archive-fr.com » FR » L » LECHOIX.FR

Total: 619

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Le Choix : The War on Drugs
    nouveau disque sera un plaisir mais aussi un voir le reste Posté par Eddie il y a 2 années Folk Morceau Rock THE WAR ON DRUGS Red Eyes Nom d une petite paupiette ce que j aime ce morceau The War on Drugs c est des mecs qui font de la musique pour conduire Tu les écoutes tu t images dans une Cadillac toit ouvert sur la route 66 avec un soleil couchant et un frigo américaain rempli de bières fraîches posé voir le reste Posté par Eddie il y a 2 années Album Rock Critique de Slave Ambient 2011 de The War on Drugs Je n aurais pas dû lire les critiques déjà publiées sur ce disque Et vous allez peut être regretter de lire la mienne Beaucoup d entre elles décrivent la musique de The War on Drugs comme de la driving music la musique qui accompagne parfaitement de longs road trips en voiture Je m étais déjà fait un monologue inintéressant sur cette fameuse driving music dans ma critique de Disappears de Guider donc je ne vais pas recommencer à jacter là dessus mais le fait est que je ne peux m imaginer autre chose qu un

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/tag/the-war-on-drugs/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive


  • Le Choix : Critique de « Slave Ambient » (2011) de The War on Drugs
    quoi si ça s trouve il m aurait fait penser à un voyage en montgolfière au dessus des Appalaches mais nan il a fallu qu on me bombarde à répétition avec cette foutue expression de driving music Driving music Franchement Bref driving music Concrètement la musique de The War on Drugs ressemble à un mélange entre Bob Dylan Bruce Springsteen et Sonic Youth Une american affair donc quitte à balancer des truc en anglais qui ne veulent rien dire autant y aller all the way avec des guitares omniprésentes à la Sonic Youth un harmonica par ci par là un piano qui donne rempli les espaces vides et confère à chaque morceau une ampleur toute springstinienne I Was There une atmosphère vaguement psychédélique et la voix d Adam Granduciel qui rappelle celle d un Dylan en un peu moins nasale quand même Voilà la recette qui ne fera sens que si vous décidez d écouter ce disque ce que je ne saurais trop vous recommander Au départ The War on Drugs c est Adam Granduciel et Kurt Vile Le second s en est allé sur un autre chemin en solo et avec succès sans que le son de The War on Drugs s en trouve largement changé Ce que j aime chez ce groupe c est qu ils donnent le temps à leur morceaux de grandir et de s épanouir Alors certes si vous ne rentrez pas dans le morceau l impression qu il se répète vous fera vite passer au suivant Au contraire si vous vous prenez au jeu et vous laissez amadouer puis immerger alors là vous allez vous faire plaisir Mille excuses mais je vais vous re balancer une anecdote autoroutière il y a peu d endroits sur Terre où je me sente aussi en sûreté et

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/critiques/critique-de-slave-ambient-2011-de-the-war-on-drugs/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Le Choix : THE WAR ON DRUGS – Lost in the Dream (2014)
    dans un kebab de Dublin ma nouvelle ville entouré de gens qui parlent beaucoup trop fort une langue que je n arrive pas à identifier avec la télé branchée sur la chaîne qui passe en boucle les tubes les plus commerciaux du moment La personne avec qui j ai envie de partager mes frites est à 1200 kilomètres et je sais que je ne pourrais vivre avec avant un trop long moment Je sors du travail et la seule chose dont j ai envie c est de laisser cet album m apaiser et me faire me dire que tout ira bien comme il le fait depuis un mois J ai toujours écrit sur la musique de manière subjective sans finalement jamais vous dire grand chose sur moi ce qui apparaît un peu comme une contradiction Mais au final je pense qu si vous suivez ce site depuis quelques années vous devez mieux me connaître que pas mal de mes connaissances Bien sûr tous les albums qui me plaisent ne sont pas intrinsèquement liés à ce qui se passe dans ma vie Très peu d entre eux arrivent à prendre autant d importance Peu d albums arrivent chez moi à agir comme une toile vide sur laquelle je peux peindre ce que je veux et me raconter les histoires que je veux Ce n est pas parce qu ils manquent de personnalité ou d aspérités mais parce que les paroles sont suffisamment universelles que la musique a ce côté apaisant voire hypnotisant qui me mettent dans les meilleures conditions laisser mon esprit divaguer Certains genres de musique ont chez moi un rôle précis je suis sûr que c est pareil chez vous vous savez quelle musique écouter ou éviter dans telle ou telle situation parce que vous savez l effet qu elle vous fait J écris cet article sans même écouter l album car je n ai même plus à l avoir dans les oreilles pour me rappeler ce son si distinctif cet état de tranquillité dans lequel il arrive à me mettre Le simple fait d y penser de me rappeler les morceaux phare que sont Red Eyes Lost in the Dream ou Eyes to the Wind crée une sorte de bulle autour de moi qui m isole du brouhaha autour de moi Alors imaginez ce que cela donne lorsque j écoute cet album C est magique Je suis dans une période ma vie où certaines émotions sont décuplées Je n ai jamais ressenti autant de bonheur et de tristesse Parfois les deux en même temps ce qui est assez chelou Des albums comme celui ci sont une bénédiction Un récipient dans lequel déverser toutes ces émotions quand celles ci débordent de partout et essayer d en faire sens Bref tout cela pour vous dire que j aime plutôt pas trop mal cet album et que vous devriez l écouter un de ces quatre Ecouter l album sur Spotify Rdio Deezer Re lire ma critique de leur précédent album Slave

