archive-fr.com » FR » P » PARIS.FR

Total: 1123

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Le Petit Palais - Vase - Van Dyck peignant son premier tableau - petitpalais.paris.fr
    La gardeuse d oies Dernières acquisitions Base de données des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Vase Van Dyck peignant son premier tableau Louis Ferdinand Lachassaigne 1790 Après 1822 Porcelaine de Paris H 57 cm Ce magnifique vase à anses en forme de têtes de béliers est signé au bas du cartel Lachassaigne du nom d un peintre décorateur réputé pour la qualité et l excellence de ses compositions sur porcelaine Lachassaigne reproduit une composition du peintre Ducis qui s était spécialisé dans les scènes de genre à contenu historique Au Salon de 1822 Ducis exposa quatre tableaux représentant Les Arts sous l empire de l Amour Van Dyck symbolisait La Peinture et Propertia de Rossi La Sculpture Deux autres sujets complétaient la série Marie Stuart faisant de la musique avec David Rizzio illustrait La Musique et Le Tasse lisant ses vers à Léonore d Este La Poésie Une version du tableau de Ducis Van Dyck peignant son premier tableau est présentée dans cette même salle D M Numéro d

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/vase-van-dyck-peignant-son-premier-tableau (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Le Petit Palais - Mademoiselle de Lancey - petitpalais.paris.fr
    la soutient Allongée nonchalamment à l image du portrait que François Boucher réalisa de son épouse 1743 New York Frick Collection elle fixe du regard le spectateur tout en tenant son éventail Cette allure élégante et érotisée est accentuée par un corsage cuirasse au décolleté profond et une jupe dessinant une silhouette fuselée très près du corps Les talons dorés de ses chaussures d une couleur différente du reste de la toilette sont inhabituels pour l époque et soulignent le caractère audacieux de la tenue La jeune Alice dite la Comtesse de Lancey était née en 1851 à Baltimore sous le nom de Julia Tahl Dès son arrivée à Paris elle fréquenta les soirées parisiennes et eut une vie mondaine agitée à l image de celles que l on surnommait alors les horizontales Elle eut parmi ses amants le Baron Antoine d Ezpeleta Le portrait du Baron et celui de son chien Chinois par Carolus Duran furent légués au musée du Petit Palais par Mademoiselle de Lancey avec son portrait en 1913 Mais c est surtout la liaison qu elle entretenait avec le Comte Nissim de Camondo qui fit scandale à l époque La jeune américaine avait acquis une partie du domaine de Louveciennes ancienne propriété de Madame du Barry Elle meubla le domaine en investissant dans une coûteuse collection d œuvres d art qui reflétait bien l engouement de l époque pour l art du XVIIIe siècle Edmond de Goncourt dans son journal s amusait de cet intriguant couple que formait Mademoiselle de Lancey et le riche banquier l ironique intérieur de Louveciennes là où habita Madame du Barry et où habite aujourd hui Mme de Lancey et où le banquier Camondo remplace Louis XV En effet c est le grand oreiller rouge vif sur lequel s appuie la Comtesse de Lancey dans le tableau qui créa la polémique Dans cette œuvre tout est affaire de tissu et de couleur satin blanc draperie verte coussin écarlate et soie cramoisie finissent par jurer aux yeux des contemporains Carolus Duran aurait mieux fait de s abstenir de tirer des feux d artifice remarque la critique du Salon de 1877 De même la robe blanche du modèle déchaîna les commentaires elle est maculée d ombre ses plis sont forcés et elle est d un ton sale Les critiques du Salon allèrent tous de leur adjectif pour déprécier la toile Mais cette débauche de couleur et de luxe n en était pas moins à l image du modèle Car lorsque Paul Mantz critique d art écrivant dans le journal républicain conservateur Le Temps remarque que le tableau manque d une certaine tempérance tout laisse à croire qu il pense la même chose du modèle A l image des mots cinglants d Edmond de Goncourt la critique en soulignant le caractère criard de l œuvre semble aussi s en prendre au modèle Car cette même année au Salon Carolus Duran expose un second portrait un enfant avec l heureux éclair de la vie Contrairement

