archive-fr.com » FR » H » HOPITAL-MARMOTTAN.FR

Total: 666

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Base bibliographique | Hôpital Marmottan
    de mémoire sur le rapport au corps des personnes toxicomanes Avez vous des ouvrages et ou articles qui traite de ce sujet Cordialement Clara Socquet étudiante éducatrice spécialisée Répondre Hôpital Marmottan Auteur de l article 20 novembre 2013 le 15 h 13 min Bonjour Voici quelques références bibliographiques pour étayer votre mémoire Image du corps alcoolique Barbara Smaniotto et al Alcoologie et addictologie tome 34 n 1 mars 2012 pp 45 54 Entre corps et psyché les addictions sous la direction de Dominique Cupa Sèvres Editions EDK 2010 La pertinence de l éducation somatique auprès des toxicomanes le corps vécu BOLSANELLO D Psychotropes Vol 11 n 1 2005 Du corps au sens les chemins de l addiction CAMPOS A P Revue Française de Psychanalyse 2004 68 N spécial Addiction et Dépendance 623 632 Corps et addictions P DESSEZ dans Avoir ou être un corps Journée d Etudes Groupe de Recherche Equilibres et déséquilibres psychosomatiques Université Lumière Lyon 2 7 décembre 2001 Lyon L Interdisciplinaire 2002 41 50 La toxicomanie du corps troué aux intrusions psychiques P HACHET Etudes Psychothérapiques 1997 15 119 127 Modification de l image du corps et évolution de la dépendance psychique chez les toxicomanes A M PEZOUS P AUBY GENCE S L SCHMITT MORON P Annales Médico Psychologiques 1996 154 1 57 59 Le moi peau D Anzieu Paris Dunod 1995 Du corps fantôme à la reconnaissance du corps malade BOUBILLEY D dans Toxicomanie et condition humaine 1993 Corps et dépendance J L PEDINIELLI dans Dépendance et conduites de dépendance 25 26 mars 1993 Lille Corps et addiction J L VENISSE M SANCHEZ CARDENAS R P EMERY Annales de Psychiatrie 1992 7 1 14 17 Le corps du toxicomane CHARLES NICOLAS A dans Le toxicomane et son corps cahier n 15 Institut des sciences psycho sociales

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?page_id=111&replytocom=412 (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Base bibliographique | Hôpital Marmottan
    de mémoire sur le rapport au corps des personnes toxicomanes Avez vous des ouvrages et ou articles qui traite de ce sujet Cordialement Clara Socquet étudiante éducatrice spécialisée Répondre Hôpital Marmottan Auteur de l article 20 novembre 2013 le 15 h 13 min Bonjour Voici quelques références bibliographiques pour étayer votre mémoire Image du corps alcoolique Barbara Smaniotto et al Alcoologie et addictologie tome 34 n 1 mars 2012 pp 45 54 Entre corps et psyché les addictions sous la direction de Dominique Cupa Sèvres Editions EDK 2010 La pertinence de l éducation somatique auprès des toxicomanes le corps vécu BOLSANELLO D Psychotropes Vol 11 n 1 2005 Du corps au sens les chemins de l addiction CAMPOS A P Revue Française de Psychanalyse 2004 68 N spécial Addiction et Dépendance 623 632 Corps et addictions P DESSEZ dans Avoir ou être un corps Journée d Etudes Groupe de Recherche Equilibres et déséquilibres psychosomatiques Université Lumière Lyon 2 7 décembre 2001 Lyon L Interdisciplinaire 2002 41 50 La toxicomanie du corps troué aux intrusions psychiques P HACHET Etudes Psychothérapiques 1997 15 119 127 Modification de l image du corps et évolution de la dépendance psychique chez les toxicomanes A M PEZOUS P AUBY GENCE S L SCHMITT MORON P Annales Médico Psychologiques 1996 154 1 57 59 Le moi peau D Anzieu Paris Dunod 1995 Du corps fantôme à la reconnaissance du corps malade BOUBILLEY D dans Toxicomanie et condition humaine 1993 Corps et dépendance J L PEDINIELLI dans Dépendance et conduites de dépendance 25 26 mars 1993 Lille Corps et addiction J L VENISSE M SANCHEZ CARDENAS R P EMERY Annales de Psychiatrie 1992 7 1 14 17 Le corps du toxicomane CHARLES NICOLAS A dans Le toxicomane et son corps cahier n 15 Institut des sciences psycho sociales

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?page_id=111&replytocom=465 (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Définir l’addiction : questions épistémologiques, conséquences politiques | Hôpital Marmottan
