archive-fr.com » FR » H » HENRIIV.FR

Total: 193

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Cinématographie_56 - Lycee Henri IV
    après midi deux films s offrent à eux La dérive de Paula Delsol ou Le plein de super d Alain Cavalier La très grande majorité choisit le second film moins iconoclaste que Pater C est un road movie une rencontre entre quatre personnages masculins qui se lient peu à peu d amitié Alain Cavalier fait rire par exemple avec la scène où l employé l un des quatre homme drogué se moque de son client à qui il doit rapporter sa voiture de luxe Le rire esquisse un crochet vers les larmes quand on voit un personnage face contre terre sur les rochers de la garrigue en dessous d un pont les trois autres pensent au pire mais le faux suicidé se relève tout sourire ravi d avoir fait peur à ses compagnons La musique donne au film un côté envoûtant un souffle et un rythme supplémentaire qui profite à l émotion de la fin quand le spectateur admire l amitié naissante Le film est délirant et ubuesque un chef d œuvre Les élèves repartent dans leur bus des images et des sons plein la tête il fait beau et des relations se nouent Maintenant il est temps d écrire Maelle Dutour Rencontre avec Yasine Qnia 9h15 Salle Charles Trénet Nous nous sommes tous levés pour ce premier officiel du festival de Perpignan C est avec bonheur que nous nous sommes installés dans cette salle ne sachant pas ce que nous allions voir Mais c est avec étonnement que nous avons découvert cette vision des banlieues parisiennes une vision novatrice car le réalisateur parle de cette vie tel un calque sur un dessin Il ne la valorise pas ni la présente d une manière pessimiste Mais avec ce qui fait que ces banlieues sont comme elles sont il n y

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie56/4539298 (2015-01-23)
    Open archived version from archive


  • Cinématographie_51 - Lycee Henri IV
    des œuvres sont collectives On a tendance à l oublier mais derrière le réalisateur il y les assistants les monteurs les cadreurs bref toutes les petites mains qui défilent à la fin du film au générique que peu de personnes regardent C est le réalisateur qui donne sa griffe au film sa sensibilité Pour être qualifié d artiste au cinéma en plus d avoir une formation cinématographique de qualité plans mouvements de la caméra il semble qu il faut aussi avoir une certaine sensibilité qui nous est propre et qui nous fasse donner du sens à notre image du contenu à notre film Le réalisateur doit concevoir le film lui donner le sens qu il entend le modeler pour lui donner une forme et un contenu qui a un profond rapport subjectif et éventuellement affectif avec lui même C est d ailleurs ce que fait Jacques Doillon ce cinéaste qui adore écrire mais seul ainsi au moment du tournage il a décidé comment filmer comment jouer L œuvre d art est une marque qui suggère de manière plus ou moins subtile l état d esprit et le but du réalisateur Attention si le réalisateur a un but ce but n est pas le but qu on entend la finalité une fin utilitaire mais un but artistique éloigné de la nécessité Le cinéaste veut montrer par exemple Patricia Mazuy veut montrer à travers son film comment une utopie comme Saint Cyr à ses débuts a pu devenir une prison à cause de la reine de plus en plus bigote Le cinéaste veut donner à réfléchir à émouvoir à choquer à rire au spectateur Il crée une œuvre nécessairement nouvelle il est le créateur d une nouveauté mais celle ci n est pas nouveauté quand il y a plagiat On pourrait réfléchir aux films aux remakes qui s inspire d un film sortie quelques années plus tôt Les Américains sont les champions du remake ils ont piqué les idées des films originaux parfois français pour en faire une œuvre d art Lol Un dîner de cons Mais est ce encore de l art de la culture Bien sûr que non c est de l économie maquillé en art Car ils les remakes rompent l unicité de l œuvre d art le souci de réflexion autant de l artiste que du spectateur Pour résumer ce qui fait que le festival de Perpignan est une expérience artistique c est que nous élèves soyons venu voir des œuvres d art Des œuvres tournées par des artistes avec leur propre sensibilité leur propre subjectivité leur propre point de vue dans un but gratuit purement culturel Aller au cinéma et en faire n est pas nécessaire à la vie humaine mais elle fait partie de notre culture Le cinéma ne sert à rien c est un art le septième qui n a qu une seule utilité c est avec tous les autres arts et la culture toute entière de nous garder humains Le réalisateur cet artiste veut

