archive-fr.com » FR » S » SATIRINO.FR

Total: 511

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Satirino records - Satirino
    dans une succession de tierces montantes et descendantes il s agit certainement d un choix délibéré On remarque l effet mélodique des suites de dissonances descendantes comme une volée de cloches qui se répète Compositeur pour clavier parmi les plus imaginatifs sur le plan technique Bull était extrêmement novateur dans la musique délibérément profane comme on le voit dans les notes répétées à la fin de The Duke of Brunswick s Alman on dirait presque du Scarlatti A l inverse la délicieuse miniature My Selfe est mélodieuse et mémorable comme l est le morceau qui la précède dans le recueil Can shee Bull était capable d une infinie variété dans ses compositions On sait que William Tisdall ou Tisdale dates inconnues était un ami de la famille Tregian La Pavana Chromatica n était pas une invention à lui mais un style de pièces pour clavecin partagé par des compositeurs comme Sweelinck aux Pays Bas et John Bull en écrivit plusieurs qui bousculaient les systèmes harmoniques de l époque Celles de Tisdall ne vont pas aussi loin mais elles se régalent de rapprochements risqués où l on entend les tierces majeures et mineures de la gamme se rapprocher l une de l autre et même se s affronter directement à deux reprises Le morceau est modeste par l étendue du registre utilisé et par sa virtuosité et il convient au son émouvant du virginal en particulier dans ses textures variées qui se prolongent en superbes résonances au sommet du registre Plus connu comme madrigaliste Morley ne figure dans le Fitzwilliam book que pour une douzaine de pièces qui constituent virtuellement toute la musique pour clavier qu on sait être de lui Les fantaisies étaient la forme la plus longue utilisée dans les compositions pour clavier à l exception de quelques ensembles de variations démesurés Les fantaisies sont classiquement divisées en sections qui développent chacune des idées différentes tantôt contrapuntiques tantôt d une conception harmonique davantage basée sur des accords Byrd composa l un des grands ensembles de variations les plus célèbres ce sont ses 22 variations sur le thème connu de Walsingham du nom du site d un sanctuaire marial du Norfolk encore réputé aujourd hui En fait le Fitzwilliam commence par un Walsingham gribouillé qui n est pas de Byrd mais de Bull un air que beaucoup de gens aiment bien La composition de Byrd le fait varier avec beaucoup d adresse mais sans jamais tomber dans la virtuosité La variété tient davantage à la texture et à la subtilité harmonique Elle cache ses sections à trois temps dans des variations intermédiaires pour s assagir ensuite dans une terminaison plus stable Autant que dans ses œuvres d envergure le talent de Farnaby s exprimait dans le style mélodique miniature qui convient si bien au virginal His humour est la première d une suite de six pièces de cette veine Le petit air anonyme malicieusement intitulé Can Shee est une gaillarde petite composition modeste et délicieuse comme l est le Corrãto bizarrement orthographié qui suit importé de la péninsule ibérique Bull lui aussi savait mettre de l humour dans ses compositions et sa petite gigue Doctor Bull s my selfe comme le morceau de Farnaby semble être un autoportrait relativement fantasque A Toye de Farnaby judicieusement joué sur le virginal enfant seul termine la séquence un jeune enfant doué aurait pu ravir des auditoires avec cette pièce L Almand de Tisdall est traitée de la même façon Fernando Richardson était un élève de Tallis Seules deux de ses compositions figurent dans le recueil Fitzwilliam Elles sont toutes les deux en trois parties pavane gaillarde et variations et obéissent à la même idée qui est d augmenter progressivement la complexité Pavanes et gaillardes sont inhabituelles aussi par leur façon de passer de façon imprévisible du mode mineur au mode majeur Felix namque de Tallis est une fantaisie assez longue une composition en plusieurs sections basée sur un chant liturgique particulièrement populaire en Angleterre au XVIe siècle et qui alterne plusieurs textures communes aux pièces de plain chant trouvées dans le recueil du contrepoint à deux voix des sections basées sur des accords et des sections avec des voix intermédiaires comme esquissées Cette composition