archive-fr.com » FR » O » OFDT.FR

Total: 576

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Rapport annuel 2005
    6 résultats de l enquête épidémiologique sur stupéfiants et accidents mortels de la sécurité routière Menée par l INRETS Institut national de la recherche sur les transports de leur sécurité et coordonnée par l OFDT Observatoire français des drogues et des toxicomanies grâce à un financement de la Direction générale de la santé DGS cette enquête est la première à permettre une évaluation précise du risque de la consommation de cannabis sur les comportements au volant Les 10 748 procédures exploitables d accidents immédiatement mortels ont permis de déterminer que les conducteurs sous l influence de cannabis ont 1 8 fois plus de risques d être responsables d un accident mortel que les conducteurs n ayant pas consommé ce produit Le sur risque pour les conducteurs sous l influence de l alcool tous taux d alcoolisation confondus est comparativement de 8 5 Par ailleurs la part des accidents mortels attribuables à une positivité au cannabis est de l ordre de 2 5 Au total en France sur une base de 6 000 accidents mortels le nombre imputable au sur risque de responsabilité attaché à une conduite sous cannabis serait de l ordre de 180 tués Proportionnellement ces victimes sont plus fréquemment des hommes jeunes 18 24 ans que celles décédées dans un accident dans lequel le conducteur responsable n a pas consommé de cannabis L enquête détermine également un effet dose comme pour l alcool En 2004 69 décès par surdose ont été recensés il s agit du niveau le plus bas jamais atteint en France Dans la continuité des observations faites depuis le début des années 2000 l héroïne est de moins en moins souvent en cause dans les décès par surdose contrairement aux médicaments et à la cocaïne section 6 Les différents indicateurs pénaux interpellations condamnations et incarcérations pour infractions à la législation sur les stupéfiants sont encore en augmentation en 2004 croissance continue depuis l année 2002 section 8 Trente et un pour cent des entrants en prison en 2003 déclarent une consommation excessive d alcool et 33 une utilisation prolongée et régulière de drogues illicites au cours des 12 derniers mois précédent leur incarcération Mouquet 2005 section 8 Parallèlement une enquête a été menée sur la prise en charge sanitaire et sociale des personnes détenues présentant une dépendance ou ayant une consommation abusive de produits licites ou illicites Obradovic 2005 L étude conclut que même si l offre de prise en charge est globalement satisfaisante en prison des avancées restent à faire notamment en termes d accès aux traitements de substitution et aux substituts nicotiniques Résumé des éclairages spécifiques Différences de genre dans les usages de substances psychoactives par F Beck S Chacker et S Legleye Alors que les pays anglosaxons ont depuis longtemps développé les études centrées sur le genre et l approche genre d une manière plus générale la France connaît un retard important dans ce domaine Ce n est qu à partir des années 1980 que la problématique s impose progressivement dans les

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/publi/natrep/nr2005f.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Rapport annuel 2004
    dont 84 pour usage de stupéfiant 76 124 saisies de produits stupéfiants illicites ont été opérées en France pendant l année dont 89 sont des saisies de cannabis La résine de cannabis est vendue en moyenne 6 le gramme Le prix de vente de l héroïne semble diminuer 65 le gramme d héroïne blanche 40 le gramme d héroïne brune Les trois cinquièmes des comprimés d ecstasy sont vendus à 10 Consommations Le nouvel exercice du volet français de l enquête ESPAD European School survey Project on Alcohol and other Drugs permet de mettre en relief les évolutions des consommations chez les élèves âgés de 12 à 18 ans sur les 10 dernières années Choquet et al 2004 L expérimentation et la consommation répétée de cannabis ont été au moins multipliés par deux chez les filles comme chez les garçons depuis 1993 En dehors des produits à inhaler et des champignons hallucinogènes les niveaux d expérimentation des substances illicites autres que le cannabis sont très faibles L enquête ESCAPAD 2002 Enquête sur la santé et les consommations lors de l appel de préparation à la défense auprès de jeunes de 17 19 interrogés lors de la journée d appel de préparation à la défense montre que le cannabis reste de loin la substance psychoactive illicite la plus fréquemment expérimentée plus de la moitié des 17 19 ans déclarent en avoir déjà fumé au cours de leur vie F Beck et Legleye 2003b La plupart des autres drogues illicites affichent des niveaux d expérimentation toujours faibles mais en légère augmentation c est en particulier le cas des produits à inhaler des champignons hallucinogènes du poppers de l ecstasy et des amphétamines Autre fait marquant mis en avant par cette enquête l usage régulier de cannabis chez les jeunes enquêtés est aussi fréquent que celui de l alcool Tendances récentes Le rajeunissement des populations fréquentant les structures de première ligne est observé depuis près de 2 ans par le dispositif TREND Bello et al 2004 Bello et al 2003 Ces jeunes usagers généralement plus précarisés que ceux qui sont plus âgés se répartissent principalement en 3 groupes usagers fortement marquées par la culture techno usagers en rupture ayant une faible insertion sociale et des personnes issues d une immigration récente Europe de l Est notamment Les jeunes issus des deux premiers groupes évoluent aux frontières de l espace urbain et de l espace festif favorisant ainsi un certain décloisonnement des pratiques et des consommations Une décroissance des pratiques d injection est constatée sur l ensemble des sites TREND tendance qui se confirme au fur et à mesure des années d observation la proportion d injecteurs au cours du mois écoulé dans les structures de première ligne décroît de 54 en 2001 à 44 en 2002 et 37 en 2003 Parallèlement les autres données recueillies vont dans le sens de l importance du recours au sniff comme mode d administration de nombreux produits chlorhydrate de cocaïne notamment La disponibilité de la cocaïne déjà

