archive-fr.com » FR » M » MUSANOSTRA.FR

Total: 733

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Lou Reed par Frederic Lecomte Music Stories .html
    les fils spirituels de Bob Dylan version folk et non comme les chantres d une distorsion bruitiste qu ils sont sur le point d inventer En novembre 1965 le groupe se Rebaptise The Velvet Underground d après le titre d un livre de 1963 signé Michael Leigh traitant de la corruption sexuelle Dans la foulée le Velvet Underground tourne le film Venus In Furs avec entre autres l asexuée Maureen Tucker en jeune mariée endeuillée Tucker rejoint le groupe à la batterie après le départ d Angus Mac Lise Comme le dira Lou Reed Il y a deux sorte de batteurs Moe Tucker et les autres Managé par le journaliste Al Aronowitz le Velvet Underground décroche un engagement au Café Bizarre un bar attrape touristes du Greenwich Village Le groupe s y produit à partir de décembre 1965 notamment en présence du Pape du Pop Art Andy Warhol accompagné de Paul Morrisey et de Gerard Malaga soit la fine fleur de la Silver Factory haut lieu de création artistique et d expérimentations arty azimutées et extrêmes Warhol et ses acolytes sont à la recherche d un groupe de musiciens susceptibles d accompagner les délires lysergiques et les happenings déjantés du démiurge blond surnommé Drella contraction de Dracula et de Cinderella Andy Warhol Les tauliers du Café Bizarre n étaient guère enthousiastes en vers le Velvet Underground Leur musique dépassait les bornes beaucoup trop forte et trop malsaine pour le touriste moyen d un coffee house Les gens se barraient abasourdis et dérangés De fait si Andy Warhol est subjugué par le Velvet Underground la direction du Café Bizarre décide de virer manu militari ces trublions brouillons et bruyants Lou Reed On a été virés mais adoptés par Andy Début 1966 le Velvet Undergtround répète à la Factory avec Nico une jeune chanteuse Allemande récemment arrivée à New York et suggérée par Andy Warhol pour prêter sa voix diaphane au groupe Le Velvet Underground et Nico se produisent au sein du happening multimédia Up tight conçu par Warhol C est ensuite le fameux Exploding Plastic Inevitable autre happening warholien pour lequel le Velvet Underground effectue des performances hallucinantes Durant la tournée de l Exploding plastic Inevitable sur la Côte Ouest le Velvet Underground enregistre trois compositions d anthologie I m Waiting For The Man Venus In Furs et Heroin John Cale Nous essayions de faire quelque chose à la Phil Spector avec le moins d instruments possible Et ça a fonctionné Venus In Furs est le meilleur exemple mais aussi All Tomorrow s Parties et Sunday Morning Le groupe n a jamais eu un producteur aussi bon que Tom Wilson Sun Ra Bob Dylan Simon Garfunkel Mothers Of Invention de Frank Zappa etc NDLR Andy Warhol n a en rien participé aux séances d enregistrement C est un business man qui s est pointé avec 1500 et nous a permis d enregistrer le reste de l album L ensemble du disque est mis en boîte en moins de quatre jours aux

    Original URL path: http://musanostra.fr/Lou%20Reed%20par%20Frederic%20Lecomte%20Music%20Stories%20.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive


  • Keith Richards Happy Birthday de Frederic Lecomte,Elvire Bonnard
    consoeur américaine La radio véhicule une musique brute de décoffrage des idées subversives et le fameux été de l amour de soixante sept trouve un écho dans la soif de liberté provocatrice des Rolling Stones Après la beatlemania place à la folie destructrice de cinq matous cradingues et hirsutes qui braillent leur soif de jouissances instantanées Prolongement jubilatoire de tous les excès incarnés par le slogan marketing de leur manager Andrew Loog Oldham laisseriez vous votre fille sortir avec un Rolling Stone De la même manière qu on essaya de se débarrasser d Elvis c est en prison que l on tenta d éradiquer les Rolling Stones accusés de corrompre la jeunesse et surtout de s adonner sans retenue aux paradis artificiels si chers à Charles Baudelaire Deux ans après avoir crié leur insatisfaction à la face de la planète ils ripostent avec un pied de nez magistral à l establishment dans un titre intitulé par antiphrase We Love You Le clip n est autre qu une parodie du procès d Oscar Wilde dans lequel Keith Richards petites lunettes sur le nez incarne la déesse Justice poussiéreuse face à une Marianne Faithfull androgyne exhibant comme un trophée le manteau de fourrure objet scandaleux du désir qu elle portait nue lors d une descente de police dans la maison de campagne de Keith Richards alors qu ils étaient tous défoncés sous acide en train d écouter Blonde On Blonde de Bob Dylan En France nous n en sommes pas encore là Mais de Gaulle ne perçoit pas que les idées insidieuses venues des enfants impurs de l Oncle Sam font leur chemin chez une jeunesse babyboomer perdue dans un univers patriarcal obnubilé par la sortie de la guerre d Algérie L explosion de mai soixante huit n en sera que plus surprenante à l heure des slogans peace and love et des tenues extravagantes de Carnaby Street A Paris nous sommes encore loin des mini jupes de Mary Quant et les photos d époque ne renvoient pas l aspect déluré incarné par les Stones et pourtant la révolte n en sera que plus violente Car la jeunesse française a elle aussi les mêmes aspirations tout en refusant la société de consommation elle veut paradoxalement jouir de tout sans entrave et consommer cette liberté sexuelle bridée par le modèle gaullien I Can t Get No Satisfaction trouve son prolongement dans Street Fighting Man Après la frustration le dévergondage tourne à l émeute de rue et de palais Initialement la chanson s intitule Did Everybody Pays Their Dues Mais très vite Jagger et Richards en font un manifeste subversif dédié au bagarreurs de rue Mais la petite et grande histoire se chargeront de calmer ces utopies juvéniles Aux Etats Unis les meurtres sanglants de Charles Manson et le désastreux concert des Rolling Stones à Altamont en décembre 1969 qui se solde par le meutre d un jeune noir poignardé par des Hell s Angels incontrôlables vont sonner le glas du rêve hippie Et

