archive-fr.com » FR » H » HENRIIV.FR

Total: 193

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Cinématographie_50 - Lycee Henri IV
    qui promet De n être que respect confiance démesurée Main dans la main mais pour quel lendemain Celui qui se méfie ne voit que perfidie Alors qu il devrait croire en cet amas notoire Qui hurle dans les rues son désir de victoire Marine Corbière Le Thé au Harem d archimède Un cri une transe un bruit parasite une inspiration mais aussi un grand frisson Aussi spirituel et animal que cela puisse être il y avait enfin là un endroit où je pouvais être et faire absolument tout A commencer par tout ce qu on m empêchait d être Un cri celui d une enfance maladivement timide qui devant cette mer agitée comprenait voyait ressentait ce panorama plein de contraste Autant que le vent souffle et que la mer se soulève il y avait enfin là un moyen où je pouvais tout dire exprimer mes émotions et construire les personnages Tu l entends Bien sur que tu l entends le murmure Le murmure assourdissant et permanent qui me souffle à l oreille Flora Combettes suite Collège Lycée Henri IV Donner sa chance à tous Lycée HENRI IV 1 rue Ignace Brunel BP 4248 34544 Béziers cedex 04 67 49 10

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie50/4539224 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie 7 - Lycee Henri IV
    chance et le plaisir qu il a pris à pouvoir se rendre au ciné club à l école et même par la suite à pouvoir l animer Puis Denis Dercourt aborde le sujet de la réalisation de La tourneuse NDLR La Tourneuse de pages 2004 en étant toujours très soucieux de capter nos regards et de nous intéresser à son récit à défaut de quoi il adapte sa présentation à notre moindre vigilance à son égard ce qui nous vous l assurons reste rare et même quasi inexistant en réalité Tu deviens femme quand tu filmes les femmes nous avouera Denis avec une sensibilité qui n a pas peur de se dévoiler au sujet de l oeuvre Il nous parlera non seulement de la réalisation dudit film mais aussi de ses retombées celui ci étant son plus grand succès commercial Un script doctor très connu aux Etats Unis a cité la tourneuse nous lancera t il avec un rire d enfant amusé puis mimant une fierté incommensurable Très habilement il en profitera pour nous parler de l ouverture d esprit et à l intérêt des Etats Unis quant au genre de film auquel s apparente La tourneuse Cela car ce n est encore que peu développé là bas Seulement ce succès là ne serait pas venu sans l inspiration Et l inspiration ne se serait pas posée sur une feuille sans la technique Car comme nous pouvons le rappeler l écriture c est très sérieusement super dur Le secret de la technique il nous le livrera lui même tel un enfant qui nous révèle sa malice Cela est très simple cela consiste en ce que l inspiration ce soit la montre et que l endroit fétiche tel un gri gri pour qu elle germe ce soit Le McDo Celui ci a d ailleurs précise t il d une contenance très sérieuse acheté sa maison près du McDo Allonger sur le papier ses propres idées nous n en doutons pas cela se fait évidement seul Un scénariste est il alors fatalement un être qui s isole On est seul au cinéma annonce Denis mi sérieux mi amusé plus seul que dans toutes les autres disciplines qu il a pu jadis pratiquer En effet si celui ci écrit ses propres scénarios il lui arrive aussi de monter ses films comme pour La Chair de ma Chair 2012 et de les mettre en scène en les réalisant Cela donne à la création qui en découle le sentiment de la posséder Et en ce sens que cela est le bébé de son créateur En réalité il n en est rien Comme le précise le réalisateur avec le souci constant d exprimer son recul fort de l expérience qui le précède déjà et de façon limpide on a l idée mais on n existe pas Le scénario est notre bébé mais comme la réalisation est le métier de l ombre En effet le scénario ne fait qu impulser en quelque sorte un projet qui va

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie-7/4201325 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • musique_actu2 - Lycee Henri IV
    utiliser ensemble La journée s est parfaitement déroulée et les élèves vont plancher sur une exposition à propos de cette découverte Collège Lycée Henri IV Donner sa chance à tous Lycée HENRI IV 1 rue Ignace Brunel BP 4248 34544 Béziers cedex 04 67 49 10 46 Lycee Henri IV Beziers Vie scolaire Activites culturelles Aéronautique Cine club Cinématographie Ecole du spectateur Jeux de stratégie Musique SortieOuest Maris Aux Chapiteaux

