archive-fr.com » FR » F » FORMATHON.FR

Total: 473

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Traitement hormonal substitutif de la ménopause | Bienvenue sur le site du Formathon
    récent quelques terrains d expression appelés poulet veau ou Ben Johnson Certes la perspective de mourir est rarement réjouissante mais si en plus c est parce qu un traitement pas absolument indispensable et donc un peu de luxe a été à l origine d un infarctus d une embolie pulmonaire ou d un cancer du sein Les gynécologues français et européens d abord sonnés d apprendre qu ils avaient été aussi nocifs depuis un quart de siècle ont cependant rapidement trouvé de nombreuses raisons de penser que les résultats de ces études WHI et MWS initiales globalement bien mémorisées ne pouvaient s appliquer à leur mode d exercice chez nous pas les mêmes molécules utilisées pas les mêmes caractéristiques de patientes moins âgées porteuses de beaucoup moins de facteurs de risque vasculaire beaucoup plus de souplesse de prescription etc Mais leurs voix restaient quasi inaudibles au milieu du vacarme destructeur Alors que les tutelles échaudées par quelques affaires retentissantes se protégeaient de recommandations allant dans le sens de la psychose collective c est l arrivée de quelques études bien françaises et méthodologiquement mieux ficelées que leurs homologues anglo américaines qui allaient leur redonner un crédit largement entamé E3N ETHER MISSION entre autres légitimaient le THS à la française Les estrogènes utilisés en France associés à la progestérone naturelle micronisée ou à ce bon vieux Duphaston n augmentent pas le risque de cancer du sein Les estrogènes par voie percutanée ne changent rien au risque thromboembolique S il est commencé tôt le THS prévient les risques cardio vasculaires Cerise sur le gâteau les auteurs américains en reprenant de manière plus détaillée la fameuse étude WHI conviennent désormais que les biais de leur travail expliquaient ses résultats si négatifs Il reste que plus de la moitié des patientes ont arrêté leur THS et que beaucoup d autres ne l ont pas commencé Il reste qu il faudra certainement de nombreuses années pour effacer la notoriété déplorable qui est maintenant celle du THS Mais il reste aussi que la prise en charge de la ménopause en ressortira sans doute grandie avec un meilleur respect des contre indications la conviction désormais acquise qu il y a toujours matière ici à une décision partagée avec la patiente un contrat de suivi et une réévaluation périodique de l intérêt du traitement Au delà de ces principes il reste incontestablement des zones d ombre limites des indications choix des doses durée du traitement possibilités extra hormonales mais dans cet esprit là nourri d objectivité et non de polémique il n y a aucune raison de ne pas les éclaircir dans les années à venir avec le temps et un peu de moyens Ce contenu a été publié dans Colloques Formathon 2008 Publications avec comme mot s clé s Colloque Formathon 2008 Gynécologie Obstétrique Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Prise en charge du patient hypertendu en 2008 Troubles du sommeil et leurs conséquences Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/traitement-hormonal-substitutif-de-la-menopause/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Prise en charge du patient hypertendu en 2008 | Bienvenue sur le site du Formathon
    optimale normale normale haute et d HTA grade 1 2 et 3 tableau 1 BILAN L auto mesure est confirmée préférée par les patients 36 ont déjà acquis un appareil Les indications de la MAPA sont étendues avec la recherche d une hypotension et la suspicion de pré éclampsie Le diagnostic biologique et complémentaire qui depuis 2003 s était simplifié à tendance à s étendre dans l idée de fixer les différents niveaux de risque La clearance est rajoutée à la biologie de base l ECG est incontournable Les indications des autres examens sont précisées Echo Doppler D autres ne sont pas retenus de façon systématique pour des raisons de disponibilité et de coût imagerie Les 4 niveaux de risque déterminent les 4 stratégies