archive-fr.com » FR » P » PANDESMUSES.FR

Total: 476

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Le Pan poétique des muses
    n 6 08 11 2015 Lettre n 6 Crédit photo Fillette à l orange par Louise Catherine Breslau 1856 1927 image trouvée sur commons wikimedia org domaine public Avertissement La revue reprend ses activités après une longue période d absence et avec une nouvelle direction 1 2 3 4 5 Publications Numéros réguliers Numéros spéciaux Lettre du Ppdm Hors Séries Événements poétiques Rechercher Recherche Archives Janvier 2016 1 Décembre 2015 3 Novembre 2015 47 À La Une Belle année 2016 en poésie Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare sa Lettre n 7 une partie de vos contributions sera publiée dans le numéro spécial et le hors série de 2016 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques Contribuer à la lettre n 7 Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare la Lettre n 7 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques entretiens critiques annonces diverses jusqu au 5 janvier 2016 à contact revue pandesmuses fr Lettre n 6 Lettre n 6 Crédit photo Fillette à l orange par Louise Catherine Breslau 1856 1927 image trouvée sur commons wikimedia org domaine public ISSN 2116 1046 Revue féministe de poésie internationale multilingue diffusée en versions électronique Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Couverture Numéro spécial Identités genrées en poésie Présentation Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses sont très heureuses de vous annoncer le passage de la revue Le Pan poétique des muses Événement poétique Paris une longue histoire d amour Événement Événement poétique Paris une longue histoire d amour Depuis des siècles les poètes hommes et femmes célèbrent Paris dans leurs écrits Le Pan poétique des muses et l association SIEFEGP ont le plaisir de vous inviter à leur événement poétique Penser la maladie et la vieillesse en poésie Appel à contribution Dossier du n 6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Date limite 30 juin 2016 Parution imprimée en 2017 Crédit photo dessin de Vincenzo Busciolano image trouvée sur Wikipédia Commons domaine public Responsable du numéro Chroniques des temps morts Poème Chroniques des temps morts Huguette Bertrand Avant première Un poème extrait de Chroniques des temps morts recueil à paraître Ce poème Chroniques des temps morts est aussi reproduit du recueil La mort amoureuse paru en 1993 avec l aimable Y ZérO Vidéos poèmes Y ZérO Trihn Lo Y Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Durée 1 50 Date novembre 2015 Url https www youtube com watch v ej3q y7B0T8 Publication de la revue LPpdm tous droits réservés ZérO Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Notes de lecture sur les recueils Poémitude 7ème tome et Sonnets pour une autopsie Critique réception Notes de lecture sur les recueils Poémitude 7ème tome et Sonnets pour une autopsie ou la vie d un poète Cyril Bontron Rédacteur directeur artistique de la revue LPpdm et membre de la SIEFEGP Responsable d une rubrique

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/archive/2015-11/5 (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Contribuer au numéro spécial « Identités genrées en poésie » - Le Pan poétique des muses
    internationale de poésie entre théories pratiques Le printemps féminin de la poésie Hors Série n 1 En ligne sous la direction de C Aubaude L Delaunay M Gossart D Sahyouni F Urban Menninger mis en ligne le 10 mai 2013 Url http www pandesmuses fr article contribuer au numero special identites genrees en poesie 117671321 html Url http 0z fr 4QTH0 Partager cet article Repost 0 Vous aimerez aussi Hors Série n 1 Printemps 2013 Sommaire du Hors série n 1 Les voix de mon poème Le bracelet Le diamant Le Pan poétique des muses dans Hors Séries du Ppdm POESIA y GUITARRA Lectura Publications Numéros réguliers Numéros spéciaux Lettre du Ppdm Hors Séries Événements poétiques Rechercher Recherche Archives Janvier 2016 1 Décembre 2015 3 Novembre 2015 47 À La Une Belle année 2016 en poésie Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare sa Lettre n 7 une partie de vos contributions sera publiée dans le numéro spécial et le hors série de 2016 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques Contribuer à la lettre n 7 Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare la Lettre n 7 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques entretiens critiques annonces diverses jusqu au 5 janvier 2016 à contact revue pandesmuses fr Lettre n 6 Lettre n 6 Crédit photo Fillette à l orange par Louise Catherine Breslau 1856 1927 image trouvée sur commons wikimedia org domaine public ISSN 2116 1046 Revue féministe de poésie internationale multilingue diffusée en versions électronique Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Couverture Numéro spécial Identités genrées en poésie Présentation Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses sont très heureuses de vous annoncer le passage de la revue Le Pan poétique des muses Événement poétique Paris une longue histoire d amour Événement Événement poétique Paris une longue histoire d amour Depuis des siècles les poètes hommes et femmes célèbrent Paris dans leurs écrits Le Pan poétique des muses et l association SIEFEGP ont le plaisir de vous inviter à leur événement poétique Penser la maladie et la vieillesse en poésie Appel à contribution Dossier du n 6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Date limite 30 juin 2016 Parution imprimée en 2017 Crédit photo dessin de Vincenzo Busciolano image trouvée sur Wikipédia Commons domaine public Responsable du numéro Chroniques des temps morts Poème Chroniques des temps morts Huguette Bertrand Avant première Un poème extrait de Chroniques des temps morts recueil à paraître Ce poème Chroniques des temps morts est aussi reproduit du recueil La mort amoureuse paru en 1993 avec l aimable Y ZérO Vidéos poèmes Y ZérO Trihn Lo Y Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Durée 1 50 Date novembre 2015 Url https www youtube com watch v ej3q y7B0T8 Publication de la revue LPpdm tous droits réservés ZérO Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-contribuer-au-numero-special-identites-genrees-en-poesie-117671321.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • n°0|Contribuer au n°1|dossier et poèmes sur le thème: Poésie, Danse & Genre - Le Pan poétique des muses