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/publi/natrep/nr2004f.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Rapport annuel 2003
    blanche est de 80 53 pour l héroïne brune Le comprimé d ecstasy est vendu en moyenne à 11 3 Le prix moyen du gramme de cocaïne varie de 52 à 91 selon les sites Consommations En population générale les évolutions observées confirment d année en année la place du cannabis comme drogue illicite la plus fréquemment consommée Les prévalences d expérimentation avoir consommé au moins une fois dans sa vie et d usage au cours des 12 derniers mois chez les adultes sont en effet en hausse 22 8 chez les 18 75 en 2002 contre 19 6 en 1999 pour l expérimentation et 7 5 en 2002 contre 6 0 en 1999 pour l usage au moins une fois au cours des 12 derniers mois Beck et Legleye 2003b Le niveau d expérimentation des autres drogues reste stable sauf dans le cas de la cocaïne et marginal Les derniers calculs réalisés estiment le nombre d expérimentateurs d héroïne parmi la population française de 18 75 ans à 300 000 contre 850 000 pour la cocaïne 350 000 pour l ecstasy Beck et Legleye 2003b Parmi les jeunes âgés de 17 ans les enquêtes auprès des jeunes scolarisés soulignent le doublement du niveau d expérimentation du cannabis entre 1993 et 2002 ainsi que le triplement du niveau de son usage répété consommation au moins 10 fois au cours de l année sur la même période Beck et Legleye 2003a Les niveaux d expérimentations des autres drogues illicites restent inférieurs à ceux de l alcool du tabac ou du cannabis mais ont cru entre 2000 et 2002 C est notamment le cas des produits à inhaler 4 1 en 2000 vs 5 2 en 2002 des champignons hallucinogènes 3 1 en 2000 vs 4 2 en 2002 du poppers 2 4 en 2000 vs 4 0 en 2002 de l ecstasy 2 9 en 2000 vs 3 9 en 2002 et des amphétamines 1 0 en 2000 vs 2 0 en 2002 Tendances récentes Dans la continuité des observations réalisées en 2001 par le dispositif TREND Tendances récentes et nouvelles drogues il semble que l injection même si elle reste la pratique prédominante chez les usagers fréquentant les structures de bas seuils soit en baisse et notamment chez les usagers les plus jeunes tandis que la pratique du sniff se diffuse de plus en plus largement Les comportements à risques chez ces usagers subsistent 26 des injecteurs ont partagé leur seringue au cours du mois écoulé Bello et al 2003 Parmi les sniffeurs récents la pratique du partage reste également répandue au cours du mois écoulé les trois quarts des personnes déclarent avoir partagé le produit et près de la moitié 43 leur paille Bello et al 2003 Certains mésusages de BHD principal produit de substitution aux opiacés en France ont été identifiés facilités par la disponibilité du produit sur les marchés parallèles urbains Pour ce produit des pratiques d injection et de sniff ont été mises en évidence parmi

