archive-fr.com » FR » P » PCF.FR

Total: 1037

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • La solidarité nationale pour les tarifs de l'énergie, mise à mal par les députés PS-EELV | PCF.fr
    et de performance énergétique Cette loi élaborée sans aucune concertation avec les différents acteurs que sont les usagers et leurs associations les élus les organisations syndicales ne règlera en rien les hausses incessantes du prix du gaz sans réelles justifications De plus l introduction en pleine nuit d amendements s apparentant à des cavaliers législatifs pour modifier profondément la réglementation régissant l implantation des champs d éoliennes et offrir une nouvelle manne financière aux opérateurs privés du secteur n est pas tolérable c est programmer une nouvelle hausse de la CSPE payée par tous les usagers domestiques dont le produit est reversé par milliards aux lobbies de l éolien et du photovoltaïque alors que seulement 90 millions sont consacrés au soutien des plus démunis C est cela qu il faut réformer sans attendre et c est ce que ce projet de loi refuse de faire Les Député e s Front de gauche se sont opposés aux mesures instaurées par ce texte Cette loi s inscrit dans l entreprise de démolition du service public qui s opère depuis la fin du 20ème siècle Après les tarifs il y a un fort risque que les mêmes s attaquent à la destruction du service public de la distribution en remettant en cause le régime concessionnaire aujourd hui garant de la péréquation tarifaire Le PCF ne laissera pas détricoter ce qui fait la force du service public de l électricité et du gaz depuis 1946 Le PCF exige que le débat sur la politique énergétique de la France soit mené démocratiquement et sereinement à l occasion du grand débat public annoncé par F Hollande lors de la conférence environnementale Il y a actuellement 1 réactions La proposition de loi PS sur La proposition de loi PS sur les tarifs progressifs de l énergie qui devait être discutée à partir du 17 octobre par le Sénat a été retiré de son ordre du jour a t on appris lundi auprès du président de la commission des Affaires économiques Daniel Raoul Le gouvernement nous a annoncé que le texte était repoussé a t il déclaré à l AFP Il avait été adopté dans la nuit de jeudi à vendredi par les députés Les sénateurs communistes étant très opposés à cette proposition de loi elle risquait d être repoussée par le Sénat Nous comptons bien revisiter le texte il a été voté vendredi et la commission devait se réunir mercredi cela paraissait un peu juste un report nous donne de la marge de manœuvre a expliqué le sénateur Raoul dont la commission est chargée de l examen au fond du texte Il a également souligné que la ministre de l Écologie du Développement durable et de l Énergie Delphine Batho serait en déplacement en Inde les 17 18 et 19 octobre et qu elle tenait à être présente lors du débat Le ministre des relations avec le Parlement Alain Vidalies a assuré dans un tweet que la proposition de loi serait inscrite prochainement à l ordre du

    Original URL path: http://www.pcf.fr/29219 (2015-09-10)
    Open archived version from archive


  • Après la catastrophe au Japon, quelle politique énergétique | PCF.fr
    seul concept de bonne gouvernance Le troisième constat ce sont les implications qu entretient aujourd hui ce glissement ce traitement libéral de l enjeu climatique D une part il entretient beaucoup d illusions sur la prise en compte réelle des enjeux environnementaux climatiques et énergétiques et repousse hors de son champ de vision les véritables défis D autre part il n anticipe pas et ne prépare pas aux transitions nécessaires tant en terme de recherche énergétique industrielle agricole et forestière qu en terme de gestion des ressources naturelles et des biens communs de l humanité Au contraire il accélère des mécanismes particulièrement pervers je pense notamment aux délocalisations et à l externalisation dans d autres pays des émissions de GES liés aux processus de production avant réimportation sur de longues distances des productions à destination des pays riches Il favorise l émergence rapide de filières de produc tion dont les bilans en terme d efficacité énergétique et climatique sont catastrophiques agrocarburants développement anarchique de certaines productions renouvelables Enfin il permet d occulter les responsabilités du système économique lui même à l échelle mondiale entretenant ainsi ce que j appelle l illusion écologique libérale Il est chaque jour plus urgent de revoir la copie en por tant des voies réellement novatrices en terme de réduction d émissions de réglementation de changement de modes de production mais qui remettent en cause la domination économique et financière des grandes puissances J avais eu l occasion au lendemain du sommet de Cancun de rappeler combien les conséquences de l activité humaine sur le réchauffement climatique sont tributaires d un système économique le capitalisme et combien ce système privilégie en réalité des mécanismes économiques et financiers des modes de production et de consommation incompatibles avec l ambition de réduire les émissions de CO2 et plus généralement de préserver l environnement C est sur cette problématique générale que doit s ouvrir un grand débat sur la question énergétique Dans ce contexte général l accident survenu à la centrale de Fukushima suscite naturellement de grandes inquiétudes S il a servi d abord de sujet médiatique palpitant pour des jugements rapides je pense qu il doit servir comme ce soir plus globalement à nous interroger sur notre avenir énergétique Les choix qui nous concernent en lien étroit avec la question climatique ne se limitent d ailleurs pas à un cliché dépassé entre le nucléaire et la bougie mais à des choix décisifs concernant notre mode de développement notre capacité à réduire drastiquement nos consommations énergétiques tout en satisfaisant les besoins essentiels à lutter contre la précarité énergétique et garantir un accès à l énergie pour les plus pauvres Q uatre exigences fondamentales La première c est l indispensable retour sur les accidents nucléaires notamment en s interrogeant sur les bénéfices et risques de cette technologie tout au long de son cycle de production en y incluant davantage la question des ressources disponibles mais aussi sur la tutelle exercée par la logique marchande et la recherche de profit dans