    et légendaires des danseuses et des danseurs peuplent nos cultures inspirent les philosophes les poètes et les artistes Chaque poète a sa palette de modèles pour décrire les artistes Pourquoi la danseuse d un jour ou celle de toujours hantent elles l imaginaire des poètes Celles des cabarets comme celles de la danse classique celles de l Antiquité comme celles d aujourd hui ont du pouvoir sur celle et celui qui les regardent Et les figures des danseurs demeurent elles un peu dans l oubli Qui ne se rappelle de Terpsichore des Bacchantes du roi David dansant de Vestris de Salomé de la Guimard de La Goulue de Céleste Mogador de Rudolf Noureev de Patrick Dupond de Joséphine Baker d Anna Pavlova Pour toutes ces raisons et bien d autres la revue propose de se pencher sur cette thématique dans son n 1 à paraître en ligne en 2012 D après le propos exposé plus haut et sans que cela soit exhaustif nous proposons de traiter les axes suivants Poésie danse et genre une histoire du langage mimer danser penser écrire être Le genre du corps dansant La danse comme poésie du corps L écriture de la poétique des danseuses professionnelles à partir du XVIII e siècle une histoire poétique de la réception Les figures des danseuses et danseurs mythiques ou légendaires dans les œuvres poétiques des poètes hommes et femmes Le Genre dans la poésie corps dansant avec les normes Poésie et danses érotiques ou les figures du corps dansant érotisé et érotisant Poésie danse et genre les voix voies du corps Les propositions articles comptes rendus poèmes textes et poèmes peu connus sur la danse dessins et illustrations doivent être envoyées au plus tard le 25 mars 2012 à l adresse contact revue pandesmuses fr Bibliographie BONNET Jacques Histoire générale de la danse sacrée et profane avec un supplément de l histoire de la musique et le parallèle de la peinture et de la poésie éd D Houry fils 1724 CARON Pascal Faunes poésie corps danse de Mallarmé à Nijinski Paris éd H Champion 2006 348 p COMPAN Charles Dictionnaire de danse contenant l histoire les règles les principes de cet art avec des réflexions critiques des anecdotes curieuses concernant la danse ancienne moderne le tout tiré des meilleurs auteurs qui ont écrit sur cet art éd Cailleau 1787 CORBIER Christophe Poésie musique et danse Maurice Emmanuel et l hellénisme Éditions Classiques Garnier 2011 FINCK Michèle Poésie moderne et danse le corps en question url http michele finck free fr poesie moderne et danse htm tiré de Poésie et danse à l époque moderne Corps provisoire Armand Colin 1992 LABAT Stéphane La poésie de l extase et le pouvoir chamanique du langage éd Kluwer 1997 470 p LOUISON LASSABLIÈRE Marie Joëlle Études sur la danse de la Renaissance au siècle des Lumières Éditions L Harmattan coll Univers musical 2003 MAULPOIX Jean Michel Le danseur de corde portait du poète en funambule in Nouveau recueil Dossier Figures du poète

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-n-0-contribuer-au-n-1-dossier-et-poemes-sur-le-theme-poesie-danse-genre-86917840.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • La Lettre - Le Pan poétique des muses
    org domaine public ISSN 2116 1046 Revue féministe de poésie internationale multilingue diffusée en versions électronique Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Couverture Numéro spécial Identités genrées en poésie Présentation Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses sont très heureuses de vous annoncer le passage de la revue Le Pan poétique des muses Événement poétique Paris une longue histoire d amour Événement Événement poétique Paris une longue histoire d amour Depuis des siècles les poètes hommes et femmes célèbrent Paris dans leurs écrits Le Pan poétique des muses et l association SIEFEGP ont le plaisir de vous inviter à leur événement poétique Penser la maladie et la vieillesse en poésie Appel à contribution Dossier du n 6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Date limite 30 juin 2016 Parution imprimée en 2017 Crédit photo dessin de Vincenzo Busciolano image trouvée sur Wikipédia Commons domaine public Responsable du numéro Chroniques des temps morts Poème Chroniques des temps morts Huguette Bertrand Avant première Un poème extrait de Chroniques des temps morts recueil à paraître Ce poème Chroniques des temps morts est aussi reproduit du recueil La mort amoureuse paru en 1993 avec l aimable Y ZérO Vidéos poèmes Y ZérO Trihn Lo Y Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Durée 1 50 Date novembre 2015 Url https www youtube com watch v ej3q y7B0T8 Publication de la revue LPpdm tous droits réservés ZérO Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Notes de lecture sur les recueils Poémitude 7ème tome et Sonnets pour une autopsie Critique réception Notes de lecture sur les recueils Poémitude 7ème tome et Sonnets pour une autopsie ou la vie d un poète Cyril Bontron Rédacteur directeur artistique de la revue LPpdm et membre de

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-la-lettre-113617682.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • la lettre de la revue lppdm - Le Pan poétique des muses
    engagent à respecter les données personnelles des auteurs et leur liberté d expression dans le respect des lois françaises en vigueur Ils peuvent demander la modification de leurs données et la correction de leurs textes même après leur parution en ligne pour les publications imprimées cela pourrait s avérer impossible ou très long à réaliser La revue LPpdm et la maison d édition de la SIEFEGP avec leurs équipes ne sont pas tenues responsables des pannes informatiques des accidents électroniques et des autres catastrophes naturelles provoquant une perte de leurs textes ou de leurs données personnelles La revue LPpdm et la maison d édition de la SIEFEGP respectent la vie privée des auteurs des membres de leurs équipes et des lectorats déclaration faite à la CNIL Article 10 L auteur demeure responsable de ses publications la revue LPpdm et la maison d édition de la SIEFEGP avec leurs équipes ne peuvent pas faire l objet des poursuites juridiques à sa place Article 11 Le Pan poétique des muses et son hébergeur traitent vos réclamations et signalements de contenus illicites ou des abus Article 12 Ce présent contrat s applique dès la soumission des textes images liens annonces etc par l auteur à un des membres de nos équipes Article 13 La vente partielle des publications et des produits dérivés donne droit à l auteur de bénéficier de droits d auteur sur le gain de cette vente Ces droits s élèvent à 20 du gain L auteur peut réclamer une fois par an le versement de ses gains à partir de la somme de 15 euros La mise en place de cette vente partielle débutera le 20 janvier 2016 Nous nous engageons à afficher régulièrement la liste des publications vendues par auteur et par exemplaire Article 14 L auteur responsable d un ouvrage collectif reçoit les droits d auteur sur l ouvrage publié Les auteurs de cette œuvre ne peuvent prétendre à aucun payement de droits de notre part que lorsqu il y a une vente partielle de leur contribution Article 15 L auteur