abstention règles hygiéno diététiques RHD RHD puis traitement RHD et traitement d emblée Tableau 2 5 OU 6 CLASSES Pour l HAS il y a un premier panier de 3 classes Béta bloquants IEC ARA 2 qu il n est pas recommandé d associer entre eux et un deuxième groupe calciques et diurétiques que l on peut associer entre eux En cas d échec ou pour une association il est logique de choisir dans l autre panier Tableau 3 Pour l ESC les alpha bloquants existent toujours mais aucune association n est vraiment proposée avec eux Les béta bloquants restent mais perdent du poids associables seulement aux calciques la combinaison aux diurétiques devient moins privilégiée Tableau 4 Les britanniques ont même retiré les béta bloquants dans l indication de première intention L ESC 2007 fait une place préférentielle aux médicaments du système Rénine Angiotensine Aldostérone et a donné de nombreuses nouvelles indications aux ARA 2 Micro albuminurie insuffisance rénale diabète infarctus insuffisance cardiaque et arythmie La bithérapie est proposée plus tôt plus souvent ou d emblée pour l HAS seulement pour les petits dosages C est l état clinique qui oriente le premier choix thérapeutique et le tableau des recommandations se fait par organe cible et non plus par classe thérapeutique comme pour l HAS Tableau 5 Fait nouveau dans les recommandations il y a une page une seule mais une quand même sur le suivi et une sur la mise en œuvre un quart de page sur l observance Les études majeures de ces dernières années VALUE LIFE ASCOTT ADVANCE seront brièvement revues elles ont contribué à ces changements D autres EUROASPIRE 3 CITES nous indiquent qu il n y a pas eu de progrès dans la prise en charge de l HTA et que le chemin est encore long BIBLIOGRAPHIE VALUE un ARA2 Valsartan ou l Amlodipine sont équivalents associés ou non à un thiazidique le calcique permettant une baisse plus rapide de l HTA LIFE chez le diabétique un IEC Losartan fait mieux qu un Bêtabloquant Aténolol ASCOTT l Amlodipine associée secondairement à un IEC Perindopril fait mieux qu un Bêtabloquant Atenolol associé ensuite à un diurétique peut être par une meilleure action sur la pression centrale Inexpliquée l adjonction d une statine

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/prise-en-charge-du-patient-hypertendu-en-2008/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Les urgences chirurgicales en pédiatrie | Bienvenue sur le site du Formathon
    son patient A l époque de Mondor le médecin confronté à l urgence chirurgicale devait surtout rechercher les signes les meilleurs avertissements qui permettent d engager le traitement avant l atteinte irrémédiable de l état générale aboutissant à la mort La tache était simple Le tri facile risque vital ou pas de risque Il a fallut ensuite faire face à l urgence fonctionnelle l urgence esthétique l urgence ressentie et même la redoutable urgence médico légale où il ne s agit plus de protéger le malade mais bien de se garantir soi même Face à la perte possible de chance tout devient urgent La tache est difficile Le tri est complexe mais doit rester rapide c est une urgence La sémiologie clinique et paraclinique cherche à rendre ce tri plus simple et plus performant C est l occasion de nombreux aphorismes certains poétiques Ventre aigu doigt dans le c avec des rimes riches vomissement vert ventre ouvert parfois surprenant toute fracture de l enfant même non déplacée doit être réduite mais qui aboutissent généralement à considérer que tout malade ou supposé l être est une urgence jusqu à preuve du contraire tout scrotum aigu doit être exploré chirurgicalement C est un véritable non tri qui sécurise parfois le médecin mais encombre les services d urgences et ne satisfait pas le malade Il faut oser ce tri En balayant la pathologie chirurgicale de l enfant pour reconnaître les situations urgentes on peut rencontrer plusieurs situations Le diagnostic fait impose une prise en charge chirurgicale en urgence Ce sont les classiques la torsion de testicule le problème est de faire le diagnostic tout de suite Le diagnostic est fait et demande une prise en charge chirurgicale