date de 1564 ce qui en fait une des pièces les plus anciennes du recueil Utilisant de nombreux rythmes croisés elle est construite en sections clairement délimitées Le texte lui aussi très présent dans le Mulliner Book vient du Commun de la Messe de la Vierge Marie utilisé chaque samedi entre l Épiphanie et la Fête de la Purification Missæ de Sancta Maria in Sabbato II Vultum Tuum FELIX NAMQUE es sacra Virgo María et omni laude digníssima quia ex te ortus est sol justítiæ Christus Deus noster Heureuse es tu sainte Vierge Marie et digne de toute louange Car de toi est sorti le soleil de justice Christ notre Dieu L orgue apporte à cette pièce magistrale une gravité inattendue dans le recueil Le fait d avoir inclus des morceaux de cette veine vient de nouveau plutôt à l appui de la thèse d un recueil en rapport avec la propagande catholique mais fondamentalement il combine explicitement des œuvres religieuses d une noblesse immense et le plaisir d une musique liée aux danses de l époque des miniatures pour clavier et des variations sur des thèmes populaires Il y a même certains exercices pour débutants Pour ma part je donnerais volontiers le titre de Tregian s Keyboard Miscellany Pièces pour clavier réunies par Tregian à cette collection précieuse qui englobe une telle variété de styles musicaux et des pièces destinées à des musiciens de tous niveaux des petits joyaux pour débutants aux pièces magistrales destinées aux claviéristes les plus accomplis de l époque Richard Langham Smith Traduit de l anglais par Joël Surleau Les Instruments Orgue de l église St Pierre de Nielles lès Ardres L orgue de Nielles lès Ardres est un témoignage remarquable de la facture flamande du XVIIe siècle Il a été construit par Guillaume

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/heaven-earth (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Satirino records - Satirino
    fut un ouvrage érudit de Franz Liszt lui même à l origine conçu comme un commentaire de ses Rhapsodies Hongroises qui dataient des années 1850 mais qu il augmenta considérablement et dont la première édition date de 1859 Elle fut réimprimée plusieurs fois et traduite en anglais Bien qu elle confonde la musique tzigane et la musique populaire hongroise la distinction il est vrai avait fini par être difficile à faire et quelle qu ait pu être l importance de l influence qu exerça son amie de l époque la princesse Caroline Sayn Wittgenstein elle reste un trésor de commentaires sur ce qu il a assimilé du style hongrois dans ses Rhapsodies et en particulier la dissection qu il entreprend des éléments expressifs essentiels de ce style Il commente ainsi lui même son concept de la Rhapsodie Par le mot Rhapsodie nous avons voulu désigner l élément fantastiquement épique que nous avons cru y reconnaître Chacune de ces productions nous a toujours semblé faire partie d un cycle poétique remarquable par l unité de son inspiration éminement nationale en ce sens qu elle ne fut qu à un seul peuple et qu elle en peint parfaitement l âme et les sentimens intimes nulle part ailleurs aussi clairement exprimés dans une forme également propre à ce peuple inventée et pratiquée par lui Même si cela semble simpliste le style hongrois est constitué essentiellement de deux éléments le lent et le rapide Liszt l exprime ainsi Le musicien bohémien cherchait une forme d art qui chante le plus lamentablement ses plus désolées tristesses et s harmonise avec toutes les fougues de ses irréfrénables gaietés Le premier style est connu sous le nom d hallgató qui évoque une musique plus destinée à être écoutée que dansée Hallgató c est une expressivité extrême liée au sens de l air à interpréter C est au moyen d ornements improvisés dont le musicien idéal selon Liszt magnifie sa mélodie qu il arrive à en donner la pleine expression Il s en explique ainsi Celui qu on admire c est celui qui enrichit son sujet d une telle profusion de traits d appoggiatures de trémolos de gammes d arpèges de passages diatoniques et chromatiques que sous ce luxe de broderies la pensée primitive ne paraît guère davantage que le drap de sa houppelande ne perce sur sa manche Nous ne sommes pas si loin de le la profonde tradition des chansons du Sud de l Espagne le Cante jondo chant profond des Gitans d Andalousie Sauf qu en l occurrence personne ne chante Pour ce qui concerne