archive-fr.com » FR » P » PARIS.FR

Total: 605

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Exposition - Charley Toorop - MaM - Paris.fr
    objectivité qu elle approfondira de manière singulière jusqu à sa mort en 1955 Foncièrement réaliste elle conserve de ses débuts marqués par le symbolisme et le premier Van Gogh l exigence d un regard inspiré dans la transposition picturale de la réalité Dans les portraits de groupes ceux des artistes de son cercle ou des paysans de Zélande aussi bien que dans son impressionnante série d autoportraits ou de portraits de commande auxquels la crise économique la contraint la figure humaine s impose avec une incroyable force plastique Marqué par une grande sensibilité sociale et des valeurs qui lui feront refuser de collaborer à l organisation mise en place pendant l occupation des Pays Bas le réalisme de Charley Toorop est autant en prise avec l époque que parti prenant de la modernité L artiste fait montre d une totale ouverture d esprit surtout pas de principes hormis la qualité des œuvres Amie de longue date et collectionneuse de Piet Mondrian proche de Bart van der Leck elle fait aménager sa maison par Gerrit Rietveld Elle n en est pas moins amie de Henk Chabot représentant d un expressionnisme aux thèmes vernaculaires comme du sculpteur John Rädecker qui développe à partir du cubisme une œuvre très personnelle Proche du cinéaste Joris Ivens à qui elle confie la formation de son fils John Fernhout elle soutient aussi le cinéma d avant garde en participant à Filmliga John introduit auprès de sa mère Eva Besnyö et la complicité qui s instaure fera de la jeune photographe hongroise le témoin privilégié de la vie de Charley Toorop Fille du grand peintre symboliste Jan Toorop elle a à cœur de prolonger la dynastie familiale avec son fils Edgar Fernhout qui de peintre figuratif devient après guerre l un des principaux représentants de la nouvelle

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/charley-toorop (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Exposition - Jan Dibbets - Horizons - MaM - Paris.fr
    la scène artistique internationale Il est notamment connu des parisiens pour son Hommage à Arago matérialisant le méridien de Paris par des disques de bronze réalisé en 1994 La question de l horizon a particulièrement marqué l œuvre de Jan Dibbets entre la fin des années 1960 et 1974 c est l un des motifs récurrents de son travail Dans ses œuvres récentes à partir de 2005 l horizon réapparaît matérialisant la continuité d une réflexion artistique extrêmement rigoureuse L exposition associera ces nouveaux travaux avec ceux qui en forment le point de départ Si l artiste néerlandais né en 1941 s est vu très tôt associé à l art conceptuel l extraordinaire déploiement de son œuvre depuis les années 1970 rend une telle définition inévitablement réductrice A travers un usage très personnel de la photographie son travail s est toujours tenu au plus près d une pensée en développement continu trouvant son objet à la fois dans l expérience de la perception et dans la réinterprétation des données de la perspective telles que l histoire de l art occidental nous les lègue Selon la définition qu en donne Le Petit Larousse l horizon est la ligne imaginaire circulaire dont l observateur est le centre et où le ciel et la terre ou la mer semblent se joindre L horizon n est donc pas un motif comme les autres il n existe que par rapport à notre vision et à travers elle Intimement lié à l histoire de la représentation l horizon est à la fois une donnée immédiate de la perception du paysage et un motif abstrait insaisissable Depuis Quand les attitudes deviennent forme 1969 à la Kunsthalle de Berne et la Documenta V 1972 de Cassel le travail de Jan Dibbets a été présenté à de nombreuses occasions

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/jan-dibbets-horizons (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - STURTEVANT - MaM - Paris.fr
    de développer des questions actuelles en esthétique de sonder les concepts et les limites de l originalité de dévoiler l infrastructure de la peinture et de la sculpture et d ouvrir de vastes espaces à la nouvelle pensée Maîtrisant parfaitement la sculpture la peinture la photographie et la vidéo l artiste produit une gamme complète d œuvres définies comme originales The Razzle Dazzle of Thi nking est divisée en deux sections Wild to Wild et House of Ho rrors La première présente notamment le dispositif Duchamp 1200 Coal Bags 1972 le rideau d ampoules Gonzalez Torres Untitled America 2004 les Beuys Fat Chairs 1993 ainsi que les toiles de Sturtevant Haring Untitled 1987 et Stella Union Pacific 1989 Outre ces pièces historiques cette partie de l exposition réserve une place importante à la pratique de la vidéo et du film de Sturtevant La réflexion de l artiste ne pouvait en effet faire l impasse sur la révolution cybernétique et digitale pour en révéler les failles et les illusions L exposition présente ainsi Duchamp Nu descendant un escalier 1967 mais aussi Dillinger Running Series 1 2000 d après le célèbre criminel américain Vertical Monad 2007 ou encore Finite Infinite 2010 l image d un chien courant et à bout de souffle projetée en boucle sur plusieurs mètres Elastic Tango 2010 la dernière vidéo produite pour l occasion révèle la perte du contenu au profit du simulacre tout puissant Dans la deuxième section le public est invité à monter dans le train fantôme House of Horrors Sturtevant propose un travelling sur quelques portraits emblématiques parmi lesquels Frankenstein ou encore des figures inspirées notamment par Divine l icône du film Pink Flamingos de John Waters Simulant l idée d une installation entertainment la mise en scène conjugue l anecdotique et la démythification pour