    ou celui de la psychopathologie La guerre du bio contre le psycho sciences de la vie contre sciences humaines et sociales peut renvoyer à la distinction entre sciences dures et sciences molles selon une distinction venue de l informatique et de l opposition entre hardware matériel et software logiciel Mais l on voit bien que cette opposition est sous tendue par une distinction très ancienne mais toujours d actualité entre expliquer et comprendre entre une vision objective et une vision subjective du monde sinon entre le corps et l âme Lorsqu Harold Kalant pointe les limites d une approche réductionniste de plus en plus fine de l étude des mécanismes cérébraux pour expliquer l addiction il démontre qu à se limiter à cette approche nous risquons de nous éloigner de plus en plus de la réalité humaine d une addiction celle que rencontrent tous les jours les cliniciens Il en appelle à une prise de recul et à la mise en œuvre d approches intégratives transdisciplinaires qui puissent prendre acte des apports des sciences humaines et sociales non seulement les diverses psychologies mais l histoire la sociologie l anthropologie Sa réflexion est indéniablement fondée et souligne le besoin impérieux de dépasser les clivages disciplinaires de plus en plus importants chaque champ de recherche devient en effet si précis si spécialisé si pointu qu il faut imaginer des méta disciplines capables d intégrer l ensemble des recherches Ainsi pourrait on tendre vers de véritables visions trivariées d ordre bio psycho social On ne peut douter de l intérêt sinon de l urgence d un tel programme qui s approcherait de la complexité d un phénomène humain et social Ceci nécessitera bien des efforts pour dépasser les clivages ainsi que les hiérarchies souvent implicitement supposées entre les diverses sciences Mais cela pose un problème majeur dont il est difficile de dire s il est à court terme dépassable celui de la commensurabilité des diverses approches en jeu Pris dans sa relation singulière avec un patient le clinicien se construit souvent pour lui même des modèles compréhensifs ou explicatifs qui empruntent aux données de la biologie de la sociologie de la psychologie etc Mais il s agit d un bricolage qui ne résisterait pas à une critique épistémologique sérieuse il y entre des données issues de domaines très différents les unes relevant de la science les autres d approches de sens qui ne sont pas scientifiques au sens habituel du terme Et cette opposition entre approches scientifiques et approches de sens touche à ce qui est notre épistémologie de base celle qui nous permet d ordonner les différents existants de ce monde Rappelons par exemple que l anthropologue Philippe Descola définit notre monde occidental actuel comme naturaliste ce que contient notre ontologie de base est le fait que tous les existants tous les êtres quels qu ils soient ont la même physicalité mais une intériorité différente et singulière à chacun Nous admettons ainsi facilement être constitués des mêmes atomes et molécules que tous les autres animaux et même d objets mais nous sommes par ailleurs certains que notre esprit diffère de celui d une araignée ou d une chaise Ce peut être différent dans d autres cultures mais ainsi en est il dans la nôtre Or la science est ce qui s adresse au monde de la physicalité et les disciplines qui tentent de rendre compte de l intériorité qu il s agisse de branches de la philosophie phénoménologie herméneutique de psychologies subjectives de littérature etc ne sont pas assimilables dans la science Alors que les vieux dualismes âme corps hérités de Pythagore et Platon tendent à être dépassés dans les discours philosophiques nous en sommes encore réduits au quotidien à mettre en œuvre ce que l on peut appeler un dualisme méthodologique les modèles implicites que se construit un clinicien mélangent des éléments de sens de compréhension de l histoire singulière du patient et des données issues de la science qui orientent par exemple les choix médicamenteux La proposition d approches synthétiques larges et transdisciplinaires va donc se heurter au problème difficile de la non commensurabilité des deux types d approche scientifique d un côté approches de sens de l autre c est à dire au fait que les critères de validité des unes ne peuvent servir à juger les autres Le regard de santé publique La dimension de santé publique est celle qui donne aux addictions toute leur importance au niveau politique les milliers de morts prématurées dues à l alcool au tabac aux drogues au jeu sont les premières raisons pour lesquelles les addictions sont prises au sérieux par les pouvoirs publics Or ce regard s adresse à un objet qui n est manifestement pas le même que l addiction du clinicien ou celle du chercheur Il suffit d une ivresse unique pour qu un jeune se tue au volant il suffit d une expérience d injection pour contracter le sida ou l hépatite C il suffit de déraper quelques semaines