archive-fr.com » FR » P » PARIS.FR

Total: 1123

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • XIXe siècle
    Les esquisses et modèles des monuments commandés pour Paris invitent à redécouvrir ces grands emblèmes de la République installés dans la capitale L approche réaliste de Courbet dont le musée présente un ensemble d œuvres majeures trouve son prolongement dans les scènes de la vie moderne qui font écho aux romans naturalistes de Zola La recherche d un contact plus vrai avec la nature initié par les Romantiques favorise l épanouissement d un genre qui se libère des règles académiques De l école de Barbizon à l Impressionnisme représenté par Monet Sisley et Pissarro une place de choix est consacrée aux peintres du plein air qui expérimentent de nouvelles manières de peindre au plus près du motif Image du bandeau bandeau 19e3 jpg UNE SELECTION D OEUVRES DE LA COLLECTION XIXE SIèCLE Peinture Benjamin Constant Jean Joseph Benjamin Constant dit Le Jour des funérailles scène du Maroc La Mort de l émir Boilly Portrait de mademoiselle Athénaïs d Albenas Chartran Priam demandant à Achille le corps d Hector Chauvin Paysage d Italie avec trois chevaliers Corot Marietta dite L odalisque romaine Courbet Courbet au chien noir Courbet La sieste pendant la saison des foins montagne du Doubs Courbet Le Sommeil Courbet Les Demoiselles des bords de la Seine Eté Courbet Pompiers courant à un incendie Courbet Portrait de Juliette Courbet Daumier L amateur d estampes de Dreux Portrait de Monsieur et Madame Mosselman et de leurs deux filles Delacroix Combat du Giaour et du Pacha Delaroche Les vainqueurs de la Bastille devant l Hôtel de Ville le 14 juillet 1789 Delaroche Portrait d Horace Delaroche Doré La Vallée de larmes Doré L Ascension Durand dit Carolus Duran Mademoiselle de Lancey Gauguin Vieil homme au bâton Géricault Paysage au tombeau Ingres François 1er reçoit les derniers soupirs de Léonard de Vinci

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/print/27 (2015-11-09)
    Open archived version from archive


  • Le Petit Palais - Chaise à porteurs - petitpalais.paris.fr
    Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Chaise à porteurs Anonyme Vers 1700 1715 Bois doré sculpté et peint H 173 cm l 82 cm P 94 cm L étonnante richesse de cet objet utilitaire s explique par le fait qu un visiteur descend de chaise à couvert dans le vestibule où elle demeure le temps de la visite et participe au décor Il est donc plutôt conçu comme un objet d intérieur momentanément exposé aux intempéries et cherchant à s en préserver par un toit de cuir clouté et des panneaux d un matériau imperméable comme le laque ou le vernis Martin Dans les années 1690 1720 l arabesque connaît un regain de faveur par l action de peintres et décorateurs à la suite de Jean Bérain 1640 1711 Daniel Marot 1663 1752 donne des décors assez proches de chaises à porteurs mais son exil précoce en Angleterre pour raisons religieuses interdit de lui reconnaître ici une influence directe que l on attribue plutôt à Sébastien Leclerc 1637 1714 La personnalité des propriétaires le duc Léopold Ier de Lorraine 1679 1729 et Elisabeth Charlotte d Orléans 1676 1744 nièce de Louis XIV épousée en 1698 explique l exceptionnel décor de cette pièce à leurs armes Des arabesques entourent les panneaux ornés de Renommées de Victoires de Mars ou de l Histoire élaborant son œuvre en négligeant le Temps assis derrière elle Autant d allusions probables aux victoires des ducs de Lorraine dont Léopold Ier lui même sur les Turcs Les amours couronnés constituent une évocation plus adaptée à l union des deux époux Numéro d inventaire OTUCK00059 Numéro d inventaire OTUCK00059 Mode