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/exposition/archive-expo (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - Deadline - MaM - Paris.fr
    perception de la vie DEADLINE propose regard sur une sélection d artistes disparus au cours des vingt dernières années Conscients de l approche de la mort en raison de la vieillesse ou de la maladie ces artistes donnent à leur production peintures photographies installations sculptures vidéos une intensité nouvelle qui atteint parfois une plénitude inattendue Certains artistes développent les recherches déjà élaborées auparavant Absalon 1964 1993 prolonge ses expérimentations autour des cellules d habitation en réalisant des vidéos dans lesquelles il se met en scène jusqu à la révolte Joan Mitchell 1926 1992 accentue le lyrisme de ses peintures par la limitation des moyens et l allégement de la forme pour aboutir à des bouquets colorés Willem De Kooning 1904 1997 peint dans la solitude des toiles libres et épurées renouvelant dans une économie de moyens le vocabulaire de la période précédente Sur les thèmes du passage de l éphémère et de la disparition Felix Gonzalez Torres 1957 1996 est représenté par des œuvres disséminées tout au long du parcours D autres artistes changent plus radicalement de thème de formes ou de rythmes Gilles Aillaud 1928 2005 qui a souvent peint des animaux en captivité choisit désormais le silence et se limite à quelques rares toiles représentant des oiseaux perdus dans l immensité Hans Hartung 1904 1989 se confronte à des grands formats et renouvelle sa gamme chromatique dans une véritable explosion de couleurs D autres encore donnent à voir explicitement la réalité et l évolution tragique de leur maladie Jörg Immendorff 1945 2007 avec l aide de ses assistants puise dans la peinture de la Renaissance la continuation de son oeuvre Atteint d une maladie incurable Chen Zhen 1955 2000 traite du corps comme paysage invitant à scruter les organes les cycles de vie dans leurs rapports aux différentes

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/deadline (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - ALBERT OEHLEN - MaM - Paris.fr
    et de dessins récents inédits pour la plupart à un ensemble d œuvres des années 1980 et 1990 Dans les années 1980 Albert Oehlen participe à plusieurs expositions et événements qui marquent le renouvellement de la scène artistique allemande S il expose fréquemment aux côtés des néo expressionnistes il se singularise de ses derniers par un questionnement continu de la peinture au delà des clivages entre abstraction et figuration Pour Oehlen l espace pictural est avant tout un champ de bataille Les œuvres des années 1980 laissent ainsi transparaître un conflit latent entre des logiques visuelles contradictoires Les tableaux réalisés en 2008 témoignent de sa recherche paradoxale d une belle peinture Le raffinement des couleurs et la technique empruntée à l Action Painting entrent ici en conflit avec le graphisme rudimentaire des images et affiches contrecollées sur la toile Tronqués ou maculés ces éléments figuratifs ont perdu en partie leur lisibilité mais conserve leur pouvoir émotionnel Né en 1954 à Krefeld en Allemagne Albert Oehlen vit et travaille entre la Suisse et l Espagne Il a collaboré régulièrement avec différents artistes tels que son frère Markus Oehlen Martin Kippenberger Georg Herold ou Werner Büttner Son travail a fait l objet

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/albert-oehlen-r%C3%A9alit%C3%A9-abstraite (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - PRIMITIVE - Apichatpong Weerasethakul - MaM - Paris.fr
    films courts tournés par l artiste à Nabua Village du nord est de la Thaïlande il fut occupé par l armée thaïe entre 1960 et 1980 pour contrôler les insurgés communistes Inspiré du livre A Man Who Can Recall His Past Lives racontant l histoire d un homme appelé Boonmee qui se souvient de ses vies antérieures Primitive est une exploration de ce lieu de ses fantômes et de ses mythes Divers tableaux relatent les activités des adolescents du village impliqués dans des scénarios semi fictionnels la construction d un vaisseau spatial en bois un match de football avec un ballon en feu L artiste réalise ainsi le portrait d une jeunesse inaltérable aujourd hui affranchie de son passé Comme dans ses longs métrages la nature idyllique et menaçante est au centre de l oeuvre La narration passe au second plan au profit d une immersion dans un paysage énigmatique irréel où les frontières se dissipent Tourné dans une région d Asie où la vie des habitants est dominée par les croyances animistes et la réincarnation Primitive célèbre les forces destructives de la nature appelées à renaître et à se transformer L installation sera associée à des photographies réalisées durant le séjour de l artiste à Nabua ainsi qu à une œuvre inédite intitulée Phantoms of Nabua Nous n aurions pas besoin de cinéma si nous entraînions nos esprits à voir comme Boonmee Malheureusement la majorité d entre nous est trop triviale Nous sommes des êtres primitifs Apichatpong Weerasethakul Apichatpong Weerasethakul Né à Bangkok en 1970 Apichatpong Weerasethakul vit et travaille à Bangkok et à Chiang Mai en Thaïlande Fils de médecins l artiste a passé son enfance à Khon Kaen au nord est de la Thaïlande Il a obtenu une licence d architecture à l université de Khon Kaen

