archive-fr.com » FR » F » FORMATHON.FR

Total: 473

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Bienvenue sur le site du Formathon | Par des médecins généralistes… pour des médecins généralistes
    en maternité après une naissance voire 7 à 8 jours après une césarienne actuellement après une baisse progressive il y a un certain consensus pour considérer que 4 jours après un accouchement normal et 6 jours après césarienne sont des valeurs acceptables mais avec la diminution du nombre de maternités et les problèmes d hôtellerie rencontrés par de nombreux établissements surtout publics et depuis la suppression des forfaits journaliers et la généralisation de la CCAM technique avec Tarification à l Activité T2A la tentation était grande de baisser à 3 voire 2 jours pour un accouchement simple ce qui bien sûr va générer quelques contraintes nouvelles pour la médecine de ville Il semble donc logique de revoir ensemble la physiologie des premiers jours qui suivent une naissance afin de voir quelles seront les problèmes qui se posent au suivi des accouchées récentes qui jusqu ici étaient gérés par les équipes hospitalières mais serons désormais de plus en plus souvent pris en charge par les médecins généralistes Suites de couches Par définition il s agit de la période qui suit la naissance elle débute dès la mise au monde de l enfant et l expulsion du placenta délivrance et va connaître plusieurs phases dont seule les plus précoces vont nous intéresser dans l exposé de ce jour mais il semble logique d évoquer rapidement la physiologie complète 2 heures c est la phase critique que tous les professionnels de la naissance redoutent que ce soit après un accouchement voie basse ou après une césarienne c est le moment où surviennent les accidents les plus graves les hémorragies après chaque accouchement la surveillance en salle d accouchement est obligatoirement de 2 heures et doit contrôler la bonne rétraction utérine les saignements le pouls la TA la température de l accouchée et bien entendu l état de l enfant Cette période échappe à la médecine de ville sauf en cas d accouchement à domicile et c est heureux 24 heures passé ce stade initial à haut risque même après une naissance totalement physiologique le premier jour est marqué par la rapide rétraction utérine qui s accompagne des tranchées utérines contractions douloureuses qui témoignent de la bonne contractilité et qui assurent l hémostase donc pénibles mais très utiles C est aussi les douleurs liées à la distension périnéale et vulvaire avec les lésions périnéales et vulvaires épisiotomies déchirures simples éraillures toutes sources d inconfort voire de sensations de brûlures très pénibles C est le début de la mise aux seins et si l allaitement maternel qu il faut encourager reste une expérience remarquable pour la mère et est irremplaçable pour l enfant tout n est pas forcément aussi simple dans les premières heures et c est là que l encadrement l encouragement l aide de la nouvelle maman sont indispensables pour éviter de faire capoter ce qui est l acte physiologique par excellence Cette période peut aussi être marquée par des problèmes infectieux liés à la naissance surtout en cas de travail prolongé par des soucis de réanimation en cas de césarienne 3 à 4 jours c est une phase de transition le choc de la naissance est passé la période critique est finie la mère commence à récupérer assez vite en cas de naissance simple voire de césarienne programmée le plus souvent en tout cas les saignements ont considérablement diminués les contractions utérines se calment sauf pendant les tétées les antalgiques et soins locaux calment assez facilement les douleurs périnéales mais c est aussi le moment de la montée de lait avec ses petits soucis inquiétude de la mère devant la chute du poids physiologique de son enfant angoisse de mal faire contraintes de la mise aux seins fréquente douleurs engorgement crevasses tous ces petits problèmes qui justifient l aide des professionnels sages femmes spécialisées en allaitement puéricultrices infirmières médecins Bref avec les nuits fractionnées et écourtées les pleurs des enfants le conjoint qui souvent s absente travail autres enfants au foyer ou simple incompréhension c est la période où la fragilité émotionnelle de la nouvelle maman entraîne le classique baby blues Si en plus il y a eu césarienne même idéale s ajoute à ceci la reprise du transit intestinal les soins locaux cicatriciels Donc une période un peu difficile à gérer pour certaines femmes Au delà à partir de 5 à 7 jours pour toutes les femmes même après césariennes sauf complication bien entendu et jusqu à 6 à 8 semaines c est une période de récupération physiologique l utérus retrouve sa place et son volume en 10 à 15 jours l endomètre se reconstitue en 3 semaines signant l arrêt des saignements la fonction ovarienne reste bloquée le plus souvent en cas d allaitement maternel exclusif pour au moins 5 à 6 semaines et quelquefois beaucoup plus mais en cas d inhibition de la lactation elle peut redémarrer au bout de 30 à 40 jours ce qui peut justifier des mesures de contraception rapides Les lésions périnéales et les autres cicatrices abdominales se réparent en 2 à 3 semaines mais peuvent rester douloureuses très longtemps Les autres problèmes anémie asthénie déprime peuvent en revanche mettre plus de temps à se corriger La fin de cette période est habituellement fixée à 8 semaines mais il s agit d une limite arbitraire plus administrative que réellement physiologique Retour précoce Définition bien sûr une parturiente peut rentrer chez elle dès le premier jour c est très peu probable et le plus souvent cette sortie contre avis médical est difficile à gérer mais les problèmes sont assez peu différents si la sortie est intervenue après 3 à 4 jours ce qui est tout de même le cas le plus fréquent Il est vrai que certains établissements hospitaliers qui débordent ont initialement essayé les procédures d HAD mais les caisses les récusent de plus en plus et actuellement la mode est au PRADO officiellement rien à voir avec les sorties précoces mais ne soyons pas dupes tout de même bref dans les 2 cas le suivi est assuré par des sages femmes et théoriquement en collaboration avec les médecins de ville dans tous les cas quels sont les problèmes auxquels on peut être amené à faire face Saignements en pratique au delà de 24 heures on estime que le volume est celui de règles abondantes mais pas hémorragiques si c est les cas il faut palper l abdomen le fond utérin est bien repéré en tout cas si la femme n est pas obèse il dépasse l ombilic à 24 heures est à mi hauteur ombilic pubis au bout de 2 à 4 jours il est sensible sans être douloureux si c est le cas si la patiente est fébrile si il existe des lochies malodorantes il faut redouter une endométrite et demander l avis d un spécialise au moindre doute Une échographie peut être prescrite à la recherche d une rétention un examen vaginal peut être effectué en douceur pour éliminer une compresse oubliée surtout en cas d odeur désagréable