dans le jeu pour être surendetté à vie la majorité des problèmes posés à la société ne relève pas de l addiction clinique au sens propre L objet du regard est donc ici bien plus vaste incluant tout ce qui est regroupé sous les termes d abus ou d usage nocif Bien des malentendus ou de faux consensus autour du terme addiction proviennent de la confusion entre la définition clinique et la définition de santé publique Et l addiction en tant qu objet de l addictologie constitue un objet encore plus vaste puisqu il va intégrer toutes les formes d usage au delà de l addiction de l abus ou de l usage nocif Si Pierre Fouquet définissait l alcoolisme comme perte de la liberté de s abstenir il définissait par contre l alcoologie comme l étude de l ensemble des relations entre les êtres humains et l alcool Cette approche n est pas inutile si l on veut peser les répercussions sociales d une pratique il faut définir les coûts en termes de maladie mais aussi d accidents de conséquences de l usage Mais il faut aussi tenir compte le cas échéant des bénéfices de cette pratique pour la société comme pour les individus Nous en venons donc à un schéma qui peut montrer les différents objets regroupés sous le terme d addiction Quel que soit l objet d addiction il va le plus souvent exister une partie de la population qui est concernée et une qui ne l est pas Dans le cas des drogues illicites la partie des consommateurs est minoritaire Pour l héroïne le triangle des consommateurs même les simples expérimentateurs serait très fin de l ordre de 1 de la population en France Elle peut être au contraire majoritaire dans le cas de conduites licites comme l alcool ou le jeu dans ce dernier cas près de 50 de la population adulte est concernée Parmi les expérimentateurs ou d une façon générale les consommateurs la grande majorité n a pas ou peu de problèmes contrairement à une représentation très répandue sur la drogue ceci est vrai même pour les drogues les plus dures et les plus interdites L étude NESARC nord américaine par exemple démontre qu une petite partie seulement des expérimentateurs d héroïne ou de cocaïne devient des utilisateurs réguliers et parmi eux une partie seulement devient dépendante La partie malade celle qui regroupe les patients potentiels des services d addictologie est donc toujours très limitée par rapport à l ensemble des usagers C est à juste titre qu un sociologue comme Howard Becker proteste contre la tendance à assimiler tous les consommateurs à des dépendants par exemple en recourant au terme de drogués pour désigner tous les utilisateurs de marijuana Il est illogique mais c est très souvent fait d utiliser en matière de drogues illicites comme indicateur principal le chiffre d expérimentateurs alors que dans le même temps pour les produits licites l indicateur le plus fréquent est le nombre de dépendants d addicts de malades ceci conduit à une dramatisation artificielle des problèmes de drogue et à une banalisation tout aussi artificielle des problèmes liés aux médicaments à l alcool au jeu aux aliments Mais il faut aussi souligner que pour la santé publique les problèmes pèsent plus lourdement que la maladie Comme nous l avons souligné plus haut il suffit d une ivresse au volant pour qu un jeune homme se tue avec ses amis sans jamais avoir été alcoolique ou drogué et les conséquences des abus ou des excès ponctuels pèsent très lourd pour toutes les addictions L abus ou l usage nocif sont donc très lourds de conséquences en termes de santé publique ou de coûts sociaux C est donc à juste titre pour de bonnes raisons que la définition de l addiction en santé publique vise un objet différent de l addiction clinique Il est aisé de voir que le terme addiction renvoie de fait à plusieurs objets très différents La clinique et la recherche scientifique sont certes deux regards différents qui visent un même objet c est la part malade des consommateurs qui d ailleurs est souvent porteuse de plusieurs addictions en même temps ou successivement Mais la santé publique y ajoute tous les dommages possiblement liés à l usage ce qui construit une addiction d un autre ordre Et l addiction comme objet de l addictologie constitue encore une troisième entité différente des deux autres qu elle englobe Nous avons vu que Pierre Fouquet définissait l alcoolisme comme la perte de la liberté de s abstenir Mais qu il définissait l alcoologie comme l étude de l ensemble des liens entre les êtres humains et l alcool Ceci doit inclure les études sur les usages normaux aproblématiques