archive-fr.com » FR » G » GOUVERNEMENT.FR

Total: 1679

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Alain Juppé | Gouvernement.fr
    mai 1995 Alain Juppé présente son programme d action devant l Assemblée nationale Il en appelle au renouveau du pacte républicain qui passe souligne t il par une mobilisation générale contre le chômage Les principales mesures envisagées par le Premier ministre en mai 1995 manifestent sa volonté d agir sur les conditions d emploi d accès au logement sur la réinsertion économique et sociale ou l aide aux personnes âgées L objectif affiché est de lutter contre les formes d exclusion qu Alain Juppé qualifie de prioritaire Le Premier ministre annonce ainsi son intention d alléger les charges sur les bas salaires et d instituer un contrat initiative emploi pour remettre en marche le moteur de l intégration sociale Il souhaite également la réimplantation des services publics et la mise en oeuvre d un régime fiscal différencié c est à dire de zones franches dans les quartiers difficiles pour en réussir la réinsertion économique et sociale Le choix de l Europe et la fracture sociale Alain Juppé fait le choix d une politique soucieuse des critères de convergence fixés par le traité de Maastricht Dans un discours télévisé le 26 octobre 1995 le président de la République annonce des efforts supplémentaires pendant deux ans au nom du dessein européen Cette mise au point certifie que la France ne souhaite pas dévier de ses engagements budgétaires européens Le Premier ministre cherche à réduire la fracture sociale diagnostiquée par le candidat Chirac dans ce cadre Il crée 38 zones franches exonérées d impôts pendant cinq ans pour relancer l activité Autres mesures l augmentation du Smic de 4 le 1er juillet 1995 la création du Contrat initiative emploi CIE et l instauration d une première version du taux zéro pour le logement La réforme des systèmes sociaux Lorsqu il présente à l Assemblée nationale le 15 novembre 1995 son plan de réforme de la protection sociale dit plan Juppé le Premier ministre reçoit un accueil triomphal de la majorité qui l applaudit debout La presse et les marchés financiers témoignent du même enthousiasme Cependant le plan entraîne un vaste mouvement social Très large dans son champ d action le plan prévoit un allongement de la durée de cotisation de 37 5 à 40 annuités pour les salariés de la fonction publique afin de l aligner sur celle du secteur privé déjà réformé en 1993 Cette mesure à l origine des mouvements sociaux dans le public sera abandonnée Autre nouveauté majeure l établissement d une loi annuelle de la Sécurité sociale doit permettre de fixer les objectifs de progression des dépenses maladies Des sanctions sont envisagées pour les médecins qui dépassent cet objectif Pour combler le déficit de la Sécurité sociale un plan de rigueur est proposé Les mouvements de grève de novembre et décembre 1995 emportent une part des réformes Le Premier ministre a dû engager la responsabilité du gouvernement via l article 49 3 pour obtenir le droit d user d ordonnances Le gouvernement maintient la réforme de la Sécurité sociale

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/alain-juppe (2016-01-29)
    Open archived version from archive


  • Edouard Balladur | Gouvernement.fr
    de politique générale du 8 avril 1993 Edouard Balladur déclare aux députés le 8 avril 1993 qu ils sont investis d une très large confiance et d un très large soutien populaire et qu ils sont en mesure de donner en étroite association avec le gouvernement un élan nouveau à notre Nation d apporter à notre société les réformes qui lui assureront à la fois le progrès l équilibre et la justice Le Premier ministre définit ensuite les trois principes de l action de son gouvernement renouveau tolérance et rassemblement Il a constitué un gouvernement restreint devant redresser les finances de l Etat En effet sur le plan intérieur le Premier ministre juge la situation économique et sociale de la France plus grave qu aucune de celles qu elle a connues depuis une quarantaine d années lorsqu elle eut surmonté les conséquences de la guerre Il insiste sur l aggravation du chômage et de l insécurité Edouard Balladur entend aussi agir sur les déficits publics et la situation financière exacte des régimes sociaux Au niveau de la politique étrangère le Premier ministre constate que les différents conflits guerre du Golfe et les violences dans l ancienne Yougoslavie ont montré que l Europe de l Ouest n avait pas su se mobiliser ni pour contribuer efficacement au développement de l Europe de l Est ni pour assumer ses responsabilités en matière de sécurité du continent Il s inquiète d autant plus de cette situation internationale que la France ne s est pas organisée pour affronter ce monde nouveau et mieux y assurer sa position notamment au plan militaire Un gouvernement politique Édouard Balladur forme très rapidement un gouvernement resserré de 29 ministres tous parlementaires pour la moitié pour la première fois ministres composé pour moitié de néo gaullistes et pour l autre de libéraux et démocrates sociaux Des ministères essentiels reviennent en effet à l UDF Simone Veil ministre des Affaires sociales et de la Ville Edmond Alphandéry à l Economie François Léotard à la Défense François Bayrou à l Éducation nationale Parmi les représentants du RPR Charles Pasqua est nommé à l Intérieur Alain Juppé aux Affaires étrangères et Nicolas Sarkozy au Budget et au Porte parolat Le nouveau cabinet du Premier ministre présidé par Nicolas Bazire ancien élève de l Ecole navale et de l Ena est composé presque exclusivement de jeunes technocrates seize énarques sur vingt deux membres Avec Hubert Védrine à l Elysée il met en place la cohabitation dans un souci permanent de respect mutuel Le ministère des Finances est divisé en deux avec Nicolas Sarkozy un proche du Premier ministre au Budget Respecter la Constitution Dès le premier Conseil des ministres le 2 avril 1993 le Premier ministre annonce qu il entend respecter scrupuleusement et à la lettre la Constitution Les relations avec l Élysée demeurent courtoises tout au long de la cohabitation les nominations souhaitées par François Mitterrand ne rencontrent guère d opposition à Matignon et le Premier ministre évite toute vexation prenant soin

