archive-fr.com » FR » V » VOSPOEMES.FR

Total: 678

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Despair of lost time.
    histoire UNE FEMME PRES DE MOI Une étoile est née Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Despair of lost time Imprimer E mail Détails Écrit par tom85 Catégorie Poèmes non classé Publication 15 novembre 2012 Création 15 novembre 2012 Affichages 513 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Artifices et anagrammes jeux d enfants à l encontre de soit même Apogée de la découverte de d être ou d exister Altérations de sentiments d une vision Si lointaine Si j avais su si j avais pu si Si à se moments la j avais compris si Se que je n est pas été pour toi Se que je n est pas pu faire pour toi Se que je ne ferais jamais La prose des mes mots en duel avec mes actions La peur de ton regard sur mon ingérance actuel La peur d exister dans tes yeux si cruel Ne te méprend pas aucune colère Laisse moi juste une chance de t expliquer Laisse moi juste une chance de te montrer Quels peurs me hante chaque jours Quels chances je donne à l envie dêtre Qui je suis ou qui je peux devenir Pour toi A l aube de cette nouvelle vie

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/despair-of-lost-time (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Pose de l'imagination
    venir l été Une pluie de tendresse Une larme de cristal Une histoire UNE FEMME PRES DE MOI Une étoile est née Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Pose de l imagination Imprimer E mail Détails Écrit par H clocherai Catégorie Poèmes non classé Publication 1 octobre 2012 Création 2 octobre 2012 Affichages 505 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Quelle est cette posture Aux allures d infini Prose poème ou rêverie Onde nouvelle ou vague nature Joviale au vent les courbes dessinées Au fusain affuté aux roches de l Oregon Sa douceur court le monde la beauté s orne de

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/pose-de-limagination (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Bienvenue
    fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 20 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Bienvenue Imprimer E mail Détails Écrit par Tnecniv Catégorie Poèmes non classé Publication 23 septembre 2012 Création 23 septembre 2012 Affichages 511 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Bienvenue dans l industrie d autodestruction de masse Là où l esprit se brise et le corps se casse Bienvenue dans l immobilité de l animal social Enchaîné par ses propres codes et morales Bienvenue chez ceux qui crucifient l homme Et le ligote en accessoire de mode Bienvenue dans l univers de la physique rachitique dans l infini infiniment excentrique Où tu respires le Diorxygène qu ils fument Où t es pas en Vogue si t as pas le dernier Cartier de lune Bienvenue dans l espace où l on marche sur les étoiles Sur la prochaine planète inhabitable Ou du moins

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/bienvenue (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Portrait
    Une étoile est née Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 19 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Portrait Imprimer E mail Détails Écrit par loisema1 Catégorie Poèmes non classé Publication 11 septembre 2012 Création 12 septembre 2012 Affichages 576 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Aux claires allures Un parfum sombre défini Envoute l obscure Face de l oubli Définition abstraite De Huysmans le dandy S élevant vers l azur Aux lointains paradis D un revers de veste Sur pellicule fixe Un soupçon de zeste Provocant fixe l axe Tombé des nues sur plaque Sensible noir et blanc White sur black Le long d un frémissement Sur tempo

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/portrait (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Tribut à Khépri
    Seuls les trop sensés ne peuvent te comprendre Va encore Embrasse d un mouvement lent la rose et le lilas Embrasse sans soucis le pollen fertile Si demain ou le jour d après les hommes mangent le monde Par toi tout renaîtra Ligne médiane Ma raison n est qu un pion dans les mains d un sentiment qui m échappe mais auquel je n échappe pas Respire 1 2 3 temps fort temps faible Se conscientiser telle une rivière aux méandres Libre d être malgré les obstacles Viens papillote goutte de pluie Sur ton iris personnel Je me veux de ton monde pour ne plus parler mais danser avec toi a 7 Aller vers un but autre que le but redécouvrir ainsi sa véritable capacité à la découverte S ouvrir sur le vide pour générer le mouvement Parfois la démarche entreprise pour régler un problème est partie voir cause et racine de ce problème Je pense mais toujours un ressenti une rencontre un inconnu que j