les styles de danse le plus typique est connu sous le nom de verbunkos terme qui désignait à l origine une musique enjouée utilisée pour aider à convaincre de jeunes hommes de s engager dans l armée Liszt appelle ce deuxième élément du style hongrois la Frischka d une mesure très rapide qui va en s accélérant subitement ou graduellement Un trait particulier était l accélération progressive du rythme de la danse qui commençait lentement on peut penser à la Chanson bohème qui ouvre le second acte de Carmen On entend encore aujourd hui les célèbres Czardas qui contiennent des sections lentes et d autres rapides plusieurs des Rhapsodies de Liszt adoptent ce principe et pour lui la meilleure façon d en évoquer les racines tziganes était de dire qu elles exprimaient l amour de la gaieté de la danse de la musique de la femme de l ivresse des orgies qui les réunissent telles sont ses joies Les Rhapsodies de Liszt imitent la musique hongroise de plusieurs façons la no 11 indique explicitement que toute la section du début doit se jouer quasi zimbalo en imitant le cymbalum et noté Lento a capriccio il s agit clairement du style hésitant rubato que nous avons défini comme hallgató Cet enregistrement démontre cela de façon exceptionnelle Cela faisait longtemps qu on avait perfectionné l imitation des particularités instrumentales des styles hongrois et tziganes mais personne avant Liszt ne les avait explorées avec autant de virtuosité Dans pratiquement tous les cafés élégants des villes d Europe centrale les violonistes des orchestres tziganes divertissaient les clients huppés par un nombre toujours plus grand de trouvailles techniques en particulier des gammes fulgurantes des coups d archets et des arpèges grimpant à des hauteurs inégalées ainsi que de sauts d une corde à l autre Haydn et Schubert entre autres avaient exploité ces figures et pour ce qui est des sauts en les transposant au piano mais avec moins de dextérité que ne le fait Liszt dans le Carnaval de Pest Pesther Carneval n 9 les différentes danses sont séparées par des lignes en filigranes apparemment superflues mais qui mettent en valeur la délicatesse de toucher et la précision rythmique du pianiste Commençant dans un style rhapsodique hallgató on entend d abord le premier thème capriccio bientôt repris dans un autre style typique où l ensemble de la mélodie est transcrite en tierces parallèles évocation évidente du cymbalum qui ne donne pas de préséance à la note haute ou à la note basse de la tierce mais les met sur le même pied L interprétation des numéros 14 10 et 11 requiert l utilisation occasionnelle d instruments traditionnels régionaux Dans le no 14 une marche funèbre fait ici et là allusion à une chanson populaire hongroise La grue vole haut dans le ciel jouée en même temps au violon et au cymbalum Cette juxtaposition nous donne l occasion unique d entendre ce qui relie la musique hongroise authentique et les Rhapsodies des années 1850 de Liszt Il avait déjà signalé cela lui même dans son livre et ici les instruments folkloriques se mêlent encore aux autres dans la dernière danse où l on entend le piano et le cymbalum dialoguer dans un passage très recueilli On utilise sans doute trop et parfois avec une sévérité excessive le mot d authenticité en ce qui concerne l interprétation Je suis sûr qu une interprétation imaginative d aujourd

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/czardas-fantasy (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Satirino records - Satirino
    passions mélancoliques et de plaintes sont soulignées avec à propos par l emploi de ces demi tons insolites Morley avait déjà identifié d autres intervalles dans le traité de 1597 Les tierces et les sixtes mineures qui par leur nature sont douces et gracieuses remarque t il d une part tandis que pour exprimer une douleur silencieuse vous pouvez utiliser la demi pause ou le soupir La répétition de mots évoquant la tristesse est aussi une pratique courante et en écrivant leurs accompagnements pour le luth les compositeurs reprenaient les formules musicales expressives de la partie vocale pour lui faire écho De telles remarques caractérisent précisément le tournant du 16e siècle où les compositeurs de chansons par exemple ceux de la Camerata Florentine Jacopo Peri et Giulio Caccini mais aussi bien sûr Monteverdi étaient en train