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/edouard-balladur (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Pierre Bérégovoy | Gouvernement.fr
    élections législatives de mars 1986 François Mitterrand lui léguant ainsi son fief Directeur de campagne de François Mitterrand lors de l élection présidentielle de mai 1988 il devient après la victoire de ce dernier ministre d État ministre de l Économie des Finances et du Budget dans le gouvernement Rocard juin 1988 à mai 1991 Dans le gouvernement d Édith Cresson il conserve le même portefeuille secondé par des ministres délégués mai 1991 à avril 1992 Pierre Bérégovoy à l Hôtel de Matignon 1er mai 1993 Pierre Bérégovoy met fin à ses jours un mois après avoir quitté ses fonctions de Premier ministre Suite aux élections cantonales et régionales de 1992 il est nommé Premier ministre en avril Après les controverses autour d Edith Cresson François Mitterrand fait un choix qui rassure Il est vrai que déjà le nom de Pierre Bérégovoy avait été évoqué comme une possibilité pour Matignon en 1983 1984 1988 et 1991 Pierre Bérégovoy paraît un homme de la synthèse il a des origines modestes il est aussi l homme du franc fort et de la rigueur budgétaire Discours de politique générale 8 avril 1992 Pierre Bérégovoy présente son gouvernement devant l Assemblée nationale moins d un an avant le renouvellement des députés Son objectif est de restaurer la confiance et de renouer avec l espérance par l action Son gouvernement travaillera pour la France et les Français Dans un contexte économique difficile le Premier ministre fait le choix de la rigueur Mais il rappelle qu il ne faut pas confondre rigueur économique et rigueur sociale Si la rigueur en économie est une exigence de bonne gestion la justice sociale est au centre des préoccupations du gouvernement Il n y a pas de remèdes miracles mais il y a la lucidité le calme et la persévérance Enfin à moins de six mois du référendum pour la ratification de traité de Maastricht Pierre Bérégovoy rappelle que l Europe est la priorité du président Mitterrand et un facteur essentiel de paix et de progrès Il veut faire l Europe sans défaire la France Lutte contre le chômage et la corruption Contraint par la perspective des élections législatives de 1993 Pierre Bérégovoy se fixe deux grands objectifs la lutte contre le chômage et la lutte contre la corruption Sur le premier point il promet que les 900 000 chômeurs de longue durée se verront offrir d ici à la fin de l année 1992 un emploi une formation ou une occupation d intérêt général Mais au second trimestre 1992 la France entre en récession Début 1993 le cap des trois millions de chômeurs est atteint Sur le second front celui de la lutte contre la corruption une série de mesures doit permettre d instaurer la transparence sur les dons des entreprises aux partis politiques Mais des maladresses de communication l enchaînement d affaires nuisent à cet effort En février 1993 l affaire du prêt sans intérêt d un million de francs que Pierre Bérégovoy a perçu de l homme

