archive-fr.com » FR » V » VOSPOEMES.FR

Total: 678

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Je me souviens
    DE MOI Une étoile est née Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Je me souviens Imprimer E mail Détails Écrit par pabloemma Catégorie Poèmes divers Publication 1 juin 2012 Création 1 juin 2012 Affichages 678 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 je me souviens du gamin que je fus celui immergé par le fleuve de l ignorance je me souviens d une attitude malsaine A l encontre de mes amis et frères je me souviens lorsque la joie me quitta A moindre réprimande de ma mère je me souviens de la solitude qui m enbrassait au milieu de la nuit et

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/je-me-souviens (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Une sainte famille
    et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Une sainte famille Imprimer E mail Détails Catégorie Poèmes divers Publication 27 mai 2012 Création 28 mai 2012 Affichages 528 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Chez eux à chaque étage s exhibe la sainte Vierge Lorsque l on passe à table le bénédicité Nous contraint au silence sous peine d être cité Comme un abject impie et vite ils brûlent un cierge Je me sens mal à l aise devant mon assiettée Et chacune des visites me crée une angoisse telle Qu une poussée de tension frôle la dose mortelle Et me donne l emprunt d une allure affectée Vous êtes trop sectaire penserez vous sans doute Mais est ce moi ou eux qui suis intolérant Je n impose à personne mon cas exaspérant Aux idées libertaires que tout le monde

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/une-sainte-famille (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Le refuge à la cinquantaine
    beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Le refuge à la cinquantaine Imprimer E mail Détails Catégorie Poèmes divers Publication 27 mai 2012 Création 28 mai 2012 Affichages 627 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Après avoir subi un nombre incalculable De maints petits revers dans un si dur chemin On perd sa belle confiance et tout comme un gamin On commet quelquefois la faute inévitable J ai beaucoup travaillé mais tant de fois trahi J abandonnais ma place pour tout recommencer Et me battre de plus belle pour ne pas renoncer Au délicieux confort qui m avait envahi Le risque est périlleux dans tous ces changements Il est bien plus aisé de rester sédentaire Mais devant l injustice je ne sais pas me taire Et toujours je partais vers d autres éléments N amasse pas de mousse telle est la pierre qui roule Dit le fameux dicton et il a bien raison Changer souvent de places frise la déraison Mieux vaut être anonyme confondu dans la foule Et lorsqu à cinquante ans les forces s amenuisent On se retrouve soudain au détour d une route De devoir entreprendre nous amène le doute Et la désespérance que les choses n aboutissent Alors baissant

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/le-refuge-a-la-cinquantaine (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • L'incontinence
    Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries L incontinence Imprimer E mail Détails Catégorie Poèmes divers Publication 27 mai 2012 Création 28 mai 2012 Affichages 510 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Attablés au café ce bel après midi Nous causions gaiement de quelques balivernes Et de divers sujets au fond de la taverne Sans nulle prétention ni rien d approfondi Parlant de ton beau père et soudain toute gênée Tu dis timidement il se faisait dessous Il faut te rassurer je protège mes dessous Et ma belle couche culotte toujours est promenée Une situation difficile à comprendre Mais sentir la moiteur soudain me réveiller Me permet jour et nuit de ne pas m éveiller A ces besoins pressants qui peuvent me surprendre Je subis ce calvaire depuis ma tendre enfance

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/lincontinence (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Chacun pour soi!
    dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Chacun pour soi Imprimer E mail Détails Catégorie Poèmes divers Publication 27 mai 2012 Création 28 mai 2012 Affichages 534 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Mais regardez le donc cet avare rapace Il compte son argent centime après centime Se préservant sans cesse de son ami intime Qui convoite les pièces à mettre en sa besace Tout profit lui est bon n étant pas regardant Quand bien même il nuirait à toute une nation Mais qu importe à ses yeux toute cette population Qui erre sur les routes par la faim se tordant Il préfère et de loin s empiffrer son assiette Remplie jusqu au ras bord de bons plats mijotés Pour s en gaver la panse les sales morceaux ôtés En s essuyant la bouche du coin de sa serviette Il mettra tous ses sous à prévoir une chapelle Au sein d un cimetière dans un lieu bien en vue En redoutant sans cesse qu à la moindre imprévue Les gens ne puissent voir que sa tombe est si belle Car prévoir ses obsèques est bien plus important Pour ce vil égoïste qui trouve détestable De partager le pain tous à la même table Cela n a aucun sens il juge

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/chacun-pour-soi (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • L'absente
    Une histoire UNE FEMME PRES DE MOI Une étoile est née Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries L absente Imprimer E mail Détails Catégorie Poèmes divers Publication 27 mai 2012 Création 28 mai 2012 Affichages 525 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 A toi toujours je pense ma cruelle sans cœur Revoyant ces années perdues à tout jamais Tu as tout oublié mais pourtant tu m aimais Pourquoi t es tu enfuie du chemin de mon cœur Allant vers l aventure sans même tourner la tête Tu m as abandonné te moquant de mes larmes Je suis resté tout seul au combat mais sans armes J ai accompli ma tâche fuyant les tête à tête Pour le bien des enfants je demeurais tout seul A quoi bon perturber leurs fragiles cerveaux Qui ne comprenaient pas de la vie tous les maux Et puis dans ce carnage suffisait un linceul Dans ce temps écoulé j aurais dû me défaire De l odeur de ton corps et de ta grande beauté Mais rien de tout cela jamais ne m a quitté Et de ton souvenir je sais me satisfaire Vois tu ris de ma peine devenue sans pitié Pourquoi tant de dédain ne

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/labsente (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Pénible adolescence
    printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Pénible adolescence Imprimer E mail Détails Catégorie Poèmes divers Publication 27 mai 2012 Création 28 mai 2012 Affichages 557 Note utilisateur 5 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 T en souviens tu mon frère du temps de mes treize ans Dans ma chambre tu venais oubliant notre mère Bien qu elle fut consentante d une venue éphémère Et puis tu t engouffrais dans mon lit en amant Bien vite tu te plaçais contre mon corps puceau Et d une main habile tu me déshabillais M embrassant goulûment si parfois je bâillais Moi je me laissais faire en petit jouvenceau Tu ne fus pas bien long à m apprendre tes vices Parfois j y prenais même un bien malin plaisir Mais de ces incartades j ai su me dessaisir Conservant toutefois l empreinte des sévices Que reste t il encore de cet affreux moment Lorsque frère contre frère il faut se câliner Un piètre souvenir mais de me malmener Me fait dire que Maman eut dû faire autrement Car elle entendait tout et se rendait complice De ton comportement tu étais mon aîné Ton exemple toujours devait m être donné Mais elle fermait les yeux acquiesçant au supplice Chez nous et pour vous

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/penible-adolescence (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Lui c’est…
    Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Lui c est Imprimer E mail Détails Écrit par Lyd Catégorie Poèmes divers Publication 16 mai 2012 Création 17 mai 2012 Affichages 899 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Là bas dans la campagne Il y a un homme Il règne en maître Malgré sa dictature il est très apprécié Tous ceux qui se rebellent contre lui Le regrettent toujours Ceux qui veulent réfléchir le sollicite chez eux Il a le remède efficace contre la migraine Certains parcourent des kilomètres rien que pour le voir Cet homme a un pouvoir La nuit il se multiplie

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-divers/lui-c%E2%80%99est%E2%80%A6 (2016-01-29)
    Open archived version from archive



  •