archive-fr.com » FR » P » PCF.FR

Total: 1037

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • C | PCF.fr
    les actions qui y sont cotées Entre 1990 et 2007 la capitalisation boursière aux Etats Unis a été multipliée par 6 5 alors que le PIB a été multiplié par 2 4 En France le PIP a été multiplié par 2 1 la capitalisation boursière par 8 8 Coût du capital Le coût du capital financier c est la somme des dividendes qu elles versent aux actionnaires et des charges d intérêts qu elles payent aux banques et aux autres organismes financiers qui leur prêtent de l argent Il représente beaucoup plus que leurs cotisations sociales employeurs effectivement versées chiffres INSEE pour l année 2013 Comptes de la nation 260 9 milliards d euros contre 162 2 milliards d euros Il s agit d un prélèvement sur toute la richesse créée au bénéfice des banques des financiers et des actionnaires Nettement supérieur par exemple à l investissement matériel des entreprises 291 milliards d euros en moyenne chaque année entre 2004 et 2013 ans contre 219 milliards Les seuls dividendes revenus distribués des sociétés dans les comptes nationaux représentaient 4 5 de la valeur ajoutée des sociétés en 1980 et 18 8 soit quatre fois plus en 2013 1 1 Encore le montant des dividendes est il vraisemblablement sous estimé dans la nouvelle base des comptes nationaux Crédit défaut swaps CDS Contrat contre les défauts de crédit Contrat d assurance achetés le plus souvent à une banque qui permettent à un investisseur qui a prêté de l argent notamment à un Etat de se couvrir contre le risque d impayé Les CDS ont joué un rôle majeur dans la crise financière Ils ont cru fortement après 2004 jusqu à atteindre 58000 milliards de dollars avant de baisser environ de moitié après la crise financière Il y a actuellement 0 réactions Vous

    Original URL path: http://www.pcf.fr/64110 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Pour une nouvelle alliance : Europe-Pays en développement et émergents | PCF.fr
    milliards de dollars en 2001 c est un chiffre comparable en ce qui concerne la baisse des réserves de devises Durant toute l année 2001 les couches dominantes de l économie argentine ont retiré l argent des banques et l ont fait sortir d Argentine C est un processus qui s est déroulé durant 25 ans dont le gouvernement avait connaissance Cependant il n a jamais rien fait Entre le 27 et le 29 novembre 2001 les couches moyennes ont retiré massivement leurs dépôts des banques C est alors que le gouvernement argentin est intervenu en empêchant que les petits épargnants puissent retirer leur argent des banques Quand les grands spéculateurs faisaient sortir l argent du pays l Etat n a rien dit Mais il est intervenu pour défendre le système financier au moment où les petits déposants ont voulu retirer leurs économies Ce système financier est à 51 dans des mains étrangères banques nord américaines espagnoles françaises Pour défendre les banques transnationales le système financier a des réserves de l ordre de 60 milliards de dollars mais l argent des argentins à l étranger est de l ordre de 100 milliards de dollars et certaines études parlent même de 150 milliards de dollars Il faut défendre le système financier argentin mais il existe un système financier argentin à l étranger qui est supérieur à celui d Argentine Existe t il une crise économique en Argentine ou une manipulation politique dans le cadre de l accumulation transnationale de capital L Argentine continue à produire des richesses Elles partent vers l étranger c est la nouvelle forme de dépendance Il continue à y avoir une production de richesses et une expropriation de plus value mais cette plus value n est pas accumulée pour le développement local mais elle sert pour augmenter la concentration de capitaux dans les firmes transnationales Face à cette situation économique les couches dominantes argentines ont proposé deux solutions la dévaluation de la monnaie ou la dollarisation Chacune des ces propositions est fonctionnelle pour une partie du capital Le résultat est une dévaluation dont certains tirent bénéfices et dont d autres pâtissent Deux exemples les Argentins qui ont de l argent à l étranger 100 milliards de dollars ont désormais multiplié par deux leur pouvoir économique intérieur et ils peuvent accroître leur patrimoine C est une bonne affaire Les travailleurs dans l emploi reçoivent en moyenne un salaire de 600 pesos En décembre 2001 cela représentait 600 dollars désormais seulement 300 dollars Personnellement pour venir à cette rencontre j ai changé 200 pesos contre 100 dollars Il y a un mois j aurais eu 200 dollars L économie a gagné en compétitivité contre les salaires Il y a donc eu une amélioration pour les capitaux spéculatifs et une détérioration pour les travailleurs et l économie intérieure Il y a eu cette dévaluation Et il pourrait y avoir beaucoup d inflation Les banques les entreprises privatisées continuent à se battre pour une dollarisation et ils s appuient pour cela sur la pression des gouvernements de leur pays d origine dont le plus agressif est José Maria Aznar le 1er ministre espagnol car les entreprises espagnoles sont très présentes La première entreprise est REPSOL En septembre 2001 elle a gagné presque 2 milliards de dollars de bénéfice au niveau mondial dont 60 en Argentine Alors y a t il une crise économique en Argentine Je sais que c est une question piégée mais comme le thème de notre rencontre est de savoir ce que la politique peut faire il me semble que c est le fait le plus important Ce n est pas une question de chiffres mais de masses qui entrent dans l action Je suis un des acteurs auteurs de la Sécurité d emploi et de formation dont a parlé Paul Boccara et dans certains secteurs de gauche nous étions critiqués car c était une proposition très réformiste comme la taxe Tobin Nous avons répondu que l important n est pas le caractère prétendument réformiste ou révolutionnaire de la proposition parce que même les augmentation des salaires peuvent être considérées comme réformistes Ce qui importe c est le nombre de celles et ceux qui entrent dans l action pour réclamer exiger et obtenir des améliorations des conditions de vie pour la majorité de la population Si nous sommes capables d engendrer cette action de masse pour transformer le pouvoir le pouvoir économique nous arriverons à une action révolutionnaire Pour finir comment peut on faire depuis la France l Europe ou toute autre partie du monde En premier lieu je veux vous remercier pour la solidarité du peuple français qui s est exprimé de plusieurs manières Je pense qu il faut continuer dans cette voie Mais une des formes d actions importantes est d exiger du gouvernement français de jouer son rôle dans les organisations internationales par exemple au FMI présidé par un Allemand Nous savons que les EtatsUnis dominent le FMI mais quelle peut être la voie alternative dans le FMI Quelqu un pourra dire que c est une utopie mais il faut développer ce type d action au FMI à l ONU et dans tous les lieux où c est possible En mai 2002 aura lieu un sommet Europe Amérique Latine Nous organiserons le sommet des peuples où il est normal que nous protestions mais où il serait important qu un gouvernement de gauche plurielle fasse pression pour que le sommet propose des solutions alternatives à ce que propose la politique hégémonique traditionnelle Est ce une utopie c est au moins une proposition de lutte en France pour contribuer à disputer l hégémonie du capitalisme global en encourageant la lutte des peuples Il y a un point commun entre l Europe et l Amérique Latine c est la lutte contre l OMC d une part et contre le traité de libre échange de l ALCA qui propose la même chose que l OMC d autre part Je pense qu il faut articuler ce que réclament les peuples européens l annulation de la dette et que nous en Amérique Latine nous disons en fait il ne faut pas payer cette dette Ce n est pas la même chose mais cela va dans le même sens En ce qui concerne la taxe Tobin lors du dernier Forum social ATTAC