archive-fr.com » FR » P » PARIS.FR

Total: 1123

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Le Petit Palais - Portrait de mademoiselle Athénaïs d’Albenas - petitpalais.paris.fr
    Louis Léopold Boilly La Bassée Nord 1761 Paris 1845 1807 Huile sur toile H 65 L 54 5 cm Ce gracieux portrait fixe les traits de la fille de Jean Joseph d Albenas officier au régiment de Touraine qui s illustra dans la guerre d Indépendance en Amérique avant de s installer à Toulouse Athénaïs est vêtue d une robe claire à taille haute et manches ballon comme en portent les femmes à la mode à la fin du 1er Empire La lumière oblique qui éclaire de haut en bas la silhouette de la fillette est différente de celle du paysage Elle correspond en fait à la lumière de l atelier où le jeune modèle a pris la pose Le paysage vallonné n est qu un fond de décor qui encadre le portrait procédé que l on retrouvera utilisé dans les studio des premiers photographes Avec son joli ciel nuageux sa succession de plans clairs et sombres il suit les règles de composition du paysage classique et conduit notre regard de la fabrique située en haut de la colline vers une cascade qu enjambe un petit pont au premier plan L œuvre de Boilly qui rend compte par la scène de genre de la vie des classes moyennes dans la société parisienne connaît une grande vogue sous l Empire et jusque dans les années 1830 Après 1800 ses compositions deviennent plus complexes en s animant de nombreuses figures Descriptions amusées de la vie moderne elles sont d une exécution minutieuse et d une palette raffinée L artiste s enthousiasme pour la lithographie naissante et inaugure la grande lignée des caricaturistes du XIXe siècle avec son Recueil de grimaces paru en 1823 qui influencera Daumier Ses talents d observateur et la nécessité d assurer le quotidien le conduisent à produire une

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/portrait-de-mademoiselle-athenais-d%E2%80%99albenas (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Vieil homme au bâton - petitpalais.paris.fr
    en Arles Du 23 octobre au 26 décembre 1888 le peintre s installe dans l atelier du Midi à l invitation de Van Gogh Les deux artistes y vivent et travaillent ensemble de manière très intensive Gauguin arrive de Pont Aven où il venait de peindre une toile exceptionnelle intitulée Vision du sermon Edimbourg National Gallery of Scotland S éloignant définitivement de l impressionnisme il élabore un style original et intensifie ses couleurs qu il utilise de manière arbitraire De son côté Vincent installé dans le sud de la France depuis février 1888 peint de lumineux tournesols Il est aussi accaparé par la réalisation d autoportraits et de portraits Je voudrais peindre des hommes ou des femmes avec je ne sais quoi d éternel dont autrefois le nimbe était le symbole Lettre de Vincent à Théo 3 septembre 1888 C est dans cet état d esprit qu il peint en août 1888 un portrait de Patience Escalier vieux bouvier de Camargue devant un fond orange vif suggestion selon Vincent d un soleil couchant La position des mains du vieil homme croisées sur le bâton se retrouve presque à l identique dans le tableau peint par Gauguin durant les dernières semaines de leur cohabitation Un détail iconographique confirme la réalisation du Vieil homme au bâton dans la maison d Arles le fauteuil sur lequel s appuie le bras gauche est identique à celui peint dans une nature morte par Van Gogh en novembre La chaise de Gauguin Amsterdam Van Gogh Museum et reconnaissable dans plusieurs portraits de cette période Durant ces mois d hiver les pluies et le vent glacial imposent de travailler en intérieur Les deux amis peignent souvent ensemble dans l atelier du rez de chaussée face au modèle assis dans le fauteuil Les séances de pose se prolongent

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/vieil-homme-au-baton (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Ugolin - petitpalais.paris.fr
    Arts graphiques Fonds photographique Manuscrits et livres Arrêt sur une oeuvre Le vase Paphiopedilum Dans les coulisses La gardeuse d oies Dernières acquisitions Base de données des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Ugolin Jean Baptiste Carpeaux Valenciennes 1827 Courbevoie 1875 1862 Plâtre patiné H 195 L 150 P 110 cm Ugolin achevé en 1861 couronne la fin des études de Carpeaux à l Académie de France à Rome Ce groupe magistral n est plus l œuvre d un élève Ni les Français de Rome ni l administration parisienne des Beaux Arts ne s y trompent ils soutiennent l artiste dans cette entreprise démesurée Le sujet est tiré de la Divine Comédie de Dante le poète décrit Ugolin tyran de Pise enchaîné et muré dans la tour de la Faim avec sa progéniture Chant XXXIII En le voyant se mordre les mains de désespoir ses enfants lui proposent par piété filiale de les dévorer L œuvre revendique des emprunts aux grands modèles de la sculpture l enchevêtrement des corps s inspire d un célèbre groupe antique le Laocoon du Belvédère la musculature et l expression d Ugolin rappellent Michel Ange Chacun des éléments a fait l objet de multiples croquis et esquisses mis en forme dans une composition pyramidale et tournoyante Dans cet Ugolin désespéré on croit reconnaître Carpeaux artiste déjà tourmenté par la création les dettes et l administration Du plâtre original de 1861 l Etat commandera un bronze en 1862 Musée d Orsay L exemplaire du Petit Palais aurait été patiné par Carpeaux lui même pour étudier l aspect définitif de l œuvre avant la fonte A S