s engage comme nos équipes bénévoles à respecter la ligne éditoriale et les textes fondateurs suivants Déclaration des droits de l Homme et du citoyen de 1789 Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne de 1791 Article 16 La revue LPpdm et l association SIEFEGP avec leurs équipes préfèrent publier des personnes qui partagent leur vision humaniste féministe pacifiste universaliste protectrice de l environnement et altruiste du monde Elles ne peuvent pas être tenues responsables des opinions politiques religieuses etc de l auteur exprimées ailleurs et dans d autres publications Nous contrôlons uniquement les contributions soumises à nos structures Nos structures ne tolèrent pas la discrimination à la publication Chaque responsable d une publication demeure toutefois libre dans sa sélection des contributions et des livres à critiquer soumis rester libre comme la poésie est au dessus de toute autre chose Article 17 La revue LPpdm et l association SIEFEGP avec leurs équipes préfèrent publier

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/page-list/la%20lettre%20de%20la%20revue%20lppdm (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Actualité de la SIÉFÉGP - Le Pan poétique des muses
    de la SIÉFÉGP Le Pan poétique des muses Revue internationale de poésie entre théories pratiques Lettre n 3 En ligne mis en ligne le 22 septembre 2013 Url http www pandesmuses fr article actualite siefegp 120283440 html Url http 0z fr u3ruy www pandesmuses fr Partager cet article Repost 0 Vous aimerez aussi Belle année 2016 en poésie Contribuer à la lettre n 7 Lettre n 6 Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Le Pan poétique des muses dans La Lettre de la revue LPpdm Gabriel Arnou Laujeac Plus Publications Numéros réguliers Numéros spéciaux Lettre du Ppdm Hors Séries Événements poétiques Rechercher Recherche Archives Janvier 2016 1 Décembre 2015 3 Novembre 2015 47 À La Une Belle année 2016 en poésie Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare sa Lettre n 7 une partie de vos contributions sera publiée dans le numéro spécial et le hors série de 2016 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques Contribuer à la lettre n 7 Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare la Lettre n 7 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques entretiens critiques annonces diverses jusqu au 5 janvier 2016 à contact revue pandesmuses fr Lettre n 6 Lettre n 6 Crédit photo Fillette à l orange par Louise Catherine Breslau 1856 1927 image trouvée sur commons wikimedia org domaine public ISSN 2116 1046 Revue féministe de poésie internationale multilingue diffusée en versions électronique Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Couverture Numéro spécial Identités genrées en poésie Présentation Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses sont très heureuses de vous annoncer le passage de la revue Le Pan poétique des muses Événement poétique Paris une longue histoire d amour Événement Événement poétique Paris une longue histoire d amour Depuis des siècles les poètes hommes et femmes célèbrent Paris dans leurs écrits Le Pan poétique des muses et l association SIEFEGP ont le plaisir de vous inviter à leur événement poétique Penser la maladie et la vieillesse en poésie Appel à contribution Dossier du n 6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Date limite 30 juin 2016 Parution imprimée en 2017 Crédit photo dessin de Vincenzo Busciolano image trouvée sur Wikipédia Commons domaine public Responsable du numéro Chroniques des temps morts Poème Chroniques des temps morts Huguette Bertrand Avant première Un poème extrait de Chroniques des temps morts recueil à paraître Ce poème Chroniques des temps morts est aussi reproduit du recueil La mort amoureuse paru en 1993 avec l aimable Y ZérO Vidéos poèmes Y ZérO Trihn Lo Y Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Durée 1 50 Date novembre 2015 Url https www youtube com watch v ej3q y7B0T8 Publication de la revue LPpdm tous droits réservés ZérO Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Notes de lecture sur les recueils Poémitude 7ème tome et Sonnets pour

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-actualite-siefegp-120283440.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • album - Le Pan poétique des muses
    féministe de poésie internationale multilingue diffusée en versions électronique Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Couverture Numéro spécial Identités genrées en poésie Présentation Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses sont très heureuses de vous annoncer le passage de la revue Le Pan poétique des muses Événement poétique Paris une longue histoire d amour Événement Événement poétique Paris une longue histoire d amour Depuis des siècles les poètes hommes et femmes célèbrent Paris dans leurs écrits Le Pan poétique des muses et l association SIEFEGP ont le plaisir de vous inviter à leur événement poétique Penser la maladie et la vieillesse en poésie Appel à contribution Dossier du n 6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Date limite 30 juin 2016 Parution imprimée en 2017 Crédit photo dessin de Vincenzo Busciolano image trouvée sur Wikipédia Commons domaine public Responsable du numéro Chroniques des temps morts Poème Chroniques des temps morts Huguette Bertrand Avant première Un poème extrait de Chroniques des temps morts recueil à paraître Ce poème Chroniques des temps morts est aussi reproduit du recueil La mort amoureuse paru en 1993 avec l aimable Y ZérO Vidéos poèmes Y ZérO Trihn Lo Y Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Durée 1 50 Date novembre 2015 Url https www youtube com watch v ej3q y7B0T8 Publication de la revue LPpdm tous droits réservés ZérO Réalisation Trihn Lo et Cristina Rap Notes de lecture sur les recueils Poémitude 7ème tome et Sonnets pour une autopsie Critique réception Notes de lecture sur les recueils Poémitude 7ème tome et Sonnets pour une autopsie ou la vie d un poète Cyril Bontron Rédacteur directeur artistique de la revue LPpdm et membre de la SIEFEGP Responsable d une rubrique en

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/page-list/album (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • n°0|automne 2011 - Le Pan poétique des muses