Argentine a proposé que les recettes de la taxe soient administrées par des organisations issues du mouvement populaire lui même par exemple le Forum social avec un mécanisme déterminé par les peuples Nous avons conscience que le produit de cette taxe ne peut provenir que des principales places financières C est une forme de rétribution face à des années d exploitation capitaliste RI P OSTER À L OFFENSIVE LIBÉRALE Maria Angels Martinez Castell Que peut la politique en liaison avec le mouvement social face aux multinationales et aux marchés financiers Notons tout d abord que le mouvement social c est aussi la politique et que les multinationales les marchés financiers ne sont pas à la marge de la politique En effet on nous a beaucoup trompé avec l idée d ailleurs très académique que l économie et la politique sont des domaines complètement différents Le fait d envisager l économie sans appréhender la politique serait particulièrement nuisible à nos efforts Il existe une expression classique du léninisme qui nous rappelle que la politique est une expression concentrée de l économie et qu il ne faut pas accepter comme le libéralisme tente de l imposer actuellement la soumission de la politique à l économie Accepter une telle division serait accepter qu il existe d un côté un espace public qui serait celui de la politique où l on peut exiger l égalité des droits et des devoirs équitables pour tous et d un autre coté le droit et la logique de l existence séparée du royaume de l inégalité et de l exploitation C est à partir de l acceptation de cette cassure que les apôtres du néolibéralisme peuvent demander que les gouvernements renoncent à toute intervention dans la vie des entreprises et des marchés financiers Puisqu il s agit de domaines différents affirment ils le meilleur c est la pureté pas de mélange La production de marchandises doit répondre uniquement au mandat de la maximisation du profit L impact d un tel objectif sur l emploi les salaires les cotations boursières la spéculation financière n ont rien à voir avec la politique Il existerait une ligne Maginot entre les deux car il n y aurait rien de pire pour la bonne marche de l économie que l intromission de la politique c est à dire des autres ceux qui ne sont pas les multinationales les spéculateurs La perte de l équilibre du marché et la crise seraient la conséquence de cette immixtion de la volonté de la grande majorité de la population L ur gence de l intervention pour freiner les avancées du capital des multinationales et de la Finance l extension du salariat a accompagné les avancées sans entrave des multinationales sur presque toute la planète Il y a de moins en moins de peuples et de personnes à la marge des relations capitalistes de production tant du point de vue géographique que des couches sociales La révolution technologique a servi de point d appui à cette expansion du capital communications quasi instantanées grâce aux réseaux informatiques interconnectés nouveaux matériaux énergie à bon marché qui sert aussi à justifier les guerres en Irak en Afghanistan Tout cela contribue à de nouvelles formes d organisation et de déstructuration du travail par exemple avec l invasion de l exploitation jusque dans nos vies personnelles ou avec la reconstruction de workhouse de l aube du capitalisme Les multinationales choisissent leurs implantations en fonction de la législation du travail la moins contraignante imposant aux pays colonisés par leurs investissements la répression syndicale le retour au travail des enfants l exploitation intégrale des femmes Et à côté de ces grands traits l utilisation des nouvelles technologies a introduit de nouvelles inégalités entre personnes entre générations entre urbains et ruraux entre hommes et femmes entre riches et pauvres Que peut alors la politique Elle peut beaucoup et même tout en réalité En Europe nous devons discuter des mesures nécessaires à prendre tout particulièrement à partir des thèmes que Paul Boccara a pointé et qu il a beaucoup mieux expliqué que je ne saurais le faire Il faut c est primordial reconquérir les instruments de la politique monétaire et financière Il faut bien sûr libérer les budgets des Etats de la coercition du Pacte de Stabilité et de l objectif de déficit zéro En Espagne avec le gouvernement Aznar du Parti Populaire la pression fiscale globale a diminué de trois points mais cette politique a coûté aux salariés En effet c est l impôt sur le revenu des plus riches qui a baissé celui des salariés a augmenté Et malgré tout on continue de parler de déficit zéro Désormais ce sont les plus riches qui bénéficient de l action publique L Espagne s est orientée vers ce qu on appelle la troisième voie Mais c est un alibi importé des Etats Unis afin de diminuer les aides aux personnes les plus faibles de la société et qui a été introduit en Europe par le soi disant social démocrate Tony Blair Dans nos axes de luttes nous devons être attentifs au travail des femmes à celui des enfants aux lois sur l immigration et à la protection de l environnement par exemple avec les mouvements de capitaux sont liés à d importants niveaux de corruption aux sommets de l Etat De la même manière le commerce entre multinationales doit être mis sous surveillance afin d éviter les pratiques de dumping social Pour finir la politique publique doit pouvoir se fixer deux objectifs non traditionnels qui sont les activités invisibles la répartition des tâches entre hommes et femmes que les multinationales ont réussi à modifier avec l allongement des temps de transport le délitement de la vie citoyenne l affaiblissement des liens sociaux de proximité Il s agit aussi de la lutte pour le pluralisme face à une pensée dominante néo libérale qui cherche à évacuer toute idée alternative LES PROFONDES MUTATIONS DU CAPITALISME Bernhard Sanders Pr emier point Aujourd hui nous sommes dans une récession mondiale Seuls les pays capitalistes qui mènent une politique keynésienne ont maintenu une certaine croissance La situation économique mondiale donnant l idée que nous serions dans une nouvelle vague de prospérité portée par les nouvelles technologies et un nouveau système financier Qu entend on par là Depuis l abandon de la référence à l or du dollar les gouvernements nationaux ont toujours plus libéralisé leur système financier Cela a permis aux entreprises d accumuler d importantes réserves monétaires Cette accumulation a conduit à une augmentation de l épargne qui a cherché des investissements toujours plus rentables Les investisseurs institutionnels ont rationalisé leurs investissements en installant dans l industrie de nouveaux dirigeants Ceux ci mettent en œuvre des décisions dans le but d accroître leur attractivité en augmentant les perspectives de profit Autrefois le manager du fordisme se limitait à maîtriser le processus d exploitation par la mise en place de grands conglomérats actifs dans les branches les plus diverses compensant ainsi les difficultés conjoncturelles dans une branche par son activité dans un autre secteur Aujourd hui la direction des banques allemandes de Daimler ou de Vivendi ont comme objectif de trouver un investisseur potentiel afin de gagner de l argent le plus vite et le plus possible dans l intérêt des actionnaires Tant que l argent frais arrive dans ces entreprises le cours des actions augmente rendant plus facile l obtention de crédit pour acheter de nouvelles actions C est au Japon que cette logique a été poussée la plus loin Tant que les profits ont permis de payer les dividendes tout semblait bien fonctionner Désormais nous sommes entrés dans une phase où cet argent part en fumée parce que la production a été poussée bien au delà de la demande comme on le constate dans la téléphonie mobile Depuis mars la valeur en Bourse des entreprises de télécommunication s est effondrée alors qu elle constituait l exemple même de la réussite des privatisations Les pertes ont été bien supérieures à celles de la crise asiatique de la fin des années quatre vingt dix Cette baisse de valeur des actions est