ignore vivre Je pense comme un exosquelette dépassé par le serpent qui s enfuit Quand je saisi ce que je crois avoir pensé je pense à nouveau en même temps que je cristallise ma pensée passée Mais à chaque fois l intention de mes pensées me reste voilée Je ne peux pas me connaître en me pensant ni comprendre mon mouvement par ses traces Je ne peux que me vivre comme je vis le monde a 9 L intime voyage au sein des méandres d un univers que l on voudrait soi s achève parfois dans un commencement infini En vrac 1 l enfant est une forêt qui lutte sa vie durant contre le désert de l homme 2 Parfois la seule chose qui nous manque c est la conscience de ce que l on a 3 Il faut manger le sommet par la racine 4 Lorsque la pluie est partie elle peut encore tomber dans la tête 5 Ce que j ai vécu est comment je vois ce que j ai vécu 6 La reine est un pion patient 7 L eau doit surmonter bien des obstacles avant d être pure 8 De toutes les présences l absence est la plus cruelle L homnivers des pensées éparpillées Je suis fasciné par l apparente facilité des choses Ces objets communs et connus de tous semblent évidents et manipulables pour qui veut Ce sont pourtant des bulles de savon fragiles qui fuient et éclatent sous les insistances de la raison Je me constate désirant de l Être sous toutes ses formes espérant pouvoir toucher le tangible de la vie pour m y glisser et vivre hors des méandres de la mort J ai envie mon âme entière d un havre délimité enveloppant où les ombres du doute ne peuvent m atteindre Je formule des structures sonores dans mon encéphale compliqué Je vais de projets en espérances en croyant que demain peut être j aurai pondu cet œuf béni qui me protègera du sens de la vie Car cette vie qu est elle Qu est ce sinon qu une marche forcée vers sa propre fin qui à son terme l engendre à nouveau différente dans ses formes certes mais au sens identique Elle me fait penser à un serpent se dévorant lui même pour vivre éternellement indépendamment de tout Moi j émane de ce mouvement fou et ne peux y comprendre que ma destruction future Je souhaite de tout mon cœur m extraire à cette spirale qui menace de m engloutir comme tous ceux qui mon précédé et qui me crient par la mémoire des hommes tu y viens toi aussi Je me veux autre Passant d un objet à l autre j applique mes peurs et mon imaginaire à la fuite de la vie mortelle mais toutes mes constructions se révèlent fugaces et futiles en fin de compte Puisqu elles ne sont que des satellites de mon être propre Processus infime d une intelligence infini Voyage au cœur de la mémoire Le plus dur c est de m arrêter à un moment Où commencer Deux cent quatre vingt mille jours derrière moi il suffit que j y pense pour n y rien trouver Il n y à rien Rien que le vent et des charges entières de mots lourds ou légers qui sont autant de fuites que de sons J imagine pourtant un visage lumineux qui respire la bienveillance un sourcil chaleureux qui suggère la sagacité de mon grand père J imagine une forêt couverte de feuilles mortes J y marche sans hâte respire l hiver qui s en vient J y vois l écorce travaillée des arbres fiers Et ce géant qui me parle J ignore bien des sens à ses phrases je sais pourtant que j écoute Mélangé au bruissement de nos pas sur le sol et au chant de l air d été qui nous quitte la voix rocailleuse mais soucieuse de m atteindre de cet homme franc me parvient Il m indique qu à l orée des bois une vielle cabane s achemine vers sa fin que sa base pourrie par la pluie a tordu la structure qu un chaotique ramassis de planches et de clous menacent l imprudent qui s y aventurera Je suis des yeux le geste lent de mon grand père porte mon regard où pointe son doigt J ai peur déjà Il me semble que de seulement y penser un peu trop donnera à ce vieil amas de débris l idée de me faire mal Sous ma poitrine mon cœur de sept ans bat comme ces petits colibris si beaux mais si étranges et tout comme eux j aurai été rapide à partir si ce n eu été de la présence calme qui vient se poser sur mon dos Ma fragilité et mon imaginaire aux monstres farouches se sentie couvert d un ample manteau de force et d amour J entendis n ai pas peur Salomon Tu es petit et délicat faible et fragile mais ton corps aux inflexibles limites abrite quelque chose de plus puissant que toutes les frontières du monde Certain nomme ça l esprit d autres l intelligence Toi tu lui donneras le nom que tu veux Mais n oublie jamais que ce trésor est différent de tout ce que tu pourras nommer dans ta vie différent de tous ce que tu toucheras ou verra De cet autre mon garçon souviens toi lorsque ton cœur s égarera dans les méandres tu doutes Car il est la source de tous les changements Souviens toi que ce rien qui en ferait rire beaucoup c est la clé qui permet de reconfigurer les images du monde C