de donner corps à ce que ce dernier appelait le Stile Rappresentativo dans lequel les mots étaient davantage choisis pour leur pouvoir expressif que pour leur signification La combinaison de l influence de la chanson française et de l intérêt pour ces idées nouvelles puisées dans la musique florentine constitue un faisceau de courants qui stimule la composition musicale en Angleterre pendant la première partie de 17e siècle Le goût pour la rhétorique et la mode de la mélancolie dominaient cette musique et tout particulièrement les Ayres de Dowland Outre les procédés rhétoriques signalés par Morley et Butler il y avait un principe assez généralement appliqué par les compositeurs de Lute Songs qui consistait à donner dès les premiers mots du poème les clés de la proposition rhétorique qui allait être développée par la suite On en trouve de nombreux exemples chez Dowland et dans le cas du présent enregistrement on peut évoquer Go Cristal tears Sorrow come variante de Sorrow stay Goe nightly cares Come heavy sleep et bien sûr l archi célèbre Flow my tears On a souvent mis en exergue la prédilection de Dowland pour les textes mélancoliques comme il l exprime lui même dans le titre malicieux de l un d eux Semper Dowland semper dolens 4 Dans le contexte de la chanson élisabéthaine ce n est absolument pas exceptionnel ce n était que l expression en musique d un concept émotionnel philosophique même déjà bien enraciné dans la pensée anglaise En 1586 Timothy Bright avait publié un Treatise of Melancholy et parmi d autres livres traitant de la mélancolie élisabéthaine on peut signaler le recueil de poèmes Melancholic Humours que Nicolas Breton publia en 1600 Le livre fondamental cependant fut The Anatomy of Melancholy de Robert Burton publié en 1621 mais écrit plus tôt au paroxysme de la passion mélancolique suscitée par Dowland Bien que publié en latin son titre anglais promettait au lecteur une explication sur sa nature avec toutes ses variantes ses causes ses symptômes ses pronostics et les différentes façons de la soigner 5 Pour l auteur ses causes étaient fortement liées à l idée de punition divine des mécréants à une mauvaise alimentation aux humeurs

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/dowland-tunes-of-sad-despaire (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Satirino records - Satirino
    on peut se poser certaines questions quel en était l objectif et qui payait ce travail Voilà pour son origine Quelle est son importance en tant que source et comment caractériser son contenu On peut répondre à la première question en soulignant la richesse incomparable de cette compilation Pour de nombreuses pièces ce n est pas la seule source mais il y a des exceptions notables comme la musique de Giles Farnaby Il est constitué essentiellement de musique anglaise bien qu on y trouve des influences de l activité musicale continentale qui a si profondément transformé le cours de la musique à l époque certaines oeuvres de compositeurs italiens certaines intabulations transcriptions en tablatures pour clavier de musique italienne chansons et madrigaux célèbres et certaines pièces de compositeurs flamands en particulier du maître hollandais du clavier Jan Pieterszoon Sweelinck Après la fantaisie météorologique de Mundy on trouve une pièce en hommage à John Dowland dont la chanson avec luth Flow my tears et les pièces pour ensembles qui lui font écho Lachrimae or Seven Teares eurent un succès considérable à la fin de 16e siècle Nous en avons ici une version pour clavier intitulée Pavana par Byrd une perfection absolue dans la façon dont les contrepoints expressifs et magnifiquement ciselés entourent la mélodie de leur écriture toujours intelligible S y ajoutent quelques accords dans le style du luth on appelle souvent ce type de texture le style brisé Parfois Byrd nous coupe le souffle avec un jaillissement de notes hautes d une poignante beauté qui rendent particulièrement bien sur le virginal Cette pièce est associée dans la même tonalité à une gaillarde qu on trouve ailleurs dans le recueil association typique de ce que Morley appelait une sorte de musique un peu guindée pour une danse empreinte de dignité la pavane ajoutant qu après chaque pavane nous plaçons en général une gaillarde ce qui en modifie la mesure qui devient ce que les gens instruits appellent trochaicam