archive-fr.com » FR » U » UNIVEARTHS.FR

Total: 629

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • I4 : La jeunesse du rayonnement cosmique et son émergence dans les nuages interstellaires | UnivEarthS
    un projet nanosatellite étudiants Pourvus en 2014 Chercher dans ce site Octobre Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Se connecter Mot de passe oublié Accueil PROJETS Projets Interface Anciens projets Interface La jeunesse du rayonnement cosmique et son émergence I4 La jeunesse du rayonnement cosmique et son émergence dans les nuages interstellaires Présentation Equipe Résultats expériences Actualités Publications Les rayons cosmiques ont été découverts il y a cent ans par Viktor Hess Leur étude à ouvert la voie à des pans entiers de la physique moderne laphysique des particules Leur nature est aujourd hui bien établie il s agit majoritairement de particules très énergétiques principalement des ions et des électrons accélérées et confinées dans notre Galaxie La mise enévidence des sites d accélération n est pourtant toujours pas acquise Les restes de supernova dus à l onde de choc produite lors de l explosion d une étoile se propageant dans le milieu interstellaire sont depuis longtemps suspecté d être les sources des rayons cosmiques dans la Galaxie Les développements récents de l astronomie X et gamma ont permis d accumuler les preuves de l accélération d ions par les ondes de choc des supernovae De nombreuses questions restent ouvertes cependant Parmi celles ci notons Quelle fractionde l énergie cinétique est transférée aux rayons cosmiques Quelle est l énergie maximale que ces derniers peuvent atteindre Que se passe t il lorsque l onde se propage dans un milieu fortement structuré comme cela semble être fréquemment le cas Comment l accelération dépend elle de l orientation du champ magnétique Quand et comment s échappent les particules Si la présence d

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/i4-la-jeunesse-du-rayonnement-cosmique-et-son-emergence-dans-les-nuages-interstellaires (2015-10-10)
    Open archived version from archive