    résumé un vaste élargissement de notre univers notamment de notre univers sonore atteste pour l espèce un intérêt croissant excite une capacité d attention singulière à l égard de la nature des facultés et des ressources possibles de l expression humaine La magie poétique cette magie sonore autant que signifiante l idée vient peut venir par là même de la sortir un peu de l univers des Lettres du discours de l Histoire de tout ce qui ingénieux ou naïf n est pas strictement elle pour en objectiver les facultés concrètes mesurables et si possible dégagées des jugements de nos ethnocentrismes et apriorismes culturels Je sais que l écriture le survol de la lecture muette qu elle engendre le plus souvent lecture au rythme indépendant de toute respiration interdisent la communication sensible de l expérience que j ai ébauchée avec mes auditeurs d octobre 2006 L accentuation les hauteurs les intensités les durées le timbre les silences les gestes les regards l échange tout ce qui dans la composition et dans la profération poétique élargit la résonance intellectuelle et amplifie le spectre de la signification est aboli dans la prose écrite fît elle l objet du travail de composition le plus soutenu Voiles masques du logos Quelle approche auditive ou visuelle ou toute corporelle peut prétendre franchir l apparence des signes Quelle saisie attentive patiente exercée se voir prête à briser toute saisie réflexe à devancer à dépasser la cristallisation du sens Jusqu à chercher peut être une langue dégagée des pratiques naïves une langue opérant plus physiquement au cœur de ce qui nous définit pour nous en délivrer Qu est ce donc que parler s interroge un poète Quel est cet acte étrange Et d où vient tant de foi dans cette expiration dans cette restitution d un peu de l air qui nous entoure changé en verbe par l appareil de la phonation et revêtu de sens par l habitude La question en elle même peut sembler singulière Voir l acte de parler comme n allant pas de soi témoigne un détachement un recul une forme de lucidité qui peut à son tour prêter à l étonnement Nous interrogeons nous sur notre forme humaine Nos corps membres visages nous semblent ils surprenants Dès notre ébauche humaine dès notre vie intra utérine depuis notre formation et durant notre développement fœtal quelque chose du verbe et de ses vibrations vient façonner notre être Nous saluons d un cri notre venue au monde à l air à la lumière Rien n est normal encore nous ne sommes pas fixés Nos yeux s ouvrent au premier aperçu puis à l identification des éléments du décor terrestre de cette vie débutante où la répétition tient le tout premier rôle Notre oreille s y déploie également et commence son éducation directe aux bruits extérieurs de toute sorte dont les sons du langage familier dont notre langue maternelle seront les plus nombreux à lui être adressés Ce logos depuis lors nous touche de si près dans un contact si permanent il nous épouse il fait si bien corps avec nous qu il nous est impossible de ne pas le parler de ne pas le comprendre Travaillés de son bruit dès avant la naissance soumis à ses figures dès nos balbutiements dressés à son usage le plus commun par toute notre éducation nous ne pouvons plus adultes nous défaire ni des notions ni des questions ni des schémas de raisonnement contenus par avance dans ses mots imposés Nous ne pouvons que parler que croire nos paroles Comment voir au delà de nos définitions Que penser au delà des schémas du langage C est par quoi rien ne rompt n interrompt le mouvement du verbe Il n est pas d objection qu il ne broie ne digère dont il ne vienne à se nourrir et à croître Cependant Le Logos ce qui est toujours les hommes sont incapables de le comprendre car bien que toutes choses naissent et meurent selon ce Logos les hommes sont sans expérience quand ils s essaient à des paroles ou à des actes Héraclite sait le lien du langage et de l homme le poids de cette attache l impuissance ordinaire de la langue à faire acte L évangéliste Jean reprend la leçon Jean selon qui le Verbe se fait chair puis vient parmi les hommes incarné par un homme Mais il n est pas reçu Invention de l Histoire enfantement d origines Au commencement était Au commencement surtout était la croyance dont la croyance au commencement Nous n avons de pensée de pensées que celles qu à travers leurs structures et leurs formes nos corps et nos langues nous permettent mais aussi nous imposent Nous croyons nos lexiques qui d un nom propre ou commun qu ils lui assignent séparent tout objet de ce qui l environne et par l isolement disent l identifier en dégager l idée Nous croyons nos syntaxes qui recueillent rassemblent et accordent ces bribes sémantiques pour les relier en causes les relater en faits assortis d origines jalonnés de durées Relation relations Vocabulaire syntaxe conjugaisons modes et temps nous offrent suffisamment de combinaisons possibles pour donner le change Nous confions notre pensée à ces mots à ces phrases dont nous identifions et substituons la production intellectuelle à la perception des vérités et des réalités qu ils sont censés couvrir et qu ils inventent ou réinventent ou créent L enracinement est tel si profond si viscéral du langage en nous mêmes qu il participe de l être de façon toute physique réflexe cérébro spinale une douleur soudaine par exemple française se traduira par aïe une allemande aoua Ne sommes nous dos au mur Nos langues ne nous possèdent elles bien plus profondément que nous ne pensons les posséder Quels chemins quels champs défricher quel chant déchiffrer hors de leurs formes familières hors le déjà frayé Que faisons nous de nos langues Qu est il possible à l homme d exprimer Notre poète insiste non sans quelque impatience J écris entre guillemets les mots que je lui laisse sa pensée risque en effet sinon de dépasser la mienne du moins de s exprimer parfois avec une liberté excessive Le meilleur philosophe prétend faire table rase qui s engage aussitôt dans les sicut sed enim qui cède aux déductions reprend les objections propage les sempiternelles assertions du raisonnement logique Explications Transpositions d un mot ou d un groupe de mots dans un autre au moyen du verbe être ou bien du parce que Transfert du sens au sens Jamais table écritoire ne fut plus encombré Un fort penseur allemand s avise que parler penser écrire n est pas l entière façon d appréhender le monde D autres hommes sans doute s en étaient aperçus Mais notre penseur lui voit sur la table un verre il le porte à ses lèvres il se découvre en être dans l acception totale du verbe infinitif Il se découvre là Son Da sein doit dès lors proclamer l évidence en prolonger l extase à travers le récit N est il pas en devoir d ébruiter l expérience indubitable objet d intérêt pour autrui Faut il d autres exemples Cet astronome naïf nous voit poussière d étoiles il en publie un livre afin de nous instruire Mais cinq siècles avant lui Paracelse s exalte Les étoiles intérieures de l homme sont dans leur nature leur espèce leur position et leurs mouvements semblables à ses étoiles extérieures car les étoiles et le chaos tout entier se retrouvent dans l homme Alchimiste astronome philosophe évangéliste L homme surtout passe son temps à se payer de mots son