paraphimosis hernie de l ovaire hypospadias mais dans quel délais Le diagnostic est hésitant il serait bon d attendre que les signes se précisent douleurs abdominales et appendicite boiterie et épiphysiolyse mais combien de temps peut on attendre Pour chacune de ces situations on peut retenir quelques recettes les critères ou les signes non pas pour faire nécessairement un diagnostic mais pour s autoriser un délai pour améliorer le tri des situations qui réclament l urgence Ce contenu a été publié dans Colloques Formathon 2008 Publications avec comme mot s clé s Chirurgie Colloque Formathon 2008 Pédiatrie Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Les touchers pelviens Prise en charge du patient hypertendu en 2008 Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes Contact Plan général Accueil Formathon 2014 Fréquentation du site Publications Formathon 2013 Programme du Formathon 2013 Ateliers Colloques Equipes Flashs Formathon 2012 Editorial 2012 Vidéos Ateliers Colloque Flashs Forum Equipes Formathon 2011 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2010 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2009 Ateliers Colloques Flashs Formation des animateurs Forum Equipes Formathon 2008 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Sites recommandés Site médicaux Liens pratiques Sites suivis Spécialités Allergologie Appareil locomoteur Cancérologie Cardiologie Chirurgie Dermatologie Endocrinologie Equipement Hygiène Pansements Gastro Entérologie Gériatrie Gynécologie

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/les-urgences-chirurgicales-en-pediatrie/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Les touchers pelviens | Bienvenue sur le site du Formathon
    à part entière ils nous permettent d affirmer le diagnostic ce qui est plus que gratifiant dans l exercice de notre Art A travers un certain nombre de situations cliniques à froid et en urgence nous verrons ensemble leurs intérêts découverte d une tumeur abdomino pelvienne devant une métrorragie devant une rectorragie et un syndrome rectal devant une hématurie et une dysurie devant une gêne périnéale une incontinence urinaire une constipation douleur abdomino pelvienne et fièvre anémie aiguë occlusion Dans chacun de ces cas nous verrons s ils sont indiqués vers quelles hypothèses diagnostiques ils nous dirigent quels examens complémentaires cibles éventuels ils nous conseillent de demander Ce débat vous appartient Si vous aimez la séméiologie et l Art de l examen clinique Ce contenu a été publié dans Colloques Formathon 2008 Publications avec comme mot s clé s Colloque Formathon 2008 Gastro Entérologie Gynécologie Obstétrique Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien Les syndromes myélodysplasiques Les urgences chirurgicales en pédiatrie Recherche pour Accès rapides Formathon 2014 Formathon 2013 Editorial 2013 Ateliers Colloques Flashs Equipes Contact Plan général Accueil Formathon 2014 Fréquentation du site Publications Formathon 2013 Programme du Formathon 2013 Ateliers Colloques Equipes Flashs Formathon 2012 Editorial 2012 Vidéos Ateliers Colloque Flashs Forum Equipes Formathon 2011 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2010 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Formathon 2009 Ateliers Colloques Flashs Formation des animateurs Forum Equipes Formathon 2008 Ateliers Colloques Flashs Forum Equipes Sites recommandés Site médicaux Liens pratiques Sites suivis Spécialités Allergologie Appareil locomoteur Cancérologie Cardiologie Chirurgie Dermatologie Endocrinologie Equipement Hygiène Pansements Gastro Entérologie Gériatrie Gynécologie Obstétrique Hématologie Imagerie Législation Maladies infectieuses Néphrologie Neurologie Ophtalmologie ORL Pédiatrie Pneumologie Psychiatrie Rhumatologie Savoir être Soins palliatifs Stomatologie Urgences Réanimation Urologie Téléchargement Mon compte Contact Connexion Flux Connexion Flux RSS des articles RSS des commentaires Site de

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/les-touchers-pelviens/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Les syndromes myélodysplasiques | Bienvenue sur le site du Formathon