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/primitive-apichatpong-weerasethakul (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - Henri Cartier-Bresson - L’imaginaire d’après nature - MaM - Paris.fr
    Bresson 1908 2004 la reconstitution d une exposition itinérante de 1975 à 1980 réalisée par l artiste rassemblant soixante dix photographies de grand format tel qu elles étaient montrées à l époque En 1982 au moment de l achat par le musée d Art moderne de la Ville de Paris d une dizaine d œuvres à Henri Cartier Bresson et peu de temps après que le musée lui a consacré successivement deux expositions une de photographies une autre de dessins l artiste fait don de son exposition entière de 1975 au musée Ces œuvres sont considérées comme des documents jusqu à leur inscription à l inventaire des collections du musée en 2002 Entièrement restauré le fonds est aujourd hui exposé Cette présentation au musée d Art moderne est la reconstitution de l exposition de 1975 titrée à l époque Quarante ans de photographie L imaginaire d après nature texte écrit par l artiste servait d introduction à l ensemble Cette reconstitution est une sorte de best of de l œuvre du photographe à un moment donné Elle est aussi un témoignage sur le regard que peut poser un artiste sur son propre travail et sur la manière dont on réalisait les expositions de photographies dans les années soixante dix les tirages de taille imposante 70 x 90 cm étaient montés sur carton ou sur aluminium et accrochés tels quels sans encadrement C est ce même principe qui est conservé ici Une documentation réalisée à partir des archives de l exposition de 1975 retrace son histoire et sa fortune critique Un film sur Henri Cartier Bresson vient compléter cette exposition réalisée en l honneur de l œil du siècle l année de son centenaire Sont exposées également dans les collections du musée les œuvres de Martine Franck Parallèlement à l exposition

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/henri-cartier-bresson-l-imaginaire-d-apres-nature (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Exposition - DANS L’ŒIL DU CRITIQUE - MaM - Paris.fr
    l art et la littérature et hantée par la mort Il revêt toutes les casquettes du critique théoricien commissaire d exposition préfacier directeur de la revue Artistes collectionneur éclairé poète et romancier L exposition est conçue comme un grand cabinet de lecture qui aborde cet enchaînement de prises de positions Le public est invité à lire voir écouter les analyses de Bernard Lamarche Vadel en regard de plus de 250 œuvres peintures sculptures installations photographies qu il a commentées aimées ou acquises Une centaine d artistes sont présentés témoignant du lien fort qui les unissait à celui qui fut leur ami leur porte parole leur collectionneur Le parcours thématique s organise autour de ses engagements successifs Durant les années 1970 il développe ses outils de réflexion en lien étroit avec Joseph Beuys Jean Degottex Gérard Gasiorowski ou Jean Pierre Pincemin et organise l exposition Abstraction analytique à l ARC en 1978 De 1978 à 1981 il dirige la revue Artistes qui se démarque en donnant la parole aux artistes européens Mario Merz Arman Helmut Newton Van Velde En 1981 il organise Finir en Beauté réunissant dans son loft parisien des artistes alors inconnus qui partagent une approche très visuelle de la peinture Jean Michel Alberola Jean Charles Blais Rémi Blanchard François Boisrond Robert Combas Jean François Maurige Hervé di Rosa Catherine Viollet Il lance ainsi la Figuration libre qui marquera les années 1980 En 1986 il présente dans l exposition Qu est ce que l art français onze artistes qu il est alors un des seuls à soutenir et qui seront ensuite encensés par les institutions Martin Barré Jean Pierre Bertrand Erik Dietman Robert Filliou Gérard Garouste Gérard Gasiorowski Jean Olivier Hucleux Pierre Klossowski Roman Opalka Jean Michel Sanejouand Jacques Villeglé Parallèlement il fédère un atelier photographique français auquel il

    Original URL path: http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/dans-l-oeil-du-critique (2015-11-09)
    Open archived version from archive