archive-fr.com » FR » P » PARIS.FR

Total: 605

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Exposition - Eko Nugroho - MaM - Paris.fr
    Art Projects Eko Nugroho est un artiste indonésien né à Yogyakarta en 1977 Vue exposition Eko Nugroho 2012 Vue exposition Eko Nugroho 2012 Vue exposition Eko Nugroho 2012 Vue exposition Eko Nugroho 2012 Vue exposition Eko Nugroho 2012 Vue exposition Eko Nugroho 2012 Vue exposition Eko Nugroho 2012 Après l exposition d Inci Eviner déjà organisée par SAM Art Projects en 2011 Eko Nugroho investit une salle des collections permanentes du musée en couvrant de peintures murales le sol les murs et le plafond Il y présente également une vingtaine de toiles réalisées lors de son séjour à Paris personnages hybrides entre monstres et teenagers portant autour d eux un regard inquiet et ironique Ces toiles alternent avec d imposantes broderies technique traditionnelle détournée par l artiste des sculptures de personnages qui semblent issus de la science fiction et un film d animation aussi ludique qu inquiétant Eko Nugroho sillonne Paris comme il sillonne Yogyakarta la capitale culturelle de l île de Java où il vit Il capte le bruit et la fureur de la rue les jeux de regard d identité les attitudes Il traduit ces flux dans ses dessins et motifs qui envahissent l espace Tous les moyens de création sont bons pour traduire ces mixages entre Indonésie et Occident culture de rue et monde de l art enjeux politiques et réflexions intimes Bien que formé à l Indonesian Art Institut et présenté dans des galeries et musées son travail est profondément ancré dans l univers urbain Depuis dix ans Il édite la revue de bande dessinée Daging Tumbuh ouverte aux artistes de tous bords dirige une entreprise de vêtements qu il customise et fait réaliser par les laissés pour compte de son quartier dans une Indonésie qui peine à trouver une stabilité économique Eko travaille in situ

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/eko-nugroho (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Exposition - 'La danse. Matisse' - MaM - Paris.fr
    conservée dans les collections du MOMA à New York Constituée de photocopies de textes critiques et d illustrations elle se substitue à la célèbre peinture de Matisse en conservant son format et en prenant la place qu elle occuperait dans la salle d introduction des collections Cette installation trouve son origine dans une proposition curatoriale Comment présenter une œuvre absente Elle questionne notre propre conception de l œuvre d art sommes nous sensibles à son originalité ou à ce qui contribue à la création de sa mythologie le discours inhérent à l œuvre la reproduction de son image et finalement l attente qu elle génère Cette installation est l une des soixante quatorze œuvres formant l exposition ça et là This There présentée du 10 avril au 19 mai 2012 et qui célèbre les dix ans du Pavillon Laboratoire de création du Palais de Tokyo accueillant en résidence des artistes et des curateurs Le commissaire de l exposition Claude Closky a proposé aux artistes ayant effectué une résidence au Pavillon de réaliser ou de réactiver une pièce une intervention dans le lieu ou le support de leur choix Le titre ça et là insiste sur le couple objet ou action