qui sont plus la règle que l exception pour toutes les addictions Il faut en effet si l on veut légiférer ou réguler prendre en compte les aspects positifs et mettre les risques en balance avec les bénéfices éventuels d une consommation ou d une conduite Ce schéma nous permet d illustrer les différents abords politiques existants en matière de contrôle de l addiction Une question politique La prohibition tend à limiter l usage au niveau de l ensemble de la population Elle est une réponse évidente lorsque l on se réfère à un modèle monovarié de maladie dans lequel tout le potentiel de maladie est concentré dans la substance Ce modèle fut l un des premiers à faire entrer les addictions dans le champ médical au moins depuis le travail de benjamin Rush en 1784 Le travail de Ledermannet sa fameuse loi vont dans le même sens si l on peut prouver que plus il y a de consommateurs plus il y a de problèmes et de malades il devient logique de prendre des mesures pour limiter le nombre de ces consommateurs La mise en avant d un facteur d exposition aux drogues qui fut de façon pseudo scientifique mis en équations par Niels Bejerot ou les travaux montrant l importance de l accessibilité d un objet d addiction vont aussi dans ce sens L interdit les règlementations strictes sont donc logiquement la première mesure préventive pour nombre d addictions Le danger de la recherche du risque zéro allant jusqu à la volonté d éradication totale des drogues est évident pouvant conduire à la criminalisation du simple usage personnel ce qui est régulièrement souligné par les antiprohibitionnistes On en arrive assez rapidement au constat qu il existe dans la population au moins une petite partie d irréductibles qui transgressent l interdit Augmenter sans fin les peines encourues et persécuter les usagers finit par peser sur l ensemble de la population et discrédite l ensemble de l entreprise C est ce que l on peut retenir de l exemple radical que fut la politique iranienne en matière de drogues après la révolution islamique L interdiction de l usage d opium pourtant longtemps traditionnel dans certains milieux et d héroïne alla jusqu à l application en grand nombre de la peine de mort pour les usagers De longues années et des milliers de morts plus tard l Iran se retrouva avec un taux record d héroïnomanes le remède avait été pire que le mal La prohibition modérée et modulée par le grand cadre de la réduction des dommages ainsi que par un réseau de soin de qualité peut au contraire conduire à des résultats appréciables C est sans doute le cas de l héroïnomanie en France les dépendants à l héroïne sont aujourd hui si minoritaires qu ils n apparaissent guère dans les enquêtes en population générale Les simples expérimentateurs sont de l ordre de 1 de la population Et la vie quotidienne des dépendants est grandement améliorée par les dispositifs de réduction des risques ainsi que par l accès assez facile à des traitements de substitution Si l on voulait dresser un bilan de 40 années de prohibition en France ces éléments devraient être pris en compte mais aussi le fait que le cannabis lui constitue un problème totalement différent les expérimentateurs sont très nombreux plus de 12 millions les dépendants peu nombreux et la loi paraît ici totalement inadaptée Il est irréaliste de maintenir une peine d un an de prison pour usage simple et absurde de soutenir une peine de 2 ans d emprisonnement dans le cas de la conduite automobile Cette opposition des résultats entre héroïne et cannabis devrait nous pousser à réfléchir à l ensemble des mesures prises pour lutter contre les addictions si tous les produits ne présentent pas la même dangerosité s ils ne peuvent être tous traités de la même façon il convient au cas par cas de voir où situer le curseur entre prohibition et libéralisme Le cas des produits légaux comme l alcool et le tabac mais surtout le cas du jeu d argent et de hasard qui en 2010 a fait l objet d une légalisation et d une libéralisation partielle peuvent servir d exemples de régulations non prohibitionnistes La régulation de l usage de tabac qui cause de 65000 morts par an et celle de l alcool cause de 45000 décès peuvent difficilement passer pour des modèles de santé publique Mais ils démontrent la complexité des facteurs à prendre en compte y compris l histoire et la culture des consommations La loi de libéralisation des jeux d argent en ligne pourrait constituer un modèle alternatif intéressant Elle se situe presque à l opposé des prohibitions sans toutefois être