archive-fr.com » FR » S » SCENENATIONALEDEBESANCON.FR

Total: 907

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Le Miroir | Les deux scènes
    Contact Billetterie Cinéma Cinéma Poésie Le Miroir Calendrier À l affiche Jeudi 14 Mars 2013 à 18h30 Mercredi 13 Mars 2013 à 21h00 Au Kursaal Tarif de 2 50 à 5 Cinéma Poésie Le Miroir Andreï Tarkovski 1h48 URSS 1975 Avec Margarita Terekhova Oleg Yankovskiy Filipp Yankovsky Aliocha est un cinéaste russe quarantenaire Frappé par la maladie en mauvais termes avec son épouse incapable de communiquer avec son fils il se rappelle de sa maison d enfance de sa mère jeune de leur abandon par un père poète de la période de la guerre À ses souvenirs se mêlent ceux de gens proches la mémoire vivante d une époque Ce film médiation est l une des plus belles œuvres d Andreï Tarkovski Avec Le Miroir le cinéaste livre ses souvenirs son cœur son âme tout ce qui fait de lui un artiste à l image de son père Arseni Tarkovski dont les poèmes jouent un rôle majeur dans le film Dans Le Miroir je n ai pas voulu parler de moi mais de mes sentiments en liaison avec mes proches de mes rapports avec eux de la compassion que j ai toujours éprouvée à leur égard et de tout ce

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/cinema/miroir (2016-01-27)
    Open archived version from archive

  • la musique sans marteau | Les deux scènes
    14 Mars 2013 à 14h30 Jeudi 14 Mars 2013 à 20h00 Au Théâtre Ledoux Tarif D Musique la musique sans marteau QUATUOR BÉLA Quand un quatuor de jeunes et prestigieux musiciens crée un concert spectacle pour faire découvrir la musique contemporaine et la rendre accessible à un jeune public cela donne La Musique sans marteau un moment de découvertes de jeux et d échanges Composé de Frédéric Aurier et de Julien Dieudegard aux violons de Julian Boutin à l alto et de Luc Dedreuil au violoncelle le Quatuor Béla prend autant de plaisir à interpréter des musiques traditionnelles qu à explorer des univers plus actuels Avec ce spectacle pour les petites oreilles le quatuor a décidé d offrir les clés de la musique contemporaine à un jeune public qui a vécu nombre de révolutions musicales sans en connaître forcément les codes Les musiciens du quatuor proposeront ainsi un parcours ludique varié et intelligent à leurs auditeurs et les inviteront à se questionner en leur faisant revivre plus d un siècle de musiques partant des œuvres de Raphaël Cendo 2007 pour re découvrir celles plus lointaines d Anton Webern 1905 ou encore d Igor Stravinsky 1915 Une aventure musicale exaltante au

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/spectacles/musique-sans-marteau (2016-01-27)
    Open archived version from archive

  • L’Atalante | Les deux scènes
    14 Mars 2013 à 21h00 Vendredi 15 Mars 2013 à 18h30 Au Kursaal Tarif de 2 50 à 5 Cinéma Poésie L Atalante Jean Vigo 1h29 France 1934 Avec Michel Simon Dita Parlo Jean Dasté Jean et Juliette se marient Lui est marinier Elle n a jamais quitté sa campagne La jeune femme qui espérait l aventure découvre la vie relativement morne et réglée d une péniche de fret À cause d un séduisant camelot qui l invite à découvrir les lumières de la grande ville Juliette quitte la péniche Dernier et unique long métrage de Jean Vigo qui mourut quelques jours après la réalisation du film à l âge de 29 ans et ne le vit jamais L Atalante œuvre poétique et emprunte de surréalisme est issue d un travail rigoureux et perfectionniste qui a germé dans la tête d un véritable cinéaste Non content d innover en terme de techniques de narration notamment il avait un talent de visionnaire au sens premier du terme et tenté d imprimer sur la pellicule une certaine idée du cinéma un plaidoyer pour un cinéma social et vivant qui provoque l intérêt Dès son premier film le documentaire À propos de Nice

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/cinema/atalante (2016-01-27)
    Open archived version from archive