la plus importante depuis 1973 1974 Deuxièm e point Les effets du nouveau système financier sont souvent comparés à ceux des nouvelles technologies de la révolution informationnelle On ne peut pratiquement pas séparer la révolution informationnelle et la mise en place de la nouvelle philosophie de management Avec les nouvelles technologies des monopoles se constituent de nouveau Les global player se concentrent sur leur métier principal On tend ainsi vers des positions de domination afin de permettre des taux de rendements de 12 à 20 Ce qui entraîne la destructuration de l appareil de production Les entreprises sont dépecées Certaines parties de la chaîne de production sont vendues Les fournisseurs sont intimement liés aux souhaits de leurs clients Le travail dans l entreprise et dans les secteurs rattachés est révolutionné La division du travail de Taylor et Ford est partiellement rompu Certaines fonctions de direction superflues sont remplacées par des cercles de qualité la flexibilité du travail par une participation forcée à l amélioration du processus de production Les coûts des transactions ont été diminués avec les nouvelles technologies mais aussi tous les coûts nécessaires au delà du salaire pour la coordination la logistique le marketing Il n y a pas de one best way mais partout des tentatives pour trouver des solutions Tentatives limitées par les actionnaires et la valeur boursière des entreprises D un côté la mise en place des nouvelles technologies permet des gains de productivité énormes et de l autre les attentes spéculatives traversent ce secteur Où sont les limites aujourd hui on achète les produits au lieu de les produire on achète une start up au lieu de développer la recherche Les dépenses de formation sont insuffisantes pourtant on cherche à trouver ailleurs les salariés formés Ainsi en Allemagne on a fait venir 10 000 informaticiens asiatiques des milliers d infirmières polonaises L OUVERTURE À LA CONCURRENCE ET LE DROIT AU DÉVELOPPEMENT Nasser Mansouri Guilani La mondialisation est une réalité indéniable de notre temps D aucuns ne voient dans ce phénomène que des aspects négatifs la mondialisation serait synonyme du libéralisme économique de la généralisation de la concurrence Cette vision dépasse largement les clivages politiques En France des partisans et des adversaires de cette mondialisation se trouvent aussi bien dans les rangs de droite et d extrême droite que dans les rangs de gauche et d extrême gauche Pour construire des propositions alternatives un travail de clarification est d autant plus nécessaire que la vision précitée de la mondialisation est aussi présente dans les rangs des salariés Ce travail de clarification a deux dimensions qui sont intimement liées et se nourrissent mutuellement Un débat de fond sur les enjeux de notre temps est nécessaire pour chercher des pistes alternatives En même temps nous devons chercher des solutions immédiates lorsque les salariés sont confrontés aux problèmes graves comme les délocalisations Le développement économique et social comme le critère fondamental Pour nous la mondialisation n est en soi ni mauvaise ni bonne Tout dépend de la manière dont on profite des occasions qu elle crée pour mieux répondre aux attentes des citoyens Comme le rappelle le CNUCED la mondialisation reste potentiellement un instrument puissant et dynamique de croissance La question est de savoir comment profiter de la mondialisation pour permettre à tous les citoyens de profiter des avancées scientifiques de s épanouir et de vivre en paix et en sécurité Nous partons de trois observations fondamentales 1 De nos jours aucun pays ne peut prétendre pouvoir vivre en autarcie Des relations avec le reste du monde sont à la fois souhaitables et indispensables Cette relation est nécessairement à

    Original URL path: http://www.pcf.fr/30421 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • La finance grippe le monde | PCF.fr
    comprises Quant aux économies émergentes elles poursuivraient leur ralentissement du fait tant du resserrement de politique monétaire que du freinage sensible des pays développés Le commerce mondial ne rebondirait pas d ici la fin de l année après avoir stagné au troisième trimestre ils se replieraient au quatrième Au total le monde ne devrait pas retomber précocement en récession double deep même si un tel scénario n est pas à écarter pour certains de ses sous ensembles zone euro ou États unis mais il connaitrait tiré par l activité des pays émergents une croissance du PIB très lente chaotique avec une accentuation très forte du climat concurrentiel mondial II LA LOCOMOTIVE CONTRADICTOIRE DES PAYS EMERGENTS La croissance de ces pays demeure forte même si elle souffre Des contrecoups du ralentissement des pays avancés notamment du ralentissement de la conjoncture européenne si l on sait par exemple que l Europe est le premier débouché de la Chine devant les États Unis Des mesures de refroidissement de l activité prises dans nombre de pays émergents pour faire face à la spéculation immobilière notamment aux importations de capitaux non désirés et à l inflation des prix notamment de l énergie et des matières premières Les pays émergent ont un PIB par habitant inférieur à celui des pays développés mais ils jouissent d une croissance du PIB beaucoup plus rapide Ils représentaient un tiers du PIB mondial il y a 30 ans mais plus de 50 aujourd hui Ils forment plus des 4 5 de la croissance du PIB mondial sur les cinq dernières années Cela fait que dans le contexte actuel de marasme que connaissent les pays avancés les émergents apparaissent comme le nouvel eldorado vers lequel se ruent les capitalistes du monde entier Il y a donc un fort courant d investissements vers ces pays sous exigence de rentabilité financière tendant en réalité à y faire pression sur les salaires l emploi les conditions de travail et les dépenses sociales Cela souligne en retour combien les réseaux capitalistiques et informationnels ainsi créés pourraient aussi constituer la base d accords de coopération tout à fait nouveau entre entreprises pour un co développement des populations grâce à des conditions de financement faisant reculer l appel aux marchés financiers en utilisant la création monétaire 3 L avancée de ces emprises des multinationales dans les pays émergents tendrait désormais à développer le remplacement des hommes par des accumulations d équipements matériels et un certain essor des salaires en liaison avec les qualifications supérieures requises et les luttes sociales tandis que désormais s accentuent les mouvements de délocalisation vers les régions aux plus bas salaires à l intérieur même des pays émergents et en développement Ainsi ces pays contribueraient il eux aussi désormais à la préparation d une nouvelle sur accumulation de capital matériel et financier à l échelle planétaire et de son éclatement probable vers 2016 2017 Quelle conjoncture en Chine En 2009 au pire de la récession mondiale la Chine a enregistré elle une croissance de 9 2 apportant 1 2 points à la croissance mondiale Cela au moyen d un grand plan de relance mettant l accent sur le développement des infrastructures et l injection massive de crédits par les banques locales Cela a permis une très rapide expansion de l investissement en 2009 largement encouragée par un important relâchement de la politique monétaire et des mesures d incitation fiscale En 2010 on assiste à une modération de la croissance de l investissement public en réponse aux mesures de refroidissement décidée par Pékin face à la violente hausse des prix immobiliers et au gonflement de l endettement des provinces et des municipalités Mais cela n a pas interrompu la dynamique d expansion de la demande privée et l élévation de la part des exportations chinoises dans le commerce mondial dépassant 10 en 2010 Américains et européens ne cessent d accuser Pékin de manipuler le Yuan en maintenant sa valeur à des niveaux artificiellement bas Tout récemment on a vu Obama lui même tenir un discours d une fermeté proche de l