c est fréquent et banal et à enlever avec discrétion Douleurs et Fièvre sont donc très souvent associées le plus souvent par une simple infection urinaire sondage vésical fréquent en salle d accouchement mais il faut au moindre doute examiner les membres inférieurs à la recherche d une phlébite les phlébites pelviennes sont exceptionnelles mais il faut aussi quelquefois y penser Périnée toujours sensible après une naissance voire franchement douloureux en cas d épisiotomie ou déchirures même très superficielles les antalgiques habituels soins locaux et un peu de patience sont souvent suffisants on peut avoir recours aux anti inflammatoire mais il faut reconnaître que cette région cicatrise le plus souvent de façon très simple même après des dégâts spectaculaires Il est totalement inutile de prescrire de la rééducation périnéale avant 6 à 8 semaines même en cas d incontinence urinaire banale et transitoire il faut rassurer Seins c est probablement le problème le plus difficile la montée de lait est variable mais elle n est parfaite qu après 4 à 5 jours donc si sortie avant vous aurez quelques soucis Le plus souvent c est plus l angoisse de la mère qui a peur d être une mauvaise nourrice et qui vous appelle sans cesse que des grosse choses les douleurs sont habituelles les 2 à 3 premiers jours lors des tétées les petites crevasses des mamelons sont très fréquentes et justifient des soins locaux la bonne position du bébé le séchage des seins mise à l air libre des crèmes spéciales les engorgements nécessitent le massage des seins sous eau chaude et en cas d échec un tire lait peut être utile l infection reste possible mais assez rare le plus souvent une simple lymphangite sein chaud rouge douloureux train fébrile ou fièvre trainée rouge violacée en regard d un secteur du sein adénopathie axillaire même traitement que pour l engorgement plus antibiotique si persistance il faut éviter l évolution vers l abcès dont la sanction sera chirurgicale Rares et plus graves phlébites des membres inférieurs surtout si le terrain était inconnu car les autres surtout après césarienne sont souvent sous HBPM Et beaucoup plus exceptionnel embolies que nous ne voyons presque plus en maternité les femmes sont sorties trop tôt vous en voyez donc plus que nous Soucis variés prévention de l iso immunisation Rhésus toujours faite par les obstétriciens et sages femmes en fin de grossesse Rhophylac 300 à 28 semaines et éventuellement refaits à 200 en post partum après naissance mais si sortie hyper précoce à vérifier Inhibition de la lactation le plus souvent par Bromocriptine sauf contre indication à maintenir 2 à 3 semaines attention le retour de couches survient alors très vite en 4 semaines et la fertilité aussi Contraception inutile initialement mais donc à envisager après 4 semaines si pas d allaitement et plus tard de toute façon attention au risque majoré des phlébites post partum et surtout en ce moment de troubles médiatiques Mais j ai trop parlé je pense que le mieux est maintenant de vous écouter et d essayer de répondre à vos questions Surtout pas de panique les suites de couches sont très simples dans la très grande majorité des cas beaucoup de bon sens et d écoute suffisent le plus souvent à redonner la confiance 33èmes journées nationales de la Société Française de Médecine Périnatale Nantes octobre 2003 Le retour précoce à domicile après l accouchement Et Encyclopédie Médico Chirurgicale 2011 Horovitz Coatleven Roux Vandenbossche Suites de couches normales et pathologiques hors syndromes neuroendocriniens Publié dans Colloques Formathon 2013 Publications Marqué avec Colloque Formathon 2013 Gynécologie Obstétrique Commentaires fermés LA FIBRILLATION ATRIALE Publié le 17 mars 2013 par webmaster LA FIBRILLATION ATRIALE Anticoagulation régularisation fulguration et après Docteur Eric TISON La Fibrillation Auriculaire reste en 2013 une pathologie d actualité de par sa fréquence ses enjeux pronostiques et ses nouveautés thérapeutiques La FA touche environ 2 de la population et augmente le risque d AVC par 5 et d insuffisance cardiaque par 3 A coté des accidents classiques existe aussi le risque d embols silencieux et de déclin cognitif Les AVK réduisent le risque d AVC de 64 par rapport au placebo alors que l Aspirine ne diminue ce risque que de 19 Mais les AVK sont aussi la première cause d hospitalisations pour complications iatrogènes Les craintes de leurs complications expliquent en partie leur sous utilisation 54 seulement des patients candidats les recevant réellement De plus ils sont également volontiers mal utilisés avec des temps passés en zone cible qui même dans des études internationales vont de 55 à 64 du temps les valeurs étant moindres dans la vie pratique Or un temps passé à la valeur cible 70 est requis pour une efficacité et une sécurité optimales Le risque de chute chez les personnes âgées est également une cause de leur sous emploi mais les études montrent que ce sont justement les personnes âgées qui tirent le plus grand bénéfice des AVK en terme de réduction des AVC bien supérieur au risque hémorragique qui est présent néanmoins Les scores CHA2DS2VASc pour le risque embolique et HASBLED pour le risque hémorragique sont deux appoints précieux à la prise de décision thérapeutique Les recommandations récentes sont pas de traitement ou l Aspirine seule pour un score à 0 un NACO Nouvel AntiCoagulant Oral de préférence à l Aspirine pour un score de 1 et un NACO de préférence aux AVK pour un score supérieur ou égal à 2 Les NACO récemment apparus offrent une alternative séduisante aux AVK avec une prise fixe quotidienne sans adaptation de dose une absence de surveillance biologique une efficacité égale ou supérieure aux AVK pour réduire le risque d AVC et d embolies et une réduction de 50 et plus du risque d AVC hémorragique complication redoutée Leur dose doit être adaptée en fonction de la clairance de créatinine calculée par la formule de Cockcroft et réduite en cas d insuffisance rénale modérée Pradaxa 100 mg x 2 j ou Xarelto 15 mg j En cas de clairance inférieure à 30 leur emploi est à éviter et est contre indiqué pour le Pradaxa Ces NACO ne sont pas à utiliser en cas de fibrillation valvulaire chez les porteurs de prothèses valvulaires les insuffisants rénaux sévères ou hépatiques chez l enfant durant la grossesse et l allaitement Se posera le problème de leur association aux nouveaux anti aggrégants plaquettaires situation où nous manquons de données Les précautions en terme d interaction portent essentiellement sur les inducteurs et inhibiteurs du cytochrome 3A4 et de la glycoprotéine P Leurs indications concernent des patients en FA non valvulaire et avec au moins un facteur de risque tels que l insuffisance cardiaque une HTA un âge supérieur ou égal à 75 ans un diabète des antécédents d AVC ou d AIT ou d embolie périphérique Les protocoles de relais en vue de la chirurgie commencent à se mettre en place en sachant que l on ne dispose pas d inhibiteurs pour ces molécules mais que le Pradaxa est dialysable et que