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/critiques/the-war-on-drugs-lost-in-the-dream-2014/comment-page-1/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Le Choix : FUZZ – Fuzz (2013)
    guitare super accrocheurs et une bonne grosse louche de fuzz Vous ajoutez à ça un chanteur ou une chanteuse à la voix pas trop désagréable beaucoup de talent et vous obtenez un groupe de garage prêt pour faire vrombir des amplis Marshall et les tympans et entrailles de milliers d auditeurs en manque de friandises rock n roll non aseptisées Le premier album de Fuzz est donc un sacré bon album de garage rock psychédélique Rien de moins rien de plus j essaye de me calmer au niveau des superlatifs en ce moment Vous ne trouverez pas beaucoup d albums de garage rock aussi bons qui soit sortis ces dernières années Croyez moi j en ai écouté une tripotée Steven Segall et le Colonel Moutarde s en sont donnés à cœur joie dans cet album il y a des riffs de guitare délicieux à tous les coins de rue Segall s est probablement déboîté douze fois les épaules à la batterie et à part deux morceaux un peu moins inspirés que les autres What s In My Head qui ressemble à un mashup Black Sabbath Nirvana sans trop de saveur et Raise qui est super bien exécutée mais sans rien de franchement excitant ce disque s écoute du début à la fin et douze fois d affilée sans perdre une once de puissance et de fun Ils se sont clairement éclatés à enregistrer cet album ça saute aux oreilles Ils semblent avoir une idée bien précise de ce qu ils voulaient faire et ce qu il en ressort est un album cohérent et homogène c est à dire une bonne tranche de heavy rock plein de bonnes idées à écouter bien fort dans l casque Hé finalement je n ai pas cité tant de groupes que ça Mais bon sang

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/critiques/fuzz-fuzz-2013/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Le Choix : KURT VILE – Wakin On A Pretty Daze (2013)
    esprit joyeux contrarié énervé rêveur Et à chaque fois le morceau touchait juste d ube manière ou d une autre Il a donc fallu pas mal de chance pour que cet album trouve sa place dans mon cœur et donc ici même Si j ai gardé Wakin on a Pretty Daze dans ma collection musicale à emporter c est tout de même qu il avait des qualités intrinsèques qui m ont titillées le cerveau droit Ce n est pas un album qui en met plein la vue c est du folk rock cool chanté par un chevelu maigrichon à la voix chaude et un peu désinvolte qui compose des mélodies à la guitare d une beauté et d une simplicité renversantes Oui c est un album renversant qui n en met pas plein la vue j embrasse mes contradictions Le nom de l album est relativement intraduisible mais évoque l idée de cet état de semi conscience lors du réveil où votre esprit est encore à moitié plongé dans un doux rêve La musique de Kurt Vile est un peu comme ça plongée dans une sorte de brume qui rend les choses un peu plus floues plus vaporeuses plus aériennes vous voyez Cette ambiance cette voix ces mélodies tout cela rend chaque composition étrangement captivante Comme je vous disais plus haut le contexte d écoute de chaque morceau a été important pour moi mais la musique a dans son ensemble des propriétés relaxantes et pourra très bien être la bande son de vos rêves éveillés et autres divagations mentales C est un album trankillou Pourquoi se confondre en métaphores alambiquées quand je peux tout résumer en un adjectif pas très français Il me vient une comparaison qui me paraît étonnamment appropriée un joint fait planer certains et endort d autres