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/pierre-beregovoy (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Édith Cresson | Gouvernement.fr
    1990 Edith Cresson à l Hôtel de Matignon Le 15 mai 1991 elle est nommée Premier ministre par François Mitterrand devenant ainsi la première femme à occuper cette fonction en France Par ses méthodes de travail Edith Cresson cherche à rompre avec les pratiques du passé Le dynamisme et le souci de l efficacité qu elle veut imposer dans la conduite de l Etat s inspirent du secteur privé Elle s appuie notamment sur des groupes d experts les Gem groupes d études et de mobilisation qui réunissent sur des sujets précis experts et professionnels Elle tient à distance les réseaux administratifs traditionnels et se rapproche des acteurs de terrain elle instaure un contact direct avec les préfets qu elle invite à déjeuner à Matignon Edith Cresson est à ce jour l unique femme Premier ministre en France Son gouvernement fait apparaître une nouvelle génération politique Martine Aubry Dominique Strauss Kahn ou Jean Yves Le Drian etc Discours de politique générale du 22 mai 1991 Lors de son discours d investiture devant l Assemblée nationale le 22 mai 1991 Edith Cresson définit un objectif prioritaire à la veille du débat sur le Traité de Maastricht Faire réussir la France dans l Europe de 1993 et dans le monde de l an 2000 Le nouveau Premier ministre pointe avant tout la nécessité de créer une forte cohésion sociale en luttant contre les inégalités les exclusions et contre le chômage En effet Edith Cresson rappelle que la situation économique est difficile notamment avec le retournement de la conjoncture mondiale mise en évidence par la guerre du Golfe Cette situation a conduit à un net ralentissement de la croissance et à un gâchis social et humain surtout le chômage explique une grande partie des maux de notre société Le Premier ministre rappelle le bilan économique équilibré de son prédécesseur fruit d une politique vertueuse illustrée par un franc fort une inflation maîtrisée un contrôle rigoureux de la dépense publique et une stabilisation des prélèvements obligatoires Mais être vertueux n interdit pas d être audacieux Sur un franc fort nous construirons une France forte Elle annonce ainsi la création d un grand ministère chargé à la fois notamment de l Economie des Finances de l Industrie et du Commerce extérieur Cette nouvelle structure a pour objectif de renforcer l efficacité du dispositif public Elle est placée sous la responsabilité de Pierre Bérégovoy Elle souhaite aussi réconcilier l économie et l écologie l industrie et le respect de l environnement Pour Edith Cresson la notion d environnement ne doit plus rester extérieure au processus de production mais s y intégrer L impulsion nouvelle à l industrie s accompagne d une grande ambition agricole Le Premier ministre veut maintenir sur le sol français une agriculture compétitive permettant de consolider et de développer les parts de marché françaises dans la Communauté européenne et sur les marchés mondiaux Un style direct Le Premier ministre souhaite imposer un style direct volontariste pragmatique au parler cru Elle renforce la lutte

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/edith-cresson (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Michel Rocard | Gouvernement.fr
    devra s assurer texte après texte du soutien de celle ci Homme de négociation le Premier ministre se voit contraint d utiliser la manière forte il use plus de l article 49 3 que tous les gouvernements réunis avant le sien Discours de politique générale du 29 juin 1988 Dans son discours de politique générale le 29 juin 1988 à l Assemblée nationale Michel Rocard justifie tout d abord l action menée face à l urgence de la situation en Nouvelle Calédonie Trois jours auparavant le 26 juin 1988 a été signé à l Hôtel Matignon un accord sur l avenir du territoire Cet accord qui est approuvé par référendum le 6 novembre prévoit un scrutin d autodétermination en 1998 Michel Rocard annonce le 29 juin la mise en place à Nouméa d un cadre institutionnel nouveau pour le 14 juillet 1989 Ensuite devant les députés Michel Rocard en appelle à l approfondissement de la démocratie de tous les jours en évoquant par exemple la question de la formation la santé de la place des femmes et des personnes âgées dans la société ou encore celle du grand problème des villes Concernant ce dernier point il souhaite réconcilier urbanité et urbanisme par une série de mesures d accompagnement social notamment par des travaux d urgence dans les quartiers dégradés et par le réaménagement de la dette des organismes HLM Il appelle aussi à la création d un droit au revenu minimum d insertion RMI voir vidéo ci dessus innovation d une portée considérable qu il compare à celle de la Sécurité sociale Ce RMI sera financé déclare t il par le rétablissement de l impôt sur la fortune impôt de solidarité Toutefois si la solidarité nationale est au cœur de sa politique Michel Rocard reconnaît le besoin de maîtrise des dépenses publiques et sociales au service de l emploi Le Premier ministre souhaite en effet réduire le déficit prévisionnel du budget de l Etat de 15 milliards en 1989 Sur le terrain de la politique européenne Michel Rocard rappelle la préparation du grand marché à constituer au 1er janvier 1993 Il se dit conscient des difficultés de l harmonisation fiscale mais plaide pour une Europe fondée sur l équilibre des avantages accordés quel que soit le secteur d activité économique Du point de vue politique économique et social la France ne sera forte que dans une Europe forte conclut il A l écoute des aspirations de la société civile Dans une circulaire adressée aux ministres Michel Rocard affirme sa volonté d être à l écoute des aspirations de la société civile et de privilégier les négociations réelles loyales méthodiques Le cabinet du Premier ministre est dirigé par un administrateur civil Jean Paul Huchon ancien du PSU rejoint par quelques rocardiens historiques comme l historien de l éducation Antoine Prost ou le juriste Guy Carcassonne Le goût du Premier ministre pour le travail en groupe et pour une certaine convivialité l amène à instaurer de nouvelles pratiques de travail comme les