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/chaise-a-porteurs (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Un berger qui tente le sort pour savoir s’il est aimé de sa bergère - petitpalais.paris.fr
    Paphiopedilum Dans les coulisses La gardeuse d oies Dernières acquisitions Base de données des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Un berger qui tente le sort pour savoir s il est aimé de sa bergère Jean Baptiste Greuze Tournus 1725 Paris 1805 1760 1761 Huile sur toile ovale H 72 5 cm l 59 5 cm Tableau commandé en 1756 à Greuze par le marquis de Marigny directeur général des Bâtiments du roi pour sa sœur la marquise de Pompadour Avec son pendant la Simplicité qui montre une jeune fille qui arrache un par un les pétales d une marguerite en disant Il m aime un peu beaucoup Fort Worth Kimbell Art Museum il ornait à Versailles l appartement de la favorite du roi Louis XV Dans ces deux tableaux du début de sa carrière Greuze se montre très proche de Boucher peintre favori de la Pompadour Diderot lui même qui va chercher par la suite à le promouvoir contre celui ci reconnaît cette parenté Ce Berger qui tient un chardon à la main et qui tente le sort pour savoir s il est aimé de sa bergère ne signifie pas grand chose A l élégance du vêtement à l éclat des couleurs on le prendrait presque pour un morceau de Boucher Et puis si on ne savait pas le sujet on ne le devinerait jamais La gamme colorée exceptionnellement claire avec une harmonie de roses de bleus et de mauves où vient jouer le ton doré de la chevelure bouclée l alliance des glacis transparents et des empâtements nerveux évoquent bien l art de Boucher dont Greuze doit ensuite

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/un-berger-qui-tente-le-sort-pour-savoir-s%E2%80%99il-est-aime-de-sa-bergere (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - La Blanchisserie - petitpalais.paris.fr
    Base de données des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter La Blanchisserie Hubert Robert 1733 Paris 1808 Paris Vers 1758 1759 Huile sur toile H 58 5 cm l 63 5 cm Cette peinture date des années de jeunesse d Hubert Robert lorsqu il vit et travaille à Rome Le petit peuple de Rome s est installé sans vergogne dans les ruines qu il réutilise à des fins prosaïques Ces scènes inattendues découvertes au détour d une promenade dans la Ville Eternelle frappent l imagination du peintre et entrent durablement dans son répertoire iconographique Ses contemporains y verront plus tard l illustration des atteintes du temps qui détruit inexorablement les témoignages de la grandeur des civilisations passées Mais pour l heure le jeune artiste s amuse et se délecte du plaisir de peindre Voici donc un monument antique transformé en teinturerie le lieu où l on blanchit les toiles Le fort contraste d ombres et de lumière les grandes draperies et les lignes verticales des barrières à claire voie rythment

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/la-blanchisserie (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Pendule à orgues au concert de singes - petitpalais.paris.fr
    de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Pendule à orgues au concert de singes Jean Moisy horloger et Jean Claude Chambellan dit Duplessis orfèvre Figurines de porcelaine d après des modèles donnés par Johann Joachim Kändler et Peter Reinicke Vers 1755 1760 Bronzes dorés fleurs en porcelaine tendre de Vincennes figurines en porcelaine dure de Saxe H 130 l 85 cm Cette pièce exceptionnelle a probablement fait l objet d une commande particulière peut être par l intermédiaire d un grand marchand mercier comme Lazare Duvaux qui a vendu en décembre 1753 un orchestre de singes à Madame de Pompadour Dans l horlogerie le contraste entre le bronze doré et les porcelaines polychromes correspond à une mode née vers 1730 Jean Moisy 1714 1782 auteur du mécanisme d horlogerie accède à la maîtrise à Paris en 1753 à l âge de trente neuf ans Il numérote systématiquement tous les mouvements sortis de son atelier celui ci portant le numéro 558 Des porcelaines de diverses origines sont souvent juxtaposées sur une même pièce comme ici la couronne de fleurs en pâte tendre de Vincennes et les figurines de porcelaine dure allemande A Vincennes le goût pour les fleurs au naturel connaît son apogée en 1751 Le thème exotique de la singerie a d abord été élaboré pour les lambris de décors intérieurs Les premiers orchestres de singes en porcelaine apparaissent peut être en France à Mennecy après 1740 mais c est en Allemagne qu il connaissent leur plus brillant développement A Meissen en Saxe le maître modeleur Johann Joachim Kändler 1709 1775 en donne un peu avant 1750 le séduisant modèle adopté ici qu il reprendra et modifiera vers 1765 avec l aide de