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/la-danse-matisse (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - Baselitz sculpteur - MaM - Paris.fr
    le défi aux règles habituelles de la perception Ce grand ensemble de dessins mettra en évidence leur lien avec les sculptures qu il s agisse d esquisses ou d évocation de formes en trois dimensions corps et têtes En raison de l échelle de ces sculptures Baselitz travaille le bois à la tronçonneuse et à la hache Le caractère direct de cette technique lui permet d exprimer un autre radicalisme par rapport à ses toiles Alors que dans sa peinture le renversement de la figure lui a donné la liberté d affronter réellement les problèmes picturaux Georg Baselitz estime que la sculpture est le chemin le plus court pour traiter de questions fondamentales Artiste érudit et grand collectionneur il puise ses thèmes dans différents primitivismes art tribal populaire qu il enrichit de nombreuses références à la tradition occidentale maniérisme italien Edvard Munch Picabia Le parcours de l exposition Le parcours chronologique s organise autour de certaines œuvres clés Les sculptures se répartissent en différentes séquences les années 80 sont représentées par un ensemble de têtes et de figures debout Puis sont regroupés des travaux liés aux souvenirs de l après guerre comme une sélection représentative d œuvres issues de la série des Dresdner Frauen commencée en 1989 Plusieurs torses et sculptures anthropomorphes ainsi que des pièces de bois recouvertes de tissu témoignent des recherches des années 90 Appartenant à la fin de cette décennie des figures féminines surdimensionnées et inspirées de motifs populaires précédent la présentation des dernières sculptures les autoportraits monumentaux Modell für eine Skulptur et premières sculptures La première sculpture de Baselitz Modell für eine Skulptur 1979 figurant à la Biennale de Venise en 1980 a soulevé une vive controverse En tant que modèle et idée de sculpture elle porte en elle les caractères des œuvres qui vont suivre refus de toute élégance traitement brut et agressif lien avec une histoire personnelle ou collective taille du bois à la hache et rehauts de peinture Parfois individualisées les premières têtes réalisées par Baselitz ne sont pas des portraits mais véhiculent ses conceptions esthétiques Elles conservent les nœuds du bois les anfractuosités du matériau que l artiste taillade et scarifie Les figures debout Ces sculptures qui donnent l impression d avoir été extraites du sol évoquent aussi bien l arbre que les totems de l art tribal que Baselitz collectionne Le lien très fort qu il entretient avec la nature et particulièrement avec l arbre très présent dans sa peinture et ses gravures trouve avec la sculpture un moyen d expression plus direct Nées d un corps à corps avec le matériau elles portent dans l épaisseur du bloc les marques du travail de l artiste Cependant ces figures ne sont pas que des formes Elles renvoient aussi à un univers primordial le monde des esprits et des gnomes du pays saxon qui fait écho aux sculptures africaines et océaniennes Dresdner Frauen Commencée en 1989 la série des Femmes de Dresde est un souvenir de la fin de la seconde

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/baselitz-sculpteur (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - RYAN TRECARTIN / LIZZIE FITCH - MaM - Paris.fr
    Video 28 23 Courtesy the artist and Elizabeth Dee New York Lizzie Fitch and Ryan Trecartin Agenda Pusher 2008 Courtesy the artists and Elizabeth Dee New York and New Galerie Paris Ryan Trecartin Ready Re Search Wait S 2009 2010 HD Video 26 50 Courtesy the artist and Elizabeth Dee New York Ryan Trecartin Again Pangaea Telfar Clemens 2010 c print 91 4 x 61 cm Courtesy the artist and Elizabeth Dee New York Photo Sebastian Kim Ryan Trecartin Ready Re Search Wait S 2009 2010 HD Video 26 50 Courtesy the artist and Elizabeth Dee New York Ryan Trecartin The Re Search Re Search Wait S 2009 2010 HD Video 40 09 Courtesy the artist and Elizabeth Dee New York Ryan Trecartin Anti Virals Ashland Mines 2010 c print 91 4 x 61 cm Courtesy the artist and Elizabeth Dee New York Photo Sebastian Kim Lizzie Fitch and Ryan Trecartin The Edge Skinny 2008 Courtesy the artists and Elizabeth Dee New York Ryan Trecartin Negative Beach Lizzie Fitch 2010 c print 91 4 x 61 cm Courtesy the artist and Elizabeth Dee New York Photo Sebastian Kim Ryan Trecartin et Lizzie Fitch travaillent ensemble la fonction de chacun variant selon les projets Pour les vidéos Ryan Trecartin écrit les scénarios dirige les acteurs et réalise le montage tandis que Lizzie Fitch se charge de la production Pour les installations et les sculptures leur collaboration est fluide quoique spécifique Le rôle de chaque intervenant est d ailleurs toujours détaillé dans le générique des films ou les crédits des œuvres plastiques Au delà du rapport auteur s collaborateur s leur travail invente une forme nouvelle de création collective Dans ses vidéos Ryan Trecartin fait figure d homme orchestre bien que les rôles tenus par ses amis soient autant de performances individuelles Les personnages se mélangent fusionnent se subdivisent Le genre l âge l apparence et la fonction sont autant de données aléatoires dont la permutation sert de ressort à la fiction Any Ever est un univers en expansion On n y pénètre qu en acceptant de réexaminer les codes du monde réel et les règles du langage La trilogie Trill ogy Comp 2009 et les quatre films qui composent Re Search Wait S 2009 2010 se développent dans l espace de l ARC à l intérieur de pièces destinées à être habitées comme la scène d un théâtre chaque vidéo possède ainsi son lieu propre où le son a un rôle à part entière Elaborée depuis deux ans avec les artistes l exposition du musée d Art moderne de la Ville de Paris est conçue comme un environnement protéiforme Le spectateur est entraîné dans un copier coller sans fin anarchique et jubilatoire Cependant aucun de ces récits n est univoque les comportements s y répètent en boucle ou soudain échappent aux motivations qui avaient semblé les guider Lizzie Fitch et Ryan Trecartin sont nés tous deux en 1981 respectivement dans l Indiana et au Texas Ils ont étudié à la Rhode