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie51/4539293 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_36 - Lycee Henri IV
    pouvez vous demander si je suis toujours moi Et je serais tentée de vous répondre que non devant vous je deviens actrice et être actrice n est ce pas jouer un rôle par sa définition Or je suis forcé d intégrer dans mon personnage un soupçon de ma vie Je joue la mélancolie grâce à mes propres souvenirs de ma jeunesse et la joie grâce au souvenir d un gâteau apporté par ma tante pour mon anniversaire Mais c est ma voix qui résonne dans ce théâtre c est mes bras qui s élancent dans l air et c est mes jambes qui tapent sur cette scène Le rideau se lève je peux détecter vos yeux qui scrutent le moindre mouvement et moi je tente de distinguer vos moindres réactions Je vie ce moment l instant présent qui me porte au delà du quotidien de ma vie Je vie cette passion par procuration la passion est une drogue qui du fond de notre désespoir nous élève à l exaltation ultime Marie Hacquemand retour Collège Lycée Henri IV Donner sa chance à tous Lycée HENRI IV 1 rue Ignace Brunel BP 4248 34544 Béziers cedex 04 67 49 10 46 Lycee

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie36/4536407 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_20_2013 - Lycee Henri IV
    de la vie qu elle avait perdu Mais voilà le nouveau couple habite dans le quartier de Needle Park véritable plaque tournante du commerce de l héroïne D abord on peut s arrêter sur le titre Panique à Needle Park le mot panique n est pas exactement utilisé là dans le sens d une peur collective générale et intense mais le mot dans le jargon de la drogue exprime l état dans lequel se trouvent les junkies qui n ont pas leur dose à cause d une saisie de police Jerry Schatzberg filme presque à la manière d un documentaire leur histoire par exemple quand Bobby veut s échapper d un immeuble fuyant la police la caméra le suit avec des mouvements brusques instables comme l instabilité du moment où Bobby drogué cherche une solution pour se sortir de ce guêpier Le réalisateur n épargne rien au spectateur en filmant de façon crue le moment où Bobby se pique ou quand toute sa bande de junkies se mettent de la dope dans le bras On voit les traces de la seringue la drogue frétillante prête à être utilisée Le long métrage ne nous encourage pas à prendre de la drogue bien au contraire Il montre aussi la quasi impossibilité de sortir du piège de la drogue Attention ce n est pas un film moralisateur qui dit que la drogue c est pas bien et c est mieux sans bien sûr au fond ça le suggère mais cela est tourné d un manière objective sans bande musicale sans chansons émouvantes ou joyeuses pour influencer le spectateur cela rajoute de la gravité au film un ton pesant La drogue ce n est pas comme à Woodstock les cheveux dans le vent les corps serrés les uns contre les autres avec les rires