le Xarelto peut être retiré par plasmaphérèse La question du contrôle du rythme ou de la fréquence reste débattue L étude AFFIRM montre la non infériorité de l approche contrôle de fréquence en terme de mortalité insuffisance cardiaque AVC ou complications hémorragiques Une méta analyse de 2005 est en faveur du contrôle de fréquence mais les études portaient sur des sujets âgés peu symptomatiques Une étude plus récente rapporte un taux d AVC moindre dans le groupe contrôle du rythme A l heure actuelle on privilégiera le contrôle du rythme chez les sujets symptomatiques les sujets jeunes quand l ACFA est déclenchée hyperthyroïdie sepsis ou quand elle compromet l hémodynamique Le contrôle de fréquence passe par les béta bloquants les inhibiteurs calciques non dihydropyridines et la digoxine Un contrôle en dessous de 100 battements par minute au repos est suffisant RACE 2 La cardioversion s adresse avant tout aux sujets jeunes symptomatiques aux premiers épisodes de FA d emblée persistants aux patients avec retentissement hémodynamique notamment en cas d insuffisance cardiaque Les NACO commencent à voir apparaître des sous études en faveur de leur sécurité d emploi durant la cardioversion L attitude classique est d attendre 3 semaines d anticoagulation efficace mais une alternative est le recours à l ETO préalable pour écarter un thrombus de l auricule gauche L ablation est une technique arrivée à maturité qui permet d obtenir des taux de stabilité sans rechute de FA de l ordre de 70 à 80 contre 20 sous anti arythmiques dans des populations de patients ayant résisté à au moins un protocole anti arythmique Plusieurs ablations sont toutefois requises avant d obtenir un succés Le recours à l ablation comme premier traitement donne par contre des taux de succès moindre comparé au traitement anti arythmique comme le montre l étude MANTRA PAF Les complications de l ablation AVC tamponnades restent une limitation à bien discuter avec les patients lors du choix de la technique L ablation s adresse aux patient symptomatiques après échec du traitement anti arythmique conventionnel ou encore pour éviter la Cordarone au long cours ou en cas de FA délétère insuffisance cardiaque Ablation Circ Arrhythm Electrophysiol 2009 2 349 Ablation Arch Intern Med 2008 168 581 Ablation J Am Coll Cardiol 2011 57 160 Ablation Circulation 2008 118 2498 AFFIRM N Engl J Med 2002 347 1825 ARISTOTOLE N Engl J Med 2011 365 981 Guidelines ACFA 2010 Eur Heart J 2010 31 2369 Guidelines ACFA 2012 Eur Heart J 2012 33 2719 MANTRA PAF N Engl J Med 2012 367 1587 RELY N Engl J Med 2009 361 1139 ROCKET AF N Engl J Med 2011 365 883 Rythme ou fréquence Eur Heart J 2005 26 2000 Rythme ou fréquence Circulation 2012 126 2680 Publié dans Colloques Formathon 2013 Publications Marqué avec Cardiologie Colloque Formathon 2013 Commentaires fermés L ŒIL ROUGE Publié le 17 mars 2013 par webmaster L ŒIL ROUGE Ce qui nous regarde ce qu on envoie voir ailleurs Docteur Hugues COURTEVILLE HEMORRAGIE CONJONCTIVALE il s agit d une rougeur homogène ou localisée ou diffuse unilatérale et isolée pas de douleur pas de photophobie pas de baisse de vision C est une pathologie bénigne qui s estompe en une semaine et qui ne nécessite pas de traitement si ce n est à visée psychologique Il faut rechercher une hypertension artérielle conjonctivite La rougeur est due à une vasodilatation des capillaires conjonctivaux Cette rougeur est diffuse est en général peu intense Il ne doit pas exister de baisse de vision en dehors des sécrétions conjonctivales qui circulent en surface de la cornée La douleur ressentie est plutôt une sensation d irritation de gêne de corps étrangers La conjonctivite bactérienne se reconnaît aux sécrétions purulentes apparaissant d emblée et le traitement est uniquement local par collyres antibiotiques La conjonctivite virale n entraîne pas de sécrétions purulentes d emblée parfois plusieurs jours après en raison d une surinfection secondaire et le traitement est plutôt à base de collyres anti inflammatoires et d agents hydratants La conjonctivite allergique se diagnostique sur la récidive en relation avec des allergènes définis et sur la présence d un prurit chez un sujet aux antécédents personnels ou familiaux Un traitement efficace uniquement à base de collyres antihistaminiques permet d évoquer cette étiologie qui pourra par la suite déboucher sur une recherche d allergène spécifique Kératite et kératoconjonctivite Pathologies de la cornée donc avec atteinte de la transparence entraînant de ce fait en général une baisse de vision et des photophobies et par réaction une inflammation conjonctivale Toute effraction de la cornée superficielle entraîne des douleurs assez vives excepté l herpès dont un des signes est une hypoesthésie cornéenne Le diagnostic repose sur le test à la fluorescéine à la lumière bleue qui imprègne l ulcération Le traitement de base repose sur une antibiothérapie locale rifamycine tobrex et des collyres permettant une cicatrisation rapide Kératyl pommade vit A Vismed S il existe un herpès le traitement consiste en du Zovirax pommade 5 fois par jour avec une antibiothérapie locale 2 fois par jour pendant 5 à 7 jours Ce traitement doit être donné par un ophtalmologue Corps étrangers superficiels La rougeur est secondaire et tardive et le diagnostic est souvent porté à l interrogatoire avec la notion de gène ou de douleurs brutales dans des circonstances bien particulières Le traitement consiste en l ablation du corps étranger et un collyre antibiotique et de la pommade vit A pendant 5 jours Glaucome aigu La rougeur diffuse inflammatoire augmente progressivement avec une douleur de plus en plus importante oculaire et péri orbitaire accompagnée d une baisse de vision importante et de vomissements En général on retrouve une mydriase Uvéites antérieures aiguës il s agit d une rougeur discrète ou parfois importante la baisse de vision est fonction de l importance de l inflammation interne et en général l oeil est en myosis Thème l œil rouge ce qui regarde le MG ce qu il envoie voir ailleurs Pratiques à éviter PRESCRIRE DE LA CORTISONE SI DOUTE SUR INTEGRITE CORNEENNE PRESCRIRE DE LA CORTISONE SI GLAUCOME REVOIR PLUS DE DEUX FOIS LE PATIENT CS SPE SI DOUTE TRAITER ŒIL ROUGE AVEC PHOTOPHOBIES ET BAISSE ACUITE VISUELLE Questions à se poser DEPUIS QUAND UNI OU BILATERAL DOULEURS PHOTOPHOBIES BAISSE DE VISION Pratiques à privilégier TEST FLUORESCEINE ET LUMIERE BLEUE SOULEVER LA PAUPIERE SUPERIEURE FAIRE LIRE AVEC LUNETTES PRIMUM NON NOCERE Ce qu il faut retenir HERPES VIRUS UNILATERAL SAUF SUJETS FRAGILES HERPES VIRUS RECIDIVANT ET CICATRICES GRAVES CONJONCTIVITE EPIDEMIQUE BILATERALE BENIGNE TRAITER BLEPHARITE ET CHALAZION ŒIL BLANC PENSER GLAUCOME AIGU ET UVEITE Publié dans Colloques Formathon 2013 Publications Marqué avec Colloque Formathon 2013 Ophtalmologie Commentaires fermés INTERNET Trouver rapidement une information pertinente Publié le 17 mars 2013 par webmaster INTERNET Trouver rapidement une information pertinente Docteur Michel BILAND Le médecin