  • sacre # 197 | Les deux scènes
    Coco Chanel Igor Stravinsky pour lequel le réalisateur Jan Kounen avait demandé à la chorégraphe et notatrice Dominique Brun une reconstitution fidèle de la tumultueuse première représentation du Sacre du printemps En effet contrairement à ce qu on s imagine il ne reste que peu de traces du ballet scandaleux conçu par Vaslav Nijinski en 1913 D un côté des indications écrites ou orales parcellaires et de l autre une série de dessins réalisés à l époque par Valentine Gross Hugo deux cents versions furent créées Pina Bausch Maurice Béjart etc mais ne furent que des interprétations obligatoirement lacunaires Portée par son travail de recherche Dominique Brun a donc eu l idée de concevoir sa propre variation sur le thème et c est à partir des quatorze dessins de Gross Hugo que ce Sacre 197 a été composé hypothétique cent quatre vingt dix septième version d une insaisissable ode à la nature sauvage et primitive Les six danses qui constituent ce spectacle sont des variations sur la Danse sacrale de Nijinski dernier volet du Sacre Elles se nourrissent de la partition originale de Juan Pablo Carreño et lui font écho Le compositeur colombien a ainsi éclaté décomposé démêlé les fils de l œuvre initiale de Stravinsky pour en isoler des thèmes et écrire une partition vocale qui sera chantée en direct par la mezzo soprano Isabel Soccoja Spectacle accueilli en collaboration avec le Centre chorégraphique national de Franche Comté à Belfort 1h CONCEPTION DU PROJET ET ÉCRITURE CHORÉGRAPHIQUE D APRÉS VASLAV NIJINSKI DOMINIQUE BRUN CO ÉCRITURE ET INTERPRÉTATION CYRIL ACCORSI FRANÇOIS CHAIGNAUD EMMANUELLE HUYNH LATIFA LAABASSI SYLVAIN PRUNENEC JULIE SALGUES ASSISTÉS DE CLARISSE CHANEL MARIE ORTS ET MARCELA SANTANDER ÉCRITURE MUSICALE D APRÉS IGOR STRAVINSKY JUAN PABLO CARREÑO CHANT ISABEL SOCCOJA LUMIÈRE SYLVIE GAROT COPRODUCTION ASSOCIATION DU 48 PARIS THÉÂTRE

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/spectacles/sacre-197 (2016-01-27)
    Open archived version from archive

  • Soyez sympas rembobinez | Les deux scènes
    Kuras Musique Jean Michel Bernard Montage Jeff Buchanan Décors Dan Leigh Ron Von Blomberg Costumes Rahel Afiley Production Georges Bermann Ann Ruark et Julie Fong Distribution Jack Black Jerry Gerber Mos Def Mike Danny Glover Elroy Fletcher Mia Farrow Miss Falewicz Melonie Diaz Alma Critiques Dans Eternal Sunshine of the spotless mind 2004 Michel Gondry inventait une machine destinée à effacer la mémoire amoureuse Cette fois encore il imagine une astuce pour faire table rase de l existant abolir une mémoire ici elle est collective et pouvoir ensuite la reconstituer Accidentellement toutes les cassettes d un vieux vidéo club sont effacées par un mécanicien complètement déjanté l inénarrable Jack Black qui s est involontairement rendu magnétique Pour satisfaire malgré tout la clientèle le mécano et son copain employé du vidéo club Mos Def parfait vont tourner en catastrophe des versions très personnelles des films évanouis Surprise réalisés avec les moyens du bord en décors naturels et avec les deux loustics pour seuls acteurs ces films dits suédés car ils ont plus ou moins transité par la Suède selon la fumeuse expli cation des auteurs vont connaître un succès fou et donner naissance à une micro industrie locale Avant tout Soyez sympas est un film hilarant Revisitées par les deux zozos les scènes cultes de King Kong 2001 L odyssée de l espace SOS fantômes ou Miss Daisy et son chauffeur donnent des moments de pure parodie totalement excentriques On y retrouve l esprit savamment barré de l artisan bidouilleur Gondry clippeur de génie Björk les White Stripes qui a su transposer sa liberté formelle et narrative sur grand écran Il n hésite pas à recourir à des gags purement visuels aidé par un Jack Black à la gestuelle survoltée qui empoigne sa tâche de néo cinéaste avec ferveur Dans le

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/cinema/soyez-sympas-rembobinez (2016-01-27)
    Open archived version from archive

  • Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures | Les deux scènes
    Lanzmann a souhaité construire un nouveau film autour de ces près de 80 minutes d entretien Accompagné de la chef opératrice C Champetier et d une équipe très réduite il est parti sur les lieux mêmes du drame figés depuis la disparition du camp et qui témoignent encore des abominations commises par le régime Hitlérien Yehuda Lerner explique longuement le fonctionnement du camp divisé en deux un camp de travail et un camp d extermination où tous les travailleurs finissaient forcément à long terme Générique Réalisation Claude Lanzmann Image Dominique Chapuis Caroline Champetier Montage Chantal Hymans Sabine Mamou Son Bernard Aubouy Critique Le témoignage de Yehuda Lerner a quelque chose de spécial Ce survivant juif polonais au visage carré au parler prosaïque raconte comment il a participé à la seule révolte réussie dans un camp d extermination nazi celui de Sobibor en Pologne Avec lui un certain nombre d évadés combien l histoire ne le dit pas non plus qu elle ne renseigne sur ce qu est devenu Lerner avaient alors réussi à s en sortir Il fallut pour cela neutraliser leurs gardes chiourmes au prix d un plan minutieusement élaboré mais aussi franchir des barbelés sous la mitraille et courir à travers un champ de mines Prenant conscience qu il s agit là d un sujet en soi Lanzmann choisit de ne pas l inclure dans les quelque neuf heures de son film fleuve Il y a dans cet épisode aujourd hui devenu film autonome une dimension épique en contraste évident avec la matière absolument nécessairement tragique de Shoah Lanzmann n en reste pas moins fidèle à son dispositif habituel plans fixes et rapprochés sur le témoin questions rigoureusement précises éventuellement répétées respectant la chronologie creusant le détail des faits comme des impressions Plusieurs fois une malice dans le