ressassement verbal donné pour nouveauté habille son ignorance déguise son manque de mémoire Dire qu une chose est une chose ne dit rien Voilà d étranges coups d une étrange vigueur Reprocher à ceux qui parlent par profession de croire ce qu ils disent ou bien d escamoter les failles du discours Reproche t il au ciel de l avoir fait poète Ne tombe t il jamais lui dans la naïveté de nos agencements verbaux Jalouserait il ceux pour qui la parole ne dépend pas du chant Nos langues n ont de sens que par des conventions que la force d habitude nous rend insensibles Nous ne pensons jamais et pour cause quelles pensées notre langage nous empêche de former A supposer que les mots de réalité de réel aient un sens nous croyons nous persistons à croire que cette réalité et ce réel soient convertibles en prose Hors d elle l indicible l ineffable le consensus douillet des termes paresseux Nous nous lassons si vite Le métier cependant d agencer des paroles sans autre conséquence que verbale à son tour sans autre réponse qu une course infinie de phrases en phrases de mots en mots ce métier compte sûrement parmi les plus anciens du monde En matière d idées j entends de celles non directement liées aux nécessités et au gouvernement de la vie matérielle ou sociale mais relevant de ce que nous appelons le domaine de l esprit nos évaluations affirmations réfutations nos négations nos concessions démonstrations nos questions mêmes et en résumé toutes les figures de nos discussions voire de nos querelles publiques comme intérieures ne se prennent jamais au plus loin que nous les poussions qu à l impuissance radicale de la parole Elles en sont les fruits Nous pouvons protester qu il faut bien mais enfin mais il n est pas de fin de cause d explication sinon par convention fatigue renoncement à prolonger le jeu par de nouveaux pourquoi Et s il faut quelque chose ce sera se méfier du verbe falloir qui nous empêche de dépasser nos habitudes et nos blocages de raisonnement Tels lorsqu à tout propos tout sujet nous persistons à chercher une raison un dessein une direction un sens et parfois un devoir La poésie devrait se disent Le poète m interrompt La poésie devrait défier son exégèse La poésie devrait détourner la langue opérer aux limites que lui fixe l usage et tendre à les franchir Elle devrait explorer exploiter toutes ressources sémantiques phonétiques au point d aller plus loin que ce qu on en peut dire Elle devrait emmener l homme au delà du connu des croyances des limites inconscientes de ses schémas verbaux et mentaux La poésie devrait Le jeune français Rimbaud dans une lettre fameuse trahit son impuissance à sortir de ces chaînes Il trépigne s emporte Il condamne presque tout ce que l art poétique a produit avant lui Tout c est à dire le peu qu au XIXe siècle l Europe et lui même pouvaient connaître de la poésie du monde Ce n est qu un jeu d oisif ou de la prose rimée Il excepte les Grecs chez qui vers et lyres rythment l action Il rêve d une poésie future qui celle là sera en avant œuvre acte d un poète parvenu à l état de voyant par un long dérèglement de tous les sens Il écrit ses Illuminations de brèves proses exotiques impatientes mais fort loin du miracle rêvé Rimbaud paie aux paroles leur tribut sémantique métaphorique multiple il oublie d exploiter le matériau sonore celui qu un travail phonétique poussé peut donner au lecteur le vertige de saisir sous les mots familiers Il est vrai qu emprunté à l anglais le titre renvoie aux painting plates ou colored plates en français gravures colorées Nullement à l extase de quelque éblouissement L idée de surface de trace de couleur appelle davantage l imagination littéraire que les structures mentales vouées à la spatialité et à la résonance Nul travail sur le bruit dont les mots se composent Plus encore l abondance lexicale qui alourdit ces textes favorise l inconscience des propriétés physiques de la parole corollaire de son usage courant De nombreux adjectifs de très nombreux articles déterminants dont le français pullule scories de la prose trahissent la faiblesse du travail syntaxique et dissolvent l énergie poétique attendue Mallarmé n échappe pas non plus à l impuissance Même s il en fait une Muse Contrairement à Rimbaud son jeune contemporain lui s obstine persiste presque sa vie durant au risque de sa santé physique et mentale à creuser rajeunir la forme usée du vers Son dessein rigoureux le rend stérile et rare du moins l oppose t il à l abondance vaine de la production poétique de son temps Le vers n est pas pour lui une forme préétablie dans laquelle l art n aurait qu à se couler sans effort le vers est ce qui affecte le plus profondément la langue Mallarmé veut poète donner un sens plus pur aux mots de la tribu reprendre à la musique son bien C est de l intellectuelle parole à son apogée que naîtra la Musique Des procédés classiques de rimes intérieures d assonances et d allitérations des liens cachés d étymologie la tension jusqu à la ténuité de liens métaphoriques sous jacents une syntaxe sinueuse tentent de renforcer un tissage poétique d autant plus singulier et déconcertant qu inscrit parfois dans la rigueur de cadres formels éprouvés tel celui du sonnet Nommer dit le poète est détruire la jouissance l idéal est de suggérer Mais le vocabulaire exotique de l époque quand bien juste allusif le mot rare qui arrête la lecture heurtant le suivi des plans métaphoriques le vers souffrant visiblement de ne pouvoir le résorber l apposition souvent sollicitée ainsi que l incidence deux procédés d allongement syntaxique faciles témoignent la fatigue du combat solitaire L air vient vite à manquer à tant d isolement Le monde croit Mallarmé est fait pour aboutir à un livre C est un monde poétique tout anaérobie que Mallarmé Rimbaud lèguent au siècle suivant Je demande au lecteur d excuser mon poète L expression violente radicale vient souvent à l artiste sensible Tout être passionné pèche par impatience il voudrait que sa soif son sentiment d un manque cette possibilité et ce désir d une forme qu il se croit encore seul à entrevoir soient ressentis de tous Nous voir nous satisfaire des œuvres déjà faites décourage son effort Mais surtout nous entendre opposer la leçon des formes en vigueur des chemins recensés des mots d ordre reçus à la singularité du projet qu il porte peut aigrir son discours Il est sage de cultiver la patience dit volontiers Vinci Mais il est sage encore de sentir nos œillères culturelles lexicales Quelques clics sur la toile quelques heures de vol Voici l Afrique l Inde la Chine et cent contrées cent mondes nous offrant leurs poètes leurs chantres virtuoses leurs shamans exaltés naïfs conscients lucides maîtres de leurs moyens inspirés dans leur art Leurs langues classiques dialectales leurs styles