rationem consistant en un temps long suivi d un temps bref Le contraste est grand avec les intabulations écrites par Peter Philips d un autre succès populaire Amarilli mia bella de Giulio Caccini Philips était à la fois un madrigaliste prolifique et un virginaliste très habile Le texte est typiquement baroque dans sa crudité le poète offre à Amaryllis une flèche pour qu elle lui ouvre la poitrine avec elle pourra lire sur son cœur Amaryllis est mon amour La musique de Caccini avec sa ligne vocale ascendante et ses harmonies de plus en plus denses fait écho au crescendo dramatique du poème La transcription pour clavier de Philips est fidèle à son modèle avec des accords riches et répétés qui soulignent l intensité des dernières images La chanson anonyme Why aske you attribuée ailleurs à Farnaby est typique des pièces plus simples et plus courtes du recueil où s estompe la distinction entre ground bass basse obstinée constituée d un schéma simple d accords qui se répètent et variation Le morceau est

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/a-cleare-day (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Satirino records - Satirino
    amour est à la fois gracieux et richement ornementé alors que le second plage 11 est empreint d une légère gravité La première Gavotte au rythme étonnamment entêtant est extraite de la fin du Prologue Vénus et l Amour ont triomphé de Mars le dieu de la guerre qui s achève sur un ensemble de chœurs danse et aria plage 9 Est ce là une référence allégorique au traité de Vienne qui mit fin à la guerre de succession de Pologne en 1736 On est en droit de le penser dans la mesure où opéra et actualité politique furent de tout temps intimement liés Tout un chacun est invité à festoyer et à se réjouir L hésitante Gavotte du début est suivie par une autre aux contours plus anguleux Celle ci se fond à une version chantée de la première Gavotte un procédé dont Rameau est friand Les phrases courtes et haletantes chantent les louanges de l amour terrestre Renais Plus brillante Paix charmante Sois constante Tu fais mon attente Les amours font des beaux jours On peut difficilement affirmer que la paire de Passepieds qui conclut l Acte IV plage 10 explore un thème nouveau la musique en est certes très différente mais Castor sacrifié au début de la tragédie et à présent aux Champs Elysées est même après sa mort toujours en quête de nouveaux plaisirs et divertissements Les ombres heureuses chargées de veiller sur lui sont une fois encore illustrées par le mi majeur tonalité hédoniste par excellence Dans l extraordinaire premier Passepied la mesure s éparpille en une longue série d hémioles Suit un Air en solo d un des chanteurs de l ombre et un second Passepied plus rapide Simple mais belle la mélodie de l Air est agrémentée de légères dissonances diatoniques et accompagnée par une partie de basse au registre élevé qui contraste avec l esprit plus terrien et parfois même carrément terre à terre des autres danses Les ombres nous décrivent les plaisirs de cette utopie toute masculine dans une série d arias roucoulés Autant d amours que des fleurs Autant d amants que de belles Des belles toujours fidèles Des amants toujours vainqueurs Et des fleurs toujours nouvelles Une terrible tempête éclate mais Castor et son frère Pollux se voient finalement accorder l immortalité L Acte de Ballet Pygmalion fut donné pour la première fois en 1748 époque où l opéra ballet en un acte était très en vogue La plume pleine de verve de Balbastre recrée sans en perdre une miette l ouverture foisonnante du maître de la caractérisation La note répétée du thème bipartite de l ouverture plage 14 représente Pygmalion en train de sculpter sa bien aimée Tantôt réduisant habilement la texture au minimum nécessaire pour ne pas perdre le canevas harmonique tantôt obligeant l interprète à plaquer des accords pleins aux deux extrémités du clavier Balbastre est particulièrement habile à exploiter la résonance de la basse grâce à une technique où la main gauche exécute un mouvement de rotation plus qu elle ne percute les touches permettant ainsi à l instrument de s exprimer clairement malgré la grande vitesse d exécution Et quand Pygmalion rêveur et plutôt nonchalant dans un premier temps se ressaisit soudain et se met à tailler frénétiquement la pierre il s accorde parfaitement avec l