est grâce à elle que les hommes ont façonné le monde Alors lorsque tu trembles devant les dangers du monde garde toujours un temps pour le vide de ta tête évacue tout et tu verras Ligne de vie Pour avancer il faut traverser des murs Parfois larges et obscurs Parfois amers et de glace Il faut briser la certitude D une image de soi biaisée Par l ego de la peur Alors d aventure le cœur s active Et fait jaillir le sens Au sein des ci et là de la vie Alors la respiration se veut profonde Malgré les abysses de l enfance Et le souvenir d un espoir Étiolé L inter subjetif Ou l esprit Chaos ou cosmos Voilà donc une pleine page devant vous Moi présentement je n y vois rien pour la bonne raison qu il n y à rien Mais pour vous c est une suite de mots à l existence irréfutable qui s affichent Ils ont chacun leur sens et ensemble ils conduisent quelque part Vous vous n avez qu à descendre le regard et vous pouvez toucher à la fin et voir déjà ce qui pour moi maintenant n existe pas Si j opte pour une attitude d esprit scientifique telle que celle requise pour formuler l hypothèse du big bang Je dois me résoudre à conclure que la conclusion de cette page est dans ses premières lignes que ce qui s en vient ne peut pas ne pas être qu il n est pas question d un texte inventé et reflet d un libre arbitre propre à l homme mais du résultat d une conjoncture qu il serait théoriquement possible de connaître Moi ou ce que j appelle moi n est après tout qu une valeur d une variable qu on peut déterminé si on la situe en son contexte Le style même n est qu un moyen pour parvenir à une fin déjà établi et immuable Alors je ne dis rien Pris dans une telle logique qu aurais je à dire chaque phrase chaque idée ne ferait que prendre la place qui lui revient de droit dans un casse tête préétablie Moi mes fantaisies et mon souci d authenticité se résume en une narcissique expansion d un ego animal sans subjectivité aucune Le sculpteur et la pierre J installe une blanche toile sur chevalet de bois et m assieds à quelques mètres d elle Depuis plusieurs semaines une image se formait dans mon esprit et je me trouvais excité à l idée de la concrétiser Cependant je suis là devant cette toile nue et me trouve sans mots perturbé Alors que je me concentre pour bien visualiser ma future création Le tableau que je voyais clairement s embrouille Je laisse donc s évaporer la forme déterminée qui m habitait et fait place au silence Soudain je ressens un profond désir d imprimer de larges mouvements en demi cercle sur la toile Un pinceau que je n utilise pas d habitude sera l outil idéal Je prépare ce matériel et applique les premiers gestes Aussitôt fait je m arrête Je reprends une distance et tente d oublier ce que j allais enchaîner Je regarde les formes qui viennent de naître et j attends Je leur donne le temps de pénétrer mon âme pour qu en son sein elles puissent y rencontrer d autres formes Moi je ne force rien et n impose rien je demeure là patient comme une mère aimante qui accueillera sont enfant tel qu il est tel qu il choisit de s inventer Je crois que c est ça le travail créateur que c est celui là que le sculpteur effectue sur la pierre Le sculpteur est un contemplateur actif Il s efface le plus possible pour générer un espace en lui Il invite la pierre à y pénétrer pour qu un contact s établisse La pierre fréquente alors les éléments de l univers du sculpteur et doit à son tour s oublier un peu elle même pour perdurer au cœur de ce monde Parce que les deux sacrifient une partie de leur tout quelque chose de neuf éclôt Si le sculpteur n en était pas un il ne tolérait pas que la pierre s immisce dans sa demeure Il ferait tout pour que la pierre un corps étranger soit tenue à distance et contrôlée De peur d être modifié lui aussi par cet élément qui se transformerait en lui il fermerait toutes les portes et toutes les fenêtres Jour après jour il passerait à côté de cette chose qui ne serait pour lui qu une chose parmi les autres Si la pierre est rocher il s en détourne pour continuer son chemin si elle est cailloux il s en sert pour monter les murs de sa maison Dans un cas comme dans l autre il n y a pas d échange entre les deux parties pas de partage Le seul rapport qui s établit alors entre lui et l objet en est un de force Un monde sans sculpteur serait un monde froid et sans vie dans lequel nous serions condamnés à marcher sans jamais nous arrêter À quoi bon perdre son temps devant les marques d une pierre si celles ci ne sont ni les stigmates d une guerre entre géants ni l écho d une civilisation perdu à quoi bon ouvrir la bouche devant des choses sans histoires qui ne résultent que du hasard Dans un tel endroit il n y aurait aucune place pour nous puisque notre pensée serait elle aussi la simple résultante d un concours de circonstances