    anémie réfractaire simple ou sidéroblastique 2 l anémie réfractaire avec délétion du bras long du chromosome 5 syndrome 5q 3 les cytopénies réfractaires avec dysplasie de plusieurs lignées sidéroblastes 4 les anémies ou cytopénies réfractaires avec excès de blastes L évaluation pronostique repose depuis 1997sur le score IPSS International Prognostic Scoring System dont le calcul combine 3 critères le nombre de cytopénies sanguines le caryotype valeur plus ou moins péjorative de certaines anomalies et le pourcentage de blastes médullaires Ce score est prédictif du risque de décès et de celui de transformation leucémique aiguë 70 des SMD sont de faible risque médiane de survie 8 ans et 30 de risque élevé médiane de survie 18 mois L heure du traitement Les SMD de haut risque relèvent d une prise en charge spécialisée si l âge le permet le traitement s apparente à celui des leucémies aiguës faisant appel à des protocoles lourds de chimiothérapie à la greffe de cellules souches hématopoïétiques si possible aux immunosuppresseurs majeurs dans certaines cas à l usage des nouveaux médicaments déméthylants azacytidine décitabine ou encore à des protocoles d investigation Si le patient ne peut supporter ces tentatives thérapeutiques du fait de son âge ou d une co morbidité rédhibitoire on s en tiendra à une attitude palliative visant à compenser les conséquences de l insuffisance médullaire par des transfusions d érythrocytes en cas d anémie de plaquettes en cas de syndrome hémorragique menaçant ou l usage d antibiotiques puissants en cas d infection Les SMD de faible risque qui représentent donc la majorité des cas posent principalement le problème de l anémie et des besoins transfusionnels qui en résultent La décision de transfuser de concentrés érythrocytaires se guide sur la concentration d hémoglobine mais aussi sur l âge et les pathologies associées La transfusion n est qu un expédient car les patients qui en sont dépendants restent finalement anémiés le plus clair de leur temps avec un effet délétère des variations de la concentration d hémoglobine sur leur qualité de vie et leur système cardiovasculaire sans compter la surcharge en fer Il est d ailleurs démontré que la dépendance transfusionnelle constitue en soi un facteur pronostique péjoratif indépendant du score IPSS En dehors du cas particulier du syndrome 5q qui répond remarquablement au lénalidomide ou Revlimid un dérivé du thalidomide les efforts se sont tournés vers les produits capables de stimuler l érythropoïèse Les androgènes ont été longtemps la seule ressource mais la nécessité d une imprégnation prolongée et les fréquents effets secondaires les ont pratiquement fait abandonner à l exclusion du Danatrol souvent bénéfique sur la thrombopénie Un accord professionnel s est établi sur l utilisation des érythropoïétines humaines recombinantes rHu EPO en fonction de la concentration d EPO sérique endogène La décision d utiliser ce traitement et sa prescription initiale sur ordonnance de médicament d exception relèvent de l hématologue mais le renouvellement sans modification de posologie est accessible au médecin généraliste jusqu à concurrence d une année En raison du coût

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/les-syndromes-myelodysplasiques/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Les mouvements anormaux de la main et du pied | Bienvenue sur le site du Formathon
    Il est majoré par l émotion le calcul mental et le stress D amplitude variable il est régulier et de basse fréquence 4 à 6 hertz Le tremblement postural est caractéristique du tremblement essentiel Plus fréquent que la maladie de Parkinson il comporte dans plus de la moitié des cas des antécédents familiaux suggérant une hérédité autosomique dominante à pénétrance variable Il survient préférentiellement chez le jeune adulte et le sujet âgé Présent dans la posture mais aussi dans l action écriture manipulation d un verre il affecte surtout les membres supérieurs de façon bilatérale mais parfois asymétrique Il peut toucher le chef tremblement de