secs ou fleuris y portent aussi bien à l émotion intime qu à l introspection ou à la transe collective Les fioritures extrêmes du kriti le récitatif aux huit timbres le chant chuchoté tant d extraordinaires particularités de tous les arts du monde les uns traditionnels les autres récents y compris les concerts de l art pop l art vidéo les performances la culture urbaine vivent manifestement hors cadre rimbaldien mallarméen mais saisissent le rapport au monde et rythment l action bien plus sensiblement qu un poème dans son livre La leçon n est pas tendre Notre religion n est plus la bonne Notre Terre n est plus le centre de l Univers Mais nous vivons ce temps où sous toutes latitudes de toutes nations toutes langues mieux instruits des visages multiples de leur art éclairés des progrès des sciences du langage les poètes peuvent enfin comparer leurs approches leurs efforts respectifs mesurer fertilement les chemins déjà faits œuvrer de conséquence en conscience plus grande Les poètes peuvent pourraient Je ne suis pas naïf outre mesure S agissant de traquer nos codes inconscients lexicaux syntaxiques phoniques et phonétiques morpho et étymologiques la chasse est périlleuse Nos chimères verbales sont puissantes difficiles à tromper bien près d être invincibles Interrogeons nos sciences la neurobiologie la physiologie la psychologie de nos fonctionnements perceptifs Dès l approche sensorielle dès la perception physique auditive de l émission vocale sonore visuelle de la parole écrite ces sciences montrent que l oreille que l œil quelle que soit la culture adressent au cerveau des messages ponctuels phonèmes pixels qu il reconstruit à partir des signes des sonorités des images des mots et des structures d intellection qu il possède en mémoire préalablement stockés L encéphale procède par identification et déduction rapides quasi instantanées affirmant le langage dans son rôle d agent de communication Descriptive narrative explicative injonctive Les linguistes sondant la fonctionnalité doivent dès lors intégrer ces nouveaux paramètres dans leur étude Si complexe qu il soit le processus échappe à la conscience par la vitesse de son opération dans un système demande réponse qui gouverne la plus grande partie de nos échanges humains Qu une parole ne se change pas simplement dans le geste ordinaire qu elle appelle qu un propos ne tombe pas dans l indifférence d une réponse polie ou réflexe qu une question nous arrête qu un assemblage de mots heurte notre habitude notre réflexion notre réaction rapide ou plus lentement pesée n en porte pas moins spontanément sur le sens de l énoncé sur la valeur informative du signifiant comme du signifié inscrits déjà dans nos références langue vernaculaire véhiculaire courante littéraire philosophique qu il importe de rétablir dans les lignes de ce que nous appelons communément notre compréhension Toute marge d inconnu portée par le message doit être résorbée Littéraire musical L art n échappe pas mieux aux approches rituelles La neurobiologie chez les gens dits normaux montre l inhibition réciproque des deux hémisphères cérébraux selon l appréhension nécessaire à la circonstance Une approche cloisonnée bien étanche spatiale ou linéaire seule à pouvoir répondre au besoin d art moyen 1 Du théâtre parlé du roman de la prose l excroissance expressive dans l ordre linéaire séduit notre cerveau lui dont l asymétrie constitutive en faveur du langage verbal concernerait la région sylvienne localisée dans son hémisphère gauche 2 De l orchestre de la musique l appréhension requiert la dimension spatiale résonante émotionnelle autre forme si l on veut d hémiplégie quoi de plus étrange que d écouter un concert 3 De l opéra du chant la juxtaposition la superposition arbitraire des formes précédentes engendrent ce collage dont l habitude nous cache l expression exagérée jusqu à l extravagance souvent pompeuse Notons que la plupart nous goûtons sans recul ces formes culturelles codifiées cloisonnées Leurs limites sont les nôtres Mais qu un poète lui sente pressente tout autre chose Mais que son art s efforce tente d approcher ce qu il exprime en acte non sous forme imagée non en récit mais comme physiquement Où comment l art en lui prendra t il source souffle Par quels actes innés conscients cultivés pourra s en incarner l énergie singulière celle dont bien que l objet semble indéterminé l acte lui pour certains paraît être vital Quelques vers de Racine D un temps Si préCieux quel compte puiS Je rendre Où Sont CeS heureux Jours que Je faiSaiS attendre Quels pleurS ai Je SéCHés Dans quelS yeux SatiSfaitS Ai Je déJà goûté le fruit de mes bienfaits L univerS a t il vu CHanGer Ses deStinées Sais Je combien le Ciel m a compté de Journées Et de Ce peu de Jours Si longtempS attendus Ah malheureux combien J en ai déJà perdus Du moins mal que je puis je tente de rendre par les majuscules et les traits d union le travail singulier portant sur les sifflantes S Z quitte à exagérer les liaisons et les chuintantes CH J dans ce remarquable extrait de la Bérénice L abus de ces consonnes renvoie à l expression radicale élémentaire quasi archaïque d un être exaspéré et comme parvenu au terme des ressources d expression de sa langue natale Mais toujours une tirade de Racine distribue de façon magistrale les sons élémentaires de la langue française langue dont les ressources vocaliques notamment permettent au poète la richesse des modulations internes de son vers Entre autres remarquons ici l économie des diphtongues des nasales celle des é et des è alternés le monnayage des différents sons EU jE quE pEU plEUrs yEUx et tantôt ce filage tantôt ce martèlement sonore par quoi la langue poétique se rend singulièrement consciente de son bruit L écrit je le déplore n en rend qu un faible compte La mélodie de timbres le rythme le phrasé demandant la voix haute et la voix exercée La voix humaine affirme Maspero dans ses Etudes de mythologie et d archéologie égyptiennes est l instrument magique par excellence celui sans lequel les opérations les plus hautes de l art ne sauraient réussir Chacune de ses émissions porte dans le domaine des invisibles et y met en jeu des forces multiples dont le vulgaire ne soupçonne ni les actions multiples ni même l existence Sans doute le texte d une évocation la séquence des mots dont elle est composée a sa valeur réelle pour devenir efficace la conjuration doit s accompagner d un chant être une incantation un carmen Quand on la déclame avec la mélopée sacramentelle sans en modifier une modulation elle produit nécessairement ses effets une fausse note une erreur de mesure l interversion de deux sons dont elle se compose et elle s annule Une magie encore mais que l égyptologue peint sans naïveté Ni sceptique ni crédule il s en tient à la