et non pas l expression d une capacité à l autodétermination et au libre arbitre Aucune porte ne s ouvrirait là bas il n y aurait que des portes défoncées des espaces violés et l absence de l érotisme L absence tout court La fin de la faim Premièrement il y la faim sans fin celle qu on valorise et qui fait office de moteur moderne puisque de nos jours tout ce qui compte c est de parvenir à ses fins Le milliardaire et le scientifique par exemple sont des icônes au sein desquelles les conceptions positivistes et darwinistes s incarnent à merveille Ils représentent l animal fort ayant su se nourrir suffisamment pour dominer ses semblables et perpétuer l espèce ou encore celui plus fin sachant manipuler et maîtriser la matière La faim envisagé selon une approche universelle est une fin en soit Car s il est vrai qu elle semble n être qu un moyen pour renforcir le corps et l apprêter à affronter le monde elle vise également à dévorer ce monde et se l accaparer pour tel le big bang s expandre au maximum Elle s inscrit dans la logique de la loi du plus fort qui s impose dans ce cas ci comme le sens profond de toute entreprise animale donc humaine manger pour mieux manger encore et encore Comment puis je voir mon semblable dans une pareille optique Évidemment je dois le voir comme je me vois une proie ou un prédateur potentiel Si nous partageons une même table c est avant tout parce que nos intérêts con censored nt à ce moment là Dans le pire des cas s il n y avait plus rien à ce mettre sous la dent mon convive pourrait certes n être autre choses qu une carcasse à croquer Et si par chance nous nous abstenons du cannibalisme véritable je crains que parfois sur un plan intellectuel nous utilisons l autre comme accompagnement Voilà qui me laisse sur ma faim et je vais vous dire ce que je souhaite Je souhaite que ceux avec qui j entre en relation ne me conçoivent non pas comme un accompagnement à leurs idées leurs valorisations leurs intérêts mais comme un compagnon Je désir être moi aussi à la hauteur de ce que j espère des autres Je crois qu il est possible de tenir pour acquis que nous sommes hors de nos théories et convictions ensemble unis dans un profond désir de se rencontrer et de trouver des ponts des points de communication qui permettent d accepter nos différences et d en dégager une cohérence L histoire du monde c est nous C est nous qui malgré les efforts requis s engageons dans un dialogue sans cesse renouvelé pour trouver une tierce partie un terrain d entente Ce mouvement qui résulte de nos contradictions tant avec les autres qu avec nous mêmes c est le logos la parole c est le résultant d un face à face ou nous découvrons d autres traits des traits qui stimulent notre imagination et nous invitent à inventer Le monde humain et la faim abordé d une manière humaniste c est un monde ou les manières et les rituels qui se joignent à l acte de manger sont autant sinon plus importants que le fait d absorber de la nourriture Ces gestes nous indiquent que chacun des partis désir entendre l autre pour laisser cours aux chocs des idées et à la naissance de quelque chose de neuf On trinque alors non pas tant à notre santé personnelle mais à celle de l humanité toute entière qui se renouvelle à travers nous Nous participons ainsi à la co création du monde ensemble et joyeux Le destin des mots Tant que la chose reste sans mot elle est sans voix dans l ombre inconsciente N étant pas hors de nous elle nous possède complètement Ce n est que lorsque le travail de l esprit construit les définitions que le salvateur concept surgit des ténèbres et que l on peut déjouer le vide de l avenir Comme le disait le grand philosophe la sagesse c est savoir que je ne sais pas Je crois aussi que c est en ce sens qu il estimait la surprise noble et belle En effet surpris de me voir ignorant je me libère de ma lourde plénitude pour ouvrir en moi un espace vide Sachant que je ne sais pas c est un havre invitant que je bâtis Ensuite si j ouvre grand les yeux l expérience s invite en moi comme autant de convives et la sélection naturelle comble la maison de mon âme de ceux qui me conviennent Une fois cela fait et seulement ensuite mon interlocuteur peut moduler la suite de ses comportements et se re découvrir Redéfinissant son être de l intérieur en laissant le monde y pénétrer c est l orientation de son attention qui se modifie et les choses passées jusqu alors inaperçues s affichent à sa conscience Comme ces constellations qui ne deviennent lion ou grande ourse que lorsque l image d elles dorment en nous Le terme que j utilise d interlocuteur peut enfin censored de sa signification je parle à quelqu un Ce qui veut dire explicitement qu un nous existe par une relation à trois terme moi l autre et l objet Dans ce nouvel état de faits