complètement libérale au sens économique et français du terme Un exemple de modèle libéral serait ce que certains spécialistes du jeu Shaffer et Ladouceur ont nommé le modèle de Reno Il s agit selon une logique de pollueur payeur de prélever sur les revenus du jeu les moyens nécessaires au traitement des différents problèmes Grâce à un tel prélèvement des actions peuvent être menées à tous les niveaux utiles Une information claire de l ensemble des consommateurs sur ce que l on peut ou non attendre des jeux d argent Des actions prévention destinées à protéger les publics les plus vulnérables notamment les jeunes Des actions ciblées sur les joueurs qui montrent des signes de risque de perte de contrôle notamment à travers la mise en place de modérateurs la possibilité de limiter ses enjeux de paramétrer ses dépenses Des actions de soin qui ont ainsi une source de financement Des recherches tant sur les mécanismes du jeu excessif que sur l addictivité différentielle des jeux etc Les dangers d un libéralisme absolu sont au moins aussi évidents que ceux de la prohibition la plus dure il suffit pour s en convaincre de regarder l effet des substances psychoactives dont l usage est largement toléré sinon encouragé l alcool est en France la cause de 45 000 morts par an le tabac de 65 000 Le premier inconvénient du modèle de Reno serait de s en remettre purement et simplement à la bonne volonté des opérateurs selon une optique de développement durable prônée par certains auteurs Ces derniers soulignent par exemple que les industries de l agro alimentaire sont les premiers contributeurs aux recherches sur l obésité et qu elles sont parfois plus réactives que les états dans la lutte contre ce qui apparaît dans les pays riches comme un nouveau fléau Or il est évident que cette position serait en l absence d arbitre extérieur celle d un conflit d intérêt permanent Les laboratoires pharmaceutiques dont l objet est de produire des produits de santé doivent eux mêmes être contrôlés de près et les scandales en la matière ne manquent pas Il n y a guère de raisons pour que des industries qui n ont pas un tel souci des maladies et de la santé publique soient beaucoup plus vertueuses L argument souvent mis en avant par les producteurs d alcool selon lequel ils préfèrent que toute la population consomme modérément et qu ils se doivent ne serait ce que pour des raisons d image de lutter contre l alcoolisme est très discuté pour l alcool comme pour le jeu une petite partie 10 à 20 des consommateurs est à l origine de la majorité des revenus des producteurs et des opérateurs Ce sont donc les consommateurs les plus intensifs qui génèrent le plus de profit et non les dégustateurs occasionnels ou les gourmets les plus modérés Et dire simplement qu un client consommateur est plus utile au producteur vivant que mort est évidemment vrai mais autant pour le producteur d héroïne ou de crack que pour les industriels respectables L exemple de l alcool démontre d ailleurs très régulièrement qu il existe une franche opposition entre les stratégies du marketing et les visées de prévention et de santé publique Premix et bières fortes visent une clientèle de jeunes gens que les acteurs de prévention voudraient voir à l abri de ces tentations Les slogans publicitaires détournent et tournent en dérision d anciens messages préventifs c est trop fort pour toi ne commencez jamais Autant d appels

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?p=597 (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Publier dans la revue Psychotropes | Hôpital Marmottan
    précédente publication en tout ou partie Ces articles ne pourront être publiés dans une autre revue sans que cela fasse l objet d un accord préalable Les manuscrits sont à adresser par voie électronique au secrétariat de rédaction à Aurélie Wellenstein documentation cmm wanadoo fr Tous les manuscrits sont soumis à deux lecteurs sans indication d auteur Après avis de ces derniers et éventuelles modifications faites par l auteur à leur demande la décision de publier est prise par le comité de rédaction Psychotropes étant distribuée en texte intégral sur le site internet www cairn info tout auteur accepte que son article soit publié sous les deux formats papier et électronique Présentation du manuscrit Le texte rédigé en français est adressé au secrétariat de rédaction par courriel sous format Word doc sans interligne et non justifié à droite Le nombre moyen de signes espaces comprises se situe entre 25 et 45 000 Le titre est court