archive-fr.com » FR » I » IEDOM.FR

Total: 826

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Anatole BELLON '34 ans au service des entreprises guadeloupéennes' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    structure fédérative la SOFODOM Les garanties octroyées pouvaient atteindre jusqu à 70 de l encours en capital du crédit La SOFODOM est aussi intervenue sur des opérations de haut de bilan en apportant sa garantie aux actions de renforcement de la structure financière des entreprises A l agence de Pointe à Pitre comme dans les autres agences la SOFODOM disposait d une petite équipe qui concentrait sur elle toutes les activités délocalisées de cette société financière les activités opérationnelles avec l instruction des demandes de garantie en vue d une présentation au Comité de gestion chargé des décisions d octroi et le suivi administratif des garanties accordées Certains dossiers pouvaient faire l objet de déclassement des garanties en compromis et dans les situations les moins favorables cela pouvait se traduire par une mise en jeu des garanties de la SOFODOM et par le paiement de la perte en capital avec un suivi particulier afin d actionner les autres garanties éventuellement mises en place des activités de back office consistant à traduire aux niveaux comptable et extra comptable l état de chaque garantie Nous étions dans les années 90 l outil informatique nous apportait une aide précieuse Je me rappelle avoir participé à Paris à la recette d une nouvelle application en effet dans le mode de fonctionnement de la SOFODOM l activité de production était le monopole des agences Avec l intégration de l IEDOM dans le système européen de banques centrales l activité de garantie des concours aux entreprises a été cédée à la SOFARIS devenue aujourd hui OSEO Notes 1 C était en 1975 Présentation Missions Particuliers Banques Entreprises Publications English publications Abonnement aux publications Communiqués de presse Cinquantenaire Images affiches médaille et panneaux de l exposition Témoignages Olivier BEUGNOT La production intellectuelle à l IEDOM Anatole BELLON

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/anatole-bellon-34-ans-au-service-des-entreprises-guadeloupeennes.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive


  • Alain VIENNEY 'La mise en place du premier plan d'entreprise' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    à chacun sa place il était nécessaire de mettre en oeuvre un plan d entreprise qui impliquait la participation du plus grand nombre d agents dans ses diagnostics dans sa conception puis dans son application Ainsi est né CAP 2010 clin d oeil aux prouesses de l avion de voltige et volonté d asseoir une stratégie de moyen terme de nature à restaurer la confiance Nanti d une bonne expérience des plans d entreprise acquise à la Banque de France je considérai que toutes les conditions étaient réunies pour lancer l opération L idée centrale était de faire de l Institut une petite banque centrale déléguée réactive professionnelle aux meilleurs standards européens maîtrisant bien ses divers risques et prenant appui sur une présence de place forte et attentive Pour ce qui concerne les activités le travail était relativement balisé puisque les produits Banque de France même s ils nécessitaient certaines adaptations pouvaient servir de référence Cependant la position de l IEDOM sur des territoires moins dotés de capacités d analyse économique et financière qu en métropole devait aussi en faire un pôle de référence et donner à ses fonctions d observation économique et financière une originalité et une ampleur spécifique En revanche ce qui relevait de la cohésion de l ensemble des équipes et de leur rayonnement extérieur était plus difficile à promouvoir car il s agissait de faire souffler un esprit nouveau Il fallait en effet faire face à un certain indépendantisme des agences et parallèlement à un positionnement incertain du siège ainsi qu à un cloisonnement de ses services A cela s ajoutait chez plusieurs cadres le sentiment de na pas être placés totalement au même plan que d autres cadres en poste à l AFD C est pourquoi beaucoup a été fait pour accroître l adhésion des agents aux missions de l Institut et pour conforter le siège dans ses fonctions d étatmajor cf rythme semestriel et non plus annuel des semaines du réseau séminaires métiers systématiques comités de suivi des travaux de l Inspection gros effort de formation Après une gestation relativement longue le plan d entreprise était finalisé début 2005 dans son volet activités et a débouché sur la mise en place de conventions annuelles d objectifs avec les services du siège et les agences manière de les rassembler autour d objectifs communs que chaque agent devait pouvoir s approprier en les reliant à ses tâches quotidiennes Les résultats du volet ressources humaines du plan ont été pour certains plus laborieux dans la mesure où ils concernaient la gestion des personnels laquelle relevait de l AFD dont les contraintes propres ne facilitaient pas certaines évolutions pourtant souhaitables pour la bonne marche de l Institut A côté de ce travail de modernisation s était rapidement imposée à moi l idée que le maintien de l Institut d Emission d Outre Mer dans la dépendance de l AFD même si des éléments de synergie le rapprochaient de l IEDOM demeurait une anomalie Certes l établissement chargé de