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/musiqueactu2/4535970 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • SortieOuest_janv_2014 - Lycee Henri IV
    Mais le reste du temps on rit de bon coeur des grimaces invraisemblables et des exagérations de jeu de l acteur D abord quand il explique à ses comédiens qu il faut impérativement garder le tempo tempo tempo en tapant la tranche d une main dans la paume de l autre Le jeu du metteur en scène survolté et cette répétition récurrente dans la pièce déclenchent invariablement le rire du public Un autre grand fou rire quand il imite les 3 sorcières il en arrive à métamorphoser son visage de telle façon qu il est impossible de ne pas rire D autant plus qu il s agit toujours du metteur en scène qui commente la pièce à ses acteurs Ce comique de situtation accentue ici le comique clownesque Le moment de rire qui m a aussi époustouflée scotchée dirais je c est lorsque le metteur en scène explique le passage où les chevaux de Duncan se sont enfuis et s entre dévorent Je n ai jamais vu un homme tant ressembler à un cheval qui s excite s ébroue frappe du sabot arque son encolure hennit et toutes dents en avant dévore l autre animal Grandiose Lors de cette soirée vous l avez compris j ai beaucoup ri J ai ri de cette exagération de l envers du décor de cette sorte d auto critique et d auto dérision du monde du théâtre Mais j ai aussi appris Je ne connaissais pas cette pièce de Shakespeare et je n ai eu aucun mal à suivre l histoire De même la façon dont elle est revisitée m a permis de cerner l essence de cette pièce Une surprise la pièce s arrête à la fin du commentaire de l acte IV j ai eu envie de dire et l acte V

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/sortieouestjanv2014/4425035 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_40 - Lycee Henri IV
    rythme de vie qui ne mène qu à des problèmes Sont ils réellement libres Selon Spinoza la liberté n est qu à celui qui de son entier consentement vit sous la conduite de la raison C est à dire que pour être complètement libre l homme doit agir de façon utile pour lui même en suivant de lui même les indications de la raison raisonner c est juger comprendre les choses et leurs relations de cause à effet prévoir ce qui va être vraiment utile à son propre intérêt Alors d après cette redéfinition de la liberté qui à l air en effet d être plus juste car remarquons que selon la définition de la liberté comme absence de toute contrainte personne n est libre car aucun être humain ne peut échapper totalement aux contraintes Évaluer la liberté en fonction de la quantité de contrainte serait stupide puisque il y a un nombre incalculable de contraintes auxquelles les hommes sont soumis à commencer déjà par le fait d être né En effet Pat et Madjid les deux protagonistes principaux du film ne sont en réalité pas libres puisque suite à une succession de mauvais choix ils se retrouvent mêlés avec les forces de l ordre Un soir Madjid se saoule pour une peine d amour ivre il part avec ses amis au volant d une voiture volée pour Deauville Ils se font arrêter par la police au petit matin Madjid se laisse prendre sans résistance tandis que les autres s échappent mais son fidèle ami Pat lui montre sa solidarité presque fraternelle en se rendant à la police S ils avaient agi de leur entier consentement sous la conduite de la raison celle qui indique ce qui est le plus utile pour eux à faire cela aurait permis aux protagonistes

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie40/4538743 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_47 - Lycee Henri IV
    pour que la caméra se fixe quelques secondes sur elle L homme redevient l objet d un plan rapproché pour lui faire garder un peu d importance à lui même et à ses paroles Puis la caméra filme en plan rapproché la femme qui revient sur ce même plan séquence à la situation de face à face L homme est encore filmé en rapproché pour montrer son regard se baisser vers la chaînette de Phyllis qui répond à la question de Walter en plan rapproché La caméra après un autre plan rapproché filme le face à face de profil en demi ensemble Puis la femme se lève passe devant Walter qui se lève à son tour et la caméra se rapproche des personnages filmés de dos très proches l un de l autre esquissant un hypothétique couple Suit une succession de plans rapprochés entre deux points de vue l homme de quart et la femme de trois quart et l homme de face et la femme de dos Après le couple se sépare quand l Homme tourne le dos et devient l objet exclusif de la caméra en plan taille ou américain qui le suit avant que la femme rentre dans le cadre de dos pour reformer ce couple imaginaire qui semble se confirmer quand ils marchent dos à la caméra côte à côte se touchant brièvement Sur le même plan séquence l homme qui sort produit une ombre qui se confond avec le corps de la femme Apothèose cinématographique le fondu qui suit montre la femme petite en plan original regardant en direction de l homme au volant de sa voiture toujours souriant regardant pour une fois face caméra Le port de l angoisse Le premier plan est de demi ensemble qui a la particularité de faire entrer les deux personnages d abord le capitaine et son compagnon qui va rentrer dans sa chambre et la femme qui sort de la sienne Les deux regardent dans la direction opposée à l autre conséquence du placement de leurs chambres La caméra se focalise alors sur l homme qui va au fond de sa chambre et qui est filmé de profil puis de dos et erreur de l acteur ou réelle intention artistique ou simple mystère du cinéaste l homme se retourne une seconde avant la demande de la femme Suit alors un plan de demi ensemble avec l Homme au premier plan filmé de quart et la femme à l arrière plan s appuyant sur l encadrement de la porte une cigarette au bec Moment célèbre du cinéma quand Humphrey Bogart lance un paquet d allumettes à Lauren Bacall qui sera même une référence dans Thank you for smoking d Alain Resnais S ensuit alors une succession de plans rapprochés dans laquelle intervient un médiateur le personnage accompagnant le capitaine Alors que le capitaine se serrant la taille et semble intrigué embarrassé la femme malicieuse à la voix grave semble confiante Elle le regarde dans les yeux mais lui semble