et annonce clairement le propos Des intertitres explicites rythment la lecture La rédaction est autorisée à reformuler les titres et intertitres Les titres d articles doivent avoir leur traduction en anglais Sous le titre les renseignements sur l auteur comportent prénom nom profession fonction adresse et courriel Chaque article est précédé d un résumé d environ 10 lignes en français de sa traduction en anglais et d une liste de 10 mots clés en français et en anglais Éviter les gras dans le texte ainsi que l abus de capitales Les italiques sont réservées aux titres d ouvrages ou d articles Les citations ne sont pas en italiques mais entre guillemets Les références bibliographiques sont placées en fin d article par ordre alphabétique rédigées ainsi Laisser un commentaire Annuler la réponse Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée Les champs obligatoires sont indiqués

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?page_id=488 (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Trois analyses de la loi de 1970 | Hôpital Marmottan
    elle est appliquée cette loi basée sur la prohibition de la drogue et de son usage devra être modifiée au plus vite La dépénalisation pourrait être une voie de sortie de l impasse actuelle Les auteurs pensent que la légalisation quant à elle nécessite d étudier de façon plus complète un certain nombre de données nouvelles comportement des usagers par exemple et de difficultés pratiques tarifs organisation du commerce etc Pour clore ce triple abord Sophie MASSIN nous propose une analyse économique de cette loi selon deux grilles de lecture classiques dans cette discipline une perspective normative ce qui est souhaitable et une perspective positive ce qui est Elle montre la difficulté d établir des prévisions en cas de changement de cadre Par exemple la légalisation pourrait certes avoir un impact positif avec une baisse de coût des produits et de la violence mais également se traduire par une augmentation du nombre de consommateurs Et nous manquons à la fois de modèles expérimentaux et de recul L expérience hollandaise va cependant dans le sens d une non augmentation de la consommation de drogue et de cannabis malgré la dépénalisation de fait concernant le cannabis dans ce pays Mais au total les coûts de l interdiction pèsent assez peu dans la décision de réformer les cadres juridiques écrit l auteur Or là aussi elle souligne l absence de débat et insiste sur la nécessité d une clarification des options de réformes afin de permettre à chacun de se faire une idée claire des modalités et des enjeux de la réforme Indépendamment de cette loi ou peut être à cause d elle la France est un des pays les plus consommateurs de médicaments en Europe L addiction médicamenteuse demeure un enjeu de santé publique Après avoir fait le point sur l organisation de l addictovigilance dans notre pays Maryse LAPEYRE MESTRE porte notre attention sur un certain nombre de phénomènes émergents et leurs conséquences Ainsi les benzodiazépines et l augmentation du risque de décès soit par surdose soit dans le cadre de l accidentologie deviennent une authentique préoccupation Un autre élément abordé est le méthylphénidate ex Ritaline le contrôle dont il jouissait en France évitait les débordements comme ceux rencontrés aux États Unis notamment mais cette situation se dégrade Dans un tiers des cas les règles de prescription et de délivrance ne sont pas respectées Au total l addiction médicamenteuse se développe sans que l on puisse en apprécier véritablement l impact sociétal C est un poncif de le dire mais la fréquence des cas de morbidité dans la patientèle de nos CSAPA ne cesse d augmenter Devant cet état de fait Estelle BRENON et Julien LEBRETON se questionnent quant à la pertinence des modes de prise en charge proposés et ce d autant que le poids de l histoire qui opposait toxicomanies et maladies mentales est parfois encore très présent À partir de cent dossiers de patients les auteurs tentent de dégager des modes de prise en charge qui seraient plus

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?page_id=614 (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Les usages problématiques des jeux vidéo | Hôpital Marmottan