hostilité déclarant que la Chine aurait été très agressive en jouant les échanges commerciaux à son avantage et au détriment d autres pays particulièrement les États Unis 4 De plus un projet de loi au Sénat américain entend taxer tous les produits en provenance de Chine à cause de la sous évaluation du Yuan 5 Effectivement Pékin a choisi entre juillet 2008 et juin 2010 d ancrer le Yuan au dollar pour Soutenir ses secteurs exportateurs et son emploi dans un contexte de crise mondiale et compte tenu du fait que les multinationales ont cherché à faire de la Chine l atelier industriel du monde développé Favoriser la stabilité financière Pour autant le Yuan ne cesse de s apprécier progressivement depuis 2005 et sans doute devrait continuer de le faire Entre juillet 2005 et juillet 2011 il a gagné 20 contre le dollar en termes nominaux et s est apprécié quasiment de la même ampleur en terme effectif réel 6 Depuis juin 2010 il fluctue par rapport à un panier de monnaies de référence dont la composition demeure inconnue Il s est apprécié de 2 6 par rapport au dollar entre juin 2010 et fin 2010 puis à nouveau de 2 6 au premier semestre 2011 Pour les Chinois il n est pas question de procéder à une forte réévaluation Cela dit la Croissance du PIB chinois qui était de 9 8 au quatrième trimestre 2010 en glissement annuel GA est passée à 9 7 au 1er trimestre 2011 puis 9 5 au deuxième trimestre Elle devrait continuer de s effriter au cours des quatre prochains trimestres Mais tous les observateurs estiment que l atterrissage chinois devrait continuer de se faire en douceur dans l immédiat En effet en août dernier les pays avancés s enfonçaient dans la crise financière mais les exportations chinoises continuaient d afficher elles une belle performance 25 en GA Certes on note une tendance au ralentissement la progression du total des exportations exprimées en dollars est passée de 31 en 2010 à 24 sur les huit premiers mois de 2011 7 Et il est vrai que la Chine demeure très exposée aux variations de la demande américaine et européenne Mais la demande intérieure semble demeurer solide malgré des signes de modération en écho au resserrement de la politique économique Dans les prochains mois sans doute le ralentissement de l investissement manufacturier sera prononcé Mais le gouvernement chinois dispose de marges de manœuvre avec une dette officielle inférieure à 20 du PIB et des déficits publics inférieurs eux à 3 sans parler d énormes réserves en devises plus de 3000 milliards de dollars Sans doute ces marges vont telles être sollicitées car les capacités d intervention des provinces et municipalités seront autrement plus limitées qu en 2008 car elles se sont beaucoup endettées dans le cadre du plan de relance On peut donc penser que dans l immédiat la croissance chinoise si décisive pour la conjoncture mondiale va tenir Mais le problème tient dans les contradictions qu elle accumule Elles proviennent fondamentalement du fait que cette croissance est très insuffisamment créatrice d emplois encore beaucoup trop extravertie et fondée principalement sur l accumulation du capital avec un développement effectif mais demeurant très insuffisant des hommes 8 Cela confirme que l on assisterait en Chine à des débuts de changements fondamentaux par rapport à la croissance industrielle fondée sur les bas salaires Les questions du passage à un autre modèle de croissance se poseraient en effet désormais de façon très forte faisant saillir de nombreuses ambivalences Il s est ouvert en Chine un débat stratégique pour aller vers un modèle de croissance moins extraverti moins dépendant des seules exportations de produits industriels vers les pays développés avec la visée d un équilibrage impliquant un poids plus élevé de la consommation et des services relativement à l industrie et à l investissement industriel avec une sensible augmentation du marché intérieur encore si peu développé 800 millions de ruraux Ce débat stratégique interne vient se conjuguer aux pressions considérables des dirigeants des pays avancés États Unis en tête pour que la Chine relâche sa pression exportatrice industrielle et en liaison avec une nouvelle réévaluation du Yuan et une déréglementation de son système de crédit ouvre largement son marché intérieur aux occidentaux notamment en matière de services avec l énorme défi qui se profile sur les retraites et la sécurité sociale Les dirigeants chinois après avoir laissé pendant plusieurs années progresser les forces du marché s être heurté à la montée de vives protestations sociales et au creusement formidable des inégalités parlent désormais de mieux commander l économie Tout le problème est de savoir vers quels buts et en s appuyant sur quelles forces sociales Les ambivalences sont en effet lourdes 9 S agit il de mieux collaborer avec le capitalisme occidental mieux rivaliser dans les enjeux de domination mondiale Ou bien s agit il de commencer à engager des avancées vers une construction nationale beaucoup plus sociale et participer à des coopérations mondiales de co développement L actualité récente confirme les ambivalences Cet été après la dégradation à très forte portée symbolique par Standard Poor s de la note des États Unis l agence Chine nouvelle a déclaré que Pékin a désormais tous les droits d exiger des États Unis qu ils s attaquent à leur problème structurel de dettes Joe Biden vice Président des Etats unis a été obligé d aller à Pékin pour rassurer les dirigeants chinois sur le fait que les États Unis ne feraient jamais défaut et s assurer en même temps de la poursuite sans histoire de leur coopération de fait pour le financement de la dette américaine Celui ci est parti semble t il rassuré dans l immédiat et d ailleurs on a vu après le déclassement de la dette américaine les taux à long terme déjà si bas continuer de baisser outre Atlantique Cependant la demande chinoise d une autre monnaies de réserve internationale que le dollar à partir des DTS du Fonds monétaire international est sur la table et trouve de nouveaux échos alors même que les fragilités de l euro rendent très difficiles pour l heure de nouveaux efforts de diversification des réserves chinoises lesquels privilégient pour l heure le won coréen et le yen japonais En même temps on voit la Chine se montrer prête à aider la Grèce le Portugal l Espagne Est ce pour se partager les dépouilles dans le cadre des privatisations considérables requises par le pacte de stabilité renforcée et le pacte de l euro plus ou est ce pour une réorientation éventuelle de l euro De plus on se souvient des initiatives politiques nouvelle des BRICS Brésil Russie Inde Chine Afrique du Sud conscients désormais de leur poids mondial et affirmant vouloir s allier pour la promotion d un monde multi polaire tandis que le Brésil s est dit prêt à aider l Europe à faire face à la crise des dettes souveraines Le G20 de Cannes va être marqué par ces enjeux en même temps que l on sait que peuvent être travaillées de nouvelles divisions comme par exemple la sourde lutte commerciale entre la Chine et le Brésil voire l Afrique du Sud Les États Unis vont tout faire aussi s opposer à un quelconque rapprochement entre l Europe et les pays émergents qui puisse mettre en cause leur marge de jeu et relancé la polémique à propos du dollar C est dire l énorme enjeu de travailler à un rapprochement entre l Europe et les pays émergents et de promouvoir l idée de monnaie commune mondiale en faisant en sorte d inscrire ces questions à l agenda du débat de l élection présidentielle de 2012 en France III LES ÉTATS UNIS FACE AU CHÔMAGE DE MASSE DURABLE La croissance a été décevante au premier semestre 2011 après 2 4 au premier trimestre elle a fléchi à 1 8 au deuxième trimestre variations annuelles Aucune amélioration ne semble en vue d ici à la fin de 2011 C est la demande des ménages qui demeure le maillon faible Elle n a progressé que de 1 2 taux moyen trimestriel annualisé au premier semestre 2011 Entre le point haut du troisième trimestre 2007 et le point bas du deuxième trimestre 2009 cette