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/michel-rocard (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Jacques Chirac (1986-1988) | Gouvernement.fr
    Au soir du 16 mars 1986 la droite obtient la majorité absolue Le président Mitterrand nomme Premier ministre le leader néo gaulliste Jacques Chirac Celui ci demeure le seul homme politique à avoir ainsi occupé l Hôtel Matignon sous deux présidents différents et de couleurs politiques différentes Le gouvernement est composé de gaullistes de libéraux et de démocrates sociaux Le Premier ministre conserve son fauteuil de maire de Paris Pour encadrer et coordonner les ministres Jacques Chirac s entoure d un cabinet étoffé Les contacts directs entre l Elysée et les ministres sont réduits au maximum Le choix d un diplomate aguerri comme directeur de cabinet Maurice Ulrich montre la volonté de peser également dans le domaine réservé du président les affaires internationales Le concept de domaine réservé va peu à peu laisser place à celui de domaine partagé Discours de politique générale 9 avril 1986 Le Premier ministre dresse un tableau très noir de l état économique de la France Si la puissance de l Etat fait partie de la culture française et de son goût pour l égalité elle a enfanté une société bloquée explique t il Le remède préconisé est une forte libéralisation de l économie L initiative privée doit permettre la relance de la machine économique La maîtrise des déficits l allègement des charges la compression des dépenses publiques la rigueur de la politique monétaire la facilitation des licenciements la réforme du droit de la concurrence sont dits être autant de moyens de redressement économique Il s agit de générer une amélioration de la compétitivité des entreprises françaises qui en retour devraient produire des emplois et une société moins administrée Ce chantier doit se faire en y associant les syndicats autant que faire se peut Pour le Premier ministre Il nous faut donc développer nos capacités d exportation ce qui implique à la fois des progrès de productivité de la part de nos entreprises industrielles un puissant effort de recherche qui renforce nos positions dans les technologies du futur et la promotion de secteurs plus traditionnels mais qui doivent contribuer fortement à l équilibre de nos échanges Et je pense tout spécialement bien sûr à notre agriculture Les conceptions libérales ne sont pas réduites à la sphère économique Le Premier ministre souhaite une simplification administrative et une transformation de l enseignement secondaire et supérieur reposant sur une amélioration globale par l autonomisation et la mise en concurrence des unités Toutefois la nation ne serait pas confrontée qu à ce déficit de libéralisme Le pays est dit rongé par l insécurité en sus de connaître le feu du terrorisme Par ailleurs le Premier ministre s interroge sur la capacité de la France à intégrer les flux migratoires Si les liens entre outre mer et métropole doivent être fortifiés le code de la nationalité doit être réformée et les dispositifs légaux quant à l immigration révisés La question renvoie à un malaise culturel Plus profondément encore la France s interroge sur son avenir en tant que nation unie