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie47/4538868 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_31 - Lycee Henri IV
    doux son du sanglot Un être tourmenté par l amour impossible Qui ne cesse d aimer ce fantôme inaudible O toi dame qui repose en silence Entends mon instrument et éveille tes sens Je suis dans l espérance d entendre enfin ta voix Tout au fond de mon être oui elle résonnera Je me souviens encore de ton regard intense Qui a fait chavirer mon cœur dans la souffrance Car j attends ton amour voilà ma religion Te faire une place dans ma vie voilà mes sentiments Je joue sur ce piano et sur ses touches noires J alourdis ma cadence et suis le roi de l art La valse des notes voilà l apothéose Comme seule arme un piano voilà bien peu de chose Emporté par l ivresse je joue à vive allure Tandis que notre amour s efface et me torture La mort s élance telle une ombre dans le murmure infini Je l entends dans la pénombre elle se glisse dans la nuit Au bout de ce long couloir je vais rejoindre ma dame Je fuis vers un monde meilleur C était la Mélodie de l Âme suite Collège Lycée Henri IV Donner sa chance à tous

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie31/4432863 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_28 - Lycee Henri IV
    Henri IV pour rencontrer des élèves de 1ere et de Terminale L Une élève de 1ere s est interrogée à savoir comment l inspiration lui venait Elle vient n importe où Je pense qu il est nécessaire de laisser venir à nous les choses Puis il nous a expliqué que lors de son film J attends quelqu un il fut impressionné par le jeu d actrice d Emmanuelle Devos Il s était fait la promesse d écrire un rôle sur mesure pour elle c est donc ce qu il a fait avec ce film Le Temps de l aventure On remarque que la plupart de ses films sont joués par des femmes selon lui c est comme une bonne planque il peut ainsi se dévoiler sans que le spectateur y voit une biographie D ailleurs il le fait sans réellement s en rendre compte comme pour le thème récurrent du passage de l enfance à l âge adulte Il a eu l idée de ce film instantanément en voulant filmer la naissance d un désir d un sentiment en l espace d une journée Ce qui réduit l actrice à un court instant loin de chez elle pressée et donc dans l urgence Ce qui donne à ce film un certain réalisme De temps en temps nous avons un plan d une horloge pour nous recentrer sur le temps De plus il nous a fait part qu il appréciait filmer dans des lieux publics comme le métro dans ce film la fête de la musique dans les rues de la capitale Petite anecdote pour ce film aucune demande de droit à l image n a été délivrée Lors de l échange Jérôme Bonnell nous a fait remarquer qu en réalité nous ne savions pas grand chose des personnages Nous venons piquer un instant de leur intimité une seule et unique journée extraite de leur vie sans connaitre ni leur passé ni le futur Sans argent ni téléphone l actrice est alors perdue mais cela fût une volonté du réalisateur de supprimer tout ce qui pourrait la rattacher à son quotidien Ainsi elle peut se livrer à des rêveries telles qu une rencontre fortuite qu elle n aurait jamais osé laisser éclore s il y avait eu cet emprisonnement dû à ses repères C est une parenthèse dans sa vie où elle n a qu à se livrer à son obsession qui est l inconnu Il nous a fait part qu il préférait ne dire que très peu de choses à l acteur avant de jouer la scène voire ne rien dire Il ne parle qu autour du scénario en général D ailleurs il ne met aucune didascalie Ils ne font aucune répétition ainsi il trouve que la prise est parfois meilleure que ce qu il s imaginait Si bien que j attends toujours d être surpris sur un plateau de découvrir ce que je n avais pas imaginé En ce sens Emmanuelle m a littéralement comblé J ai remarqué que

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie28/4425073 (2015-01-23)
    Open archived version from archive



  •