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/ryan-trecartin-lizzie-fitch (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - Cécile Paris - MaM - Paris.fr
    conçu comme un film de vacances tourné avec une caméra super 8 montre une femme de dos dont on n aperçoit que la chevelure brune nager dans une rivière et s éloigner de la caméra en fredonnant une chanson A l inverse le second film montre un homme avancer vers le spectateur et pointer une boule de bowling noire sur laquelle on peut lire l inscription Black Beauty allusion non dénuée d humour au face à face annonçant le dernier combat dans un western Le désert du Nouveau Mexique et la bande musicale composée par Renaud Rudloft un musicien avec lequel l artiste collabore depuis plusieurs années instaure une certaine tension un climat qui rappelle aussi ce genre cinématographique Les deux films partagent une étrangeté l abandon d une boule de bowling dans le désert étant une action aussi incongrue qu un personnage évoluant de dos dans un film de vacances Souvenire 2005 est la réplique dans une version lumineuse et dans un plus petit format d une enseigne en métal bricolé annonçant une boutique de souvenirs à Gdansk en Pologne qui vendait des objets pour célébrer les vingt cinq ans de Solidarnosc L artiste a converti cette forme bancale et mélancolique en un objet plus sensible et a choisi de conserver la faute d orthographe féminisant le mot pour lui conférer un sens poétique une certaine élégance Les deux caissons lumineux Rythme 2009 présentent des pages extraites des agendas personnels de l artiste Le texte est rendu illisible les mots raturés biffés se dérobent à la lecture Quelques traces demeurent un mot apparaît parfois Les agendas ont perdu leur fonction originelle la mémoire consignée étant en partie occultée mais un rythme visuel subsiste l écriture rejoint le dessin Une chanson diffusée au casque accompagne ces associations électives d œuvres

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/cecile-paris (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - Marc Desgrandchamps - MaM - Paris.fr
    Paris 2011 Courtesy Galerie Zürcher Paris New York Sans Titre 2010 Huile sur toile Collection privée Jean Louis Losi ADAGP Paris 2011 Courtesy Galerie Zürcher Paris New York Sans Titre 2010 Huile sur toile Collection privée Jean Louis Losi ADAGP Paris 2011 Courtesy Galerie Zürcher Paris New York Aisément reconnaissable par ses figures évanescentes ses objets fragmentés son espace indéfini l œuvre de Marc Desgrandchamps est avant tout une expérience visuelle Malgré leurs compositions architecturées les peintures de l artiste se situent entre opacité transparence et surimpression Les couleurs fluides presque liquides et les contours estompés concourent à donner aux formes une improbable matérialité Les éléments figuratifs juxtaposés ne semblent plus communiquer entre eux comme suspendus dans l espace pictural Ils instaurent ainsi le doute et le questionnement dans l esprit du spectateur plus qu ils ne lui procurent de certitudes Depuis le début des années 1980 Marc Desgrandchamps construit une œuvre hors du commun Figuratif à ses débuts on pouvait y relever l influence de peintres fondateurs de l art moderne de Malevitch à Beckmann et mettant en scène des personnages isolés souvent en situation de crise son travail a évolué en devenant au fil des années plus complexe en s ouvrant notamment au paysage animé de figures Baigneuses scènes de plage serviettes flottant au vent sont des motifs récurrents dans ses toiles Mais ces motifs ne sont que la partie la plus immédiatement identifiable de l œuvre de Marc Desgrandchamps Ses tableaux sont bien plus qu une description d une scène précise Par le jeu des transparences et des coulures l apparition d objets ou de situations inattendues l imprécision des scènes évoquées transforme ce qui pourrait être une représentation exacte en un ensemble fantasmatique Le tableau devient le lieu de rencontre entre ce qui relève aussi bien