généraliste médecin de premier recours peut à tout moment s interroger sur la conduite à tenir optimale face à un patient venu le consulter Différent cas de figure se présentent Que faire face à une pathologie inhabituelle Que répondre suite à une information rapportée par le patient dont la source n est pas faible Comment coordonner les thérapeutiques prescrites par différents autres médecins consultés Où trouver les recommandations nationales et internationales Et ceci dans le délai court d une consultation face au patient Par ailleurs nous sommes toujours tentés de chercher avec le moteur de recherche de GOOGLE mais le nombre de réponses est toujours très important mais pas pour autant validées On se méfiera beaucoup des forums car tout le monde peut écrire n importe quoi et son contraire Pour la lecture critique d un article il faut se référer aux références bibliographiques l article sera d autant plus pertinent qu il y a des références d auteurs connus attention à l autopromotion si l auteur se réfère surtout à lui même Le CISMEF http www chu rouen fr cismef Sur Internet un site s est spécialisé sur le recueil des publications francophones dans le domaine de la santé Le CHU de Rouen publie un catalogue et index des sites médicaux de langue française CISMEF C est le premier site à consulter La recherche est extrêmement simple il suffit d indiquer un mot clé le plus spécifique concernant la pathologie recherchée puis de cliquer sur l orientation de la recherche selon l objectif recommandation enseignement ou documents à destination du patient Exemple acné adolescent On peut limiter le choix avec la colonne de gauche Et l on va lire les articles qui nous semblent les plus adaptés à notre recherche par exemple Campus de Médecine générale ou UNAFORMEC On peut choisir d autres mots clefs Diane ou Médiator pour avoir une idée précise sur ce que nous devons savoir Dans le cadre de ce Formathon un thème a été retenu puberté précoce Le numéro 2 Pas à pas pédiatrique nous donne Ce site est à connaître pour ses algorithmes en pédiatrie http pap pediatrie com Le CRAT http www lecrat org Second site incontournable Le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes CRAT Service d information sur les risques des médicaments vaccins radiations et dépendances pendant la grossesse et l allaitement très utile pour le suivi de la femme enceinte par le médecin généraliste Sante gouv http www sante gouv fr enfant html En pédiatrie il faut connaître aussi les conduites à tenir face à une maladie infectieuse sur le site gouvernemental où l on retrouvera aussi des recommandations face à des troubles de l apprentissage ou l obésité Le Formathon http formathon fr Sur le site du FORMATHON nous indiquons de nombreux sites qui nous apparaissent intéressants pour notre pratique Notamment des sites médicaux La liste présentée n est pas exhaustive et n est pas fixée N hésitez pas à en faire une retour critique et ou signaler un lien rompu http formathon eu bdd QUESTION index php Publié dans Ateliers Formathon 2013 Publications Marqué avec Atelier Formathon 2013 Internet Commentaires fermés NEUROMODULATION ET INCONTINENCE Publié le 17 mars 2013 par Secrétariat du Formathon NEUROMODULATION ET INCONTINENCE Racines sacrées et dysfonctions intimes Docteur Damien MOUTON Souffrir d incontinence urinaire ou fécale comme le décrivent les patients équivaut à renoncer à toute vie sociale professionnelle sportive et affective Cela signifie se retrouver bloqué à domicile proche des toilettes sans rien pouvoir contrôler Comment envisager le moindre trajet voiture ou transport en commun lorsque la notion de besoin est telle que vous devez aller aux toilettes dans l instant Honte et dégoût de soi sont les sentiments les plus souvent décrits associés à la dépression et à l isolement physique et moral Un véritable calvaire L incontinence urinaire n est pas une fatalité en soi et doit être prise en compte comme toute autre pathologie I Le principe La neuromodulation des racines sacrées consiste à délivrer de faibles impulsions électriques au système nerveux contrôlant le fonctionnement de la vessie de l anus et du rectum elle permet de corriger certains troubles liés à l hyperactivité vésicale et à l incontinence fécale c est à dire L urgence besoin soudain et impérieux qui raccourcit le délai de sécurité séparant l envie de la fuite ou de la perte involontaire de selles La présence de pertes incontrôlées lors d un besoin urgent L augmentation de la fréquence des mictions dans le cadre de l incontinence urinaire Les patients souffrant d hyper activité vésicale ou d incontinence fécale sont tout d abord traités par des médicaments Cependant un grand nombre d entre eux ne sont pas soulagés par ces thérapies Jusqu à présent ces patients en échec étaient dans une véritable impasse thérapeutique et n avaient d autre alternative que les protections à vie ou accepter de subir une chirurgie lourde et destructrice Aujourd hui la neuromodulation permet de leur apporter une solution la simplicité la bonne tolérance et l efficacité immédiate du neuromodulateur ou pacemaker de l incontinence répondent aux attentes des patients qui voient enfin leur calvaire prendre fin dès son implantation au point de décrire un avant et un après II Réversibilité et respect des structures anatomiques Peu invasif et totalement réversible ce dispositif de neuromodulation est implanté sans dommage pour les structures anatomiques Cette thérapie peut être arrêtée sans inconvénient provisoirement par exemple pour mener à bien une grossesse ou subir une chirurgie Le patient possède un programmateur lui permettant de stopper ou remettre en route le neuromodulateur grâce à un simple bouton on off III Sélection des candidats et rigueur scientifique La démarche qui préside à la sélection des patients repose sur certains examens confirmant l origine la nature de l incontinence l adéquation entre le profil du patient et la technique employée Aussi pratique t on après l interrogatoire et l examen clinique rigoureux un bilan approfondi Dans le cadre de l incontinence urinaire il s agit d un bilan de la fonction urinaire comprenant une exploration urodynamique débitmétrie cystomanométrie Pour l incontinence fécale un bilan de la fonction du bas appareil digestif comprenant une exploration par manométrie ano rectale Dans les deux cas le bilan est complété par des examens radiologiques et endoscopiques Un test de stimulation destiné à vérifier l efficacité de la thérapie est pratiqué Sa durée est de 3 à 5 jours incontinence urinaire ou de 1 à 3 semaines incontinence fécale IV Technique chirurgicale La neuromodulation se déroule en 2 étapes le test puis l implant 1 le Test Cette procédure simple et non douloureuse consiste à placer sous anesthésie locale une électrode en percutané à proximité du nerf sacré concerné Cette électrode est reliée à un stimulateur externe A l issu de la période de test le dispositif externe est retiré Ensuite patient et médecin sont en mesure d évaluer les résultats de la thérapie et