le sentiment d exister s installe naturellement J ai là le droit et le devoir envers moi même de dire à l autre tu et cet autre étant mon égal dans la différence a les mêmes obligations envers moi et devoirs envers lui Les mots que je choisis alors pour exprimer le vécu présent vivent leur destiné ils sont là non pas pour asservir l un à l autre mais comme des phares révélant chacun à sa propre vérité L Un et l autre Pour qu une relation en soit une fructueuse il faut un engagement de la part de chacun Chacun s engage plus ou moins implicitement à respecter l autre Par un échange de regards rassurants ou par un geste signifiant ils signent un accord un pacte Nous établissons d entré de jeu que nous évoluerons ensemble sur un terrain commun mais que chacun de nous sommes ontologiquement distinct qu il y a des frontières à découvrir mais à ne pas violer Entre ce vieillard et moi d infranchissables limites se dressent non pas pour nous isoler mais au contraire pour que le contraste de nos di censored nces nous renvoie au centre de notre existence et nous incite à rayonner puisque ce retour à soi est le fondement d une sensation de plénitude qui permet justement d accepter le vide inhérent à l autre Ainsi je me sens remplie de confiance face cet inconnu Je ne cherche pas tant à le comprendre qu à lui permettre d être Ses immenses domaines hors de mon bon sens ne m effraie plus et je n ai pas à lui renvoyer un jugement sur ses choix ou sa manière d être Je suis seulement là Dans une attente sans langueur Prêt à rire s il le faut d une blague qui m échappe ou m émouvoir devant l expression d une douleur que je n ai jamais ressentie À la fin du jour je sais que l autre me permit d être moi puisque je dus me dépasser Et je me dis que si l effet se produisit d un côté il n est pas impossible qu il eût lieu de l autre Le sacrée J ignore si c est moi mais il me semble qu au sein de notre modernité occidentale la notion de fête s est désincarnée de son essence primordiale J ai l impression que dans la plupart des cas les fêtards qu importe l évènement qu ils célèbrent cherchent avant toute chose non pas à se relier à une mystique quelconque ou à commémorer la souffrance et le sang des anciens mais davantage à s exproprier hors d un quotidien oppressant Entrer en relation avec la genèse de ce même quotidien pour mieux revenir à soi et se redécouvrir n est pas exactement l approche à la mode Dans beaucoup de cas nos fêtes se déroulent comme ce pressé monde du travail que l on cherche à fuir Notre premier réflexe je dis bien réflexe n en est il pas un de consommation Je ne pense même pas ici à noël ou à ces autres fêtes où l achat est partie prenante de la tradition mais à l état d esprit qu il nous vient spontanément lorsque l on décide de décroché de faire le party quel qu en soit le prétexte Ne nous empressons nous pas de nous engloutir dans ces divertissements qui sont nos divinités présentes Que ce soit par de l alcool ou de la drogue des manèges ou une censored ualité sans amour bien de ces moments où nous prétendons fêter n ont rien à voir avec la notion de fête telle que le conçurent et le conçoivent encore bien des cultures un temps et un espace privilégier où ceux qui d ordinaire se côtoient peuvent se reconnaître réciproquement pour créer un sens commun à leur destin particulier et ensemble évoluer dans leur différence unis La majorité du temps nous semblons unis mais ne le somme pas Le fermier inquiet par la grosse Berta qui n a pas encore vêler le censored g d une grande compagnie qui attends gravement le compte rendu d un noir semestre ou l étudiant rêvant son futur sont tous imbriqué dans l univers de la survie et de l évolution Ce monde où l on s occupe à savoir comment placer une brique à côté d une autre est notre réalité à tous Un matin ou l autre pourtant chacun se positionne devant ce fait de l essentiel et se questionne sur le pourquoi tout ça La réponse vient alors naturellement puisqu ici ou ailleurs chaque individu à connu les réjouissances de la fête Chose qui ne se produisit pas nécessairement un jour officiel mais bien d une manière solennelle C est à dire qu il y eu un temps dans la vie de cette personne où sa propre vie tout comme la vie propre aux autres se vit suspendre le temps d une rencontre Durant un instant ce n est plus un étudiant qui parle à son professeur ou bien un laitier au manœuvre ou à l avocat ce sont des hommes vivant diverses occurrences d une même condition humaine Au delà de la multiplicité des formes ils prennent conscience qu une unité les habite Ne partagent ils pas des angoisses et des espoirs semblables Ne portent ils pas en leur cœur des amours et des blessures différentes mais aux effets similaires Au cours des réel fêtes si rare soient elles l expérience