archive-fr.com » FR » H » HENRIIV.FR

Total: 193

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Cinématographie_34 - Lycee Henri IV
    Son corps suit un son que j imagine vif et enlevé La petite fille complètement absorbée par sa musique ne se sent pas épiée Et pourtant je lui vole ce moment d abandon dans la musique où ce qu elle exprime là n appartient qu à elle seule Maelle Dutour Le tourment d Hadès Je m en allais rongée de l intérieur sans toi Je m en allais fuyant au loin sans foi ni loi Je m en allais volant par la brume affreuse Je m en allais échappant à cette faucheuse Elle a sorti chacune de ses griffes pointues Elle a désormais entre ses mains dévêtues Ma mère dans son cercueil rongée par les vers Ma mère m appelle déjà à travers l univers Je retourne à ma besogne sans me retourner Je me sens comme Meursault Albert Camus rêvé L étranger c est à présent moi loin d être héros L étranger étrangement se colle à ma peau Aujourd hui maman est morte Marie Hacquemand suite Collège Lycée Henri IV Donner sa chance à tous Lycée HENRI IV 1 rue Ignace Brunel BP 4248 34544 Béziers cedex 04 67 49 10 46 Lycee Henri IV Beziers Vie scolaire

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie34/4432867 (2015-01-23)
    Open archived version from archive


  • Cinématographie_18_2013 - Lycee Henri IV
    plus beau encore de comprendre pourquoi on aime Cela m a marquée j essaie maintenant de comprendre Pourquoi cette image me touche À quoi me ramènent ces sons Cette scène me parle t elle à cause de la lumière En effet ce lien nouveau établi donne une nouvelle dimension au film il n est plus tout à fait un film il évoque des souvenirs ou des ressentiments il fait surgir en moi des couleurs ou des idées Je retiendrai donc une rencontre humaine qui a porté mon regard sur la poésie des images qu on regarde parfois passivement et c est bien dommage Elisa Cordesse TL1 Dites Monsieur Vous voyez beaucoup de films Rencontre avec Pascal Mérigeau Ce samedi deux tempêtes frappèrent Pézenas L une de vent l autre de culture cnématographique Pascal Mérigeau figure emblématique de la critique journalistique nous a fait entrer dans les coulisses de son monde Il y a environ quinze films qui sortent par semaine C est autour d une table au détour de rencontres que l on apprend Un homme dont l humeur égale la sagesse nous a permis de désidéaliser le off du cinéma A l instar de Denis Dercourt les informations que

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie182013/4230593 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie 10 - Lycee Henri IV
    allant jusqu à ne jamais leur adresser la parole ou ne serait ce qu un regard Monsieur D est drôle et charismatique Bref je suis sous le charme J ai trouvé gentil qu il nous donne des conseils de vie et plus particulièrement pour nos ambitions d artistes de ne pas abandonner nos passions nos envies sous l influence des autres car la petite voix mène toujours quelque part Voici quelques une de ces paroles Quand vous produisez mettez votre esprit d auto critique de côté laissez parler le coté créatif Faire Vite Vite Mal mais vite J ai travaillé avec Richard Berry Ce mec est pire que DSK Je suis un manipulateur plaisante t il en référence à son métier de réalisateur J avais le besoin de créer J ai fait mon saucisson dans mon coin Je ne pensais pas ce samedi matin que cette rencontre allait m apporter autant car elle m a redonné confiance en moi par rapport à mes choix d orientation professionnelle Je ne laisserai pas tomber le théâtre Ces deux heures sont passées extrêmement vite Notre rencontre avec Denis Dercourt était bien plus qu une interview c était un moment de partage J en suis ressortie très heureuse Merci à ceux qui m ont permis de le rencontrer Iris Godeau 1 ES L Nous avons eu la chance d avoir pu rencontrer le réalisateur Denis Dercourt pour des lycéens c est une chance inouïe C est ce que j ai vécu un samedi au parloir du Lycée C est une chose magnifique de pouvoir parler avec une personne du métier que tout le monde réve de faire Cela peut nous permettre de nous tourner vers une orientation que nous n osons pas trop envisager Car c est un métier exgienat et dur a supporter

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie-10/4203393 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_55 - Lycee Henri IV
    et son obsession d expier son passé de péchés On remarque le rôle du théâtre de Jean Racine qui allume les passions amoureuses des jeunes filles avec Iphigénie et les éteint avec Esther Les adolescentes sont alors comme dans une prison avec la morale chrétienne et le clergé comme barreaux et geôliers De nombreuses filles meurent de la tuberculose et de maladie dans un bâtiment peu adaptée et humide Alors que Lucie meure Anne essaye de s échapper de cette prison qu est devenue cette utopie et comme un symbole enfourche un cheval mais tourne en rond sans possiblité de sortir c est la scène finale Les acteurs sont excellents Isabelle Huppert dans son rôle de reine tourmentée Bernard Waver en abbé bigot Jean François Balmer en Jean Racine et les deux actrices jouant les deux adolescentes l une qui suit la morale de la reine Lucie et l autre qui se rebelle contre la Reine parfois violemment Anne Les élèves et professeurs ont le droit à une petite pause juste le temps de prendre l air dans le parc La leçon de Patricia Mazuy commence avec une comédie musicale de Jacques Demy Une chambre en ville film sur lequel Patricia Mazuy travaillait en tant que monteuse stagiaire L extrait présente une femme vêtue d un énorme et clinquant manteau de fourrure sous lequel elle est entièrement nue Elle vient de demander de l argent à son mari dans sa boutique tandis qu une grève a éclaté dans l usine voisine Tandis que la réalisatrice parle de la fourrure comme d un instrument de jeu un outil de jeu une femme d un certain âge intervient et pose cette question rhétorique qui pourrait se résumer à cela trouvez vous normal de parler devant des jeunes comme vous le faîtes S en suit une polémique entre la plupart du public qui soutient Patricia Mazuy et son langage et la femme qui a dû finir par s en aller En effet la réalisatrice a un langage familier parfois vulgaire mais pas ordurier Le deuxième extrait est une partie de Nouvelle vague de Jean Luc Godard une route de campagne un homme joué par Alain Delon se cache dans un arbre tandis qu une femme dans une voiture semble le chercher Cet extrait semble le support d une rencontre homme et femme Puis elle nous a donné à voir un de ses films Travolta et moi Elle trouve son film du moins cette partie lamentable et érige cet exemple comme ce qu il ne faut pas faire Une fan adolescente de Travolta est dans un bus s endort et fait un rêve et apparaît alors sur l écran un extrait entier de La fièvre du samedi soir film avec John Travolta un moment de danse disco Patricia Mazuy fait son autocritique en pointant une sorte de récitation des acteurs et le trop plein de plans Ensuite deux extraits de ses films s enchaînent D abord Sport de filles long métrage sur l équitation