décider l implantation du matériel permanent Le test est positif si l amélioration des symptômes dépasse 50 2 L implant Lorsque le test est considéré comme positif le neuromodulateur est implanté en sous cutané en haut de la fesse sous anesthésie locale Il est connecté à l électrode positionnée à proximité du nerf sacré Ce dispositif va donc délivrer en continu des impulsions électriques indolores de façon à restaurer le contrôle mictionnel ou ano rectal Il ne reste plus qu à régler les paramètres de stimulation Ce réglage est effectué par le médecin de façon externe par télémétrie à l aide d une console de programmation Les éventuels réglages ultérieurs destinés à optimiser les résultats thérapeutiques ne nécessitent pas d hospitalisation Le pacemaker de l incontinence peut ainsi fonctionner pendant 7 à 10 années jusqu à usure de la pile qui est remplacée sous anesthésie locale Comme pour un pacemaker en relation avec le coeur le neuromodulateur va prendre la relève pour rétablir l équilibre de la sphère ano rectale et restaurer la qualité de vie permettant au patient de retrouver une vie pleine et entière Quelques chiffres La neuromodulation des racines sacrées existent depuis plus de 10 ans 125000 patients ont déjà bénéficiés de la techonologie interstim dans le monde en France plus de 8000 patients implantés pour les indications urologiques et gastro et il existe environ 170 centres implanteurs La prise en charge par la sécurité sociale de ce traitement a été acceptée en 2002 pour les indications urinaires et l HAS a donné son accord en 2009 pour les incontinences fécales Publié dans Flashs Formathon 2013 Publications Marqué avec Flashs Formathon 2013 Urologie Commentaires fermés BACLOFENE CONTRE BACCHUS Publié le 17 mars 2013 par Secrétariat du Formathon BACLOFENE CONTRE BACCHUS Les laisser boire Réduire les risques Docteur Anne Françoise HIRSCH Et si le phénomène Baclofène était l occasion de revisiter la posture du médecin généraliste vis à vis des patients usagers de boissons alcooliques Dans notre pays la majorité des patients fréquentant les cabinets médicaux sont des mésuseurs d alcool et non des dépendants Le dogme du sevrage ne correspond pas à une réponse adaptée en matière de santé publique L abstinence préconisée par les médecins est difficilement tenable dans le temps et les rechutes sont mal vécues La notion de réduction des risques se développe en alcoologie avec la préoccupation de donner au patient la capacité de décider lui même des orientations de sa vie La question de l abstinence est abordée par le patient lorsqu il sent le moment venu pour lui de l expérimenter Il n est plus question d injonction par le soignant il faut arrêter mais de décision du patient je veux arrêter La place de la motivation reste essentielle dans le parcours de soin des usagers et la molécule miracle n existe pas alors pourquoi autant de bruit autour de ce Baclofène C est en 2008 qu un médecin alcoolique publie un livre et explique comment le Baclofène l a sauvé de sa propre addiction il n avait plus envie il était devenu indifférent sans avoir besoin d être totalement abstinent Depuis des associations de patients se sont mobilisées pour promouvoir l utilisation plus large de ce traitement et les médias ont amplifié la mobilisation des quelques inconditionnels de cette potion magique Comment donner du sens à cette rencontre entre la parole des patients et celle des médecins Le contexte récent de l affaire du Médiator rend en effet les médecins prescripteurs et les décideurs politiques frileux devant la question de l autorisation de mise sur le marché d un traitement utilisé jusqu alors comme myorelaxant en cas de spasticité secondaire à un syndrome pyramidal Par ailleurs la notion de craving impulsion vécue sur un instant donné véhiculant une envie de consommation et sa recherche compulsive est un phénomène sur lequel les molécules actuellement sur le marché n ont que peu d efficacité Episode de faim frénétique Le Baclofène est une ancienne molécule commercialisée depuis 1974 sous le nom de Liorésal C est un analogue structural du GABA agoniste du récepteur GABA B Il possède une action antispastique point d impact médullaire une action antinociceptive et un effet anxiolytique AMM actuelle contractures spastiques de la SEP des affections médullaires d origine cérébrale posologie recommandée 30 à 75 mg jour en trois prises 100 à 120 mg en milieu hospitalier Le Le rôle d une diminution de l activité du système GABAergique dans l hyperexcitabilité du sevrage est connu depuis longtemps Les premiers articles concernant le Baclofène datent de 1976 puis de nombreuses études sont réalisées chez l animal puis sur des patients mais les En 2006 la publication d O Ameisen à propos de son propre cas met l accent sur la suppression complète et prolongée de consommation d alcool grâce à une posologie maximum de 270mg j avec un traitement d entretien à 120mg jour La grande nouveauté est dans l approche morale du traitement Le but est d arrêter ou réduire la consommation sans effort La posologie est augmentée jusqu à obtenir l indifférence à l alcool Il n est donc plus question pour le patient de culpabilité de boire ce symptôme est indispensable pour l adaptation de la posologie Et ensuite aucune étude n a pour l instant été réalisée dans les règles de l art pour donner l AMM au Baclofène dans cette indication et à une telle posologie le protocole CAMTEA du service d addictologie du CHR de Lille qui cherche à objectiver les effets secondaires indésirables en lien avec le service de pharmacovigilance l étude BACLOVILLE chez lez généralistes Baclofène contre Placébo l étude ALPADIR à l hôpital et en CSAPA idem Alors que faire quand on est généraliste en mars 2013 Susciter l intérêt du patient sur les méfaits de l alcool Proposer un changement sans l imposer Si une demande de Baclofène est formulée par le patient resituer la place de la molécule intérêt limites effets secondaires Accompagner la démarche en fonction de sa compétence Si besoin envoyer à un confrère Aller consulter les sites dont nous parlent les patients http www alcool et baclofene fr Considérer que comme dans toute maladie chronique l accompagnement nécessite du temps Peut on prescrire un médicament hors AMM D après le Pr Gache SFA 12 mars 2012 une prescription hors AMM est valide si il existe des données scientifiques pouvant justifier cette prescription il y a nécessité thérapeutique motivée par des échecs des traitements conventionnels bien conduits l information du patient sur les bénéfices et risques potentiels du traitement a été faite le consentement éclairé du patient et son acceptation écrite à prendre ce traitement en toute connaissance ont été mis en place le suivi médical est approprié il y a possibilité de non remboursement de la prescription Comment prescrire S assurer avant tout d une bonne fonction rénale Exemple de protocole proposé sur Internet Avec des comprimés à 10 mg premier jour ½ cp 3 fois par jour troisième jour 1 cp 3 fois par jour sixième jour 1 cp