composante de la demande a perdu 5 3 amputant la croissance du PIB de 3 9 points Depuis elle n a regagné que 3 3 à fin août le revenu des ménages est plus que jamais dépendant du marché du travail qui demeure très hésitant Et pour cause Entre le pic du troisième trimestre 2007 et le creux du deuxième trimestre 2009 ce sont 8 750 000 emplois qui ont été détruits Et depuis il ne s en est créé que 1 417 millions à fin août 2011 Le rapport sur l emploi de septembre fait état d un nouveau redressement 103 000 emplois non agricoles ont été créés en septembre alors que les estimations d août et de juillet ont été révisées à la hausse Cependant la hausse de septembre n est pas suffisante pour abaisser le taux de chômage officiel qui demeure rivé à 9 1 Il est estimé qu il faudrait au moins 150 000 créations nettes d emplois par mois pour que ce taux diminue De plus on sait que si le redressement se confirme des chômeurs découragés viendraient à nouveau sur le marché du travail La progression de l emploi a été concentrée sur un petit nombre de secteurs d activité du privé tandis que l emploi public continuait sur sa pente descendante 10 L État fédéral et surtout les collectivités locales en proie à de grosses difficultés budgétaires ont supprimé 34 000 postes en septembre selon le ministère Le nombre de personnes contraintes de travailler à temps partiel faute de pouvoir trouver un emploi à plein temps a augmenté en septembre de sorte que si on les prend en compte ainsi que les chômeurs exclus des statistiques pour des raisons diverses le taux de chômage réel a progressé de 0 3 point par rapport à août pour atteindre 16 5 Les chiffres montrent également une fois de plus une hausse du chômage de longue durée sur les 14 millions de chômeurs officiellement recensés comme tels 44 6 l étaient depuis plus de six mois ce qui confirme de ce point de vue le rapprochement de la situation américaine avec celle de l Europe Cette persistance sans précédent d un chômage à très haut niveau alors même que la charte constitutive de la FED place le plein emploi au premier rang de ses objectifs témoigne de la façon dont les investissements en technologies informationnelles très économes en moyens s accompagnent d une très insuffisante création d emplois dés lors que leur but est la rentabilité financière Avec un tel volant de chômeurs les salaires demeurent paralysés Selon le rapport sur l emploi le salaire hebdomadaire moyen a progressé en septembre de 0 4 par rapport à août mois au cours duquel il avait baissé est de 2 1 sur un an alors même que la hausse des prix annuels aurait été de 3 8 Cette situation sociale très dégradée jure avec la santé financière particulièrement florissante des grandes entreprises Au deuxième trimestre 2011 les profits avant impôts ont atteint un niveau historique de 14 4 du PIB alors que simultanément la part de l investissement des entreprises dans le PIB n a été que de 9 9 au deuxième trimestre 2011 contre une moyenne de long terme de 11 5 Les sociétés affichant des excédents de financement considérable Le trésor de guerre des grandes entreprises américaines a été évalué à 1200 milliards de dollars Trois quarts de cette manne sont placés à l étranger Le reste est mobilisé pour des OPA de concert avec l endettement au premier trimestre 2011 le montant des OPA réalisées aux États Unis a bondi de 124 à 27 milliards de dollars Ce surplus est mobilisé aussi pour des rachats massifs d actions au premier semestre 2011 les grandes entreprises ont racheté pour 124 milliards de dollars de leurs propres actions soit 2 milliards par jour d ouverture de la bourse Si l on prend l ensemble des entreprises le rapport entre leurs actifs liquides et leurs actifs totaux atteint 14 soit le plus haut niveau depuis 1985 Cette situation d extrême aisance financière n empêche absolument pas semble t il les entreprises américaines de s endetter Selon Money Week leurs dettes cumulées auraient bondi au premier trimestre 2011 pour atteindre le niveau record de 7 300 milliards de dollars au 31 mars 2011 soit 100 milliards de dollars de plus qu au début de l année Cette situation où les groupes disposent d énormes surplus est en fait la contrepartie des très importantes économies de moyens humains et matériels permises par les technologies informationnelles et utilisée pour maximiser la rentabilité financière Tout cela amène à dresser un constat d échec relatif de la politique de relâchement monétaire Quantitative easing menée par la Fed mais aussi des efforts de relance budgétaire d Obama Certes la Fed a réussi à empêcher la déflation et un effondrement catastrophique de l économie américaine Mais cependant elle n arrive pas à redresser l activité et principalement l emploi La monnaie massivement créée par la Fed et les très bas taux d intérêt ont servi surtout à alimenter les opérations financières le levier des banques les exportations de capitaux la spéculation et les restructurations Cela confirme le caractère pervers d une création monétaire sans sélectivité incitative au développement des services publics à l essor de l emploi de la formation et de la masse salariale En effet dans le même temps l énorme dette publique accumulée continue de se nourrir de déficits publics colossaux engendrés par les dépenses de guerre et de domination le soutien aux banques et aux groupes mais aussi par la très faible pression fiscale supportée

    Original URL path: http://www.pcf.fr/26936 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • On peut commencer à réduire le coût du capital et donner des marges pour l’investissement. | PCF.fr
    réduire son appétit de prélèvements sur les richesses créées par le travail Evidemment la première parade est de réclamer une véritable taxation du capital et des revenus financiers Mais pour réduire le poids de la finance il faut s attaquer à l énorme accumulation de capitaux dont la masse tend à reprendre du volume au gré des politiques d austérité sociale de baisse des dépenses publiques et de soutien à la croissance financière des grands pays capitalistes Selon l agence américaine Bloomberg la capitalisation boursière mondiale fin 2013 s élèverait à 61 975 milliards de dollars contre 60 000 milliards en 2007 juste avant la crise de 2008 C est un nouveau record dans l histoire contemporaine En 2013 elle a progressé de 29 aux Etats Unis indice Standard Poor s de 18 en France de 25 5 en Allemagne de 14 au Royaume Uni de 57 au Japon Le soufflet financier a recommencé à enfler en France particulièrement De quoi est il constitué D abord d un énorme matelas de titres de dette publique dette de l Etat des organismes sociaux des collectivités territoriales Ce sont des bons de trésorerie à très court terme et aussi des obligations à 5 10 15 ans Ils ont représenté un total de 168 8 milliards d euros en 2013 qui sont venus grossir une dette dont l encours s élève à 1 457 milliards d euros soit 92 du PIB L endettement financier des entreprises a lui continué d augmenter même si c est dans de moindres proportions C est tout cela qui fait gonfler le soufflet financier Comment s y attaquer Il est possible d utiliser plusieurs atouts Le développement d un crédit bancaire sélectif privilégiant le financement de dépenses utiles à la croissance et à l emploi au détriment du

    Original URL path: http://www.pcf.fr/57209 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Contre les dégâts des privatisations, se donner les moyens d’une reconquête industrielle. | PCF.fr