religieuse bat son plein Nous nous retrouvons relier par un même sentiment d appartenance à quelque chose de plus grand que nous Nous savons alors que nos efforts sur terre ne se limitent pas à une vaine lutte contre la montagne de Sisyphe mais s inscrivent dans un partage des joies et des misères un large mouvement des uns vers les autres une harmonie dans le chaos Intime essence L action entreprise pour aller vers le but nous transporte toujours vers deux choses d un côté cet objet désiré vers lequel on s efforce d aller de l autre une transmutation de soi même en tant qu objet voulant C est le principe atmosphérique En agissant dans un contexte qui fondamentalement agit en moi lui aussi je le modifie Mais toute modification de l extérieur trouve aussi son reflet quelque part à l intérieur Je garde en tête l histoire de la bonne intention se métamorphosant en pur mal Un jour un jeune homme candide et plein d espoir se décide à incarner le bien qu il sent en lui En examinant autour de lui il cherche ce qui correspond à son âme Finalement sa conclusion est de construire une grande maison de bois au bord d un calme lac Ainsi se dit il il aura l élément de base pour séduire une belle jeune femme et l invité dans le mariage Ensuite les enfants viendront et une source de joie jaillira en sa demeure Le seul problème pour lui maintenant est de trouver le moyen de réaliser son but Puisqu il n est ni charpentier et ni assez riche pour se l acheter cette maison il part pour la ville avec l idée d y trouver une voie C est le choc Lui habitué à la gentillesse et la solidarité des gens de son patelin se retrouve vite perdu Pourtant ça ne l empêche pas de se concentrer sur son but Il est futé et déterminé à sortir de là au plus vite Alors il trouve des moyens de se faire de l argent rapidement C est sûr que les combines dans lesquels il s engage ne sont pas cohérentes du tout avec sa personnalité mais il se dit que c est un mal nécessaire Que la fin justifie les moyens De fil en aiguille le temps passe Un jour après un enchevêtrement de situations compromettantes il possède la somme requise pour s acheter la maison de ses rêves À ce moment il réalise que son projet n a plus de sens puisque cette image qu il avait tant voulu ne lui correspond plus Le moyen ayant tué la fin Ceci dit ce n est pas du tout ça que j ai en tête aujourd hui Je me promettais plutôt la structure que voici a Le terrain vague b Le cercle et la pendule c Le sel et l eau d Le scarabée a Le terrain vague Vingt deux ans le censored haut gradée et l absolu au quotidien voilà le moi là de 2001 que j étais C était aussi l année de mes premières cuvées philosophico poétiques Un genre de jus de neurones qui prenait la forme de quelques écrits désormais perdu Je me souviens de Génestique où je disais que d un outil à l autre l homme se forge en homme et de Petite synthèse de flux cérébral que j ai envoyé à mon cousin Félix et où j ai mis la phrase suivante Me voici sur le terrain vague de mon enfance Dans cette phrase c est une grande partie de mon énergie personnelle que je décrivais sans le savoir Pas dans le sens que le terrain vague était l énergie l effet mais dans celui qu il était la cause L élément motivant Car le ce terrain vague cette désolation c était la constatation de l après catastrophe celle de mon adolescence et de mon enfance sur laquelle j ouvrai les yeux ébahit Je terminais alors la fin du prélude à ma conscience Celle que j avais commencé deux ans plus tôt en ouvrant la première page d un livre compliqué J ai complètement oublié de quoi parlait le livre mais je me souviens de l effet terriblement désagréable que j avais ressenti en m acharnant à le comprendre J avais l impression d un brouillard à l intérieur de ma tête qui tenait les mots de ma lecture loin les uns des autres C était comme si j avais à tisser des fils de plomb avec des baguettes de beurre J avais aussi l étrange conviction que ce n était pas le livre qui n était pas à sa place mais moi Quelque part je sentais que je pouvais faire mieux Ensuite et bien je me suis inscris à l école des adultes j ai fait des maths et du français mon secondaire 1 et 2 etc Après deux ans à dissiper le brouillard sachant à peu près lire et écrire je devais ouvrir Initiation à la philosophie un livre qui allait me jeter nu sur la scène de l univers Qu est ce qu il y a sur un terrain vague Sûrement pas rien Il risque même d y avoir beaucoup de choses Mais des choses déchirées partielles parties d un autre monde C est un endroit cassé malmené qui se porte comme deux dissonances sur une portée Son sens est une tension vive En même temps se joue la destruction de quelque chose qui nous indique qu autrefois quelque chose ici était et la renaissance qui s installe au fur et à mesure que le passé