le matin et 2 cp matin et soir puis augmenter de 2 cp tous les 3 jours en les répartissant dans la journée jusqu à atteindre la dose qui permet d être indifférent à l alcool L association AUBE propose des formations pour les MG http www baclofene fr portal php NB certains universitaires la considèrent comme trop militante Forum réservé aux médecins Adresse du forum http medecin baclofene fr Quelle surveillance Le risque principal est une somnolence en début de traitement Nécessité d informer les patients sur le risque de conduite automobile Autres effets secondaires sensation de fatigue faiblesse musculaire vertiges céphalées troubles du sommeil nausées douleurs abdominales incontinence urinaire diplopie confusion virage hypomaniaque paresthésies épilepsie apnées nocturnes Conclusion La qualité de l alliance thérapeutique permet de donner sa juste place à cette molécule D autres pistes médicamenteuses sont à l étude avec un intérêt tout particulier pour réduire le craving Publié dans Flashs Formathon 2013 Publications Marqué avec Addictologie Flashs Formathon 2013 Commentaires fermés FROTTIS STERILET IMPLANT Publié le 16 mars 2013 par webmaster FROTTIS STERILET IMPLANT Ce sont des gestes de médecine générale Docteur Arnaud BONTE STERILET Pose de stérilet ou Dispositif Intra Utérin

    Original URL path: http://formathon.fr/new/?1277888450 (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Pharmacogénétique | Bienvenue sur le site du Formathon
    ainsi prévoir et prévenir la survenue de réponses anormales à l environnement chimique effets indésirables à certains médicaments inefficacité thérapeutique accidents toxiques apparition de pathologies en relation avec une exposition environnementale Le transfert progressif à des laboratoires de routine de ces techniques dont le coût la simplicité d emploi la rapidité et l efficacité ne cessent d être améliorés a commencé Des unités de pharmaco toxicogénétique moléculaire se sont par exemple mises en place progressivement au sein des laboratoires hospitaliers français L impact clinique de ces nouvelles structures est encore limité et de nombreuses questions d ordre organisationnel éthique juridique technique social et économique les concernant restent à résoudre Leur multiplication et l accroissement de leur activité et de leur champ d application sont cependant prévisibles A terme ces unités devraient contribuer à limiter le problème de santé publique que génère la susceptibilité particulière d individus à l environnement chimique Cette conférence résumera les connaissances actuelles dans ce domaine en évoquera les perspectives et développera quelques exemples d applications pratiques Ce contenu a été publié dans Formathon 2009 Forum Publications avec comme mot s clé s Formathon 2009 Forum Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Quelle prevention pour l allo immunisation rhesus D fœto maternelle AIT et AVC Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes Contact Plan général Accueil Formathon 2014 Fréquentation du site Publications Formathon 2013 Programme du Formathon 2013 Ateliers Colloques Equipes Flashs Formathon 2012 Editorial 2012 Vidéos Ateliers Colloque Flashs Forum Equipes Formathon 2011 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2010 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2009 Ateliers Colloques Flashs Formation des animateurs Forum Equipes Formathon 2008 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Sites recommandés Site médicaux Liens pratiques Sites suivis Spécialités Allergologie Appareil locomoteur Cancérologie Cardiologie

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2009/03/15/pharmacogenetique/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Les partenaires du Formathon | Bienvenue sur le site du Formathon
    PARIS IPSEN PHARMA 92100 BOULOGNE BILLANCOURT JANSSEN CILAG 92130 ISSY LES MOULINEAUX LABCATAL 92541 MONTROUGE Laboratoire d audiologie RENARD 59200 TOURCOING Laboratoires Expanscience 92400 COURBEVOIE MACSF ASSURANCES 59000 LILLE MENARINI 94633 RUNGIS CEDEX MICHEL LELEUX CONSEIL MUNDIPHARMA NEGMA 78141 VELIZY VILLACOUBLAY CEDEX NOVARTIS PHARMA 92500 RUEIL MALMAISON NOVARTIS SANTE FAMILIALE 92845 RUEIL MALMAISON NOVO NORDISK NYCOMED 75214 PARIS CEDEX 13 PFIZER 75668 PARIS CEDEX 14 PIERRE FABRE MEDICAMENT 81100 CASTRES ROCHE 92521 NEUILLY SUR SEINE CEDEX SANOFI AVENTIS 75159 PARIS CEDEX 14 SANOFI PASTEUR MSD 62173 RIVIERE SCHERING PLOUGH 92400 COURBEVOIE SERVIER MEDICAL 92200 NEUILLY SUR SEINE SOLVAY PHARMA 92150 SURESNES TAKEDA 92816 PUTEAUX CEDEX TECHNI PHARMA 98000 MONACO TONIPHARM 92100 BOULOGNE BILLANCOURT ZAMBON 92138 ISSY LES MOULINEAUX Ce contenu a été publié dans Equipes Publications avec comme mot s clé s Formathon 2009 Partenaires Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Intervenants Atelier diététique Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes Contact Plan général Accueil Formathon 2014 Fréquentation du site Publications Formathon 2013 Programme du Formathon 2013 Ateliers Colloques Equipes Flashs Formathon 2012 Editorial 2012 Vidéos Ateliers Colloque Flashs Forum Equipes Formathon 2011 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2010 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2009 Ateliers Colloques Flashs Formation des animateurs Forum Equipes Formathon 2008 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Sites recommandés Site médicaux Liens pratiques Sites suivis Spécialités Allergologie Appareil locomoteur Cancérologie Cardiologie Chirurgie Dermatologie Endocrinologie Equipement Hygiène Pansements Gastro Entérologie Gériatrie Gynécologie Obstétrique Hématologie Imagerie Législation Maladies infectieuses Néphrologie Neurologie Ophtalmologie ORL Pédiatrie Pneumologie Psychiatrie Rhumatologie Savoir être Soins palliatifs Stomatologie Urgences Réanimation Urologie Téléchargement Mon compte Contact Connexion Flux Connexion Flux RSS des articles RSS des commentaires Site de WordPress FR Menus Choisir une catégorie Accueil 3 Actualités 4 Associations 1 Associations affiliées à Norformed

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2009/03/15/les-partenaires-du-formathon-4/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Intervenants | Bienvenue sur le site du Formathon