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/cinema/sobibor-14-octobre-1943-16-heures (2016-01-27)
    Open archived version from archive

  • M. Smith au Sénat | Les deux scènes
    M Smith au Sénat Franck Capra 2h09 Etats Unis 1940 Synopsis Jefferson Smith jeune politicien naïf et idéaliste est élu sénateur aux côtés de Joseph Paine politicien rompu à toutes les combines politiques Ils doivent défendre au Congrès un projet portant sur la construction d un barrage projet s annonçant plus que juteux pour certains Smith découvre les non dits les corruptions et les compromissions des hommes politiques et refuse de rester un homme de paille Générique Réalisation Frank Capra Scénario Sidney Buchman d après le roman de Lewis R Foster Direction artistique Lionel Banks Photographie Joseph Walker Montage Al Clark Gene Havlick Musique Dimitri Tiomki Production Frank Capra Distribution James Stewart Jefferson Smith Jean Arthur Clarissa Saunders Claude Rains Sénateur Joseph Harrison Paine Edward Arnold Jim Taylor Guy Kibbee le gouverneur Hopper Thomas Mitchell Diz Moore Eugene Pallette Chick McGann Beulah Bondi Ma Smith Critiques Afin de pouvoir continuer à mener tranquillement leurs louches opérations Jim Taylor qui contrôle un groupe de presse et le sénateur Joseph Harrison Paine font élire comme sénateur Jefferson Smith qui s occupe d un groupe de boy scouts Emerveillé par sa nouvelle fonction Jefferson Smith ne se doute pas de ce qui se trame à son insu Monsieur Smith au Sénat témoigne de la foi inébranlable de Frank Capra dans la démocratie et ses institutions Face aux puissants corrompus Jefferson Smith ne pourra opposer que des enfants symboles d une Amérique pure et idéaliste La performance de son discours de vingt trois heures au Sénat était faite pour rassurer l Américain moyen qui voyait ainsi malgré toutes les embûches possibles la victoire du droit sur les compromissions politiques A la perfection de l interprétation de James Stewart s ajoute le soin que le réalisateur apporte à tous les personnages Cette vaste galerie de

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/cinema/m-smith-au-senat (2016-01-27)
    Open archived version from archive

  • L'Exercice de l'Etat | Les deux scènes
    et des cauchemars qui s invitent dans son agenda Toute une matière vive que le film rassemble en un geste cinématographique fort créant par exemple un rapport très inventif entre l image et le son Onze nominations aux César ont salué ce film ambitieux habile impressionnant Frédéric Strauss Télérama Une femme nue se glisse dans la gueule ouverte d un crocodile Cut La caméra panote sur un homme endormi et nous découvre la bosse du drap à l endroit de son sexe en érection Dans le genre début de film celui là fera date Les dents bestiales le désir dévorant le corps plus éloquent que tout langage la nudité pour introduire à une réflexion sur le masque social politique Ouverture risquée incipit brillant Le film de Pierre Schœller ne décevra pas il se poursuit en suivant cette même impulsion liminaire L homme qui dort et bande est ministre des Transports Bertrand Saint Jean Olivier Goumet est le héros de l Exercice de l Etat On va le suivre dans le tumulte d une action qui est jalonnée de chausse trapes et de sorties de route escorté par sa chargée de communication Zabou Breitman et son directeur de cabinet Michel Blanc Il est investi d un pouvoir mais il est toujours en situation d être submergé par des faits trop têtus ou des discours adverses et contrariants dépassé par la vitesse de la communication des dépêches assassines et des phrases peau de banane On voit Saint Jean surfer sur la vague des événements et on attend qu il se noie Dans son sillage tel un éclaireur et un canot de sauvetage son directeur de cabinet Oublions pendant 1 h 50 les questions de droite ou de gauche dit Schœller dans le dossier de presse Regardons le pouvoir ses rituels et ses humeurs la sueur le sang la libido Et aussi cette permanence de l Etat On y croise notre propre rapport à la démocratie ce divorce grandissant entre eux et nous Saint Jean est confronté à un dilemme Il est jeune en politique il n est pas du sérail il vient de la société civile Le gouvernement ourdit un plan de privatisation des gares lui y est farouchement opposé On voit médusé comment peu à peu le ministre est amené à manger son chapeau et à retourner sa veste pour rester maître du pilotage ministériel pour ne pas perdre la face tout en piétinant ses propres convictions Ce qui est très beau c est que le film n en fait pas pour autant un cynique Le récit est trop intelligent et complexe pour se contenter des oppositions manichéennes entre les purs et les impurs les droits et les tordus Il faut sans cesse se déterminer face à la violence de l intempestif jouer aux échecs perdre une partie pour gagner la suivante Manœuvre Pour le cinéaste il s agit de rendre par la fiction et par des audaces de mise en scène la crise de la représentative démocratique à l ère

    Original URL path: http://www.scenenationaledebesancon.fr/cinema/exercice-etat (2016-01-27)
    Open archived version from archive



  •