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/d-alain-vienney-la-mise-en-place-du-premier-plan-d-entreprise.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive

  • Patrick BESSE 'Quelques défis liés au changement de l’environnement de l’IEDOM' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    avec les autorités civiles et militaires Chaque agent de l IEDOM qui a participé à cet événement s en souviendra sans doute longtemps tant la volonté de réussir qui était présente tout au long de ce vaste chantier a cimenté les relations entre les équipes au sein de notre maison et nous a permis de créer des relations fortes avec nos partenaires et nos clients Si toute cette période à été l un des grands temps forts de notre établissement il ne représente qu une partie de ces cinquante années passées comme Banque centrale de la France d outre mer de l océan Indien et de l océan Atlantique L insularité l éloignement de la métropole la diversité des contextes ont longtemps été et restent le ferment et la raison de notre existence C est toujours notre richesse pour peu que l on sache la cultiver et s adapter Au fil du temps nous avons dû évoluer passer de cette époque où le courrier mettait 3 semaines pour arriver et autant pour le retour de la réponse à celui de l instantanéité de la messagerie ou celle du téléphone et de la visioconférence nous avons su gérer localement la totalité de nos processus manuellement et même ensuite dans les années 80 90 lorsqu ils se sont automatisés pour passer depuis au travail en mode déporté Les défis relevés tout au long de ces cinq décennies ont été légion trois changements de monnaie l évolution jusqu en 2000 puis la fin de l outil de développement plus que de politique monétaire qu était le réescompte la belle aventure des Fonds de garantie interbancaire la mise en oeuvre des commissions de surendettement celle de la médiation du crédit plus récemment la montée en puissance de l informatique le développement des moyens de paiement de l ordinateur de compensation à SEPA la mise en oeuvre d une cotation propre jusqu à l intégration à FIBEN du tri manuel aux matériels sécurisés de grande capacité la réponse à une demande croissante en matière de connaissance économique et monétaire de nos territoires Sans compter le travail des métiers dits support tant au travers de la modernisation de notre gestion de la construction de plusieurs agences de la définition et de la réalisation de nos protocoles de sécurité de l évolution de la gestion de notre trésorerie Tout ceci n est certes pas exhaustif mais le reflet de ces cinquante années se trouvent dans tous les personnels qui ont su trouver les solutions mettre en oeuvre ces techniques gérer au quotidien des processus de plus en plus complexes rédiger les procédures correspondantes beaucoup se souviendront des Instructions Générales Codifiées IGC bref assurer la vie de l IEDOM Nous avons connu comme toute entreprise des difficultés des réussites et des échecs des peines aussi Mais partout chacun a su se repositionner et tenir sa place Ceci tient aussi aux relations étroites qui se nouent au fil du temps entre siège et agences et surtout entre les personnes

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/patrick-besse-quelques-defis-lies-au-changement-de-l-environnement-de-l-iedom.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive

  • Bernard RATAFIKA 'L’histoire d’un système d’information' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    oeuvre Les résultats obtenus ont été probants mais l expérience a montré que particulièrement dans le cas de petite structures telles que l IEDOM les vraies limites à de tels projets tiennent à l impossibilité pour les uns et les autres de se dédoubler spécialement pour assurer une gestion optimale des appuis extérieurs prestataires de service La preuve d une réelle mise à niveau du système d information de l IEDOM peut être illustrée par la mise en application de concepts innovants il y a quinze ans tels que l interconnexion entre les sites afin de parvenir à une exhaustivité des données le travail sur des bases de données relationnelles l échange entre utilisateurs de fichiers micro via le réseau de la grosse informatique J ai pu constater quelques années après la qualité du travail accompli tant dans les phases de conception que dans celles de réalisation des applications ou au niveau de choix matériels adaptés à notre configuration en effet en août 2000 je revenais au siège de l IEDOM pour une autre mission Il s agissait alors d assurer une coordination avec les équipes techniques de la Banque de France pour le déploiement dans un environnement technique nouveau de certaines applications de la banque centrale nationale on parlait alors d architecture client serveur d impressions déportées de performances des réseaux de réseaux virtuels Une nouvelle révolution s appliquait à l architecture du système d information de l IEDOM consécutivement au rapprochement avec la Banque de France également dans ces circonstances j ai pu apprécier combien le facteur temps est essentiel car en autorisant les intéressés à prendre du recul sur des évènements subis il leur permet de convenir a posteriori de l évidence des solutions mises en place Toute réforme suppose des mesures d accompagnement des explications pour

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/bernard-ratafika-l-histoire-d-un-systeme-d-information.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive

  • Eric BAULARD 'Une réunion particulière du Comité national de l'Euro' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    l évènement sur les marchés financiers l obligeaient à quitter la salle sur le champ Appelé à présider la poursuite du Comité le Secrétaire d Etat eut quelques difficultés à maintenir l intérêt des échanges les esprits étant soudainement ailleurs chacun s interrogeant sur le sens et la portée de ce qui venait de nous être annoncé De fait le Comité fut rapidement abrégé Le lendemain je devais me rendre à la Réunion et à Mayotte pour apporter à nos agences de l océan indien deux mallettes contenant les signes de sécurité des futurs billets en euros Il faut se rappeler que ces informations étaient extrêmement sensibles plus de trois mois avant la primo émission il faut aussi imaginer ce que pouvaient être les mesures de sécurité à Orly au lendemain du 11 septembre 2001 J allais donc être accompagné pendant tout mon voyage par deux membres de l escadron parachutiste d intervention de la gendarmerie nationale Ces deux gardes du corps ne me quitteraient pas d une semelle jusqu à la remise de la seconde mallette au caissier de l agence de Mayotte autant dire que nous ne passions pas du tout inaperçus S il était évident que cette escorte me permettait de franchir en quelques minutes les portiques de sécurité devant lesquels s étaient formées des files d attente immenses je m interrogeais plus que jamais sur les mérites comparés d une sécurisation trop visible et d une banalisation sans protection bien que ce jour là l Occident entrait dans un univers où la sécurité était soudainement devenue omniprésente Ainsi ce que les prescripteurs de la sécurité aérienne venaient de décider pour longtemps se traduisait par l amoncellement aussi dérisoire qu inquiétant de milliers de paires de ciseaux et objets tranchants qui n avaient plus droit d accès

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/eric-baulard-une-reunion-particuliere-du-comite-national-de-l-euro.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive

  • Didier GREBERT 'Le lancement de l'Euro en Guyane' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    protection électronique multi technologies Et le miracle s accomplit fin juillet le CSTP était prêt à recevoir les nouvelles pièces 3 Disposer d un local était indispensable mais le doter en personnel ne l était pas moins Là aussi nécessité faisant loi cet autre chantier nous a conduit à imaginer un dispositif mobilisant une partie du personnel de l émission des agents extérieurs au service et un recours limité à des intérimaires recours toujours problématique lorsqu il s agit de travailler dans un cadre aussi sécurisé Un appel au volontariat était donc lancé Passées les premières réticences pour la plupart liées à l externalisation de ce service plusieurs candidats se manifestèrent La visite du chantier répétée à ses différents stades d avancement rassurèrent et j ose le dire enthousiasmèrent les volontaires Comment en effet ne pas se réjouir de disposer d un espace de travail neuf vaste plus de 1000 m² éminemment fonctionnel alors que le travail à l agence du centre ville se déroulait dans un local exigu moins de 20 m² une agitation et des nuisances sonores permanentes L adjonction de personnels extérieurs au service nécessitait qu ils se familiarisent avec les activités procédures et modes d organisation du traitement de la monnaie Le passage à un mode industriel de gestion des pièces imposait l emploi de chariots élévateurs et c est ainsi que deux agents reçurent je l espère pour leur plus grand plaisir une formation à la conduite de ces engins 2 La sécurité des transferts Les mouvements de valeurs font partie des activités habituelles des agences de l IEDOM Mais les volumes et surtout la masse financière que représentait la réception des instruments de paiement en euros nécessitaient une préparation extraordinairement minutieuse du dispositif de sécurité Considérée comme un enjeu prioritaire par l ensemble des gouvernements concernés la protection des transferts de valeur des centres de production vers les centres principaux puis secondaires de distribution bénéficiaient du concours de l ensemble des forces de sécurité police gendarmerie et armée Sous l autorité des préfets de région Henri Masse puis Ange Mancini 4 ou sous celle de leur directeur de cabinet Patrick Espagnol des réunions regroupant les différents services concernés ont été très vite organisées Plusieurs sujets ont successivement été pris en compte i L arrivée en Guyane des billets et des pièces en euros et leur transfert jusqu au centres de stockage de l IEDOM ii Le pré positionnement des valeurs auprès des banques et de la Poste iii La gestion des premiers jours de distribution au grand public iv Le retour en France métropolitaine des pièces en francs Je garde de ces réunions un très bon souvenir conviviales gentiment viriles mais efficaces ces rencontres où la langue de bois n avait pas sa place étaient toujours animées Les caractéristiques physiques et humaines de la Guyane rendaient l exercice de préparation particulièrement intéressant ce département est le seul de l outre mer français à n être pas insulaire Marqué par une insécurité croissante perméable aux infiltrations de malfaisants 5 en provenance du Brésil du Surinam du Guyana avec une urbanisation et des implantations humaines très éclatées une infrastructure de transport hétérogène un réseau bancaire très peu développé mais une présence postale quasi complète la Guyane posait en effet des problèmes très particuliers Le premier chantier à aborder était ainsi qu il a été dit d assurer la bonne arrivée des euros en Guyane L enjeu n était pas mince il s agissait d importer plusieurs centaines de millions d environ 15 T de papier monnaie et pour les pièces de recevoir environ 100 T de monnaie Un ratage en l occurrence le vol du chargement en Guyane risquait de compromettre le lancement de la monnaie unique sur l ensemble de la zone euro Le dispositif tant pour la réception des billets à l aéroport de Rochambeau que pour celle des pièces au port de Degrad des Cannes était impressionnant mobilisation d un hélicoptère plus d une centaine de gendarmes et policiers sur le parcours présence de l armée et d un poste médical avancé bouclage entier du quartier où se situait l agence de l IEDOM et au passage fâcherie avec le bar voisin privé de clientèle pendant toute la durée de l opération présence de gendarmes du GIGN 6 durant tout le vol et jusqu à la mise en chambre forte stress lié moins à la crainte d une agression qu à un mauvais décompte des paquets de billets Bref de grands souvenirs au rang desquels figurent l averse carabinée pendant le déchargement des conteneurs de pièce le pied de biche dont s était emparé le directeur de cabinet du Préfet impatient de découvrir les kits en euros Eugène mis en joue par les gendarmes alors qu il prenait des photos de l entrée des pièces dans son entrepôt Cette étape franchie il était important que les billets et les pièces en euros soient pré positionnés dans les banques à la Poste et chez les commerçants pour répondre le plus rapidement possible à l afflux de clientèle attendu à compter de début janvier 2002 Là encore un intense travail de préparation avec les établissements financiers le transporteur de fonds et les forces de l ordre L isolement de certains villages constituait un challenge important La Poste présente partout en Guyane soit directement soit par des correspondants postaux pouvait se charger de l acheminement des pièces notamment grâce à ses pirogues de courrier La participation de l armée était néanmoins nécessaire pour l envoi des billets Des transports de fonds en hélicoptère militaire s organisèrent et j eus la chance d effectuer une rotation vers Camopi et Saint Georges de l Oyapoque L arrivée en pleine jungle au milieu d une population amérindienne en habit traditionnel pagne rouge pour y