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/mademoiselle-de-lancey (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci - petitpalais.paris.fr
    Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci Jean Auguste Dominique Ingres Montauban 1780 Paris 1867 1818 Huile sur toile H 40 L 50 5 cm Suite au séjour à Rome comme pensionnaire de l Académie de France Ingres reste en Italie jusqu en 1824 Le peintre vit alors grâce aux commandes de portraits et réalise pour une clientèle privée de petites scènes à sujet historique Il peint la mort de Léonard dont François Ier recueille les derniers soupirs pour le comte de Blacas ambassadeur de Louis XVIII et personnalité influente sous la Restauration L œuvre d esprit troubadour s inspire librement de l histoire de France envisagée sous l angle de l anecdote édifiante On sait que Léonard venu en France à l invitation de François Ier est mort à Amboise en 1519 L épisode sans doute fictif de sa mort en présence du roi est extrait des Vies de Vasari Cet ouvrage paru en 1550 célèbre l excellence de la peinture italienne selon une courbe ascendante partant de Cimabue pour arriver à Michel Ange et Raphaël Ayant interrompu ses études très jeune le peintre s appuie d avantage sur son exceptionnelle mémoire visuelle que sur ses connaissances littéraires pour composer des sujets historiques Divers tableaux célèbres exposées au musée du Louvre lui ont en effet servi de modèles pour représenter les personnages de la scène Le recours à la citation iconographique se décèle ainsi aisément dans le visage de François Ier transposé du portrait peint par Titien en 1538 La figure de Léonard mourant est en revanche une création typiquement ingresque avec sa torsion expressive du cou et son chromatisme subtil A la manière du théâtre romantique Ingres

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/francois-1er-recoit-les-derniers-soupirs-de-leonard-de-vinci (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Combat du Giaour et du Pacha - petitpalais.paris.fr
    En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Combat du Giaour et du Pacha Eugène Delacroix Charenton Saint Maurice 1798 Paris 1863 1835 Huile sur toile H 73 L 61 cm Le Combat du Giaour et du Pacha peint par Delacroix en 1835 s inspire d un passage des contes orientaux de Byron publiées en 1814 sous le titre The Giaour a fragment of a turkish tal L histoire relate les amours contrariés d un vénitien le Giaour terme qui désigne l infidèle pour les musulmans et d une esclave Leila appartenant au sérail d Hassan chef militaire d une province turque Leila qui a manqué à la fidélité qu elle devait au pacha Hassan est jetée à la mer Son amant le Giaour la venge en tuant Hassan Byron incarne tant par sa vie indépendante et intrépide que par une oeuvre littéraire qui s adresse au cœur et à l imagination le héros romantique par excellence Ses voyages dans les pays islamisés du pourtour méditerranéen ont ouvert à Delacroix les portes de l Orient Le poète meurt en 1824 à 36 ans près de Missolonghi alors qu il s engage aux côtés des Grecs contre la domination turque La mort d Hassan fait délibérément écho à la lutte des Grecs pour leur indépendance menée avec l aide de la France de l Angleterre et de la Russie de 1820 à 1830 Alors que le poème de Byron met en scène deux troupes animées d une même fureur Delacroix choisit d isoler les deux rivaux pour les représenter dans un duel dont la violence reste fidèle au récit Delacroix s est également servi de ses souvenirs de voyage au Maroc Les détails des costumes et des harnachements conservés dans ses carnets de croquis et repris

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/combat-du-giaour-et-du-pacha (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Pendule au mameluk - petitpalais.paris.fr
    Antiquités des mondes grec et romain Arts graphiques Fonds photographique Manuscrits et livres Arrêt sur une oeuvre Le vase Paphiopedilum Dans les coulisses La gardeuse d oies Dernières acquisitions Base de données des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Pendule au mameluk Jacob Mardochée dit Jacob Petit Paris 1796 Paris 1868 Vers 1845 Porcelaine de Paris H 56 L 44 P 26 cm Fabricant de porcelaine établi à Paris puis à Avon près de Fontainebleau Jacob Petit est célèbre pour ses objets d ornement flacons veilleuses encriers pendules dont l exubérance baroque se nourrit d emprunts aux styles français ou allemands du 18e siècle La figure du cavalier mamelouk est inspirée d une œuvre de Debucourt La Retraite du mameluk gravée en 1803 d après Carle Vernet La profusion des ors qui viennent souligner les contours rocaille des ornements l exubérance des ornements et le chatoiement des couleurs aux accords audacieux traduisent la verve et l invention du plus illustre porcelainier français des années 1830 1860 D M Numéro d