humeur espiègle de Rameau Cette scène est suivie par ce qui constitue l une des pièces maîtresses de Rameau tant au plan musical que scénique Pygmalion apprend à la statue à danser selon un ordre continu au sein duquel des danses fortement contrastées se succèdent en se fondant de manière inattendue les unes avec les autres plage 15 L air lent qui ouvre la séquence présente une série de suspensions tout à fait exquises incitant à la rêverie avant de faire place aux notes coulées de la Gavotte gracieuse laquelle est à son tour balayée avant même d avoir atteint la cadence par un Menuet au registre haut perché Pour le mouvement suivant Rameau semble hésiter à se lancer bille en tête C est une Gavotte gaie aux motifs rejoués en écho qui l emporte Après quoi de subtils changements de mode et de tonalité viennent varier les danses qui suivent en un enchaînement serré A la Chaconne en mode mineur succèdent une Loure au rythme trochaïque noble et majestueux et un Passepied en do majeur un tour de passe passe qui permet à Rameau de glisser aisément vers le sombre fa mineur du chant lugubre de la Sarabande particulière par son jeu d imitation entre le dessus et la basse Le retour au mode majeur s opère sans heurts par le biais d un Tambourin échevelé qui conclut cette magistrale leçon de danse Vient ensuite une Gigue plage 16 suivie d une Pantomime également désignée comme Air Gai plage 17 nous offrant un bel exemple du talent de mélodiste de Rameau intarissable lorsqu il s agit d inventer des airs dansants ponctués d hésitations et de tournures inattendues Celle ci intervient au moment où la foule entre dans la danse après que les Grâces aient appris à danser à la statue La Contredanse constitue le mouvement final de cet Acte de ballet plage 18 Si l hédonisme fut l un des thèmes récurrents de l opéra baroque français l exotisme en fut un autre A cet égard aucun opéra n est plus représentatif que Les Indes Galantes dont le titre renvoie à des pays lointains et à leurs coutumes principalement amoureuses La faiblesse de l intrigue est compensée par la très grande variété de lieux exotiques qui vont du Pérou à la Turquie et de l Amérique Peau Rouge à la Perse en passant par des destinations plus proches telles que l Espagne l Italie et la Pologne Dès lors que nous nous adonnons tous aux plaisirs de l amour tous les sujets qui nous opposent finiront par disparaître miraculeusement Une fois encore c est Hébé qui joue les maîtresses de cérémonie Tout au long des XVIIIe

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/rameau-opera-ballet-transcriptions (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Satirino records - Satirino
    l ouverture à la française très versaillaise de la citation de chanson populaire au canon et au contrepoint le plus savant et parfois l un sur l autre L œuvre est donc aussi puissante et vaste que son principe est élémentaire Sur un air d une déconcertante simplicité de structure Bach illustre la sentence de Goethe qui dit que chaque contrainte est la promesse d une nouvelle liberté Si on sait fort peu de choses de la personnalité de Jean Sébastien Bach notre source la plus sûre ici sa musique elle même nous le dit discipliné volontaire empreint d un grand esprit de système et de logique et tout à la fois d une incroyable liberté d invention et d humeur Enfin la musique de Bach n est jamais vraiment profane mais toujours d une évidente dimension religieuse A ce niveau de lecture les Variations sont à la fois une méditation sur l un et le multiple évoquant la méditation du mystère de la Trinité une exploration de la profondeur et de la richesse cachée d un matériau de base comme on médite une parole de l Ecriture et enfin pour reprendre l image répandue dans la poésie baroque allemande un voyage de l âme sur l océan de différentes passions de différentes humeurs et envies avant de revenir au port par la paisible répétition finale de l aria d où l on était parti Aussi puisqu elles n ont pas vraiment de titre pourquoi ne pas les appeler contre l usage les Méditations Goldberg Bach Goldberg Variationen Clavier Ubung bestehend in einer ARIA mit verschiedenen Veraenderungen vors Clavicimbal mit 2 Manualen Goldberg Variationen BWV 988 Der vierte Teil der Clavierübung 1742 herausgegeben und unter dem Titel Goldberg Variationen bekannt ist ebenso wie die Kunst der