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie202013/4240043 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_57 - Lycee Henri IV
    voiture Majid découvre que Chantal fait le trottoir S il ne révèle rien à Pat le choc est trop fort il se saoule Ivre il part avec ses copains au volant d une voiture volée pour Deauville Au petit matin les gendarmes viennent les arrêter sur la plage S ils se sauvent Majid reste et n offre aucune résistance Par solidarité et amitié Pat fait signe à la fourgonnette de s arrêter Kader Boukhanef acteur francais né en 1965 à Paris A été découvert en 1985 dans le film Le Thé au harem d Archimède réalisé par Medhi Charef et nommé aux César dans la catégorie meilleur jeune espoir masculin en 1986 Il a tenu le rôle titre dans la série du Lyonnais de 1989 à 1992 et plusieurs rôles au cinéma et à la télévision En 2007 il interprète un des deux rôles principaux dans L Autre Moitié de Rolando Colla ce qui lui vaut un prix d interprétation masculine conjoint avec son partenaire Abel Jafri au Festival international du film d Amiens En 2013 il joue le rôle de Walid dans quelques dizaines d épisodes de la neuvième saison de Plus belle la vie Rémi Martin est un acteur français né à Fougère en 1965 Il est principalement connu pour son rôle du Chevalier Bayard dans Sans peur et sans reproche Costa Garvas Réalisant à quel point ce film peut être autobiographique pour Medhi Charef il lui donne la réalisation Le Thé au harem d Archimède est une adaptation très fidèle du roman chaque réplique du film étant déjà contenue dans un roman mûrement réfléchi Les titres du roman et du film constituent un jeu de mots sur l expression théorème d Archimède expliqué dans le film dans une scène analeptique filmée en noir et blanc Dans la classe de collège de Majid et Pat un certain Balou orthographie de façon fantaisiste cette notion de physique le té au arem d archimed Cette scène est la transposition d un véritable souvenir d école de Mehdi Charef un élève de sa classe avait cru entendre le professeur prononcer les mots thé au harem d Archi Ahmed expression utilisée telle quelle pour le titre de son roman Mais prêtant à confusion en pouvant laisser croire que ce Archi Ahmed était l auteur du livre le titre est contracté pour la version cinématographique Le Thé au harem d Archimède montre ainsi le fossé des générations entre des parents algériens émigrés qui vivent encore dans le mythe d un retour au pays et leurs enfants qui ont grandi en France et essaient tant bien que mal de s inscrire dans le société française Deux mondes séparés notamment par des univers musicaux différents alors que Madjid joue au flipper avec ses copains sur le tube des années 80 Words don t come easy to me son père vit encore au son des instruments orientaux dans le bar où son fils vient le chercher Avec si peu de souvenirs de son Algérie natale qui

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie57/4539299 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_52 - Lycee Henri IV
    cinéma Ce désir de cinéma ce n est pas un désir d être connu mais de pouvoir produire Mais les désirs de chaque personnage sont différents le jeune réalisateur veut produire avec un style art et essai mais ses amis de cité veulent faire du cinéma pour être connus et non pour le plaisir de produire une oeuvre On peut voir son désir brisé lors de la scène où il regarde les enregistrements que ses amis ont faits en son absence où ils se moquent de lui avec mauvais goût Son envie d être réalisateur s effondre il perd toute confiance en lui et jette sa caméra Maeva Ou Rabah Le plein de super Visionné le samedi 12 avril 2014 au festival de cinéma Confrontation à Perpignan j ai trouvé que ce film pouvait être relié à plusieurs notions de notre programme de philosophie tel que la liberté autrui et le désir Le film de Alain Cavalier Le plein de super 1976 qui met en scène quatre jeunes hommes qui ont entre 20 à 30 ans nous montre clairement le sentiment de liberté que ressentent les protagonistes malgré les quelques soucis qu ils rencontrent sur la route En effet ce road trip qui dure de Paris jusqu à Aix en Provence est une expérience toute nouvelle pour ces hommes qui ne se connaissent pas en réalité ce sont deux groupes de deux amis Tous ont une motivation différente de vouloir descendre dans le sud mais nous pouvons voir qu ils ne pourraient pas aller bien loin les uns sans les autres et nous retrouvons là la notion d autrui La dernière notion est le désir Bien que les quatre hommes aient tous des motivations différentes et que le conducteur doive se rendre dans le sud de la France uniquement pour