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/pendule-au-mameluk (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Buste de Samuel Welles de La Valette - petitpalais.paris.fr
    1875 1866 Plâtre original avec pointes métalliques H 81 L 59 P 40 cm Avant de réaliser le buste de Samuel Welles de La Valette Jean Baptiste Carpeaux avait réalisé celui de sa mère la marquise de la Valette dont le Petit Palais possède une épreuve en plâtre en 1861 alors qu il était pensionnaire à la Villa Médicis depuis 1856 et travaillait au groupe d Ugolin Il avait fait la connaissance de la marquise femme de l ambassadeur auprès du Saint Siège par le biais du marquis de Piennes qui le mit en relation à son retour en France avec le monde de la Cour D après le témoignage de la fille de l artiste le buste du marquis fut réalisé au cours de l année 1865 alors que le sculpteur travaillait à sa première grande commande monumentale le décor de la façade de l aile de Flore du Louvre Carpeaux menait en parallèle une active vie mondaine et bénéficiait de la faveur de la famille impériale il avait été nommé en 1864 professeur de dessin du prince impérial et fut fait chevalier de la Légion d honneur en 1866 Le buste de Samuel Welles de La Valette rappelle l engouement que manifestaient pour l œuvre de Carpeaux les élites du Second Empire le comte Samuel Welles de La Valette 1843 1893 fils d un banquier américain avait été adopté par le marquis Charles de la Valette époux en seconde noces de sa mère Adeline Fowle Comme le banquier Edouard André dont Carpeaux réalisa un buste la même année Samuel Welles fut sans doute sensible au talent du jeune artiste à la célébrité naissante L œuvre témoigne de l aisance de Carpeaux dans le domaine du portrait la découpe arrondie du buste laisse au sculpteur la possibilité de représenter

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/buste-de-samuel-welles-de-la-valette (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Courbet au chien noir - petitpalais.paris.fr
    Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Courbet au chien noir Gustave Courbet Ornans Doubs 1819 La Tour de Peilz Suiss 1877 1842 1844 Huile sur toile H 46 3 L 55 5 cm Gustave Courbet s est représenté comme le jeune rapin qu il était alors d une élégance bohême se déplaçant avec son carton à dessin et son épagneul noir à la recherche du motif La tête fine encore imberbe encadrée de longs cheveux noirs et bouclés nous restitue la beauté d un jeune homme sûr de lui et déjà prêt à conquérir Paris La perspective en contre plongée laisse voir à droite un paysage de campagne qui évoque les reliefs escarpés du Doubs région natale que Courbet aimait par dessus tout Il y retourna tous les étés peindre ce pays d Ornans à proximité des montagnes du Jura et de la Suisse On remarque dans le ciel lumineux à l arrière plan les débuts de l application des couleurs au couteau technique développée par la suite par le peintre avec une remarquable dextérité Ce portrait sans doute le premier s inscrit dans la série des autoportraits de jeunesse dont la date d exécution est souvent difficile à établir Celui du Petit Palais fut exposé en 1844 sous le titre Portrait de l auteur au numéro 414 du catalogue Pour la première fois Courbet avait la satisfaction de voir une de ses œuvres acceptée au Salon La peinture montre les traces de nombreuses retouches et repentirs Elle semble avoir été conçue au départ pour un format cintré à destination peut être d un dessus de porte comme le laisserait deviner sa perspective surélevée

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/courbet-au-chien-noir (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Portrait de Théodore Duret - petitpalais.paris.fr
    Partenaires Presse Newsletter Portrait de Théodore Duret Édouard Manet Paris 1832 Paris 1883 1868 Huile sur toile H 46 5 L 35 5 cm Après l exposition tumultueuse de l Olympia Paris musée d Orsay qui fait scandale au Salon de 1865 Manet part en Espagne oublier ce qu il ressent comme les persécutions de la critique parisienne Durant ce court séjour il rencontre par hasard Théodore Duret attablé au même restaurant Les nouveaux amis décident de découvrir Madrid ensemble flânant dans les ruelles pittoresques assistant aux courses de taureaux allant voir les œuvres du Gréco à Tolède Leur visite du Prado est prioritairement consacrée à Vélazquez que Manet admiratif désigne comme le peintre des peintres Selon un procédé emprunté au maître espagnol Manet place son modèle dans un espace neutre sans délimitation entre le sol et les murs Seules les ombres aux pieds de la figure et du tabouret donnent une indication de profondeur Nous possédons un témoignage direct sur la conception de ce tableau grâce à la biographie que Duret consacre à Manet en 1926 Selon l auteur la nature morte placée en bas à gauche sur un tabouret a été ajoutée à la fin Manet achevant son tableau par la touche lumineuse du citron Négociant en cognac Théodore Duret 1838 1929 est un grand voyageur par nécessité professionnelle mais aussi par goût Il est parmi les premiers à se passionner pour l art de l Extrême Orient et joue un rôle important dans la diffusion du Japonisme Républicain engagé il est le fondateur du journal La Tribune 1868 où collaborent Émile Zola et Jules Ferry Critique d art et collectionneur il s affirme comme l un des principaux défenseurs des Impressionnistes par ses achats et ses publications Le portrait souligne le côté dandy du modèle connu pour

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/portrait-de-theodore-duret (2015-11-09)
    Open archived version from archive