 2006 des hausses de salaires d une toute autre ampleur Les propositions patronales sont d autant plus indécentes que nous avons désormais la preuve que le pôle des signataires de l avenant portant révision du système de rémunération se sont laissés bercer par les effets d annonce du DRH du groupe qui déclarait en juillet 2005 que la transposition représenterait une augmentation de la masse salariale de 0 66 Or la vérité est tout autre puisque répondant enfin à la demande exclusive de la FEC FO l UDSG a fourni en séance le bilan prévisionnel de la transposition qui conclut à une hausse moyenne de 0 25 Les salariés jugeront En tous les cas il est indiscutable aujourd hui que la paire CFDT CGC a vendu pour une bouchée de pain nos niveaux de qualification au moment même où ce dispositif allait prendre toute sa dimension puisqu à la fin de 2005 le délai de 5 ans pour le passage dans le niveau confirmé constituait pour de nombreux salariés et pour toutes les jeunes générations la consécration de leur attente en matière de reconnaissance professionnelle avec à la clef une évolution sensible de leur rémunération Il convient que vous reteniez également que pour la première fois depuis l entrée en vigueur de l ANG les augmentations collectives de salaires sont négociées exclusivement au niveau national Pour 2006 l UDSG considère que son effort sur les SFB s inscrit dans sa politique de maîtrise des coûts qui passe par une augmentation générale de 3 de la masse salariale Le DRH du groupe nous a prévenu la conséquence de l augmentation respective des SFB au 1er janvier 2006 décidée au National supprimera ipso facto toute substance aux mesures salariales collectives d entreprise Il a rappelé néanmoins que cela n aura pas pour effet de remettre en cause la tenue des réunions de la négociation annuelle obligatoire en région Cependant les Caisses Régionales n auront plus la faculté de conclure des accords sur les évolutions salariales collectives Exit également de la mesure de cadrage national qui depuis 2003 instaurait une forme de tutelle de fait sur des négociations salariales régionales Pour Force Ouvrière le transfert à la Commission Nationale de Négociation correspond à notre vision de garantir à tous les salariés quelle que soit leur région le respect du principe à travail égal salaire égal Mais les plâtres que nous avons essuyés lors de cette séance du 26 janvier révèlent les craintes et justifient les réserves que nous avions toujours formulées Chat échaudé la FEC FO a vite pris conscience de la propension naturelle de l UDSG à chambouler dès que l occasion se présente la cohérence d une nouvelle grille de classification A ce titre la différenciation des hausses salariales entre les classes Non Cadres Cadres la première proposition de l UDSG prévoyait un écart d ½ point au détriment des classes 5 et 6 est symptomatique de

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article63 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Commission Nationale de Négociation du 30/03/06
    l article 2 Au passage l UDSG en a profité pour toiletter et violer les stipulations de l article 74 de la CC en inventant une terminologie nouvelle et en substituant aux termes de qualification les concepts managériaux de compétence et d employabilité Quant au tutorat c est une avancée phénoménale à laquelle nous assistons puisque les DRH se sont entendus pour ajouter à leur avant projet deux lignes pour expliquer que seuls les salariés dont les fonctions génériques ne comprennent pas de missions de tuteur se verraient reconnaître une reconnaissance professionnelle Sur le dispositif de Validation des Acquis de l Expérience l UDSG piétine sur le fond et recule d un an le délai de la mise en place de la cellule nationale VAE qui ne prendrait effet qu à partir du 1er janvier 2008 Sur les contrats de professionnalisation et la formation en alternance l UDSG concède toujours un effort minime basant la rémunération des salariés en contrat de professionnalisation non sur le SMIC comme prévu par la loi mais sur le Salaire de Fonction de Base Elle refuse néanmoins les demandes renouvelées et unanimes des syndicats de porter le taux à 80 du SFB pour les moins de 26 ans et 100 pour les 26 ans et plus Le reste des propositions patronales s inscrivent dans des déclarations de principe évasives qui n engageront en rien les caisses régionales et qui se résument à quelques redites des clauses de l accord de Branche Le tour de table des délégations syndicales a confirmé la profonde déception et la grande lassitude qui règnent dans ses rangs La délégation Force Ouvrière a rappelé son opposition à la formation hors temps de travail a expliqué que la seule reconnaissance réelle devait se concrétiser par une augmentation pérenne au bas de la fiche de paye et a exigé le retrait de l article 2 1 portant sur l entretien annuel d évaluation qui n a rien à faire dans un accord sur la formation professionnelle FO a dénoncé le stratagème consistant à faire croire que les missions de tuteurs contenues dans la définition des fonctions génériques de l annexe à la classification seraient identiques au statut légal du tuteur contenu dans la loi du 4 mai 2004 En outre Force Ouvrière a critiqué l absence de volet formation tuteur et a rappelé que le GDFPE subventionnait les entreprises à hauteur de 200 par mois par tuteur et par jeune Ne prévoir aucune contrepartie pour les salariés tuteurs qui investissent de leur temps aux risques d une surcharge de travail est une pure provocation La FEC FO a invité l UDSG à revoir une nouvelle fois sa copie en s inspirant de nos revendications pour bannir définitivement de son texte les inepties dénoncées en séance Après une reformulation approximative des interventions syndicales l UDSG s est retirée une demi heure pour examiner certains points de l accord Au retour l association des directeurs a annoncé que les messages des organisations syndicales avaient été

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article82 (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Commission Nationale de Négociation du 15/12/2006
    revalorisation de tous les SFB de 2 au titre de 2007 une hausse générale de 1 pour l ensemble des salariés appliquée sur la rémunération effective L UDSG de son côté a confirmé les deux annonces faites le 21 septembre selon lesquelles il n y avait plus de cadrage fixé par le National en direction des CR et les deux niveaux de négociation seront activés Les NAO commenceront donc dans les régions dès mi janvier et jusqu à fin mars Quant à ses premières propositions c est une catastrophe L association des directeurs propose une revalorisation de 1 2 sur les SFB des classes 1 à 4 0 8 sur les SFB des classes 5 et 6 Prétend elle garantir ainsi l attractivité des salaires d embauche pour les recrues potentielles Un tour de table a montré l unanimité des organisations syndicales pour rejeter ces propositions ridicules La délégation FO a martelé à nouveau ses critiques sur la forme d abord parce que nous refusons toute différenciation des revalorisations des SFB selon les classes qui conduit irrémédiablement à un tassement des salaires de la grille conventionnelle et met en péril à terme la classe 5 Sur le fond nous avons questionné le DRH de l UDSG pour vérifier s il était bien conscient qu avec des propositions de cette ampleur il ne tarderait pas à rallumer le conflit stoppé avant les vacances de l été dernier L UDSG a bien tenté de calmer les esprits en rappelant que le calendrier prévoyait de se retrouver en CNN le 12 janvier et qu il resterait ensuite aux Caisses Régionales à négocier des mesures salariales d entreprise et à fixer l enveloppe qu elles consacreront aux augmentations individuelles Le pouvoir d achat des salariés en berne depuis des années fait à nouveau l

    Original URL path: http://www.fecfo-org-agricoles.fr/spip.php?article139 (2015-11-09)
    Open archived version from archive