apporter le fruit d un accord politique historique négocié à 9 000 km de là était là encore magique Savoir que au décalage horaire près les populations amérindiennes bénéficieraient du big bang monétaire au même moment que les habitants d Helsinki d Athènes ou de La Garenne Colombes était également un grand motif d émerveillement Cette singularité guyanaise drainait l attention du monde entier N y voyez aucune exagération de ma part jugez en par vous mêmes TF1 France 3 France 2 Le Figaro Le Monde mais aussi le Financial Times Der Spiegel ne cherchez pas l article il n est malheureusement jamais paru Il Diario Della Settimana envoyèrent des reporters qui avaient presque tous choisi d accompagner une pirogue postale remontant l Approuague vers Apatou Grand Santi Espoir déçu malheureusement La Poste y ayant mis un veto absolu afin de préserver la sécurité des transferts ultérieurs 3 La communication Troisième pilier de cet énorme chantier préparer la population et les professionnels commerçants employés de banque à l arrivée d une nouvelle monnaie dont le moins que l on puisse dire était que le taux de conversion Franc n était pas d une simplicité confondante 7 Qui se souvient encore du chiffre magique de 6 55957 Paradoxalement la complexité même de ce taux favorisait la rupture de référence les personnes qui 40 ans après parlaient encore en anciens francs y avaient été encouragées par la simplicité de la réforme monétaire de 1959 Tel n était plus le cas fin 2001 La Guyane bénéficiait par ailleurs d un avantage énorme sur le reste du territoire français la circulation à ses frontières de plusieurs monnaies réal brésilien florin surinamien dollar américain voire même pépite d or Tous les commerçants frontaliers et la plupart de ceux de l intérieur avaient développé un esprit mathématique qui m a toujours rempli d admiration Je fus d ailleurs surpris lors d une excursion en territoire surinamien de voir une case décorée d un poster flambant neuf présentant les nouveaux signes monétaires où diable se l étaient ils procuré Il reste que cette révolution monétaire revenait à manipuler de nouveaux instruments de paiement que les citoyens allaient devoir se constituer un nouveau référentiel de prix que les salariés verraient le chiffre figurant au bas de leur bulletin de paie divisé par presque 7 et qu enfin les clients des banques les usagers de la Poste verraient instantanément leurs prêts leurs avoirs transformés en euros C est donc sur ces trois axes majeurs que se sont concentré nos efforts pédagogiques La présentation des nouveaux billets et pièces et surtout de leurs signes de sécurité plusieurs dizaines la plupart inaccessibles au grand public avaient été inclus dans les billets était fondamentale Brochures affiches pièces et billets factices tout était bon pour communiquer sur les caractéristiques de la nouvelle monnaie Tout cela sans sortir un seul billet ou une seule pièce de l IEDOM avant la date du 14 décembre 2001 choisie pour commencer la diffusion des kits individuels 8 Afin d obtenir un effet de démultiplication maximal des formations successives ont été dispensées au personnel de l IEDOM puis aux agents du secteur financier et enfin aux commerçants Mais il fallait faire plus et porter la bonne parole à un maximum de guyanais L audiovisuel était le média le plus adapté pour ce faire radio et télévision ont largement contribué à ce prosélytisme monétaire Je tiens d ailleurs à remercier RFO Guyane télé et radio ainsi que RCI pour les micros et caméras qu ils ont bien voulu nous tendre à cette occasion A ma modeste échelle j ai connu le trac des interventions en direct tôt le matin ou en prime time L enchaînement des prestations plusieurs par semaine dans la dernière ligne droite a contribué à m apaiser et c est sans aucune émotion qu à la fin je m asseyais dans les studios sûr du message que j avais à délivrer Mais la gloire est quelque chose d éphémère et sitôt le cap du lancement de l euro franchi j ai regagné l anonymat 9 lot normal d un responsable de banque centrale Quelques anecdotes me reviennent en mémoire comme cette fois où j avais demandé à ma femme de me préparer quelques références de prix pour des produits de base et où j étais resté abasourdi par le prix en francs du kilo de tomates 30 francs soit 4 56 ignorant que j étais du coût de la vie ou lorsque je donnais l exemple du consommateur moyen qui fait un plein de 80 l à la station service ce qui m attirait cette très confraternelle observation de mon ami le trésorier payeur général Ils ont de grosses voitures à l IEDOM C est d ailleurs avec lui Jacques Charlet que nous avons sillonné la Guyane pour informer le grand public et les commerçants Et c est ainsi que nous nous retrouvâmes à Maripasoula à arpenter les rues de la capitale du sud ouest guyanais pour remettre aux commerçants de la ville le kit d information qui leur était destiné Notre définition des commerces était sans doute trop politiquement correcte et notre guide à Maripasoula a eu beau jeu de nous faire remarquer que nous avions oublié l un des lieux de transaction les plus fréquentés le lupanar Il s agissait d une grande maison rouge qui ne devait pas compter moins de 20 chambres Au moment où nous y sommes passés le personnel faisait relâche et nous avons donc pu bénéficier de toute l attention de la direction captivée par les convertisseurs FRF que nous leur avons remis sans doute y voyaient ils un outil puissant d aide à la tarification des différents services dispensés par l établissement Avisant les murs je me rendais compte que les affiches de la Banque centrale européenne ne dépareraient pas entre deux posters sur les affres des maladies honteuses Si aucune pensionnaire n était dans l établissement nous eûmes la chance d en croiser une à l épicerie comme elle regardait avec un grand intérêt la coupure de 500 de notre poster Jacques toujours pince sans