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie52/4539294 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_21_2013 - Lycee Henri IV
    journal ainsi il garantit son indépendance mais aussi sa tranquillité Son papier ira directement à l imprimerie sans être relu il aura donc la pleine liberté de s exprimer Vous pouvez encore aujourd hui lire ses articles sur les films sortant le mercredi Pascal Mérigeau nous a bien indiqué que son bagage culturel provenait du fait qu il allait beaucoup au cinéma et ainsi on voit les grands classiques les petits navets on devient critique on aime on déteste on accueille favorablement ou on vilipende Le critique tout comme le spectateur sait qu il doit uniquement se concentrer sur l écran il doit être seul face à l écran sans se soucier du nom du réalisateur d un acteur qu il a aimé dans un précédent film Il lui arrive même de prendre des notes durant les projections Notre critique nous a dit qu il se méfiait du matraquage médiatique qui portait au pinacle des films qui ne le méritaient pas Mais il y avait aussi les films bons très bons qui avaient un succès critique mais pas un succès populaire ou commercial Bien sûr dans une liste de questions longue de plusieurs pages j ai bien posé une question sur les goûts de notre critique et sur ses réalisateurs et je n ai pas été le seul Quel est votre film préféré ai je commencé Oh je n en ai pas les films que j aime sont trop nombreux Et le film que vous détestez Ah c est un peu pareil mais j en ai un dans la tête c est désert rouge tout le monde avait dit que c était bien mais moi j ai trouvé ça ennuyeux Alors j ai posé une question sur Lincoln film qu on avait vu le lundi précédent avec toutes notre classe Oh vous savez ce qu il y a de touchant avec Spielberg c est qu il se réclame des grands réalisateurs américains comme John Ford ou d autres mais qu il arrive jamais à faire des films à leurs niveaux Enfin oui Lincoln fait partie de ses meilleurs films On a continué sur notre élan et il nous a raconté une anecdote sur Stanley Kubrick réalisateur d Orange Mécanique ou de Full Metal Jacket Ce dernier voulait faire un film sur l holocauste mais son assistant a objecté en mettant en avant le fait que Spielberg avait déjà fait un film dessus la liste de Schindler Mais en vérité d après notre critique il n a pas montré les six millions de morts de la Shoah mais six cent survivants de cette catastrophe Même s il a montré les cheminées d Auschwitz Ensuite ça a été au tour de Tarantino Quentin Tarantino Kill Bill Pulp Fiction S il a fustigé Inglourious Basterds film sur une bande de soldats un brin violent qui pourchassent les nazis au cœur de l Europe pendant la deuxième guerre mondiale il a plutôt apprécié Django Unchained long métrage plus de deux heures parlant d un

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie212013/4240044 (2015-01-23)
    Open archived version from archive

  • Cinématographie_58 - Lycee Henri IV
    capables de retourner le racisme à leur avantage Le regard bienveillant de Mehdi Charef sur ses personnages a tendance à obliger le spectateur à les excuser et à les comprendre en toutes circonstances sans aucune distance critique possible Mais cette recherche d empathie inconditionnelle s explique par l inspiration autobiographique du film Chez Charef l espace de la cité est montré aussi bien comme un lieu de refuge pour les jeunes délinquants qui en connaissent les moindres recoins et parviennent ainsi à semer leurs poursuivants que comme un lieu d enfermement mental pour Josette qui tente de se jeter d un balcon ou pour Malika qui regrette son pays et s évade par la prière Le recours à un jeune duo archétypal comme figures centrales du récit permet de souligner le malaise né d un sentiment de marginalité J ai pu voir ce film au festival Confrontation 50 j ai été marqué par ce film qui représente réellement une décennie ce film retrace de l histoire sociologique C est grâce à des films comme celui là que les choses peuvent changer Et cette amitié entre Majid et Pat est extraordinaire Même rejetés eux ne changent pas entre eux et savent

    Original URL path: http://www.henriiv.fr/cinematographie58/4539300 (2015-01-23)
    Open archived version from archive



  •