    Original URL path: http://www.pcf.fr/26630 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Rouen : Face au risque industriel, pas d’austérité pour la sécurité des salariés et des populations | PCF.fr
    nausées des vomissements L urgence est à la totale neutralisation de ses émanations et au colmatage du réservoir dans lequel a été transféré le contenu du bac d où s échappe le Mercaptan L enquête administrative diligentée par la ministre de l environnement Delphine Batho devra déterminer l origine de cet accident et établir les responsabilités de la société Lubrizol L entreprise de Rouen est une filiale de Lubrizol Corporation USA Elle appartient à la holding Berkshire Hathaway 8e entreprise mondiale dirigée par Warren Buffet une société connue pour sa gestion libérale peu attentive au sort de ses salariés Ce n est pas la première fois que de tels incidents se produisent au sein de cette société Déjà en 1975 Lubrizol Rouen devait répondre devant le tribunal de ses manquements face à une situation identique Toute la lumière doit être faite sur cet incident important Les salariés sont en première ligne face au danger industriel La course au profit et à la productivité se fait trop souvent au détriment des règles élémentaires de sécurité dans les conditions de travail Dès lors de très nombreuses questions se posent L entreprise a t elle intégré réellement le retour d expérience dans sa gestion des risques La formation des salariés leur permet elle réellement de faire face à de tels accidents Sont ils régulièrement consultés afin d améliorer les processus de production et réaliser les investissements au bon niveau Si le pire a été évité on peut légitimement s interroger sur le contrôle des procédures d exploitation de ce type d usine sur le mode d information des risques en direction des populations et les conditions d élaboration des plans de prévention des risques technologiques PPRT Pour cela on ne doit pas mégoter sur les moyens financiers affectés aux services publics de l