rire me dit Elle se surestime peut être un peu Par cette mission je garde néanmoins le souvenir d avoir non seulement mis les pieds dans un bout du monde mais également d avoir fait un saut au 19ème siècle chez les pionniers Ces escapades lointaines ne nous empêchaient pas de cibler l essentiel de nos efforts sur les quelques villes de plus forte concentration Saint Laurent du Maroni Kourou et Cayenne C est là en effet que se situait l essentiel de notre cible au premier rang de laquelle les commerçants chinois Ce public était difficile à atteindre d une part parce que leur disponibilité était extrêmement réduite et pour des raisons linguistiques Nous dûmes le directeur de la concurrence Jacques et moi ruser en organisant les réunions soit le dimanche après midi demi jour de fermeture des boutiques soit le mercredi après midi période pendant laquelle les enfants libérés de l école pouvaient tenir la caisse Un interprète français mandarin nous assistait Les échanges étaient parfois cocasses certaines des questions nous révélant à quel point cette catégorie d acteurs vivaient dans une autre dimension la tenancière d une petite boutique de Rémire Montjoly nous a ainsi demandé s il serait toujours possible de changer les francs français en janvier 2002 à Hong Kong Leur grande angoisse portait sur les risques fiscaux qui pouvaient découler de la conversion en euros des francs qu ils avaient en caisse il avait d ailleurs été décidé à l échelon national de rassurer les opérateurs sur ce point 10 afin de ne pas encourager la création de nouveaux circuits de recyclage Enfin nous étions en relation quotidienne avec l ensemble des établissements financiers banques commerciales La Poste les services du Trésor Nous étions particulièrement attentifs à leurs préoccupations car nous en attendions beaucoup C étaient eux qui auraient à assurer le contact avec le public entreprises et particuliers et de pré positionner les valeurs chez les commerçants il leur faudrait absorber le rush de la vente des kits individuels de pièces ils auraient non seulement à servir leur propre clientèle mais également les non clients qui se présenteraient à leur guichet J ai pu constater qu en dépit de leurs préoccupations commerciales légitimes tous avaient finalement joué le jeu et pour l avoir testé au terme d un réveillon de Nouvel An sympathique mais finalement sobre je peux attester que le 1er janvier 2002 à 0 h 01 les distributeurs automatiques ne délivraient plus que des euros L un des enjeux majeurs de ce changement de monnaie était la stabilité des prix Même si je l ai longtemps nié des études très sérieuses ont montré que le passage à l euro avait eu un impact inflationniste même s il était modéré Je quitte ma casquette d ancien directeur de l IEDOM pour prendre celle de simple citoyen Quelque soit l argumentaire technique qu on utilise pour contester cela différence entre inflation perçue et inflation réelle surpondération de certains prix dans l esprit des consommateurs par ex le prix du timbre difficulté de distinguer entre l impact du changement de monnaie et les évolutions de prix liées soit au marché et à la conjoncture soit au changement des produits je crois personnellement à un impact sensible sur le panier de la ménagère et ceci pour une raison très simple si réellement les citoyens ont perçu un bond inflationniste fût il imaginaire ceux d entre eux qui fixent des prix commerçants artisans industriels ne peuvent avoir manqué de se constituer des marges de pouvoir d achat J ajoute qu il a été reconnu par les autorités DGCCRF par exemple que des relèvements de prix avaient été faits de façon anticipée fin 2001 avant que le double affichage ne s applique J ajoute que la multiplication par presque 7 de la valeur du centime c est à dire la plus petite division monétaire celle que l on néglige souvent a sans doute rendu moins précise la gestion du budget des plus modestes et leur a sans doute fait perdre un peu de pouvoir d achat 11 je me suis fait souvent la réflexion en laissant un pourboire au restaurant ou en voyant le nombre de pièces jaunes par terre que les gens n avaient pas une réelle notion de la valeur de la monnaie Toujours est il que des efforts ont été faits par l État et subsidiairement par l IEDOM pour éviter des comportements déviants à l occasion du passage à l euro escroquerie tromperie sur la contrevaleur en franc arrondissement sauvage et bien sûr à la hausse des prix en euros relèvements abusifs de prix notamment pour recréer des prix attractifs 12 Même si l IEDOM n était pas en première ligne sur ce volet du passage à l euro j ai souvent participé aux campagnes d information incluant des visites matinales sur les marchés pour s assurer que le double étiquetage était bien appliqué que le rendu de monnaie s effectuait bien et qu au total les consommateurs et les commerçants étaient contents ce qui constituait un pari bien audacieux L information des clients des banques des salariés était également essentiel puisque du jour au lendemain celui qui gagnait 6 500 F ne percevrait plus que 991 Là encore l IEDOM a appuyé les efforts qui étaient faits pour faire comprendre aux personnes qu ils n étaient lésés en rien 4 Conclusion Le précédent du Bug de l an 2000 aurait dû nous avertir Souvenons nous de l angoisse qui a étreint le monde à la fin des années 90 lorsque l on s est rendu compte que les formats de dates qui figuraient dans l ensemble des applications informatiques étaient inadaptés et que le passage du 31 12 99 au 01 01 00 causeraient des dégâts incommensurables les montres s arrêteraient les avions s écraseraient les centrales nucléaires s affoleraient Et nous nous sommes réveillés en janvier 2000 sans qu aucune des catastrophes annoncées ne se soit produite Aucun incident même minime à se mettre sous la dent CNN restait désespérément muette se bornant à nous retransmettre les images