description d une action rituelle dont le détail du déroulement s est perdu Le message visuel des papyrus tablettes stèles opère faiblement à la lecture muette le vrai charme prend chair de la voix qui le scande Relisons nos huit vers Ne croyons pas facile d en dire les dessous Sans doute l écriture n est elle un premier temps que support de mémoire ou transmission de signes à des êtres hors de portée de voix Mais je l ai dit déjà elle permet bientôt elle permet toujours le parcours à fleur d yeux le survol des mots dont nous savons le sens et mesurons la résonance aux schémas de nos habitudes de pensée Or le regard le souffle le mouvement physique toute la tension de l être vers l auditoire tout ce qui fait corps avec le discours vrai demande d être appelé dès le papier la page l écran d ordinateur La poésie en fait un art très singulier Ainsi que l art du chant en sortant la parole de l usage ordinaire lui confère une forme élémentaire d universalité par des repères de hauteurs de durées d intensités sonores plus dépendants de l intention et du sentiment que du sens littéral ainsi bien des langues distinctes au sein de cultures produites en différentes parties du monde demandent l écriture de leurs textes sacrés célébrations invocations prières prophéties cosmologies à la poésie même Bible Coran Védas et cent textes rituels psalmodiés en maints lieux et formes de culte témoignent de nos jours combien la foi se plaît à l expression orale et poétique Le parler le prier sont mêmement couverts par l orare latin De l art profane encore du chant à l évidence et même du théâtre non musical comme la mémoire du théâtre occidental le montre le plein succès s attache aux qualités de l interprétation vocale Mais encore un constat où l étude fait défaut Manquent à la description l analyse des fréquences l étude physiologique des processus de production d émission et de réception des sons de la parole et bien entendu les récents travaux portant sur la psychologie de la perception Maspero a beau lui insister sur le rôle des hommes à la voix juste souligner l importance de la justesse de voix dans le résultat heureux ou malheureux de l opération et le rôle prépondérant de la voix dans l offrande dans la prière à intention déterminée dans l évocation Il ne dit pas pourquoi par quoi les dieux sont liés il ne définit pas la justesse de voix Il concède seulement Le texte d une évocation la séquence des mots dont elle est composée a sa valeur réelle Thôt maître des écrits pouvait mieux l inspirer La notion de valeur de force de vie au sens étymologique du terme qu il veut bien accorder comme réelle au texte non encore proféré aussi bien tout rapport de la composition d un texte avec sa diction sont passés sous silence J ai ébauché ailleurs sur ces mêmes questions des théories appuyées de la connaissance de diverses formes d expression poétique et théâtrale et fondées sur le travail avec les comédiens 2 Plus mieux que l art du chant la déclamation qui en est une forme subtile voire cachée lorsqu elle est maîtrisée élargit les structures mentales vouées à l oralité aux champs de la spatialité et de la résonance mais sans les cloisonner L homme sensible intuitif et habile peut dès les temps anciens se sentir approcher par la parole soutenue écrite proférée le domaine des invisibles qu évoque Maspero un domaine longtemps hors de notre appréhension mesurable mais dont les avancées récentes de la science peuvent concrétiser au moins une forme de réalité Je pense par exemple à l établissement du tableau des rayonnements électromagnétiques aux observations de l imagerie cérébrale aux modélisations de la neurobiologie La connaissance moderne pénètre les structures profondes décèle les processus d échange et d induction de l art et du vivant On trouve chez Racine un bout de chemin fait Un stade du langage à explorer franchir Nous comprenons Racine si nous en sommes compris chantre dont la rigueur formelle la maîtrise de l apport lexical le plein emploi des ressources phoniques composition d éléments des plus étrangers à toute idée de traduction dans une langue particulière et le jeu syntaxique et abstrait de l esprit transcendent le prétexte des anecdotes humaines en même temps qu ils dépassent nos facultés courantes d expression On voit comme s élargit la signification d une langue qui intègre les éléments préverbaux du langage une pensée une pesée élargie à l expérience charnelle corporelle physique d une lente agrégation de ses phonèmes en mots recule son désir l accroît le comble de sa propre attente Claude Fougères frissonne Qu est il possible donc à l homme d exprimer Ce que nous sentons être sans doute ce logos qui nous forme et nous compose un temps avec assez de force pour nous inspirer l erreur de nous croire durables plus durables que lui Les ondes du langage n ont elles leurs infrarouges et leurs ultra violets dont les bornes sont précisément celles que l effort poétique tente d approcher de dépasser Peut être le plaisir sensoriel de la diction que le vers semble toujours conçu pour susciter s explique t il par la sensation d épouser pleinement certaines régions de leur spectre phonique et par l excitation d en risquer des explorations nouvelles de la profondeur ou des limites sensibles Le travail d un sauvage la foi d un charbonnier plutôt du type Satan suffisent ils à vouloir qu un Hindou qu un Chinois non francophone sente la vertu particulière d un poème arraché à notre langue avec maîtrise et bonheur Les mouvements du nombre de l allitération de l assonance de la rime parfois concourent à l élaboration plus ou moins libre plus ou moins contrainte du vers Ces éléments j y reviens et insiste sont repérables indépendamment du sens d aucune langue natale mais je ne dis pas bien sûr que tout idéogramme soit aisément identifiable à tel ou tel de nos morphèmes alphabétiques pas davantage que tout phonème soit aisément reproductible par tout gosier Un sonnet un haïku n en sont pas moins pourraient n en pas moins être calligraphies sonores et visuelles d une langue projetée hors de l usage réflexe plus consciente qu une autre de tous ses paramètres qui compose les bruits de quoi les mots sont faits dont l articulation sonore étaie la pensée qui fait procès au sens un concentré du plus rare ou du plus simple que le génie propre à cette langue puisse produire Le nombre la rime et le reste n y paraissent plus que la conséquence du travail profond qu ils ont appelé la composition d accents de timbres de couleurs phoniques dont le poieîn saisit et fixe les rapprochements les plus expressifs Le poème se fait chambre de résonance la pensée l expression cherchent l accord extrême le point idéal où entendre et comprendre ne seraient plus qu un mot de même sens Qu une oreille chinoise qu