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/pendule-a-orgues-au-concert-de-singes (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Lavandières dans un parc - petitpalais.paris.fr
    oeuvre Le vase Paphiopedilum Dans les coulisses La gardeuse d oies Dernières acquisitions Base de données des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Lavandières dans un parc Hubert Robert Paris 1733 Paris 1790 Vers 1775 Huile sur toile H 56 cm l 45 5 cm Les Lavandières dans un parc constituent l un des chefs d œuvre d Hubert Robert au sommet de son art Bien que ce tableau ait été peint en France le souvenir des jardins italiens y est encore vivace Hubert Robert ne s en départit d ailleurs jamais Les dessins griffonnés dans les parcs des villas de la Ville éternelle n ont eu de cesse de stimuler son imagination afin d aboutir à des créations idéales mêlant réalité et invention Nommé dessinateur des jardins du Roi à son retour en France il conçoit des jardins pittoresques combinant de la même manière que dans ses compositions picturales ruines statues fontaines et bosquets Les Lavandières sont le reflet de cette double expérience D une part le peintre associe une fontaine monumentale rappelant celle de la villa Conti à Frascati et une cascade d escaliers qui semble se souvenir de l incroyable réalisation de Pirro Ligorio pour les jardins de la Villa d Este D autre part c est bien la conception paysagère et l expérience acquise grâce à ses fonctions officielles qui l ont amené à considérer le parc comme un lieu de vie Il en fait ici une ruine qui ne constitue plus un écrin à l agrément mais un espace investi par le petit peuple Ainsi ce ne sont pas de nobles promeneurs qui arpentent ce

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/199/lavandieres-dans-un-parc (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Commode - petitpalais.paris.fr
    des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Commode Adrien Delorme et Pierre Roussel Vers 1750 1760 Bâti en hêtre et sapin pour les tiroirs Placages de bois de rose amarante poirier charme bronzes dorés H 86 5 cm l 146 cm P 66 cm Cette commode porte à la fois les marques de Delorme et Roussel Le fabricant du meuble appose son estampille et le marchand pour peu qu il soit également ébéniste frappe parfois la sienne propre La difficulté d attribution du rôle de chacun tient ici au caractère exactement contemporain de leurs créations Roussel admis à maîtrise en 1745 et Delorme en 1748 à l emploi par les deux artisans de marqueteries florales et au fait qu ils exercent tous deux le commerce du meuble Cependant l appartenance de cette œuvre à une série de sept sur plusieurs desquels on relève l estampille de Delorme laisse à penser que celui ci peut être le concepteur et Roussel l exécutant Adrien Delorme maître en 1748 actif jusqu en 1783 fabrique des meubles en laque de Chine très rocailles et crée une marqueterie à fleurs sur un fond de chevrons alternativement clairs et foncés Pierre Roussel 1723 1782 travaille pour Migeon et exerce presque jusqu à sa mort d importantes charges au sein de la corporation des ébénistes A la différence de Delorme son œuvre très variée s adapte à tous les styles du XVIII e siècle du rocaille au néoclassicisme en passant par le transition Il pratique les marqueteries géométriques à fleurs de bois clair et noeuds de rubans et les paysages à architectures Des encadrements de bois sombre

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/commode (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • Le Petit Palais - Alexandre et Bucéphale - petitpalais.paris.fr
    Paphiopedilum Dans les coulisses La gardeuse d oies Dernières acquisitions Base de données des oeuvres Publications Ressources documentaires Les Donateurs Circuit des collections Salle romantique Prêt de 4 meubles de la BnF Plan du musée Les Copistes En 1 clic Etudiants et Chercheurs Visiteurs handicapés Entreprises et Partenaires Presse Newsletter Alexandre et Bucéphale Giambattista Tiepolo Venise 1696 Madrid 1770 Vers 1757 1760 Huile sur toile H 58 cm l 34 7 cm Rare témoignage de la peinture italienne dans les collections de peintures anciennes du Petit Palais cette petite toile est d une grande qualité On ne sait si il s agit d une esquisse pour un grand décor non exécuté ou un des nombreux petits tableaux d une facture très libre quoique généralement très aboutie exécutés par Tiepolo au faîte de sa carrière à la fois par plaisir et pour satisfaire une abondante clientèle Selon Plutarque Alexandre le Grand à l âge de treize ans environ est mis au défi par son père Philippe II roi de Macédoine de monter un cheval fougueux nommé Bucéphale S apercevant qu il a peur de son ombre Alexandre le tourne face au soleil et le dompte Philippe lui dit alors Mon fils

    Original URL path: http://petitpalais.paris.fr/fr/collections/alexandre-et-bucephale (2015-11-09)
    Open archived version from archive