Fuge oder die beiden Teile des Wohltemperierten Klaviers einer jener riesigen Werke Zyklen Bachs die er mit seinem Sinn für Systematik und seinen geballten schöpferischen Kräften konzipierte Nicht nur wird in diesem Werk das Intime mit Virtuosität kombiniert sondern es befinden sich auch Konzeption und Anlage auf derart hohem Niveau wie es nur selten erreicht wird Der Legende zufolge soll der russische Gesandte am Dresdener Hof Graf von Keyserlingk Bach damit beauftragt haben Variationen für Cembalo zu komponieren die Johann Gottlieb Goldberg ein junger Cembalist der in seinem Dienste stand und gleichzeitig ein Schüler Bachs war in einer Kammer neben dem Schlafzimmer des Grafen spielen sollte wenn dieser nicht schlafen konnte Es ist unklar wie viel Wahrheit in dieser Geschichte steckt selbst wenn das Element der Schlaflosigkeit im Zusammenhang mit den Variationen durchaus ernstzunehmen ist Ihre Entstehungsgeschichte hat jedoch eher politische Beweggründe Bach hatte bereits vor 1736 mit der Arbeit an dem Werk begonnen dies war zu einer Zeit als er sich um die Stelle des Hofcompositeurs in Dresden bemühte Noch im selben Jahr wurde ihm der Titel mit der Hilfe seines Fürsprechers Keyserlingk zuerkannt Die Variationen die dem Gesandten sechs Jahre später überreicht wurden drückten Bachs Dank aus und zollten gleichzeitig dem Kurfürsten

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/bach-goldberg-variations (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Satirino records - Satirino
    1 en Ut majeur Op 15 Concerto pour Piano Orchestra N 5 en Mi bémol majeur Op 73 L Empereur Concerto pour Piano Orchestre N 3 en Ut mineur Op 37 Concerto pour Violon Violoncelle Piano Triple concerto Op 56 Barry Douglas piano direction Camerata Ireland Chee Yun violon Andrés Díaz violoncelle Revues de presse Concerto pour Piano et Orchestre No 2 en Si bémol majeur Opus 19 Concerto pour Piano et Orchestre No 4 en Sol majeur Opus 58 Concerto pour Piano et Orchestre No 1 en Ut majeur Op 15 Concerto pour Piano et Orchestra No 5 en Mi bémol majeur Op 73 L Empereur Concerto pour Piano et Orchestre No 3 en Ut mineur Op 37 Concerto pour Violon Violoncelle et Piano Triple concerto Op 56 Textes des livrets Les textes de présentation peuvent être consultés via les liens ci dessous SR051 Concerto pour Piano Orchestre N 2 en Si bémol majeur Opus 19 Concerto pour Piano Orchestre N 4 en Sol majeur Opus 58 SR063 Concerto pour Piano Orchestre N 1 en Ut majeur Op 15 Concerto pour Piano Orchestra N 5 en Mi bémol majeur Op 73 L Empereur SR073 Concerto pour Piano Orchestre N

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/beethoven-complete-piano-concertos (2015-10-11)
    Open archived version from archive

  • Satirino records - Satirino
    la tonalité de base du premier mouvement et que Beethoven fait chanter délicieusement nous ouvre un autre univers avant le retour à la réalité du mouvement final Ce n est pas que Mozart ou Haydn n aient pas utilisé des techniques semblables mais Beethoven l a fait de façon plus systématique et dans le cas de ce concerto tellement axé sur les couleurs harmoniques il en a tiré des effets inouïs L agréable Rondo ne recèle pas de surprises mais son thème d ouverture nous ramène au Sturm und Drang du premier mouvement par son insistance sur les notes la bémol et si naturel qui évoquent l accord de septième diminuée superposée de façon grinçante et discordante à la dominante sol un demi ton en dessous La tension se résout dans le second thème introduit de façon un peu plus mélodieuse dans la tonalité majeure Cachée en son sein on découvre une habile petite fugue qui se base sur le thème initial autant de procédés astucieux qui peuvent régaler l auditoire Un dernier point sur la fixité de cette oeuvre pour nous rappeler le rapport qu entretenait Beethoven avec l improvisation dans l élaboration d un concerto Pour éclairer cette question nous avons le témoignage du compositeur et chef d orchestre Ignaz von Seyfried qui eut l occasion de tourner les pages pour Beethoven dans ce concerto Lorsqu il jouait ce concerto il me demandait de lui tourner les pages mais c était diablement plus facile à dire qu à faire Je ne voyais presque rien d autre que des pages blanches au plus voyait on sur l une ou l autre des sortes de hiéroglyphes égyptiens totalement inintelligibles pour