    une montée des importations Les privatisations ont laissé notre industrie toute nue dans une série de secteurs La sidérurgie française privatisée en 1995 tombée en 2006 sous la coupe du milliardaire Mittal n est plus aujourd hui que l ombre d elle même Elle ne couvre plus que 39 du marché intérieur de produits sidérurgiques finis En 1993 le groupe Rhône Poulenc est privatisé En 2011 sa division chimique devenue Rhodia est rachetée par le belge Solvay Notre déficit en matière de chimie de base approche les 3 milliards d euros Le géant français de l aluminium Péchiney est privatisé en 1995 Ce qui reste de ses sites français est maintenant contrôlé par l australien Rio Tinto Cela conduit le patronat de l aluminium à faire lui même ce terrible constat La France n a plus de production significative d aluminium Certes parallèlement d autres groupes ont pu acquérir une dimension mondiale Schneider Renault Michelin GDF Suez Lafarge Vivendi mais leur croissance s est faite au détriment de leur base nationale contrairement à leurs homologues d outre Rhin Pour enrayer l hémorragie le retour des nationalisations ne saurait suffire La révolution informationnelle qui aujourd hui n en est qu à ses débuts ne peut donner ses fruits que si parallèlement elle s accompagne de la promotion des êtres humains de leur connaissance certes mais aussi de leurs conditions de vie de travail et de leur créativité Cela suppose de révolutionner la gestion des entreprises d un secteur public élargi mais aussi du privé et notamment celui des banques On oublie trop souvent que la manière dont les entreprises sont financées induit aussi une manière de les gérer Cela appelle aussi une limitation du rôle du marché à la fois en adoptant des mesures de protection contre le dumping social et

    Original URL path: http://www.pcf.fr/59490 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Alcatel-Lucent : « une catastrophe sociale et industrielle » | PCF.fr
    potentiellement rentables pour ALU en abandonnant la volonté généraliste qui était l image personnelle du groupe jusqu à présent Cette stratégie présente plusieurs risques de mon point de vue car elle peut jeter le bébé avec l eau du bain le premier risque serait de rétablir les guéguerres internes entre technologies comme on a pu le connaitre dans le passé chaque Business Unit cherchant à maximiser ses résultats sans vue d ensemble c est bien ici une des choses les plus obscures du système capitaliste alors que nous avons tous appris scientifiquement dans nos écoles d ingénieurs et de cadres que l optimisation d une somme de facteurs n était quasiment jamais possible par l optimisation de chacun des facteurs du fait de leur interdépendance le second risque est aussi de perdre la vue d ensemble sur les éléments que le groupe ne fournit pas mais néanmoins à interfacer et qui font donc partie de la solution à prendre en compte pour la satisfaction du client si l échec depuis 10 ans de transversaliser les services professionnels est patent au sein d ALU pour avoir cette vue d ensemble il me semble erroné d abandonner cette orientation même si comme je l ai écrit dans les contributions précédentes nos clients les opérateurs se refusent pour l instant de les payer à leur juste valeur et c est indispensable chez les Clients dits des Industries Stratégiques comme par exemple la SCNF et la RATP les société d autoroutes les aéroports et les hôpitaux les organisatioons de sécuirité comme la police les pompiers car leurs systèmes de productions de biens et ou de services intègrent maintenant inévitablement come base un sous système de communication hyper sophistiqué qu ils sont bien incapables de maitriser car ce n est pas leur coeur de métier le troisième risque est donc de chercher un maximum de simplifications qui vont rendre les solutions ALU de moins en moins appropriées face aux besoins de plus en plus complexes des clients et des utilisateurs finaux et qui vont aussi réduire le niveau d intérêt pour la multitude des collègues Ingénieurs et Cadres dont les qualifications personnelles et collectives sont déjà de moins en moins reconnues à noter aussi que les technologies et les produits en résultant sont eux mêmes de plus en plus complexes Nous pourrions donc transformer le mot anglais SHIFT en un acronyme ou sigle français pour pour Sauver les Hommes Il Faut Travailler Derrière ce slogan un peu à l emporte pièce il a 2 significations conjointes D une part l utilité sociale et la création de richesses sont l apanage du travail de chacun qui doit donc avoir un emploi pour participer et contribuer à l oeuvre d ensemble et ne pas se sentir rejeté D autre part la remise en cause du Plan SHIFT des dirigeants d ALU au service des actionnaires qui sont privilégiés ne se fera pas sans le travail profond et opiniâtre de tous ceux qui ne veulent pas se laisser faire et abattre comme des boîtes de conserve au jeu du chamboule tout C est la grande leçon que les salariés d ALU doivent tirer du plan précédent appelé Performance qui a déjà conduit à supprimer plus de 5000 postes dans le monde dont plus de 900 en France à ce jour pour finaliser ce plan en cours il va y avoir plus d une centaine de licenciements coercitifs la semaine prochaine alors que les autres départs ont été obtenus par le volontariat dont les raisons sont multiples et variées pour chaque individu Depuis 2006 et la fusion entre ALCATEL et LUCENT il y a déjà eu 5 plans de restructuration résduisant les effectifs jusqu à présent cela n a jamais marché Pour autant les directions successives reprennent les mêmes solutions qui nous mènent droit dans le mur au moins pour une très grande partie de ce qu était ALCATEL comme je lai exp liqué dans ma contribution précédente Par Hervé RADUREAU le 10 octobre 2013 à 08 37 Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires D autres éléments plus techniques Je poursuis avec mes explications et suppositions en abordant des points plus détaillés et plus techniques Avec la libéralisation et la bulle Internet les opérateurs historiques et les nouveaux opérateurs clients des équipementiers que sont encore aujourd hui ALU Nokia Ericsson Huawei ZTE Cisco et quelques autres beaucoup plus petits comme JUNIPER sont parvenus à obtenir des profits très importants pour satisfaire leurs actionnaires qui en demandent toujours plus au moins déjà en volume quand ce n est pas en pourcentage Cette situation a entrainé une recherche effrénée des opérateurs auprès de leurs fournisseurs de baisse de coûts L arrivée des concurents chinois parmi les équipementiers a permis à des nouveaux opérateurs de bénéficier de montants d investissement moins élevés entrainant au passage une baisse des prix des services aux utilisateurs finaux amenant les opérateurs historiques à revoir leur copie notamment dans les pays étrangers à leur sol d origine en recourant à leur tour à ces fournisseurs chinois que sont Huawei et ZTE sous un modèle qui au passage entraine aussi une réduction du nombre de fournisseurs auxquels l opérateur confie une ou plusieurs régions du pays concerné Avec la numérisation complète et la convergence des réseaux l exploitation et la maintenance de ces derniers a été concentrée réduisant au passage le nombre de produits adéquats à ces activités à fournir aux opérateurs qui en plus on délocalisés leurs équipes en charge de leurs clients finaux comme les centres d appels Donc pour maintenir un niveau de dividendes distribués élevé depuis l An 2000 et l éclatement de la bulle Internet les opérateurs intensifient leur réduction de coûts d abord au détriment des salariés et aussi de l investissement Ainsi leur refus de payer à leur valeur les nouveaux Services Professionnels définition d une Solution Conception Intégration et Optimisation de celle ci avant et après lancement des services aux usagers qui doivent être maintenant fournis par les équipementiers avec un accroissement supplémentaire ces dernières années à cause de la transformation des réseaux existants qui induit une période transitoire où l ancien et le nouveau réseau cohabitent et où les équipes de l opérateur doivent être en capacité de continuer partiellement leur travail et d acquérir de nouvelles connaissances et compétences formation baby sitting de la part des équipementiers tout cela sans pertuber les services courants aux usagers qui sont eux mêmes de plus en plus exigeants Ici l initialisation de l Accès fixe à Internet avec des forfaits illimités a été en quelque sorte une erreur de jeunesse des opérateurs qui ne peuvent pas aujourd hui faire payer aux usagers la capacité utilisée