    31 l aspect cathartique et la recherche de socialisation Une accoutumance pour les jeux est reconnue dans 69 des cas Plus de la moitié des joueurs 52 présentent un état dépressif actuel Le jeu excessif est associé à des difficultés scolaires 33 à la séparation des parents 28 à un déménagement 19 à une maladie 14 au décès d un proche 14 à une rupture affective 10 ou à la perte d emploi 9 Mais il existe d autres facteurs intimidation accident inceste entrée à l université installation dans son premier appartement Dans les cas analysés via les dossiers peu présentent des consommations problématiques associées Le tabac 13 le cannabis 13 l alcool 7 et la cocaïne 2 ont été cités De façon majoritaire 90 la consultation est initiée directement pour les jeux vidéo et non pour un autre produit La famille est à l origine de la demande de soin dans 67 des cas le joueur lui même à 20 un conjoint 2 un collègue 3 autre 8 Les usages problématiques Certes cette pathologie semble définir de nouveaux espaces de réflexion de nouvelles demandes par rapport à un champ clinique qui serait différent Il est cependant utile de se demander en quoi ce champ serait il si différent notamment en ce qui concerne la clinique et la prise en charge Il nous faut donc reconsidérer la notion de cyberaddiction C est ce que nous propose entre autres Louise NADEAU qui souligne le fait que si les objets sont différents la compréhension de cette pathologie peut toujours se faire à la lumière des notions développées depuis des décennies dans le champ des toxicomanies puis des addictions Mais il nous faut tenir compte aussi de ce que nous montrent ces jeunes et peut être devoir reconstituer l édifice de notre savoir dans le champ des addictions Or la reconnaissance de cette pathologie doit également passer par la connaissance des types de jeux les plus en vogue Après quelques repères chronologiques Bruno BERTHIER et Lucie PARISOT nous proposent quatre jeux parmi les plus répandus Counter Strike World of Warcraft League of Legend et Dofus Les auteurs nous montrent que chaque jeu présente un type de fonctionnement particulier et sont chacun utilisés par un type de joueurs spécifique Au delà de certaines spécificités offertes par le jeu vidéo Sylvie CRAIPEAU montre que celui ci porte en lui même des priorités qui sont constitutives du fonctionnement social global actuel responsabilité performance image La responsabilité individuelle face à son destin le besoin de performance qui permet d exister dans le cadre du jeu l apparence que l on peut se construire à travers ses avatars avec l obligation de voir et d être vu L auteur enfin déplore l absence de recherche en France qui permettrait de dégager un profil sociologique des joueurs en ligne En illustration de cette pathologie Celine BONNAIRE et Élizabeth ROSSÉ proposent deux cas cliniques L un et l autre de ces cas montrent que par le jeu peuvent être abordées

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?page_id=492 (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Parole et addiction | Hôpital Marmottan
    nous propose une étude réalisée chez le sujet alcoolique autour de cette parole ordinaire dont il décrira quelques modifications caractéristiques touchant l énonciation l énoncé et l énonciateur au cours du déroulement d une ivresse cette intoxication pouvant amener à une désénonciation définie comme l impossibilité de tenir un discours en fonction d un état d une sensation d une émotion qui s impose au sujet de manière prégnante pour un temps variable Bien sûr les rapports entre drogue prise de drogue et langage sont difficiles La parole est un don du langage disait Lacan et ainsi que le décrit Jean Louis CHASSAING mettre des mots sur l effet plus exactement l Effet des drogues est difficile voire impossible Ce serait même consubstantiel à la prise de drogues qui permettrait ainsi de s extraire de la nécessité du langage et de ses conséquences Une réponse pourrait être ce que Georges Pérec désignait par le terme de racontouze c est à dire cette façon de rendre compte de son quotidien qui croise subjectivité et objectivité Elizabeth ROSSÉ nous montre que cette identité narrative se retrouve au niveau de la constitution des avatars que se créent les joueurs de jeux vidéo La réalité de l avatar se substitue au joueur par une entité qui est à la fois lui même et un autre évoluant dans de nouveaux lieux d expression des questionnements existentiels Pour clore ce dossier Marc LEVIVIER nous propose de décrypter des extraits d un groupe de parole dans un CSAPA au regard de ce qu il appelle les harmoniques de la parole analogie empruntée à la musique où elles sont des multiples de fréquence fondamentale pour ff nous aurons ainsi 2xff 3xff 4xff etc On pourrait les retrouver au travers de trois critères analogie des associés fonction