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/publi/natrep/nr2003f.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • Rapport annuel 2002
    au profit du cannabis 24 en 2000 Quant aux produits récemment consommés 2001 constitue une rupture avec un mouvement de hausse pour l héroïne après une baisse continue depuis 1995 A propos du nombre de patients en traitement de substitution on estime qu il était en France à la fin de 2001 de 90 000 personnes dont un peu plus de 10 000 patients traités par méthadone Les autres patients sont traités par buprénorphine haut dosage BHD ou Subutex Les pratiques d injection sont à l origine des principaux dommages sanitaires subis par les usagers de drogues Mais la concordance de plusieurs sources va dans le sens d une diminution de ce mode d administration notamment chez les usagers les plus jeunes et ceux qui consomment depuis moins longtemps Cette tendance s explique certainement par l impact des actions et des messages de réduction des risques réalisés par les pouvoirs publics ou par les associations investies dans le champ l injection est une pratique moins valorisée qu auparavant et la perception du risque de contamination par les virus du sida ou les hépatites B et C est plus grande Le développement de l accessibilité des produits de substitution et l influence de la culture techno qui promeut essentiellement des modes d administration non injectables semblent également avoir Le nombre de décès total dus aux drogues illicites ne peut pas être estimé Cependant les décès par surdoses enregistrés par les services de police se sont élevés à 107 en 2001 soit le niveau le plus bas depuis le début des années 90 et notamment le maximum enregistré en 1994 564 Les décès liés à l héroïne sont en baisse tandis que ceux liés à la cocaïne et aux médicaments sont en augmentation L année 2001 est marquée par l émergence des décès liés à l ecstasy 8 au total dont 5 pour lesquels il s agit du seul produit relevé Le nombre de décès par Sida chez les usagers de drogues poursuit sa baisse amorcée en 1994 1044 et s établit à 101 Action publique et perception par les Français La diffusion de données fiables auprès des professionnels mais aussi du grand public était un des objectifs du plan triennal 1999 2001 prorogé jusqu en 2002 adopté par le gouvernement et mis en oeuvre par la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie Interrogés en 2002 EROPP 2002 Les Français sont un peu plus nombreux qu en 1999 à se sentir informés sur le sujet 61 0 contre 57 9 Concernant ce volet information on note également la progression très sensible des connexions au site internet www drogues gouv fr ouvert en décembre 1999 et mettant à la disposition de tous les données et connaissances sur les drogues et les dépendances enfin le nombre d appels vers DATIS la ligne nationale d aide téléphonique est également en augmentation bien qu en baisse les questions sur les drogues illicites sont toujours plus nombreuses que celles concernant l alcool et

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/publi/natrep/nr2002f.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • 404: Page not found
    404 Page not found The requested document does not exist The requested document publi chrp dei dei5 html with document id publi chrp dei dei5 does not exist

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/publi/chrp/dei/dei5.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • OFDT - RPIB - Registre des formateurs
    2001 Rapports 1997 2000 Ouvrages collectifs Notes de synthèse Notes d information SINTES Articles 2010 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 1992 à 2000 Rapports annuels Drogues et addictions Divers Liste chronologique Publi 2013 Publi 2012 Publi 2011 Publi 2010 Publi 2009 Publi 2008 Publi 2007 Publi 2006 Publi 2005 Publi 2004 Publi 2003 Publi 2002 Publi 2001 Publi 1997 2000 Base bibliographique Liens Espaces collaboratifs RPIB SINTES Cohorte usagers en traitement et bas seuil CSAPA CAARUD Appels d offres ACCUEIL PLAN DU SITE RECHERCHE INDEXÉE GLOSSAIRE ENGLISH HOMEPAGE S ABONNER NOUS CONTACTER Espaces collaboratifs RPIB Registre des formateurs Imprimer Registre des formateurs Bienvenue sur cet espace ressource Il s adresse tout particulièrement aux nouveaux acteurs responsables de la mise en oeuvre d une stratégie de promotion du RPIB en matière l alcool à l échelle de leur territoire Un registre des intervenants formés à la conduite des actions de formation RPIB auprès des médecins généralistes déja actifs sur le territoire national est mis à votre disposition Les personnes figurant dans le registre ont bien entendu donné leur accord pour y être intégrés L OFDT actualise le registre en continu afin de faciliter