  • I5 : Développement d'instrumentation gamma | UnivEarthS
    kilowatt Pour cette raison l utilisation de détecteurs à pistes avec 2N canaux indépendants pour N 2 pixels est nécessaire 200 watt dans les mêmes conditions Les détecteurs double face à pistes DSSDs ont été largement utilisés dans des expériences de suivi de particules par exemple CMS Figure 3 Schéma de principe d un détecteur double face à pistes Dans l espace Fermi utilise des couples de détecteurs simple face à pistes SSSDs pour mesurer les trajets de l électron et du positon car il n est pas nécessaire de mesurer les dépôts d énergie Il n est pas possible d utiliser ces détecteurs lorsqu une mesure des dépôts d énergie est nécessaire ce qui est le cas du télescope Compton Un détecteur SSSDs relie un dépôt d énergie avec une seule coordonnée seuls des DSSDs peuvent fournir les deux coordonnées liées à un dépôt d énergie Le programme de R D Le programme de R D repose sur deux pieds la simulation et l expérimentation Les DSSDs sont des détecteurs relativement sophistiqués et coûteux nécessitant un temps de production important 1 an et une conception fiable doit être faite avant de commander toute pièce Ceci requiert des compétences en simulation du comportement électrique des détecteurs silicium création de paires électron trou transport des porteurs de charge la capacité résistance entre les électrodes etc Une fois les outils de simulation maîtrisés des DSSDs peuvent être conçus et commandés En parallèle des moyens de test doivent être développés Un ensemble de caractérisation des détecteurs doit être mis en place pour la mesure des courants de fuite et des capacités et un banc de test spectrométrique doit être réalisé Lorsqu un ensemble formé d un DSSD et de son électronique de lecture ASIC sera satisfaisant un deuxième ensemble sera réalisé synchronisé coïncidence et placé au dessus du premier pour former un télescope Compton minimal qui pourra dès lors être testé et caractérisé Un troisième plan sera ensuite ajouté pour compléter la maquette L activité de caractérisation des DSSDs se déroule à APC et utilise une machine à pointes placée dans une boîte noire en environnement propre Le banc de test spectrométrique est développé à AIM et utilise l ASIC Idef X développé par l IRFU et qualifié spatial qui sera piloté par un FPGA développé à APC Développement d instrumentation gamma APC AIM François Lebrun responsable scientifique Olivier Limousin co responsable scientifique Philippe Laurent scientifique Diana Renaud experimentaliste Walter Bertoli chef de projet Youri Dolgorouki experimentaliste Mohamad Khalil Doctorant Ronan Oger electronique Nathan Bleurvacq mécanique Simulation Outil de simulation Nous avons comparé et testé différents logiciels et nous avons choisi la boîte à outils de simulation de semi conducteurs TCAD développée par SILVACO Parmi les modules de SILVACO TCAD nous utilisons plus particulièrement Atlas qui est un simulateur 2D et 3D qui prédit le comportement électrique de dispositifs à semi conducteurs dans des conditions spécifiées de polarisation Deckbuild qui est un environnement d exécution pour Atlas où un fichier texte recueille une séquence de commandes correspondant à des conditions de polarisation et les commandes de contrôle spécifiées pour sélectionner des modèles physiques et des paramètres Même s il est possible de faire fonctionner Atlas à l extérieur de Deckbuild il est recommandé par Silvaco de n en rien faire Devedit qui est un outil capable de définir la structure à simuler en 2D et 3D Tonyplot qui est un outil conçu pour visualiser TCAD en 1D 2D et 3D Tonyplot3D des structures concues pour Silvaco Objectifs des simulations L objectif des simulations n est pas de reproduire en détail le comportement des capteurs DSSD mais d en extraire des tendances et de proposer des lignes directrices pour la conception de DSSDs et d avoir une meilleure appréciation des capacités de ces détecteurs en termes de résolution spectrale et de collection de charge partage de charge zones mortes Toutefois il est clair que certaines informations d entrée essentielles pour la simulation nous sont inaccessibles tels que la concentration des dopants en raison de la confidentialité du processus de fabrication Si les valeurs que nous leur attribuons sont proches de la réalité il est alors possible d étudier l effet d autres paramètres tels que la hauteur l épaisseur l espacement et la largeur des pistes etc si nous trouvons une performance optimale pour un certain paramétrage nous devrions nous attendre une performance du DSSD réel proche de l optimum même si sa valeur absolue diffère un peu de celle simulée Technique de simulation En C nous avons créé un moteur qui peut générer la structure d un DSSD avec son nombre de bandes la hauteur et largeur des bandes et les dimensions du détecteur comme entrées principales D autres critères peuvent également être manipulés comme les concentrations de dopage l épaisseur des couches etc Nous avons construit un modèle paramétrique de DSSD qui peut être utilisé pour étudier son comportement en changeant les différentes caractéristiques du modèle En réduisant la taille de notre DSSD moins de 10 électrodes par rapport à la vraie 64 128 électrodes nous obtenons un problème qui est facilement et rapidement résolu quelques minutes à quelques dizaines de minutes Cela nous permet d explorer une large gamme de paramètres en un temps raisonnable La liste suivante indique la procédure de simulation et détaille les différentes caractéristiques des capteurs que nous avons simulés ainsi que les données extraites des simulations permettant d obtenir des informations sur le comportement possible des capteurs réels La tension de déplétion est un paramètre important des capteurs semi conducteurs Les pistes sous déplétées ou non déplétées ne recueilleront pas de charge ou une charge réduite lorsqu elles sont traversées par une particule chargée La forme du champ électrique à l intérieur du volume du capteur est un paramètre important pour déterminer les zones mortes le partage de charge et la forme d impulsion typique Le courant de fuite ou courant d obscurité est déterminé par la tension de polarisation inverse appliquée sur les capteurs et

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/i5-developpement-dinstrumentation-gamma (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Projets Jeune Équipe | UnivEarthS
    au PCCP L Univers catastrophique transitoire Projets Interface Géoparticules Physique fondamentale et géophysique dans l espace De la poussière aux planètes Anciens projets Interface Formation et début de l évolution des systèmes planétaires La jeunesse du rayonnement cosmique et son émergence Développement d instrumentation gamma Projets Jeune Équipe Géophysique expérimentale Projet Valorisation Diffusion des données visualisation et nuage informatique PUBLICATIONS ENSEIGNEMENT Projet nanosatellite étudiant IGOsat UnivEarthS EMPLOI Postes à pourvoir

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/projets-jeune-equipe (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Géophysique expérimentale | UnivEarthS
    de déterminer sa composition exacte Si le résultat est satisfaisant nous pouvons en prélever une partie pour nos expérimentations en DAC La température de la synthèse des verres est contrôlée à l aide d un pyromètre et d une caméra à iris L ensemble des commandes et des contrôles est regroupé au sein d un programme LabView développé au sein du laboratoire Par ailleurs différents creusets ont été conçus et fabriqués pour s adapter aux caractéristiques des matériaux synthétisés leur caractère réfractaire par exemple Le gaz employé aujourd hui est de l argon créant une atmosphère neutre autour de l échantillon Nous développons actuellement un dispositifs de confinement pour d une part mieux isoler l échantillon à synthétiser et d autre part utiliser d autres gaz afin d obtenir des conditions oxydantes ou réductrices lors de la synthèse GENERER DES HAUTES PRESSIONS ET DES HAUTES TEMPERATURES Le principe de base pour générer la mise sous pression d un matériau est simple il s agit de lui appliquer une force uniaxaiale La pression subie par le matériau dépend donc de sa surface et de la force qui lui est appliquée Un des enjeux des techniques de hautes pressions est de transformer cette pression uniaxiale en pression hydrostatique Il existe aujourd hui une grande variété de presses pour générer des hautes pressions Chaque dispositif est caractérise par son domaine de pression accessible par ses techniques de chauffage et par un éventail de méthodes physiques d investigation Nous distinguerons les cellules a enclumes en diamant DAC des presses hydrauliques de gros volume piston cylindre et multi enclumes Ces dernières ne permettent pas d atteindre les pressions extrêmes des DAC supérieur a 100 GPa mais permettent d appliquer des haute pressions et des hautes températures stables sur de longues périodes plusieurs jours parfois et d obtenir des échantillons de relativement grandes tailles 100μm Les presses gros volumes permettent un très bon contrôle de la température et de la pression l obtention de gradients thermiques limités l atteinte de pseudo équilibre thermodynamique et l obtention d échantillons plus facilement caractérisables que ceux de cellules à enclumes en diamant En revanche la cellule à enclume en diamants permet l analyse in situ par divers procédés sous hautes pressions et hautes températures L autre point fort de la DAC est la possibilité d appliquer de très hautes pressions Les techniques de DAC sont de plus en évolution permanentes LES PRESSES GROS VOLUME Notre laboratoire est équipé d une presse de type Piston Cylindre PC et d une presse de type multi enclumes MAP toutes deux réalisées par l université de Bristol La presse PC a été la première à équiper notre laboratoire et à été mise en fonction rapidement après notre arrivée afin de recommencer à travailler La presse MAP à été montée plus tard et devrait pouvoir être utilisée sous peu Les premiers tests ont été réalisés avec succès et la calibration est en cours Presse PC Notre presse piston cylindre permet de faire des expériences à moyennes pressions 0 5 à 4 GPa et hautes températures jusqu à 2600 C ouvrant une fenêtre sur le manteau supérieur Il s agit d une presse hydraulique à double vérin qui a l avantage de générer des pressions environ deux fois supérieures à un modèle simple vérin Le vérin supérieur end load viens maintenir un cylindre en carbure de tungstène et son système de refroidissement quand le vérin inférieur permet la montée d un piston également en carbure de tungstène qui génère la pression dans l échantillon L avantage de cet instrument est sa simplicité de mise en œuvre au regard de la taille des échantillons de quelques mm3 au cm3 La presse est équipée de deux diamètres pour les ensembles piston cylindre et de pouce ce qui permet d adapter la taille des échantillons à nos besoins L assemblage expérimental est constitué de cylindres concentriques soit un milieux transmetteur de pression et isolant thermique BaCO3 Talc Pyrex ou NaCl Pyrex un four en graphite et une capsule en MgO polycristallin L échantillon est confiné dans cette dernière Le chauffage est realisé par effet Joule grâce au four en graphite traversé par un fort courant 600A sous 3V La température est contrôlée grâce à un thermocouple constitué d un alliage en tungstène et rhénium W3Re W5Re placé dans une gaine céramique en alumine et pilotée grâce à un contrôleur PID Ce dernier doit être recalibré régulièrement Les incertitudes concernant les mesures de température sont inférieures à 50 C et de l ordre de 0 1 GPa pour la pression Une expérience couramment réalisée sur cet instrument est celle du partage métal silicate Il s agit d étudier la migration d un composé tiers entre le métal et le silicate à hautes pression et température Afin de figer le système ainsi obtenu pour analyse il suffit de réaliser une trempe en coupant brutalement le chauffage après équilibration chimique La figure ci contre présente une section typique d un assemblage de presse piston cylindre contenant un échantillon trempé à haute pression et haute température Les phases métalliques et silicatées présentent des textures de trempe qui démontrent les conditions superliquidus des expériences Presse MAP Notre presse multi enclume est de type 6 8 et nous permet de générer des pressions jusqu à 28 GPa en chauffant simultanément à des températures pouvant atteindre 3000K Elle nous permet d étudier le manteau supérieur Le volume des échantillons est compris typiquement entre 1 et 20 mm3 suivant les pressions atteintes et les assemblages utilisés La presse multi enclume 6 8 tire son nom des deux étages d enclumes utilisées comme intensificateur de pression La force uniaxiale transmise par la presse hydraulique allant d environ 500 a 5000 tonnes est transmise sur un système de 6 enclumes externes en acier et de huit enclumes cubiques internes en carbure de tungstène Ces enclumes internes cubiques sont chacune tronquées sur un coin et laissent place a une chambre de compression de géométrie octaédrique dans laquelle se situe

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/geophysique-experimentale (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Projet Valorisation | UnivEarthS
    Support au PCCP L Univers catastrophique transitoire Projets Interface Géoparticules Physique fondamentale et géophysique dans l espace De la poussière aux planètes Anciens projets Interface Formation et début de l évolution des systèmes planétaires La jeunesse du rayonnement cosmique et son émergence Développement d instrumentation gamma Projets Jeune Équipe Géophysique expérimentale Projet Valorisation Diffusion des données visualisation et nuage informatique PUBLICATIONS ENSEIGNEMENT Projet nanosatellite étudiant IGOsat UnivEarthS EMPLOI Postes à

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/projet-valorisation (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • V1 : Diffusion des données, visualisation et nuage informatique | UnivEarthS
    des données visualisation et nuage informatique Vous devez vous connecter pour poster des commentaires Volker Beckmann APC François Arago Centre Cécile Cavet APC François Arago Centre Michele Detournay APC Ludmila Klenov IPGP Constanza Pardo IPGP Nikolai Shapiro IPGP Eleonore Stutzmann IPGP À l IPGP l effort principal durant la première année du projet a porté sur la consolidation du système informatique et des bases de données du centre de calcul de l IPGP Un effort particulièrement important visant à homogénéiser les données en provenance des observatoires de volcanologie a été réalisé Dans ce contexte nous organisons un atelier en janvier 2012 pendant lequel les ingénieurs du centres de calcul de l IPGP et des observatoires vont définir ensemble l architecture des bases de données la nature des flots de données et les outils permettant le remplissage des bases de données déterminées précédemment L équipe du centre de calcul travaille actuellement sur l implémentation de ces solutions et également sur les premiers relevés volcanologiques devenus accessibles à la distribution et à l analyse Pour accélérer ce travail nous sommes en train de recruter un Ingénieur de Recherche qui commencera sa mission en janvier 2013 À l APC afin d étudier les opportunités qu offre le Cloud computing calcul dans le nuage informatique par rapport aux infrastructures plus anciennes que sont la Grille de calcul Grid computing ou encore le Cluster computing Grappe de calcul Mme Cécile Cavet a été embauchée en mars 2012 comme Ingénieur de Recherche classe 2 IR 2 En collaboration avec l équipe informatique de l APC elle a évalué les performances de l infrastructure de Cloud en comparaison avec le Cluster local et cela dans le contexte des applications scientifiques de type Calcul de Haute Performance High Performance Computing HPC Un des aspects étudiés portait sur la détermination de l accélération d un calcul en fonction du nombre d éléments de calcul nœuds de calcul processeurs cœurs qui permet de quantifier l extensibilité scaling d une application infrastructure Idéalement l accélération devrait être fortement proportionnelle avec le nombre d éléments de calcul En réalité l utilisation croissante du réseau d interconnexion des processeurs par les communications de type MPI diminue les performances Plus précisément pour évaluer les performances du Cloud computing l étude réalisée permet une comparaison points par points entre un environnement de Cloud et un Cluster local L infrastructure de Cloud qui a été utilisée est le Cloud public IaaS Infrastructure as a Service StratusLab qui est un projet européen démarré en 2010 Les machines physiques supportant le Cloud sont localisées au Laboratoire d Accélération Linéaire LAL et constituent 10 nœuds de calcul 240 cœurs de calcul 360 Go de mémoire et une interconnexion Ethernet à 1 GbE s Le logiciel de gestion du Cloud gestionnaire d infrastructure virtuelle est OpenNebula Les tests de performance effectués sur le Cluster virtuel du Cloud StratusLab Grappe de calcul constituée de plusieurs machines virtuelles ont été comparés à ceux réalisés sur le Cluster classique installé au Centre François

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/v1-diffusion-des-donnees-visualisation-et-nuage-informatique (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • PUBLICATIONS | UnivEarthS
    emission processes of NGC 4945 in the X rays and gamma rays 2012 Proceedings of Science SISSA PoS Extremesky 2011 075 Soldi S et al AGN variability at hard X rays 2011 Proc of the Conf The X ray Universe Berlin 2011 id 154 Soldi S et al High energy emission from NGC 5506 the brightest hard X ray Narrow Line Seyfert 1 galaxy 2011 Proc of the Conf NLS1 Galaxies and their place in the Universe Milan 2011 Soldi S Baumgartner W Beckmann V et al AGN variability at hard X rays 2013 PoS INTEGRAL 2012 id 65 Soldi S Clavel M Goldwurm A Morris M Ponti G Terrier R Trap G An X ray survey of the Central Molecular Zone variability of the Fe Kalpha emission line 2013 Conf Proc of IAU 303 Symp The Galactic Center Feeding and Feedback in a Normal Galactic Nucleus 30 9 4 10 2013 Santa Fe NM USA submit Soldi S Clavel M Goldwurm A Ponti G Terrier R Trap G Greiner J Prinz T Rau A Servillat M A new Very Faint X ray Transient in the Galactic centre 2013 Conf Proc of IAU 303 Symp The Galactic Center Feeding and Feedback in a Normal Galactic Nucleus 30 9 4 10 2013 Santa Fe NM USA submit Trap G Ponti G Soldi S Clavel G Terrier M Goldwurm A Thermonuclear bursts from AX J1745 6 2901 2013 Conf Proc of IAU 303 Symp The Galactic Center Feeding and Feedback in a Normal Galactic Nucleus 30 9 4 10 2013 Santa Fe NM USA in preparation Publications E3 Publications F1 Outcome directly supported by Labex UnivEarths Peer Reviewed articles 2012 Philippot P Van Zuilen M and Rollion bard C 2012 Variations in atmospheric sulphur chemistry on early Earth linked to volcanic activity Nature Geoscience 5 668 674 Kumar A Nagaraju E Besse J and Rao B 2012 New age geochemical and paleomagnetic data on a 2 21 Ga dyke swarm from south India Constraints on Paleoproterozoic reconstruction Precamb Res 220 123 138 2013 Teitler Y Le Hir G Fluteau F Philippot P Donnadieu Y 2013 Investigating the Paleoproterozoic glaciations with 3 D climate modeling Earth Planet Sci Lett 395 71 80 2014 François C Philippot P Rey P Rubatto E 2014 Burial and exhumation during Archean sagduction in the East Pilbara Granite GreenstoneTerrane Earth Planet Sci Lett 396 235 251 Hardisty D Lu Z Planavsky N Bekker A Philippot P Zhou X Lyons T 2014 An iodine record of Paleoproterozoic surface ocean oxygenation Geology 42 619 622 Pecoits E Smith M L Catling D C Philippot P Kappler A Konhauser K O 2014 Atmospheric Hydrogen Peroxide and Eoarchean Iron Formations Geobiology DOI 10 1111 gbi 12116 Sforna M C Philippot P somogyi A van Zuilen M A Medoudji K Nitschke W Schoepp Cottenet B Visscher P 2014 Evidence for arsenic metabolism and cycling by microorganisms 2 7 billion years ago Nature Geoscience 7 811 815 Sforna M C van Zuilen M A Philippot P 2014 Structural characterization by Raman hyperstractral mapping of organic carbon in the 3 46 billion year old Apex chert Western Australia Geochim Cosmochim Acta 114 18 33 van Zuilen M A Philippot P Lepland A Whitehouse M J 2014 Sulfur Isotope Mass Independent Fractionation in Impact Deposits of the 3 2 Billion year old Mapepe Formation Barberton Greenstone Belt South Africa Geochim Cosmochim Acta 142 429 441 2015 Amor M Busigny V Durand Dubief M Tharaud M Ona Nguema G Gélabert A Alphandéry E Menguy N Benedetti M Cgebbi I Guyot F 2015 Chemical signature of magnetotactic bacteria Proc Nat Acad Sci www pnas org cgi doi 10 1073 pnas 1414112112 Carlut J Isambert A Bouquerel H Pecoits P Philippot P Vennin E Ader M Thomazo C Buoncristiani J F Baton F Muller E Deldicque D 2015 Low Temperature Magnetic Properties of the Late Archean Boolgeeda Iron Formation Hamersley Group Western Australia Environmental Implications Frontiers in Earth Science http journal frontiersin org article 10 3389 feart 2015 00018 Teitler Y Philippot P Gérard M Le Hir G Fluteau F Ader M 2015 Ubiquitous occurrence of basaltic derived paleosols in the Late Archaean Fortescue Group Western Australia Precamb Res 267 1 27 Marin Carbonne J Remusat L Sforna M C Thomazo C Cartigny P Philippot P Sulfur isotopes signal of nanopyrites enclosed in 2 7 billions year old stromatolitic organic remains reveal microbial sulfate reduction and diagenetic processes in closed system Proc Nat Acad Sci submited Morag N Williford K H Kitajima K Philippot P Van Kranendonk M J Lepot K Valley J W Microstructure specific carbon isotopic signature of organic matter from 3 5 Ga cherts of the Pilbara Craton support biologic origin Precamb Res submited International Conferences Ader M Thomazo C Baton F Muller E Chaduteau C Cartigny P Vennin E Buoncristiani J F Van Kranendonk M Philippot P 2015 Paired carbon isotope from three key intervals of the Turee Creek Group Pilbara Craton Australia Goldschmidt Conference Prague Busigny V Marin Carbonne J Muller E Cartigny P Assayag N Rollion Bard C Philippot P 2015 Fe and S isotope constraints on redox conditions associated with barite deposits from the 3 2 Ga Mapepe Formation South Africa Goldschmidt Conference Prague Caquineau T François C Paquette JL Marin Carbonne J 2014 24 ième RST Pau October 2014 Caquineau T François C Paquette JL M Van Kranendonk Philippot P 2015 U Pb monazite dating of the Turee Creek Group sedimentary succession implications on the rise of oxygen and glacial events Goldschmidt Conference Prague Daye M Sforna MC Philippot P Somogyi A Van Zuilen M Medjoubi K 2014 24 ième RST Pau October 2014 Avila J Ireland T R Holden P Philippot P 2015 In situ multiple sulfur isotope analysis of pyrites with SHRIMP SI deconvolving complex depositional and post depositional processes Goldschmidt Conference Prague Marin Carbonne J Muller E Busigny V Rollion Bard C Philippot P 2013 Goldschmidt Firenze p 23 Marin Carbonne J Muller E Miot J Busigny V

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/publications (2015-10-10)
    Open archived version from archive

  • Le volet formation du projet UnivEarthS | UnivEarthS
    planètes Anciens projets Interface Formation et début de l évolution des systèmes planétaires La jeunesse du rayonnement cosmique et son émergence Développement d instrumentation gamma Projets Jeune Équipe Géophysique expérimentale Projet Valorisation Diffusion des données visualisation et nuage informatique PUBLICATIONS ENSEIGNEMENT Projet nanosatellite étudiant IGOsat UnivEarthS EMPLOI Postes à pourvoir PhD position Effect of the North South dichotomy on the thermal structure and evolution of Mars Experimental Dark Matter Search Post Doctoral Research Fellow Stages IGOSat Postes déjà pourvus Assistant e de communication du labex UnivEarthS Chef de projet ingénieur système pour un projet nanosatellite étudiants Pourvus en 2014 Chercher dans ce site Octobre Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 Se connecter Mot de passe oublié Accueil ENSEIGNEMENT Le volet formation du projet UnivEarthS Diplôme Inter Université Terre Planètes Univers TPU Les équipes de recherche associées au sein du projet UnivEarthS ont souhaité valoriser leurs liens scientifiques pour faire évoluer et compléter les formations proposées dans le domaine des Sciences de l Univers à l Université Paris Diderot et à l Institut de Physique du Globe de Paris Au niveau du Doctorat un PhD program à l interface des disciplines des Sciences de la Terre et de l Environnement de l Astronomie de l Astrophysique et du domaine de la Cosmologie et des Astroparticules sera proposé aux doctorants préparant une thèse au sein des laboratoires partenaires Au niveau Master un parcours inter master Terre Planètes Univers offrant une forte autonomie aux étudiants dans le choix des disciplines étudiées et une large ouverture sur la recherche notamment à l international sera élaboré à l horizon du prochain contrat quinquennal

    Original URL path: http://www.univearths.fr/fr/le-volet-formation-du-projet-univearths (2015-10-10)
    Open archived version from archive