dénégation ou d affirmation et la voix chevrotante Il est aggravé par l émotion le stress l exercice la fatigue Il peut s atténuer ou disparaître transitoirement après la prise d alcool Sa fréquence est rapide de 6 à 12 Hz tend à diminuer avec l âge alors que l amplitude des oscillations augmente L évolution est lentement progressive mais lorsqu il devient intense peut être une source de handicap fonctionnel et social majeur Devant un tremblement postural il faut également toujours évoquer une origine médicamenteuse Le tremblement d action s intégre dans le cadre d un syndrome cérébelleux Il ne se focalise pas à la main ou au pied Sa topographie est à la fois proximale et distale 2 Dystonie Les dystonies de la main sont le plus souvent des dystonies de fonction crampe de l écrivain ou crampe des musiciens Chez un enfant une dystonie de la main ou du pied a priori se généralisera alors que chez l adulte elle reste le plus souvent une focale La crampe de l écrivain survient de façon élective lors de l écriture plus souvent entre 20 et 50 ans Le patient se plaint d une modification de l écriture d une gêne ou d une douleur d une incapacité à écrire vite Le début se fait par une tension douloureuse des muscles de l avant bras survenant après plusieurs lignes d écriture Dans les cas les plus avancés l écriture est illisible ou impossible La dystonie peut apparaître dès la saisie du stylo Le geste antagoniste le plus fréquent est de poser la main saine sur la main atteinte Elle disparaît lors de l écriture au tableau ou lorsque le patient tape à la machine Cette dystonie est idioapthique mais peut aussi révéler une maladiede Parkinson Les principales causes de dystonie focale du pied ou de la main sont post hémiplégique suite à un AVC dans le cadre d une maladie de Parkinson signe révélateur de la maladie ou induite par la L Dopa au stade des complications motrices ou d autres syndromes parkinsoniens inflammatoire SEP ou lésionnelle anoxie 3 Chorée Les mouvements choréiques augmentent lors des émotions ou d un effort de concentration ils peuvent être transitoirement suspendus par la volonté et disparaissent lors du sommeil Un syndrome choréique focal d apparition progressive doit toujours faire évoquer la maladie de Huntington surtout en cas

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/les-mouvements-anormaux-de-la-main-et-du-pied/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Les maladies éruptives de l’enfant | Bienvenue sur le site du Formathon
    ont une taille de un à plusieurs millimètres de contours irréguliers elles sont parfois confluantes mais respectant toujours des intervalles de peau saine L enfant est contagieux bien avant le début de l éruption à partir du 6e jour après le contage Il reste contagieux jusqu à 2 jours après le début de l éruption soit une dizaine de jours au total Le diagnostic de certitude peut être obtenu par l isolement viral des sécrétions respiratoires et ou par la sérologie De nombreuses complications peuvent émailler le cours d une rougeole oto rhino laryngologique ORL respiratoire neurologique L échec de la vaccination est actuellement de 3 à 6 des cas Maladie à déclaration obligatoire depuis 2005 Diagnostic biologique indispensable Calendrier vaccinal modifié en 2005 Cas contacts vaccination dans les 72 h pour les enfants de plus de 6 mois BEH 41 42 2005 2ème maladie Scarlatine Streptocoque du groupe A de Lancefield Complique une angine ou parfois une infection cutanée ou gynécologique Incubation 2 à 5 jours Contagiosité commence 24 heures avant le débit des signes Angine érythémateuse ou érythématopultacée avec tachycardie et vomissements Début brusque fièvre 39 40 C frissons douleurs pharyngées et abdominales Après 24 à 48 heures l exanthème débute sur le thorax et la racine des membres et s étend en 1 à 2 jours sur le tronc et les membres jusqu aux extrémités en respectant les paumes et les plantes Erythème diffus en nappe sans intervalle de peau saine avec un fin piqueté rouge plus sombre S efface à l étirement Peau sèche chaude avec impression de granité Le visage a un aspect souffleté et la région