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/critiques/kurt-vile-wakin-on-a-pretty-daze-2013/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Le Choix : QUEENS OF THE STONE AGE – …Like Clockwork (2013)
    puisqu on a affaire à une sorte de hard rock mais l expression envoyer du bois semble avoir été forgée pour des morceaux comme I Sat by the Ocean My God is the Sun ou Smooth Sailing C est quelque chose que l on apprend à apprécier encore plus à force d écouter de la musique 24 heures sur 24 mais bon sang ce que le groupe joue bien ensemble L harmonie est palpable les timings sont respectés au milliardième de seconde le moindre son fait sens au sein de chaque morceau il n y a rien qui dépasse bref plus pro tu meurs Entre les riffs crunchy de Josh Homme la batterie puissante de Dave Grohl la basse lourde sus décrite les claviers de Fertita et tout le reste tout s articule à merveille Leur musique est dense complexe mais parce qu elle jouée avec une telle précision elle est rendue très accessible Josh Homme est vraisemblablement perfectionniste et stakhanoviste Autant vous dire qu aucun album sorti cette année ne m a fait une plus grande impression Les cinq premiers morceaux de Like Clockwork sont une suite de potentiels singles tous très accessibles tous plus bons les uns que les autres Je pourrais passer mon temps dans cet article à vous décrire chacun des morceaux pour vous expliquer pourquoi ils me mettent bouche bée The Vampyre of Time and Memory est sans doute le morceau le plus dramatique de tous où le chant délicat de Josh Homme fait des merveilles Ce morceau semble fait pour la bande originale de la série Californication à jouer lorsque le moral de Hank Moody est au plus bas Il n y a que Like Clockwork qui me fait énormément penser à Pink Floyd qui atteint un pareil niveau d intensité Et qui est parfaite également Sur ces deux morceaux Josh Homme expose sans fard une vulnérabilité touchante Au final il n y a guère que Kalopsia où Trent Reznor fait une apparition et que je trouve assez transparente qui n a pas vraiment sa place au sein de cette collection incroyable de bons morceaux Fairweather Friends avec Elton John au piano Mark Lanegan et Trent Reznor est assez grandiose dans sa construction mais me laisse relativement de marbre malgré le petit solo de guitare qui fait tout de même bien plaisir Smooth Sailing remet les choses en place c est à dire au firmament de l excellence rock n roll avec un morceau pan dans ta face qui n est pas sans rappeler les meilleurs moments de Eagles of Death Metal l un des autres groupes de Josh Homme Pour avoir réécouté leurs précédents albums avec donc une nouvelle perspective Like Clockwork ressemble à un best of de tout ce qui fait le son Queens of the Stone Age Un rock très musclé qui sait se faire vulnérable agressif ou carrément épique sans jamais perdre en maîtrise que du plaisir Je conseille vivement ce disque à tous les amateurs de rock au sens

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/critiques/queens-of-the-stone-age-like-clockwork-2013/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Le Choix : CAVEMAN – Caveman (2013)
    lequel évolue le groupe quitte parfois à donner l impression que le groupe joue carrément en apesanteur L adjectif qui ressort souvent dans ces cas là est atmosphérique Vous risquez de vous sentir très léger en écoutant ce disque il réussit quasiment à chaque morceau à occuper complètement l esprit et à faire voyager C est con ce que je raconte mais c est l impression que j ai Pour le coup le oh punaise c est bon ça est arrivé dès le second morceau In the City après une introduction Strange to Suffer qui avait déjà réussi à retenir mon attention ce qui n était pas gagné puisque j étais au boulot et qu au boulot je suis relativement concentré sur mon boulot spéciale dédicace à ma chef qui me lit peut être Ce morceau et les deux qui suivent Shut You Down et Where s the Time sont mes trois préférés C est un super combo de la mort qui tue ahurissant Ahurie ça devait justement être la tête que j avais en l écoutant Le groupe a cette capacité à faire décoller un morceau doucement mais sûrement à faire grimper le niveau d intensité jusqu à une sorte d apothéose qui vous laisse complètement satisfaits Je crois qu on appelle ça un orgasme La plupart des morceaux de l album ne sont toutefois pas comme cela et sont un peu plus linéaires Mais c est tout aussi bien sauf quand il n y a pas suffisamment de relief et que le morceau devient plus soporifique qu autre chose Over My Head qui m est juste passée complètement au dessus ou I See You Si vous avez aimé The War on Drugs ou Grizzly Bear ou même The Fleet Foxes vous apprécierez sans doute Caveman ils partagent ce

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/critiques/caveman-caveman-2013/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Le Choix : SAPIN – One, Two, Tree, Four! (2013)
    pas que du côté de San Francisco que se fait ce qu il y a de mieux dans ce domaine Que ce soit à Bordeaux Magnetix Cheveu Lyon Regal Metz The Feeling Of Love et caetera Cette scène française actuelle nous donne clairement autre chose à nous mettre sous la dent que de la pop chiante ou des daubes commerciales Ce qui fait rudement plaisir Sapin sont signés chez Azbin Records excellent label qui compte parmi ses rangs White Fangs Strange Hands Animal Trophies et qui a par le passé montré une certaine capacité à dénicher des groupes dont le nom se prête aux jeux de mots les plus foireux et que le bon goût voudrait que l on bannisse à jamais un REGAL cet album ce groupe sent le Sapin Bon voilà Sapin est donc un trio rennais qui n en est encore qu à ses débuts mais qui livre ici un premier EP tout à fait réussi qui fait suite à un album de démos disponible depuis le mois de février de cette année A l écoute de ce premier essai on faisait immédiatement le rapprochement avec les débuts des Black Lips ou les enregistrements les plus nerveux

    Original URL path: http://www.lechoix.fr/critiques/sapin-one-two-tree-four/ (2015-10-10)
    Open archived version from archive