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie55/4539297 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_44 - Lycee Henri IV
    formidablement bien toute la complexité du personnage Les deux personnages vont fusionner et s allier découvrant un même instinct de domination voire de cruauté Toute la mise en scène est élaborée autour de Carla Le handicap de Carla a été mis dans un contexte en rapport aux lèvres entre la sensualité l amour la passion le désir le jeu Elle put jouer de ce handicap voir que grâce à lui elle pouvait développer des capacités étrangères aux autres comme lire sur les lèvres et devenir une espionne imparable De cette façon le réalisateur a joué sur les images les sons la sensualité pour obtenir un résultat émouvant ce qui rendait le film plus captivant Le déroulement des images était souvent sensuel avec un plan sur une bouche une main un regard ou le suivi inattendu d un geste qui peut surprendre La caméra nous porte dans un milieu à la fois poétique et sensuel La bande son ne pouvait que s intégrer au jeu du désir constant et grandissant Un tout maîtrisé qui donne du sens et magnifie cette histoire On ne pouvait que s attacher à ces personnages et au cours de leur histoire si humaine Une évolution en harmonie avec le jeu des acteurs et l histoire dramatique En continuant sur la portée du désir dans ce film il est évident que Carla se rattache à cela pour avancer Dès le début des scènes nous la présente nue face à son miroir reflet de son espérance d être attirante Avec le temps elle ose se démarquer s habiller sortir parler Elle troublera même son fidèle complice On parla du désir et on comprit que c était ce qui les poussait à faire ça ensemble à vouloir dépasser cette solitude et cette tristesse dans leur vie paraissant si désavantagée

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie44/4538747 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_35 - Lycee Henri IV
    et il atteint la fin ainsi meurt le messager des muses Le pianiste comme les autres cesse d être artiste pour mourir comme un Homme certains prennent alors le flambeau éclairent le siècle de leur génie et s éteignent en misérable dans la déchéance mais toujours pensent à laisser le feu de leur inspiration Silvere Gaudin suite Collège Lycée Henri IV Donner sa chance à tous Lycée HENRI IV 1

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie35/4433482 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_19_2013 - Lycee Henri IV
    aiguille qui s enfonce dans la veine du bras et reste pendant de longues minutes Horrible Le film à sa sortie en 1971 a été interdit aux moins de 18 ans car jugée susceptible d inciter les jeunes à se droguer Je peux vous assurer que ça ne donne pas envie de se piquer ou de consommer d autres drogues Les shoots filmés en gros plan et la scène de l overdose de Bobby sont très marquantes En début d après midi nous avons rencontré Pascal Mérigeau C est intéressant de parler avec des personnes passionnées qui ont envie de partager avec nous leur expérience Pascal Mérigeau nous a raconté son parcours nous a expliqué en quoi consiste le travail d un critique de cinéma Comment regarder un film En fait le critique ne regarde pas le film et ne ressent pas seulement les émotions il analyse les procédés de cadrage contrastes de lumière dialogues pour identifier l origine des émotions ressenties Un critique ne doit pas tenir compte de la réputation du réalisateur ou du film qu il visionne il doit se concentrer sur les images un film n a qu une voix elle se manifeste sur l écran pas dans les journaux Nous mêmes si nous devions faire la critique d un film quand nous le regarderons analyserons nous essaierons d oublier la publicité faite autour de celui ci Pas facile nous sommes pour la plupart facilement influençables ne serait ce que par l avis de nos proches Évidement pour un critique c est toujours plus facile de suivre le courant ou faire l éloge d un cinéaste pour s en attirer la sympathie D ailleurs Pascal Mérigeau reste sincère même quand il s agit de faire la critique de ces amis A propos de la rédaction du

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie192013/4230998 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie 10 bis - Lycee Henri IV
    écriture c est dur Valeur du travail insufflée Denis Dercourt enchaîne sur son parcours On apprend alors qu il faut travailler essayer rater pour combler la vacuité Qui aurait cru qu une montre et le Mac Donald s pouvaient avoir un lien de complémentarité Une rencontre enrichissante Clément Taupin TL1 retour Collège Lycée Henri IV Donner sa chance à tous Lycée HENRI IV 1 rue Ignace Brunel BP 4248 34544

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie-10-bis/4231607 (2015-01-23)
    Open archived version from archive



  •