disparaît C est une intersection vivante entre deux mondes un qui n existe plus et l autre qui n existe pas encore Moi j y voyais à la fois la perte de ce que j aurais dû avoir enfant ou adolescent et la fulgurante possibilité de ma vie d adulte C est là que j ai voulu pour la première fois être qui j étais Et si l être ici en question n était pas défini j avais dû moins l intention qu il soit grand J étais bien résolu à prendre ma revanche et à montrer à la face du monde le Hero en moi J allais devenir un self made man un autodidacte et produire de moi par moi même le Salomon fière cultivé confiant et respecté que j aurai normalement déjà été à ce moment là ne fut ce d un milieu extrêmement rachitique pour le développement de mon moi enfant ce qui me conduisit à une adolescence droguée etc L objectif versus le subjectif La réalité ou l impression Des fois après m être entraîné dur je marche plein de confiance sur le trottoir et me sens si puissant qu il me semble possible de soulever sans peine les voitures que je croise Je me fais alors penser à une fourmis culturiste imposante et mais si petite Qu est ce qui compte le plus Se sentir invincible ou l être se sentir intelligent ou l être se sentir beau ou l être se sentir aimer ou l être Ça mérite un profond questionnement tout ça Je ne m en sens pas la force pour l instant À Lapocatière au bord du fleuve St Laurent où il se veut large il y a le Cégep ancien bâtit de grosses pierres sa bibliothèque comme une cathédrale et le majestueux parc en introduction aux nombreux sentiers de la montagne Je me rythmais tour à tour en méditation réflexion et exploration sauvage et partout je me sentais investi d une mission J avais la nette impression la certitude même que j écrivais l histoire Lorsque j ouvrai deux à deux les portes de l école je pouvais presque entendre d enflammés chants grégoriens suivre ma démarche conquérante vers le savoir Newton Beethoven Platon Leibniz Freud Kant ah mes amis éternels je vous avais retrouvé Je m élançais ci et là dans les corridors de l école où je jouais le faux étudiant et je ressentais un mépris certain pour tous ces enclavés du système Je les voyais conformes dans le cadre des programmes académiques être si proche mais si loin à la fois de tous ces grands auteurs qui dormaient entre les livres scolaires Moi j étais en plein dedans Une révolution à chaque coup de coeur J allais les remettre au goût du jour ces visionnaires et prophètes de l esprit Si les mots pour exprimer ce que je voyais m échappaient ça ne changeait pas le fait que je percevais de l absurde partout et ressentait le vif besoin de créer du sens Oh oui j avais des visions moi aussi Mais qu est ce que je faisais au juste De quels raisonnements je m enivrais Qu est ce que je concluais et de quoi Vraiment je ne le sais pas Je sais que je m engageais dans de profonds calculs mentaux que je murmurais dans mon âme des maximes latines je les croyais capable de me transformer même sans que j en connaisse le sens je sais que j écrivais d étranges formules tel que les sphères de possibilités ou les capsules d encéphale de verre et que je cachais ces créations improbables lors marches en forêt censored yser avec mes yeux modernes tout ça ne m éclaire pas tant sur ce que j étais là mais sur ce que je suis ici Laissons donc la représentation de ce terrain vague s avancer à sa guise Dans l incrédule de mon oeil Des mondes miroitent La lumière d autres mondes Comme des rayons Comme des émissaires Voilà que j entends La mathématique Rouler sur les monts féconds Voilà que l hiver S émousse comme De mauves malheurs Et que l aube revient Comme une réminiscence b Le cercle et la pendule J ai commencer à être intéressé J ai d abord voulu comprendre le sens profond des mathématiques l origine Qu est ce donc qu un nombre Pourquoi la base 10 Mais à chaque fois que je touchais une base le fondement d une structure je la voyais éclater comme de fugaces bulles de savon Sans m en rendre compte je réalise maintenant que je prenais une mauvaise habitude Avant de me lancer comme autodidacte l effort était déterminer Il y avait des questions précises auxquelles répondre et après un travail intérieur sur un objet spécifique je finissais par résoudre le problème Mais là au lieu de me concentrer sur une chose simple cohérente à mon niveau de savoir et de me former en m appliquant dessus pour ensuite une fois alchimisé m astreindre au degré supérieur au lieu de suivre un processus adapté à la réalité je sautais d un seul bond vers le royaume du complexe indicible À chaque fois que je frappais un mur pour ne pas dire un plafond à la place d humblement retourner aux bases pour forger les outils adéquats je contournais l obstacle Je me suis mis à chercher la réponse non plus dans le travail