    HACHE Jean Claude LILLE KOCHMAN Frédéric SAINT ANDRÉ LEZ LILLE LAMBERT Marc LILLE LEMAIRE Christine BETHUNE Cedex LEMOUX Olivier LILLE LEROUX Patrick LA BASSEE LEROY Rémy LILLE LUCOT Jean Philippe LILLE MACKOWIAK Alexandre LOMME MAURY Frédéric BEUVRY MEURICE Thibaud LILLE MODIANO Philippe TOURCOING MOREL Stéphane RICHARD Philippe SAINT OMER RTAIMATE Mohamed LESQUIN VANDECANDELAERE Marie LOMME VENNIN Daniel LILLE VERMEERSCH Patrick LILLE VILAIN Anne Christine LILLE WIART Thierry ARMENTIERES YTHIER Hubert ROUBAIX Ce contenu a été publié dans Equipes Publications avec comme mot s clé s Formathon 2009 Liste des intervenants Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Commission pédagogique et animateurs Les partenaires du Formathon Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes Contact Plan général Accueil Formathon 2014 Fréquentation du site Publications Formathon 2013 Programme du Formathon 2013 Ateliers Colloques Equipes Flashs Formathon 2012 Editorial 2012 Vidéos Ateliers Colloque Flashs Forum Equipes Formathon 2011 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2010 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2009 Ateliers Colloques Flashs Formation des animateurs Forum Equipes Formathon 2008 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Sites recommandés Site médicaux Liens pratiques Sites suivis Spécialités Allergologie Appareil locomoteur Cancérologie Cardiologie Chirurgie Dermatologie Endocrinologie Equipement Hygiène Pansements Gastro Entérologie Gériatrie Gynécologie Obstétrique Hématologie Imagerie Législation Maladies infectieuses Néphrologie Neurologie Ophtalmologie ORL Pédiatrie Pneumologie Psychiatrie Rhumatologie Savoir être Soins palliatifs Stomatologie Urgences Réanimation Urologie Téléchargement Mon compte Contact Connexion Flux Connexion Flux RSS des articles RSS des commentaires Site de WordPress FR Menus Choisir une catégorie Accueil 3 Actualités 4 Associations 1 Associations affiliées à Norformed 1 Cancerologie Soins palliatifs 1 Communiqués 1 Compte rendus de FMC se lection 6 Formations Séminaires 6 Formations 1 Inscription Mailing lists 1 Inscription Mailing lists 1 Navigation 1 ouvert rubrique 1 Publications 263 Formathon 2008 38 Ateliers 7 Colloques

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2009/03/15/intervenants-4/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Commission pédagogique et animateurs | Bienvenue sur le site du Formathon
    Seclin Dr Frédéric LECOUVEZ Lille Dr Alain LEMAIRE Wattignies Dr Patrick LEROUX La Bassée Dr Hubert LEROY Villeneuve d Ascq Dr Jean Marc LUEZ Lille Dr Nathalie MINARD Mons en Baroeul Dr Julie MINGUET Lille Dr Marie Françoise PICHOT Lille Dr Jean Marc REHBY Lille Dr Richard SION Lille Dr Marc SZAPIRO Mons en Baroeul Dr VALENTIN François Seclin Dr Guy VANDECANDELAERE Blendecques Ce contenu a été publié dans Equipes Formathon 2009 avec comme mot s clé s Formathon 2009 Liste des médecins animateurs Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Formation des Animateurs Intervenants Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes Contact Plan général Accueil Formathon 2014 Fréquentation du site Publications Formathon 2013 Programme du Formathon 2013 Ateliers Colloques Equipes Flashs Formathon 2012 Editorial 2012 Vidéos Ateliers Colloque Flashs Forum Equipes Formathon 2011 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2010 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2009 Ateliers Colloques Flashs Formation des animateurs Forum Equipes Formathon 2008 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Sites recommandés Site médicaux Liens pratiques Sites suivis Spécialités Allergologie Appareil locomoteur Cancérologie Cardiologie Chirurgie Dermatologie Endocrinologie Equipement Hygiène Pansements Gastro Entérologie Gériatrie Gynécologie Obstétrique Hématologie Imagerie Législation Maladies infectieuses Néphrologie Neurologie Ophtalmologie ORL Pédiatrie Pneumologie Psychiatrie Rhumatologie Savoir être Soins palliatifs Stomatologie Urgences Réanimation Urologie Téléchargement Mon compte Contact Connexion Flux Connexion Flux RSS des articles RSS des commentaires Site de WordPress FR Menus Choisir une catégorie Accueil 3 Actualités 4 Associations 1 Associations affiliées à Norformed 1 Cancerologie Soins palliatifs 1 Communiqués 1 Compte rendus de FMC se lection 6 Formations Séminaires 6 Formations 1 Inscription Mailing lists 1 Inscription Mailing lists 1 Navigation 1 ouvert rubrique 1 Publications 263 Formathon 2008 38 Ateliers 7 Colloques 22 Equipes 2 Flashs 5 Forum 1 Formathon 2009 44

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2009/03/15/commission-pedagogique-et-animateurs-4/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Formathon 2008 | Bienvenue sur le site du Formathon | Page 2
    diabète concerte 3 à 4 de la population française soit plus de 2 millions de personnes Il est donc logique de dire que tout médecin généraliste Continuer la lecture Publié dans Colloques Formathon 2008 Publications Marqué avec Colloque Endocrinologie Formathon 2008 Commentaires fermés Le calendrier de surveillance obligatoire de la grossesse Publié le 15 mars 2008 par webmaster LE CALENDRIER DE SURVEILLANCE OBLIGATOIRE DE LA GROSSESSE Docteur Yves VERHAEGHE Définition la surveillance de la grossesse répond à une réglementation assez précise de dates et d examens complémentaires cliniques et para cliniques il est important de préciser pour le praticien Continuer la lecture Publié dans Colloques Formathon 2008 Publications Marqué avec Colloque Formathon 2008 Gynécologie Obstétrique Commentaires fermés L obésité chez l enfant Publié le 15 mars 2008 par webmaster L OBESITE CHEZ L ENFANT Professeur Dominique TURCK Introduction Au début du 21e siècle l obésité chez l enfant et l adolescent est devenue un problème majeur de santé publique dans la quasi totalité des pays industrialisés y compris en France même si notre pays n est Continuer la lecture Publié dans Colloques Formathon 2008 Publications Marqué avec Colloque Formathon 2008 Pédiatrie Commentaires fermés La sciatalgie neuropathique Publié le 15 mars 2008 par webmaster LA SCIATALGIE NEUROPATHIQUE Professeur Serge BLOND Les suites d une intervention rachidienne et notamment d une intervention pour hernie discale lombaire peuvent être marquées par la survenue ou la persistance de radiculalgies neuropathiques qu il convient de repérer rapidement car leur traitement est Continuer la lecture Publié dans Colloques Formathon 2008 Publications Marqué avec Appareil locomoteur Colloque Formathon 2008 Neurologie Rhumatologie Soins palliatifs Commentaires fermés L invalidité quand et dans quel but Publié le 15 mars 2008 par webmaster L INVALIDITE QUAND ET DANS QUEL BUT Docteur Pierre HERLEMONT Le code de la Sécurité Sociale précise que l assurance invalidité concerne l assuré social à l exclusion des membres de sa famille présentant une invalidité réduisant au moins des 2 3 sa capacité Continuer la lecture Publié dans Colloques Formathon 2008 Publications Marqué avec Colloque Formathon 2008 Handicap Invalidité Législation Commentaires fermés L insuffisance rénale Publié le 15 mars 2008 par webmaster L INSUFFISANCE RENALE La reconnaître la suivre jusque quand comment ne pas l aggraver Professeur Christian NOEL L insuffisance rénale chronique IRC est une maladie silencieuse qui diminue l espérance de vie de façon majeure Elle peut créer des dégâts considérables avant même le Continuer la lecture Publié dans Colloques Formathon 2008 Publications Marqué avec Colloque Formathon 2008 Néphrologie Commentaires fermés Exercices de prescription dans les pathologies thyroidiennes Publié le 15 mars 2008 par webmaster EXERCICES DE PRESCRIPTION DANS LES PATHOLOGIES THYROIDIENNES Professeur Jean Louis WEMEAU De toutes les glandes endocrines la thyroïde est la mieux accessible à l évaluation clinique C est pourtant celle qui conduit à la plus grande demande d examens le 3ème poste budgétaire des Continuer la lecture Publié dans Colloques Formathon 2008 Publications Marqué avec Colloque Endocrinologie Formathon 2008 Commentaires fermés Articles plus anciens Articles plus récents Recherche pour Accès