moi des gribouillis qui lui servaient de repères car il jouait presque toutes les parties de solo de mémoire le plus souvent parce qu il n avait pas eu le temps de tout noter sur le papier Il me faisait un signe discret de l oeil lorsqu il arrivait à la fin de l un de ces passages invisibles et mon angoisse à peine dissimulée de rater le moment décisif l amusait beaucoup il en riait encore de bon cœur lorsque nous nous retrouvions ensuite pour souper Ce serait vraiment intéressant de savoir exactement comment fonctionnait ce processus tout était il clair dans l esprit du compositeur ou laissait il une certaine place à la spontanéité Concerto for Violin Violoncello and Piano Triple concerto Op 56 Allegro Largo Rondo alla Polacca Le Triple Concerto qu il vaudrait sans doute mieux appeler Concerto pour Trio avec Piano et orchestre a été rarement programmé en concert à ce jour et les plaisirs qu il procure sont probablement la récompense d une écoute assidue On reproche souvent à cette œuvre précisément son instrumentation inhabituelle qui impose de donner à chacun des trois solistes la possibilité de jouer tour à tour les différents thèmes avec comme conséquence une désagrégation de la forme une perte de concision On pourrait adopter un point de vue plus fécond en évoquant à propos de cette œuvre l intérêt particulier que manifestait le compositeur pour les couleurs instrumentales à ce moment de sa carrière C est certainement là que réside le charme de cette pièce Loin de déstructurer l œuvre la forme adoptée par Beethoven prend son temps pour en débrouiller l écheveau et l auditeur prend plaisir à réentendre les mêmes thèmes dans un kaléidoscope d éclairages variés et de textures changeantes Ce concerto date de ce qu on pourrait appeler une étape dans la période médiane de la carrière du compositeur Il est contemporain des Quatuors Rasumovsky des Sonates pour piano op 53 54 et 57 de la Symphonie héroïque et de la 4e Symphonie Beethoven commençait aussi à travailler sur Fidelio à cette époque À côté de tels chefs d oeuvre le Triple Concerto faisait figure de parent pauvre au départ Les comptes rendus de la première interprétation publique en 1808 suggèrent qu elle fut mal préparée et le biographe de Beethoven Anton Schindler fait remarquer que l œuvre fut bien accueillie mais peu applaudie L idée qu elle aurait été conçue pour être donnée en privé au palais de l archiduc Rodolphe n est pas confirmée mais il n est pas impossible que cette combinaison d instruments concertants résulte de la suggestion d un client particulier comme l archiduc élève de Beethoven Le premier mouvement progresse à partir d un motif tranquille et grave au violoncelle qui s anime peu à peu en montant dans les aigus Un deuxième thème aux violons reprend curieusement ce matériel dans le même rythme Puis vient un air qui fait inévitablement penser au yodle tyrolien comme une sorte de plaisanterie pour initiés Quoi qu il en soit ce mouvement pose la question de la texture et du leadership au fur et à mesure qu il émerge de l ombre et que le violoncelle prend indiscutablement l avantage tandis que le piano peut être joué par l archiduc lui même s efforce de se mettre en avant Il y parvient dans plusieurs passages en forme de cadence remarquables par leurs figurations classiques dans le style de Mozart Comme dans d autres œuvres de cette période médiane Beethoven développe en permanence de nouveaux matériels à des endroits inattendus la coda contient par exemple un passage orageux qui introduit une nouvelle texture propulsant le premier mouvement à un niveau d expressivité inédit Et si vous écoutez bien vous découvrirez un thème qui semble se référer au Concerto pour piano no 3 dans la même tonalité mais joué au violoncelle juste après l orage évoqué ci dessus dans la coda Le mouvement lent relativement court relègue le pianiste au rôle d accompagnement et c est là encore le violoncelle qui mène la danse en partenariat cependant avec le violon et tous deux introduisent une mélodie sotto voce aux ornements lyriques En dépit de son rôle secondaire le pianiste explore néanmoins les différents registres de son instrument avec des textures originales donnant un avant

    Original URL path: http://www.satirino.fr/fr/artist_records/beethoven-triple-piano-concerto-n-3 (2015-10-11)
    Open archived version from archive