intérieur de la pensée mais dans la pensée de mes nouveaux héros ou encore via de profondes méditations où j espérais tirer la structure parfaite et englobante de toutes choses Dans tous les cas j esquivais Je n avais plus de temps à perdre Je sentais ma tâche trop importante pour ne pas extraire l essentiel la pure vérité L oscillation produite par la rencontre de mon être et mon néant venait de naître Mon immense enthousiasme à tout explorer à vouloir connaître tout à vouloir pardessus tout être être être s exprimait Et moi j en esquissais le scénario à grandes dents D abord étudier le grec le latin le français l anglais et l allemand ensuite maîtriser les mathématiques dans leurs formes hypercomplexes et dans leurs racines logiques Et puis une fois armée de ces outils de connaissance connaître la philosophie grec Platon Aristote l allemande Kant Hegel Nietzsche la physique et ses grands acteurs la psychologie en particulier la psych censored yse Freud Jung Reich sans oublier les Victor Hugo Balzac et Doïstoïvski dont je promettais l achèvement entre deux lectures plus sérieuses Bon si mes prévisions tombaient juste le tout serait complété avant mes 30 ans Point significatif que je voyais alors comme la frontière du génie l étape fatidique le moment où les grands hommes peuvent jeter un coup d oeil en arrière et contempler l unique dont ils sont l auteur Après c est de la fioritures du raffinement le perfectionnement de l oeuvre quoi Ou bien le grand rien du tout la confirmation dans le commun Oh avec la possibilité bien sûr d aller haut très haut mais jamais là bas Où personne n est aller D une certaine façon je pourrai dire que mes cogitations d alors incarnent l aspect objectif

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/tribut-a-khepri (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • En attendant le train ...
    Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 19 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries En attendant le train Imprimer E mail Détails Écrit par Rocky05 Catégorie Poèmes non classé Publication 9 juin 2012 Création 9 juin 2012 Affichages 640 Note utilisateur 5 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 La voix du chef de gare dans le haut parleur Annonçant le train à destination d antan La brouhaha d un distributeur Les pleurs d un enfant sans ses parents Tel un poisson rouge seul dans la mer Les récriminations d un passager En colère ayant oublié ses affaires La machine à café des employés Exténués en ce premier jour de juillet Par cette longue journée de dur labeur Les roulettes

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/en-attendant-le-train (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • Le vent n'habite nulle part ...
    de tendresse Une larme de cristal Une histoire UNE FEMME PRES DE MOI Une étoile est née Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 19 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries Le vent n habite nulle part Imprimer E mail Détails Écrit par Rocky05 Catégorie Poèmes non classé Publication 9 juin 2012 Création 9 juin 2012 Affichages 566 Note utilisateur 5 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 En Afrique en Europe ou en Asie Et même en Amérique Le vent te suit Sans adresse sans maison et sans papiers Partout où il va il est annoncé Les frontières Il ne connait pas du tout Arrêter son envie de voyager Le plus grand

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/le-vent-nhabite-nulle-part (2016-01-29)
    Open archived version from archive

  • PAR TOUT
    pluie de tendresse Une larme de cristal Une histoire UNE FEMME PRES DE MOI Une étoile est née Un beau jour de printemps UNE LARME Tu dors Cliquer pour agrandir Les poèmes les plus lus larme et pluie Ne me cherche pas dans mes mots L observateur Vers ou aller Le jardinier et sa fleur et leurs rêves Egarement incertain 7 ans déja Lorsqu on est vieux Amour et passion L amoureux meurtri le partage Contribution Merci de faire une petite contribution Cet argent sera utilisé pour faire vivre le site et son développement Qui est en ligne Nous avons 19 160invités et un membre en ligne Facebook rss vos poèmes Feed Entries PAR TOUT Imprimer E mail Détails Écrit par dempapi Catégorie Poèmes non classé Publication 6 juin 2012 Création 23 juin 2012 Affichages 586 Note utilisateur 0 5 Veuillez voter Vote 1 Vote 2 Vote 3 Vote 4 Vote 5 Par les cieux devant toi Splendeur et majesté Par l infiniment grand L infiniment petit Et par le firmament Ton manteau étoilé Et par frère soleil Par tout les océans et par toutes les mers Par tout les continents et par les eaux des rivières Par le feu

    Original URL path: http://www.vospoemes.fr/poemes-non-classe/par-tout (2016-01-29)
    Open archived version from archive



  •