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/reserve/rpib-4/formateurs.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • OFDT - RPIB - Espace "Organisateurs/Promoteurs"
    l évolution des perceptions sur l alcool des médecins généralistes formés Q4 Quelle est l évolution des pratiques RPIB des médecins généralistes formés Q5 Les outils pour conduire l évaluation Questionnaire formation Il renseigne les trois premières questions Q1 Q2 et Q3 Il permet également d actualiser le registre formateurs Questionnaire médecins généralistes Il renseigne les représentations des médecins généralistes concernant les problèmes d alcool de leurs patients et leurs pratiques habituelles face à ces problèmes Q4 et Q5 Cet outil comporte deux volets Un questionnaire rempli par le médecin généraliste le jour de la formation avant le début de la séance dans le cas d une formation collective ou bien avant la visite de formation dans le cas d une formation individuelle au cabinet du médecin généraliste Un questionnaire téléphonique réalisé par l OFDT à quelques mois de la formation auprès des médecins généralistes ayant acceptés d être contactés Cliquer sur les questions pour obtenir les réponses Vous envisagez d organiser une formation que faire pour qu elle soit évaluée par l OFDT au même titre que toutes les formations dispensées sur le territoire Comment remplir le questionnaire formation Vous organisez plusieurs actions de formation faut il remplir le questionnaire formation à chaque fois Où trouver le questionnaire médecins généralistes Comment procéder avec le questionnaire médecins généralistes Comment accéder aux résultats de l évaluation Vous envisagez d organiser une formation que faire pour qu elle soit évaluée par l OFDT au même titre que toutes les formations dispensées sur le territoire Vous devez prendre contact avec l OFDT à l adresse électronique suivante rpib ofdt fr ou nous téléphoner au 01 41 62 77 16 L OFDT vous attribuera un identifiant et un mot de passe vous permettant de participer à l évaluation de votre vos action s Votre participation consistera à Remplir le questionnaire formation Vous assurer que les médecins formés remplissent le questionnaire médecins généralistes avant le début de la formation Renvoyer à l OFDT les questionnaires remplis et la liste de participants ayant accepté d être recontactés par l Observatoire Autres questions Comment remplir le questionnaire formation Deux questionnaires différents vous sont proposés selon que vous organisez une formation de groupe ou une formation individuelle Cliquez sur le questionnaire correspondant à votre situation L identifiant et le mot de passe qui vous ont été communiqués par l OFDT vous seront demandés et vous permettront de faire la saisie en ligne Questionnaire Formation délivrée à un groupe Questionnaire Formation individuelle au cabinet du médecin généraliste Si vous préférez remplir ce questionnaire au format papier veuillez cliquer sur les liens suivants Attention Si vous avez choisi cette option n oubliez pas de renvoyer les questionnaires format papier à l OFDT Télécharger le questionnaire au format PDF Télécharger le questionnaire au format PDF Vous organisez plusieurs actions de formation faut il remplir le questionnaire formation à chaque fois Oui Assurez vous de remplir un questionnaire formation pour chaque action de formation En effet même si le contenu de la

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/reserve/rpib-4/promoteurs.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive

  • dctitle
    2003 Rapports 2002 Rapports 2001 Rapports 1997 2000 Ouvrages collectifs Notes de synthèse Notes d information SINTES Articles 2010 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 1992 à 2000 Rapports annuels Drogues et addictions Divers Liste chronologique Publi 2013 Publi 2012 Publi 2011 Publi 2010 Publi 2009 Publi 2008 Publi 2007 Publi 2006 Publi 2005 Publi 2004 Publi 2003 Publi 2002 Publi 2001 Publi 1997 2000 Base bibliographique Liens Espaces collaboratifs RPIB SINTES Cohorte usagers en traitement et bas seuil CSAPA CAARUD Appels d offres ACCUEIL PLAN DU SITE RECHERCHE INDEXÉE GLOSSAIRE ENGLISH HOMEPAGE S ABONNER NOUS CONTACTER Espaces collaboratifs RPIB Principaux résultats de l évaluation point 1 Imprimer Combien de promoteurs et de formateurs se sont mobilisés et combien de médecins généralistes ont été formés Promoteurs et formateurs Sur la période considérée 19 promoteurs ont assuré des formations RPIB voir tableau 1 Par ailleurs 172 formateurs répartis dans 10 régions figurent à ce jour dans le registre national consultable sur le site de l OFDT Ces professionnels peuvent être sollicités pour assurer une formation RPIB Médecins généralistes formés Sur la période considérée l OFDT a pu recenser un effectif de 920 médecins généralistes

    Original URL path: http://www.ofdt.fr/ofdtdev/live/reserve/rpib-4/result1.html (2013-12-11)
    Open archived version from archive