    Original URL path: http://formathon.fr/new/category/publications/formathon-2008/page/2/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Gestes pratiques en ophtalmologie | Bienvenue sur le site du Formathon
    la macula sans dilatation pupillaire Il suffit d approcher l ophtalmoscope à un cm environ de l œil du patient et d observer le fond d œil par le petit orifice On choisit avec la molette une lentille qui compense l amétropie du médecin et du patient Dans la pratique on choisit la lentille qui permet de voir net le fond d œil Evidemment lorsque la pupille est dilatée l examen est beaucoup plus facile Pour cela il suffit de d instiller du collyre TROPICAMIDE Mydriaticum qui paralyse le muscle constricteur on obtient une mydriase moyenne 5 à 6 mm suffisante pour examiner le pôle postérieur Beaucoup de praticiens ne pratiquent pas l ophtalmoscopie uniquement parce qu ils craignent une crise de glaucome aigu par fermeture de l angle après dilatation pupillaire Il s agit d une éventualité très rare qui apparaît chez les patients ayant une chambre antérieure étroite lorsque la dilatation de la pupille vient accoler l iris à la cornée et empêcher l écoulement normal de l humeur aqueuse Il s agit soit de patient ayant une hypermétropie forte gros verres convergents soit de patients âgés avec un cristallin en voie de cataracte Le plus souvent les patients le savent car lors d un examen ophtalmo antérieur ils ont été prévenus de cette éventualité qui interdit les médicaments parasympatholytiques type atropine L instillation de néosynéphrine qui existe le muscle dilatateur n est habituellement nécessaire que pour examiner la périphérie rétinienne Quelles pathologies concernent le médecin généraliste La papille elle doit être bien colorée entre le rose et l orangé Si elle est pâle il peut s agir d une atrophie optique L excavation au centre doit être petite sinon il s agit d un glaucome En cas d œdème papillaire les bords sont flous Les vaisseaux on apprend très vite à évaluer le calibre et la forme normale des artères et des veines On recherchera les exsudats tâches blanchâtres plus ou moins étendues les hémorragies punctiformes souvent des microanévrismes en flammèches en flaques La macula elle apparaît comme une zone un peu plus sombre au centre de la rétine Toute anomalie de coloration et la présence d un remaniement doit faire penser à une maculopathie Il faut se mettre dans la mémoire quelques images typiques de rétinopathie diabétique ou hypertensive de DMLA dégénérescence maculaire liée à l âge ou d œdème papillaire et ensuite tout vient avec la pratique Ce contenu a été publié dans Ateliers Formathon 2008 Publications avec comme mot s clé s Appareil locomoteur Formathon 2008 Ophtalmologie Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Intervenants Anévrysmes de l aorte abdominale Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes Contact Plan général Accueil Formathon 2014 Fréquentation du site Publications Formathon 2013 Programme du Formathon 2013 Ateliers Colloques Equipes Flashs Formathon 2012 Editorial 2012 Vidéos Ateliers Colloque Flashs Forum Equipes Formathon 2011 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2010 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2009 Ateliers Colloques

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2012/03/15/gestes-pratiques-en-ophtalmologie-2/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Troubles du sommeil et leurs conséquences | Bienvenue sur le site du Formathon
    à une démarche diagnostique précise et le traitement spécifique de la cause initiale de l insomnie le traitement comportemental peut constituer une alternative intéressante à la prise en charge de l insomnie chronique La prise en charge des troubles du sommeil nécessite une consultation dédiée à ce seul problème en s aidant de l étude du calendrier de sommeil rempli 15 jours avant la consultation sans calendrier de sommeil pas de compréhension possible des troubles En premier lieu il est important de corriger l hygiène de sommeil du patient environnement propice au sommeil horaires de coucher et de lever réguliers adaptés au temps de sommeil propre à l individu alimentation équilibrée activité sportive régulière limitation des stress Si seule la correction de l hygiène de sommeil est insuffisante la restriction de sommeil peut être utilisée à condition de bien expliquer les enjeux au patient réduction du temps passé au lit adapté au temps de sommeil réalisé habituellement par le patient insomniaque S y associe une autre méthode comportementale le contrôle du stimulus Cette méthode veille à ce que le patient insomniaque exclut toute activité éveillante comportements et ruminations lorsqu il est au lit ou dans sa chambre Les traitements hypnotiques quant à eux sont rarement intéressants sur le plan pharmacologique Au long cours la plupart du temps ils sont délétères sur la structure même du sommeil Ils ne peuvent en aucun cas constituer une prise en charge à long terme Certains traitements hypnotiques peuvent s avérer néanmoins une aide intéressante soit ponctuellement soit de courte durée Mais les hypnotiques c est pas automatique En cas d échec il est nécessaire de reconsidérer le diagnostic d éliminer d autres troubles du sommeil et développer la prise en charge par une thérapie cette fois cognitivo comportementale individuelle ou en groupe en milieu spécialisé Les études ont montré depuis quelques années maintenant l intérêt de ce type de prise en charge La difficulté est très certainement de les mettre en pratique Hygiène veille sommeil Chambre calme silencieuse dans l obscurité Ne pas regarder la télévision dans la chambre ni écouter la radio ou de la musique Eviter de lire trop longtemps dans son lit La température de la chambre doit être fraîche La chambre doit être aérée régulièrement Faire du sport plutôt le matin Avoir une alimentation équilibrée Eviter les excitants en fin d après midi café thé chocolat coca cola cigarettes Eviter l alcool Pas d activité trop éveillante le soir Pas de stress dans la soirée Se coucher et se lever tous les jours à la même heure même le week end et pendant les vacances Eviter les siestes prolongées la sieste doit durer moins de 30 minutes Ce contenu a été publié dans Colloques Formathon 2008 Publications avec comme mot s clé s Colloque Formathon 2008 Neurologie Pneumologie Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Traitement hormonal substitutif de la ménopause Formation des Animateurs Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/troubles-du-sommeil-et-leurs-consequences/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive