archive-fr.com » FR » T » THEOLOGIEDUCORPS.FR

Total: 556

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • TDC 106 - En se donnant le sacrement de mariage les époux posent un acte de portée prophétique | Théologie du Corps
    à l homme Ont précisément la place centrale dans le consentement conjugal les paroles qui indiquent le sujet personnel les pronoms personnels moi et toi Le langage du corps médité dans la vérité de sa signification conjugale constitue l union communion des personnes moyennant les paroles des nouveaux époux Si le consentement conjugal a un caractère prophétique s il est la proclamation de la vérité provenant de Dieu et en un certain sens l énoncé de cette vérité au nom de Dieu cela se réalise surtout selon la dimension de la communion interpersonnelle et seulement de manière indirecte devant les autres et pour les autres 4 Sur le fond des paroles que prononcent les ministres du sacrement du mariage il y a l éternel langage du corps auquel Dieu a donné origine en créant l être humain homme et femme langage qui a été renouvelé par le Christ Cet éternel langage du corps contient toute la richesse et la profondeur du mystère d abord de la Création puis de la Rédemption Les époux actualisant le signe visible du sacrement par les paroles de leur consentement conjugal y expriment le langage du corps avec toute la profondeur du mystère de la Création et de la Rédemption la liturgie du sacrement du mariage en offre un riche exemple Réexaminant de cette manière le langage du corps non seulement les époux enferment dans les paroles du consentement conjugal la plénitude subjective de la promesse indispensable pour réaliser le propre signe de ce sacrement mais en un certain sens ils remontent également aux sources mêmes où le signe puise chaque fois son éloquence prophétique et sa force sacramentelle Il n est pas permis d oublier qu avant de franchir les lèvres des époux ministres du sacrement en tant que sacrement de l Eglise le langage du corps a été articulé par la parole du Dieu vivant il a commencé dans le livre de la Genèse pour rejoindre à travers les prophètes de l Ancienne Alliance l auteur de l épître aux Ephésiens 5 Nous utilisons ici à maintes reprises l expression langage du corps nous reportant aux textes prophétiques Comme nous l avons déjà dit le corps humain parle dans ces textes un langage dont il n est pas l auteur au sens propre du terme L auteur en est l être humain homme et femme qui analyse le vrai sens de ce langage ramenant au jour la signification conjugale du corps comme inscrite dans la structure même de la masculinité et de la féminité du sujet personnel Cette analyse dans la vérité du langage du corps confère déjà d elle même un caractère prophétique aux paroles du consentement conjugal par lesquelles l homme et la femme actualisent le signe visible du mariage en tant que sacrement de l Eglise Ces paroles contiennent toutefois quelque chose de plus qu une simple relecture dans la vérité de ce langage qu expriment la masculinité et la féminité des nouveaux époux dans leurs relations mutuelles Je te

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-106-en-se-donnant-sacrement-de-mariage-epoux-posent-acte-de-portee-prophetique (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • TDC 107 - Le mariage comme sacrement se constitue sur la base du "langage du corps" | Théologie du Corps
    ces significations du langage du corps qui en conséquence construisent et approfondissent continuellement l amour la fidélité l honnêteté conjugale et cette union indissoluble jusqu à la mort 3 Le signe du mariage comme sacrement de l Eglise est formé précisément par ces significations dont les époux sont les auteurs Toutes ces significations ont leur début et sont en un certain sens programmées de manière synthétique dans le consentement conjugal afin de construire ensuite de manière plus analytique jour après jour le même signe s identifiant avec lui à la dimension de la vie tout entière C est un lien organique entre la relecture dans la vérité de la signification intégrale du langage du corps et l emploi de ce langage dans la vie conjugale Dans ce dernier cadre l être humain homme et femme est l auteur des significations du langage du corps Cela implique que ce langage dont il est l auteur corresponde à la vérité qui a été méditée Nous basant sur la tradition biblique nous parlons ici du prophétisme du corps Si dans le mariage et indirectement encore dans tous les domaines de la coexistence mutuelle l être humain homme et femme confère à son comportement une signification conforme à la vérité fondamentale du langage du corps alors lui même est également dans la vérité Dans le cas contraire il ment et falsifie le langage du corps 4 Si nous nous plaçons dans la ligne prophétique du consentement conjugal qui comme nous l avons déjà dit offre aux époux une particulière participation à la mission prophétique de l Eglise transmise par le Christ lui même nous pouvons également utiliser à ce propos la distinction biblique entre vrais et faux prophètes Par le mariage comme sacrement de l Eglise l homme et la femme sont appelés de manière explicite à donner en se servant correctement du langage du corps le témoignage de l amour conjugal pro créateur témoignage digne de vrais prophètes C est en cela que consiste la vraie signification de la grandeur du consentement conjugal dans le sacrement de l Eglise 5 L ensemble des problèmes du signe sacramentel du mariage a un caractère nettement anthropologique Nous le construisons en nous basant sur l anthropologie théologique et en particulier sur ce que nous avons dès le début des présentes considérations défini comme théologie du corps Aussi dans la suite de ces analyses nous devrons toujours garder sous les yeux les considérations précédentes qui se réfèrent à l analyse des mots clés du Christ nous disons mots clés parce que comme des clés ils nous ouvrent les dimensions particulières de l anthropologie théologique spécialement la théologie du corps Edifiant sur cette base l analyse du signe sacramentel du mariage auquel participent toujours même après le péché originel l homme et la femme en tant qu êtres humains historiques nous devons constamment nous rappeler le fait que l être historique homme et femme est en même temps l être humain concupiscent comme tels tout homme et toute

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-107-mariage-comme-sacrement-se-constitue-sur-la-base-du-langage-du-corps (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • TDC 108 - L'homme de la concupiscence est en même temps l'homme de l' "appel" | Théologie du Corps
    de manière réelle l auteur des significations au moyen desquelles après avoir relu le langage du corps dans la vérité il est également capable de former dans la vérité ce langage dans la communion conjugale et familiale des personnes Il en est capable même comme homme sujet à la concupiscence étant en même temps appelé par la réalité de la Rédemption du Christ simul lapsus et redemptus 5 Grâce à la dimension du signe propre au mariage comme sacrement se trouve confirmée la spécifique anthropologie théologique la spécifique herméneutique de l homme qui pourrait en ce cas également s appeler herméneutique du sacrement parce qu elle permet de comprendre l homme sur la base de l analyse du signe sacramentel Comme ministre du sacrement auteur co auteur du signe sacramentel l être humain homme et femme est un sujet conscient et capable d autodétermination C est uniquement sur cette base qu il peut être l auteur du langage du corps qu il peut être également auteur co auteur du mariage comme signe signe de la création 3 A la lumière des paroles prononcées par le Christ dans le Sermon sur la Montagne à la lumière de tout l Evangile et de la Nouvelle Alliance la triple concupiscence et en particulier la concupiscence de la chair ne détruit pas la capacité de relire dans la vérité le langage du corps et de le relire continuellement de manière plus réfléchie et plus pleine c est pourquoi le signe sacramentel est constitué soit à son premier moment liturgique soit par la suite à la dimension de toute la vie Sous cette lumière il importe de constater que si la concupiscence engendre d elle même de nombreuses erreurs dans la relecture du langage du corps et si en même temps elle engendre aussi le péché le mal moral contraire à la vertu de chasteté aussi bien conjugale qu extra conjugale il reste cependant toujours dans le cadre de l éthos de la Rédemption la possibilité de passer de l erreur à la vérité et de même la possibilité de retourner c est à dire de se convertir du péché à la chasteté en tant qu expression d une vie selon l Esprit Ga 5 16 4 De cette manière selon l optique évangélique et chrétienne du problème l homme historique d après le péché originel est sur la base du langage du corps exploré dans la vérité capable comme homme et femme de constituer le signe sacramentel de l amour de la fidélité et de l honnêteté conjugale et ceci comme signe durable Je promets de t être toujours fidèle dans la joie et la douleur dans la santé et la maladie de t aimer et t honorer tous les jours de ma vie Ceci signifie que l homme est de manière réelle l auteur des significations au moyen desquelles après avoir relu le langage du corps dans la vérité il est également capable de former dans la vérité ce langage dans la communion

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-108-lhomme-de-la-concupiscence-est-en-meme-temps-lhomme-de-appel (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • TDC 109 - Ce que le Cantique des Cantiques nous apprend sur l'amour humain | Théologie du Corps
    Gn 2 23 25 simples et essentiels se développe ici comme un ample dialogue ou plutôt comme un duo où les paroles de l époux s entrelacent à celles de l épouse et se complètent l un l autre Les premières paroles de l homme Gn 2 23 à la vue de la femme que Dieu a créé expriment la stupeur et l admiration et même le sentiment de séduction Et une même fascination qui est stupeur et admiration coule sous une forme plus ample à travers les versets du Cantique des Cantiques Elle coule en ondes paisibles et homogènes du début à la fin du poème 4 Même une analyse sommaire du Cantique des Cantiques permet de se rendre compte que le langage du corps s exprime dans cette séduction réciproque Aussi bien le point de départ que le point d arrivée de cette fascination stupeur et admiration réciproques sont en effet la féminité de l épouse et la masculinité de l époux dans l expérience directe de leur visibilité Les mots d amour qu ils prononcent tous deux se concentrent donc sur le corps non seulement parce qu il constitue lui même la source de cette séduction réciproque mais aussi et surtout parce que c est sur lui que s arrête directement et immédiatement cette attraction vers l autre personne vers l autre ego féminine ou masculine qui dans l impulsion intérieure du coeur engendre l amour En outre l amour entraîne une expérience particulière du beau qui se concentre sur ce qui est visible mais qui implique en même temps la personne toute entière L expérience du beau engendre la complaisance qui est réciproque O la plus belle des femmes Ct 1 8 dit l époux et lui font écho les paroles de l épouse Je suis noire mais belle ô fille de Jérusalem Ct 1 5 Les paroles de l enchantement masculin se répètent continuellement revenant sans cesse dans les cinq chants du poème Et de semblables expressions de l épouse lui font écho 5 Il s agit de métaphores qui peuvent sembler surprenantes Certaines sont empruntées à la vie des pasteurs d autres semblent indiquer l origine royale de l époux Pour expliquer l inclusion d un chant d amour dans le canon biblique les exégètes juifs ont déjà les premiers siècles après le Christ vu dans le Cantique des Cantiques une allégorie de l amour de Yahvé pour Israël ou bien une allégorie de l histoire du peuple élu où cet amour se manifeste et au Moyen Age l allégorie de la Sagesse divine et de l homme qui la cherche L exégèse chrétienne a dès les premiers Pères étendu cette idée au Christ et à l Eglise cf HIPPOLYTE et ORIGENE ou bien à l âme individuelle du chrétien Saint GREGOIRE DE NYSSE ou à Marie Saint AMBROISE Saint BERNARD a vu dans le Cantique des Cantiques un dialogue de la parole de Dieu avec l âme et cela nous mène à l

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-109-ce-cantique-cantiques-nous-apprend-sur-lamour-humain (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • TDC 110 - Le don mutuel de l'homme et de la femme | Théologie du Corps
    sentent ainsi réciproquement proches comme frère et soeur qui doivent leur existence à la même mère Il en découle un sens spécifique d appartenance commune Le fait qu ils se sentent frère et soeur leur permet de vivre en sûreté ce voisinage réciproque et de le manifester en y trouvant un appui sans craindre le jugement inique des autres hommes Grâce à l appellation ma soeur les paroles de l époux tendent à reproduire peut on dire l histoire de la féminité de la personne aimée la voyant encore à l époque de l enfance et embrassant son ego tout entier âme et corps avec une tendresse désintéressée C est de là que naît cette paix dont parle l épouse C est la paix du corps qui en apparence ressemble au sommeil ne réveillez pas la bien aimée ne l arrachez pas à son sommeil avant qu elle ne le veuille C est surtout la paix de la rencontre dans l humanité en tant qu image de Dieu et la rencontre à travers un don réciproque et désintéressé et ainsi je suis à tes yeux comme celle qui a trouvé la paix Ct 8 10 4 En relation avec la trame précédente qu on pourrait appeler la trame fraternelle apparaît dans le duo amoureux du Cantique des Cantiques une autre trame disons un autre substrat du contenu Nous pouvons l examiner en partant de certaines expressions qui dans le poème semblent avoir une signification clé Cette trame n apparaît jamais explicitement mais à travers toutes les compositions et ne se manifeste expressément que dans certains passages Voilà comment parle l époux Tu es un jardin fermé ma soeur mon épouse une fontaine scellée Ct 4 12 Ces métaphores que nous venons de lire jardin fermé fontaine scellée révèlent la présence d une autre vision de l ego féminin lui même propriétaire de son propre mystère On peut dire que chacune de ces métaphores exprime la dignité personnelle de la femme qui en tant que sujet spirituel se possède et peut décider non seulement de la profondeur métaphysique mais aussi de la vérité essentielle et de l authenticité du don de soi tendu vers cette union dont parle le livre de la Genèse Le langage de la métaphore langage poétique semble être dans ce contexte particulièrement approprié et précis La soeur épouse est pour l homme propriétaire de son mystère comme un jardin fermé comme une fontaine scellée Le langage du corps examiné dans sa vérité de pair avec la découverte de l inviolabilité intérieure de la personne En même temps cette découverte exprime l authentique profondeur de l appartenance réciproque des époux conscients de s appartenir mutuellement d être destinés l un à l autre Quand l épouse dit Mon bien aimé est à moi elle veut dire en même temps Il est celui à qui je me confie et elle ajoute en conséquence et moi à lui Ct 2 16 Les adjectifs mon et ma affirment ici toute la

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-110-don-mutuel-de-lhomme-de-la-femme (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • TDC 111 - Le véritable amour appelle le dépassement de soi | Théologie du Corps
    poème J ai ouvert à mon bien aimé mais mon bien aimé avait disparu il était passé Je l ai cherché et ne l ai point trouvé je l ai appelé et il ne m a pas répondu Ct 5 6 Je vous adjure filles de Jérusalem si vous trompez mon bien aimé que lui annoncerez vous sinon que je suis malade d amour Ct 5 9 3 Donc quelques strophes du Cantique des Cantiques présentent l éros comme la forme de l amour humain dans lequel opèrent les énergies du désir Et c est en elles que s enracine la conscience c est à dire la certitude subjective de l appartenance réciproque fidèle et exclusive Mais en même temps un grand nombre d autres strophes nous forcent à réfléchir sur les causes de la recherche et de l inquiétude qui accompagnent la conscience d appartenir l un à l autre Cette inquiétude fait elle aussi partie de la nature de l éros S il en était ainsi cette inquiétude indiquerait aussi la nécessité du dépassement de soi La vérité de l amour s exprime dans la conscience de l appartenance réciproque fruit de l aspiration et de la recherche mutuelles et de même dans la nécessité de l aspiration et de la recherche comme résultat de l appartenance réciproque Dans cette nécessité intérieure dans cette dynamique d amour se révèle indirectement la quasi impossibilité pour une personne de s emparer de prendre possession d une autre personne La personne est un être qui dépasse absolument toutes les mesures d appropriation et de propriété de possession et de satisfaction qui émergent du langage du corps lui même Si l époux et l épouse méditent ce langage dans la pleine vérité de la personne et de l amour ils parviennent à une conviction toujours plus profonde que l ampleur de leur appartenance mutuelle constitue ce don réciproque dans lequel l amour se révèle fort comme la mort c est à dire qu il remonte jusqu aux dernières limites du langage du corps pour les franchir En un certains sens la vérité de l amour intérieur et la vérité du don réciproque appellent continuellement l époux et l épouse à travers les moyens d expressions de l appartenance réciproque et même en se détachant de ces moyens à atteindre et parvenir à ce qui constitue le noyau même du don de personne à personne 4 En suivant les sentiers des paroles tracés par les strophes du Cantique des Cantiques il semble que nous approchons donc de la dimension dans laquelle l éros cherche à s intégrer moyennant encore une autre vérité de l amour Des siècles plus tard à la lumière de la mort et de la résurrection du Christ Paul de Tarse proclamera cette vérité dans son épître aux Corinthiens La charité est longanime la charité est serviable elle n est pas envieuse la charité ne fanfaronne pas elle ne se rengorge pas elle ne fait rien d inconvenant ne cherche

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-111-veritable-amour-appelle-depassement-de-soi (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • TDC 112 - L'amour, soutenu par la prière est plus fort que la mort | Théologie du Corps
    existait pas la lutte des forces objectives entre le bien et le mal Ne serait ce pas précisément la force et la vérité intérieure de l amour qui atténuent la lutte qui se déroule en lui et autour de lui La plénitude de cette vérité et de cette propre force de l amour semble toutefois être différente et tendre plutôt à mener là où nous conduit l expérience du livre de Tobie La vérité et la force de l amour se manifestent dans la capacité de se placer entre les forces du bien et du mal qui luttent dans l homme et autour de lui car l amour a confiance en la victoire du bien et il est prêt à tout faire pour que triomphe le bien Par conséquent la vérité de l amour des époux du livre de Tobie trouve sa confirmation non pas dans les paroles exprimées par le langage du transport amoureux comme dans le Cantique des Cantiques mais bien dans les options et dans les actes qui assument tout le poids de l existence humaine dans leur union à tous deux Le langage du corps semble utiliser ici les paroles des options et des actes jaillis de l amour qui triomphe parce qu il prie 4 La prière de Tobie Tb 8 5 8 qui est avant tout une prière de louange et de remerciement puis une supplication place le langage du corps sur le terrain des termes essentiels de la théologie du corps C est un langage objectivé pénétré moins de la force émotive de l expérience que de la profondeur et la gravité de la vérité de l existence elle même Cette vérité les époux la professent ensemble à l unisson devant le Dieu de l Alliance Dieu de nos pères On peut dire que sous cet aspect le langage du corps devient le langage des ministres du sacrement conscients que dans le pacte conjugal s exprime et se réalise le mystère qui a sa source en Dieu lui même Leur pacte conjugal est en effet l image et le sacrement primordial de l Alliance de Dieu avec le genre humain de cette Alliance qui tire son origine de l Amour éternel Tobie et Sara terminent leur prière par les paroles suivantes Fais que nous obtenions miséricorde elle et moi et que nous arrivions ensemble à la vieillesse Tb 8 7 On peut admettre en se basant sur le contexte qu ils ont sous les yeux la perspective de persévérer dans leur communion jusqu à la fin de leurs jours perspective qui avec l épreuve de la vie et de la mort s ouvre devant eux déjà durant la première nuit nuptiale En même temps ils voient avec les yeux de la foi la sainteté de cette vocation dans laquelle ils doivent par l unité du couple construite sur la vérité réciproque du langage du corps répondre à l appel de Dieu lui même contenu dans le mystère de l origine Et c est

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-112-lamour-soutenu-par-la-priere-est-plus-fort-la-mort (2015-11-09)
    Open archived version from archive

  • TDC 113 - La dimension mystique du langage du corps | Théologie du Corps
    communion des personnes et de même leur féminité et masculinité précisément dans ce langage 3 C est en ce sens que nous affirmons que la langue liturgique devient langage du corps Cela signifie une série de faits et de tâches qui forment la spiritualité du mariage son ethos Dans la vie quotidienne des époux ces faits deviennent des tâches et les tâches se traduisent en des faits Ces faits comme aussi les engagements sont de nature spirituelle toutefois ils s expriment en même temps selon le langage du corps L auteur de l épître aux Ephésiens écrit à ce propos les maris doivent aimer leur femme comme leur propre corps Ep 5 28 c est à dire comme soi même Ep 5 33 et que la femme révère son mari Ep 5 33 Du reste qu ils soient tous deux soumis l un à l autre dans la crainte du Christ Ep 5 21 Le langage du corps en tant que continuité ininterrompue de la langue liturgique s exprime non seulement comme l attrait et la complaisance réciproques du Cantique des Cantiques mais aussi comme la profonde expérience du sacrum qui semble s être répandu dans la masculinité et féminité même à travers la dimension du mysterium mysterium magnum de l épître aux Ephésiens qui plonge précisément ses racines dans l origine c est à dire dans le mystère de la création de l être humain homme et femme à l image de Dieu et appelés à être dès l origine un signe visible de l amour créateur de Dieu 4 Ainsi donc cette crainte de Dieu et ce respect dont parle l auteur de l épître aux Ephésiens ne sont rien d autre qu une forme spirituellement mûre de cet attrait réciproque c est à dire de l homme vers la féminité et de la femme vers la masculinité qui se révèle pour la première fois dans Gn 2 23 25 Ensuite le même attrait semble parcourir comme un large torrent les versets du Cantique des Cantiques pour trouver dans des circonstances totalement différentes son expression concise et concentrée dans le livre de Tobie La maturité spirituelle de cet attrait n est autre que la fructification du don de crainte un des sept dons du Saint Esprit dont saint Paul fait état dans sa première épître aux Thessalonissiens 1Th 4 4 7 Par ailleurs la doctrine de saint Paul au sujet de la chasteté comme vie selon l Esprit Rm 8 5 nous permet particulièrement sur la base de 1Co 6 d interpréter ce respect en un sens charismatique c est à dire comme don de l Esprit Saint 5 En exhortant les époux à être soumis l un à l autre dans la crainte du Christ Ep 5 21 et par la suite en les incitant au respect dans les relations conjugales l épître aux Ephésiens semble mettre en évidence conformément à la tradition paulinienne le fait que la chasteté est une vertu et qu elle est un

    Original URL path: http://theologieducorps.fr/tdc/tdc-113-la-dimension-mystique-du-langage-du-corps (2015-11-09)
    Open archived version from archive