    Original URL path: http://www.pcf.fr/34792 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Pollution et risques : une réflexion basée sur l'expérience | PCF.fr
    un autre produit sauf s il n y en a pas de disponibles et alors on continue avec les anciens Enfin la fiche de produit doit porter sur les risques et la toxicité pour toute la chaîne d utilisation du produit or on se heurte au secret industriel et aux brevets que l OMC veut sacraliser Dans un tel contexte méfions nous du travail de sape des lobbies tenaces auprés des technocrates Les syndicats ont un rôle à jouer pour restituer les conditions du débat démocratique Les bonnes intentions affichées se perdront elles bien vite En fait tout va dépendre des règles d application et de la mise en œuvre concrète La complexité est telle pour établir la fiche que selon les procédés selon les produits selon la qualification du personnel selon les pays certaines substances risquent de se voir certifiées par défaut et donc légitimées La seule garantie viendra des contrôles de terrain sous la vigilance des travailleurs eux mêmes avec leurs syndicats CHS et des associations Sur chaque cas vécu ceux ci peuvent obliger l entreprise à étudier un dossier contrôler les quantités et les procédés de travail utiliser les structures de concertation plurielle Le risque industriel et les catastrophes L accident de fuite de dioxine à Seveso a eu en France un grand retentissement Quelques temps après une Directive européenne renouvelait des mesures nationales dans le but de réduire le risque d accident industriel Dans la pratique une démarche strictement technique a prévalu définition de zones d information des populations de zones d alerte autour des usines classées à risques Il faut remarquer que tout cela tend moins à prévenir l accident lui même dans l entreprise qu à limiter la gravité pour les populations des conséquences de l accident Cherchant à aller plus loin la zone Fos étang de Berre a vu alors la création d un CYPRES centre d information et de prévention en 1990 cette structure d emblée pluripartite état industriels élus syndicats associations a coordonné la mise en œuvre locale de la Directive Seveso en diffusant des plaquettes d information sur le risque industriel dont le thème est apprendre les gestes qui sauvent En fait on est resté dans le cadre technique précédent et des initiatives locales comme celles de la municipalité de Martigues limitant l urbanisation dans les quartiers proches des usines veillant à l utilisation conjointe de tous les moyens d alerte disponibles en cas d accident n ont pas renversé cette tendance D ailleurs les grands accidents industriels de Total à La Mède 1992 et surtout de AZF à Toulouse 2001 ont fait éclater le caractère insuffisant des approches du risque Car l accident réel n est jamais celui que l on a envisagé Les secours d urgence doivent en partie improviser A La Mède les secours pompiers ne connaissaient pas l usine alors que la question clef était le bac d acide fluorhydrique est il touché par l explosion A Toulouse le risque lié au gaz phosgène était connu mais nul n avait pensé à l explosion des engrais ammoniaqués et l hôpital prévu était en fait lui même sinistré inutilisable Ensuite la réaction immédiate des populations a été dans les 2 cas bien différente des prévisions des experts aussi bien dans le comportement que dans le respect des consignes données Notons que les syndicats qui n ont pas intégré les luttes environnementales bien en amont sont en cas d accident désemparés ou récupérés par le patronat sur le thème de la solidarité de l entreprise de la défense de l emploi en minorant le risque et leurs propres luttes pour la sécurité Impasse tragique et coupure totale avec la population En revanche il y a convergence entre population et syndicats pour construire la sûreté industrielle en veillant à ce qu il y ait dans pompiers dans l entreprise à ce que soit limitée la sous traitance en cascade qui dilue les responsabilités à ce que la main d œuvre soit stable et bien formée à ce que soit développée la recherche sur les procédés et la sécurité à ce que le rôle des CHS et CE soit conforté à ce que les expertises sur l entreprise soient croisées et transparentes à éloigner progressivement les habitations des zones à risques Car les causes réelles de l accident résident bien dans la gestion des installations et non dans une quelconque fatalité pour La Mède une carence dans la maintenance d installations modifiées et pour AZF une combinaison d économies et de négligences dans les manipulations de produits Les conséquences immédiates en sont 2 attitudes opposées et contradictoires invoquant un risque zéro qui n existe pas les industriels poussent à se résigner tandis que le danger vécu de si prés par la population amène une réaction du type plus jamais ça ni ici ni ailleurs qui refuse l activité industrielle elle même et donc la réponse aux besoins matériels La difficulté est de trouver le chemin pour construire la sûreté industrielle avant que l accident ne se produise alors que nul n y pense et que la gestion capitaliste considère les dépenses pour la sûreté comme un coût latéral à réduire Enfin ces accidents ont montré que désormais les conséquences dévastatrices de l accident ne sont pas circonscrites dans les limites de l entreprise mais débordent largement alentour dans la ville de sorte que la population voisine est elle aussi concernée par ce qui se passe dans l usine Le mythe s écroule de la maîtrise absolue du propriétaire sur son usine la propriété privée des moyens de production peut devenir un obstacle un danger et doit donc être limitée ou combattue Construire la sûreté des installations industrielles en repoussant les logiques capitalistes D aucuns parlent de sécurité industrielle mais la sécurité est un état stable qui n existe pas le risque zéro en revanche on peut multiplier les mesures qui contribuent à une meilleure sûreté des installations industrielles Encore faut il les imposer car les obstacles sont nombreux La propriété

    Original URL path: http://www.pcf.fr/533 (2015-09-10)
    Open archived version from archive

  • Rouler propre reste toujours interdit aux plus modestes | PCF.fr
    d avril à décembre ne suffira certainement pas à convaincre les foyers les plus modestes c est à dire ceux qui sont les plus captifs de leur ancien véhicule Par ailleurs l aide à l installation de bornes de recharge électrique même avec une prise en charge de 30 reste pour les particuliers très onéreuse de l ordre de 7000 à 10 000 L État et les collectivités doivent s engager plus énergiquement dans ce domaine afin de multiplier l installation de ces bornes sur l espace public afin de sécuriser l usage des véhicules électriques Enfin la pastille verte marque une ségrégation entre celles et ceux qui ont ou pas les moyens de changer leur véhicule C est d autant plus injuste alors que l écotaxe pour les poids lourds très polluants a été abandonnée en rase campagne et alors qu au même moment Macron veut développer les transports par car tous aussi polluants au détriment des transports par voies ferrées respectueux de l environnement Une fois encore c est aux plus modestes que l on demande de faire des efforts C est incohérent et inacceptable Il y a actuellement 0 réactions Vous devez vous identifier ou créer un

    Original URL path: http://www.pcf.fr/66034 (2015-09-10)
    Open archived version from archive