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/marc-desgrandchamps (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - Paris & Création - MaM - Paris.fr
    passants une vision panoramique de l offre culturelle de la ville chacun des extraits d exposition rendront compte de l effervescence artistique de la capitale dans les domaines des arts plastiques du design des arts numériques et de l architecture Chacun de ces lieux représentera un art un quartier une programmation faisant apparaître la diversité géographique et culturelle de Paris Initiés et non initiés parisiens touristes français ou étrangers tous pourront se laisser surprendre par l énergie créative de ces installations et partir expérimenter ces lieux Ariane Michel Les Yeux ronds 2006 Ariane Michel Sur la terre 2005 Vues des vitrines Paris Créations aux Galeries Lafayette Paris 2011 Le Musée d Art moderne de la Ville de Paris propose un aperçu de ses collections permanentes en invitant Ariane Michel à y choisir des œuvres pour les présenter en regard de ses deux films Les yeux ronds et Sur la Terre imaginant ainsi des rencontres poétiques et inattendues d œuvres à œuvres L artiste réitère le principe initié pour Apartés une exposition dans les collections permanentes renouvelant l exercice des accrochages par le regard de jeunes artistes Elle propose ici un diptyque aux atmosphères contrastées un environnement urbain nocturne d une part et un espace naturel diurne intemporel d autre part Côté nuit Ariane Michel interroge le regard et la vision Perchée sur un arbre du Jardin des Tuileries une chouette hulotte observe le flux continu de la circulation place de la Concorde et les effets optiques des phares de voitures se déformant dans une vision kaléidoscopique Une rue la nuit Main Street d Amédée Ozenfant traduit le regard porté sur la ville de celui qui fut le fondateur du purisme démontrant son intérêt constant pour l architecture la rigueur des lignes son sens de l espace Les mouvements imperceptibles des

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/paris-creation (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - HAUTE CULTURE : GENERAL IDEA - MaM - Paris.fr
    Musée d Art moderne de la Ville de Paris ARC Vue de l exposition Haute Culture General Idea Une rétrospective 1969 1994 au Musée d Art moderne de la Ville de Paris ARC Vue de l exposition Haute Culture General Idea Une rétrospective 1969 1994 au Musée d Art moderne de la Ville de Paris ARC Vue de l exposition Haute Culture General Idea Une rétrospective 1969 1994 au Musée d Art moderne de la Ville de Paris ARC Vue de l exposition Haute Culture General Idea Une rétrospective 1969 1994 au Musée d Art moderne de la Ville de Paris ARC Vue de l exposition Haute Culture General Idea Une rétrospective 1969 1994 au Musée d Art moderne de la Ville de Paris ARC AIDS 1987 Photo Zindman Fremont Courtesy the Estate of General Idea BFAS Blondeau Fine Art Services Genève Entre peintures et installations sculptures et photographies vidéos magazines et programmes télévisés le parcours non chronologique explore une œuvre subversive et visionnaire sur laquelle plane l ombre de Miss General Idea personnage fictif à la fois muse et objet image et concept Fondé en 1969 à Toronto par AA Bronson Felix Partz et Jorge Zontal ces deux derniers décédés en 1994 le collectif se dote d un nom générique lui permettant de se libérer de la tyrannie du génie individuel En véritables parasites culturels les membres de General Idea se sont inscrits dans l histoire de l art de la seconde moitié du XX ème siècle avec une œuvre à la fois sérieuse et ironique grave et mordante apparemment légère mais toujours profonde L exposition aborde les thèmes de prédilection des trois artistes le glamour comme outil de création la société de consommation l artiste et le processus créatif les liens entre médias et culture de masse l

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/haute-culture-general-idea (2015-11-09)
    Open archived version from archive