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/didier-grebert-le-lancement-de-l-euro-en-guyane.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive

  • Charles MEDA 'Les missions de l'IEDOM' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    n en a rien été au contraire l arrivée du franc métropolitain a permis aux réunionnais de mieux comparer les prix locaux avec ceux proposés par les magasins de vente par correspondance qui ont toujours été appréciés dans l île Par ailleurs il a fallu que la population s adapte à la nouvelle unité monétaire et pour cela l Institut d Emission avait créé de nombreux bureaux d échanges dans l ensemble du pays et diffusé le slogan multipliez par 2 et divisez par 100 ainsi tout s est bien passé mais la venue de l euro a nécessité de nouvelles dispositions Une mesure particulière affectant toutes les agences devait constituer un progrès notable pour certaines catégories de personnel il s agit des dames compteuses affectées au tri et au comptage des billets qui se faisaient alors manuellement La mécanisation de ces activités pour ce qui concerne le comptage permit d accélérer ce travail et de le rendre moins contraignant Au cours des 50 ans de son existence l Institut d Emission des Départements d Outre Mer a ainsi su s adapter grâce au soutien du Ministère des Finances et de la Banque de France a une situation économique et sociale très évolutive afin de répondre le mieux possible aux besoins des populations et aux nécessités de leur développement Pour ma part ayant participé pendant près de 20 ans à la gouvernance de l Institut d Emission je ne peux conclure ce billet sans dire tout le plaisir que j ai ressenti à travailler auprès des directeurs généraux successifs de la Caisse Centrale également responsables au plus haut niveau de la politique et de la gestion de l Institut d Emission et sans exprimer tous mes remerciements à l ensemble du personnel du siège et des agences qui a su

