archive-fr.com » FR » P » PANDESMUSES.FR

Total: 476

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • n°3|Mon beau jardin - Le Pan poétique des muses
    avec des briques rouges Autour des fenêtres et dans la partie supérieure du bâtiment des briques beiges et d un rouge plus clair forment des motifs géométriques La porte d entrée est encadrée par des arbustes desquels jaillissent des roses dodues purpurines et jaunes Il me faut m éloigner Je n ai plus rien à faire à cet endroit Toutefois je n ai pas envie de rejoindre immédiatement ma voiture Je marche sans trop savoir où mes pas me conduisent J aborde une artère rectiligne au bord de laquelle un épicier ambulant s est arrêté rassemblant autour de son véhicule quelques personnes Très loin au bout de cette avenue s élance un chevalement chapeauté d un campanule Je me dirige dans sa direction Le coron bien que situé en hauteur était sans horizon Celui ci surgit là et maintenant Je n entends pas les voitures Je suis dans mes pensées Je comprends mieux le problème exposé par la requérante dans son courrier alors que l école est fermée des enfants ou des adolescents en escaladent sans doute les grilles pour jouer au ballon dans sa cour goudronnée Intentionnellement ou pas ils lancent avec force le ballon vers la propriété de Madame Zurek Il atterrit dans le jardin La clôture n étant pas suffisamment élevée les jeunes recherchent leur bien sans se préoccuper des dégâts qu ils commettent Soudain je ne sais comment cela se produit j entends un murmure À la fois dans mon cœur et à mes oreilles l âme de Madame Zurek se met à chuchoter quelque chose Je suis née en 1923 à Towska Wilschana À l époque cette ville était située en Pologne Maintenant elle appartient au territoire ukrainien Mes parents sont d abord partis exploiter les mines de charbon de Westphalie Puis comme tant d autres mineurs polonais expérimentés ils ont été appelés par le gouvernement français pour venir travailler dans le nord de la France en raison des pertes humaines importantes laissées par la première guerre mondiale Lorsque les compagnies des mines ont décidé de construire elles mêmes des maisons pour leurs ouvriers elles ont pensé à leur adjoindre un jardin Le jardinage était encouragé pour éviter que le mineur après sa longue journée de travail dans la fosse ne se rende le soir à l estaminet du coin Une coupe en argent était attribuée au jardinier amateur ayant fourni non seulement le meilleur travail mais aussi le travail le plus soutenu durant le plus de temps À chaque fête des jardins la coupe changeait de mains Celui qui la transmettait en recevait une copie destinée à lui rappeler qu il avait un jour gagné le concours Connaissez vous le goût de mes compatriotes pour les fleurs qu ils offrent aux hommes comme aux femmes Une maison polonaise ne se conçoit pas sans fleurs Entourant ses murs elles accueillent le visiteur dont elles réjouissent l œil Autrefois ici comme ailleurs dans le bassin minier les habitations des mineurs venus de Pologne étaient plus fleuries que les autres Leur potager avait un dénominateur commun les choux les concombres et la marjolaine Ah quelle odeur prégnante que celle des choux Chaque samedi à heure fixe la compagnie des mines imposait aux riverains de sortir les balais pour nettoyer les caniveaux encombrés des poussières de charbon Un employé de la mine faisait couler l eau depuis la pompe Les femmes en profitaient pour laver la surface du trottoir en brique Ah comme ma mère s échinait comme elle s efforçait que son bout de trottoir soit aussi net que celui de ses voisines françaises Elle se sentait responsable de son trottoir comme du sol de sa maison J ai encore le rectangle de lin sur lequel elle avait brodé au point de tige une marmite fumante reposant sur un fourneau et les mots de l adage où règne la propreté tout est meilleur Voilà pourquoi vous m avez trouvée ce samedi matin dehors à balayer le trottoir Voilà pourquoi je suis attachée à mon jardin à l embellir Et puis autrefois sur les places autour des pompes à eau les garçons s exerçaient au football avec une simple boîte de conserve ou avec un ballon qu ils avaient confectionné en roulant ensemble des morceaux de chiffon Leurs tirs ne pouvaient entraîner des dégâts pour nos fleurs Sur le chemin du retour ayant repris le volant de ma voiture je pense Cette affaire n a d importance que pour Madame Zurek et pour moi Comment convaincre d autres personnes d y consacrer un peu de temps et d attention Au parquet général de Douai nous avons élaboré deux lettres type pour traiter les recours contre les décisions de classement sans suite La première nous l adressons au requérant Nous accusons réception de sa requête et lui expliquons que nous allons demander au procureur concerné la copie de la procédure et ses observations sur les mérites du recours La seconde nous l envoyons au procureur pour lui réclamer effectivement cette copie En général nous réussissons à faire partir ces courriers dans les quinze jours de l arrivée du requête Mais la réponse du procureur elle ne nous parviendra pas avant deux mois Je connais bien l adjoint du procureur de B J ai antérieurement travaillé avec lui et il a décelé en moi le grain de folie qui soudain peut me faire sortir des sentiers habituels Par chance il vient à la cour d appel de Douai la semaine prochaine Il va frapper à la porte de mon bureau pour venir me saluer Aussi je lui prépare une copie de la requête Mon collègue ne semble pas surpris outre mesure par l histoire que je lui raconte et mon transport incognito sur place Pour le moins sa bonne éducation l incite à ne laisser paraître aucun signe d étonnement Dès le lendemain il m adresse par fax les copies des procès verbaux établis par le commissariat de police de L Alors je dus reconnaître que la procédure n avait