péribuccale est respectée L exanthème s atténue vers le 6ème jour et desquame entre le 8ème et le 30ème jour Les squames sont fines au niveau du visage et du tronc et plus larges aux extrémités réalisant une desquamation en doigts de gants La langue est d abord saburrale puis elle desquame de la périphérie vers le centre V lingual Elle est framboisée vers le 6ème jour lisse au 9ème et redevient normale au 14ème jour Formes frustes fréquentes mais l énanthème reste caractéristique Formes invasives septicémie pleuro pneumopathies arthrites septiques avec ou sans choc toxinique Diagnostic test de diagnostic pratique du SGHA Streptocoque bêta hémolytique du groupe A Traitement le SBHA reste sensible à la pénicilline mais 15 à 30 sont résistants aux macrolides Complications RAA glomérulonéphrite aiguë insuffisance rénale hématurie microscopique protéinurie 10 jours à 3 semaines après l infection 3ème maladie Rubéole Incubation 12 à 23 jours Virus présent dans le pharynx de 7 à 10 jours avant l éruption et jusqu à 10 jours après 50 de formes inapparentes Clinique souvent fruste limitée à une éruption fugace mal visible Phase d invasion brève 1à 2 jours et discrète fièvre modérée arthromyalgies adénopathies cervicales petites rétro auriculaires cervicales postérieures et surtout sous occipitales L éruption commence au visage et s étend en moins de 24 heures au tronc et aux membres supérieurs Morbilliforme le 1er jour devient parfois scarlatiniforme le 2ème jour en particulier sur les fesses et la racine des cuisses Disparition le 3ème jour sans séquelles desquamation fine inconstante La fièvre disparaît dès le premier jour de l éruption Sont possibles quelques taches purpuriques sur le voile du palais une conjonctivite un coryza discret une splénomégalie modérée Complications polyarthrites 15 à 30 jours pas de séquelles purpura thrombopénique post éruptif 10 à 15 jours après la fin de l éruption méningo encéphalite 1 5000 à 1 25000 létalité 20 à 50 NFS leuconeutropénie plasmocytose Les IgM peuvent être présentes lors d une réactivation Séroconversion deux prélèvements à 10 jours d intervalle Eviction jusque guérison clinique Les femmes en âge de procréer doivent être prévenues Autorisation d absence pour les femmes enceintes séronégatives Chez celles ci sérodiagnostic mensuel jusqu à la 20ème semaine ou deuxième sérodiagnostic à la 20ème semaine Aucune atteinte fœtale après 20 semaines d aménorrhée 4ème maladie Maladie de Dukes liée aux virus enterovirus echovirus et coxsackievirus Exanthèmes viraux non spécifiques éruptions maculeuses ou maculopapuleuse disparaissant en quelques jours éventuellement associées à des myalgies des céphalées une asthénie une toux Ce sont les éruptions fébriles les plus fréquentes chez l enfant De nombreux virus peuvent être en cause enterovirus echovirus coxsackie virus respiratoires adenovirus rhinovirus VRS EBV parvovirus B19 HHH 6 HHH 7 Exanthème de la mononucléose infectieuse La corrélation chez l adolescent entre l administration d ampicilline et l apparition d une éruption maculopapuleuse n est pas aussi nette chez l enfant Diagnostic l association fièvre polyadénopathie exanthème et syndrome mononucléosique peut se rencontrer également dans la toxoplasmose les adénoviroses la rubéole l hépatite A 5ème maladie Mégalérythème épidémique Primo infection à PVB19 Parvovirus B19 Incubation de 7 à 10 jours l éruption débute au visage qui prend un aspect érythémato oedémateux souffleté Puis apparaissent des maculopapules qui s étendent aux fesses et aux membres prédominant au niveau des racines et prenant un aspect réticulé à contours circinés en guirlandes Il n y a pas de syndrome fébrile ni d altération de l état général L évolution se fait vers la régression en une dizaine de jours mais il existe une possibilité de résurgence au soleil à la chaleur ou aux efforts pendant plusieurs semaines Le diagnostic repose sur la mise en évidence d IgM spécifiques du PVB19 qui est un examen sensible et spécifique et qui suffit au diagnostic de certitude Le PVB19 est aussi responsable de crises érythroblastopéniques survenant chez des patients atteints d hémoglobinopathies Il peut aussi induire un purpura vasculaire et des polyarthrites Femme enceinte 1er trimestre avortements 2ème trimestre anasarque foetoplacentaire Syndrome en gants et en chaussettes Contexte généralement fébrile Grand enfant ou adolescent Eruption papulo purpurique des extrémités mains et pieds Primo infection par le Parvovirus B19 plus rarement par Coxsackie B6 le virus de la rougeole le virus de l hépatite B Bénin et abstention thérapeutique sauf chez la femme enceinte pour le Parvovirus B19 ou en cas d hépatite B 6ème maladie