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/jacques-chirac-1986-1988 (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Laurent Fabius | Gouvernement.fr
    pour cela moderniser et rassembler comme il l affirme dans son discours de politique générale Discours de politique générale du 24 juillet 1984 Lors de son discours devant l Assemblée nationale le 24 juillet 1984 Laurent Fabius définit les priorités de son nouveau gouvernement moderniser et rassembler Il insiste également sur la continuité du travail qu il entend mener en rendant hommage à son prédécesseur Pierre Mauroy Après avoir évoqué l élection européenne dont le résultat a été mauvais pour la gauche le Premier ministre regrette de n avoir pas pu être à la tête d un gouvernement d union Les communistes ont en effet refusé de s associer à un nouveau gouvernement de rigueur Laurent Fabius se donne pour objectif de moderniser le pays afin de combattre le chômage crève cœur et cancer Il détermine les trois axes qui doivent relancer l économie la recherche l investissement et la formation de chacun La conception affirmée s inscrit dans une double tradition celle du socialisme dit à la française et celle du rôle modérateur de l État La France est par tradition on le sait bien une société mixte où public et privé jouent chacun leur rôle Mais faute de règles claires et stables cette société mixte devient une société confuse Sachons écouter notre société Elle nous dit qu elle ne veut plus d un État lointain indifférent bureaucratique pas plus qu elle ne voudrait comme le proposent certains d un État faible désarmé par rapport aux puissances financières l autorité de l État cela a un sens Elle nous dit que le rôle de l État est non pas d imposer ce dont le pays ne veut pas ni d empêcher ce à quoi il aspire mais de rendre possible ce qui est nécessaire A cet égard la décision du président de la République de réduire dès l an prochain de 1 les prélèvements obligatoires c est à dire les impôts et les cotisations sociales constitue une révolution tranquille L État a rencontré ses limites Il ne doit pas les dépasser Savez vous qui traduit le mieux ma pensée Laurent Fabius François Mitterrand L autorité de Matignon Bénéficiant d une communauté de vues et d esprit très forte avec le chef de l État Laurent Fabius dispose d une autonomie rarissime sous la Ve République Le président de la République et le Premier ministre refusent que les ministres puissent tenter de faire passer une décision ou un désir d arbitrage via les conseillers présidentiels ils doivent s en remettre à l Hôtel Matignon Sur la plupart des questions intérieures le Premier ministre intervient sans ingérence de la part de l Élysée Les plus proches conseillers de François Mitterrand se rendent à Matignon plusieurs fois par semaine Grâce au lien privilégié avec son directeur de cabinet Jean Louis Schweitzer le Premier ministre délègue peu et réunit ministres ou conseillers par petits groupes Avec Laurent Fabius à Matignon s ouvre une nouvelle ère celle de la communication politique L orateur chevronné

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/laurent-fabius (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Pierre Mauroy | Gouvernement.fr
    Histoire Paraphrasant Jean Jaurès en sa conception du socialisme A nous de dominer le progrès de dominer la machine A nous de les mettre enfin au service de l homme A nous d aller à l idéal et de comprendre le réel Il expose qu il ne saurait s agir de l alternance d un camp contre l autre car le projet de civilisation de la gauche est celui de l espérance ainsi que de relance et de la solidarité nationale Comme le souligne Pierre Mauroy en évoquant la crise en 1981 le pays est engagé dans une nouvelle phase de mutations industrielles et technologiques La priorité du gouvernement est la lutte contre le chômage Pour être efficace elle doit se faire dans la rigueur budgétaire et avec la lutte contre l inflation Le Premier ministre dresse ensuite la liste des réformes qui doivent assurer une plus grande cohérence à la République et une plus grande liberté aux citoyens décentralisation réforme de l audiovisuel création d un service unifié de l enseignement etc Il achève son propos par une explication de ce que sera la politique de nationalisations Une activité législative inédite Le gouvernement donne corps aux 110 propositions de François Mitterrand notamment dans le volet social Instauration d une cinquième semaine de congés payés Passage aux 39 heures de travail hebdomadaire par ordonnance du 16 janvier 1982 Dispositions en faveur des droits des travailleurs dites lois Auroux mises en place en 1982 négociation annuelle expression directe des salariés mise en place des comités d hygiène de sécurité et des conditions de travail CHSCT S y ajoutent la création des radios privées locales l abrogation de la loi sécurité et liberté d Alain Peyrefitte l instauration de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle et de l impôt sur la fortune la régularisation de sans papiers la loi Quilliot sur le logement ou le remboursement de l IVG par la Sécurité sociale Robert Badinter devenu garde des Sceaux en juin 1981 défend avec force l abolition de la peine de mort en septembre de la même année Si le débat est passionné il transcende le clivage droite gauche Jacques Chirac est ainsi de ceux qui votent l abolition Mais ce n est pas la seule transformation du système judiciaire La Cour de Sûreté de l État est supprimée Les tribunaux militaires se voient retirer leurs compétences en temps de paix Droit est donné aux citoyens de saisir la Cour européenne des Droits de l Homme La décentralisation la grande affaire du septennat Pierre Mauroy Parmi toutes les réformes la décentralisation sujet récurrent de débats politiques depuis longtemps est l un des grands chantiers de l édile du Nord Dès juillet 1981 le premier projet de loi sur la décentralisation est discuté en première lecture suivi par les lois Deferre de 1982 et 1983 Le premier acte de la décentralisation transfère le pouvoir exécutif régional du préfet au président du conseil régional A travers plusieurs dizaines de textes la décentralisation libère

    Original URL path: http://www.gouvernement.fr/pierre-mauroy (2016-01-29)
    Open archived version from archive



  •