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-n-3-mon-beau-jardin-117752848.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive


  • n°3|Le bruit du monde dans les cyprès - Le Pan poétique des muses
    et la cardamome servis sur les plateaux de thali avec le petit train à liqueurs et sous une pluie de pétales d œillets jaunes dans ce palais de Gwalior où il fut invité parmi trois cents maharadjahs aux noces du prince héritier Et il interrogeait son paradis au fil d une joyeuse exubérance de roses de Damas de jasmins d Espagne ou d armoises de Marrakech de narcisses d anémones ou de roses trémières qui suggérait immanquablement à ses visiteuses le désordre d une immense chambre à coucher à ciel ouvert Ce jardin immense éclatait en une infinité de petits jardins intimes qui s ouvraient un à un comme les pièces d une immense demeure végétale le long d un corridor comme autant d alcôves de boudoirs ou de cabinets particuliers dont chacun était un rappel d un instant rare et précieux frotté de cette essence volatile qui vous prend au ventre chaque fois qu elle prend corps Du souvenir d un printemps tunisien partagé au fond d une orangeraie était né Quelque chose comme l Orient son plus grand succès en librairie et le Jardin Méditerranéen au parfum vert miellé et opulent C était là qu il aimait reprendre haleine Dans des ballons de toutes les couleurs attachés aux cèdres et aux orangers était condensée l haleine riche en principes vivifiants de jeunes filles saines butinées au cours de ses campagnes de vieux grognard À chaque fléchissement il inhalait son élixir se remémorait une de ses charges frénétiques dans des profondeurs sans fond et sa promenade inspirée se poursuivait jusqu aux confins de son domaine et de son grand âge qui s apaisait vers son terme À la tombée du soir après un dîner frugal velouté d asperges dorade rose à la coriandre il s arrimait sous l abat jour de sa lampe Gallé à son livre en cours Celui qui hurlait une absence dévastée Les ombres légères s étaient à nouveau levées dans le jardin La sarabande reprenait son cours sous sa fenêtre Elles faisaient mine de frapper au carreau se ravisaient virevoltant avec infiniment de grâce soulevant leurs voiles de brume comme pour lui révéler l ovale parfait d un jeune visage ou l éclat nacré et fugace d un corps plein et harmonieux Il lui semblait que l une de ces formes dansantes repassait avec insistance devant sa fenêtre comme pour le chercher L invitation à la dernière valse balbutiait il en frissonnant Avec des gestes infiniment gracieux elle dénouait ses longs cheveux couleur lune d automne tout en le fixant puis se dérobait à nouveau derrière ses voiles légers avant de se faufiler derrière les autres J ai parcouru écrivait il dans Le Pourvoyeur de Néant son livre testament à l attention exclusive de ses millions de lectrices toute l étendue humaine comme on parcourt de la pulpe des doigts le clavier d un instrument de musique très ancien dans l attente d une note tremblée qui dirait enfin toute la musique du monde J ai vu un homme abandonné après mon passage noyer son chagrin au fond d une cuve de bière à Omsk j ai vu une femme qui ne ressemblait à plus personne avoir m avoir connue allumer une bougie blanche et monter sur un arbre à palabres pour ne plus jamais en redescendre et j en ai vu une autre écrasée de lassitude se coucher sur une voie ferrée à Tombouctou pour ne plus se relever de notre étreinte Dans une ville de pierre et de verre et de pas perdus au bord du crépuscule j ai vu cette jeune femme si blonde et si seule avec son enfant roi blotti dans ses bras implorer du regard dans la foule des passants un homme pour épauler sa grande fatigue de jeune vivante et j ai passé mon chemin pour me perdre dans une houle de croupes et de gorges à portée de mon verbe De l Atlantique à l Oural j ai dansé l éternelle valse de la séduction celle qui s achève dans les sales draps poisseux d une parole cuite et recuite maintes fois resservie chambrée entre le champagne et le lever du soleil entre les dernières clameurs de la fête et l effeuillage de la rose J ai couru après mon ombre aventureuse sur tous les plateaux ceux des Amériques ou de la télévision et je ne me suis toujours pas trouvé dans d autres peaux compatissantes J ai ouvert tant de corps nacrés ou cuivrés comme on ouvre de beaux fruits appétissants j en ai fait saigner la pulpe adorante j ai tiré de leurs blessures de l or tintant et trébuchant sur le blanc de la page sans rencontrer le noyau d une présence nourricière Qui suis je réellement Un aventurier incertain qui aura couru après son ombre glorieuse ou une ombre qui aura porté un personnage en réserve d humanité En moi des paysages de langueurs traversées imploraient ta venue Mon dernier livre se referme sur cette clarté entrevue celle d un visage perdu Il brille comme une lame dans ma nuit qui tombe C est l heure de descendre page après page au jardin À présent la ronde d ombres dansantes s agrandissait aux confins de la prairie et du cimetière et elles s impatientaient de le voir prendre sa place Son heure était venue d entrer dans la ronde des robes fanées des visages dont le maquillage avait tourné C était sa fête Dans son jardin Au seuil du dernier chapitre Tapi dans son palais parmi les ombres un vieil homme muré sur lui même écoutait en frissonnant l écoulement de la vie dans le battement de son sang une vie qui s était transmise sans interruption tout au long d une chaîne sans fin Et voilà qu il allait manquer à la chaîne Sans avoir eu en trente mille jours le temps de s habituer au vertige d avoir été lui même Ni à cette autre évidence non moins vertigineuse ça se