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/ugolin (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Les funérailles de Charles le Bon, Comte de Flandre, célébrées à Bruges dans l’église Saint-Christophe le 22 avril 1127 - petitpalais.paris.fr
    mètres de long mais avec une grande minutie du détail les funérailles du Comte de Flandre Charles le Bon 1083 1127 Le comte Charles fut assassiné dans une église par les hommes de son chancelier avide de pouvoir Mais suite à l intervention du roi de France Louis VI le Gros les usurpateurs furent exécutés et le Comte de Flandre inhumé dignement en l église Saint Christophe de Bruges La peinture reconstitue la procession formée par les chevaliers les ecclésiastiques et les échevins qui s avance dans la nef sous le regard de la foule Les croisés reconnaissables à la croix rouge qui orne leurs habits participent au cortège rappelant par leur présence la participation de Charles le Bon aux croisades Vêtu de rouge le corps du Comte est exposé à l extrême droite de la composition Les personnages disposés en frise sont richement parés Dans cette grande composition historicisante Jan Van Beers laisse libre court à son imagination nourrie par la lecture de textes médiévaux et l observation des œuvres du Moyen âge le visage du défunt Comte de Flandre est la reprise d une œuvre ancienne d après Barend Van Orley ca 1488 1541 toujours conservée dans la cathédrale de Bruges Les moines agenouillés de dos font écho aux pleurants du tombeau de Philippe Pot musée du Louvre Van Beers n a que 25 ans lorsqu il peint cette œuvre spectaculaire Il s est représenté anonyme parmi la foule en se plaçant au centre exact de la composition Son autoportrait de profil dissimulé parmi les chevaliers en cottes de mailles et les bourgeois de Bruges exprime bien sa personnalité excentrique Le jeune étudiant de l Académie des Beaux arts d Anvers aime faire scandale avec ses amis formant la clique Van Beers Poursuivant par la suite sa carrière

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/les-funerailles-de-charles-le-bon-comte-de-flandre-celebrees-a-bruges-dans-leglise (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - La sieste pendant la saison des foins (montagne du Doubs) - petitpalais.paris.fr
    Olivier et Marcel ont servi de modèle pour les faucheurs endormis Dans un premier temps à la place de la nature morte sur le devant de la composition se tenait une paysanne Courbet modifia son œuvre après le Salon de 1869 préférant remplacer cette figure supplémentaire par une nature morte A l image de Constant Troyon 1810 1865 et de Rosa Bonheur 1822 1899 quelques années plus tôt Courbet s attache à dépeindre sur de grands formats une ruralité paisible La sieste pendant la saison des foins est en ce sens caractéristique de l évolution des genres qui s opère au Salon sous le Second Empire En effet l essor de la peinture de genre et l évolution de la peinture d Histoire troublèrent les catégories établies Ainsi lorsque Gustave Courbet expose cette toile de plus deux mètres de haut avec en son premier plan des bovins il s inscrit pleinement dans la suite de Troyon Ce dernier lors de l Exposition Universelle de 1855 exposait son œuvre monumentale Bœufs allant au labour effet de matin musée d Orsay Haute de presque quatre mètres cette toile hissait alors la peinture animalière au rang de peinture d Histoire Courbet avait déjà usé de cette inflation des dimensions en exposant au Salon de 1857 Les Demoiselles des bords de la Seine Musée du Petit Palais scène de genre de plein air avec un traitement réaliste des figures Gustave Courbet en cet été 1867 espère beaucoup de son tableau La sieste pendant la saison des foins destiné au Salon de 1869 Cependant l accueil réservé que lui en fera le public sera une désillusion profonde La critique est très sévère avec l artiste ses bœufs sont hydrocéphales selon Armand Silvestre Louis Auvray soupçonne le peintre d avoir un goût prononcé pour la laideur