une oreille péruvienne ou française entendent différemment les bruits de leurs phonèmes l immersion par naissance détermine et aiguise la perception sonore dans le champ phonétique d une langue donnée L appréhension physique proprement acoustique n en dépasse pas moins la discrimination locale jusqu à toucher les dessous du langage à quoi plus attentive qu une autre plus déliée dénouée de l habitude l oreille de l écrivain poète sensiblement s attache 1 Maison des Sciences de l Homme Paris 24 octobre 2006 réunion de la Société Française des Études Byronniennes 2 Louis Latourre Vers un théâtre d art in Paul Valéry 10 du théâtre la Scène et le Symbole La Revue des Lettres Modernes Collection fondée et dirigée par Michel Minard Éditeur de la Série Paul Valéry Huguette Laurenti Lettres Modernes Minard PARIS CAEN 2003 Voir aussi L Latourre Représentation d Adonis in Adonis PARIS Théâtre d Art 1997 Pour citer cet article Louis Latourre Les dessous du langage version adaptée pour la revue et publiée avec l aimable autorisation de l auteur in Le Pan poétique des muses Revue de poésie entre théories pratiques Poésie Crise En ligne n 0 Automne 2011 mis en ligne en octobre 2011 URL http 0z fr MjeO2 ou URL http www pandesmuses fr article les dessus du langage 86482260 html Pour visiter le site de l auteur e Theatre d art project ou http theatreartproject com Auteur e Louis Latourre Repost 0 Louis Latourre dans n 0 Automne 2011 23 octobre 2011 7 23 10 octobre 2011 14 37 n 0 Neuf questions à propos de la poésie d aujourd hui invité de la revue Neuf questions à propos de la poésie d aujourd hui Réponses de Jean Michel Maulpoix à une enquête de la revue Sud N 118 119 Jean Michel Maulpoix Article reproduit avec l aimable autorisation de l auteur 1 Comment continuer la poésie après la poésie La poésie n a jamais fait autre chose que sortir de la poésie Par principe actif elle passe outre Il lui appartient d aller toujours plus avant C est cela même qui l identifie l inquiétude l impatience le souci du langage c est à dire en définitive le lyrisme Le lyrisme n est pas la complaisance sentimentale mais le transport l enthousiasme le mouvement escaladant qui projette le langage au devant de lui même et laisse le moi sur place en rade dans l incertain Energie turbulente le lyrisme fait bouger la langue et passe au crible ses faiblesses Il gonfle les baudruches pour les faire éclater Il refuse de s en tenir à ce qui est Je le conçois comme une puissance d insurrection du langage et de mise à sac de la pensée capable de se dégager des contraintes formelles de bousculer l inertie et de tordre le cou au sentiment élégiaque 2 La question vers prose La prose n est pas la réserve des formes poétiques mais la substance sans cesse renouvelée de cet hétérogène qui réclame droit de cité dans le langage La prose est ce à quoi se mesure la poésie Ce par quoi elle bouge s aventure se transforme et se renouvelle C est par la prose ou le prosaïque que la poésie existe et change C est par elle que le poème garde le contact avec l histoire Le vers n est rien de plus que l accélération ou le ralentissement de la prose Le pouls de la langue change de rythme comme le sujet de gare de triage Mobile enchevêtrée la poésie est de toutes sortes 3 La poésie est une technicité La poésie est technique de pointe En avant Extrémité Art simultané de l avancée et du cadrage Il s agit de taper dans le mille de cibles invisibles L art poétique est stochastique Il impose de viser juste face à l indéterminé Il fait travailler de concert la limite et l illimité Technique de couturier Technique de close combat La poésie est l art d en découdre avec les apparences Un combat rapproché La puissance créatrice du poète se mesure à sa faculté de désagrégation et de recombinaison de ce qui est donné 4 Ecrire un poème aujourd hui est ce s éclairer à la bougie C est allumer divers objets une cigarette une lampe à pétrole un phare à Ouessant un pétard des projecteurs à iode un briquet une bougie les yeux de Marylou un feu de paille ou d artifice un cierge un flash un réacteur C est s éclairer toujours à la lumière du jour du désir et de la pensée 5 Ecrire un poème aujourd hui est ce rentrer les sièges avant la pluie Oui Mais aussi bien les sortir sous l averse Détrempe ou brocante Sauvegarder ou dilapider Faire commerce de signes Gâcher les apparences ou les sauver Oser de grands lâchez tout Le lyrisme ne rechigne pas à la dépense Célébration et déploration ne diffèrent guère en vérité Depuis un demi siècle la poésie française s est recroquevillée dans la mauvaise conscience Elle a fait voeu de pauvreté et n a cessé de voir baisser l étiage de ses eaux Il m apparaît à présent que si quelque vérité ou morale peut être espérée du travail de la langue c est à la condition de laisser jouer librement l ensemble des contradictions dont elle est porteuse C est seulement en levant l embargo éthico formaliste que la poésie peut faire face au présent 6 Eprouvez vous une gêne à être qualifié de poète Oui Le poète reste en moi l adversaire de l écrivain Son mauvais genre L écrivain se tient plus près du principe de réalité Il fait face à une langue moins amoureuse de ses reflets ses facilités ses travers Je tiens absolument à garder le contact simultanément avec ces deux bonshommes là 7 Crise de la poésie ou crise de la communication Le poème met à mal la notion galvaudée de communication Il lui substitue celle plus vivante de relation Conjoindre ou disjoindre une affaire de noces et de divorces que l on tire au clair 8 La voix la bouche Le poème est le lieu où s articule une voix Je le souhaite au plus près du souffle C est à dire de l existence même de ses contradictions et sa précarité Dans la voix la langue remue son ménage Les lèvres se joignent et se disjoignent Comme le dit le titre du dernier recueil de Claude Esteban dans le poème quelqu un commence à parler dans une chambre Quelqu un s efforce d en finir avec le deuil cherche une orientation hors de la mélancolie tente une sortie veut prendre langue 9 Traduire Le poète est un herméneute Il traduit sans cesse Mais à la manière d une table de multiplication Article paru dans la revue Sud N 118 119 et sur le site de l auteur Questions de poésie réponse à un questionnaire proposé par la revue Sud Pour citer cet article Jean Michel Maulpoix Neuf questions à propos de la poésie d aujourd hui article reproduit avec l aimable autorisation de l auteur in Le Pan poétique des muses Revue de poésie entre théories pratiques Poésie Crise En ligne n 0 Automne 2011 mis en ligne en octobre 2011 URL http 0z fr kOa3L ou URL http www pandesmuses fr article

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/tag/n%C2%B00|automne%202011/ (2016-01-29)
    Open archived version from archive



  •