réellement par chacun cela prend une tournure particulièrement critique avec les fournisseurs et ou intégrateurs de contenus comme Google Facebook Yahoo qualifiés de OTT On The Top sur le dessus qui bénéficient seuls des recettes publicitaires mais entrainent un accroissement exponentiel des capacités de chaque utilisateur que les opérateurs des télécommunications doivent prendre en compte dans leurs réseaux sans ressources supplémentaires Ce modèle est au moins remis en cause dans le mobile haut débit chez les opérateurs qui vendent maintenant des abonnements limitant la capacité mensuelle utilisée et ou faisant payer le dépassement de la capacité limite Les équipementiers se trouvant pour leur part derrière ces opérateurs on peut comprendre que dans l arborescence ainsi construite ils subissent encore plus la perte de recettes et ou la pression sur leurs prix Une autre dimension dûe justement à la transformation des réseaux existants est à prendre en compte l inégalité entre fournisseurs de même ancienneté puisque certains sont déjà fournisseur et mainteneur du réseau existant de l opérateur Ils possèdent donc des connaissances sur ce réseau que n ont pas les autres fournisseurs ce qui leur permet d optimiser leur offre et de parvenir à lutter un peu contre les fournisseurs chinois dont les prix initiaux défient toute concurrence Ainsi pour ALU avec un parc d accès mobile installé résultant princuipalement de Nortel pour la 3G qui ne dépasse que difficilement les 10 la bataille de la rénovation 2G 3G et d introduction de la 4G n est absolument pas facile pour ne pas dire quasi impossible On l a d ailleurs bien vu chez Vodafone dès 2010 par exemple où ALU arrive néanmoins maintenant à déployer des Home Cells et des Metro Cells mais le volume financier n a rien à voir avec celui des Macro Cells Pour terminer ALU en fait ALCATEL et plus particulièrement nos collègues du Bénélux Belges en tête est historiquement le leader en technologie xDSL grâce à la qualité bien que variable suivant les pays européens des réseaux cuivre Il me semble impératif pour le très haut débit de continuer à s appuyer sur ces réseaux d accès cuivre en rapprochant les noeuds d accès xDSL au plus près des abonnés ce qui constitue une première étape pour le fibrage des réseaux soit une dépense progressive puisque on évalue en Europe à plus de 300 Milliards d Euros le fibrage complet jusqu à labonné ce qui avec l expérience des estimations budgétaires est sûrement très largement sous estimé sans oublier toutes les gênes occasionnées par les travaux au passage on s étonne que des pays comme le Japon et la Corée sont très avancés en matière de très haut débit cela s explique par le ait que leurs réseaux filaires ne sont pas enterrés dans les villes et villages et permettent donc un déploiement de 5 à 10 fois moins cher rendu nécessaire en fait par les tremblements de terre Est il utile effectivement d avoir 100 Mbit s dans tous les foyers alors qu avec la technologie VDSL2 ont peut déjà disposer de 12 à 20 Mbit s sachant que ces débits ne peuvent être cumulés dans les réseaux d agrégation et de transport des opérateurs La Région Auvergne en voulant supprimer les zones blanches de l ADSL a choisi FRANCE TELECOM pour déployer cette solution qui doit être généralisée à l ensemble du pays comme d ailleurs la Belgique la Hollande l Autriche et récemment l Allemagne je crois l ont décidé Mais cela pose effectivement un problème de concurrence entre opérateurs puisque il n est pas économique en se rapprochant de groupes d abonnés d avoir autant de noeud d accès que d opérateurs c est là le point qui prouve l utilité d avoir un opérateur public d infrastructures qui louent celles ci aux opérateurs de services En fait un premier pas pour retourner vers un service public des télécommunications Il faut obtenir au niveau de l Europe et particulièrement en France au plus vite pour ouvrir le mouvement de s approvisionner auprès d ALU ou de faire que les équipements soient produits et déployés par des équipes européennes l accroissement de coût de production par rapport à l Asie devant être finalement pas si élevé grâce à moins de transports et une meilleure qualité N est ce pas ainsi que BOMBARDIER société canadienne équipementier du ferroviaire gagne des contrats en France en faisant travailler des équipes d ALSTOM Ce serait un renversement des demandes que l on a connu dans le passé quand les pays en voie de développement ont exigé que les équipements achetés soient produits chez eux ce que dans une solidarité internationale la CGT par exemple ne voyait pas d un mauvais oeil tout en relevant le risque maintenant réalisé que l ensemble des productions soient délcalisées dans ces pays à bas coût Par Hervé RADUREAU le 10 octobre 2013 à 06 59 Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires Aller rapidement au delà des vérités premières Dans la contribution précédente j indiquais qu ALU avait des particularités des spécificités pour expliquer sa situation de perte permanente depuis tant d années Il est essentiel d identifier et d analyser celles ci sans bien sûr oublier les vérités de base propres au système ultra libéral dans lequel nous vivons pour bien comprendre la situation réelle d ALU et trouver à la fois des propositions alternatives non utopiques et formuler des exigences auprès des pouvoirs publics qui jusqu à présent sont restés bien inertes Sur ce dernier point l intervention n est pas forcément très bienvenue quand elle se fait sans les premiers intéressés que sont les salariés ainsi la marotte de la ministre déléguée Fleur Pellerin qui rêve pour répondre aux déboires d ALU de rassembler Nokia et ALU ne sera pas sans conséquences sociales dramatiques et on peut d ailleurs légitimement s interroger si le plan SHIFT qui vient d être annoncé ne prépare pas en fait le terrain pour cette nouvelle fusion Alors quelles sont ces spécificités d ALU qui conduisent à tant de difficultés ALU est un groupe qui résulte de la fusion de 2 groupes ALCATEL et LUCENT Chacun des ces 2 groupes initiaux ont une histoire propre Ainsi ALCATEL est une société qui s est construite depuis le début des années 80 en absorbant une multitude d autres sociétés ce qui chaque fois a entrainé des conflits internes suicidaires tant dans un pays entre managers issus des sociétes fusionnées qu entre les pays Par ailleurs le contexte était alors d être le fournisseur privilégié dans chaque pays occidental d un unique client les PTT dont les équipes dans les pays développés maitrisaient toute la chaîne de l innovation à la vente des services aux clients finaux particuliers et entreprises pour les autres pays un client unique aussi mais on applique ce qui est fait en Europe avec souvent l aide d équipes dédiées du client du pays d origine grâce à l influence politique cette situation a maintenant totalement changé avec la libéralisation et donc l apparition de nouveaux opérateurs de services de télécommunications dans tous les pays dont la plupart d ailleurs n avaient pas les moyens humains nécessaires pour disposer de la même maitrise que les opérateurs historiques Les salariés des équipementiers ont dû alors acquérir progressivement de nouvelles compétences à haute valeur ajoutée au delà de celles traditionnelles de développement de production et d installation des produits mais ces nouvelles compétences qu on peut appeler Services Professionnels n arrivent pas à être rémunérées à leur juste valeur alors que le prix des produits n a cessé de baisser à cause des délocalisations d abord de la production et depuis quelques années du développement la miniaturisation circuits de plus en plus intégrés l introduction massive du logiciel et la convergence des réseaux liée au tout numérique De son côté LUCENT vivait la même situation en étant fournisseur privilégié des grands opérateurs US Les salariés de Lucent étant d ailleurs issus d ATT lors de l éclatement de cette société qui a été le début de la libéralisation des Télécoms pour le monde entier les activités dans le reste