    Original URL path: http://musanostra.fr/Keith%20Richards%20Happy%20Birthday%20de%20Frederic%20Lecomte,Elvire%20Bonnard.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Amsterdam Jacques Brel par lionel Sisti
    Jacques Brel Dans le port d Amsterdam par segaman974

    Original URL path: http://musanostra.fr/Amsterdam%20Jacques%20Brel%20par%20lionel%20Sisti.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Eagles band Hotel California Lionel Sisti
    9 cad rja ved 0CIwBEBYwCA url http 3A 2F 2Fwww analyticsseo com 2Ffr ei q S2Uvb2DYWt0QXhjoD4Dg usg AFQjCNGgBxtdUSy3FNFCHHH zs9aCdglHA sig2 TiYz9LMgMZ4Rn tM96RgwQ bvm bv 58187178 d d2k c est une chance pour nous tous que d avoir des propositions de

    Original URL path: http://musanostra.fr/Eagles%20band%20Lionel%20Sisti.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Chet Baker Lets get lost,Un film de Bruce Weber par Lionel Sisti
    carrefours des passions celle de la musique celle de l image et celle de la vie sur celui qu on a appelé le James Dean du jazz Une sacrée gueule ce Chet qu on voit vieillir et rajeunir aux rythmes des flash back tour à tour Dieu grec ou junkie paumé comme le présentent ses ex femmes Vieilles images un présentateur de la télévision américaine annonçant Chet dit Pas besoin que l alcool coule la soirée est cool Pour Chet l alcool coulait et dans ses veines la drogue aussi Docteur Jackil et Mister Hyde métamorphose ascendante du cow boy paumé d Oklahoma qui devint prince grâce à sa trompette puis métamorphose descendante du prince qui devint junkie Mais tant pis Allez on s éclate Bruce Weber est là pour nous livrer en noir et blanc les couleurs de la mémoire l image éclatée tendre et triste de celui à propos duquel Charlie Parker disait à Miles Davis Il y a là un petit blanc qui va nous en faire baver Est ce l inquiètude que Bruce Weber traque dans les yeux du trompettiste en multipliant les gros plans qui explique cette musique pleine de douceur et de légèreté Ou la jouait il comme une trêve dans sa ve déjantée Je ne suis pas d accord avec l idée qui voudrait que les documentaires ne soient pas aussi émouvants que les films de fiction confie le cinéaste j ai fait ce film parce que je voulais jouer un rôle dans la vie de Chet Au fil des clairs obscurs et des images tournées à vif il nous promène d émerveillements en désillusions Emerveillement quand Chet joue et chante désillusion quand il se raconte ou quand ses proches le racontent seules quelques anecdotes humoristiques sont là pour nous faire oublier le