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/la-sieste-pendant-la-saison-des-foins-montagne-du-doubs (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Portrait de Monsieur et Madame Mosselman et de leurs deux filles - petitpalais.paris.fr
    aux exigences d un portrait d apparat tout en le transformant en une scène de genre une promenade au bois à l ombre des grands arbres d une allée cavalière L œuvre fait référence à l usage sous la monarchie de Juillet de se promener à cheval ou en voiture attelée le long des Champs Elysées Les membres de la famille Mosselman font cercle autour d Eugènie Gazzani assise dans un petit duc attelé de poneys Shetlands Son époux est à cheval aux côtés de leur fille aînée Charlotte tandis que Pauline la cadette leur fait face de l autre côté de l attelage Les tenues élégantes mais sans apprêts des Mosselman montrent une richesse de camaïeux roses et blancs sur lesquels joue la lumière contrastée de la clairière De Dreux démontre dans cette œuvre très aboutie qu il est un portraitiste aguerri mais surtout un peintre animalier dont les chevaux semblent prendre une part active à la scène La course des whippets compagnons de chasse et de promenade complètent d une touche très britannique la halte des cavaliers Le paysage dans lequel il ne faut pas chercher la description d un site précis utilise avec sa longue perspective boisée et sa végétation luxuriante un motif cher aux peintres de Barbizon et aux paysagistes anglais De ses débuts au Salon de 1831 jusqu à sa dernière participation en 1859 de Dreux connaît le succès comme peintre de la cour d Orléans et comme spécialiste des sujets équestres très appréciés de la haute société L anglomanie qui touche alors la société parisienne et accompagne une nouvelle sensibilité artistique développe un sentiment de la nature dont l art du paysage et les loisirs équestres comptent parmi les expressions privilégiées En s adressant à de Dreux pour la réalisation de leur portrait de

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/portrait-de-monsieur-et-madame-mosselman-et-de-leurs-deux-filles (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Portrait de Jeanne et Mme Albert Dammouse - petitpalais.paris.fr
    de nombreux sculpteurs de sa génération Jean Désiré Ringel dit Ringel d Illzach s est intéressé à l art de la médaille Originaire d Alsace Ringel d Illzach poursuit sa formation à Paris où il mène de front des études musicales et artistiques Elève des sculpteurs François Jouffroy et Alexandre Falguière il se consacre définitivement à la sculpture après la guerre de 1870 Il expose régulièrement au salon et montre une prédilection pour les matériaux polychromes notamment les cires teintées la céramique et les pâtes de verre Les deux inscriptions gravées sur le médaillon permettent de dater l œuvre de 1885 et d identifier les modèles il s agit de madame Dammouse et de sa fille Jeanne Le médaillon est dédicacé à mon ami Albert Dammouse en souvenir de Ringel d Illzach Fils d un sculpteur de la manufacture de Sèvres Albert Dammouse a fréquenté comme Ringel d Illzach l atelier de Jouffroy à l École des Beaux Arts avant de se consacrer à la céramique En 1885 il collabore avec Haviland qui lui confie la réalisation de ses vases en grès décorés Dans l atelier de la rue Blomet dirigé par Ernest Chaplet Dammouse rencontre Ringel d Illzach qui y réalise des modèles pour la manufacture Haviland Le céramiste et le sculpteur entament une collaboration durable en 1897 Ringel d Illzach expérimente à Sèvres dans l atelier de Dammouse une technique de moulage du verre Le médaillon donné au Petit Palais témoigne des liens qui ont uni les deux hommes Il s agit d un portrait intime qui ne semble pas avoir été reproduit ni diffusé par l édition aucun autre exemplaire n est documenté à ce jour On peut ainsi imaginer que Ringel d Illzach a modelé directement d après nature le portrait de la femme et de

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/portrait-de-jeanne-et-mme-albert-dammouse (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Côtes de Belleville - petitpalais.paris.fr
    Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Côtes de Belleville Octave Penguilly L Haridon Paris 1811 Paris 1870 1868 Huile sur toile H 76 5 x l 90 cm Né à Paris dans une famille originaire de Pleyben dans le Finistère Octave Penguilly L Haridon intègre l Ecole Polytechnique en 1831 Il conjugue rapidement sa carrière militaire à une formation artistique auprès du peintre Charlet sans renoncer toutefois à ses fonctions d officier qui lui valent de devenir directeur du musée de l Artillerie à partir de 1854 Le peintre expose au Salon de 1835 à 1870 S il traite volontiers des sujets historiques en armure tant sur toile que dans le domaine de l illustration il est surtout connu de nos jours comme l un des premiers et des plus originaux chantres du paysage breton Cette originalité lui vaut l admiration de Baudelaire dans ses critiques du Salon enthousiasme que l on retrouve chez Théophile Gautier Loin du chemin des hommes le long des baies désertes dans les criques connues du goéland et de la mouette il Octave Penguilly L Haridon va en quête de roches aux configurations étranges et monstrueuses d horizons bizarrement déchiquetés de mers glauques et céruléennes et avec une exactitude de daguerréotype il reproduit des sites scrupuleusement vrais qu on croirait pris dans la Lune ou dans Mars tant ils diffèrent des aspects qu on a l habitude de voir Abécédaire du Salon de 1861 p 305 En effet par son aspect minéral et son cadrage étonnant faisant l économie du ciel cette vue des côtes normandes de Belleville Seine Maritime peinte en 1868 évoque l univers presque fantastique des meilleures toiles de l artiste Présentée au Salon de 1869 Côtes de Belleville n 1895 avec une autre

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/27/cotes-de-belleville (2015-11-09)
    Open archived version from archive