du monde était pilotée depuis les USA avec shématiquement des agences commerciales complétées parfois par des équipes plus importantes et plus techniques dans des pays dits amis des USA ou sous tutelle des USA comme l Arabie Saoudite et d autes pays au Moyen Orient par exemple De plus l isolement technique volontaire des USA avec les normes ANSI mais surtout la technologie CDMA renforçait la situation particulière de LUCENT En 2006 la fusion entre ALCATEL et LUCENT est opérée alors que des discussions sur ce thème avaient échoué quelques années auparavant Tout le monde s accorde pour dire qu il s agissait plutôt du sauvetage de LUCENT par ALCATEL car LUCENT comme les autres équipementiers nord américains qu étaient NORTEL et MOTOROLA approchaient de la faillite du fait de leur isolement technique seul CISCO sur le marché des entreprises a su préserver sa place et s introduire dans le marché des opérateurs de télécommunications L importance des Télécommunications dans chaque pays pour l ensemble des activités humaines est telle à cette époque que les USA ne pouvaient pas accepter de ne plus avoir d équipementier dans les Télécoms souci fortement démultiplié puisque les USA veulent conserver leur hégémonie mondiale voir les scandales récents autour de la NSA Donc la fusion repose de mon point de vue avant tout sur une volonté politique des dirigeants US qui dans le même temps ont empêché leur pays de s approvsionner auprès des fournisseurs chinois HUAWEI et ZTE dont l existence et les performances doivent à l implantation d ALCATEL en Chine dont la filiale ASB a formé une multitude de salariés qui ensuite démissionnent pour rejoindre ces sociétés nationales chinoises Cette pseudo fusion qui contient évidemment des aspects inhérents comme les doublons propres à ce genre d opération se transforme donc progressivement en une absorption par les USA d ALCATEL en jouant au passage sur les conflits internes d abord entre Européens entre équipes au sein d un pays entre anciennes équipes et nouvelles équipes construites grâce aux délocalisations fiinancées par la vente d un nombre important d actifs d ALCATEL Dans cette logique où privé et public se mélangent l acquisition récente par Microsoft de l activité Terminaux mobiles de Nokia permet de considérer que les USA sont à nouveau en ordre de bataille pour affronter les concurrents chinois et tenter de préserver leur hégémonie politique Depuis maintenant près de 7 ans ALCATEL a été dépecé et pillé faisant porter le chapeau aux salariés qui ont créé et développé ses valeurs pour certaines transformées en actifs immobilisés ou financiers On peut donc se demander si le Plan SHIFT et touttes les autres éventualités pas encore clairement définies par les dirigeants du Groupe ne sont pas le point final de cette vaste opération de démantèlement Alors que le gouvernement chinois bloque près d un milliard d Euros de réserves financières d ALU il me semble impératif d exiger de nos pouvoirs publics qu il bloque dès maintenant tous les actifs d ALU sur notre territoire rappelant ainsi que l entreprise appartient autant à ses salariés qu à ses actionnaires qui

    Original URL path: http://www.pcf.fr/44905 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Moment de vérité pour l'Europe | PCF.fr
    les Nations européennes puisque tout versement de fonds a été coupé depuis août 2014 Quatre mois de négociations épuisantes ont passé durant lesquels systématiquement les créanciers de la Grèce ont tout fait pour contraindre le gouvernement dirigé par SYRIZA à appliquer l exact programme d austérité rejeté par le peuple grec aux élections du 25 janvier L asphyxie de liquidités orchestrée par les institutions a conduit à une situation critique pour les finances de notre pays rendant insupportable le service des titres de créance à venir Le gouvernement grec a fait de son mieux pour parvenir à un accord mais les lignes rouges ayant à voir avec des excédents primaires durables et réalistes la restauration des contrats collectifs et du salaire minimum la protection des travailleurs contre les licenciements massifs la protection des salaires des pensions et du système de sécurité sociale contre de nouvelles réductions l arrêt des privatisations à prix bradé etc doivent être respectées La souveraineté populaire et les mandats démocratiques doivent être respectés Il ne faut pas confondre la patience et la bonne volonté du peuple grec avec la propension à céder à un chantage sans précédent La démocratie européenne ne doit pas être asphyxiée La période est cruciale nos partenaires européens doivent faire preuve de volonté politique pour surmonter l impasse actuelle Cet appel n est pas seulement un appel à la solidarité c est un appel au respect des valeurs européennes essentielles Dans ce cadre SYRIZA appelle tous les acteurs sociaux et politiques progressistes et démocratiques conscients du fait que la lutte de la Grèce ne se limite pas à ses frontières nationales mais qu elle est une lutte pour la démocratie et la justice sociale en Europe Dans ces moments critiques nous appelons à des actions de solidarité sociale et politique allant de

    Original URL path: http://www.pcf.fr/70849 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Chômage, emploi : les faits sont têtus | PCF.fr
    investir et pour embaucher et en négociant dans toutes les branches des engagements pour l emploi et la formation des jeunes comme le prévoyait l accord signé le 5 mars 2014 il y a plus d un an par le Medef la CGPME et l UPA Naïveté ou duplicité Dans notre société pliée aux désirs de la finance au service des actionnaires croire ou donner à croire que le patronat sous la houlette notamment du Medef va sans y être contraint investir et développer l emploi au delà du minimum nécessaire pour assurer la pérennité des entreprises et de leur bilan financier est une escroquerie Et le bilan est là perceptible même pour Bercy d un côté pas de croissance d effectifs dans les entreprises de l autre le manque à gagner pour satisfaire aux cadeaux fiscaux et sur les cotisations sociales a des conséquences négatives sur l emploi Comme le montre le texte enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 18 juin 2014 et mis en ligne sur le site de l Assemblée nationale le 20 juin Selon les prévisions établies par le ministère des Finances et des comptes publics dont dispose la Rapporteure générale le plan d économies de 50 milliards d euros proposé par le Gouvernement pour la période 2015 à 2017 soit une réduction des dépenses de plus de 2 points de PIB aurait ainsi un impact négatif sur la croissance de 0 7 par an en moyenne entre 2015 et 2017 et pourrait entraîner la suppression de 250 000 emplois à horizon 2017 Cela signifie que même si les 190 000 emplois prévus par le gouvernement du fait de la baisse des charges des entreprises voyait le jour d ici 2017 ce que plus personne ne croit le bilan resterait négatif de 60 000 emplois Le chômage la précarité produisent de la pauvreté de l exclusion La précarité de l emploi touche tout particulièrement les jeunes générations C est en 1982 par ordonnance que le CDI est devenu la norme du contrat de travail art L1221 2 du Code du travail Mais depuis 1982 la part des CDD et des autres formes de travail précaire n a cessé d augmenter Les 3 4 des premiers emplois se font en CDD créant ainsi une perte de repère chez les jeunes Le CDD devient la norme chez les moins de 25 ans Le CDI reste la norme du contrat de travail avec 86 des salariés en CDI Dares 3 e trimestre 2015 Mais les chômeurs sont pris dans un engrenage de précarité terrible au 4 e trimestre 2014 86 des embauches s effectuaient en CDD La très grosse majorité des CDD est de courte durée En 2013 plus de la moitié des CDD n ont dépassé 10 jours Dares Cela conduit les chômeurs à passer d une catégorie à l autre A B C dans l année avec un taux de rotation important à titre comparatif sur 100 emplois en CDI il n y a

    Original URL path: http://www.pcf.fr/73138 (2015-09-10)
    Open archived version from archive