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-n-3-le-bruit-du-monde-dans-les-cypres-117752767.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • n°3|Jardins sonores - Le Pan poétique des muses
    en ligne Francopolis dont elle est devenue membre du comité de lecture en février 2012 Elle a animé en 2010 avec l écrivain mauricien Khal Torabully la collecte de poèmes Poètes pour Haïti parue chez L Harmattan en janvier 2011 dans la collection Témoignage poétique Une plaquette représentant une sélection du volume inédit Exercices de résurrection est parue en octobre 2008 dans la collection Poètes Ensemble d Hélices En décembre 2011 est paru chez L Harmattan son recueil Mercredi entre deux peurs collection Accent tonique Partager cet article Repost 0 Vous aimerez aussi n 3 Été 2013 n 3 Sommaire n 3 Le mot et l instant sur Les Jardins de Kew de Virginia Woolf n 3 Les arrosoirs Prendre la clef des champs Sous le griottier Une rose gelée au jardin Le Pan poétique des muses dans n 3 Été 2013 n 3 Permettez que la Jardinière Vous Publications Numéros réguliers Numéros spéciaux Lettre du Ppdm Hors Séries Événements poétiques Rechercher Recherche Archives Janvier 2016 1 Décembre 2015 3 Novembre 2015 47 À La Une Belle année 2016 en poésie Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare sa Lettre n 7 une partie de vos contributions sera publiée dans le numéro spécial et le hors série de 2016 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques Contribuer à la lettre n 7 Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare la Lettre n 7 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques entretiens critiques annonces diverses jusqu au 5 janvier 2016 à contact revue pandesmuses fr Lettre n 6 Lettre n 6 Crédit photo Fillette à l orange par Louise Catherine Breslau 1856 1927 image trouvée sur commons wikimedia org domaine public ISSN 2116 1046 Revue féministe de poésie internationale multilingue diffusée en versions électronique Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Couverture Numéro spécial Identités genrées en poésie Présentation Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses sont très heureuses de vous annoncer le passage de la revue Le Pan poétique des muses Événement poétique Paris une longue histoire d amour Événement Événement poétique Paris une longue histoire d amour Depuis des siècles les poètes hommes et femmes célèbrent Paris dans leurs écrits Le Pan poétique des muses et l association SIEFEGP ont le plaisir de vous inviter à leur événement poétique Penser la maladie et la vieillesse en poésie Appel à contribution Dossier du n 6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Date limite 30 juin 2016 Parution imprimée en 2017 Crédit photo dessin de Vincenzo Busciolano image trouvée sur Wikipédia Commons domaine public Responsable du numéro Chroniques des temps morts Poème Chroniques des temps morts Huguette Bertrand Avant première Un poème extrait de Chroniques des temps morts recueil à paraître Ce poème Chroniques des temps morts est aussi reproduit du recueil La mort amoureuse paru en 1993 avec l aimable