syntaxique commune et communauté des images acoustiques L auteur montre comment ces critères peuvent apparaître dans le discours des patients et comment ils peuvent se combiner les uns les autres Enfin et pour terminer ce numéro nous vous présentons trois varias Le premier en écho au dossier que nous venons de présenter est le résultat d une enquête réalisée par Pascal MENECIER et al sur des personnes âgées de 65 ans et plus présentant une addiction à l alcool Parler de leur addiction est pour près des deux tiers d entre elles une aide un soulagement une opportunité À l inverse un tiers le vit comme un dérangement une honte ou une agression Les addictions chez les personnes âgées sont un champ souvent sous estimé qui est en train d émerger De fait il faudra développer des stratégies spécifiques tant dans la prise en compte des attentes de ces personnes que de leur ressenti vis à vis des attitudes soignantes qui leur sont proposées Le deuxième varia est la communication d Ivana OBRADOVIC et al sur les conditions d amélioration de l accessibilité aux consultations jeunes consommateurs CJC et une évaluation de l attractivité du dispositif concerné Une difficulté réside dans le

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?page_id=494 (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Addictions, nature et culture | Hôpital Marmottan
    pulsionnalité force est de constater que nous vivons dans un monde qui exalte et excite le fonctionnement pulsionnel Par cette absence d obstacle aux pulsions le développement des addictions y trouve une partie de leur raison d être Un autre phénomène entre en compte c est ce que Yves MICHAUD appelle l industrialisation de l hédonisme et les nouveaux visages que peut revêtir celui ci que ce soit en terme d expérience sensorielle et corporelle de détente de relâchement et de libération ou enfin de bien être C est également l idée que développe Isabelle QUEVAL à travers une réflexion sur les nouveaux cultes du corps et le culte de l entretien de soi Le corps est instrumentalisé appréhendé comme objet de jouissance mais avec l obligation de bien faire Cette perfectibilité devient addiction privilégiant les moyens sur la fin Ainsi l injonction d autonomie la déprise du collectif amènent les individus à ne devoir compter que sur eux mêmes pour espérer réussir leur vie Mais l indépendance et la liberté n existent que par le système de protection collective qui l accompagne système qui a été ainsi que nous le dit Robert CASTEL profondément mis à mal depuis les années 70 et perçu comme un frein au développement et à la compétitivité des entreprises Cette grande transformation cette fragmentation sociale ces des affiliations fragilisent encore plus les populations précaires auxquelles appartiennent par exemple les toxicomanes Le thème de ce dossier renvoie également à cette partition à cette opposition vieille comme le monde entre l âme et le corps L illustration récente de cette dualité se traduit par des échanges parfois des querelles opposant le bio et le psycho et qui se développent de plus en plus notamment depuis que la pharmacologie ou la neurobiologie proposent leurs modèles de compréhension des pathologies mentales Pour concilier ces deux types de recherches il convient de trouver des terrains d étude communs C est la proposition que nous soumet Jean Pol TASSIN avec l humeur comme paramètre directeur des discussions entre psy et bio Cet auteur a montré que l humeur était liée aux interactions entre sérotonine dopamine et noradrénaline et qu il y avait un contrôle réciproque entre système noradrénergique et système sérotoninergique La prise de drogues entraine un découplage de ces deux systèmes qui se traduirait par une perturbation de la régulation de l humeur Mais l auteur souligne le fait que l humeur est également une expression d éléments inconscients qui rassemblent et re présentent l histoire de l individu Bien qu en total accord avec Jean Pol Tassin Marc VALLEUR s interroge sur l intérêt de raviver ces tensions entre sciences dures et sciences douces opposition où les scientifiques accuseraient les psys d obscurantisme et où ces derniers accuseraient les scientifiques de réifier le sujet et sa souffrance L histoire de la psychiatrie et de l addiction nous montre que ce type d opposition est très ancien et pose la question de savoir si ces pathologies doivent être approchées

    Original URL path: http://www.hopital-marmottan.fr/wordpress/?page_id=496 (2013-12-11)
    Open archived version from archive