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/charles-meda-les-missions-de-l-iedom.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive

  • Francis ROCHE TOUSSAINT 'Une mission à Mayotte en 1984' - Témoignages - Cinquantenaire - IEDOM
    agent de la BCC arrivait avec les francs français dans un sac de sport et reconnaissait à la paierie les billets comoriens pendant que nous comptions les billets français Le tout en trois quarts d heure afin de respecter l horaire de l avion Le sac de sport repartait garni de francs comoriens Le système bancaire était composé de la paierie et d un unique établissement de crédit que l administration préfectorale jugeait timoré et malthusien dans la distribution de ses prêts Le dirigeant de l agence de la banque proposait régulièrement au Préfet d accorder un concours à un porteur de projet à la condition qu il lui offre sa caution personnelle Le réescompte et la création d un Fonds de garantie permettaient la mise en place de prêt en faveur des pêcheurs qui avec l appui de leur coopérative commercialisaient leurs prises C était la saison du thon blanc qui a constitué ma principale source de protéine pendant mon intérim Mayotte à cette époque avait une économie de cueillette avec un seul commerce de produits alimentaires qui provenaient d Afrique du Sud Au marché les vendeuses assises par terre proposaient des petits tas de tomates ou de tubercules de manioc Le boucher arrivait à pied tirant le zébu qu il tuait sur place et débitait en morceaux à la machette Il était toujours entouré d un nuage de mouches J étais à Mayotte lorsque Jacques CHIRAC alors premier Ministre y fit un bref passage arrivant des Comores accompagné de Jacques FOCART Les femmes mahoraises s étaient attroupées à la sortie de l aéroport espérant qu il annonce la départementalisation du territoire Lorsqu il eut prononcé la phrase habituelle des hommes politiques métropolitains il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs la culture attelée n existait pas

    Original URL path: http://www.iedom.fr/iedom/cinquantenaire/temoignages/francis-roche-toussaint-une-mission-a-mayotte-en-1984.html (2015-12-29)
    Open archived version from archive