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-n-3-jardins-sonores-117752907.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • n°3|Xi Hu - Le Pan poétique des muses
    construis mon pays en l écrivant et Carnets de doute et autres malentendus livres d artiste avec le peintre Germain Roesz éd Lieux Dits 2007 Entre Temps textes d un spectacle musical pour nonette de jazz et 3 voix de femmes musique de Sylvain Marchal mise en scène de Chiara Villa 2009 Nombreuses lectures avec musiciens et dans des ateliers d artistes Traductions du norvégien La Pluie en janvier recueil de traductions du poète norvégien Øyvind Rimbereid 2003 éditions bf à Strasbourg Trois Poètes norvégiens présentation et anthologie éditions du Murmure 2011 Le Blues du coquillage poèmes pour petits et grands de Hanne Bramness PO PSY 2013 Dossier Poètes norvégiens paru dans Décharge n 154 juin 2012 Traductions du chinois en collaboration avec l auteur Dans l océan du monde recueil de traductions de Cai Tianxin L Oreille du Loup Paris 2008 Partager cet article Repost 0 Vous aimerez aussi n 3 Été 2013 n 3 Sommaire n 3 Le mot et l instant sur Les Jardins de Kew de Virginia Woolf n 3 Les arrosoirs Prendre la clef des champs Sous le griottier Une rose gelée au jardin Le Pan poétique des muses dans n 3 Été 2013 n 3 Les Insolitudes poèmes Publications Numéros réguliers Numéros spéciaux Lettre du Ppdm Hors Séries Événements poétiques Rechercher Recherche Archives Janvier 2016 1 Décembre 2015 3 Novembre 2015 47 À La Une Belle année 2016 en poésie Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare sa Lettre n 7 une partie de vos contributions sera publiée dans le numéro spécial et le hors série de 2016 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques Contribuer à la lettre n 7 Lettre n 7 Le Pan poétique des muses prépare la Lettre n 7 Vous pourriez y participer en nous envoyant des photos dessins textes poétiques chroniques entretiens critiques annonces diverses jusqu au 5 janvier 2016 à contact revue pandesmuses fr Lettre n 6 Lettre n 6 Crédit photo Fillette à l orange par Louise Catherine Breslau 1856 1927 image trouvée sur commons wikimedia org domaine public ISSN 2116 1046 Revue féministe de poésie internationale multilingue diffusée en versions électronique Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Parutions des éditions Pan des muses de la SIÉFÉGP Couverture Numéro spécial Identités genrées en poésie Présentation Les éditions de la SIÉFÉGP Pan des muses sont très heureuses de vous annoncer le passage de la revue Le Pan poétique des muses Événement poétique Paris une longue histoire d amour Événement Événement poétique Paris une longue histoire d amour Depuis des siècles les poètes hommes et femmes célèbrent Paris dans leurs écrits Le Pan poétique des muses et l association SIEFEGP ont le plaisir de vous inviter à leur événement poétique Penser la maladie et la vieillesse en poésie Appel à contribution Dossier du n 6 Penser la maladie et la vieillesse en poésie Date limite 30 juin 2016 Parution imprimée en 2017 Crédit photo dessin de Vincenzo

    Original URL path: http://www.pandesmuses.fr/article-n-3-xi-hu-117752533.html (2016-01-29)
    Open archived version from archive



  •