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/les-maladies-eruptives-de-lenfant/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive

  • Les démences (types, dépistage) | Bienvenue sur le site du Formathon
    et leur évolution l imagerie et les tests neuro psychologiques La démence vasculaire est une entité qui est bien connue puisqu elle apparaît de façon brutale après un accident vasculaire cérébral confirmé par l imagerie et avec une organisation fluctuante en marche d escalier Contexte et signes évocateurs des facteur de risque vasculaire des antécédents d accident vasculaire cérébral des signes neurologiques de localisation des lésions à l IRM Les démences mixtes maladie d Alzheimer à composante cérébro vasculaire Elles pourraient concerner entre 20 et 30 des démences Contexte et signes évocateurs aggravation brutale de l état cognitif chez un patient Alzheimer caractère fluctuant des troubles cognitifs apparition de symptômes ou de signes neurologiques focaux survenue de troubles de l humeur de la marche de chute de troubles vésico sphinctériens de la parole et de la déglutition La démence à corps de Lewy c est une entité relativement fréquente et qu il faut connaître Elle correspond à environ 10 des démences pour les plus de 65 ans Contexte et signes évocateurs le caractère fluctuant des troubles cognitifs associé à des hallucinations et parfois complété par un syndrome extra pyramidal s accompagnant de chutes doit y faire penser Il existe une intolérance aux neuroleptiques Sur le plan neuropathologique les corps de Lewy sont des inclusions neuronales intra cytoplasmique éosinophiles qu on retrouve au niveau cortical et sous cortical Fréquemment ces inclusions s associent aux plaques amyloïdes et aux dégénérescences neuro filaillaires de la maladie d Alzheimer Au niveau des tests neuropsychologiques les troubles de la mémoire sont plus sensibles à l indicage les déficits explorant les fonctions exécutives l attention et les capacités visuo spatiales sont au premier plan Les démences fronto temporales comportementales c est la troisième cause de démence dégénérative après la maladie d Alzheimer et la démence à Corps de Lewy Elle est en général de début plus précoce vers 60 65 ans et a été souvent confondue avec une pathologie psychiatrique On peut néanmoins la rencontrer chez des sujets plus âgés 70 voir 80 ans Elle se caractérise par une absence d anomalie cholinergique mais atteinte serotoninergique et glutamatergique Contexte et signes évocateurs les troubles du comportement sont au premier plan avec un trouble précoce des convenances sociales un trouble précoce du contrôle de soi et des émotions On note un début insidieux une évolution progressive avec désintérêt précoce On va donc avoir une désinhibition verbale et comportementale avec connotation sexuelle hyperphagie appétence pour l alcool recherche de contacts sociaux indifférence affective le plus souvent négligence physique désintérêt social Les troubles cognitifs sont très discrets en phase de début ils concernent principalement le langage et les fonctions exécutives On note une absence d apraxie et d agnosie Les troubles de mémoire concernent le rappel libre C est la maladie la plus difficile à vivre pour l entourage familial La démence parkinsonienne c est la 4ème cause de démence La prévalence de la démence dans la maladie de Parkinson est de 20 à 40 dans l évolution de

    Original URL path: http://formathon.fr/new/2008/03/15/les-demences-types-depistage/ (2013-12-10)
    Open archived version from archive