    Original URL path: http://musanostra.fr/Chet%20Baker%20Lets%20get%20lost,%20Un%20film%20de%20Bruce%20Weber%20par%20Lionel%20Sisti.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • C est extra Leo Ferre par Lionel Sisti
    moi non plus Michel Polnareff L amour avec toi Mais cette année là le plus bel hymne au désir sexuel sera C est extra de Léo Ferré Sur un 45 tours extrait de l album L été 68 en face A il y a La nuit et en face B C est extra En face B car cette chanson tranche dans l œuvre de ferré ça pourrait faire un tube mais chanté par Ferré Cette chanson elle avait quekchose de vendue au système Oui mais voi l à cette face B va devenir un slow culte Le poète nihiliste solitaire et colérique allait être aimé du plus grand nombre comme Cloclo et Hallyday Il enregistre ce titre le 7 janvier 1969 et le grave à la gloire des Moody Blues Nights in white satin Ces Moody blues qui chantent la nuit comme un satin de blanc marié A la fin du texte on lit aussi Les Moody blues qui s en balancent Cet ampli qui n veut plus rien dire Si les Moody Blues s en balancent c est peut être parce que Léo Ferré ne put collaborer avec ces derniers comme il l avait souhaité Il s est quand même fait photographier avec eux Il jouera avec le groupe Zoo et ce sera extra Qui se souvient de Zoo On danse donc l été 69 des slows et on drague avec ardeur sur C est extra C est une chanson commerciale certes mais néanmoins du grand Ferré De quoi est il question dans ce texte Au début il y a une fille qui tangue comme un matelot sur un air anglais sur ce jazz qui jazze dans le noir Les Moody Blues ce n est pas du jazz ce n est pas grave c est extra quand même Et

    Original URL path: http://musanostra.fr/C%20est%20extra%20Leo%20Ferre%20par%20Lionel%20Sisti.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Marie Jean Vinciguerra, Arlecchino et Grossu Minutu Francs Maçons, Drame burlesque, Preface de Ghjiseppu Turchini, Stamperia Sammarcelli, 2014 par Jacques Fusina
    sous le double patronage de Pascal Paoli et de Thédore réunis avant de s affranchir enfin dans l ordre naturel de la Liberté et de l Allégresse nous l orienterions en revanche vers l attention aux foisonnants détails qui sont autant de pépites semées le long du chemin Car l auteur que l on sait homme de grande culture et de brillante érudition s amuse d évidence à garnir chaque scène non seulement de saillies et bons mots de répliques multilingues ou de contrepèteries désopilantes mais aussi à esquisser malicieusement des pistes de réflexion à suggérer des propositions philosophiques à formuler des idées originales qui sous un air de plaisanteries sont autant de respirations utiles et d envolées aériennes tant il demeure que le rire est toujours signe et compagnon de haute liberté humaine L auteur a su agrémenter son drame burlesque par un intermède chanté et accompagné de la musique identitaire d un violoneux de village Il ouvre sur des Agapes gargantuesques commentées et formalisées par Vénérable Orateur Surveillants et Frères dignitaires dans un rituel que l écho des voix avinées après les multiples interventions ironiques fait décidément sombrer dans le ridicule Faut il alors s étonner de voir

    Original URL path: http://musanostra.fr/Marie%20Jean%20Vinciguerra,%20Arlecchino%20et%20Grossu%20Minutu%20Francs%20Ma%C3%A7ons,%20Drame%20burlesque,%20Preface%20de%20Ghjiseppu%20Turchini,%20Stamperia%20Sammarcelli,%202014%20par%20Jacques%20Fusina.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive

  • Nos Anges, Jean Baptiste PREDALI editions Actes Sud 2014 par Jacques Fusina
    bien ce qui semble hanter notre auteur depuis son premier roman Une affaire insulaire 2003 les difficiles et complexes débuts du nationalisme dans cette île ensuite avec Autrefois Diana 2007 même si chronologiquement ce roman se situait plutôt à l époque plus ancienne de l occupation italienne ou de la résistance il trouve ici la clôture d une sorte de cycle consacré à la situation particulière d une région qui passe successivement par l asservissement et la révolte par les espoirs et les déceptions surtout par une violence endémique dont elle ne semble jamais pouvoir ni vouloir se départir L affaire dont il est ici question brasse en effet un ensemble polyphonique de voix d attitudes de comportements de réactions de décisions professionnelles ou anecdotiques pittoresques ou graves qui permettent à l auteur de proposer un tableau extrêmement diversifié d une société en grande difficulté aux plans collectif ou individuel où nous sommes bien obligés nous autres lecteurs corses de nous reconnaître bon gré malgré comme dans un parchemin palimpseste indéfiniment gratté sans jamais trouver la sérénité Ce qui frappe surtout et dessine l originalité du projet c est d abord l organisation précise ciselée avec finesse déroulant avec une rapidité et une efficience redoutables de très courtes séquences où l on passe en un saut de ligne d une scène à une autre de manière haletante et toujours d une extrême justesse à l image d une crue ou d un tsunami où tout serait emporté les illusions et les certitudes les repères anciens et les croyances modernes et toujours des vies humaines au hasard du sort dans l énorme flot destructeur que l affaire a provoqué L écriture est ici particulièrement travaillée en touches rapides en accumulations serrées en images foudroyantes en formules décisives qui refusent toute victimisation

    Original URL path: http://musanostra.fr/Nos%20Anges,%20Jean%20Baptiste%20PREDALI%20editions%20Actes%20Sud%202014%20par%20Jacques%20Fusina.html (2015-12-30)
    Open archived version from archive